La drôle de fin de match de Jenkinson, Toral enchaîne

Par défaut
Crédit photo: @KieranCPhoto

Crédit photo: @KieranCPhoto

Carl Jenkinson gardera en mémoire ce samedi 15 août 2015. Alors que West Ham bataillait pour rattraper son but de retard contre Leicester, le gardien Adrian fut invité à regagner les vestiaires pour une charge dangereuse sur Jamie Vardy. Plus aucun remplacement autorisé, c’est Carl Jenkinson qui a dû enfiler les gants. Une fin de match originale pour lui mais le joueur anglais aurait préféré meilleure issue qu’une défaite contre de séduisants Foxes (1-2). Auteur d’une saison pleine à Brentford l’année dernière (34 matchs, 6 buts), Jon Toral semble reparti sur les mêmes bases. Contre Burnley (2-2), le milieu axial espagnol a marqué son deuxième but de la saison en Championship. Considéré comme un bon espoir à Arsenal, il fait ce qu’il faut pour pas qu’on l’oublie.

Un parfum d’Arsenal au Molineux

Le choc de dimanche en Championship entre Wolverhampton et Hull City avait un parfum d’Arsenal. Outre Martinez chez les Wolves et le duo Akpom/Hayden chez les Tigers, l’ancien Gunner Benik Afobe, aujourd’hui à Wolverhampton, était aussi titulaire. Les quatre anciens partenaires en équipe de jeunes ont livré un bon match mais c’est Akpom qui s’est le plus mis en valeur avec une frappe détournée par le poteau à la 72e minute. Il a également beaucoup sollicité Martinez.
Le grand espoir anglais Ainsley Maitland-Niles (17 ans) a contribué à la victoire d’Ipswich contre Sheffield Wednesday (2-1) tout comme Dan Crowley, entré en jeu en seconde période lors de la victoire de Barsnley contre Burton (1-0). Tous les deux sont prêtés pour la première fois dans leur carrière.
Aux Pays-Bas, Yaya Sanogo doit s’armer de patience. L’attaquant de 22 ans, récemment pris à partie par Ronald de Boer, a commencé son deuxième match de suite sur le banc. Il a remplacé son concurrent Arkadiusz Milik en fin de match. Sanogo attend toujours d’ouvrir son compteur de buts en match officiel. L’Ajax tourne bien sans lui. Contre Willem II, deuxième victoire de suite sur le score de 3-0.

Serge Gnabry et Wojciech Szczesny n’ont pas encore joué en match officiel

#Yannick
Stats
Jon Toral (2 matchs, 2 buts, 146 minutes de jeu)
Carl Jenkinson (1 match, 0 but encaissé, 90 minutes de jeu)
Chuba Akpom (2 matchs, 1 but, 173 min de jeu + 1 but en Capital One Cup)
Isaac Hayden (2 matchs, 1 carton jaune, 146 min de jeu)
Emiliano Martinez (1 match, 1 but encaissé, 90 min de jeu)
Yaya Sanogo (2 entrées en jeu, 35 min de jeu)
Ainsley Maitland-Niles (2 matchs, 156 min de jeu)
Dan Crowley (2 matchs, 101 minutes de jeu)
Wojciech Szczesny (N/A)
Serge Gnabry (N/A)

Récap de la semaine 10-16 novembre.

Par défaut

B2U177dIMAA3atkAvec un léger retard, voici un petit résumé des faits importants, drôles de nos joueurs préférés.

Lundi, l’incompréhension :

Après la défaite de Dimanche contre Swansea, la semaine commence assez mal. Le manque de mental de nos joueurs fait peur et ne pas savoir tenir un match que l’on mène c’est assez dramatique. Une défaite qui fait mal.
Patrick Vieira disait très justement dans le documentaire « Vieira vs Keane » qu’Arsenal n’avait plus le même mental et la force de gagner ces matchs quand l’équipe joue mal. Franchement, le beau jeu c’est sympa, Arsenal nous a régalé depuis des années avec des actions de folie (Wilshere vs Norwich par exemple) mais il va falloir être un peu plus tranchant dans le futur si on ne veut pas se satisfaire de la 4ème place pour les 30 prochaines années. Peut-être que la seule blessure qu’il faut vraiment soigner à Arsenal, c’est le mental.

Mardi, un hommage (principalement anglais) :

Alors que les joueurs sont en sélection nationale, certains ont tout de même souhaité faire parvenir un message de mémoire pour le 11 novembre. Ainsi, nous avons pu remarquer que les anglais sont plus enclins à faire cet effort que les autres. The Ox, Walcott et Wilshere sont ainsi les joueurs qui ont posté une photo ou un tweet en mémoire des soldats tombés pendant la 1ere guerre mondiale.

Mercredi, la solution Ospina :

Dans une interview donnée au site d’Arsenal, Ospina nous fait une déclaration sur comment il est arrivé à devenir gardien de but :

« I started out as a striker scoring goals. But as fate would have it, we were missing our goalkeeper for one match and I asked the coach to be in goal. »

Et en français :

« J’ai commencé comme attaquant en marquant des buts. Mais le destin en a voulu autrement, notre gardien était absent pour un match et j’ai demandé au coach d’aller dans les buts. »

Voilà, notre salut viendra d’Ospina en position de buteur.

Jeudi, un petit point blessure :

Giroud est de retour à l’entrainement. Et ça, c’est une excellente nouvelle.

Vendredi, des nouvelles de Jenkinson.

Prêté à West Ham cette saison, Carl Jenkinson s’est fait remarquer en marquant avec les U21 durant la victoire des Anglais contre le Portugal, 3 – 1.
https://www.youtube.com/watch?v=Qk–vtoIwRI

Samedi, c’est double ration :

On arrête plus Welbeck. Du moins, en équipe d’Angleterre. Dat Guy a marqué un doublé contre la Slovénie ce samedi. Véritable atout pour son équipe nationale, nous attendons désormais qu’il répète ce genre de performance avec Arsenal.
https://www.youtube.com/watch?v=TRRmQo_i_fg

Dimanche, Arsène sur BeIn :

Contrat à peine terminé avec TF1, Arséne Wenger fut l’invité d’Alexandre Ruiz dans le club sur Bein Sports. Les deux infos à retenir sont qu’il est assez bon en tennis-ballon mais aussi qu’il a un point commun avec Jack Wilshere.

#Michael

Bilan de la semaine (3-9 Novembre 2014)

Par défaut

B1dtsKBCYAEj03R

Comme chaque semaine maintenant, petit récapitulatif de l’actualité du club, jour après jour.

Lundi, une doudoune pour Tonton :

Le service communication de Puma sait vraiment comment s’y prendre pour mélanger Arsenal et la sortie d’un nouveau produit. Cette semaine, nous avons eu droit à une petite vidéo assez drôle sur la doudoune d’Arsène qui cause tant de souci depuis des années.

Alors, vous en pensez quoi ?

Mardi, une journée gâchée :

L’info que je souhaite retenir c’est le début des négociations avec Walcott pour une prolongation de contrat. Le gunners qui revient tout juste de blessure serait donc en discussion pour prolonger son aventure à Londres ou il ne lui reste plus qu’un an et demi de contrat. On espère sincèrement qu’il va signer ce contrat et ne pas nous faire trop attendre comme il a l’habitude de faire à chaque négociation. L’opération #SignDaTing est en route sur Twitter.

L’autre nouvelle de cette journée, c’est le 3 – 3 face à Anderlecht. Mais, j’ai pas envie de m’énerver.

