Compte-rendu Arsenal vs Chelsea (29/09/2012, 6e journée de Premier League)

Par défaut

 
Il faut un début à tout

Ce sera plus tard dans la saison qu’on pourra savoir si Arsenal sera un candidat pour les premières places. Ce n’est pas après 6 journées qu’une équipe donne une vision de ce qu’offrira sa saison. Mais c’est en revanche après 6 journées et une première défaite de la saison qu’on tire les premières leçons de ce qui a marché jusque-là et ce qui n’a pas marché. En l’occurrence ce samedi, Steve Bould sait ce qu’il devra modifier dans ses prochaines séances d’entraînements avec la défense : les deux buts de Chelsea sont venus de coups de pieds arrêtés : le premier de Fernando Torres est venu sanctionner un alignement laxiste d’une défense complètement aux abois sur le coup-franc de Mata, provoqué quelques minutes plus tôt par Hazard qui toucha juste ce qu’il faut le ballon pour pousser son compatriote Vermaelen à la faute. Le second ? Bis repetita avec Mata à la manœuvre qui profita de la confusion entre Mannone et Koscielny pour remettre Chelsea dans les bons rails dans une période où la pelouse était plus rouge que bleue. Pour le reste, Chelsea s’est surtout distingué par la bataille acharnée que son milieu a mené, et remporté, contre celui d’Arsenal. Il n’a pas brillé dans le jeu avec une équipe archi offensive (Torres, Mata, Hazard, Oscar) mais a réussi a marqué deux pions et c’est ça que retiendront les supporteurs au final. Ceux d’Arsenal auront, eux, plusieurs choses à retenir et pas les bonnes : la première de l’axe Vermaelen-Koscielny n’a pas été une franche réussite alors que c’était l’association qu’on attendait le plus depuis le début de la saison. Les deux défenseurs, deux des meilleurs défenseurs du Royaume, ont été impliqué dans les deux buts de Chelsea : Vermaelen en commettant la faute qui amena le coup-franc de Mata et surtout Koscielny, doublement impliqué dans les deux buts puisqu’au marquage de Torres pour le premier, puis dans un rôle peu enviée dans un rôle de déviateur de balle sur le second. Le match avait bien commencé mais c’est sur un coup du sort, commun d’Arsenal, que le destin a choisi son camp : la sortie sur blessure de Diaby (17e) imposa une réorganisation tactique et technique dans l’équipe. Au final, c’est la frustration qui ressort de cette partie : frustration de ne pas voir l’équipe être aussi tranchante que d’habitude, frustration d’avoir encaissé deux buts dans nos temps forts (surtout le deuxième !), frustration d’avoir eu l’impression que les Gunners gâchaient toutes leurs munitions, frustration de voir un Gervinho qui n’a pas surfé sur son but et qui s’est enfoncé au fil des minutes et enfin, frustration de voir que Giroud mettra un peu plus de temps que prévu pour imposer sa marque dans l’équipe (90e+1). Certains se sont sans doute dit sur le coup : « Avec van Persie c’était dedans ». Oui peut-être, mais v. Persie est parti avec l’espoir de glaner son premier titre de champion chez l’ennemi et n’est pas resté avec ce même espoir au club. Il faut donc faire avec ce qu’on a. Les trois points se jouent à un rien : une parade exceptionnelle de Cech sur une tête de Podolski (59e)sur sa seule inspiration de la journée, un poteau sur une tête, encore, de Koscielny (83e), sans doute enclin à vouloir se faire pardonner. Grâce à sa victoire, Chelsea surenchérit sur son début de saison remarquable (aucune défaite en championnat) en remportant sa première victoire contre Arsenal sans Didier Drogba depuis 1995. Les Blues ont maintenant 7 points d’avance sur les Gunners. Londres n’est plus bleu depuis ce samedi après-midi. Mais les choses ne sont pas éternelles et comme on dit, il faut bien un début à tout…

Feuille de match

Arsenal 1-1 Chelsea à Emirates Stadium (60,101)

Avertissements : A. Ramsey (35e), T.Vermaelen (53e) pour Arsenal ; Oscar (39e), , D. Luiz (48e) pour Chelsea, Ramires (90e+2)

Buts : Gervinho (43e) pour Arsenal ; F. Torres (20e), L.Koscielny CSC (53e) pour Chelsea

Arsenal : V.Mannone – C.Jenkinson, T.Vermaelen, L.Koscielny, K.Gibbs – M.Arteta, S.Cazorla, V.Diaby (Chamberlain, 17e) – A.Ramsey (Walcott 67e), Gervinho, L.Podolski (Giroud 67e). Entr : A.Wenger

Chelsea : P.Cech – B.Ivanovic, J.Terry, David Luiz (G.Cahill 81e), A.Cole – J.Obi Mikel, Ramires, Oscar (Moses, 77e)– E.Hazard, F.Torres, J.Mata (R.Bertrand, 84e). Entr : R. Di Matteo

Les chiffres du match

Possession de balle : Arsenal 51% – Chelsea 49%
Tirs (tirs cadrés) : Arsenal 17 (4) – Chelsea 10 (3)
Hors-jeux : Arsenal 4 – Chelsea 3
Fautes : Arsenal 14 – Chelsea 14
Corners : Arsenal 6 – Chelsea 5
Passes réusies : Arsenal 88% – Chelsea 83%
Duels aériens gagnés : Arsenal 48% – Chelsea 52%
Arrêts : Arsenal 1 – Chelsea 3

Notes des joueurs par AFC

Mannone (4): a visiblement oublié de soulager sa défense sur coups de pied arrêtés. Complètement à la rue lors du deuxième but où il doit se coucher sur le ballon.

