Ils l’ont fait !

Par défaut

Olympiakos - Arsenal, 6ème journée de LDC

Compte-rendu Olympiakos – Arsenal, 6ème journée de Ligue des Champions

Au cours d’une phase de poules de Ligue des Champions rocambolesque, les Gunners ont réussi à se qualifier contre toutes attentes en gagnant 0-3 en Grèce contre l’Olympiakos.

Merci Olivier !

Pour tous les fans qui souhaitaient voir un attaquant de classe mondiale arriver à Londres au mercato estival, je crois qu’il est temps pour vous d’avouer que Monsieur Arsène Wenger avait encore raison. Le français a livré une de ses meilleures prestations sous le maillot des Gunners en inscrivant un triplé pour qualifier son équipe pour les 8èmes de finale de Ligue des Champions.

Après avoir perdu 2-3 contre les Grecs à l’Emirates, Arsenal se devait de gagner par au moins deux buts d’écart ou par le score de 3-2 pour espérer passer la phase de poules. C’est donc chose faite au terme d’un match compliqué en première mi-temps et géré en deuxième. En effet, les 20 premières minutes de jeu ont été d’une pauvreté inexplicable pour une équipe dans la situation d’Arsenal. Une défense friable à l’image d’un Bellerin complètement perdu avec un milieu endormi qui commettait trop d’erreurs techniques pour pouvoir créer des offensives cohérentes.

Et soudainement, Arsenal s’est décidé à accélérer. Les limites défensives de l’Olympiakos sont alors apparues très rapidement. Une première alerte avec la frappe contrée de Flamini qui termine sa course sur la barre après une belle percée de Campbell sur le côté droit. Quelques minutes plus tard, Özil trouve Aaron Ramsey dans le couloir gauche d’une passe délicieuse dans l’intervalle. Le Gallois centre instantanément du pied gauche pour la tête de Giroud qui marque sur une faute de main du gardien grec. 0-1 après 30 minutes de jeu, l’exploit est en chemin.

La 2ème mi-temps se déroule selon le même schéma que la 1ère. Arsenal gère et prend son temps dans la construction tandis que les Grecs sont coincés entre l’idée de rester à 11 derrière et l’envie de marquer le but de l’égalisation. Une hésitation dont Arsenal profite à la 50ème minute sur un ballon  de récupération anodin. Özil, encore lui, trouve Campbell d’une balle en cloche aux abords de la surface. Le Costa Ricien temporise, élimine un défenseur sur un râteau parfaitement exécuté et envoie une merveille de passe dans la course d’Olivier Giroud qui crucifie le gardien d’un plat du pied gauche. Quelle passe… Cinq défenseurs éliminés, rien que ça. Joël Campbell prouve match après match que son statut de remplaçant est plus que remis en cause.

0-2, Arsenal est qualifié. Le suspens et la peur d’un but grec commencent alors. Si l’Olympiakos marque, Arsenal devra planter le 3ème. C’est donc à cet instant précis que Petr Cech décide de montrer à tout le monde pourquoi il est plus qu’un simple transfert. Une parade main opposée sur frappe surpuissante des 25 mètres mais surtout des interventions d’une sérénité incroyable. Rassurant.

Et avant que le suspens ne devienne trop insupportable, l’arbitre siffle un pénalty pour Arsenal sur une main évidente. Olivier Giroud prend alors ses responsabilités et inscrit son premier triplé pour Arsenal au meilleur des moments. 0-3, le score ne bougera plus jusqu’à la qualification.

Arsenal se qualifie donc pour son 16ème huitièmes de finale de suite après s’être compliquée la tâche d’une manière dont seuls les Gunners savent le faire. 9 points en 6 matchs, sur le fil. Arsenal affrontera donc l’une des équipes suivantes : Real Madrid, FC Barcelone, Wolfsburg, Atletico Madrid ou Zenith St Petersbourg.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (7,5) : Un clean sheet ce soir qui a permis aux Gunners cette qualification. Un grand gardien dans un grand évènement, ça aide. Il a parfaitement géré ce match.

Bellerin (6) : En difficulté lors de ses derniers matchs, il a retrouvé des couleurs ce soir et a tenté d’aider offensivement. C’est bien mais on attend mieux.

Mertesacker (6) : Un match solide pour Per, qui a fait ce qu’il a eu à faire, sans plus.

Koscielny (8,5) : Un match monstrueux de Kos’ qui a sauvé la baraque plusieurs fois et n’a fait aucune erreur. Un grand joueur.

