Szczesny : « Les défenseurs ont été géniaux.»

Par défaut

Wojciech Szczesny Wojciech Szczesny of Arsenal celebrates after Theo Walcott of Arsenal scores the opening goal during the Barclays Premier League match between Arsenal and Manchester United at Emirates Stadium on April 28, 2013 in London, England.
Wojciech Szczesny estime que la paire défensive Laurent Koscielny-Per Mertesacker mérite les éloges de leurs performances lors des semaines précédentes.

Les Internationaux français et allemand ont formé un partenariat efficace qui a permis à Arsenal d’enchaîner 8 matchs sans défaite depuis le derby du Nord de Londres en mars dernier.
Szczesny a retrouvé sa place de titulaire, Lukasz Fabianski s’étant blessé à une côte, et a pu apprécier le spectacle offert par les deux défenseurs depuis le premier rang pendant le match contre Manchester United.

« Je trouve qu’ils ont été géniaux, pas seulement au point de vue défensif mais aussi en créant des opportunités de but comme la semaine dernière contre Fulham. » raconte Szczesny sur Arsenal Player. « Ils reçoivent les éloges qu’ils méritent car ils travaillent énormément et ces gars là sont intègres. »

La destinée d’une place dans le Top 4 n’est pas dans les mains d’Arsenal malgré ce match nul honorable dimanche mais Szczesny pense que les Gunners finiront devant Chelsea ou Tottenham, sinon devant les deux.

« Je suis confiant que nous finiront [dans le Top 4], » dit-il. « Il nous reste trois matchs. Je crois que nous obtiendrons les neufs points, nous devrions être en bonne position pour finir dans le Top 4, et avec un peu de chance même sur le podium. A ce moment de la saison, peu importe l’équipe que nous jouons, car je pense que le match contre Wigan ne sera pas moins dur que contre Manchester United. Wigan se bat pour ne pas être reléguée, QPR se battra pour sa fierté et devoir affronter Newcastle le dernier match de la saison ne sera pas chose aisée. Peu importe qui nous jouons, nous avons envoyé un message en ne perdant pas [contre Manchester United], ce qui étend notre série de matchs sans défaite encore un peu plus. Nous avons envoyé un message aux autres équipes : nous sommes prêts à nous battre ! »

#Alex (via arsenal.com)

Wenger: « La façon dont nous avons concédé l’égalisation est décevante. »

Par défaut

Arsène Wenger s’est adressé aux médias après le match nul de son équipe 1-1 contre Manchester United cet après-midi.

Sur le match:

Ce fut un match de qualité avec beaucoup d’intensité. Je pense qu’on avait le dessus en première période et ce fut décevant de concéder l’égalisation de cette façon. Pourquoi? Car cela nous a mis dans une position en seconde période ou il fallait totalement aller de l’avant et balancer les ballons devant et à certains moments, nous l’avons fait avec davantage d’énergie que de technique. On a du prendre des risques et subir des contres-attaques qui auraient pu nous couter le match. Je pense que l’égalisation a eu de grosses conséquences sur le match car cela nous a mis dans une position difficile. Globalement, je peux juste féliciter les joueurs pour l’effort fourni, le dynamisme et l’envie que nous avons fourni. Persévérons dans ce sens et nous aurons une chance d’être la ou nous souhaitons être.

Sur la valeur du point engrangé:

Si nous gagnions nos matchs suivants, ce sera suffisant. Je suis persuadé qu’on y parviendra mais on ne peut plus se permettre de lâcher des points. Mais les autres équipes sont dans le même cas de figure.

Sur la responsabilité de Sagna sur le penalty:

Il ne m’a pas expliqué ce qui lui est passé par la tête. Il est très déçu ce soir, c’est un garçon qui donne absolument tout à chaque match. Je pense qu’il a fait une mauvaise passe, ce qui peut arriver, et peut-être que par la suite, il a un peu paniqué et a voulu se reprendre trop vite de son erreur. Mais il avait le temps de tacler. Il nous a sauvé à plusieurs reprises et malheureusement, il s’est produit cela aujourd’hui.

Sur ce départ canon:

Notre préparation mentale a eu davantage d’influence sur ce départ que la haie d’honneur. Si cela pouvait nous aider, je vous promets qu’on le refera chaque semaine!

Sur le comportement des fans à l’encontre de Robin van Persie:

C’est un peu une sorte « d’amour déçu ». Lorsqu’il était ici, il n’a jamais subi ce genre de traitement, les fans l’adoraient. Donc aujourd’hui c’était une sorte d’amour désappointé.

van Persie qui marque pour son retour?

Je ne pense pas qu’il ait marqué, il a marqué un penalty! Ça compte, mais ce n’est pas vraiment la même chose. Lorsque vous achetez un buteur, vous regardez surtout combien de buts il peut marquer dans le jeu. Mais il a très bien tiré son penalty. Je savais quand il a décidé de tirer le penalty qu’il avait 80% de chances pour lui de le convertir. Il était notre tireur attitré et je sais qu’il le fait très bien, il réalise beaucoup de très belles choses, Robin van Persie.