Jenkinson (7.5): très bon match du finlandais. Il monte en puissance match après match. Il a beaucoup apporté sur son couloir droit aujourd’hui et prend de meilleures décisions au fur et à mesure des matches. Toujours bon défensivement.

Koscielny (4.5): cela faisait très longtemps que nous n’avions pas vu un Koscielny dans cet état. Battu dans son duel avec Torres sur le premier but, il trinque pour l’erreur de Mannone sur le second en expédiant le ballon dans ses propres buts.

Vermaelen (6): match moyen. Beaucoup de fautes inutiles.

Gibbs (7.5): un des seuls au niveau aujourd’hui. Il a fait l’essuie-glace dans son couloir et a distribué de bons ballons à un Podolski très en difficulté aujourd’hui.

Arteta (8): gros match de l’espagnol aujourd’hui. Quelle débauche d’énergie! Partout sur le terrain, il a su soulager la défense avec des relances propres et a mené quelques offensives. L’âme d’un leader!

Diaby (non noté): semblait en jambe jusqu’à sa sortie au quart d’heure de jeu sur blessure. Remplacé par AOC (7): auteur d’une très bonne rentrée, il a apporté de la vitesse et a été bon défensivement. Il est le passeur sur le but de Gervinho.

Cazorla (5.5): alors qu’il avait été désigné par AFC comme devant être « l’homme dans le match » aujourd’hui, l’espagnol a rendu sa plus mauvaise copie depuis qu’il est à Londres. Trop peu d’apport offensif pour l‘ancien de Malaga, et la perte de sa complicité avec Diaby l’a peut-être troublé.

Ramsey (5.5): encore une fois très intéressant sur son côté puis il s’est perdu lorsqu’il a pris la place de Diaby au milieu. Trop de pertes de balle et son repositionnement au cœur d’un milieu qui n’a pas encore joué avec lui cette année l’a déstabilisé. Remplacé par Walcott, transparent. Aucune confiance en lui sur ce côté droit, il a trop peu provoqué la défense adverse.

Podolski (5): invisible. Hormis 2 bonnes incursions dans la surface (qui en parallèle n’ont pas abouti à grand chose) et une tête qui aurait pu faire mouche sans un arrêt de Cech, l’allemand a été beaucoup trop moyen aujourd’hui. Remplacé par Giroud, qui se sera procuré deux occasions dont une qu’il n’aurait jamais du manquer. Il aurait pu être le sauveur de tout une communauté aujourd’hui.

Gervinho (4): sauvé par son but de tueur, car il fût absolument infecte dans le jeu. Très peu d’altruisme, beaucoup de mauvais choix et a considérablement ralenti le jeu.

On a aimé : Arteta

Sûrement l’un des joueurs qu’on attendait le moins en 2011, et pourtant l’Espagnol est devenu en un an la pièce maîtresse du jeu des Gunners. Un véritable mental et des allures de leader, voilà ce qu’est Arteta. Encore aujourd’hui, il a été phénoménal, se dépensant sans compter, couvrant les espaces, proposant des solutions aux quatre coins du terrain et toujours avec une excellente justesse. Pour sa 250ème titularisation dans le championnat anglais, Arteta a honoré tout un club, club avec lequel le natif de San Sebastian a magnifiquement bien fusionné.

On n’a pas aimé : Gervinho

L’Ivoirien retomberait-il dans ses travers? En forme depuis quelques semaines, il a logiquement été titularisé ce samedi contre Chelsea, tout ça pour nous offrir une énorme désillusion. Même s’il est l’auteur d’un très beau but, il a prouvé encore une fois qu’il n’avait aucune vista et que son intelligence dans le jeu était très faible. Il s’est heurté au mur des Blues malgré son activité et a beaucoup trop souvent dribblé dans le vide. Ajoutons à ça un altruisme proche du néant et cela aboutit à un match médiocre, ce qui est d’autant plus exaspérant que l’ivoirien n’a pas de problème de confiance contrairement à la fin de saison dernière.

#Yannick et #Anto

Publicités

Avant-match Arsenal – Chelsea (29/09/2012)

Par défaut

 

Avant match d’Arsenal (5ème, 9pts) – Chelsea (1er, 13pts) à l’Emirates Stadium (60355 places), 6ème journée, coup d’envoi à 13h45.

London is red !