Mercredi pépite :

Mercredi, c’est le jour des enfants (en gros, on parle d’un jeune joueur mais comme il n’est pas encore un joueur confirmé on va dire que c’est un enfant. Mais ce n’est pas péjoratif hein, enfin vous m’avez compris)
Jon Toral, vous connaissez ? Ce jeune joueur, formé à Barcelone et maintenant dans l’académie d’Arsenal, est actuellement prêté à Brentford. Il s’est fait remarquer lors de son match, ce mercredi, en ouvrant le score sur la victoire 3 – 1 de son club sur le terrain de Nottingham Forest. Un homme à suivre.

Jeudi, parlons infirmerie :

Nos camarades du site hat-trick ont sorti un dossier vraiment complet sur Arsenal et ses blessés. Cet article décortique vraiment l’infirmerie d’Arsenal avec les infos sur chaque joueur mais aussi propose de belle manière une comparaison avec d’autres clubs de Premier League mais aussi du football européen. Un conseil, n’hésitez pas à le lire.

Le lien : http://www.hat-trick.fr/arsenal-balle-au-pied-le-pied-dans-le-platre/

Vendredi, une parenthèse inattendue :

Cet événement a eu lieu Jeudi pour être exact. Mais, j’étais obligé de l’évoquer. En Europa League avec son club de Wolfsburg, Niklas « The Lord » Bendtner a marqué un doublé. Vous n’êtes pas surpris, c’est normal. Pour vous faire plaisir, voici l’un des deux chef d’œuvre (bon d’accord, j’arrête de m’emballer !)

Samedi, Hummels :

Selon quelques journaux, Mats Hummels serait prêt à rejoindre les Gunners cet hiver. Alors vous y croyez ? ou bien s’agit-il simplement d’une rumeur comme il y en a des dizaines chaque semaine ?

Dimanche, Arsenal coule à Swansea :

Un petit résumé de ce début de saison par Funny Football. Vous êtes d’accord ?

#Michael

Plaidoyer pour Arsène Wenger

Par défaut

C’est peut-être cavalier de défendre Arsène Wenger par ces temps. Et pourtant, je l’ose, c’est l’homme qu’il faut.

Le défendre ne comprend pas forcément de fermer l’oeil sur ses manquements. Nous y reviendrons

Mais pour l’heure, détaillons l’essentiel des critiques – mots hostiles – mépris, que lui et le club cristallisent. Pas très folichon mais florilège.

Le refrain est connu, « 8 ans ». Lancinant rappel des dictateurs des trophées. Prêt-à-penser machinal et imbécile que sortent tous les détracteurs du club. Pour changer, ils parlent de « manque d’ambition ». « D’illusions de beau jeu ». « De centre de formation ». Du Evra dans le texte. Le philosophe de Knysna a des adeptes pardi. Ca coince vite en réalité. Lente et sure inclination dans le fallacieux. Incapables au final de tuer l’âme du club et son inextinguible identité qui survit au désert de titres, ils font dans la répétition. Il faut en rire. S’il on est sensible et irritable, opposez des faits et des réalités. Les voici.

Le trophée est l’horizon naturel de tous sports. Vrai. Peut-être tout aussi vrai, même plus, il ne se décrète pas. Ni par le chéquier, ni par une science exacte. Ni par l’accumulation de grands noms. (Rien n’aurait échappé au Réal). C’est cette part d’incertitude et d’injustice qui fait la magie du sport. L’argent veut piper les dés. Le diktat du trophée s’est imposé dans le football moderne en même temps que les flux de capital. Nulle coïncidence, voilà les deux jambes qui dirigent le le football. Au diable la formation, l’âme, le miroir identitaire des clubs. Ne comptent plus que l’argent, la froide arithmétique des chiffres. Les palettes et les stats des médias, Pouah ! Dans le sillage des billets, illicitement acquis qui pis est, instabilité des clubs, valse incessante des joueurs, tous les piliers disparaissent. L’argent inonde et ensevelit tout. On peut – si l’on veut- s’en féliciter, crier au génie de Chelsea, à la gloire de Manchester City, jouir devant le PSG. La vérité est que je ne suis pas du même avis. Je suis contre. Je prête cette réticence à Arsène Wenger. D’où le soutien infaillible que je lui apporte.

Les « 8 ans » n’ont pas été vierges d’émotions. Ils ont été un cycle nouveau, moins formidable, que le 10 ans d’avant où le club, avait tout raflé et offert à l’Angleterre l’une des plus belles rivalités dans l’histoire du sport et à ce jour l’exploit le plus retentissant noté dans aucun championnat : finir invaincu une saison entière. Mais le passé disent-ils, ne compte pas. Qu’est-ce le présent sans le passé ? On peut ainsi en signaler quelques uns des exploits d’Arsenal, mais à quoi bon, passons. Dortmund a accompli sa saison la plus belle, sans trophées, 2013. Si on en croit des dictateurs du trophée, c’est à ensevelir. C’est effroyable. 

Ils ont décidé que ne comptent que les 8 ans commençant un jour de mai 2005, aller comprendre ce sectarisme dans la chronologie. 2005 tiens, irruption d’un nouvel état d’esprit qui règne dans le football : Abramovitch, Chelsea, la brèche vers le non-sens. Encore une fois pas de coïncidences. Qu’on ne se méprenne pas. Supporter d’Arsenal, même récent, je me fais cette histoire. Je suis le premier à mourir de douleurs avec les mauvais résultats. Ils sont les produits d’une conjoncture. Un agrégat de facteur qu’on ne guérit pas avec le remède en vogue, le changement de coach. Il convient de rester lucide. C’est cette patience que ce monde du tout-tout-de-suite, veut détruire. Manchester City a acheté son titre après un milliard d’acharnement, à la différence de but. 400 millions pour le PSG. J’omets volontiers Chelsea. Si ce modèle-là, convient à la masse, je me range derrière Wenger pour le contester.

Sans rentrer dans une cuisine interne du club, les restrictions budgétaires ont fléchi les finances du club. Je conviens. A mon sens c’est une ligne d’explication moyennement recevable. Je me focalise sur le sportif. Sur le terrain, il a manqué de la confiance, de la chance, parfois du talent, ramassis de choses qu’on corrige avec le temps. Autre paramètre, que les joueurs n’aient pas envie de rester, il faut leur faciliter la sortie. Un club exige un peu d’amour, les joueurs doivent en justifier. Le cas échéant qu’ils filent. Aller gagner des titres, quand on a été capables par son talent de les accrocher, sonne comme la lâcheté la plus innommable et l’infidélité la plus consternante. Mais je n’attends rien des joueurs de foot, encore moins de leurs esprits. Falcao est parti gagné des titres à Monaco. Et la bite à ma soeur aussi.. 

La vulgarisation du football à une classe de supporters récents, biberonnés à Twitter, FiFa, PES, et autres saloperies qui n’ont rien de l’enseignement des valeurs du terrains et de la réalité du vestiaire, produit des fans artificiels, des connaisseurs lamentables qui fourmillent sur le net pour se repasser tous les ragots. C’est l’accumulation de ces fans, souvent amoureux des clubs modernes, qui sont la plaie béante du foot. Prompts à te chier telle stat comme si le foot état une affaire de calcul. Tous les trophées de Lampard ne vaudront jamais le talent de Gerrard. C’est peut-être ça, surtout ça, le foot qu’Arsène veut. 

