Arsène Wenger: « J’espérais que la magie opère »

Par défaut

Afficher l'image d'origine

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après la victoire d’Arsenal 2-1 contre Leicester.

Sur ses sentiments:

Une immense joie. Ce match s’est joué sur un rythme très élevé. Nous avons fourni une intensité énorme de la première à la dernière minute. C’était également un challenge mental pour nous aujourd’hui, car se retrouver mené 1-0 à la mi-temps face à une équipe qui défend si bien, il faut être solide mentalement. Nous sommes revenus avec le couteau entre les dents en prenant un maximum de risques. Nous savions qu’un nul n’était pas suffisant. Au final, ces efforts ont payé, grâce à notre mental et le désir de l’équipe de tout faire pour gagner.

Sur sa décision d’intégrer Welbeck dans le groupe:

Je l’ai décidé hier. Lors des deux derniers jours, il a été très convaincant à l’entrainement. J’avais prévu au départ de le faire jouer la semaine prochaine. Mais lors des deux dernières sessions d’entrainement, il a été très costaud et au dernier moment, j’ai décidé de l’inclure dans l’équipe.

Sur cette formidable décision:

C’est une bonne décision car Danny est un super joueur et dans ce métier, il est impossible de prévoir si quelqu’un d’autre aurait su marquer ou non. Mais tout le monde est heureux pour lui, car il a été absent pendant 10 mois, une éternité pour un joueur de football. Il a beaucoup travaillé pour revenir et notre corps médical également. Rappelons qu’il n’a joué que 45 minutes avec les U21 et pas une seconde avec l’équipe première!

Sur son état d’esprit lorsqu’il était blessé:

Vous savez, Danny est un type fantastique, avec une mentalité extraordinaire. Il a énormément travaillé pour revenir. C’est pour cette raison qu’il est la aujourd’hui.

Sur l’arbitre:

Honnêtement, je dirais que nous étions malchanceux de rentrer aux vestiaires menés 1-0 car il me semble qu’il y’ avait faute sur Özil à l’entrée de la surface. Et je me disais que c’était idéal pour marquer. Et une minute plus tard, nous prenons ce penalty qui pour moi, est loin d’être évident. Ce fut un coup dur pour l’équipe. Nous étions sous le choc à la mi-temps. On ne l’avait pas vu venir et à ce moment, Leicester prend 8 points d’avance. Vous avez pu constater que Leicester n’est pas à cette place par hasard. Ils ont de la qualité, ils défendent très bien et ressortent très vite. Mais je pense qu’en deuxième période, nous avions le bon niveau d’énergie et ils n’ont pas su pénétrer dans notre moitié de terrain.

Sur la course au titre après ce résultat:

Cela va booster notre confiance. Nous avons eu une série plutôt mauvaise, 3-3 contre Liverpool, 0-0 face à Stoke, défaite à Chelsea, 0-0 à domicile contre Southampton. Après, nous avons gagné 2 matchs et nous sommes toujours dans la course. Il est évident que le moral est au beau fixe.

Sur l’effet qu’une défaite aurait pu produire:

Une défaite aujourd’hui aurait été catastrophique. L’énergie négative aurait pu nous habiter, la confiance s’étiole et cela aurait été encore plus difficile. Nous n’aurions pas abdiqué mais 8 points de retard, c’est trois matchs pour revenir. Il nous aurait fallu en gagner trois et eux, en perdre trois.

Si l’ascendant est du côté des Gunners pour le titre:

Je pense que c’est ce que nous souhaitons. Mais il y a encore Man City, Tottenham et bien sur Leicester. Pour l’heure c’est très serré. Ce que nous voulons, c’est avoir une régularité afin d’avoir la chance d’y parvenir. Nous sommes conscients des obstacles à venir. Cela dépendra de notre faculté à fournir autant d’énergie qu’aujourd’hui.

Sur les changements durant la rencontre:

Cela montre, qu’a ce niveau, le banc joue un rôle primordial. Lorsque vous dominez, vous pouvez faire rentrer des joueurs comme Walcott ou Welbeck et cela change totalement les choses. C’est ce qui est arrivé. Tant que la rotation est bien réalisée et que tout le monde rentre avec cet état d’esprit, cela fait la différence.

Sur l’accueil réserve à Welbeck:

Il a eu droit à un accueil chaleureux.

Sur son sentiment avant le coup-franc d’Özil:

Pendant un instant, je me suis dit que 8 points, ça serait beaucoup trop. Nous étions revenus à 5, je me suis dit que c’était réalisable. Dans les dernières 5 minutes, ça sentait le but. A chaque fois que nous avions la balle, je n’avais pas trop le temps pour penser car quelque chose aurait pu se produire. Et ils parvenaient bien à dégager leur camp. Lorsque j’ai vu qu’il y avait coup-franc et que Mesut s’en chargeait, je me suis dit qu’il y avait une chance. Ses ballons sont d’une grande qualité et nous avions des joueurs de grandes tailles au centre, Welbeck, Chambers, Mertesacker et Giroud. J’espèrais que la magie opère.

#Max (via arsenal.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s