S’il a discuté avec van Persie après le match:

Il est dans notre vestiaire en ce moment. Car notre nourriture est meilleure dans notre vestiaire que dans le leur! Les gens qui jouent ensemble pendant 5, 6 ans aiment se retrouver. Ils se sont bien battus, je pense que nos défenseurs ne lui ont pas rendu la tâche facile, nous avons joué avec un bel engagement. Je pense que nos deux défenseurs centraux ont très bien joué.

Sur la « non-célébration » de van Persie:

Oui, c’est devenu une autre façon de se comporter pour les joueurs qui jouent en Angleterre. Je ne serais pas choqué si un gars célèbre son but si dans son for intérieur, il est heureux.

Sur les marques de respect avant et après le match:

Nous sommes rivaux. Ecoutez, à la toute fin de la journée, on avait décidé de le vendre. Nous sommes rivaux. Vous souhaitez que l’on fasse une haie d’honneur afin de respecter le champion donc il faut accepter aussi que le respect puisse exister après le match. Vous voulez tout donner pendant les 90 minutes et après le match, rien ne vous empêche de se parler les uns les autres.

Sur la course au Top 4:

Nous ne pouvons pas perdre davantage de points. Nous sommes dans une position ou nous ne pouvons pas nous le permettre, et ça, on le sait.

Sur les intentions de recrutements de Sir Alex Ferguson:

Je n’en sais rien mais il ne recrutera pas chez nous!

#Max (via arsenal.com)

Compte-rendu d’Arsenal 1 – 1 Manchester United (35ème journée de Premier League).

Par défaut

Image

L’orgueil modéré d’Arsenal.

Dos au mur pour cette périlleuse 35ème journée, les Gunners étaient dans l’impératif d’une victoire ce dimanche face à Manchester United. Mettant tout d’abord beaucoup d’agressivité et de volonté dans leur jeu, les hommes de Wenger ouvrirent précocement le score avant de perdre pied à cause d’une énième erreur individuelle. Pêchant encore une fois dans le dernier geste, Arsenal ne peut faire mieux que concéder le nul, et s’expose à une fin de saison encore plus compliquée que prévu.

Un visage étonnant et séduisant.

Qui aurait imaginé un tel scénario de début de match ? Dominés au score (à l’exception d’un certain 1er mai 2011) et dans le jeu depuis de longues années face à United, les Gunners n’auront même pas laissé leurs adversaires respirer aujourd’hui, tant la furtivité de Theo Walcott frappa de plein fouet les Mancuniens dès la deuxième minute. Légèrement aidé par une position de hors-jeu non relevée, l’Anglais jouit d’une excellente passe dans la profondeur de Rosicky pour aller ajuster De Gea. Alors que Van Persie, hué il y a encore quelques secondes par une foule rancunière envers son héros déchu, rumine son ballon perdu, son ancien compère exulte. Le jeune Anglais, en disgrâce auprès des supporters depuis de longues semaines pour ses pâles prestations, vient de marquer l’un des buts les plus importants de la saison. D’autant plus que le déroulement de la rencontre tourne à l’avantage des Gunners par la suite, qui montrent un visage aussi surprenant que séduisant. Probablement portés par leur orgueil mis en branle par la haie d’honneur faite en début de match, ces derniers montrent une agressivité et une hargne rare, à l’image d’un Koscielny qui ne laisse aucun ballon à son ancien coéquipier Robin Van Persie. Intraitable, le Français est premier sur chaque ballon et n’hésite pas à suivre le Néerlandais jusqu’au rond central pour le faire fuir. Subjugués par cette volonté, les canonniers s’essayent tour à tour sur les buts de De Gea. Rosicky tente sa chance, suivi de Cazorla qui sans l’intervention du portier Espagnol se préparait à dépoussiérer la lucarne. Devant cette vague de fraicheur rouge et blanche à laquelle les Red Devils n’ont pas été habitués ces dernières années, les hommes de Ferguson sentent la frustration monter, et écopent pour quatre d’entre eux d’une biscotte pour de vilaines fautes. Van Persie cisaille Mertesacker, comme il l’avait fait avec Sagna lors du match à Old Trafford, et les huées reprennent de plus belle à l’encontre de l’ancienne gloire. Mais si Koscielny le muselait à merveille depuis le début de la rencontre, ce ne fut pas le cas de toute l’arrière-garde Gunner. Le Néerlandais commence alors à dézoner, et fait parler son jeu face au but dans les derniers trente mètres, prouvant à quel point son départ a sevré l’Emirates de cet exceptionnel atout. Débute alors le show Sagna, marionnette dont Van Persie tiendra les baguettes à chaque excursions sur son côté droit. Lancé dans la profondeur, le Néerlandais dépose son vis-à-vis et centre pour Jones qui bien heureusement rate sa reprise de la tête. Si jusqu’à là, les Gunners avaient leur match bien en main, la rencontre tend à s’équilibrer et les occasions d’United se multiplient. Szczesny, puis Sagna, s’interposent tour à tour devant Van Persie et Jones pour empêcher les Mancuniens de revenir au score. De leur côté, les hommes de Wenger peinent dans les derniers mètres. Si Rosicky accélère à merveille le tempo des phases offensives de ses compères, Walcott n’arrive pas à trouver de profondeur et Podolski reste muet, confirmant bien que son profil ne s’adapte pas à la pointe d’Arsenal. Dans un registre similaire à celui de Van Persie dans le dézonage, l’Allemand n’a en revanche pas la même qualité que son homologue dans son jeu dos au but et face au but. L’ancien buteur de Cologne étire la défense, mais personne ne profite de la profondeur offerte par ses décrochages et les Gunners se retrouvent obligés de tourner autour du bloc des Red Devils. Face à cette stérilité récurrente, il aurait été étonnant que la formation de Ferguson n’en profite pas…

Bourde et coaching perdant.

