Arsène Wenger: « J’espérais que la magie opère »

Par défaut

Afficher l'image d'origine

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après la victoire d’Arsenal 2-1 contre Leicester.

Sur ses sentiments:

Une immense joie. Ce match s’est joué sur un rythme très élevé. Nous avons fourni une intensité énorme de la première à la dernière minute. C’était également un challenge mental pour nous aujourd’hui, car se retrouver mené 1-0 à la mi-temps face à une équipe qui défend si bien, il faut être solide mentalement. Nous sommes revenus avec le couteau entre les dents en prenant un maximum de risques. Nous savions qu’un nul n’était pas suffisant. Au final, ces efforts ont payé, grâce à notre mental et le désir de l’équipe de tout faire pour gagner.

Sur sa décision d’intégrer Welbeck dans le groupe:

Je l’ai décidé hier. Lors des deux derniers jours, il a été très convaincant à l’entrainement. J’avais prévu au départ de le faire jouer la semaine prochaine. Mais lors des deux dernières sessions d’entrainement, il a été très costaud et au dernier moment, j’ai décidé de l’inclure dans l’équipe.

Sur cette formidable décision:

C’est une bonne décision car Danny est un super joueur et dans ce métier, il est impossible de prévoir si quelqu’un d’autre aurait su marquer ou non. Mais tout le monde est heureux pour lui, car il a été absent pendant 10 mois, une éternité pour un joueur de football. Il a beaucoup travaillé pour revenir et notre corps médical également. Rappelons qu’il n’a joué que 45 minutes avec les U21 et pas une seconde avec l’équipe première!

Sur son état d’esprit lorsqu’il était blessé:

Vous savez, Danny est un type fantastique, avec une mentalité extraordinaire. Il a énormément travaillé pour revenir. C’est pour cette raison qu’il est la aujourd’hui.

Sur l’arbitre:

Honnêtement, je dirais que nous étions malchanceux de rentrer aux vestiaires menés 1-0 car il me semble qu’il y’ avait faute sur Özil à l’entrée de la surface. Et je me disais que c’était idéal pour marquer. Et une minute plus tard, nous prenons ce penalty qui pour moi, est loin d’être évident. Ce fut un coup dur pour l’équipe. Nous étions sous le choc à la mi-temps. On ne l’avait pas vu venir et à ce moment, Leicester prend 8 points d’avance. Vous avez pu constater que Leicester n’est pas à cette place par hasard. Ils ont de la qualité, ils défendent très bien et ressortent très vite. Mais je pense qu’en deuxième période, nous avions le bon niveau d’énergie et ils n’ont pas su pénétrer dans notre moitié de terrain.

Sur la course au titre après ce résultat:

Cela va booster notre confiance. Nous avons eu une série plutôt mauvaise, 3-3 contre Liverpool, 0-0 face à Stoke, défaite à Chelsea, 0-0 à domicile contre Southampton. Après, nous avons gagné 2 matchs et nous sommes toujours dans la course. Il est évident que le moral est au beau fixe.

Sur l’effet qu’une défaite aurait pu produire:

Une défaite aujourd’hui aurait été catastrophique. L’énergie négative aurait pu nous habiter, la confiance s’étiole et cela aurait été encore plus difficile. Nous n’aurions pas abdiqué mais 8 points de retard, c’est trois matchs pour revenir. Il nous aurait fallu en gagner trois et eux, en perdre trois.

Si l’ascendant est du côté des Gunners pour le titre:

Je pense que c’est ce que nous souhaitons. Mais il y a encore Man City, Tottenham et bien sur Leicester. Pour l’heure c’est très serré. Ce que nous voulons, c’est avoir une régularité afin d’avoir la chance d’y parvenir. Nous sommes conscients des obstacles à venir. Cela dépendra de notre faculté à fournir autant d’énergie qu’aujourd’hui.