Séduisant depuis le début de la saison, Chelsea, renforcé par un coûteux recrutement estival, se rendra demain dans le nord de Londres pour un derby qui s’annonce bouillant. Les champions d’Europe en titre n’épargnent personne en ce début de saison, mis à part QPR qui avait arraché le nul à Loftus Road il y a deux semaines face aux Blues, et les hommes de Di Matteo ne viendront pas en touriste à l’Emirates Stadium. Dans les couloirs de ce dernier, la confiance est au beau fixe : après un très bon résultat face aux champions d’Angleterre le week-end dernier et une véritable correction infligée à Coventry en coupe ce mercredi, les gunners seront les hôtes de cette rencontre en ce 29 septembre et pourraient donc partir avec un avantage psychologique, surtout s’ils sont portés par la même ferveur qui régnait dans l’enceinte mercredi dernier. Si les blues restent devant les hommes d’Arsène Wenger au classement, leurs statistiques demeurent les mêmes que les gunners : 9 buts marqués pour 2 buts encaissés (dont aucun à l’extérieur pour Chelsea). Même si un match nul ne serait pas un aussi mauvais résultat que nous puissions le penser, il faudra que les canonniers visent plus haut pour pouvoir espérer dès demain monter sur le podium et réduire l’écart avec Chelsea et Manchester United qui ne perdront surement pas beaucoup de point au long de cette saison. Pour cela, il faudra évidemment compter sur une solidité défensive à toute épreuve, surtout avec des adversaires comme Oscar, Hazard ou encore Torres qui retrouve un très bon niveau, mais aussi sur une force d’attaque qui saura faire la différence contrairement à la semaine dernière face aux citizens. Effectivement, les gunners ont manqué beaucoup trop d’occasions le week-end dernier, ce qui leur coûta un match nul qui aurait pu être évité. Apprendre de ses erreurs est essentiel, et si les troupes menées par Vermaelen (qui effectuera son retour demain) sont prêtes à corriger leurs défauts du match à l’Etihad Stadium, alors la victoire prendra probablement le chemin du camp des rouges et blancs.

Un homme dans le match

Arsenal : Santiago Cazorla (5 matches joués, 440mn, 1 but, 2 assists)
C’est toute l’équipe qui devra briller demain, mais Cazorla devra être l’étoile qui brillera plus fort que les autres. Premièrement car son équipe ne pourra rien faire sans une véritable flamme créative face à une équipe comme Chelsea, mais aussi pour qu’il prouve à tous que malgré ses dizaines de millions en moins, il est actuellement au même niveau qu’Eden Hazard. Le petit espagnol régale la communauté des rouges et blancs depuis le début de la saison, et il est temps pour lui de sortir un match référence face à une grosse écurie. Nullement besoin des triplés de Van Persie. Cazorla sera l’unique chef d’orchestre demain, et il ne tiendra qu’à lui de faire résonner la plus belle des musiques dans l’enceinte de l’Emirates.

Chelsea : Eden Hazard (5 matches joués, 393mn, 1 but, 6 assists)
“Nous allons garder un oeil sur lui” a déclaré le capitaine Vermaelen aujourd’hui même. Inconnu du foot anglais il y a de cela quelques semaines, le belge éclabousse de son talent les pelouses de PL. Il a littéralement pris à son compte le jeu des blues et est devenu une pièce maîtresse de l’effectif de Di Matteo, étant impliqué dans 7 des 9 buts de son équipe. Même s’il sera confronté demain à l’une des meilleures défenses d’Europe, personne ne semble pouvoir le stopper pendant 90mn. Le danger passera obligatoirement par ses coups de rein.

Arsenal :
Infirmerie : Rosicky (talon d’achille), Wilshere (reprise), Sagna (reprise), Fabianski (épaule), Szczesny (cheville)
Incertain : Frimpong (reprise)
Suspendu : Aucun
Forme actuelle : NVVN
Buteurs : Gervinho, Podolski (2 buts) – Cazorla, Koscielny, Walcott (1 but)

Chelsea:
Infirmerie: Sturridge (tendon)
Incertain: Lampard (cheville)
Suspendu: Aucun
Forme actuelle: VNVV
Buteurs: Torres, Ivanovic, Lampard (2 buts) – Hazard, Cahill, Cole (1but)

Les clés du match

-Arsenal a gagné 36 de ses 75 matches contre Chelsea à domicile en PL. Chelsea en a gagné 19.

-En cas de victoire demain, Wenger fêtera en plus de ses 16 ans au club sa 350ème victoire en PL.

-Alors qu’on parle de lui du côté des Three Lions, Mikel Arteta fera demain son 250ème match en tant que titulaire dans le football anglais. Andrei Arshavin et Djourou pourraient quant à eux vivre leur 100ème apparition en PL.

-Londres en dehors de Stamford Brigde ne semble pas réussir aux blues puisque leur unique match sans victoire cette saison se déroula à Loftus Road.

-Lampard a marqué 98 buts dans Londres. Il peut devenir le second joueur à en marquer plus de 100 après… Thierry Henry (133 buts)!

-Ivanovic pourrait faire sa 100ème apparition en PL avec les blues alors que Terry est à un but d’atteindre la barre des 50 buts avec Chelsea.

-Lors des 33 dernières rencontres entre les deux clubs londonien, Chelsea a gagné 7 fois avec Drogba et n’a pas réussi à gagner sans lui (V0, N9, D13).

Des photos de l’entrainement:http://www.arsenal.com/news/news-archive/45221/arsenal-train-ahead-of-chelsea-pictures

Compte rendu du match Arsenal Ladies et Barcelone Ladies

Par défaut

Carton plein pour Arsenal

Les Ladies d’Arsenal ont fait un grand pas vers une qualification en 8e de finale de champions league féminine (UWCL). Les filles se rendaient en Espagne avec, non seulement, pour intention de conserver leur incroyable série de matches sans défaites mais aussi de prendre une belle option de qualification.

Jennifer Beattie, Jordan Nobbs et Katie Chapman ont toutes les 3 contribué à l’écrasement d’une sélection catalane complètement surclassée par le beau football de la clique à Laura Harvey.

Le match s’est déroulé au Mini Estadi, stade annexe du Camp Nou. Dès le début de la partie Arsenal se voyait mis en danger par Sonia et Marta Corredera, les 2 meilleurs joueuses de la rencontre coté catalan, mais Emma Byrne, la gardienne d’Arsenal répondait présente.