Alors que la mi-temps se profile doucement, Sagna se rend alors coupable d’une affreuse passe en retrait, et Van Persie, toujours dans les bons coups, s’empare du ballon avant de déposer Mertesacker. Alors que le Néerlandais se retrouve dans un angle archi-fermé, d’autant plus pour sa patte gauche, Sagna vient le tacler en pleine surface d’une façon incompréhensible et offre un penalty à l’ancien buteur maison. Ne faisant ni une ni deux, ce dernier transforme froidement l’offrande, puis reste muet par respect. Les Gunners viennent de nouveau de se tirer une balle dans le pied. Le pressing haut et usant de la première période et le but mérité du début de match sonnent dès lors creux après cette énorme bévue. Wenger, qui pensait pouvoir gérer tranquillement la seconde période face à une équipe Mancunienne qui jouait légèrement avec le frein à main, doit revoir ses plans.

Au retour des vestiaires, le match s’équilibre, et devant des Gunners qui prennent de plus en plus de risques, les Red Devils héritent d’espaces intéressants pour jouer le contre. A plusieurs reprises, ces derniers se montrent dangereux et sont proches de doubler la mise. Dans l’impératif d’une victoire, Wenger balancent toutes ses forces dans la bataille, et fait rentrer Wilshere, Gervinho et AOC. Attendu, le numéro dix passera à côté de son match, parvenant même à faire regretter le petit Mozart, véritable dynamiteur de l’heure de jeu. Gervinho, quant à lui, n’apportera aucune profondeur à l’instar de son prédécesseur en pointe, et se cassera les dents sur le bloc blanc, alors qu’AOC rentrera beaucoup trop tard pour montrer quoi que ce soit contre une équipe qui lui a pourtant réussie par le passé. Alors que le coaching était le fer de lance de la réussite d’Arsenal cette dernière semaine, l’équipe aura payé le manque d’efficacité de celui-ci aujourd’hui. La fin de match est marquée par de belles occasions d’un côté comme de l’autre, et cette rencontre aurait pu tourner à l’avantage d’une des deux formations. Ni Ramsey ni Cazorla ne seront en mesure d’inverser la tendance et de faire oublier cette grosse erreur qui coute le match en fin de première période. «A la fin de la journée, le regret que vous avez, c’est évidemment ce but encaissé juste avant la mi-temps » dira Wenger au micro de SkySports à la fin de la rencontre. En les circonstances de cette fin de saison, le manager Alsacien peut ressentir le gout amer de la défaite qu’a ce nul, tant ses hommes étaient en mesure de faire tomber le néo champion 2013. Même si Arsenal conserve une belle quatrième place à la fin de cette 35ème journée, il n’y a désormais plus de calcul possible. Trois matches, trois victoires, tel est l’objectif des Gunners pour cette fin de saison. Mais si ces derniers arborent le même visage qu’aujourd’hui jusqu’au 19 mai, il se pourrait bien que l’odeur européenne vienne rapidement leur titiller les narines.

Image
S
zczesny impuissant face au penalty de son ancien capitaine.

Fiche du match

Arsenal 1-1 Manchester United (affluence: 60, 112)
Premier League, 35e journée

Buts: Walcott (2e) pour Arsenal ; van Persie (44e sp) pour Manchester United
Avertissements: Walcott (33e), Sagna (43e), Oxlade-Chamberlain (81e) pour Arsenal ; Jones (17e), Rafael (24e), van Persie (28e), Evans (30e), Valencia (65e)

Les équipes de départ:
Arsenal: Szczesny – Sagna, Mertesacker, Koscielny, Gibbs – Arteta, Ramsey (Oxlade-Chamberlain, 78e), Rosicky (Wilshere, 61e)– Walcott, Podolski (Gervinho, 71e), Cazorla. Entr: A.Wenger.
Non utilisés: Mannone, Vermaelen, Monreal, Jenkinson

Manchester United: De Gea – Rafael (Anderson, 73e), Ferdinand, Evans Evra (cap.)– Carrick, Jones, Valencia, Nani (Giggs, 83e) – Rooney (Hernandez, 88e)– van Persie. Entr. Sir A.Ferguson
Non utilisés: Lindegaard, Büttner, Kagawa, Cleverley

Chiffres du match
Possession: Arsenal 52% – 48% Manchester Utd
Tirs (dont cadrés) : Arsenal 19 (6) – 12 (4) Manchester Utd
Arrêts: Arsenal 3 – 5 Manchester Utd
Corners: Arsenal 7 -2 Manchester Utd
Fautes: Arsenal 11 – 12 Manchester Utd
Hors-jeu: Arsenal 1 – 1 Manchester Utd
Tacles: Arsenal 17 – 14 Manchester Utd
Pourcentage de passe réussies: Arsenal 80% – 83% Manchester Utd
Duels aériens remportés: Arsenal 38% – 62% Manchester Utd

Les notes d’AFC:

Szczesny (6,5) : Un match correct durant lequel il aura fait ce qu’il avait à faire. A noter un arrêt incroyable devant une tête de Van Persie. Il ne peut en revanche rien sur le pénalty.