Monreal (7) : Bon match de Monreal comme d’habitude. Il provoque la main du joueur grec sur le pénalty en deuxième mi-temps.

Flamini (6) : Son expérience a fait du bien au milieu de terrain. Il a fait son match.

Ramsey (6) : Peu en vue offensivement, il s’est occupé de bien défendre surtout, avant de se projeter vers l’avant.

Campbell (7,5) : Sans doute le meilleur match de Joël sous les couleurs des Gunners. Il a souvent fait les bons choix, et son travail sur le second but est magnifique. Il a marqué des points ce soir.

Walcott (6) : Discret pour son retour. Il s’est montré dangereux mais n’a joué que par à-coups.

Özil (7,5) : World-class player. Toujours dans le bon tempo, il cherche constamment le décalage. Grandiose.

Giroud (9) : L’homme du match ce soir. On dit que les grands joueurs sont présents dans les grands matchs, il l’a été ce soir. 3 occasions, 3 buts. C’est net et sans bavure.

#Dim

Les Gunners en démonstration

Par défaut

Arsenal - Dinamo Zagreb, 5ème jouréne de CL

Compte-rendu Arsenal – Dinamo Zagreb, 5ème journée de Ligue des Champions

La victoire était obligatoire, les Gunners n’ont pas failli. Mission accomplie. En attendant le combat final pour la 2ème place de ce groupe synonyme de qualification pour les 8èmes de cette Champion’s League édition 2015-2016, Arsenal recevait le Dinamo Zagreb ce mardi soir.

Les Gunners en démonstration

Le plus flagrant à la fin de cette rencontre concerne le fait qu’il n’y ait eu qu’une seule équipe sur le terrain pendant les 90 minutes. D’une part parce que les Gunners ont superbement joué, d’autre part parce que le Dinamo était visiblement moins en forme que lors du match aller.

Ne commettant aucune erreur défensive, agressifs à la récupération et ultra-créatifs offensivement, Arsenal a totalement dominé son sujet pour empocher les trois points. En l’absence de Coquelin en sentinelle, Flamini a réussi à jouer son rôle à la perfection, en partie grâce au peu de compétitivité du Dinamo sur ce match. De même, Santi Cazorla, peu en jambes depuis quelques semaines, a éclaboussé ce match de son talent de première rampe de lancement des offensives Gunners. En témoigne ce premier but sur lequel l’espagnol use de sa magie pour éliminer 2-3 adversaires dans ses propres 30 derniers mètres. Après un relai avec Giroud, Santiago décale Flamini qui trouve Alexis sur le côté gauche. Le chilien revient sur son pied droit et délivre une merveille de centre pour Özil qui conclue d’une tête plongeante décroisée.

A la passe sur ce premier but, on retrouve l’insaisissable ailier des Gunners à la finition sur le deuxième. Après une énième vague rouge dans la surface du Dinamo, la défense croate commet l’irréparable. Une erreur de relance que Monréal anticipe à la perfection pour ensuite servir sur un plateau d’un petit centre en retrait subtil son ami chilien qui double la mise.

Après la pause, le scénario reste le même. Une créativité à son apogée, facilitée il est vrai par des espaces gargantuesque au sein du milieu et de la défense croate, qui permet au public de l’Emirates de vibrer sur toutes les actions. Campbell, décrié depuis son arrivée au club et peu en vue lors de ses rares apparitions pour Arsenal, se révèle très intéressant sur son côté droit depuis le début de la saison. Ce match d’aujourd’hui le prouve encore, le Costa Ricien est en forme. En atteste cette passe Özilesque en direction d’Alexis pour le 3-0. Trouvé sur son côté, Campbell repique dans l’axe et envoie une passe destructrice, au moins 4 défenseurs du Dinamo sont battus, dans la course du chilien qui contourne le gardien pour inscrire son doublé dans le but vide.

Un dernier mot dans ce compte-rendu à l’attention d’un Mesut Özil qui nous offre maintenant à chaque match de quoi rêver. L’allemand est absolument injouable cette saison. Sa vision et ses mouvements entre les lignes adverses sont un mystère. Sa première touche de balle est un régal et lui permet de pouvoir tout faire. Ce joueur est capable de trouver des angles de passe que personne d’autre ne peut, toujours dans le parfait timing. Incroyable. Cette dernière action avec Alexis méritait de finir au fond des filets. En effet, en pleine contre-attaque, Sanchez se retrouve dans l’axe aux 30 mètres. Le chilien pique son ballon par-dessus la défense du Dinamo dans la course d’Özil. Le génie allemand sent la sortie du gardien dans son dos et tente une tête retournée qui passe malheureusement à quelques centimètres du poteau..

