Bilans personnels de la saison des membres d’AFC: #Alex

Par défaut

Une énième saison de nos chers Gunners s’est achevée et c’est à mon tour de faire le bilan.
Qu’elle fût longue cette saison, ooooooooh qu’elle fut longue… 
Nous avons marché sur un fil suspendu au dessus d’un canyon pendant plusieurs mois… J’ai même pensé à aller voir un cardiologue pour faire vérifier mon cœur… On ne pourra pas en vouloir à notre équipe de nous faire vibrer…

Nous sommes bientôt le 1er juillet, synonyme d’ouverture du marché des transferts et avec ce dernier l’espoir de voir arriver de grands noms qui viendront s’ajouter à cette équipe de champions qui se dessine. L’enveloppe est là, la qualification pour les préliminaires de la Ligue des Champions, ô combien importante, également ; il est largement temps de remettre Arsenal à SA place, là haut, de recommencer à remplir cette vitrine de trophées qui, dépoussiérage à part, est restée close depuis 8 ans…

Il m’est difficile d’exprimer l’intégralité de mes satisfactions et de mes déceptions cette année… Pour ça, il faudrait un DVD entier (n’est-ce pas « chers » fans de Tottenh*m ?).
En effet, le célèbre ascenseur émotionnel tel que le décrit si-bien l’humoriste Gad Elmaleh a opéré en continu et ce sans dysfonctionnement ou presque, à mon plus grand désarroi.

Que retenir alors? La fougue affichée lors du fameux 7-5 face à Reading ou les 5-2 et 7-3 face à Tottenh*m et Nouveau Château qui, au passage, ont réduit l’acuité auditive de ma femme ? Cette incroyable performance de grande équipe à l’Allianz Arena contre le Bayern de Munich ? Ou alors ces performances plates, médiocres (pardonnez l’euphémisme) et sans envie lors des matchs contre Bradford, Blackburn et j’en passe…
Si on regarde la saison dans son ensemble et plus particulièrement dans son résultat, il n’y a pas de quoi faire la fête… Une 4ème place acquise dans la douleur lors du dernier match, par un défenseur et qui ne qualifie pas directement l’équipe pour la Ligue des Champions, des éliminations peu glorieuses en FA Cup et en League Cup, une Ligue des Champions qui nourrit des regrets… Bref, ce n’est pas très beau dans les faits.

Mais ne vous y trompez pas, je n’ai jamais été aussi satisfait qu’au moment où j’écris que depuis ces 4, 5 dernières années. Et oui, malgré ce bilan vierge de réelles performances sportives, j’ai pu voir une équipe qui se dessine ! The Future is bright ! En effet, nous allons enfin avoir une équipe qui se connait pour commencer la saison prochaine (éventuelles additions à part). Cette équipe, c’est celle que vous avez pu voir lors des 10 derniers matchs de Premier League, une équipe capable de gagner brillamment mais aussi très salement, avec des buts sortis tout droit d’une pochette surprise. C’est une identité qui se dessine, un style de jeu fidèle à la philosophie de jeu d’Arsenal mais avec sa touche de nouveauté, adaptée aux individualités. Le tout, avec une âme et une envie de bien faire. Il n’y aura pas de départ cette saison si tout se passe bien (sinon le bois mort à jeter…). L’équipe de fin de saison m’a satisfaite, et je la sens capable, avec la signature de joueurs pour compléter l’effectif, de se battre à nouveau pour les sommets.
C’est LE SEULVRAI FACTEUR que je souhaite retenir de cette saison. 
Etant au courant des projets à l’Emirates Stadium niveau finance, à force de lire les bilans de saisons, voici 4 ans que je dis à mes amis « chambreurs » qu’Arsenal reviendra à son niveau en 2014… C’est bientôt l’heure de vérité mais cette saison passée me conforte dans mon idée.

Pour ce qui est des faits réels, voici malgré tout, des choses qui m’auront marqué.

Les « Moins »

– Le « capitaine » d’Arsenal. Pour moi, le choix était mauvais dès le départ et je ne pense pas m’être trompé. Vermaelen doit revenir à ce qu’il SAIT faire, défendre et puis c’est tout, le brassard lui pèse trop sur le bras… A qui le tour ?

– Les nombreuses erreurs individuelles ayant permis aux équipes adverses de marquer… Sans celles-ci, le classement du championnat serait surement différent à l’heure actuelle.