Sur les changements durant la rencontre:

Cela montre, qu’a ce niveau, le banc joue un rôle primordial. Lorsque vous dominez, vous pouvez faire rentrer des joueurs comme Walcott ou Welbeck et cela change totalement les choses. C’est ce qui est arrivé. Tant que la rotation est bien réalisée et que tout le monde rentre avec cet état d’esprit, cela fait la différence.

Sur l’accueil réserve à Welbeck:

Il a eu droit à un accueil chaleureux.

Sur son sentiment avant le coup-franc d’Özil:

Pendant un instant, je me suis dit que 8 points, ça serait beaucoup trop. Nous étions revenus à 5, je me suis dit que c’était réalisable. Dans les dernières 5 minutes, ça sentait le but. A chaque fois que nous avions la balle, je n’avais pas trop le temps pour penser car quelque chose aurait pu se produire. Et ils parvenaient bien à dégager leur camp. Lorsque j’ai vu qu’il y avait coup-franc et que Mesut s’en chargeait, je me suis dit qu’il y avait une chance. Ses ballons sont d’une grande qualité et nous avions des joueurs de grandes tailles au centre, Welbeck, Chambers, Mertesacker et Giroud. J’espèrais que la magie opère.

#Max (via arsenal.com)

Publicités

Arsène Wenger: « Il a fallu s’employer »

Par défaut

Afficher l'image d'origine

Arsène Wenger s’est presenté en conférence de presse après la victoire des siens 2-1 contre Burnley en FA Cup.

Sur la rencontre:

Nous avons du batailler ferme. Au départ, ce match semblait facile car nous avions la main mise sur le ballon et de bonnes opportunités aux abords de la surface. A 1-1, ce match a totalement basculé. Je pense que nous avons pris un coup derrière la tête après l’égalisation et Burnley a pris confiance. Je les ai vu évoluer contre Derby et j’ai pu constater que cette équipe était très solide, sans réelle faiblesse. Ils sont très efficaces et ils l’ont démontré encore aujourd’hui. A la reprise, ils n’ont pas été très créatifs. Ils ont eu une ou deux contre-attaques mais nous avons su gagner la partie en contrôlant les débats en fin de match. Il fallait que nous gardions notre concentration et notre calme jusqu’à l’ultime seconde.

Sur les buts de Chambers et Alexis:

Je dirais que ce sont deux buts très différents. Le premier après une belle combinaison. Nous étions patients a ce moment la avec une belle circulation de balle. La finition de Chambers fut très belle. C’est un bon finisseur à l’entrainement. Le second but intervient sur une transition, en sortant rapidement de notre défense et une belle finition, avec beaucoup de rythme. Ce fut deux buts très différents.

Sur les débuts d’Elneny:

Il a démarré doucement, en jouant la sécurité. Il est devenu de plus en plus valeureux au fil du match avec de belles frappes. Sa mobilité et sa disponibilité furent excellentes et pour le reste, il va falloir qu’il hausse le rythme pour s’ajuster à la force de la Premier League. Ce fut une bonne première et je pense qu’il a beaucoup appris aujourd’hui. Il va lui falloir un peu de temps pour s’adapter à la Premier League mais avec sa technique, sa mobilité et son intelligence de jeu, je ne m’inquiète pas.

Sur le retour de Coquelin:

Il était presque disponible pour affronter Chelsea mais c’était encore un peu tôt. Aujourd’hui il a semblé à l’aise et n’a pas eu de problème particulier.

Sur Alexis:

C’était sa première titularisation depuis 8 ou 9 semaines. Lorsque j’ai vu le match de Burnley contre Derby, j’ai un peu hésité avant de sélectionner Alexis, Coquelin et Elneny. Mais évoluant à domicile, je me suis dit que c’était faisable. Concernant Alexis, je n’étais pas trop inquiet sur sa condition physique car je l’ai laissé souffler une à deux semaines alors qu’il était prêt. J’avais quelques inquiétudes sur son problème musculaire mais aujourd’hui vous avez pu constater qu’il allait très bien.