Les visiteuses prennent l’avantage à la 31 e minute par l’intermédiaire de Beattie qui, suite à un corner botté par Kim Little, envoyait de la tête le cuir dans les filets catalans. FC Barcelone 0-1 Arsenal FC.

Ellen White manquait à 2 reprises de saler l’addition et contraignait l’équipe d’Arsenal à rentrer aux vestiaires avec cette petite avance au score.

À la reprise, Arsenal menait largement les débats et voyait ses multiples efforts récompensés à la 56e minute. : Jordan Nobbs, d’une magnifique frappe enroulée à 25 m des buts de la gardienne catalane, marquait pour le 2-0 en faveur d’Arsenal.

Chapman salait l’addition 10 minutes plus tard: Après un coup franc tiré par Steph Houghton, la balle est repoussée par Esther Sullastres et retombe sur Katie Chapman qui n’a plus qu’à pousser la balle dans les filets adverses.

Malgré toutes les dernières tentatives d’un côté comme de l’autre le score restait inchangé. Avec une avance de 3 buts Arsenal prend donc une belle option en vue d’une qualification en 8e de finale de la ligue des champions féminine. Le match retour se déroulera le 4 octobre 2012 à Meadow Park – Borehamwood.

Fiche technique

Arbitres: Christine Baitinger (GER), Marina Wozniak (GER), Marija Kurtes (GER)

Buts : Beattie (31′), Nobbs (56′), Chapman (76′)

IX d’Arsenal: Emma Byrne, Steph Houghton, Gilly Flaherty, Ciara Grant, Alex Scott, Jennifer Beattie, Jordan Nobbs, Katie Chapman, Rachel Yankey(77), Kim Little, Ellen White(68).

Remplaçantes: Sophie Harris, Yvonne Tracy, Jayne Ludlow, Niamh Fahey, Gemma Davison(68), Danielle Carter(77), Kelly Smith

IX de Barcelone: Esther Sullastres, Laura Gomez Gutierrez, Melisa (c), Melanie Serrano(58), Marta Unzue Urdaniz, Marta Corredera, Miriam Dieguez, Sonia, Alexia Putellas(77), Virginia Torrecilla, Carolina Ferez, Mendez(58)

Remplaçantes: Laura Rafols, Ana Maria Escribano(58), Kenti Robles, Maria Losada, Gema Gili, Olga Garcia(58), Laura Gutierrez(77).

Statistiques du match

Barcelona Arsenal
13 Tirs 19
8 Tirs cadrés 11
5 Corners 6
3 Hors-jeu 1
0 Cartons jaunes 1
0 Cartons rouges 0
11 Fautes 13

Compte rendu du match de Capital One Cup, Arsenal – Coventry (20h45)

Par défaut

Jeu, set et match.

Ce match marquait l’entrée dans la compétition d’Arsenal. Arsenal se présentait face à Coventry à l’Emirates Stadium avec une équipe rajeunie, composée de Martinez, Angha, Yennaris, Eisfeld, Gnabry ou encore Miquel. Arsène Wenger a profité de ce match pour titulariser Olivier Giroud en manque de confiance et de faire jouer les joueurs peu ou pas utilisé depuis le début de la saison (Santos, Walcott, Arshavin, Coquelin, Djourou, Chamakh).  Après une première mi-temps assez décousue de la part des Gunners où ils ont tout de même pris l’avantage par le premier but sous ses nouvelles couleurs  d’Olivier Giroud à la 39ème minute. Au retour des vestiaires,  Arsenal a pris le dessus sur son adversaire du soir qui commençait à montrer des signes de fatigue. Arshavin réussit à provoquer un pénalty, que Giroud se chargea de tirer, mais le gardien adverse, visiblement inspiré, arrêta la tentative du français. A la 57ème minute, Alex Oxlade-Chamberlain à crucifier le portier de Coventry  d’une frappe des 25m sous la barre transversale. Ce fut le début  de la correction. Arshavin aggrava le score en recevant une passe de Giroud au point de pénalty, Walcott en ajouta un quatrième à la 74′, quasiment le même que son second but face à Tottenham la saison passée. Sous l’impulsion de Callum, Coventry réussit à réduire le score à la 79′ mais la réaction fut immédiate de la part d’Arsenal qui en ajouta un cinquième grâce à Ignasi Miquel (80′) et un sixième et dernier par Walcott à la 90′. Ce match a vu aussi le retour d’Emmanuel Frimpong qui est entré à la 74′ à la place de Francis Coquelin.

Fiche technique

Arbitre : Michael Jones

affluence : 58 351

Buts : Giroud (39′), Chamberlain (57′), Arshavin (64′), Walcott (74′, 90′), Miquel (80′) / Boule (79′).

Arsenal : Martinez – Miquel, Djourou (c), Angha, Snatos – Yennaris, Coquelin (Frimpong 74′), Oxlade-Chamberlain (Gnabry 72′), Arshavin – Giroud (Chamakh 73′), Walcott.

Coventry : Murphy – Clarke, Wood, Reckord, Brown – Baker, McSheffrey, Barton, Moussa (Fleck 60′) – Bailey, Eliott (Billes 70′).

Homme du match : Arshavin. Le lutin russe, auteur d’un but et de deux passes décisives, a montré pourquoi il fallait encore lui faire confiance. Wenger l’ayant replacé derrière Giroud, il a pu exprimé tout son talent et sa créativité car il n’a pas eu à faire les mêmes efforts  de replacement défensif qu’exige le poste d’ailier.

