Wenger:  » Nous étions encore sous le choc de la claque reçue contre Liverpool. »

Par défaut

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après le match nul enregistré par son équipe face à Manchester United.

Sur le résultat:

Si vous vous attardez sur la domination que nous avons su développer, nous aurions pu gagner le match. Cependant, Manchester United ne nous a pas laissé beaucoup d’occasions et le peu que nous ayons eu, nous n’avons pas su les saisir. Au dela de ça, leur qualité à aller vers l’avant lorsque nous perdions le ballon dans leur moitié de terrain fut très dangereuse, pas constamment mais lors d’une ou deux situations. Lorsque qu’en face vous avez van Persie, Mata, Januzaj, il est difficile de contenir ce genre de joueurs sur les contres. D’un autre côté, notre équipe était concentrée sur le fait de ne pas encaisser de bur, ce  qui a sans doute bridé notre jeu offensif car nous étions encore sous le choc d’avoir pris 5 buts samedi dernier. On a vraiment pu le sentir ce soir.

S’il est mécontent:

Non, nous perdons 2 points et l’occasion de reprendre la tête du championnat mais ce point nous maintient dans le course au titre. Nous avons eu des matchs compliqués dernièrement et à partir de la, il est nécessaire de revenir et de gagner à nouveau.

S’il pense que son équipe est nerveuse sur le front de l’attaque.

Je pense que ce fut le cas. Nous sommes surtout dangereux pour traverser l’axe avec des passes rapides. Manchester United s’est très bien défendu dans ce secteur, nous avons eu de nombreux centres et leurs joueurs d’expériences, comme Vidic ou Ferdinand ont très bien joué, surtout en seconde période. Lorsque nous tentions de couper les trajectoires, ils ont très bien défendu car ils possèdent des joueurs tels que Carrick qui possède lui aussi, beaucoup d’expérience. Manchester United est une bonne équipe qui peut se battre contre n’importe quelle équipe de ce championnat. Pour l’heure, ils ne sont pas ou ils devraient être mais vous ne pouvez pas dire qu’avec les joueurs qu’ils ont sur le terrain qu’ils n’ont pas de qualité. C’est une bonne équipe.

Si United peut revenir dans le Top 4:

Ce n’est pas impossible mathématiquement mais cela sera difficile car Tottenham gagne, Liverpool aussi et c’est très serré. Je n’en sais pas plus que vous.

S’il s’inquiète des états d’âmes de l’équipe:

Ce n’est pas inquiétant car on se soucie de ce que nous réalisons et lorsque vous encaissez 5 buts comme samedi, vous restez de simples humains et c’est le même constat après chaque match de ce genre. Parfois, vous ne marquez pas car l’équipe est totalement focalisée sur le fait de ne pas en encaisser.

Sur les remplacements:

Il était crucial de ne pas perdre mais il était important de gagner. Il n’y avait pas grand chose d’autre à faire car il y avait beaucoup de joueurs offensifs sur la pelouse tout au long du match. Nous n’avons pas su marquer mais un des points positifs, c’est que l’un des joueurs sur qui les critiques se sont abattues, Özil, a fait un bon match. Il fut l’un de nos meilleurs joueurs.

Sur Giroud:

Il s’est beaucoup battu. S’il conserve cette attitude, il marquera.

Sur cette période de disette en terme de buts:

Nous ne marquons pas assez, c’est sur. Nous avons perdu des buteurs tels que Walcott et Ramsey. Cela se ressent dans ce genre de match.

Sur la façon de retrouver la forme:

D’abord, en ne perdant pas ce soir, puis en revenant à notre niveau offensif habituel.

Sur le fait de jouer avec le frein à main:

Oui, ce soir ce fut le cas. Mais je pense que nous allons le desserer. Lorsque vous prenez un coup dur comme celui de samedi, les joueurs ne veulent pas perdre le match suivant et nous aurions pu le perdre dans les 5 dernières minutes.

Sur les gros matchs à venir:

Nous sortons de deux gros matchs et nous sommes toujours dans une bonne position. C’est la seule chose positive. Nous avons enregistré 2 mauvais résultats mais nous sommes toujours en lice pour parvenir à nos fins.