Sur l’importance d’Alexis:

Il a eu pas mal de repos. Lorsqu’il s’est blessé, il était très fatigué. Je pense que deux mois d’arrêt c’est une bonne trêve!

Sur l’importance et le sens de tenter de gagner une troisième FA Cup d’affilé:

Tout d’abord, nous n’avons passé que deux tours. Le chemin est encore long, tout le monde est encore en lice. On aimerait le faire mais il reste encore beaucoup à faire. Nous sommes en lice dans trois compétitions et nous ferons tout notre possible pour y parvenir.

Si Gnabry revient de son prêt:

Oui.

S’il va rester au Club pour le reste de la saison:

Je suis tenté de lui donner du temps de jeu car il n’a pas joué à WBA. Mais j’hésite aussi à le laisser partir un ou deux mois ailleurs comme j’avais fait avec Coquelin.

Sur la situation de Debuchy:

RAS. Il reste peu de temps avant d’en savoir plus.

#Max (via arsenal.com)

Wenger: «C’est toujours serré à Newcastle»

Par défaut
Crédits photo: DR

Crédits photo: DR

Les Gunners ont remporté leurs trois derniers matchs à St James Park, mais sur une petite marge à chaque fois (1-0, 1-0, 2-1). Pour le déplacement de demain, la bataille sera âpre contre les Magpies. Les Gunners n’ont remporté qu’un match sur trois possibles et l’attaque toussote (2 buts marqués). Prudence donc.
«Nous voulons bien faire face à Newcastle, mais c’est toujours très serré et compliqué, car leur public est toujours derrière eux», a déclaré Arsène Wenger au site officiel. Ils sortent tout juste d’un bon résultat face à Manchester United. Il est donc important que nous nous préparions bien et que nous donnions notre maximum afin de gagner ce match avant la trêve internationale.»
L’entraîneur français a mené son équipe à 7 victoires lors des 9 derniers matchs contre Newcastle. «Nous avons toujours fait de bons résultats à l’extérieur. Les deux dernières saisons, le match face à Newcastle était le dernier que nous devions remporter. Il y avait donc toujours un gros enjeu, mais nous aimons jouer sous pression», révèle-t-il.
Sur le banc, il retrouvera un ancien sélectionneur de l’Angleterre, Steve McClaren, nommé entraîneur en remplacement de Steve Carver. Passé par Twente et Wolfsburg, il est l’un des rares entraîneurs anglais a avoir exercé à l’étranger. «Je voudrais encourager plus de coachs anglais à partir à l’étranger parce que parfois, plus particulièrement quand on a dirigé l’équipe nationale, la meilleure chose à faire est de quitter le pays pendant un moment et de revenir ensuite, a confié Wenger. Je pense que nous avons un bon exemple en la personne de Bobby Robson. Je pense que c’était un départ intelligent de la part de Steve McClaren, et il a bien fait de le faire.»

#Guillaume

Arsène Wenger: « Nous avons mal commencé la rencontre. »

Par défaut

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après le nul enregistré contre Manchester United.

sur la prestation en seconde période:

Je suis satisfait de la prestation de l’équipe. Le seul regret que je peux avoir, c’est que nous n’avons pas su prendre les trois points. Nous avons débuté mollement la première période, Manchester United était plus fringant au départ et nous étions un peu trop éloignés les uns des autres. En deuxième mi-temps, nous étions plus compacts et on a pris le dessus. Nous avons bien réagi et avons ramené un point mérité.

Sur la raison de ce départ mollasson:

Nous étions un peu trop timides, trop conservateurs dans notre possession et trop loin les uns des autres. Nous avons rectifié le tir en seconde période et avons eu de bonnes opportunités sur contres. Nous étions plus rapides et avons eu assez d’occasions de gagner le match en fin de partie.

Il reste un point à prendre pour conserver la troisième place:

Cela enlève une certaine pression car cela permet d’avoir de vraies vacances et de faire une bonne préparation. Ce sera bien lorsque ce sera fait mais il faut encore le faire. Il nous reste 2 matchs donc concentrons-nous sur le prochain afin de nous garantir cette place dès mercredi contre Sunderland.