Arsène Wenger a raison. De tenir bon. De former de joueurs. De veiller à des finances saines. De ne pas participer à la bulle financière qui sera à son implosion un désastre. De donner la chance aux jeunes. De ne pas dépenser des sommes folles pour des joueurs – qui ne le méritent pas. De prôner un jeu, alléchant. De faire confiance à des joueurs en manque de confiance. Il a raison d’être un rempart contre ce que le football devient. Ca ne paye pas, forcément. Il tend d’ailleurs à lâcher du leste tant ma dynamique générale est impitoyable. Pour l’heure, mais c’est la bonne attitude. Arsène Wenger est un modèle de loyauté et de vertu pour ce club.

C’est ça le Arsenal FC que j’ai aimé. Je ne suis pas sous l’emprise d’un gourou à qui je passe tout. Cet été plus que les autres, a en revanche, un goût d’hésitation fatale. Impréparation. Pilotage à vue. Retards dans les transferts. Entrées et sortie d’effectifs non coordonnées. Equipe frêle. Série de fautes imputables exclusivement à Wenger. Ces erreurs doivent être corrigées. Et vite. Toute déduction serait précoce en revanche. Arsenal achètera des joueurs. Lancera sa saison. Le reste on verra. Les désirs des fans ne sont pas des promesses de succès. L’attachement des fans et leurs goûts, quoique nobles, ne dirigent pas un club.

Je comprends bien que les moqueries et hostilités du monde-tout-sportif contre Arsenal peinent et meurtrissent les fans, mais il faut s’en émanciper. C’est la règle du jeu. Il faut un choix, d’un autre ordre, le seul qui compte :

Il faut qu’Arsenal se trahisse pour satisfaire les exigences majoritaires que l’on entend le plus souvent. Dès lors ceci :

Que le club renonce à ses valeurs et ses principes et s’agenouille devant les standards actuels. C’est facile.

Ou qu’il reste le club qu’on aime. C’est mon option. D’où ma foi renouvelée en Wenger.

Naturellement chacun est souverain de répondre ce qu’il veut. J’invite juste à la cohérence.

EHSG 

Ce ci n’est pas le propos d’un vieux nostalgique réac. Non plus une soupe tiède de compliment à Arsène, c’est le droit de s’extirper dans la gouvernance actuelle du foot. A 25 ans, on a le droit de ne pas suivre des aveugles.

Augustin Diamacoune

Analyse tactique de la saison

Par défaut

Pour boucler le bilan de la saison qui a été publié plus tôt ce mois-ci, nous vous proposons une analyse tactique.

  • Le 4-3-3 est il le système idéal pour Arsenal ?

La réponse est clairement oui. Ce système permet une meilleure couverture du terrain que n’importe quel autre système. Cependant, il ne faut pas croire qu’Arsenal s’enferme dans un système précis. Le 4-3-3 reste le système de base mais, selon les situations, ce 4-3-3 tend à évoluer vers un 4-4-2 en situation offensive ou vers un 4-5-1 en situation défensive. Le jeu d’Arsenal étant basé sur le mouvement et les combinaisons, il est intéressant de constater que le 4-3-3 offre plus de possibilités, de variations dans la relance que le 4-4-2.

Jeu en triangle couverture du terrain en 4 3 3

Jeu en triangle et couverture du terrain du 4-3-3.

Couverture du terrain en 4 4 2 et jeu en triangle

Jeu en triangle et couverture du terrain du 4-4-2.

Le jeu originel d’Arsenal étant très vertical, un point d’ancrage entre le milieu et la défense adverse (le rôle de Cazorla puis de Rosicky et Wilshere) est nécessaire pour faire le lien entre les attaquants et les milieux. Le 4-4-2, quant à lui, supprime ce point d’ancrage essentiel dans le jeu des Gunners et obligerait un de nos deux attaquants à redescendre (vraisemblablement Podolski ou Giroud) pour occuper ce rôle alors qu’aucun attaquant du club ne dispose des capacités pour le tenir.

En phase défensive, le  4-4-2 est aussi plus risqué. Il demande aux attaquants et aux ailiers un travail défensif supplémentaire, ce qui n’est pas toujours le point fort de certains attaquants à Arsenal. Le 4-3-3 quant à lui est plus malléable. Il permet d’avoir un double pivot à la relance avec un joueur qui se consacre presque exclusivement aux tâches défensives (Arteta) et un autre, placé un peu plus haut sur le terrain, orienté vers la relance et le pressing.

Compte tenu de l’effectif actuel d’Arsenal, le 4-3-3 est la meilleure solution et surtout la plus sûre. En effet, le fait qu’Arsenal n’ait pas dans son effectif de milieu défensif de métier, capable de s’imposer physiquement au milieu est préjudiciable, et encore plus dans un 4-4-2. Un passage en 4-4-2 fragiliserait l’équilibre défensif de l’équipe et rendrait la défense encore plus vulnérable qu’elle ne l’est. Avec un duo Arteta / Ramsey, Arteta / Wilshere ou même Arteta / Rosicky, le risque de perdre le contrôle du milieu serait trop grand. Le renfort d’un troisième joueur à ce niveau du terrain permet de renforcer cette partie essentielle du jeu des Gunners.

De plus, Arsenal ne dispose pas du profil de l’attaquant créateur, à savoir un attaquant capable de marquer et d’organiser le jeu. Cependant, en cours de match, l’organisation d’Arsenal (le 4-3-3) peut évoluer vers un 4-4-2 ou un 4-5-1 selon les situations. Pour le 4-4-2, le plus souvent, c’est Theo Walcott qui repique dans l’axe, demandant donc à un milieu de terrain de se déporter dans le couloir et compenser. Or, le manque de discipline tactique fait qu’on se retrouve très régulièrement avec Walcott dans l’axe et personne à droite pour compenser, laissant Sagna totalement seul. Pour Podolski la situation est similaire.

En phase défensive, le problème est récurrent. Walcott repiquant dans l’axe, il ne se replace pas sur son aile et laisse Sagna seul, d’où les nombreuses erreurs de ce dernier.

  • Le cas Walcott et des ailiers en général

Cette saison, les ailiers ont été source de prises de têtes et l’un des symptômes des difficultés d’Arsenal dans le jeu.

ailiers Arsenal

Tout au long de la saison on a pu voir que nos ailiers, quels qu’ils soient, avaient une (trop) forte tendance à dézonner et à s’agglutiner dans l’axe du terrain. En ayant vu l’intégralité de tous les matches, on peut remarquer que Lukas Podolski, par exemple, a un tendance à venir axe gauche du milieu du terrain (le cercle rouge) plutôt que dans le couloir gauche (le cercle jaune). Il en est de même pour ses appels. En raison de son décalage vers le milieu du terrain, il arrive dans la zone du défenseur central et du milieu défensif, où il ne sert pas à grand chose puisqu’il empêche d’écarter le jeu, de l’aérer. Pour être plus efficace à gauche et éviter la monotonie dans le jeu d’Arsenal, il devrait réellement coller à sa ligne et faire un appel dans le dos du latéral, soit faire un appel dans l’espace entre le latéral et le défenseur.

Le cas de Cazorla sera étudié plus tard et ceux de Chamberlain et Gervinho ne sont pas nécessaire car ils n’ont pas suffisamment joué pour que quelque chose de significatif en ressorte par rapport à Podolski, Walcott et Cazorla.

Le cas Walcott est encore plus représentatif de ces problèmes. L’Anglais est une formidable arme offensive pour Arsenal mais son manque de discipline tactique en fait souvent un handicap. Face à une défense regroupée, quand le jeu est fermé, Walcott est inutile en raison de son incapacité à dribbler. Mais en situation de contre ou de jeu ouvert, il devient très redoutable s’il reste concentré.