On a aimé…

… Le premier but d’Olivier Giroud avec Arsenal, il aurait même pu en ajouté un deuxième si  Murphy, le gardien de Coventry n’avait pas arrêté sa tentative.

… Le retour de Frimpong, 7 mois après sa blessure aux ligaments du genou. Il est entré à la 74′ à la place de Coquelin.

… La constance offensive des Gunners qui, en deux matches à domicile, ont inscrit 12 buts.

On n’a pas aimé…

… Le pénalty manqué par Olivier Giroud.

La politique d’Arsenal

Par défaut

Politique sportive

 Depuis toujours, Arsenal a été un modèle pour l’intégration des jeunes joueurs et de les faire progresser jusqu’aux plus haut niveau. Mais cette politique n’a pas pris forme en raison de la construction de l’Emirates Stadium. Des joueurs comme Thierry Henry, Nicolas Anelka, Tony Adams, Ashley Cole, Patrick Vieira, Liam Brady, David O’Leary (qui a débuté sa carrière à Arsenal à 15 ans en 1973 !), ou encore Marc Overmars, donc cette politique basée sur la jeunesse est même inscrite dans les gênes du club. Arsène Wenger a seulement perpétué la tradition du club et son l’égide du français, cette politique a connu ses moments de gloire dont l’apogée a été la saison 2003-2004 où l’équipe construite par Wenger a reçu le surnom « The Invincibles » en restant invaincu toute une saison en championnat.

L’atout majeur de cette politique est Arsène Wenger. Par sa philosophie de jeu et sa capacité a tiré le meilleur de ses joueurs, Arsenal ne pouvait que réussir sous les ordres de l’Alsacien. A son arrivée, il a réussit à fédérer l’équipe autour d’un projet de jeu offensif basé sur le mouvement et les redoublements de passes alors que jusque là, Arsenal était principalement connu pour être un bloc défensif très solide et ne pratiquant pas un jeu particulièrement flamboyant. Arsène Wenger a révolutionné la philosophie de jeu d’Arsenal.

Les premières (et principales) recrues d’Arsène Wenger ont été Patrick Vieira (20 ans), Nicolas Anelka (17 ans), Marc Overmars (24 ans), Freddie Ljungberg (21 ans), Nwankwo Kanu (21 ans), Thierry Henry (21 ans), Kolo Touré (20 ans), Gilberto Silva (25 ans), Robin van Persie (20 ans), Alex Song (17 ans), Abou Diaby (19 ans), Cesc Fabregas (16 ans), Emmanuel Adebayor (21 ans), etc… Sans Arsène Wenger, la grande majorité de ces joueurs ne seraient pas devenu ce qu’ils sont ou ont été sans le talent du Français.

A début, Wenger a réussit à conserver ses jeunes joueurs et à profiter de leur talent car, jusque récemment, la concurrence en Premier League n’était pas celle d’aujourd’hui. La plupart du temps, le titre se jouait entre Arsenal et Manchester United. Alors qu’aujourd’hui, Chelsea et Manchester City sont venus s’ajouter à ce duo et des équipes comme Tottenham, Liverpool, Everton jouent les troubles fêtes. De plus, conserver ses talents, est devenu une chose difficile en raison des mannes financières quasi illimitées de certains clubs qui en profitent pour rapatrier les joueurs à leur explosion.

C’est pour cette raison que cet été, Arsène Wenger a évoqué un changement dans la politique de recrutement. Pour éviter la fuite de ses talents chez ses concurrents, il souhaite désormais s’appuyer sur un noyau de joueurs britanniques  ayant un lien régional avec Arsenal (Wilshere, Ramsey, Oxlade-Chamberlain, Jenkinson) et construire une équipe autour de ces joueurs.

Politique économique

Après ce premier volet sportif de la politique, observons son second volet économique. La philosophie d’Arsenal ne se résume pas seulement à une politique de jeunes joueurs, elle s’accompagne d’un modèle économique sain et d’autant plus strict depuis la construction de l’Emirates Stadium, inauguré en 2006. Le board a donc mis en place une politique « self-sustaining », c’est à dire une politique où le club ne dépense pas plus qu’il n’en gagne afin de pouvoir rembourser sa dette. Ce modèle est une vision à long terme pour sécuriser le club pour les 15-20 prochaines années et d’être en accord avec les règles qui seront bientôt en place (fair play financier). Le bémol est que les résultats à court terme sont sacrifier, obligeant le club a faire des efforts financiers important pour assurer son avenir.

Avec l’instauration du fait play financier qui devraient contraindre les clubs à la modération, c’est la solution la plus intelligente pour pérenniser le club.

Les conséquences d’une telle politique retombe invariablement sur l’équipe et l’entraineur qui ne dispose plus des moyens d’auparavant. Le recrutement d’Arsenal s’est donc orienté vers les bonnes affaires, des transferts à bas coûts et la formation de jeunes joueurs. Par exemple, un joueur comme Santi Cazorla a été acheté moins cher que Malaga ne l’a payé. Cet été Arsenal a dépensé pour près de 45 millions d’euros mais a en même temps vendu pour un peu plus de 50 millions d’euros.

