Bellerin : « Ce n’était qu’un accident »

Par défaut

B-3c2sUWkAAJIAi

Hector Bellerin explique qu’Arsenal est déterminé à se faire pardonner après la déception du milieu de semaine :

Les Gunners reçoivent l’équipe de Roberto Martinez à l’Emirates Stadium ce Dimanche, quatre jours après la défaite en Ligue des Champions face à Monaco. Bellerin est persuadé que c’est la meilleure chance possible pour Arsenal de répondre aux critiques :

 « Ce qui est positif c’est que directement après cette défaite,  nous avons la chance de pouvoir jouer au Football, et de montrer au public que ce n’était qu’un accident. »

« Je pense que nous avons juste besoin de nous concentrer sur ce match. Jouons le mieux que nous pouvons, soyons unis et espérons repartir sur la dynamique sur laquelle nous étions avant. »

« Everton a beaucoup de bons joueurs, surtout devant comme Romelu Lukaku et Kevin Mirallas. Ce sont vraiment de bons techniciens, ils marquent des buts donc nous devons être prudents. »

« Ça va être un match difficile car ils ont besoin d’une victoire. Ils ont perdu trop de points durant la saison. Nous savons qu’ils vont être à 100%. »

Henri via Arsenal.com

 

Wenger : « Nous n’avons pas réussi à contrôler nos émotions. »

Par défaut

B9QNmkzCcAArRyG

Arsène Wenger s’est présenté devant les médias après une défaite à domicile embarrassante contre Monaco :

Sur la défaite :

Bravo à Monaco, c’est un super résultat pour eux. Ils ont joué comme ils le voulaient. En ce qui nous concerne nous avons manqué trop d’occasions et nous nous sommes montrés complètement suicidaire en défense. Nous n’étions clairement pas au niveau défensivement parlant et nous avons été quelque peu malchanceux en encaissant le premier but sur une déviation. Sur les deux derniers buts que nous avons encaissé, c’est du suicide. Nous avons eu la chance de revenir à 2-1. Nous n’avions pas le droit d’encaisser ce troisième but car cela nous rend la tâche extrêmement compliquée pour le match retour. J’ai eu l’impression que mon équipe perdait ses nerfs sur le terrain aujourd’hui. Nous n’avons pas réussi à contrôler nos émotions, nous avons perdu la tête et à ce niveau c’est impardonnable.

Sur les progrès récents qui s’effondrent avec cette défaite à l’Emirates :

Nous n’étions pas prêts mentalement pour cette rencontre. Nous n’étions pas assez concentrés pour rentrer dans le match. Nous le payons cher. Durant les premières vingt minutes, nous avons eu les occasions. Il y avait de la place pour gagner ce match. Monaco est une équipe très physique, très dense. Si vous vous penchez sur la feuille de stats et plus précisément sur le nombre d’occasions qu’on a mis à côté, il n’y a pas de surprise. A ce niveau vous ne pouvez pas rater autant.

Sur la suffisance de son équipe :

J’espère que nous l’étions pas. J’espère que non. Nous avons peut être donné cette impression, c’est ce qui arrive lorsque vous ne vous montrez pas assez tranchant. Tout est possible. C’est très compliqué d’en parler juste après le match.

Sur un résultat extrêmement frustrant :

Rien n’est joué avant un match, rien n’est acquis. Tout se décide sur le terrain. Ce soir Monaco a joué au Football contrairement à Arsenal.

Sur la performance d’Olivier Giroud :

Ce soir était un soir sans pour Olivier. Il a manqué des occasions faciles. Ce n’était pas un bon jour pour lui.

Sur une préparation différente pour les matchs européens :

Nous avons eu la possession ce soir mais nous n’étions pas au niveau en défense, c’est aussi simple que ça. Notre faiblesse était mentale ce soir. Nous nous sommes précipités, nous savions en revenant sur le terrain après la mi-temps qu’il était important de ne pas encaisser de but supplémentaire. Nous nous sommes précipités, trop impatient. C’est une rencontre qui se joue en 180 minutes et les deuxièmes et troisièmes buts semblent inexplicables, ce n’est pas facile à justifier ou à expliquer. C’est inacceptable.

Sur la réaction d’Oxlade-Chamberlain :

Il est très déçu, même si ça arrive de perdre la balle à 70 mètres du but. Cela n’implique pas forcement de prendre un but juste après, il y a des défenseurs pour empêcher ça.

Sur l’équilibre de l’équipe :

L’équilibre n’était pas le bon car nous étions en permanence en train d’attaquer et donc lorsque nous perdions le ballon, nous étions exposés. Ce n’était pas le meilleur soir de notre défense.