Sur cette troisième place:

La satisfaction est toujours une notion compliquée. Si vous m’aviez posé la question en octobre, j’aurais dit oui. On souhaite toujours finir premiers évidemment mais 17 équipes souhaiteraient être à notre place. C’est la continuité de nos résultats et c’est une bonne base pour que nous fassions mieux l’année prochaine. C’est notre objectif.

Si Arsenal sera vraiment dans la lutte pour le titre:

C’est difficile à dire car vous ne savez pas comment seront les équipes l’an prochain. Manchester United, Manchester City et Liverpool seront actifs sur le marché donc il est difficile de savoir. Je pense qu’en cette fin de saison, nous sentons que nous avons fait des progrès en Premier League comparé à la saison passée car nous avons été réguliers contre les petites équipes mais nous avons également été plus solides contre les grosses écuries. C’est une superbe base de travail.

Sur Gedion Zelalem:

Je laisse le choix à mes joueurs de représenter le pays qu’ils aiment vraiment. De plus en plus de gens sont issus de cultures multiples et c’est assez intéressant. Gedion est un cas intéressant car il a été élevé en Allemagne jusqu’à l’âge de 9 ans puis aux États-Unis de 10 à 15 ans. C’est l’âge ou vous commencez à sortir et vous faire des amis. Il avait envie de jouer pour les États-Unis.

S’il va partir en prêt:

C’est possible. Je teste toujours les joueurs en pré-saison et je fais un point ensuite pour savoir s’ils peuvent jouer en équipe première. S’il n’est pas dans la discussion l’an prochain, il faudra bien qu’il joue quelque part.

Si Jurgen Klinsmann sera un bon modèle:

Un modèle fantastique. Il a joué au plus haut niveau et commence à avoir une bonne expérience en tant que coach. Cela va être très bénéfique pour Gedion.

#Max (via arsenal.com)

Arsène Wenger: « Il faut poursuivre notre série de victoires. »

Par défaut

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après la victoire de son équipe 1-0 contre Burnley à Turf Moor.

Sur cette victoire:

Je suis satisfait de notre performance car il s’agissait surtout de livrer une bataille physique. Beaucoup de gens se demandent si nous sommes capables de livrer ce genre de combat mais je voudrais tout d’abord dire que je suis surpris par la qualité de Burnley. Ce serait vraiment dommage de les voir descendre car ils sont formidablement bien organisés, ils pressent très bien, ils sont très solidaires et bien en jambes et je comprends désormais pourquoi ils ont réussi à prendre des points contre des grosses écuries. Il nous a fallu batailler jusqu’à la fin et nous n’avons pas su mettre ce deuxième but. Nos défenseurs ont très bien joué et nous ont rapporté les trois points.

Sur une physionomie différente que face à Liverpool:

C’était vraiment différent. Par moments, en début de seconde période, je pensais que nous étions sous pression et proches de prendre un but car nous n’avons pas su bien commencer cette deuxième mi-temps. Dans les 20 dernières minutes, ils semblaient un peu fatigués et nous aurions pu marquer un second but. Il y a eu des moments dans la partie ou nous avons du rester groupés, bien organisés en défense, et je pense que nos défenseurs et notre gardien méritent un certain crédit.

Sur l’effectif enfin au complet:

Lorsque vous regardez le nombre de joueurs absents pendant 4 mois, et pas 2 semaines, depuis le début de saison, cela fait une certaine différence d’avoir un effectif au complet depuis janvier.

S’il se demande ou Arsenal en serait sans ces blessures:

Ne perdons pas de temps sur ce genre de choses et concentrons nous sur le prochain match. Il faut tout donner pour finir fort. Nous sommes en demi-finale de FA Cup, il reste 6 matchs à jouer, nous avons 66 points et il faut continuer notre belle série.