Walcott vs Chelsea janvier 2013

Le point rouge = Theo Walcott
Le point jaune = le ballon

En effet,  dès qu’il part dans le dos du défenseur, il est inarrêtable ou presque. Comme sur l’image au dessus, partir dans le dos du défenseur central est la situation idéale pour lui.

vlcsnap-2013-05-06-19h30m19s218

Cependant, il s’obstine à toujours vouloir occuper l’axe central de l’attaque, au détriment de son poste sur l’aile. Comme on peut le constater sur l’image, Walcott se trouve à la droite de Podolski, délaissant son aile droite complètement vide de joueurs adverse et ainsi facilitant la défense adverse.

zone d'action de Walcott

Zones d’action de Theo Walcott face à Chelsea et Tottenham.

Face à Chelsea et Tottenham, ses zones d’action démontrent bien ce défaut. Si Walcott commence bien ses actions sur l’aile, très vite, il repique dans l’axe où il ne peut être efficace compte tenu de son gabarit et de sa faiblesse technique.

Zone de jeu Walcott vs Wigan

Face à Wigan, où il a respecté son poste (même s’il a bien été aidé par un Espinoza très offensif), il nous a gratifié d’une très belle performance en étant l’un des détonateurs du jeu puisqu’il a permit de l’écarter.

heat map Walcott

La preuve, en comparant les heat map de Walcott face à Tottenham et Wigan, réputée pour être très bien organisée et très forte tactiquement. Face aux Spurs, il a été inexistant alors que face à Wigan, il a touché beaucoup plus de ballons.

L’autre problème qu’entraîne sa manie de dézonner, c’est l’absence de repli défensif, laissant Sagna à la merci du latéral et de l’ailier adverse et obligeant un des milieux à venir compenser. Ce qui déséquilibre le bloc défensif. En conclusion, bien que Walcott soit une arme offensive redoutable, il devra progresser tactiquement car il reste une faille dans l’organisation défensive d’Arsenal.

  • L’apport d’Olivier Giroud

Bien qu’il soit rester relativement discret cette saison, Olivier Giroud a eu un impact non négligeable dans le jeu des Gunners.

Giroud a permit d’apporter une touche de diversité supplémentaire à la palette offensive des Gunners. Contrairement à Podolski ou Walcott, le Français est un attaquant plus traditionnel qui se situe naturellement dans la surface de réparation, là où il peut apporter le plus. Il est capable de prendre des ballons de la tête, de jouer comme point d’appui en se mettant au service du collectif. Et cela, aucun des attaquants de l’effectif ne l’apportait.

A gauche, la Heat map de Gervinho face à Southampton et à gauche la heat map de Giroud face à Fulham.

A gauche, la Heat map de Gervinho face à Southampton et à gauche la heat map de Giroud face à Fulham.

Sur l’image, on remarque que Gervinho, qui a été placé en pointe par Wenger face à la défense haute de Southampton en raison de sa vitesse et de ses capacités de percussion.  Une option qui s’est avérée payante puisque Gervinho a marque un doublé.

Face à Fulham par contre, où la défense est plus basse et plus regroupée, Wenger a choisit de titulariser Giroud à la place de Gervinho. En effet, la vitesse et la percussion de l’Ivoirien dans ce cas de figure est inutile compte tenu du manque d’espace. Olivier Giroud étant plus un joueur de surface, pouvant s’imposer face aux grands défenseurs de Fulham, c’était donc le choix le plus logique de le titulariser. Résultat, le Français a aussi inscrit un doublé.

Heat map d'Olivier Giroud face à Liverpool.

Heat map d’Olivier Giroud face à Liverpool.

En plus de son apport dans la surface, il est un point  d’appui important sur les dégagements du gardien mais aussi à l’entrée de la surface de réparation où il cherche à créer un décalage ou combiner avec un coéquipier.

En plus de son rôle de buteur, il a montré son sens du collectif avec ses passes décisives qui, pour la plupart, se situe soit à l’entrée de la surface de réparation (Podolski vs Montpellier, Gibbs vs Swansea ou Wilshere vs Swansea), soit près du point de pénalty (Walcott vs Liverpool).

  • Santi Cazorla

Aujourd’hui, pour être un bon milieu espagnol, il faut être petit, polyvalent et surtout un passeur exceptionnel. Santi Cazorla cumule toutes ces qualités avec une spécificité supplémentaire par rapport à ses coéquipiers espagnols, il est ambidextre.

Pour sa première saison en Angleterre, il s’est parfaitement adapté à la philosophie et l’engagement de la Premier League. Pendant la première partie de la saison, il a occupé le poste de meneur de jeu derrière l’attaquant où son rôle était de faire le lien entre l’attaque et le milieu. Ce que le petit espagnol a réalisé avec brio.

Heat map de Santi Cazorla face à Liverpool.

Heat map de Santi Cazorla face à Liverpool.

Dans cette position de meneur de jeu, Wenger lui a offert une totale liberté de déplacement, lui permettant de se placé au mieux entre les lignes adverses et amorcer un décalage ou une combinaison. C’est aussi à ce poste qu’il a le plus influencé le jeu des Gunners.

Heat map de Santi Cazorla face à QPR.

Heat map de Santi Cazorla face à QPR.

S’apercevant que le jeu de Cazorla penchait naturellement à gauche, Wenger franchit le pas après la mi saison en replaçant l’Espganol sur l’aile gauche. Bien qu’il soit moins important dans le jeu avec une moyenne de 60-70 ballons touchés au lieu des 80-90 en position de meneur de jeu axial, il a gardé son efficacité. Il a joué 33 matchs dans l’axe et a inscrit 8 buts et fait 7 passes décisives (soit un but ou une assist toutes les 198 minutes environ) et 15 matchs sur l’aile gauche où il a inscrit 4 buts et fait 7 passes décisives (soit un but ou une assist toutes les 122 minutes environ).

Heat map face à WBA

Heat map face à WBA

Son « exil » à gauche ne l’a, cependant, pas privé de sa liberté de déplacement qui l’a souvent été au détriment de son aile gauche qu’il a délaissé. Profitant de sa position sur l’aile, comme meneur excentré, il est souvent venu apporter du soutien au milieu en partant de son aile. Ce replacement lui permet aussi de rentrer sur son pied droit, son pied naturel bien qu’il soit ambidextre, et de déclencher des frappes de loin.

Cazorla en position de meneur de jeu axial.

Cazorla en position de meneur de jeu axial.

Cazorla replacé sur l'aile gauche.

Cazorla replacé sur l’aile gauche.

La comparaison de la différence d’influence de Cazorla sur des matchs similaires (Reading 2-5 Arsenal et Arsenal 4-1 Wigan) est intéressante. Sur l’aile, il fait moins de passes mais celles-ci sont toujours orientées vers l’avant ou vers l’opposé afin de trouver une faille dans la défense. La constante est que quelque soit son poste, Cazorla reste celui qui oriente le jeu d’Arsenal.

  • Mikel Arteta et son nouveau rôle.

Replacé dans un rôle à la Pirlo cette saison, Mikel Arteta a dû s’adapter à ces nouvelles contraintes, adapter son jeu et réapprendre un poste qu’il n’avait plus occupé depuis sa jeunesse. Ce pari risqué de Wenger s’avère payant puisque l’Espagnol a parfaitement pu tenir son rôle de sentinelle. Arteta a utilisé à bon escient sa science du placement pour s’imposer comme un milieu défensif convainquant et sûr.

Heat map d'Arteta face à Manchester City.

Heat map d’Arteta face à Manchester City.