Rendez-vous en Grèce le 9 décembre pour aller chercher cette place qualificative pour les 8èmes de final de la Ligue des Champions.

#Albin

Arsenal débute par une défaite

Par défaut

Compte-rendu Dinamo Zagreb – Arsenal, 1ère journée de Ligue des Champions.

Auteurs d’une prestation à la limite du professionnalisme, les Gunners ont été vaincus par une très bonne équipe du Dinamo qui a su exploiter à merveille toutes les faiblesses affichées par Arsenal.

Les croates ont joué avec leurs tripes, se sont battus sur tous les ballons et avaient une envie incommensurable de gagner. Arsenal n’a jamais eu la moindre de ces qualités durant le match. Comment peut-on prétendre être un grand européen avec ce genre de prestation ? La réponse est simple : On ne peut pas. L’impression de revoir le même match que l’année dernière contre Monaco est telle que cette contre-performance pointe un énorme problème existant depuis plusieurs années maintenant. Arsenal est une équipe qui n’apprend pas de ses erreurs. C’est en apprenant de ses erreurs que l’on grandit. Voici la raison pour laquelle Arsenal n’arrive plus à grandir sur la scène européenne.

Concernant le match, Wenger avait effectué trois changements dans son onze de départ (en dehors de ceux effectués pour cause de blessures) : Arteta, Gibbs et Ospina à la place de Coquelin, Monréal et Cech. Le gardien colombien a réalisé un match plein et ne pouvait rien faire sur les deux buts. En revanche, force est de constater que la dépendance au milieu français est évidente. La performance de Gibbs contraste elle aussi grandement aux habituelles solides prestations de l’espagnol.

Comme un symbole

Les Gunners avaient pourtant bien commencé le match avec de belles occasions, notamment Giroud par deux fois. Mais le gardien du Dinamo et le poteau ont fait obstacle à l’ouverture du score d’Arsenal. Une fois ces deux actions passées, le néant est total. Un vide offensif d’autant plus incompréhensible que les Gunners restaient sur une performance de haut vol samedi dernier contre Stoke.

Ce relâchement a permis aux Croates de marquer un but chanceux sur lequel Oxlade voit le ballon lui rebondir sur la cuisse et finir sa course au fond des filets. Mais le symbole fort de ce match catastrophique reste le deuxième but du Dinamo. Au premier poteau, et les images parlent d’elles-mêmes, Gibbs et Arteta se rentrent dedans et se regardent. Sans ce manque de concentration indigne d’un match de Ligue des Champions, le ballon n’aurait jamais terminé sa course sur la tête de Fernandez.

A noter le carton rouge assez stupide de Giroud qui a payé son attitude envers l’arbitre et la bonne rentrée de l’autre côté de Théo Walcott, auteur d’un but qui aurait pu nous redonner espoir. Remarquez la ressemblance avec le premier but inscrit contre Stoke. Récupération de Coquelin dans la moitié de terrain d’Arsenal, Sanchez/Özil en deux touches pour Walcott dans la profondeur et l’anglais fait parler son sang-froid. Malheureusement ce réveil tardif n’a pas suffit à arracher un nul non mérité.

Arsenal débute de la pire des manières sa campagne européenne et avant d’affronter Chelsea ce samedi, le moral de l’équipe risque d’être au plus bas cette semaine. Mais rassurez-vous, ce n’était qu’un seul match. Les Gunners se qualifieront pour les huitièmes de la Ligue des Champions en enchaînant les bonnes performances à domicile comme à l’extérieur. Cette rencontre DOIT servir de leçon pour la suite de la saison.

#Albin #COYG

Wenger : « Nous n’avons pas réussi à contrôler nos émotions. »

Par défaut

B9QNmkzCcAArRyG

Arsène Wenger s’est présenté devant les médias après une défaite à domicile embarrassante contre Monaco :

Sur la défaite :

Bravo à Monaco, c’est un super résultat pour eux. Ils ont joué comme ils le voulaient. En ce qui nous concerne nous avons manqué trop d’occasions et nous nous sommes montrés complètement suicidaire en défense. Nous n’étions clairement pas au niveau défensivement parlant et nous avons été quelque peu malchanceux en encaissant le premier but sur une déviation. Sur les deux derniers buts que nous avons encaissé, c’est du suicide. Nous avons eu la chance de revenir à 2-1. Nous n’avions pas le droit d’encaisser ce troisième but car cela nous rend la tâche extrêmement compliquée pour le match retour. J’ai eu l’impression que mon équipe perdait ses nerfs sur le terrain aujourd’hui. Nous n’avons pas réussi à contrôler nos émotions, nous avons perdu la tête et à ce niveau c’est impardonnable.