#Max (via arsenal.com)

Publicités

Santi Cazorla : « C’est ma dernière chance »

Par défaut

Image

Invité exceptionnel de Luis Attaque ce mardi, Santi Cazorla a dévoilé pour RMC son envie de disputer enfin une Coupe du Monde avec l’Espagne. Le milieu axial des Gunners s’est aussi très largement attardé sur le cas Olivier Giroud et Arsène Wenger ou en encore celui de l’Equipe de France.

Santi, comment vous sentez-vous à Arsenal ?

Ma situation s’améliore, d’autant plus qu’Arsenal joue le titre en Premier League et je sens qu’on m’estime. On va tenter de se battre en championnat et réaliser de grandes choses en Ligue des champions. J’espère qu’on parviendra à remporter des trophées.

Arsenal va affronter le Bayern Munich en huitième de finale de la Ligue des champions. C’est un gros challenge qui vous attend…

Ce sera très difficile pour nous puisqu’on va jouer le tenant du titre. On les avait déjà affrontés la saison dernière (également en huitième de finale, ndlr). A nous de tirer la leçon de notre défaite. Le premier match est à domicile (19 février) et il faudra bien le négocier pour se déplacer à Munich (11 mars) avec un avantage. On est conscient qu’ils évoluent à un niveau spectaculaire en ce moment, avec des joueurs de très haut niveau. Mais lorsqu’on joue à notre meilleur niveau, on peut battre n’importe qui.

Beaucoup des plus grands attaquants du monde évoluent en Angleterre. Où situez-vous votre coéquipier français Olivier Giroud par rapport aux Suarez, Eto’o ou Rooney ?

C’est un grand attaquant et ça se voit depuis le début de saison. C’est notre avant-centre titulaire et il fait aussi de bonnes choses avec l’équipe de France. Il évolue à un grand niveau et s’améliore chaque année. Pour moi, il est au même niveau que les autres attaquants du championnat. Il est costaud et sait garder le ballon. Dans la surface, il est efficace, que ce soit avec ses deux pieds ou de la tête. Il est un peu différent de ce qui se fait en Angleterre mais il nous apporte beaucoup.

Avez-vous l’impression qu’Arsène Wenger vous a fait progresser ?

Oui, c’est vraiment un très grand entraîneur. Ça fait longtemps qu’il est ici. Pour le club, c’est une institution et c’est une grande chance pour nous de l’avoir comme technicien.

Vous avez évolué à Villarreal, Huelva et Malaga avant de rejoindre Arsenal. Cela ne vous manque-t-il pas de ne pas avoir fait un des deux grands clubs espagnols, le Barça ou le Real Madrid ?

Ces deux clubs sont des monuments du football espagnol. Ils font rêver tous les joueurs. J’ai eu des contacts avec Madrid il y a quelques années et ça n’a pas pu se faire. A plusieurs reprises, le destin a fait que je n’ai pas pu rejoindre un de ces deux clubs. Mais ma carrière est ainsi faite et je ne regrette rien.

« La France sera au rendez-vous »

Même s’il y a beaucoup de concurrence au sein de la sélection espagnole, serait-ce une déception de ne pas être à la Coupe du monde au Brésil, cet été ?

Ce serait une mauvaise nouvelle, c’est clair. J’ai très envie de jouer cette compétition, surtout que je n’ai pas pu disputer la dernière avec l’Espagne à cause d’une blessure. Cette année, c’est certainement ma dernière chance de disputer une Coupe du monde dans ma carrière. Je suis conscient que c’est difficile de jouer dans cette équipe, d’autant qu’il y a beaucoup d’autres grands joueurs, mais j’espère aider et jouer le plus possible. Pour cela, il faut que je continue à être bon en club jusqu’à la fin de la saison.

Quels seront les favoris du Mondial d’après vous ?

C’est difficile à dire mais je mise sur ma sélection, l’Espagne, en espérant qu’on répète le même succès qu’en 2010. Sinon, je pense que l’Allemagne ou l’Argentine seront au rendez-vous.

Vous ne citez pas la France. Pensez-vous qu’elle n’est pas au niveau des autres équipes ?

Si bien sûr, je l’ajoute aussi parmi les favoris. Pour moi, la France fait partie des rivaux les plus compliqués à jouer. La sélection a de très bons joueurs, certains font partie des meilleurs du monde. Donc je pense que vous serez au rendez-vous. En plus, la France a une bonne expérience de ces grandes compétitions.