Sur la course au titre:

Rien n’a changé. Chelsea est toujours dans une situation très confortable. Il nous faut une série parfaite et espérer un faux-pas de leur part. On ne peut pas contrôler ce genre de choses, uniquement notre attitude. Je pense qu’ils sont toujours à l’abri.

Sur la pression mise sur Chelsea:

Nous voulons continuer à gagner car il nous faut regarder derrière nous également. Manchester City, Manchester United, Southampton, Liverpool et Tottenham sont derrière mais nous avons creusé un petit écart. Man United et Man City sont à nos trousses.

Sur cette série de 8 victoires:

On veut poursuivre cette série. Nous avons gagné 16 des 18 derniers matchs donc nous sommes réguliers. Il règne une belle attitude dans l’équipe et il y a beaucoup de qualités. Nous verrons. C’est un challenge pour une équipe de ne pas oublier à quel point la défaite fait mal et savoir se reconcentrer pour gagner le suivant.

Sur Francis Coquelin:

Tout d’abord, il démontre ses qualités individuelles, à savoir conquérir le ballon et le transmettre rapidement et il est très solide dans les duels. Il contribue beaucoup à l’équilibre de l’équipe, ce qui reste très difficile à mesurer. L’équilibre d’une équipe dépend parfois d’un seul joueur qui possède des caractéristiques que les autres n’ont pas. Il contribue grandement à cela.

#Max (via arsenal.com)

Arsène Wenger: « L’important était de gagner. »

Par défaut

Arsène Wenger s’est présenté en conférence de presse après la victoire des siens contre Leicester city 2-1.

Sur ce match tendu jusqu’à la fin:

Oui c’était tendu mais c’est toujours le cas à 2-1. je pense que nous contrôlions les choses depuis la première mi-temps mais ils ont eu 2 ou 3 occasions sur contre-attaques. En seconde période, nous avons perdu notre cohésion, notre supériorité technique et Leicester s’est constamment montré dangereux devant. Ils sont très rapides sur la transition défense-attaque. A 2-1, nous étions un peu nerveux mais dans l’ensemble, l’important était de gagner ce match.

S’il pense qu’il y a eu des effets du North London Derby:

Oui, c’est resté un peu dans la tête et surtout dans les jambes en seconde période. Tottenham a perdu à la dernière minute. Ce fut un match très intense samedi dernier et jouer trois jours plus tard, c’est difficile.

Sur la blessure au tendon d’Aaron Ramsey:

Cela semble être ce type de blessure en effet. Je ne sais pas encore si c’est grave ou non. Mais de visu, cela semblait sérieux. Lorsqu’un joueur s’arrête net et se met a terre immédiatement, cela ne sent pas bon. Il y a une certaine récurrence désormais sur les blessures musculaires et ligamentaires et c’est difficile de savoir pourquoi. Je voulais à la base le laisser sur le banc aujourd’hui mais j’ai du le faire jouer, j’hésitais entre lui et Flamini, car nous manquons de pression offensive. Ce n’était pas la meilleure des décisions.

Sur cette troisième blessure de ce type cette année pour Ramsey:

Oui c’est vrai. L’an passé c’était à la cuisse mais cette année c’est le tendon. On ne peut pas ne pas s’alarmer car par la suite, le joueur n’a pas l’esprit libre pour évoluer.

S’il compte lui donner du repos supplémentaire:

Il n’est pas exténué. Avant, je ne faisais pas trop attention à lui, je lui faisais jouer tous les matchs mais depuis ses problèmes, je fais davantage attention à sa santé.

Sur Alexis:

Sanchez a reçu un coup sur le genou. Je pense qu’il n’était plus lui-même. Après le choc, il n’était pas à l’aise, je ne sais pas combien de temps il sera out et s’il le sera vraiment. Je n’ai pas vu le médecin.

Sur le tacle de Matthew Upson:

C’était un tacle rugueux c’est sur.

S’il était d’accord pour sortir Alexis:

Oui j’étais prêt à le faire sortir à la mi-temps mais il a dit: « Je peux jouer c’est bon. » Lorsque je l’ai vu jouer par la suite, je me suis dit « Non ça ne va pas. » Parfois lorsque vous courez vous prenez un coup mais cela a empiré et je ne l’ai plus revu en seconde période.

