Arsenal-Hull City : Comme on se retrouve

Par défaut

Afficher l'image d'origine

La quête pour une 3ème FA Cup consécutive continue samedi à l’Emirates (Bein2 13h45). Après avoir disposé de Burnley sans grande difficulté au dernier tour face à Burnley, Arsenal reçoit Hull, pour la 3ème saison consécutive. On se rappelle tous de la victoire complètement dingue en finale de la Cup il y a deux ans, peut être moins du match de l’an dernier au 3ème tour qui avait vu les Gunners s’imposer 2-0 à domicile. Mais ces deux succès ont tous deux mené à la victoire finale, il n’y a plus qu’à espérer que les mêmes causes aient les mêmes effets !

Tonton a dit qu’il allait faire tourner, on peut donc s’attendre à une flopée de changements. En défense d’abord, Gabriel « court dehors » selon Wenger mais ne sera pas près. On peut donc s’attendre à une charnière Chamber-Per, Koscielny étant sans doute laissé sur le banc après sa béquille contre Leicester dimanche dernier. Ospina va sans doute permettre à Cech de souffler un peu, idem pour Gibbs avec Monreal. Au milieu difficile de prédire qui va jouer (quel luxe non) mais il est probable qu’Elneny fasse sa deuxième apparition. Arsène a dit en conférence de presse qu’il s’adaptait bien à son nouvel environnement, ne reste plus qu’à l’Egyptien de confirmer son premier match prometteur face à Burnley. Après son entrée fracassante contre Leicester, Welbeck jouera sans doute titulaire pour se remettre un peu en forme. Une question demeure, que faire d’Alexis ? Le laisser souffler ou le faire jouer pour qu’il retrouve sa forme de 2015 ? On aura la réponse demain.
Dans tous les cas, attendez-vous à de la rotation, au cas ou vous auriez oublié, une certaine équipe catalane vient nous rendre visite mardi en Ligue des Champions.

Autre point intéressant à noter, nos deux joueurs prêtés à Hull, Chuba Akpom et Isaac Hayden, sont tous les deux inéligibles et ne seront pas sur la feuille de match.

Globalement c’est un match qu’on devrait remporter sans grand soucis, d’une part les joueurs sur le banc sont frais et, à l’image de Welbeck ont faim. De l’autre, Hull joue le haut de tableau en Championship (1er avec 60 pts) et une remontée immédiate en première division est sans doute plus haute sur leur liste de priorités qu’une hypothétique victoire en FA Cup.

Ne reste qu’à espérer une victoire facile, pas de blessés, ce qui serait une préparation parfaite pour le match de mardi soir !

#Alex

 

Publicités

Mais comment est-ce donc possible ?

Par défaut

CZgGzswWEAIMPAf

Compte-rendu Arsenal – Chelsea, 23ème journée de Premier League

Mais comment est-ce donc possible ?

Après un match complètement raté de la part de nos Gunners, le constat est simple. Arsenal n’arrive plus à battre Chelsea en Premier League, Arsenal n’arrive plus à marquer contre les Blues, que ce soit à Stamford Bridge ou à l’Emirates.

Venus pour faire un hold-up, les Blues ont concrétisé l’une des rares opportunités qu’ils se sont créées par l’intermédiaire d’un Costa toujours plus méprisable. Ce dernier, déjà auteur d’une prestation de très haut niveau en matière de respect et de fair-play (sarcasme), avait décidé de remettre ça face aux crédules Gunners. Et l’effet espéré fut une nouvelle fois au rendez-vous. Après Gabriel expulsé au match aller, c’est Mertesacker aujourd’hui qui a dû quitter ses partenaires très tôt dans la rencontre. Un tacle en tant que dernier défenseur synonyme de carton rouge immédiat et de cauchemar pour Arsenal. Mal placé sur la passe d’Oscar en profondeur, le géant allemand a la bonne idée de tourner la tête vers Laurent Koscielny et tacler Diego Costa au même moment. Un moment de génie qui lui fait perdre l’attaquant des Blues des yeux. La faute est réelle, aucun doute là-dessus. Mais en voyant le ralenti, si Costa veut vraiment jouer le face à face avec Petr Cech, il est en parfaite capacité de reprendre ses appuis. Mais non, nous parlons bien évidemment de Costa. Et Costa préfère largement tomber grotesquement et provoquer l’expulsion d’un défenseur, c’est beaucoup plus marrant.