Sagna (3,5) : Peu en réussite sur ses centres, Sagna aura été déterminant dans le résultat du match puisque sa perte de balle et son tacle stupide auront coûté le pénalty de l’égalisation

Mertesacker (6) : Son association et son entente avec Koscielny rendent Arsenal très solide défensivement. Son placement et son intelligence du jeu ont été intéressant aujourd’hui.

Koscielny (8,5) : Koko a une nouvelle fois livré une saison de haut niveau. Il termine l’année en trombe et a parfaitement géré Van Persie tout au long du match en obtenant quelques fois des fautes intelligemment. Premier sur tous les ballons, il aura montré une hargne sans faille. L’homme du match selon AFC.

Gibbs (6,5) : On aurait pu espérer Monreal pour un profil un peu plus défensif, il n’en fut rien et c’est Gibbs qui s’est retrouvé sur l’aile de la défense. Précis, vif offensivement, son envie a fait déjoué Valencia une majeure partie de la rencontre

Arteta (7,5) : Le néo-capitaine a montré la voie aujourd’hui de par son envie et sa justesse au milieu de terrain. Il a su trouvé la clé pour faire jouer au mieux ses partenaires avec Ramsey et Rosicky

Ramsey (7) : Le milieu de terrain était très bien organisé avec un pressing de tous les instants, mené notamment par Ramsey. Le meilleur Gunner de ses dernières semaines a de nouveau livré une belle et solide prestation, malgré ses quelques ballons perdus bêtement.

Rosicky (7,5) : Son retour est la meilleure chose qu’Arsenal pouvait espérer, et cela se prouve. De la justesse, de la maîtrise et de la vista de la part du petit Mozart qui a pleinement mené sa barque aujourd’hui.

Cazorla (6,5) : Malgré un coup de fusil en première période, Santi n’a pas sorti le meilleur match de sa vie. Exilé sur le côté gauche, il a dû laisser les clefs du jeu à Rosicky aujourd’hui et n’a pas eu la même influence que d’ordinaire malgré ses deux ou trois bonnes frappes.

Walcott (6,5) : La première occasion fut la bonne et Theo a parfaitement su géré son un contre un avec De Gea pour ouvrir le score. Malgré une prestation par la suite mi-figue mi-raisin, ce but va lui faire du bien au moral pour cette fin de saison.

Podolski (5) : L’Allemand avait l’occasion de briller en l’absence de Giroud. Il n’en fût rien. Il s’est montré beaucoup trop discret sur le front de l’attaque pour être décisif aujourd’hui. Trop peu d’appels, et son dézonage fût stérile tant son jeu dos et face au but fût trop prévisible.

#Yannick, #Dim et #Anto

La grosse interview: Chuba Akpom face à un tournant.

Par défaut
Chuba Akpom fait le buzz et pour de bonnes raisons. Le joueur de 17 ans a été le fer de lance de l’attaque d’Arsenal qui est parvenue à battre l’Inter Milan 1-0 en NextGen Series. L’adrénaline coule toujours dans ses veines lorsqu’il prend place pour parler de lui.

Un large sourire s’affiche sur son visage, le jeune buteur a toutes les raisons d’être satisfait de son sort. En marge de ses exploits européens, il est devenu l’atout numéro 1 des U21 d’Arsenal et a causé une véritable tornade dans les rangs des U19 anglais, marquant 5 buts lors de ses 4 derniers matchs. De plus, il fut sur le banc lors du match en Grèce contre l’Olympiakos en décembre dernier. Un grand avenir est attendu pour le talentueux attaquant. Chuba a toujours été face à un tournant. Il a rejoint le club à 6 ans, commençant à jouer pour les U18 alors qu’il était plus jeune que ses partenaires de 3 ans et sa progression prodigieuse n’a montré aucune signe de latence. Mais comme il l’admet volontiers, un homme avait prédit tout cela il y a déjà quelques temps.

« Lorsque j’avais 13 ou 14 ans, un entraineur du nom de Steve Leonard eut une énorme estime de moi. » explique t-il. « Il avait décelé mon potentiel et a su tracer mon avenir, me disant que lorsque j’aurais 16 ans, je ferais ceci, à 17 ans, je ferais cela…Et toutes ces prédictions ont eu lieu! J’avais dit à 15 ans que je voulais jouer pour l’Angleterre, et qu’à 18 je souhaitais jouer en équipe première donc espérons que tout cela se produise! J’aurais 18 ans en octobre donc j’ai encore un peu de temps devant moi pour y parvenir! »

Tout cela est de bonne augure! Tout d’abord, dis nous en davantage sur ton passé et la façon dont tu es devenu footballeur:

J’ai grandi à Canning Town dans l’Est de Londres, qui est réputé pour ne pas être l’endroit le plus clinquant pour vivre. J’ai vécu la-bas 15 ou 16 ans avant de déménager à Borehamwood l’an dernier. Canning Town est un endroit très dur, il y a beaucoup de gangs mais les jeunes adorent le football. J’ai joué dans la rue et en foot en salle, le parc était également à deux minutes de chez moi donc j’étais la bas tous les jours. Je n’ai jamais vraiment travaillé dur à l’école, juste pour le football!