Pour compléter cet arsenal financier, le club du nord de Londres a adopté une grille salariale très stricte. Les salaires ne dépassant rarement les £100 000/semaine. La saison dernière, le salaire le plus élevé était celui de van Persie avec £90 000/semaine (sans compter les primes). Avec la grille de la saison dernière, Arsenal était dans l’obligation de vendre certains de ses gros salaires comme Arshavin, Squilacci, Chamakh, et de se débarrasser des indésirables. Les départs de van Persie, Song, Almunia ont permis de dégraisser mais il reste tout de même Arshavin, Chamakh et Squilacci qui n’ont pas trouvé preneur cet été. Cette saison, la grille salariale est beaucoup plus équilibré avec au sommet de celle ci des joueurs cadres comme Vermaelen, Arteta et Podolski.

Notons quand même qu’Arsenal est, en quelque sorte, une anomalie en Premier League en terme de salaire. A Manchester United, le salaire le plus élevé est celui de Wayne Rooney avec £250 000/semaine, à Chelsea, ce sont Hazard et Torres qui ont le salaire le plus élevé avec £170 000/semaine, et à Manchester City, c’est Aguero avec £240 000/semaine. Autrement dit, Arsenal ne joue pas dans la même dimension que ces trois clubs.

Ancienne grille salariale

£90 000 : van Persie

£70 000 : Mertesacker, Walcott, Vermaelen, Arshavin, Benayoun (prêt), Henry (2 mois), Arteta

£60 000 : Almunia, Sagna, Chamakh, Rosicky, Diaby, Squilacci

£55 000 : Wilshere, Ramsey, Song, Gervinho

£50 000 : Santos, Djourou, Fabianski, Szczesny, Koscielny

£40 000 : Gibbs, Park

£30 000 : Manonne

£25 000 : Coquelin

£20 000 : Jenkinson, Frimpong, Oxlade-Chamberlain

£15 000 : Miyaichi

Les départs de van Persie, Song, Benayoun, Bartley, Lansbury, Almunia et Vela permettent d’économiser £335 000 par semaine.

Les prêts de Bendtner, Park, Miyaichi, Campbell et Denilson permettent d’économiser £267 000 par semaine, à la condition que le salaire soit intégralement pris en charge par les autres clubs.

Les salaires des nouveaux arrivants s’élèvent à £210 000 par semaine.

Les cadres comme Arteta (+£10 000), Rosicky (+£10 000), Vermaelen (+£10 000) et Koscielny (+£15 000) ont été augmenté et pour certains prolongé pour les sécuriser.

Au final, en salaire fixe (sans les primes), le club économise £80 000 par semaine, sans compter ce que les prêts permettent d’économiser . Le club a bien commencé son dégraissage salarial, mais il reste encore du travail comme Squilacci, Arshavin, Chamakh qui représentent à eux trois £200 000 par semaine.

Nouvelle grille salariale

£80 000 : Arteta, Vermaelen, Podolski, Arshavin

£70 000 : Cazorla, Walcott, Rosicky, Mertesacker

£65 000 : Koscielny

£60 000 : Diaby, Squilacci, Sagna, Gervinho, Chamakh, Giroud

£55 000 : Ramsey, Wilshere

£50 000 : Santos, Djourou, Szczesny, Fabianski

£40 000 : Gibbs

£30 000 : Manonne

£25 000 : Coquelin

£20 000 : Chamberlain, Jenkinson, Frimpong,

£15 000 : Miyaichi

> £5 000 : Eisfeld, Gnabry, Miquel, Yennaris, Aneke, Olsson, etc…

A venir, les prolongations de Chamberlain avec une forte revalorisation à la clé, on lui proposera certainement un salaire équivalent à celui de Wilshere/Ramsey, Celle de Walcott aura probablement un salaire de £80 000 par semaine et une prolongation pour Szczesny.

Même si le club a réussi à diminuer la masse salariale en vendant certains joueurs, les économies faites sur ces salaires ont permis des augmentations pour certains cadres et les clauses contractuelles des joueurs leur offrant une augmentation chaque saison n’ont , finalement , pas fait baissé la masse salariale du club. Elle aurait même très légèrement augmentée cette saison.

Budget transferts

Cette année, l’enveloppe transferts s’élevait à £55M environ. Cet été, Arsène Wenger a recruté Olivier Giroud pour £9,5M (12M€), Lukas Podolski pour £9,5M (12M€) et Santi Cazorla pour £12M (15M€), soit £31M (39M€).

Les départs de Robin van Persie (£24M soit 30M€), d’Alex Song (£14,3M soit 18M€), de Carlos Vela (£2,35M soit 3M€), de Lansbury (£1M soit 1,25M€), de Bartley (£1M soit 1,25M€) et Ozyakup (£400 000 soit 500 000€) soit au final £43,15M (54M€).

En comptant les dernières ventes des terrains d’Highbury qui ont rapportés £28M (35M€), Arsenal a clôt ce mercato avec une balance transferts positive (+£12,15M soit 15M€) donc un profit total de £40,15M cet été.

Selon les informations de Jad, il y aurait près de £50M dans les caisses du club car certaines indemnités n’ont pas été reçues et grâce à la vente de joueurs cet été, il y aura environ £95M dans les caisses du club à la parution du bilan financier. Toujours selon lui, le club va percevoir d’ici la fin de l’année civile à peu près £45M qui iront directement dans l’enveloppe transfert pour la saison prochaine. Tout cela signifie que l’été prochain, Arsenal aura la possibilité de dépenser £65-70M sans toucher au filet de sécurité de £25-30M en cas de non qualification en Ligue des Champions. Et cela ne prends pas en compte les départs de Bendtner, Chamakh, Arshavin fin de contrat), Squilacci (fin de contrat) Park et Denilson.