 

#Thibaud

Wenger: « Nous étions en dessous de tout aujourd’hui. »

Par défaut

Arsène Wenger s’est adressé aux médias après la défaite de son équipe 5-1 contre Liverpool.

 

S’il est choqué du résultat:

L’important était de savoir répondre, surtout avec un visage différent car notre prestation fut pauvre aujourd’hui, que ce soit au niveau de la concentration ou du rythme. Notre stabilité défensive fut médiocre, nous semblions constamment vulnérables défensivement. Bravo à Liverpool, ils furent meilleurs aujourd’hui et nous, en dessous de tout. Nos supporters furent uniquement au niveau durant 90 minutes et c’est tout.

S’il a des explications sur les 20 premières minutes:

Nous avons concédé deux buts rapidement sur coups de pieds arrêtés et nous fîmes constamment dans une situation ou il fallait sortir la tête de l’eau mais pour ça, il faut avoir un niveau de concentration d’un autre niveau. D’une manière générale, nous n’étions pas au niveau. Il est sans doute préférable de ne pas trop en parler, rentrer à la maison et réagir correctement mercredi soir car je suis également responsable de cette prestation. Il va falloir offrir une réponse positive mercredi.

Sur la série de matchs difficiles qui se profile:

Je comprends tout à fait mais il ne s’agit pas de ce que les gens disent mais ce qui importe, c’est notre capacité à réagir. Il est légitime que les gens vont se poser des questions sur nos chances de titre. Il n’y a qu’une manière de répondre à cela et c’est mercredi soir que ça se passe.

Si Arsenal peut toujours remporter le titre:

Evidemment car, quoiqu’il se passe, c’est mathématiquement possible. La capacité à gérer les défaites détermine votre futur. Ce soir, il y a beaucoup de réponse à chercher et a offrir.

S’il retire du positif après la défaite contre City:

C’était une situation similaire contre City: samedi midi, 12h45, et des buts précoces. Il va nous falloir analyser correctement ce qui s’est passé, pourquoi cela s’est produit mais nous n’étions pas prêts physiquement non plus.

Sur le fait d’avoir pris 20 points sur 24 après le match contre City:

Si nous réitérons cela lors des prochains matchs, ce sera bien mais essayons déjà de bien réagir mercredi soir. Nous sommes évidemment très contrariés aujourd’hui mais nous ne devons pas perdre notre confiance et notre capacité à réussir.

Sur la forme de Wilshere:

Il ne semblait pas plus en dessous qu’un autre joueur. A la mi-temps, j’aurais pu sortir beaucoup de joueurs. Je pense simplement que toute l’équipe n’a pas réussi à rentrer dans le match.

Si Flamini vous a manqué:

Flamini a joué contre City. Je pense surtout que c’est notre performance d’équipe qui n’était pas bonne.

#Max (via arsenal.com)

 

Chamberlain en libérateur.

Par défaut

1781670_553762824719718_2062099955_n

Pour les Gunners, cette 24e journée avait tout d’un tournant décisif pour la suite de la saison. Sans Mathieu Flamini, suspendu face à Southampton, et la nouvelle recrue Kim Källström, Arsenal devait absolument rebondir après leur nul face aux Saints. Ainsi, ça commençait par un résultat positif dès la réception du promu Crystal Palace avant un calendrier des plus complexes.

Dauphin de Manchester City, Arsenal avait l’occasion de s’emparer de la première place, perdue au détriment des Citizens en début de semaine, mais il fallait saisir l’opportunité qui leur tendait les bras. Quant au promu Crystal Palace, un périlleux déplacement les attendait mais ces derniers partait dans l’optique de jouer crânement leur chance, eux qui restaient sur deux succès acquis contre Stoke City (1-0) et Hull City (1-0) à domicile. Outre l’envie d’afficher une prestation des grands jours, les Eagles pouvaient compter sur la présence de Marouane Chamack qui effectuait, dans le même temps, son retour à l’Emirates Stadium. L’ancien pensionnaire des Canonniers avait forcément à cœur de tirer son épingle du jeu et titiller une formation et un public où régnait dans les têtes une réelle tension due à l’enjeu de la rencontre. Le onze de départ concocté par Arsène Wenger comprenait quelques changements notamment au milieu de terrain. Szczesny était chargé de défendre les cages. La charnière centrale Mertesacker-Koscielny puis Sagna et Monreal au niveau des flancs étaient reconduits. L’axe, composé de Arteta, Oxlade-Chamberlain et Özil était significatif du pari tenté par le Boss. En effet, ce remaniement permettait de placer Podolski sur l’aile gauche avec un Cazorla, par ailleurs, sur l’aile droite. Enfin, Giroud était aligné à la pointe de l’attaque.