 Replacé comme milieu défensif et premier relanceur, il a touché la majorité de ses ballons dans sa propre moitié de terrain et autour du rond central. Son principal objectif était de trouver rapidement Cazorla ou un des autres joueurs à ses côtés afin qu’ils prennent en main l’organisation du jeu tandis que lui se contentait de ses tâches défensives.

Zones d'action de Mikel Arteta face à WBA.

Zones d’action de Mikel Arteta face à WBA.

En cas d’actions offensives, Arteta s’est appliqué à respecter ses consignes de jeu et à limiter ses montées afin de couvrir et protéger sa défense. Ce qui était particulièrement le cas en début de saison quand Arsenal recherchait toujours le bon équilibre. Ce replacement a permit aux Gunners d’avoir un joueur doté d’une excellente qualité de passe à la récupération, permettant ainsi une relance propre et efficace. Malgré cette position délicate de premier relanceur, Arteta est le joueur à avoir effectuer le plus de passes en Premier League et le joueur avec le meilleur taux de passes réussies avec 91,5%.

Les interceptions d'Arteta face à Aston Villa.

Les interceptions d’Arteta face à Aston Villa.

La saison passée, son rôle était beaucoup plus offensif que celui de cette saison. Bien qu’il ait été toujours impliqué dans le travail défensif (4,4 tacles et interceptions par match en moyenne en 2011-2012), il a beaucoup progressé sur cet aspect en terminant la saison avec une moyenne de 6,1 tacles ou interception par match. Il constituait le 2ème niveau de pressing sur le terrain après la défense centrale. Ce système de pressing sera optimisé en fin de saison avec l’ajout d’Aaron Ramsey à ses côtés. En comparaison, Alex Song, lors de la saison 2011-2012 tournait autour de 5-6 interceptions ou tacles par match, ce qui prouve que, malgré une manque de présence physique, Arteta s’est largement imposé à ce poste et qu’il a grandement contribué à la performance défensive d’Arsenal cette saison.

  • La résurrection d’Aaron Ramsey

En début de saison, le Gallois a accepté de se sacrifier pour l’équilibre de l’équipe et de dépanner sur les ailes et parfois même comme arrière droit et gauche. En fin de saison, sa patience a été récompensée par des titularisations à son poste de prédilection, au milieu.

Placé aux côtés d’Arteta dans un rôle de box-to-box, Ramsey a profité de la discipline tactique de l’Espagnol pour s’épanouir. Chose qu’il n’avait pu faire en 2011-2012 en raison de son retour récent de blessure et du manque de discipline chronique d’Alex Song.

Zones d'action de Ramsey face à Norwich.

Zones d’action de Ramsey face à Norwich.

Jouant un cran au dessus d’Arteta, il a permit d’apporter un équilibre qu’Arsenal peinait à trouver depuis le début de la saison. Son endurance et sa combativité naturelle ont permis de solidifier ce milieu et de donner une meilleure sécurité à la défense.

Interceptions d'Aaron Ramsey face à Reading.

Interceptions d’Aaron Ramsey face à Reading.

Là où il a été le plus précieux, c’est sa complémentarité avec Arteta et sa capacité à aller presser haut et ainsi ajouter ce niveau de pressing qui manquait et que Cazorla (ou Rosicky ou Wilshere en position de meneur de jeu) ne pouvait faire seul.

Merci à Opta pour les statistiques, Squawka.com, arsenal.com et à @BackoTheDoc pour les images.

#Yann

Chronique de Jad : point transferts et actualités du club

Par défaut

– L’agent de Rosicky a tenu a mettre les choses au clair: son client ne partira pas: il n’a eu AUCUN contact avec la Roma, et Thomas devrait revenir à 100% de ses moyens en janvier pour l’instant il a repris l’entraînement léger.

– Ne rêver pas trop d’un nouveau come back de Titi Henry: les NY Redbull seraient pas vraiment chauds pour nous le prêter cette saison: il ne faut pas dire jamais mais si on lit entre les lignes la déclaration du dirigeant de Redbull qui en parlait hier: il ne devrait pas y avoir de prêt.

– La Juventus a signifié à A.Matri et ses agents qu’il pouvait se trouver un nouveau club: ses agents nous l’ont donc proposé: nous avons refusé.

– Gilles Grimandi était dimanche au Stade du Ray de Nice afin de superviser les toulousains: Capoue et Abdennour: malheureusement pour lui ce dernier était forfait de dernier minute ce qui a poussé Capoue a évolué en défense central. Abennour est régulièrement suivi par Grimandi, le Barça et même le Real le garde à l’oeil de loin.

– La rumeur concernant Vermeer est infondée: il y avait bien 2 scouts d’Arsenal lors d’Allemagne – Pays Bas il y a 2 semaines mais ils n’étaient pas présent pour observer le gardien de l’Ajax mais d’autres joueurs.

– La rumeur Huntelaar ne serait pas forcément bidon malgré que le joueur ait nié catégoriquement un départ vers Arsenal: sa situation contractuelle fait que s’il ne signe pas ce mois-ci de prolongation de contrat il devrait partir alors au mois de janvier à prix réduit (donc connaissant Wenger il flairait la « bonne affaire »).

– Arsenal a bel et bien débuter les discussions avec l’agent de Cavani (comme ça a été repris il y a quelques temps ici) puisque son client souhaiterait évoluer en Premier League mais ça serait dans l’optique de la saison suivante: Liverpool a également entamé les discussions ces 2 clubs ont pour l’instant une longueur d’avance mais il suffit que Chelsea ou City s’en mêle et Arsenal et Liverpool se retrouveront sans rien: donc ne rêvez pas trop on tente de l’avoir mais à 99% il finira ailleurs.

– On prospecte réellement au poste de gardiens: autant les pistes Lloris (déjà porté 2 maillots de club différents cette saison) et M.Vorm (blessé pour un moment) sont du réchauffés qui étaient à l’ordre du jour il y a 6 mois mais plus aujourd’hui autant notre intérêt pour le numéro 1 Bis de Valence: V.Guaita serait d’actualité. Al Habsi a été scouté en raison de son expérience de la Premier League et de son âge mais si jamais il était recruté il viendrait alors dans la peau d’un numéro 2 dans une hiérarchie bien établie or si Guaita venait à être recruté la hiérarchie pourrait/devrait être bouleversé.  D’autres joueurs sont scoutés à ce poste notamment Viviano qui évolue désormais à la Fiorentina, les autres noms n’ont pas filtré. Il devrait y avoir un recrutement à ce poste si ce n’est pas en janvier (peu probable) ça sera en juin prochain (probable).

– Pas mal de joueurs sont scoutés régulièrement à des postes offensifs dans les championnats étrangers: Konoplyanka (Dnipro), A.Lopez(Atletico), Jovetic & Ljajić (Fiorentina), Lewandowski (Dortmund), Holtby (Schalke) et même F.Llorente (Bilbao) reste sous la main. Le club a également un œil sur C.Eriksen de l’Ajax qui a refusé de prolonger et qui devrait partir en juin prochain. En Premier League seul Fellaini semble être un joueur pour qui on est intéressé (mais pour qui on ne payera probablement jamais le prix réclamé).

– Je ne sais pas ce qu’il en est de S.Doumbia (CSKA Moscou) et d’autres joueurs dans ce genre là qui ont été scouté il n’y a rien de nouveau les concernant. Concernant M.Götze il n’est pour l’instant pas sur le départ ni en janvier prochain ni en juin 2013: il semblerait qu’il tienne parole et qu’il ne quittera pas Dortmund avant au minimum juin 2014.