Sur les progrès récents qui s’effondrent avec cette défaite à l’Emirates :

Nous n’étions pas prêts mentalement pour cette rencontre. Nous n’étions pas assez concentrés pour rentrer dans le match. Nous le payons cher. Durant les premières vingt minutes, nous avons eu les occasions. Il y avait de la place pour gagner ce match. Monaco est une équipe très physique, très dense. Si vous vous penchez sur la feuille de stats et plus précisément sur le nombre d’occasions qu’on a mis à côté, il n’y a pas de surprise. A ce niveau vous ne pouvez pas rater autant.

Sur la suffisance de son équipe :

J’espère que nous l’étions pas. J’espère que non. Nous avons peut être donné cette impression, c’est ce qui arrive lorsque vous ne vous montrez pas assez tranchant. Tout est possible. C’est très compliqué d’en parler juste après le match.

Sur un résultat extrêmement frustrant :

Rien n’est joué avant un match, rien n’est acquis. Tout se décide sur le terrain. Ce soir Monaco a joué au Football contrairement à Arsenal.

Sur la performance d’Olivier Giroud :

Ce soir était un soir sans pour Olivier. Il a manqué des occasions faciles. Ce n’était pas un bon jour pour lui.

Sur une préparation différente pour les matchs européens :

Nous avons eu la possession ce soir mais nous n’étions pas au niveau en défense, c’est aussi simple que ça. Notre faiblesse était mentale ce soir. Nous nous sommes précipités, nous savions en revenant sur le terrain après la mi-temps qu’il était important de ne pas encaisser de but supplémentaire. Nous nous sommes précipités, trop impatient. C’est une rencontre qui se joue en 180 minutes et les deuxièmes et troisièmes buts semblent inexplicables, ce n’est pas facile à justifier ou à expliquer. C’est inacceptable.

Sur la réaction d’Oxlade-Chamberlain :

Il est très déçu, même si ça arrive de perdre la balle à 70 mètres du but. Cela n’implique pas forcement de prendre un but juste après, il y a des défenseurs pour empêcher ça.

Sur l’équilibre de l’équipe :

L’équilibre n’était pas le bon car nous étions en permanence en train d’attaquer et donc lorsque nous perdions le ballon, nous étions exposés. Ce n’était pas le meilleur soir de notre défense.

Sur la protection des quatre défenseurs :

Nous n’avons pas eu de chance, même si c’est vrai que Kondogbia était seul au moment de sa frappe. La balle a été déviée par Per. Il s’est légèrement retourné, ce qui est la pire chose à faire puisque ça rend une possible déviation dangereuse.

Sur le manque de communication entre les buts :

Il y avait peut être un manque de communication. Comme je l’ai dit nous avons plus joué en suivant nos émotions qu’en suivant notre tête.

Sur la volonté des joueurs de vouloir trop bien faire :

Les joueurs étaient motivés pour bien finir après le but du 2-1. Ils n’avaient qu’une envie, recoller au score afin d’oublier leur timidité qui a dictée leur jeu.

Sur les chances de qualification pour le prochain tour :

Nos chances de qualification se sont réduites mais nous allons nous battre quand bien même nos chances seraient infimes. Nous devons nous remettre de cette déception et nous préparer pour le prochain match.

Henri via Arsenal.com

Ramsey : « Nous restons soudés »

Par défaut

B4hy4rcCQAEgwZy

Aaron Ramsey raconte que toute l’équipe était motivée à ramener une victoire d’Istanbul pour le coach et les fans.

L’international Gallois a marqué deux fois dans le dernier match du groupe D pour Arsenal, dont bien sûr une superbe frappe longue distance venue se loger en pleine lucarne du gardien turc.