– Le raté toujours incompréhensible de Gervinho face à Bradford. Au passage, il ne semble toujours pas disposé à passer le ballon.
http://www.whoateallthepies.tv/arsenal/150226/football-gif-gervinho-misses-uber-sitter-in-arsenals-feeble-defeat-at-bradford.html

– L’élimination en FA Cup. J’ai encore du mal à la digérer.

– L’absence d’un pur milieu défensif. Oui, l’intérim était superbe, mais il est temps que ce poste retrouve un joueur « naturel ».

– Le choix du gardien… Qui est le vrai numéro 1 ? Poste à prendre ou à assurer ? Pour assoir la souveraineté de la défense, il est largement temps d’avoir un gardien qui fait l’unanimité. Je pense qu’une certaine équipe espagnole en sait quelque chose. 

Les « PLUS »
– La paire Koscielny – Mertesacker. Les deux semblent être complémentaires et prendre du plaisir à jouer ensemble. Les positionnements respectifs des deux joueurs semblent s’être considérablement améliorés.

– La signature du British Core : Jenkinson, Oxlade-Chamberlain, Gibbs, Ramsey, Wilshere et enfin Walcott… Une belle brochette de joueurs de talents, liés au club et amis avant tout.

– Cazorla, quelle pépite…

– Le retour des « choix » de Wenger. Il a su montrer qu’il était le patron, même face aux critiques montantes des supporteurs, n’hésitant pas à évincer le « capitaine » d’Arsenal.

– Ce mouvement de jeu à une touche de balle entre Cazorla, Wilshere et Arteta face à West-Bromwich. Je l’ai regardé en boucle…
http://www.whoateallthepies.tv/arsenal/149909/football-gif-super-slick-passing-between-cazorla-arteta-wilshere.html

– Walcott de plus en plus mature, vitesse et précision, la majorité de ses tirs étaient cadrés. J’ai apprécié le voir jouer. Je souhaite par contre le voir moins dézoner. 

– Victoire face au Bayern chez eux… Seule équipe à avoir battu les champions d’Europe en 2013, et qui plus est dans leur antre… Fierté.

– Les Away-Fans  Impressionnants comme toujours.

– La montée en puissance de Chuba Akpom et le beau parcours des jeunes en Next Gen.

– L’arrêt du visage de Szczesny face à Van Persie et sa clairvoyance quand il s’agit d’évoquer la « qualité » de tottenh*m. (reference joke)
http://www.101greatgoals.com/gvideos/wojciech-szczesny-saves-van-persies-header-with-his-face/

http://www.101greatgoals.com/wp-content/gallery/gimages/thumbs/thumbs_tumblr_mlzdnkvrg31rf0z26o1_500.png

– Le fameux « 1-1 at Newcastle » de Lord Sugar qui aura permis de « troller » et les supporteurs de Tottenh*m et Michael Dawson qui croulera alors à terre, à genou, pensant qu’ils avaient ENFIN réussi à finir devant Arsenal et se qualifier pour la Ligue des Champions. Le tout mêlé à la « Spirale négative » d’André Villas-Boas. Un pur bonheur.

Lord Sugar, le faiseur de miracles.



Michael+Dawson+Tottenham+Hotspur+v+Sunderland+yHv92oqikpGl

On lui dit ou pas ?



– Et pour une note bien plus personnelle, mon addition à l’équipe d’Arsenal French Club. J’ai passé une super saison, j’ai apprécié pouvoir ENFIN parler de notre chère équipe avec des personnes qui la connaissent mais qui savent aussi la critiquer. J’espère que certaines de mes traductions ont servi à certains d’entre vous qui ne maîtrisent pas nécessairement la langue de Shakespeare. Je suis ravi de pouvoir mettre certaines de mes qualités au service de la communauté francophone d’Arsenal. Je remercie mes collègues administrateurs par la même occasion.

#Alex

Publicités

Coup de mou ou crise ?

Par défaut

A voir certaines réactions après la défaite d’Arsenal face à Schalke 04, on pourrait croire qu’Arsenal est relégable, que la situation financière du club est catastrophique et que le club va droit dans le mur. Alors oui, les joueurs ont été en dessous de tout face à Schalke et Norwich. Oui, ils n’ont pas montré d’envie. Oui, des joueurs ne sont pas à leur niveau. Mais est ce pour autant nécessaire de s’acharner ? De créer une pseudo crise qui n’a pas lieu d’être ? Je ne crois pas.