Il est difficile de rester dans le droit chemin dans cet environnement?

Il y a beaucoup de tentations mais il faut simplement rester concentré sur un objectif. Je me suis fait de bons amis, ils me motivent et tout ce qu’on avait en tête, c’était le football. Ils m’ont vraiment beaucoup aidé. Mais je sais que ma vie aurait pu être différente. Dans le mauvais sens. Lorsque les gens vous voient réaliser de bonnes choses, ils vous envient et n’aiment pas ce que vous faites. La chose primordiale est de rester humble et de continuer à travailler dur. C’est ce que j’ai fait.

Tu dois te dire que tu as traversé un chemin long et difficile…

Un très long chemin même! La façon dont les choses évoluent est tellement rapide, le temps passe si vite. Lorsque j’ai rejoins le club à 6 ans, je n’aurais jamais pensé finir sur le banc de l’équipe première. Mais c’est arrivé et cela prouve que rien n’est impossible.

Comment as-tu atterri à Arsenal?

Je jouais pour une équipe nommée Rippleway FC à Newham, pas loin de la ou j’ai grandi. J’y suis resté 2 saisons et j’ai marqué énormément de buts, une centaine voir davantage! J’ai toujours été buteur et je jouais avec un autre joueur d’Arsenal, Alex Iwobi. J’ai été supervisé par West Ham d’abord, j’y ai fait un essai mais ils ont mis trop de temps à se décider. Puis je suis allé à Arsenal, j’y ai signé et depuis, j’y suis.

Qui t’as le plus influencé?

Ma famille, mon père en particulier. Mes deux parents sont du Nigeria et mon père a toujours été présent. Il m’emmenait au parc, aux entrainements quotidiens. On s’entrainait en marge du football aussi, il m’emmenait à des tournois durant l’été. Il m’a toujours supporté.

Lui aussi a joué?

Oui, lui et mon grand-père ont joué au Nigeria à des niveaux respectables, mon grand-père a même joué pour une équipe de première division. Ils étaient tous les deux attaquants, une tradition familiale apparemment! La famille de ma mère a également joué au football dans le meilleur championnat. Ils sont très excités de ce que j’ai fait à Arsenal, certains me suivent sur Twitter. Ils me disent constamment de venir au Nigeria! Ils adorent Arsenal la-bas, ils aiment l’histoire du club et l’engouement est conséquent. Arsenal est comme une famille et les nigérians apprécient vraiment cet aspect.

Donc qui aimerais-tu représenté au niveau international?

Je suis beaucoup questionné à ce sujet mais c’est difficile. Pour l’instant, je reste avec l’Angleterre car je suis avec le groupe depuis mes 14 ou 15 ans et j’assure. Mais on ne sait jamais ce qui peut arriver dans le futur.

Revenons à Arsenal, tu as toujours été surclassé. Que penses-tu de cela?

Je ne suis pas du genre à me prendre la tête pour ça. Si tu es jeune et que tu es surclassé d’un an ou deux, c’est juste que quelqu’un croit en toi. Cela te donne la rage de prouver que ta place est ici et qu’ils ont raison de te faire confiance. Je le prends toujours comme une bonne opportunité.

Y’a t-il un moment ou tu t’es dit, « Je peux y arriver »?

Je pense que ce fut cette année. Je m’attendais à jouer régulièrement en U18 cette saison avec peut-être un ou deux matchs pour la réserve. Mais finalement, ce fut le contraire. C’est vraiment bien. J’ai un peu explosé et j’ai pu démontré mon potentiel. Je suis confiant, les entraineurs me donnent beaucoup de conseils sur la façon de m’améliorer et j’espère que la saison prochaine sera énorme.

Tu as aussi eu l’occasion de partir en Grèce avec l’équipe première pour y affronter l’Olympiakos:

C’était incroyable, sans doute le moment le plus important de ma carrière jusque-la. Rien qu’en étant sur le banc, l’ambiance était incroyable. Faire partie de cela et me rendre compte du fonctionnement de l’équipe première te donne encore plus l’envie d’en faire partie. Cette expérience m’aidera également sur le long terme car je saurais à quoi m’attendre et je pourrais mieux gérer tout cela.

A la vitesse ou les choses arrivent, est-il difficile de garder les pieds sur terre?

Ce n’est pas difficile de rester humble car c’est de cette façon que de meilleures choses arrivent. Les coaches te remettent en place aussi. Ils me disent toujours que tout est question de comportement et d’attitude car tu peux être bon en jeunes et disparaitre par la suite. Tu veux juste faire comme Jack Wilshere, qui était fort en équipes de jeunes et qui continue à devenir de plus en plus fort. Il y a une autre étape après les U21 et je sais que c’est une étape importante donc je dois simplement continuer à travailler dur.

Est-ce que Jack est un modèle pour tous les jeunes du club?

Oui, à 100%. Il était au club très jeune et a progressé étape par étape. Désormais, c’est un des joueurs majeurs de l’équipe première. S’il l’a fait, tu te dis « pourquoi pas moi? » Si tu possèdes le même état d’esprit et que tu travailles aussi dur que lui, tu peux toi aussi le faire.

Comment souhaites-tu voir ta carrière évoluer dans les années à venir?