Sur le nombre d’équipes qui vont se battre pour le Top 4:

4, 5 ou 6. Chelsea, Manchester City, Manchester United, Liverpool, Tottenham, Arsenal et Southampton.

Sur la course au titre:

Non, je nous considère dans la course au Top 4.

S’il est inquiet au sujet des blessures:

Non car, par exemple, Arteta souffre de la cheville, Debuchy et Wilshere également et ce sont des blessures contre lesquelles vous ne pouvez rien. La seule chose sur laquelle il faut se pencher, c’est les blessures musculaires. Arteta, Wilshere et Walcott souffraient ou souffrent de blessures au niveau articulaire et il n’y a rien à faire contre cela. Lorsque vous subissez des tacles de ce genre et que les joueurs sont un peu fatigués, il est difficile de passer au travers.

S’il estime que ses joueurs sont protégés correctement:

Oui, je n’étais pas d’accord avec toutes les décisions mais je ne pense pas que c’était un match violent. C’était assez juste comme partie. Leicester se bat pour ne pas descendre et lorsque vous voyez leur qualité de jeu, vous êtes surpris de les voir derniers. S’ils restent concentrés, qu’ils ne paniquent pas et restent solidaires, ils se sortiront de cette situation. Selon moi, c’est l’une des équipes de bas de tableau les plus solides que l’on ait affronté.

Sur ce qu’il a dit à Pearson après le match:

Je lui ai dit: « Bien joué, nous avons été un peu malchanceux ce soir. »

#Max (via arsenal.com)

Gabriel: « Je veux marcher sur les traces de Gilberto Silva. »

Par défaut

Gabriel souhaite faire aussi bien que son compatriote Gilberto Silva, un joueur devenu icone pour Arsenal.

Le défenseur central a rejoint une importante congrégation de Brésiliens ayant joué pour Arsenal après son transfert le mois dernier, suivant les traces de Sylvinho ou Edu et bien entendu, le champion du monde 2002, Gilberto.

Gilberto a fait 244 apparitions pour Arsenal et Gabriel explique pourquoi il est source d’inspiration pour lui.

« Je me souviens de Gilberto car il était tout le temps sélectionné en Seleçao. » explique Gabriel sur Arsenal Player. « C’était une référence pour chaque joueur brésilien, chaque gosse. Il a eu énormément d’influence sur plusieurs joueurs, pas seulement des Brésiliens d’ailleurs. Je me rends compte qu’il était un élément majeur ici, il a vraiment aidé l’équipe. Je souhaite vraiment m’inscrire dans ce sens et prendre exemple sur lui, de part son travail quotidien et son envie d’aider ses partenaires, mais aussi sa volonté de gagner en tant que véritable brésilien. Pour moi, c’est une source d’inspiration, donc tout je vais constamment tenter d’apporter les mêmes valeurs, sur et en dehors du terrain. Gilberto était un modèle de professionnalisme. Je souhaite être comme lui et être capable de faire le maximum pour aider tout le monde. »

Gilberto a marqué à 24 reprises pour Arsenal mais son travail défensif devant la ligne arrière, notamment dans l’équipe des Invincibles en 2003/2004, fut sa spécialité. Gabriel est un autre Brésilien à la mentalité défensive, même s’il a débuté le football en tant… qu’avant-centre.

« Il y avait énormément de petites équipes autour de la maison et j’ai débuté comme n’importe quel autre petit garçon. Je jouais devant. » se souvient-il. « Mais je n’ai jamais vraiment su me débrouiller en attaque! J’ai changé de club et ils m’ont mis en défense. J’ai commencé à y prendre goût. Désormais, rien ne pourrait me faire quitter mon rôle. Grâce à Dieu, les choses ont bien marché et je pense que plus jamais je ne changerai de poste! »

#Max (via arsenal.com)