Pour Aaron, ce résultat est une belle réponse après le résultat frustrant de ce Samedi :

« A Stoke, c’était naturellement une première période très décevante. Nous étions bien meilleurs en seconde période et nous ne sommes pas passés loin de l’égalisation. C’était important de bien rebondir après cette défaite. »

« Chaque joueur du club travail dur pour satisfaire le coach, nous l’avons encore prouver Mardi soir. Il est injustement critiqué. Nous sommes tous ensemble ; nous formons un groupe. Nous avions autant envie de cette victoire pour nous que pour lui. »

« A chaque fois que nous entrons sur la pelouse, il connait nos qualités, il croit toujours en nous et nous donne l’état d’esprit adéquat pour entrer dans le match. A chaque sortie sur le terrain  nous représentons le club mais aussi le manager. »

Ramsey en est maintenant à cinq buts en trois matchs contre des équipes d’Istanbul. Après avoir revu le but, il concède que son deuxième but de la soirée est le plus beau de sa jeune carrière.

« Je l’ai revu, ça ne fait aucun doute c’est le plus beau but de ma carrière. Dès que j’ai frappé la balle, je me suis dit qu’il y avait une chance que ça aille au fond. Miraculeusement, la balle s’est dirigée vers la lucarne. »

« J’aime bien jouer à Istanbul, j’y ai marqué quelques buts et j’aimerais bien y jouer chaque semaine si je le pouvais ! »

#Henri via Arsenal.com

Wenger sur la victoire, les blessures et le reste de la compétition.

Par défaut

B3Z0LhZCMAA6qu9

Arsène Wenger s’est présenté devant les médias après la victoire 2-0 d’Arsenal contre le Borussia Dortmund.

Sur le départ parfait de son équipe :

« Nous sommes bien rentré dans le match. Au final, ca aura été un match très intense entre deux très bonnes équipes durant lequel il fallait se battre sur chaque ballon en restant concentré. La combinaison de notre jeu de passes habituel et de notre faculté à remonter la balle de la défense à l’attaque nous a facilité le match. Nous étions très concentré pour bien défendre en équipe de la premiere à la dernière minute. Nous étions dangereux en permanence et très bon en défense. »

Sur la victoire après deux défaites :

« Nous avions plus de pression que d’habitude en effet. Samedi dernier, nous avons bien joué mais c’est peut être notre générosité et notre volonté de toujours aller vers l’avant qui nous a joué des tours. Ce soir nous étions plus concentré en défense, surtout après avoir marqué le premier but. »

Sur la nécessité de se concentrer sur la défense :

« Nous en avons parlé. La différence dans les gros matchs se fait lors de l’ouverture du score. Quand vous vous retrouvez mené 1-0 vous faites tout pour égaliser. Quand vous contrôlez le match comme Samedi c’est encore plus frustrant. Nous sommes entrés 60 fois dans la surface adverse contre 17 fois pour Manchester United. Nous étions constamment en train de jouer vers l’avant. C’est toujours risqué car vous pouvez très vite vous faire punir en contre attaque.
Aujourd’hui la situation était différente. »

Sur une 11ème qualification de suite pour les matchs à élimination directe :

« Si vous travaillez un jour dans le monde du football vous vous rendrez compte que ce n’est pas évident de rester constant, d’avoir une certaine continuité. J’en suis très fier, tout comme le club qui mérite beaucoup de felicitations. Evidemment ce n’est pas encore suffisant, nous voulons aller plus loin. »

Sur ceux qui pensent que cette constance est normale :

« Je ne sais pas. Je n’essaie plus de comprendre ce que les gens pensent. Ce qui est important c’est que l’on soit tous uni les uns les autres. Comme je vous l’ai dit hier, cette équipe à une mentalité extraordinaire et nous avons montré pendant ce match qu’après la déception de Samedi, nous sommes capables de rester unis. Unis dans le match, dans la détermination, dans l’effort. Après, les gens ont leur opinion, nous devons l’accepter. L’essentiel c’est ce que nous accomplissons à l’intérieur du club. »

Sur les nouvelles blessures :

« Cette situation est un problème car nous avons joué beaucoup de matchs récemment et nous en avons encore beaucoup à jouer. Nous avons encore perdu deux joueurs ce soir. Le premier est Mikel Arteta qui s’est à nouveau blessé au mollet. Cela semble sérieux. Nous avons également perdu Yaya Sanogo qui souffre d’un problème à un tendon. »

Sur Jack Wilshere :

« Il voit un spécialiste demain. Nous en saurons plus demain soir.
Nous ne savons pas encore si une operation sera nécessaire. »

sur Yaya Sanogo :