Je souhaite m’établir en tant que joueur d’Arsenal et aussi jouer régulièrement en sélection, mais je ne sais toujours pas si ce sera pour l’Angleterre ou le Nigeria.

#Max (via arsenal.com)

Avant-match d’Arsenal – Manchester United (35ème journée de Premier League)

Par défaut

Image

Une montagne à surmonter.

Alors que quatre petites journées séparent les vingt formations de Premier League du verdict final, Manchester United, dans le fond, se déplacera ce dimanche en terre conquise. Les hommes de Ferguson, qui ont eu la main mise sur le championnat cette année, ont remporté lundi dernier leur vingtième titre de champion d’Angleterre. Les Gunners seront donc mis à rude épreuve, d’autant plus que Sir Alex a déclaré ne vouloir faire aucun cadeau à ses rivaux. L’occasion pour les hommes de Wenger de se surpasser, faire oublier Fulham, mais aussi et surtout distancer leurs rivaux londoniens qui ne semblent pas disposer à lâcher du lest à une vingtaine de jours de la fin de cet exercice 2012/2013.

Super Manchester, Super Robin !

Après le Bayern Munich en Allemagne, et en attendant le FC Barcelone en Espagne dès ce soir, Manchester United a pu fêter son 20ème titre de champion d’Angleterre cette semaine après sa victoire 3-0 face à Villa en début de semaine. Le plus titré des clubs Anglais n’avait pas quitté son trône depuis la 13ème journée et sa victoire sur QPR. Jamais véritablement inquiétés par leurs concurrents, les Red Devils ont survolé cet exercice 2012/2013, et doivent en grande partie leur réussite à un homme, un ancien Gunner qui a éclaboussé la Premier League de sa classe. Robin Van Persie, meilleur buteur du championnat depuis son triplé lundi soir, a été décisif (son ou ses buts et assists ayant un impact sur l’issue du match) vingt fois et a de ce fait fait gagner à son équipe quarante-trois points. Sans lui, MU stagnait dans le ventre mou du championnat. Cette statistique est bien sûr très imagée, mais Van Persie était là quand Rooney et Kagawa étaient blessés et Van Persie était là quand Young et Nani pesaient moins sur le jeu qu’autrefois. Sans le Hollandais, Ferguson et ses hommes n’auraient surement pas eu la main mise sur le championnat. « Il a énormément contribué à notre réussite cette saison » disait le manager Ecossais après le hat-trick de son protégé lundi soir. L’ancien Gunner retrouvera l’Emirates Stadium demain, pour la première fois depuis son départ l’été dernier. « J’alignerai un onze costaud, il ne faut pas oublier qu’Arsenal est un club rival » déclarait Ferguson en conférence de presse, ce qui pourrait laisser penser que Van Persie tiendrait la corde pour débuter la rencontre, comme en novembre dernier où ce dernier avait ouvert le score. Eliminés de toute autre compétition, les Mancuniens semblent bien partis pour jouer la fin de championnat comme s’ils ne l’avaient pas encore remporté. Recevoir un champion couronné précocement peut très vite s’avérer être un cadeau empoisonné. On ne peut deviner l’état d’esprit des joueurs, même si dans ses déclarations d’avant-match, Ferguson a bien fait comprendre qu’haie d’honneur ou pas, ce match se disputerait pour eux comme s’il y avait encore un gros enjeu.

Un changement d’état d’esprit s’impose.

Du côté de l’Emirates, la pression est de mise à moins de 24h de ce dernier gros choc de la saison. Le nul des Spurs face à Wigan en fin d’après-midi a enlevé un poids sur les épaules des Gunners, mais ces derniers doivent maintenant en profiter en venant à bout des Mancuniens demain. Mais pour cela, les hommes de Wenger doivent impérativement montré un autre visage que celui affiché le week-end dernier face à Fulham. Méconnaissable, les canonniers ont miraculeusement pris un point grâce à Mertesacker, mais avaient totalement déjoué, notamment en seconde période. Depuis des années, Manchester United est probablement le rival qui donne le plus de fil à retordre aux hommes en rouge du nord de Londres. Stratosphériques face à Chelsea, ou encore Tottenham, les hommes de Wenger n’ont que très rarement réussi à se transcender face à la formation de Ferguson, victorieuse à cinq reprises depuis fin 2010. Les Gunners ne sont parvenus qu’une fois à prendre les trois points, sur un but d’Aaron Ramsey, il a très exactement deux ans. Aujourd’hui plus que jamais les canonniers sont dans l’obligation de tout donner pour vaincre leurs rivaux. Surfant sur son excellente dynamique, Arsenal ne peut pas s’arrêter en si bon chemin si la tradition des saisons précédentes se perpétue. La rencontre annonce en tout cas du spectacle, puisqu’elle verra s’affronter la première et la troisième meilleure attaque du championnat.

Mais spectacle ou pas, Arsenal est dos au mur en attendant le match de Chelsea demain. La fin de cette dernière ligne droite s’annonce passionnante et pleine de rebondissements, car si Arsenal jouera ce week-end son dernier gros choc de la saison, Chelsea et Tottenham ont encore un parcours parsemé d’embuches.