– Feghouli de Valence a bien été approché mais il nous a fait savoir qu’il ne souhaitait pas changer de club en janvier ni vraisemblablement en juin prochain.

– Chamakh, Arshavin et Squillaci sont à vendre en janvier: c’est les seuls de « disponibles » au sein de notre équipe pro, Djourourechercherait à se faire prêter pour les 6 derniers mois de la saison. Si départs de Chamakh et Arshavin il y a on pourrait espérer voir une recrue en janvier devant: sinon vous pouvez oublier (on se dirige de plus en plus vers cette option là).

– Walcott ne partira pas en janvier: tout simplement car pour Zaha c’est mort: il y a eu un changement d’entraîneur à Palace ce qui fait qu’ils ne veulent absolument pas le laisser partir: résultat la tendance qui était à un départ de Walcott en janvier (vers Liverpool) et une arrivée de Zaha il y a 2 semaines a pris du plomb dans l’aile: on se dirige vers le statut quo: à savoir Théo qui reste chez nous et Zaha à Palace. D’ailleurs c’est une des raisons qui font que depuis quelques jours le club insiste pour essayer de trouver un happy ending dans le dossier de la prolongation de Walcott.

– Des jeunes anglais sont toujours scoutés dans les divisions inférieurs ou en U21: en plus de Zaha (C.Palace), Shaw (Southampton), Max Clayton (Crewe) et Charlie Austin (Burnley) notamment.

– Morata du Real Madrid (enfin de la réserve): jeune avant-centre nous aurait été proposé en prêt de 6 mois pour la fin de saison: je pense que le club devrait refuser de donner suite.

– Et enfin la nouvelle pépite du Dinamo Zagreb qui a fait ses débuts hier à 16 ans en C1: Alen Halilovic est bel et bien suivi (il y a également City sur le coup): généralement il est presque impossible de les arracher aussi jeune au Dinamo qui réclame des sommes astronomiques: on était intéressé par les 2 précédentes pépites: Sime Vrsaljko latéral droit et Mateo Kovacic meneur de jeu (qui était censé être d’un niveau exceptionnel) et qui pour l’instant l’un comme l’autre sont loin d’avoir confirmé.

– Le club devrait annoncer demain lors d’une conférence de presse organisé à midi le nouvel équipementier (Adidas) puisque Nike ne s’est pas aligné sur l’offre de ces derniers comme le permettait notre contrat. On estime le nouveau contrat à une somme autour de £30M par saison + des bonus liés à nos performances à partir de 2014 (la durée n’a pas filtré: mais ça doit être encore un contrat longue durée). Ça devrait être officialisé demain (à moins d’une grosse surprise).

– Le nouveau sponsor maillot à partir de 2014 ne devrait pas non plus tardé à être dévoilé: il semblerait que le club ait également obtenu les sommes qu’il souhaitait. Il est tout à fait possible qu’on ait décidé de prolonger avec Emirates si jamais ils se sont alignés sur les conditions que l’on souhaitait.

Chronique de Jad : Compte rendu de l’assemblée générale annuelle des actionnaires

Par défaut

1°/ A quoi sert cette réunion ?
– Élire les membres du board pour un nouveau mandat
– La possibilité aux membres de l’AST de poser des questions aux différents membres du board ainsi qu’à Kroenke afin d’avoir des éclaircissements. Il faut tout de même savoir que les questions ont été soumises quelques jours auparavant au club.

2°/ Qui était présent ?
– L’intégralité du board à savoir: Peter Hill-Wood (président du club), Ivan Gazidis (directeur exécutif), Stan Kroenke (Propriétaire), Kren Friar(membre du board), Sir Chips Keswick (membre du board) et Lord Harris of Peckman (membre du board).

– L’entraîneur Arsène Wenger était également présent: l’année dernière alors que la réunion ne se passait pas dans le meilleur des climats il avait tenu un discours à la Churchill pour rallier les supporters et leur demander leur soutient jusqu’à la fin de saison. Ce discours s’était conclu par un tonnerre d’applaudissements.

– Les actionnaires minoritaires comme les membres de l’AST, personne ne sait si Red & White (Usmanov) était représenté aujourd’hui ou pas.

– Des journalistes comme John Cross du mirror, Jeremy Wilson du Telegraph…

3°/ Le climat de cette assemblée:
Il faut savoir que cette assemblée s’est déroulée dans un climat bien plus orageux que les années précédentes, et que malgré que le club avait trié les questions auparavant, certains membres de l’AST ont pris la liberté de poser des questions différentes que celle qu’ils avaient prévu (j’y reviendrais par la suite). La frustration des dernières défaites s’est fait sentir.

4°/ Compte-rendu de la FAQ / Info données sur twitter
– Wenger en personne a confié à Akyl Vyas (membre de l’AST assez connu) après la réunion et lorsqu’il fut l’un de seuls avec Gazidis à venir discuter avec les supporters: que van Persie avait reçu une offre à £300 000 par semaine de City. Il lui confiera également que les tournées à l’étranger ne sont pas du tout bonne pour la préparation de l’équipe mais qu’elles sont absolument nécessaires au développement de la marque (on a donc pas le choix).

– Peter Hill Wood: « Les questions seront divisées en 2 sections: les finances d’un côté et le reste de l’autre« .

– Gazidis: « Nos sommes encore sur le coup de la déception (en raison d’hier soir), mais c’est le moment de l’assemblée générale et le moment d’évoquer nos perspectives ainsi que nos ambitions. Nos ambitions sont partagées par Arsène Wenger, l’actionnaire majoritaire (Kroenke) et moi à savoir être compétitif avec les plus grandes équipes et remporter des trophées.

Aller s’installer à l’Emirates demandait énormément de bravoure et d’ambition et cette ambition était nécessaire pour la confiance en soi, je sais que nous sommes plus fort sur nos 2 pieds (sous-entendu à l’Emirates).

Beaucoup d’autres clubs ont essayé de suivre notre modèle et ont échoué, et maintenant 10 ans plus tard nous sommes enfin dans la dernière phase du changement de stade à s’avoir l’augmentation des revenus commerciaux.

Le club est en très bonne posture financièrement, et les revenus commerciaux ne font que grimper, les contrats avec les principaux sponsors (Nike et Emirates) arrivent bientôt à leur fin (2014).

Le Fair Play Financier gagne du terrain en Europe et en Premier League, d’ici les 2 prochaines années Arsenal sera capable de rivaliser financièrement avec les plus grosses écuries du monde.

L’argent que nous générons est donné en intégralité au manager, Arsène prend alors la décision sur la manière dont doit être utilisé l’argent, et jusqu’à maintenant il fait un job fantastique.