Si on se place dès aujourd’hui dans les règles du fair play financier, que nous vous avons expliquer dernièrement (vous pouvez retrouvez l’article en question ici : https://arsenalfrenchclub.wordpress.com/2012/08/28/que-va-changer-le-fair-play-financier/), Arsenal aura la possibilité de dépenser l’intégralité de son budget transfert sans atteindre le déficit de £38M sur trois saisons fixé par l’UEFA. En prenant en compte les mercatos 2011 et 2012, Arsenal termine avec une balance positive (+£15,7M) et en ajoutant la vente des derniers terrains d’Highbury en juin 2012 (£28M) et celles de 2011 (environ £30M), le club a largement de quoi voir venir et peut envisager l’avenir sous le fair play financier avec sérénité.

#Yann

Résumé de la 5ème journée de Premier League

Par défaut

Cette 5ème journée de championnat  aurait pu amener son lot de surprises avec un « Super Sunday » qui voyait s’affronter d’un côté Manchester United et Liverpool et de l’autre le champion en titre, Manchester City et un Arsenal plus ambitieux que jamais. Ce weekend de Premier League a débuté samedi avec la rencontre entre la surprise de ce début de championnat Swansea et Everton. Le match a tourné en faveur des Toffees (3 – 0) qui reprennent leur marche en avant après deux matchs sans victoires. Southampton s’est remis sur de bons rails au dépens d’Aston Villa (4 – 1) après leur lourde défaite face à Arsenal la semaine passée. De son côté, Fulham a enchainé avec une deuxième victoire 2 – 1 face à Wigan. Au même moment, West Ham fit match nul (1 – 1) sur sa pelouse face à Sunderland et West Bromwich se défit 1 – 0 de Reading à domicile. Quant à Chelsea, les Blues recevaient la redoutable équipe de Stoke City. Un but en fin de match d’Ashley Cole leur permit de s’assurer une quatrième victoire en cinq rencontres. Ce « Super Sunday » débuta par un superbe hommage aux victimes de la tragédie de Hillsborough en 1996 de la part du kop de Liverpool et d’un émouvant You’ll Never Walk Alone. 

 La première mi-temps de ce match fut assez largement dominé par Liverpool mais elle fut marqué par l’expulsion de Shelvey pour un tacle assez rude. Au retour des vestiaires, il ne fallu que 51 secondes à l’emblématique capitaine de Liverpool, Steven Gerrard. Mais il n’a fallu que 5 minutes à Manchester pour réagir et égaliser par l’intermédiaire de Rafael d’une superbe frappe. En fin de match, les Red Devils prirent définitivement l’avantage par van Persie, sur un pénalty assez généreusement accordé. En fin d’après midi, à l’Etihad Stadium, le champion sortant affrontait Arsenal. La première mi-temps fut largement dominée par Arsenal qui faisait preuve d’une maitrise technique assez impressionnante sur la pelouse du champion invaincue sur celle ci depuis décembre 2010. Mais le réalisme était du côté des Citizens qui ont marqués par l’intermédiaire de Lescott à la suite d’un corner. La seconde mi-temps fut en faveur de Manchester City, mais c’est Arsenal qui réussit à égaliser sur un cafouillage de la défense par son sauveur, Laurent Koscielny. Ce match nul entre les deux clubs du big four leur permet de rester invaincu en championnat. Pendant le même temps, Newcastle recevait Norwich. C’est encore une fois un but de Demba Ba qui permit aux Magpies d’empocher la victoire. Et enfin, sur son terrain, Tottenham a enfin démarré sa saison en écartant Queen’s Park Rangers deux buts à un.

Résultats de la 5ème journée

Swansea City 0-3 Everton (Anibeche 22′, Mirallas 43′, Fellaini 82′) Liberty Stadium (20,464)

Chelsea 1-0 Stoke City (A. Cole 85′) Stamford Bridge (41,112)

Southampton 4-1 Aston Villa (Lambert 58′ et 90’+5′, Clyne 63′, Clark CSC 72′ ; Bent 36′) St. Mary’s Stadium (30,713)

WBA 1-0 Reading (Lukaku 71′) The Hawthorns (23,854)

West Ham United 1-1 Sunderland (Nolan 90’+3′ ; Fletcher 9′) Upton Park (33,052)

Wigan  1-2 Fulham (A. Koné 90’+1′ ; Rodallega 31′, Duff 68′) The DW Stadium (19,284)

Liverpool 1-2 Manchester United (Gerrard 46′ ; Rafael 51′, van Persie PEN 81′) Anfield (44,263)

Newcastle United 1-0 Norwich City (Ba 19′) Sports Direct Arena (49,402)

Manchester City 1-1 Arsenal (Lescott 40′ ; Koscielny 82′) Etihad Stadium (47,318)

Tottenham 2-1 QPR (AD Faurlin CSC 59′, Defoe 61′ ; Zamora 32′) White Hart Lane (36,052)

Programme de la 6ème journée

Samedi 29 septembre

13h45 : Arsenal – Chelsea

16h

Fulham – Manchester City

Stoke City – Swanse City

Everton – Southampton

Reading – Newcastle United

Sunderland – Wigan

Norwich – Liverpool

18h30 : Manchester United – Tottenham Hotspurs

Dimanche 30 septembre

17h : Aston Villa – WBA

Lundi 1er octobre

21h : QPR – West Ham

#Yann

Compte rendu de match: Manchester City 1 – 1 Arsenal.