Image

Forme des équipes (Premier League)

Arsenal
Infirmerie : Fabianski (côte), Diaby (genou)
Incertain : /
Suspendu : Giroud
Forme : VNVVV
Casier disciplinaire : 38 jaunes, 5 rouges
Meilleurs buteurs : Cazorla (12), Walcott, Giroud (11)
Meilleurs passeurs : Walcott (10), Podolski (9), Cazorla (7)

Manchester Utd:
Infirmerie : Scholes (genou), A.Young (cheville), Fletcher (malade)
Incertain : /
Suspendu : /
Forme : VNVDV
Casier disciplinaire : 49 jaunes, 0 rouge
Meilleurs passeurs : van Persie (24), Rooney (12), Hernandez (8)
Meilleurs passeurs : Rooney (10), van Persie (8), Evra (5)

Les clés du match

Face-à-face


-Une défaite en 11 matches pour Sir Alex Ferguson et ses joueurs contre Arsenal, toutes compétitions confondues. 
-Les deux clubs s’affrontent pour la 49e fois sous l’égide de leur entraîneur respectif Sir Alex Ferguson et Arsène Wenger. L’Ecossais mène 22 victoires à 15.
-Il s’agira du 217e match entre les deux clubs. Manchester United en a gagné 91, 79 pour Arsenal et il y a eu 46 nuls.

Arsenal

-Avec l’expulsion enregistré d’Olivier Giroud contre Fulham, cela fait 5 joueurs exclus pour Arsenal cette saison, soit deux de plus que le reste de l’élite anglaise. Giroud a maintenant autant de but à l’extérieur que de carton rouge (1). 
-Une défaite pour Arsenal lors de ses 12 derniers matches en Premier League dont 9 victoires.
-Depuis le début du mois de février, les Gunners ont encaissé 6 buts en 10 matches, réussissant à enregistrer des clean sheets à 5 reprises dans cette période. Les adversaires ont marqué 8 buts durant le seul mois de janvier. 
-Seulement 4 clean sheets pour Arsenal dans les 16 derniers matches.

Manchester United

-Cette équipe de United est déjà historique : plus haut taux de moyenne de points par match (2,47) et plus haut ratio de victoires (79%). Personne n’a eu de pareils chiffres depuis l’instauration de la Premier League en 1992. 
-9 fois ils ont été mené et 9 fois ils ont réussi à gagner. United est l’équipe qui est le plus revenu dans un match (4 fois de plus que les autres). 
-Les Red Devils ont trouvé la barre transversale 22 fois cette saison. Une performance qui les place seuls en tête dans ce domaine. 
-Man. Utd a concédé 28 buts lors de ses 19 premiers matches de Championnat mais seulement 7 lors de leurs 15 dernières parties. 
-19 joueurs différents ont marqué pour Manchester United. Aucun club ne fait mieux cette saison.
-Depuis le 1er janvier 2011, Robin van Persie a planté 72 buts en 89 matches de PL. Il n’est que le 4e joueur mancunien à marquer 23 buts (et +) en une saison domestique après Ronaldo, Rooney (à deux reprises) et van Nistelrooy (deux reprises également).
Wayne Rooney a été finisseur ou acteur dans 22 buts en 25 matches de Premier League.
-Ryan Giggs a gagné a lui tout seul autant de titres de Championnat d’Angleterre qu’Arsenal dans toute son histoire (13). 
-Manchester United est la première équipe à être sacrée Champion à 4 matches du terme depuis les Invincibles Gunners de 2004.
-Robin van Persie a marqué 17 buts dans ses 17 derniers matches joués à l’Emirates Stadium.

Arsenal doit « faire cette haie d’honneur» pour Langton (AISA)

Par défaut

L’acquisition du 20e titre de Manchester United a créé une petite polémique à Londres, en particulier dans les rangs des supporters d’Arsenal. La raison ? La présence de Robin van Persie, héros Gunner déchu et devenu depuis lundi le joueur qui a marqué le triplé du titre pour United. A Arsenal, les avis sont partagés. Si Arsène Wenger a demandé aux fans de montrer du respect envers leur ancien capitaine, ceux-ci hésitent entre boycotter van Persie et l’insulter. Que des bons sentiments quoi ! Faire une haie d’honneur, c’est exprimer une marque de respect mais c’est également un moment de détresse pour les supporters d’un club rival qui doivent alors reconnaître la supériorité de l’adversaire. Alors que dire si l’équipe en question a dans ses rangs un homme, qualifié à plusieurs reprises de Judas par ses anciens fans tout au long de la saison ?

Interrogée par Sky Sports, l’Association des Supporters Indépendants d’Arsenal (Arsenal Independant Supporters Association ou AISA) pense qu’il est logique que Arsenal ait accepté de faire une haie d’honneur pour Manchester United. Lors de la saison 1990-1991, Manchester United s’était déjà pliée à la tradition en accordant une haie d’honneur aux Gunners à Highbury et l’AISA trouve qu’il serait discourtois de ne pas la faire.

Le président de l’AISA, Lois Langton : « Je pense que nous devons faire cette haie d’honneur. Je ne veux pas que nous passions pour des gens mesquins en ne la faisant pas. »
« Si ça ne devait pas se faire et si les supporters de devaient pas reconnaître le titre de Manchester United, ça finirait en fait par booster l’égo de Robin Van Persie.
« Je préfèrerais juste les reconnaître comme vainqueurs pour qu’on puisse se concentrer sur le match, sinon, le centre d’intérêt sera Robin Van Persie plutôt que l’équipe d’Arsenal, que nous sommes d’abord sensés supporter en allant à l’Emirates.
« Le football est un sport de passion et d’émotions, et un grand nombre de supporters ont des idées bien arrêtées que les circonstances du départ de Van Persie. »

Mais Langton comprend les ressentiments des fans envers van Persie.