Manque de spontanéité

C’est ainsi que le coup d’envoi fût donné sur une pelouse toujours aussi parfaite. Arsenal débute alors sur le bon tempo et ne tarde pas à mettre le pied sur le ballon, ce qui sera en l’occurrence une domination stérile. Après 10 minutes de jeu, les Gunners ont nettement la possession du ballon avec 81% contre 19% pour les visiteurs, mais restent muets aux abords de la surface. Étant en manque de solutions, les locaux cherchaient alors à s’en remettre sur la qualité de passe de son meneur de jeu allemand Mesut Özi. Deux éclairs pour Monreal (7e) et Koscielny (32e) viennent faire trembler l’adversaire, sans pour autant que le cuir ne trouve le fond des filets. Le reste des quarante-cinq premières minutes? Rien ou presque à signaler ni à se mettre sous la dent pour les 60 005 personnes présentes au stade, tant Crystal Palace était rigoureux et discipliné sur le plan défensif.

AOC étincelant

A peine la seconde période fut-elle lancée qu’Arsenal démarra aussitôt tambour battant, confirmant le talent qu’a Wenger pour remettre ses hommes dans le droit chemin durant la pause ces derniers temps. Un caviar lumineux de la part de Santi Cazorla et une finition sensationnelle signée Alex Oxlade-Chamberlain et voici que les Canonniers prennent l’avantage dès l’entame et adressent un véritable coup de massue aux hommes de Tony Pulis (46e).L’ouverture du score a eu le mérite de libérer immédiatement Arsenal tout comme le déroulement de la rencontre. Contre toute attente, cinq minutes plus tard, Jérôme met à contribution la détente de Szczseny en plaçant une tête à bout portant mais le Polonais confirme son excellente forme en repoussant le cuir d’un fantastique reflexe (51e). Arsenal répond coup sur coup suite à un jeu en triangle entre Arteta, Cazorla et Podolski. Ce dernier hérite du cuir dans la surface de réparation adverse mais sa frappe ne trouve pas le cadre (53e). Le rythme s’adoucissait de nouveau et ce fut le moment choisi par les Canonniers pour inscrire le but du break 20 minutes plus tard. Alex Oxlade-Chamberlain était au début de l’action et à la conclusion d’un tir très audacieux grâce à une judicieuse combinaison avec Olivier Giroud (73e). Les minutes défilèrent et Arsenal continuait de presser et rôder autour de la surface de Palace. Un fait marquant intervenait à la 82e minute lorsque Chamack cédait sa place à Gayle. L’international Marocain replacé en meneur de jeu pour cette rencontre, et auteur d’un bon match, est alors acclamé par l’intégralité des supporters. À l’abri d’une éventuelle remontée, Arsène Wenger décide de faire souffler ses cadres à quelques minutes du terme en utilisant ses deux derniers changements possibles. Özil est remplacé par Gibbs et Giroud est remplacé par Bendtner (84e). Les Gunners se limitèrent à gérer la fin de la rencontre mais furent néanmoins proches de se faire surprendre anecdotiquement quand la reprise de Bolasie s’envolait à la retombée d’un coup de pied arrêté (87e). Trois minutes de temps additionnel défilèrent avant qu’Arsenal s’impose 2-0 et assure l’essentiel en récoltant trois points supplémentaires précieux dans la course au titre. Le tarif habituel à domicile depuis trois matchs inflige la 15e défaite en Premier League pour Crystal Palace depuis le début de la saison. Les Gunners, de leur côté, font le plein de confiance avant un mois de février explosif.

tumblr_n0dsbkmIw11rsd7g7o1_1280

 Fiche du match

Arsenal – Crystal Palace (Affluence: 60 005 personnes)

23 ème journée de la Barclays Premier League

Buts: Alex Oxlade-Chamberlain (47’, 73’)

Avertissements: Mertesacker (86’) pour Arsenal et Chamackh (42’), Delaney (68’) pour Crystal Palace

Arsenal XI: Szcesny, Mertesacker, Sagna, Monreal, Koscielny, Özil (Gibbs, 84’) Arteta, Cazorla, Podolski (Rosicky, 72’), Oxlade-Chamberlain, Giroud (Bendtner, 84’)
Remplaçants non-utilisés: Fabianski, Zelalem, Jenkinson, Gnabry.