Un rouge qui oblige Wenger a un changement tactique plutôt bizarre puisqu’il décide de sortir Olivier Giroud, excellent depuis le début de saison, et de laisser Théo Walcott sur le terrain. D’ailleurs, parlons-en de l’ami Walcott. Honoré du brassard de CAPITAINE pour ses 10 années passées au club par Wenger, l’anglais nous a gratifié encore une fois d’une performance insipide et indigne du canon qu’il porte à chaque match sur son torse. Non seulement Théo Walcott ne réussit rien, ce qui peut arriver à tout le monde, mais son attitude nonchalante doit commencer à énerver sérieusement une bonne partie des supporters des Gunners. Il serait temps que M. Walcott se remette en question sur ses performances individuelles et son implication sur le terrain. Pour en finir avec Théo, Alexis Sanchez, rentré à la 60ème, a été plus de fois vu avec le ballon que l’anglais sur les cinq derniers matchs.

Les Blues étaient venus pour faire un hold-up, opération réussie. Incapables de produire du jeu, les Gunners se sont heurtés au mur bleu ou ont été d’une maladresse inouïe. A l’image d’un Flamini se prenant pour Zlatan Ibrahimovic en tentant une reprise aérienne Kung-Fu extérieur pied droit et une madjer inappropriée, Arsenal n’a jamais su placer faire les bons choix dans les moments cruciaux.

Les Blues n’ont pas été meilleurs ou supérieurs, les Gunners ont juste donné le bâton pour se faire punir. Arsenal ne peut s’en prendre qu’à soi-même sur ce match-là. A oublier très rapidement.

#Albin

Qui es-tu Mohamed Elneny ?

Par défaut

Capture d’écran 2016-01-14 à 12.11.00.png

Enfin ! Après plusieurs semaines d’attente, Mohamed Elneny rejoint officiellement Arsenal pour un montant d’environ 7 millions d’euros. Mais qui est ce joueur assez méconnu qui pourrait être l’un des piliers des Gunners les saisons prochaines ?

Une recrue très attendue

Alors qu’on était habitué à des mercatos hivernaux aussi plat qu’un encéphalogramme d’Oxlade-Chamberlain, Arsène Wenger a sorti le chéquier, et pour une fois il n’a pas attendu le dernier jour du mercato pour s’attacher les services de l’égyptien.
Pour rappel : Monreal (2013) et Kallstrom (2014) sont arrivés un 31 janvier. Gabriel fait presque figure de recrue précoce en arrivant le 25 janvier 2015.

L’arrivée d’Elneny était très attendue pour deux raisons. Tout d’abord, Arsenal est leader de Premier League et compte bien se donner les moyens d’y rester en se renforçant. Ensuite, tout simplement parce que l’infirmerie des Gunners est encore bien fournie, notamment les milieux de terrains. Privé de Wilshere, Cazorla et Coquelin pour encore quelques semaines, l’équipe ne peut plus compter que sur la paire Ramsey-Flamini pour l’instant. Même si Flamini fait relativement bien le job pour l’instant, il est clair que le français ne tiendra pas le rythme jusqu’à la fin de saison. Quant à Arteta, il n’a probablement plus le niveau physique pour être titulaire dans l’équipe.

Une recrue pour le présent et pour l’avenir

Elneny sera donc le bienvenu pour venir renforcer au moins numériquement l’équipe.
Mais au-delà de son apport direct pour l’équipe, Elneny est aussi une recrue pour les saisons à venir.
Avec les contrats de Rosicky, Arteta et Flamini qui arrivent à leurs termes en juin prochain, Arsenal doit se préparer à renouveler son milieu de terrain.