« Nous l’avons eu dans nos rangs pendant 7 ans avec des blessures puis une seule bonne saison sans blessure et il décide de partir. »
« Ce qu’il a dit en partant, et selon moi il le pensait, semblait montrer qu’il s’identifiait aux supporters, finalement, ça montre à quel point il s’en fichait. »
“Il s’est complètement trompé, il n’a pas su apprécier la vraie valeur des sentiments des fans d’Arsenal à son égard. »
« Il s’est éloigné des supporters dans sa manière d’aborder son départ à Manchester, et les supporters d’Arsenal l’ont sur le cœur et c’est ce qui va générer le genre d’accueil qu’il va recevoir pour son retour à l’Emirates dimanche. »

Traduit par #Alex et rédigé par #Yannick 

Nouvelles fraiches sur les joueurs d’Arsenal prêtés.

Par défaut

Chaque année, un contingent de Gunners est prêté afin de gagner de l’expérience en équipe première hors de nos bases. 14 Gunners sont actuellement en prêts tandis que la saison 2012-2013 voit sa fin se profiler.

Johan Djourou:

prêté à: Hannover 96.

Dernier match disputé: Hannover 96 1-6 Bayern Munich, samedi 20 avril.

Johan Djourou a joué l’intégralité de la déroute d’Hannover 96 face au Bayern Munich. Mario Gomez et Claudio Pizarro ont notamment marqué un doublé chacun.

Chuks Aneke:

prêté à: Crewe Alexandra.

Dernier match disputé: Yeovil 1-0 Crewe, samedi 20 avril.

Chuks Aneke a débuté la rencontre qui s’est soldée par une défaite de Crewe à Yeovil. Joe Edwards a marqué le but victorieux après seulement 51 secondes et Aneke a été remplacé à la 63ème minute.

Emmanuel Frimpong:

prêté à: Fulham.

Emmanuel Frimpong ne pouvait etre éligible pour le dernier match contre Arsenal, une clause dans son contrat de prêt l’empechant de jouer contre son club parent. Per Mertesacker a marqué le but victorieux, Arsenal enregistrant une victoire importante à Craven Cottage.

Joël Campbell:

prêté à: Betis Seville.

Dernier match disputé: Real Madrid 3-1 Real Betis, samedi 20 avril.

Joël Campbell a débuté la rencontre qui a vu le Betis Seville perdre sérieusement ses espoirs d’accrocher la 4ème place de La Liga. L’attaquant costaricien a été remplacé à l’heure de jeu.

Marouane Chamakh:

prêté à: West Ham United.

Marouane Chamakh n’était pas dans le groupe qui a remporté la victoire 2-0 face à Wigan samedi 20 avril. Un but dans chaque période a scellé la victoire pour les Hammers.

Philip Roberts:

prêté à: Inverness CT.

Philip Roberts n’est pas apparu lors de la défaite 4-1 à Parkhead dimanche contre le Celtic, ce dernier s’assurant le titre de champion d’Ecosse.

Nicklas Bendtner:

prêté à: Juventus Turin.

Nicklas Bendtner est resté sur le banc lors de la victoire 1-0 dimanche contre le Milan AC, ce qui permet à la Juventus de prendre une sérieuse option sur le titre de Serie A, tandis que le Milan AC reste en troisième position.

Denilson:

prêté à: Sao Paulo.

Denilson n’est pas apparu durant la défaite de Sao Paulo contre le Mogi Mirim classé deuxième du classement derrière… Sao Paulo.

Wellington Silva:

prêté à: Ponferradina.

Wellington est resté sur le banc lors de l’importante victoire de Ponferradina à domicile samedi contre le Sporting Gijon.

Samuel Galindo:

prêté à: Club Deportivo Lugo.

Samuel totalise 5 apparitions sous le maillot de Lugo. Son équipe est en 5ème position de son championnat. Son prêt a débuté le 7 février et se termine en fin de saison.

Ju Young Park:

prêté à: Celta Vigo.

Le 15 avril, Ju Young Park est apparu à la 78 ème en remplacement de Castanedo mais n’a pu empecher la défaite de son équipe contre le Real Mallorca. Cette défaite cloue le Celta Vigo à la dernière place de la Liga. Le Celta doit gagner ce soir contre Saragosse pour ne pas perdre davantage de terrain sur l’avant-dernier du championnat.

André Santos:

prêté à: Gremio.

Gremio disputera les huitièmes de finale de la Copa Libertadores le 1er mai contre l’Independiente Santa Fé. Le championnat ne reprend que le 26 mai contre Nautico. André Santos totalise 11 apparitions pour un but avec Gremio.

NDLR: Ryo Miyaichi a prématurément rompu son prêt à cause d’une blessure qu’il soigne actuellement à London Colney.

Anthony Jeffrey termine son prêt à Stevenage le 1er mai et n’a fait qu’une apparition en tant que remplaçant.

#Max