Par défaut

Au terme d’un match très plaisant, les Gunners ont arraché un point à l’Etihad Stadium grâce à un but libérateur de Laurent Koscielny. Dominateurs lors de la première période, les hommes d’Arsène Wenger n’ont pas su concrétiser leurs occasions et leur manque de réalisme leur a finalement coûté cher, permettant aux Citizens de prendre l’avantage à la 39ème minute grâce à une tête de Lescott. Refroidis par ce but en fin de première période, les Gunners ont très mal entamé les 45 dernières minutes. En difficulté dans la construction du jeu, l’attaque se créait de moins en moins d’occasions et les Citizens se montraient beaucoup plus dangereux. Il faudra attendre les dix dernières minutes pour que le déclic ait lieu pour les londoniens : Cazorla propulse tout d’abord un missile vers le but de Hart qui détourne le ballon en corner. Le coup de pied de coin aboutit sur un cafouillage dans la surface qui profite à Koscielny qui fusille littéralement le portier anglais de demi volé et permet aux joueurs du nord de Londres d’égaliser et de, pourquoi pas, profiter de ce coup dur pour enfoncer le clou. Ce qu’aurait pu faire Gervinho (dont la finition était aujourd’hui désastreuse) à la 90ème minute : bien servi dans la surface, l’Ivoirien reprend du pied droit mais dévisse sa frappe qui part dans les nuages. Preuve que le match était relativement équilibré, City s’était procuré quelques minutes avant la balle de match par le duo Kompany-Aguero : le belge est l’auteur d’une retournée acrobatique merveilleusement détournée par Mannone avant que le cuir soit repris par Aguero dont la frappe rasera le poteau.

Au final, c’est un bon résultat qu’obtient là Arsenal même s’il était largement possible de réaliser un gros coup à l’Etihad Stadium, et les Gunners restent donc invaincus en ce début de saison, faisant le plein de confiance avant une rencontre en coupe cette semaine face à Coventry.

Fiche technique du match:

Arbitre: Mike Dean.
Buts: Lescott (39ème) pour City, Koscielny (82ème) pour Arsenal.
Avertissement: Javi Garcia (90ème).

Manchester City: Hart- Zabaleta, Kompany, Lescott, Clichy – Javi Garcia, Yaya Touré – Silva, Aguero (Balotelli 85ème), Sinclair (Rodwell 45ème) – Dzeko (Tevez 68ème).
Arsenal: Mannone – Jenkinson, Mertesacker, Koscielny, Gibbs- Arteta, Diaby (Giroud 72ème), Cazorla- Podolski (Walcott 72ème), Ramsey, Gerin (Coquelin 90ème).

Chiffres du match:
Possession de balle: City 41% – 59% Arsenal
Tirs (dont cadrés): City 15 (6) – 11 (4) Arsenal
Corners: City 9 – 4 Arsenal
Fautes: City 12 – 8 Arsenal
Hors-jeu: City 1 – 1 Arsenal
Pourcentage de passes réussies: City 78% – 88% Arsenal

Notes des gunners:

Mannone (5.5): coupable sur le but de City suite à une très grosse erreur de jugement sur sa sortie aérienne. Il s’est bien rattrapé avec un super arrêt sur la retournée de Kompany.

Jenkinson (7.5): il monte en puissance, ça se sent. Très costaud défensivement bien qu’un peu hésitant parfois, il a aujourd’hui énormément apporté sur le plan offensif. Il est l’auteur de très belles montées et il pose beaucoup de problèmes à ses adversaires dans les duels au physique.

Mertesacker (7): il a fait ce qu’il avait à faire, et il est l’auteur de bonnes interceptions.

Koscielny (8): le Français a fait taire ses détracteurs qui le pensaient dans une méforme physique. Absolument intraitable défensivement, il s’est battu sur tous les ballons et a gagné beaucoup de duels. Il est aussi l’auteur de montées rageuse et d’un but d’attaquant.

Gibbs (7): des bons dédoublements, il a apporté offensivement comme il le fait depuis maintenant plusieurs matches.

Arteta (7.5): match costaud de notre capitaine d’un jour. Il a bien couvert les espaces grâce à son placement intelligent et a très bien orienté le jeu. Très bonne entente avec Cazorla également. Mais un déchet technique inhabituel de sa part en seconde mi-temps.

Diaby (6): est passé à côté de son match malgré quelques bonnes choses. Il n’a pas eu le rendement qu’il a eu ces dernières semaines. Remplacé par Giroud, qui aura été l’auteur d’une frappe non cadrée.

Cazorla (7): bon match de l’espagnol, qui est l’auteur d’une très belle frappe et du corner qui amena le but. Il a été surveillé de près en seconde période et a eu plus de mal à s’illustrer.

Gervinho (7): a beaucoup provoqué avec de la justesse parfois comme du déchet sur d’autres phases. Gros problème dans le dernier geste, il aurait pu donner la victoire à son équipe en toute fin de match. Remplacé par Coquelin, qui n’a quasiment pas touché le ballon étant rentré à la dernière minute.

Ramsey (7.5): très bon sur ce match. Il confirme sa bonne entame de saison. Il est présent dans les duels physique et va de l’avant avec de la justesse. Il semble avoir retrouvé la confiance, et il s’est énormément dépensé aujourd’hui, apportant offensivement comme défensivement.

Podolsk (5): tout simplement transparent sur ce match. Remplacé par Walcott, tout aussi transparent que l’allemand hormis un bon une-deux avec Giroud.