« Il a bien joué selon moi. Il a bien protégé son ballon, il a gagné de nombreux duels. C’est un jeune joueur mais il a du caractère, il est toujours très investi dans le match. Il a une agressivité naturelle devant qui est vitale et très importante pour nous. »

Sur la suite de la compétition :

« Premièrement il faudrait envoyer quelqu’un d’autre au tirage cette fois-ci. Ces cinq ou six dernières années, nous sommes tombés sur les équipes que nous voulions éviter. Nous avons jusqu’au mois de Février pour nous améliorer. Espérons que nous serons au complet pour le prochain tour.
Quand vous jetez un coup d’oeil aux autres équipes qui ont réussi à se qualifier, vous vous apercevez qu’il y a beaucoup de qualité. Il y a forcement trois ou quatre équipes que vous ne voulez pas jouer. »

Sur le dernier match des phases de poule à Galatasaray :

« Cela dépendra de nos prochains matchs. Je vais essayer de gagner le dernier match et on verra bien. Si Anderlecht gagne à Dortmund et que nous perdons à Galatasaray vous n’aller pas nous louper. Il n’y a pas beaucoup de chances pour que nous terminions devant le Borussia. »

#Henri via Arsenal.com

Compte-rendu Arsenal – Anderlecht, 4ème journée de Ligue des Champions

Par défaut

Tout commençait pourtant bien …

3-0, des beaux buts, du beau jeu, des intensions, une équipe avec le match en main et puis, la catastrophe. Comment est-ce possible de prendre 3 buts en 30 minutes chez soi alors que vous menez 3-0 ? Impossible de savoir ce qu’il s’est passé dans la tête des Gunners. C’est juste incompréhensible de voir à quel point le naufrage est terrible. Mais le naufrage peut se résumer en un seul joueur : FLAMINI. Rentré autour de la 65ème à la place d’Arteta blessé, le français a tout changé. Perdu, à la rue, fautif pour à peu près tout ce qu’il a fait, l’équipe n’a plus été que l’ombre d’elle-même à la minute où il est rentré. Le constat est terrible mais ça n’est que la simple réalité d’un joueur fini, mais apparemment Tonton Wenger ne l’a pas encore compris. Idem pour l’autre tortue allemande qui fait office de défenseur central. On pourrait être tenté de pointer du doigt l’arbitrage catastrophique d’un arbitre français, merci M.Turpin, mais le problème n’est même pas là. Se prendre un but hors-jeu à 3-0, bon ok ça passe. Mais concéder un pénalty qui n’a même pas lieu d’être et but sur une tête où le joueur est trois kilomètres derrière Mertesacker, non ce n’est pas possible. Ce naufrage collectif est tellement représentatif de tout ce qu’est Arsenal cette saison que ça ferait presque peur pour la suite de la saison. Non mais vraiment, comment est-ce possible qu’une équipe qui mène 3-0 chez elle s’arrête complètement de jouer ? Et puis c’est Anderlecht, pas le Réal ou le Bayern !

Bon sinon il y a Sanchez qui doit se demander pourquoi il est venu ici… Le mec ça fait à peine 3 mois qu’il est là, et c’est le seul qui porte les couleurs des Gunners haut et fort. Le seul qui joue avec ses tripes pour tirer l’équipe vers le haut. Quand je vois qu’Arteta est capitaine et Mertesacker vice-capitaine je comprends mieux pourquoi personne ne réagit dans cette équipe. Les semaines se suivent et se ressemblent pour nous supporters passionnés d’une équipe qui ne se donne pas à fond sur le terrain. Perso, quand je vois l’attitude de certains sur le terrain, il y a longtemps qu’ils auraient fait un tour sur le banc pour faire de la place aux jeunes qui eux, au moins, auront assurément plus l’amour du maillot. A 3-0, c’est professionnellement inadmissible de se faire rejoindre à 3-3, c’est une faute professionnelle. Mais bon, personne dans l’équipe n’a l’air de s’en soucier. C’est désolant de devoir répéter toutes les semaines les mêmes problèmes sans jamais constater d’amélioration la semaine suivante.

En espérant que les prochains matchs soient d’un tout autre calibre que celui-ci et en espérant que ce soit l’équipe des 60 premières minutes sur le terrain et pas celle des 30 dernières. Surtout que  les Gunners vont devoir jouer une équipe de Swansea en forme à l’heure où il n’est plus question de perdre de points dans la course au titre, enfin la course aux places de Ligue des Champions plutôt.

#Albin