Être le 6ème plus gros club en Europe (financièrement) est maintenant acquis

Je n’ai aucun doute quant à la capacité du club à retrouver les sommets et donc gagner des trophées, mais ça ne pourra se faire que si nous sommes tous unis et que nous soyons brave. »

Il finira son discours par un hommage à Pat Rice, une fois de plus Gazidis ressort comme d’habitude le même couplet à savoir le fair play financier, c’est un as dans le domaine du « parler pour ne rien dire ». Je continue le compte rendu avec maintenant les questions posées par les membres de l’AST:

Q1: Akyl Vyas (AST): « Avec l’augmentation des revenus commerciaux et des droits tv, est-ce possible de voir une baisse sur le prix des tickets, pour qu’ils reviennent à un prix un peu plus abordable ? »
R1: Gazidis: « Notre approche n’est pas basé sur l’offre et la demande, mais sur nos besoins en tant qu’entreprise mais bien sûr à un prix qui permet aux gens de venir voir les matchs. 7 saisons: simplement 2 augmentations, le prix des billets en Capital One Cup ne bougera pas par exemple. »

Q2: Membre Inconnu (AST): « J’entends ce que vous êtes entre de dire mais je n’en crois pas un seul mot, vous faites passez les profits avant les performances, vous vendez notre meilleur joueur et vous continuez à pratiquer les plus gros tarifs pour les matchs. Robin van Persie par exemple a-t-il été vendu en raison du fair play financier ? C’est un grand club et vous le ruinez avec votre politique financière »  (suite à cette intervention énormément d’applaudissements dans la salle).
R2: Hill-Wood: « Non van Persie n’a pas été vendu en raison du fair play financier, on sait très bien ce qu’on fait en matière de football. »
R2: Gazidis: « Les salaires dans le football sont en train d’exploser et d’atteindre des plafonds jamais atteint, et nous devons faire quelque chose contre ça. Concernant van Persie nous devions être responsable (financièrement) quand il s’agit de vendre un joueur (sous-entendu dont le contrat arrivait à sa fin), et donc faire la meilleure chose pour le club. »

Q3: Peter Wood (LeGrove): « Les ambitions diffèrent entre le club et les supporters, est-ce que les £70M (86M€) sont à la disposition du manager (ndlr c’est ce qu’il est censé rester dans les caisses du club), s’ils ne le sont pas qu’allons-nous faire de cet argent ? »
R3: Gazidis: « Bien sûr que le manager a de l’argent à sa disposition à chaque mercato. On veut avoir une équipe compétitive, mais le marché des transferts n’est pas un supermarché, il y a énormément de très grands clubs qui se battent pour un nombre très limité de très grands joueurs, et il y a toujours différents critères comme les contrats (salaires), est-ce que le joueur s’acclimatera etc… 

Ça rend les choses difficiles mais c’est un bon challenge. Dès fois il ne vaut mieux rien faire et atteindre le prochain marché des transferts car souvent vous êtes confronté à un marché sans joueur de niveau international. Il faut faire confiance au jugement du manager en signant les joueurs qu’il réclame et en qui il croit. Au fil du temps nous avons toujours dépensé à peu près autant (sous-entendu en raison de la construction du stade) et la gestion de Wenger nous a toujours permis de rester à flot »

Q4: Darren (AST): s’adressant directement à Stan Kroenke: « Prendrez-vous des dividendes directement des caisses du club ? »
R4: Kroenke: « Est-ce que mon micro fonctionne ? Le club est géré à travers le board, et je demeure respectueux de ce procédé. C’est une décision qui revient donc au board, mais si vous regardez les différents clubs que je possède à travers le monde je n’en ai jamais endetté un seul. »

A ce moment-là Tim Payton porte-parole de l’AST déclare sur twitter « le fait qu’il ne répond pas à la question confirme notre crainte de toujours à savoir qu’il est tout à fait capable de prendre des dividendes. » Plus tard Jéméry Wilson du Telegraph qui connait un peu l’entourage de Kroenke rassurera tout le monde à ce sujet en déclarant « qu’il n’est pas question de prendre des dividendes. »

Q5: Glynn (AST): « Comment se fait-il que nos revenus commerciaux soient aussi peu conséquents ? » (il évoque notamment les revenus de Man Utd à titre de comparaison)
R5: Gazidis: « Tout d’abord les revenus commerciaux de Manchester United sont le fruit d’un travail de 10 ans grâces aux tournées à l’étranger, internet etc… Nous sommes à peine au début de ce procédé: on a une équipe commerciale de très bonne facture, et tout ça est bien solidifié par les 2 tournées en Asie ces 2 derniers été. Tout ne se fera pas en une nuit, auparavant l’équipe commerciale était minuscule, et maintenant elle ne fait que grandir. Les tournées à l’étranger sont très importantes dans ce domaine-là justement. Notre très grande régularité (plus de 15 années successives en C1) est un atout majeur qui va nous permettre d’attirer pas mal de compagnies. »

Place ensuite aux réélections des membres du board: les 6 membres sont réélus: Sir Chips Keswick est celui qui sera réélu le plus facilement, Gazidis quand à lui voit son mandat continué à peu de choses près (au moins une vingtaine de mains levées contre sa réélection). C’est alors que débutera le show Peter Hill-Wood qui va éclairer la réunion de toute sa condescendance, il déclara notamment au moment des votes contre Gazidis: « les mêmes hurluberlus que d’habitude. »

Q6: Membre Inconnu 2 (AST): « Est-ce que le fair play financier créera une atmosphère où on pourra rivaliser avec les plus grosses puissances financières ? Ou bien est-ce que les clubs avec des milliardaires derrière auront-ils toujours l’avantage ? »
R6: Gazidis: « On est optimiste vis à vis du fair play financier tout en demeurant un minimum sceptique, mais de toute façon le club ne compte pas forcément s’appuyer sur le FPF pour subsister. Je fais partie de la commission du fair play financier en Angleterre, et je suis impliqué dans les discussions depuis le début. On devrait voir les premiers effets du fair play financier dès cet été, j’ai passé du temps en compagnie des officiels de l’UEFA hier soir et ils ont l’air très motivé pour forcer tout le monde vers ce chemin. »

Q7: AST: « Il est difficile de perdurer dans ce système d’actionnaires minoritaires puisqu’il n’y a plus aucune part disponible sur le marché, est-ce possible de voir le schéma évoluer dans le futur ? Notre seconde requête s’adresse à Stan Kroenke, est-ce possible d’organiser une rencontre en votre compagnie ainsi que celle des différents groupes de supporter ? »
Kroenke se met à murmurer quelque chose à Gazidis…
R7: Gazidis répond à la grande surprise de tout le monde: « Le club est dirigé par le board, et c’est le board qui discute de ces choses (au sujet des actions). Concernant une réunion: nous nous sommes rencontrés à de nombreuses reprisesStan a déjà rencontré des groupes de fans.Je participe à plus de foire aux questions que n’importe qui. »

Stupeur à ce moment-là dans l’assemblée puisque Kroenke depuis sa prise de pouvoir et malgré ses promesses lors de celle-ci n’a jamais rencontré aucun groupe de supporter. Et ça en est trop pour Tim Payton porte-parole de l’AST qui interrompt alors Gazidis et lance alors:
« Vous Monsieur Kroenke aviez fait la promesse de rencontrer les différents groupes de fan lors de votre prise de pouvoir, et vous n’avez pas tenu cette promesse. »

Kroenke répond: « Je suis surpris de votre réaction M.Payton, puisque je vous ai rencontré à plusieurs reprises jusqu’à maintenant ainsi que des groupes de supporter. »

A ce moment-là l’ambiance dans la salle est aux applaudissements quand T.Payton parle, et bien sûr à une ambiance tout autre quand les arracheurs de dents sur l’estrade se mettent à parler (avec même des sifflets par moments).

Payton revient alors à la charge: « Avec tout le respect que je vous dois M.Kroenke, si je remplis un document avec une demande de prise de rendez-vous (ndlr: il y a le droit en tant qu’actionnaire), vous devez le faire. » A ce moment-là il dira en personne sur twitter qu’il n’a jamais rencontré Stan Kroenke depuis sa prise de pouvoir alors qu’il en avait fait la promesse écrite. L’assemblée demandera également « quels groupes de supporter Kroenke a-t-il rencontré ?« . Aucune réponse.