D’abord, avec les départs de Robin van Persie et d’Alex Song cet été, Arsenal est en reconstruction. Bien que la majorité des joueurs était présente la saison passée, Arsène Wenger est obligé de rechercher un nouvel équilibre, de nouveaux moyens pour tirer le meilleur de son équipe. Finis l’époque où on se repose sur les exploits de son meilleur joueur. Le meilleur joueur d’Arsenal est maintenant l’équipe, le collectif. Un collectif, ça ne se fabrique pas en un claquement de doigts, il faut du temps. Dès le début de saison, les joueurs ont prouvés qu’ils pouvaient jouer ensemble de manière fantastique. La deuxième mi-temps de Liverpool, la première à Manchester City ont montrées qu’Arsenal a retrouvé le jeu qui a fait sa gloire. La mi-temps de Manchester City est certainement la plus aboutie car, en face, il s’agit du champion en titre, invaincu dans son stade depuis plus d’un an et demi. Malheureusement, ils n’ont pas marqué comme ils auraient dû le faire. Mais cela laisse de l’espoir pour la suite de la saison.

Ensuite, de nouveaux joueurs sont arrivés : Lukas Podolski, Olivier Giroud et Santi Cazorla, d’autres sont de retours ou vont revenir : Jack Wilshere, Bacary Sagna et Abou Diaby. Mikel Arteta et Gervinho découvrent de nouveaux postes et Vito Manonne, habituel troisième gardien ou prêté, est propulsé titulaire en raison des blessures. Pas simple dans cette situation d’être immédiatement compétitif. Abou Diaby a prouvé à quel point il était indispensable au milieu quand il est opérationnel, Santi Cazorla a, lui, pris naturellement les clés du jeu d’Arsenal, Mikel Arteta est devenu une sorte de mur invisible devant la défense, ratissant des ballons, interceptant des passes, harcelant les adversaires. Tous ces joueurs ne se connaissent que depuis juillet (août pour certains) et évoluent pour la première fois en Premier League, qui, nous le savons tous, est un championnat à part avec une intensité physique supérieure à tout les autres championnats européens. Il y a aussi les blessés de longue date qui ont manqués toute la préparation qui sont sur le retour. Je parle bien évidemment de Jack Wilshere, Emmanuel Frimpong et Bacary Sagna qui vont apporter un supplément de qualité à l’équipe. D’ici deux à trois semaines, Wojciech Szczesny, Abou Diaby et Tomas Rosicky devraient suivre le même chemin que leurs coéquipiers. Dons le meilleur reste à venir du côté de l’Emirates Stadium.

Enfin, pour reprendre les propos de Gary Neville, ancien joueur de Manchester United et aujourd’hui journaliste, au lieu de fustiger la gestion financière du club, nous devrions tous féliciter Arsenal, qui obtient des résultats plus que correct avec une gestion financière très saine et qui arrive à dégager des bénéfices et à rembourser sa dette. Financièrement, il faut voir aussi la vérité en face, le club a de l’argent mais il n’a pas de mécène disposant de ressources économiques presque qu’illimitées. Il ne peut donc pas rivaliser avec les Manchester United, Chelsea et Manchester City. Cette philosophie est inscrite dans les gènes du club et cela ne changera pas. Le slogan « Class is permanent », si souvent scandé par les fans d’Arsenal, s’appliquent aussi bien au terrain qu’au business. Arsenal souhaite conserver son identité, son histoire et ses valeurs, et ce, à tout les niveaux. Renoncer à l’équité sportive en profitant de ressources illimitées n’est pas inscrit dans les valeurs qu’Arsenal véhicule.

Par conséquent, aussi frustrante que la situation d’Arsenal puisse être, il faut voir plus large, le club dans son entier. Gagner est inscrit dans les gènes du club, 7 ans sans trophées, c’est long, trop long pour un club du standing d’Arsenal mais il faut voir aussi au delà des résultats à court terme car la politique d’Arsenal vise à pérenniser le club en vivant sainement. Donc, ça passe forcément pas une période de disette, difficile pour l’équipe et très frustrante pour les fans. Mais si on souhaite pouvoir encore regarder Arsenal jouer un rôle en Premier League et se battre pour le titre, ça passe par là, il n’y a aucune autre possibilité.