Sur la protection des quatre défenseurs :

Nous n’avons pas eu de chance, même si c’est vrai que Kondogbia était seul au moment de sa frappe. La balle a été déviée par Per. Il s’est légèrement retourné, ce qui est la pire chose à faire puisque ça rend une possible déviation dangereuse.

Sur le manque de communication entre les buts :

Il y avait peut être un manque de communication. Comme je l’ai dit nous avons plus joué en suivant nos émotions qu’en suivant notre tête.

Sur la volonté des joueurs de vouloir trop bien faire :

Les joueurs étaient motivés pour bien finir après le but du 2-1. Ils n’avaient qu’une envie, recoller au score afin d’oublier leur timidité qui a dictée leur jeu.

Sur les chances de qualification pour le prochain tour :

Nos chances de qualification se sont réduites mais nous allons nous battre quand bien même nos chances seraient infimes. Nous devons nous remettre de cette déception et nous préparer pour le prochain match.

Henri via Arsenal.com

Compte-rendu Arsenal – Monaco, 8ème de finale aller de Ligue des Champions

Par défaut

 

Ce match était donc l’occasion de retrouvailles entre Wenger et son ancien club, l’AS Monaco, pour une confrontation aller-retour en Ligue des Champions. Après, le Bayern deux fois, le Barça et l’AC Milan, les Gunners tombaient donc sur un tirage plus « favorable » cette année. Il n’en fut rien.

Une soirée cauchemardesque

Entre une équipe de Monaco qui marque ¾ de son total de buts de la phase de poule à l’extérieur et un Arsenal complètement à la rue, ou quelle que soit la définition que vous vous en faites, ce match est la définition même de la faute professionnelle. Mais tout d’abord, il est important de saluer la très belle prestation de Monaco après ce match où les hommes de Jardim ont fait déjouer ceux de Wenger.

Trêve de flatteries et passons aux choses qui fâchent. Premièrement, la défense. Mertesacker est impliqué sur les trois buts. Mention particulière sur le 2ème où l’allemand décide de partir à l’abordage sur Fabinho, laissant le champ totalement libre à Martial pour négocier un deux contre un fatal à Koscielny. Le français encore bien seul ce soir dans l’arrière-garde des Gunners. Il n’a en effet pas été très aidé par un Gibbs totalement dépassé par les événements et un Bellerin encore trop jeune pour pouvoir se reprendre dans un match comme celui-là.

Deuxièmement, le milieu. Un milieu à trois, ou plutôt deux en enlevant Özil. Coquelin a fait son match, se battant sur tous les ballons, mais dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit dans la récupération tant la prestation défensive de Cazorla a été inexistante. Face à un Kondogbia en feu et un Moutinho inspiré, le milieu de terrain des Gunners a pris l’eau très rapidement.

Troisièmement, l’attaque. Entre Olivier Giroud incapable de cadrer un seul tir du match, pourtant seul face aux buts une ou deux fois, un Sanchez plein de bonne volonté mais trop juste dans la finition et un Welbeck ne sachant pas quoi faire du ballon dans les 30 derniers mètres adverses. A partir de là, la probabilité qu’Arsenal marque était très faible, trop faible.

Pour revenir sur le match, Arsenal avait pourtant bien débuté le match en étouffant Monaco les dix premières minutes, sans parvenir à se créer une occasion franche. Ensuite, l’AS Monaco a installé un faux rythme dévastateur pour une équipe d’Arsenal incapable de réussir quelque chose. En point d’orgue la frappe lointaine de Kondogbia contrée par Mertesacker et qui prend Ospina à contre-pied. Bis repetita en début de 2ème période, une pression des Gunners sur le but de Monaco, un contre éclair des Monégasques à la récupération et but. Les Gunners sont punis. 2-0 pour Monaco à l’Emirates. On pouvait alors penser que les hommes de Wenger seraient piqués au vif dans leur orgueil, mais pas du tout. Un jeu offensif trop neutre et des errements défensifs trop évidents pour un niveau de Ligue des Champions. The Ox a cru redonner espoir aux londoniens à la 90ème sur une merveille de frappe enroulée mais l’espoir fut de courte durée. Un dernier contre assassin de Carrasco pour achever une soirée cauchemardesque. 1-3, score final.

Les Gunners auront donc une montagne à surmonter dans trois semaines à Louis II pour arracher une qualification miraculeuse. Dos au mur, Arsenal est capable de tout, espérons que les joueurs sauront se remettre en question pour oublier cette soirée et se surpasser pour tous les supporters d’Arsenal.

#Albin #COYG