Crystal Palace XI: Speroni, Ward, Gabbidon, Delaney, Parr, Puncheon, Dikgacoi, Jedinak, Bolasie, Chamakh (Gayle, 86’) Jerome (Bannan, 56’).
Remplaçants non-utilisés: Wilbraham, Guédioura, Mariappa, McCarthy, Hennessey.

Chiffre du match

Possession: Arsenal 73% – 27% Crystal Palace
Tirs (cadrés): Arsenal 11 (6) – 10 (2) Crystal Palace
Arrêts: Arsenal 1 – 2 Crystal Palace
Corners: Arsenal 6 – 5 Crystal Palace
Fautes: Arsenal 9 – 14 Crystal Palace
Hors-jeu: Arsenal 0 – 3 Crystal Palace
Tacles: Arsenal 22 – 31 Crystal Palace
% de passes réussies: Arsenal 92% – 72% Crystal Palace
% de duels aériens remportés: Arsenal 67% – 33% Crystal Palace

Notes d’AFC

Szczesny (7): n’a pas eu grand chose à faire mais est l’auteur d’un incroyable réflexe sur une tête à bout portant de Jerome.

Sagna (5,5): toujours bon défensivement, mais une fois passé la ligne médiane, le français est tout simplement inutile, et met rapidement son couloir en danger.

Mertesacker (8): le défenseur allemand a été brillant. Sa lenteur semble n’avoir aucune importance tant son placement et son timing dans ses interventions sont bons. Un véritable patron.

Koscielny (6,5): propre dans les quelques interventions qu’il eut à faire, même si Chamakh lui a posé quelques soucis. En revanche, son alignement fût approximatif.

Monreal (6): match correct pour l’Espagnol, beaucoup plus remuant que son homologue du couloir droit. Il aurait pu marquer en première période suite à une excellent appel dans le dos de la défense.

Arteta (8): au four et au moulin! Le capitaine des Gunners a été d’une propreté exemplaire dans ses transmissions (96% de ses 127 passes réussies), et fût l’auteur de six tacles, plus que la charnière centrale réunie. L’Espagnol a également fait de bonnes passes entre les lignes, réalisant ainsi deux passes clés.

Oxlade-Chamberlain (8): Si ses statistiques défensives sont à parfaire, le jeune Anglais semble prendre son rôle au milieu de terrain à coeur. De bonnes transmissions entre les lignes pour tenter de dissoudre le bloc défensif de Palace, et deux rush qui lui offrirent son doublé. Un homme du match très prometteur.

Özil (6): une passe lumineuse pour Monreal en première période puis plus grand chose. L’Allemand a eu beaucoup de mal à exister entre les deux lignes défensives, et n’a trouvé aucune solution en partant de plus loin. Un match à oublier.

Cazorla (7): malgré une première période décevante, l’Espagnol s’est vite remis dans le bain et a démontré tout son talent. Tentant parfois d’accélérer le jeu, parfois de l’aérer, Cazorla a fini par voir juste en servant AOC à la perfection pour le premier but de l’Anglais.

Podolski (6,5): match compliqué pour l’Allemand qui n’a pas su faire la différence individuellement sur son côté. Mais Poldi s’en est remis au collectif et a tenté quelques belles combinaisons qui ne franchirent toutefois pas le mur de Crystal Palace. L’ailier semble plus en confiance que l’an dernier.

Giroud (6): un match frustrant pour le Français. En tenaille entre les deux lignes de Crystal Palace, ce dernier n’a pas pu profiter d’un seul espace, et a manqué de justesse dans les combinaisons aux abords de la surface. Mais il fut décisif sur le second but avec une très belle remise pour AOC.

#Anto #Mathieu et #Thibaud.