A l’instar de Gabriel, une arrivée en janvier va permettre à Elneny de s’adapter progressivement au championnat anglais. A 23 ans, l’égyptien a encore une belle marge de progression devant lui et sera sans doute complètement opérationnel pour la saison 2016/2017, et sera certainement un excellent backup pour Coquelin.
Autre atout d’Elneny : son expérience. Malgré son jeune âge, on peut dire qu’il a déjà une belle expérience derrière lui. Il a remporté les 3 derniers titres du championnat Suisse avec le FC Bâle, et compte pas moins de 40 sélections avec l’équipe nationale.

Elneny : Un profil entre Ramsey et Coquelin

Concernant son profil, Elneny est un peu le mélange entre Ramsey et Coquelin : un milieu défensif avec la rage de vaincre mais qui est aussi capable de se porter vers l’avant pour apporter le danger.
Elneny a une bonne qualité de passe (92% de passes réussies) mais on ne peut pas dire que techniquement il puisse briller autant que Cazorla ou dans une moindre mesure, Ramsey. C’est un joueur combatif ne ménageant pas ses efforts, possédant un bon jeu de tête et avec une grosse frappe de balle.
Nous avons demandé à un supporter du FC Bâle de nous donner son avis sur le joueur.

Interview avec Thomas qui gère le compte FC Bâle en français (@FC_Basel_fr)

  • Quel est ton ressenti global sur Mohamed Elneny ?

« Elneny est un joueur de 23 ans très important dans le milieu du jeu. Il est très athlétique et possède un excellent jeu aérien. C’est un joueur qui aime toucher la balle et qui est relativement précis dans ses passes. On le disait prometteur à son arrivée à Bâle en 2013, c’est désormais un élément important du dispositif bâlois. »

  • Quel est son poste préférentiel ? Peut-il jouer à plusieurs postes ?

« Il est milieu de terrain et l’a toujours été. Mais n’hésite pas à monter en cas d’action offensive et revenir en défense dans le cas contraire. »

  • Quels sont ses points forts et ses points faibles ?

« Pour ses points forts, je dirais qu’il est adroit dans sa transmission de balle, dispose d’un bon jeu de tête et d’une capacité à frapper de loin (son but face à la Fiorentina par exemple). De plus, à 23 ans, c’est un pilier de la sélection Egyptienne, il dispose d’une expérience importante pour un club comme le FC Bâle. Côté négatif, il manque peut-être un peu de vitesse dans sa course, confond de temps-en-temps vitesse et précipitation (de moins en moins cela dit !). »

  • Quel est son état d’esprit sur le terrain ?

« C’est un gagnant, un rageur. Il dégage une envie de vaincre très intéressante. Il a d’ailleurs pris quelques cartons jaunes « stupides » pour contestation. Mais ça reste un joueur humble qui fait ce qu’il sait faire sur le terrain et qui ne lâche rien jusqu’au bout. »

  • Si tu devais le comparer à un joueur d’Arsenal, ça serait qui ?

« Si je dois le comparer à un joueur d’Arsenal, ça serait Coquelin au niveau des performances physiques et des capacités techniques. »

  • Est-ce que tu penses que c’est une bonne recrue pour Arsenal ?

« Je pense que ça serait une bonne recrue pour Arsenal puisque c’est un joueur généreux qui distribue de bons ballons et qui sait calmer le jeu si le besoin se ressent. Il n’est pas du genre à garder le ballon trop longtemps. La Premier League ne pourrait que le faire évoluer car au vue de sa progression, de nombreux défis vont l’attendre et celui-ci en fait partie. »

#Ben

Un Arsenal de gala ?

Par défaut

Liverpool - Arsenal, 21ème journée de PL

Avant-match Liverpool – Arsenal, 21ème journée de Premier League

Après des fêtes qui ont vu les Gunners virer en tête de la Premier League et une qualification pour le prochain tour de la FA CUP en battant Sunderland sur le score de 3-1, Arsenal se déplace ce mercredi dans l’antre d’Anfield.

Un Arsenal de gala ?

Invaincus à domicile contre le Big Four cette saison avec des victoires contre les deux Manchester et des matchs nuls contre Tottenham et Liverpool, Arsenal n’est pas encore allé se frotter aux grosses équipes à l’extérieur. Les Gunners voudront donc affirmer leur statut de leader du championnat en s’imposant sur la pelouse des Reds de Liverpool.