Q8: Membre Inconnu 3 (AST): « Est-ce possible de voir quelqu’un de R&W (Usmanov) dans le board à court terme ? Qu’en est-il de leur relation avec le board / le club ? »
R8: Hill Wood: « R&W est représenté aujourd’hui (ndlr: rien ne le prouvait, donc ça peut très bien être un mensonge de plus). »

Il y a alors dans la salle des cris pour demander qu’il n’y ait plus qu’un seul actionnaire majoritaire (sous-entendu un parmi Kroenke et Usmanov doit vendre)

Gazidis: « Le soit disant conflit entre R&W et l’actionnaire majoritaire est énormément exagéré et surestimé. »

Q9: Nigel Philips (AST, l’homme à qui on doit tout concernant les finances du club, sans lui on serait très certainement dans le flou le plus total): « Ça fait mal aux cœurs des supporter de voir van Persie s’en aller non pas pour une question d’argent mais « d’ambition » d’après son communiqué, comment puis-je expliquer à mon fils de 10 ans qu’il a voulu tout simplement s’en aller ? »

A ce moment-là ça dégénère dans l’assemblée, et John Cross déclare sur twitter notamment que « c’est l’AGM la plus bordélique d’Arsenal qu’il lui ait tenu d’assister (ndlr il a pris part à 6 AGM). » Contrairement à l’an dernier il semblerait que les supporter veulent se faire entendre sérieusement.

Gazidis demande alors à tout le monde de se calmer, la question de Nigel restera donc sans réponse. Ensuite il déclarera: « City et Chelsea ne pourront pas dépenser sans compter tout le temps. »

C’est ensuite le moment du discours d’Arsene Wenger qui n’a pas fait un discours fédérateur comment l’an dernier à la Churchill mais a préféré faire sobre:

« Je suis désolé pour hier. Notre boulot ce n’est pas de parler mais de faire de bonnes performances, je ne suis pas à l’aise aujourd’hui en raison de cela. Tout d’abord je voudrais remercier Pat Rice pour toutes ses années de dévouement à Arsenal, nous avons partagé 16 très belles années. 

Il semblerait qu’il y ait énormément de déception, bien sûr que nous voulons gagner, mais on ne va pas se jeter à la mer non plus, il s’agit de notre première défaite en 43 matchs à domicile contre des clubs étrangers en Champions League. Ajoutez à ça que nous avions terminé 3ème la saison dernière après un départ catastrophique, et nous avions besoin d’être très solide pour finir 3ème.

Nous avons perdu des joueurs mais nous avons signé Cazorla, Podolski et Giroud et d’ailleurs nous avions donc un peu anticiper le départ de van Persie. Avec son départ nous avec perdu 40 buts mais ces trois-là seront un succès.  Nous avons rencontré beaucoup de difficultés ces 2 derniers matchs sans aucune explication réellement valable, la bonne nouvelle c’est que pas mal de joueurs sont entrain de revenir de blessure.

Cette équipe est capable de très bonne chose et nous allons faire une bonne saison je suis optimiste. Mon boulot c’est de faire progresser l’équipe et non pas de m’occuper des finances. Je ne pourrais être fier de prendre mon salaire chaque mois si jamais le chèque venait d’un actionnaire et non pas directement des caisses du club. Je voudrais dire que tout le club utilise de l’argent provenant directement des caisses de celui-ci. Notre politique demeura la même à savoir que 60 à 80% de l’effectif doit être formé au club. Et le reste doit être des joueurs de top niveau.

Pour moi il existe 5 trophées: 1°/ La Premier League – 2°/ La Champions League – 3°/ La qualification pour la Champions League – 4°/ La F.A Cup – 5°/ La coupe de la Ligue. Tous les joueurs ne pensent qu’à la Champions League, et d’après moi 90% des managers partagent mon avis. Il est impossible d’attirer des joueurs de classe internationale sans être qualifier pour la C1. 

Bien sûr que nous voulons gagner le titre et faisons tout pour, et cette saison l’environnement y est propice, c’est challengeant. La multiplication des différents médias fait que nous devons apprendre à vivre tous ensemble (sous-entendu le football a énormément évolué).

Je suis sûr que je peux compter sur vous les supporter pour le restant de la saison. Et si jamais à la fin de la saison vous n’étiez pas d’accord avec moi je suis prêts à vous rencontrer sans aucun problème. »

Gazidis: « il en va de même pour moi, je suis prêt à rencontrer les différents groupes si besoin est. »

A noter donc que la qualification pour la C1 est un trophée pour Wenger plus important que la F.A Cup ou la Carling Cup dans l’absolu en terme d’attraction il n’a pas tort, mais la qualifier de trophée tout de même c’est pousser le bouchon un peu trop loin. A noter tout de même l’attitude amicale de Wenger et Gazidis vis à vis des supporter (simplement sur ce cas précis concernant Gazidis) totalement en contraste à celle de Kroenke.

Le discours de Wenger sera alors applaudi par l’ensemble de l’assemblée, mais pas autant que l’an dernier.

Q10: Membre Inconnu 4 (AST): « Le prix du fish-n-chips à l’Emirates est tout de même de £13.90« .  Ce n’est pas vraiment une question c’est une intervention d’un supporter pour montrer les tarifs excessifs pratiqués à l’Emirates.

Hill Wood essayera alors de mettre un terme une première fois à la réunion en déclarant: « Nous avons eu suffisamment de questions pour aujourd’hui si ça ne vous dérange pas, on ne va pas passer non plus tout l’après-midi à faire ça« .

Mais une nouvelle question très épineuse arrive et il ne peut se permettre de mettre un terme à la réunion là-dessus notamment suite à sa seconde remarque plus que déplacé.

Q11: Membre Inconnu 4 (AST) (toujours lui !): « Est-ce normal de voir Ken Friar ou bien Ivan Gazidis s’augmenter, ou bien se payer des bonus relativement conséquents ? »
R11 Hill-Wood: « Le board a vu les différents tarifs pratiqués ailleurs et il se devait d’harmoniser sa grille de salaires. Quant au bonus d’Ivan Gazidis: nous avons fait une très bonne année et s’était également pour harmoniser par rapport ce qui se fait chez les autres. »

Tim Payton notera alors que pour Hill-Wood faire une très bonne année: c’est en prendre 4 à Milan en C1, 8 à Old Trafford, se faire sortir en Cup honteusement par Sunderland 2-0, vendre 2 capitaines en 1 an, ne pas avoir signé un seul deal commercial majeur (alors que c’est censé être un de ses principaux boulots) et surtout ne pas avoir gagner un seul trophée. Donc voilà la définition d’une très bonne année pour nos dirigeants.

Q12: Membre Inconnu 5 (AST): « Est-ce possible de voir un membre féminin rejoindre le board, ou bien des membres un peu moins âgé ? »
R12 Hill-Wood: « Il est vrai que chaque année nous vieillissons un peu plus, mais tous ensemble nous donnons du sens à ce que nous faisons, et nous menons le club dans la bonne direction, le board demeura aussi nombreux et dans la formule qu’il est actuellement. »

Hill-Wood clôturera la réunion par un très sec: « Merci de votre support, et de votre intérêt dans nos affaires. »

A noter tout le long de la réunion il a eu une attitude dédaigneuse vis à vis des supporter et notamment de ceux qui ont voté contre lui et Gazidis. Son attitude est impardonnable. Il a également déformé le nom d’Akyl Vyas fan très connu d’Arsenal (et de la plupart des membres du board) au moment de poser sa question, il a appelé Darren de l’AST (un supporter du club depuis plus de 40 ans): Daniel, et pas mal d’autres bourdes dans ce genre.

Une fois de plus Wenger a été le seul homme censé autour de cet table hormis sa remarque concernant le big four en tant que trophée.