Depuis l’arrivée de Jürgen Klopp sur le banc des Reds, Liverpool s’est métamorphosé contre les grosses écuries de ce championnat. En revanche, la machine a tendance à s’enrayer contre les moins bien classés de la Premier League. De plus, les nouvelles méthodes d’entraînement du tacticien allemand commencent à peser physiquement sur les organismes des joueurs de Liverpool. Avec l’enchaînement des matchs, les Gunners pourront espérer profiter de l’état physique des Reds pour exercer une pression intense sur le but de Simon Mignolet.

Côté Arsenal, les matchs à venir sont d’une importance capitale pour la suite de la saison. Deux déplacements consécutifs à Liverpool et Stoke puis la réception de Chelsea et Southampton à l’Emirates, voilà ce qui attend Arsenal dans les semaines à venir. Un calendrier compliqué qu’il faudra négocier de la meilleure des manières si les Gunners veulent continuer de mener la danse dans cette course au titre.

Mais contrairement aux années passées, les Gunners semblent plus matures dans leur jeu. Ils semblent avoir une meilleure analyse des matchs durant leurs déroulements et être plus réalistes devant le but dans les moments cruciaux. En atteste le match contre Manchester City où les Gunners ont réussi à marquer sur les deux seuls tirs cadrés de la première mi-temps. En revanche, la deuxième mi-temps fut plus dans les standards auxquels Arsenal nous a habitués avec une plénitude d’occasions ratées.

Le match de ce soir s’annonce donc très intéressant à regarder et à analyser. Malgré le renouveau des Reds sous Klopp, la victoire reste à portée si Arsenal joue son jeu.

#Albin

Une peur de la 1ère place ?

Par défaut

southampton - arsenal, 18ème journée de PL

Compte-rendu Southampton – Arsenal, 18ème journée de Premier League

Une peur de la 1ère place ?

Après la défaite du leader Leicester face aux Reds de Liverpool en début de journée, les Gunners avaient l’occasion de prendre la tête de la Premier League en déplacement à Southampton pour ce Boxing Day du 26 décembre 2015.

Un match lamentable..

Comme souvent lorsque les Gunners perdent, le début de rencontre n’était pas d’une intensité excessive. Un manque d’agressivité dans les duels, des imperfections techniques inhabituelles et un cruel manque de coordination collective ont permis aux Saints de mettre Arsenal en doute pour développer un jeu de contre ultra-rapide. Résultat de tous ces manques, les Gunners se font punir dès la 20ème minute de jeu sur un but somptueux du latéral droit des Saints, Martina. Après un ballon renvoyé dans l’axe par Mertesacker, le défenseur décoche une demi-volée instantanée aux 30 mètres de l’extérieur du droit. Sa frappe parfaite contourne Koscielny et Ramsey pour finir sa trajectoire dans le petit filet de Cech, bouche bée. Un chef d’œuvre qui reflète de la meilleure des manières les défaillances défensives des Gunners.

Une première erreur avec le duo Bellerin – Campbell qui n’attaque pas Ryan Bertrand et qui le laisse centrer tranquillement. La seconde provient d’un Mertesacker hyper-inspiré qui relance en plein dans l’axe pour enchaîner sur la troisième et l’absence de pressing sur Martina, ce qui lui permet d’ajuster son extérieur dans la plus grande des sérénités.

Et des erreurs, les Gunners n’ont pas manqué d’en réaliser au cours de ce match. L’arrière-garde d’Arsenal, pourtant meilleure défense de Premier League avant ce match, n’a cessé de multiplier les relances approximatives, empêchant la fluidité habituelle du milieu de terrain de se projeter plus rapidement vers l’avant. Un manque technique qui conduira à un déséquilibrage de la balance entre l’attaque et la défense sur le second but. C’est en effet sur une récupération des Saints à 40 mètres de leur but que le milieu des Gunners est transpercé par une seule passe. La suite est un une-deux de toute beauté entre Long et Mané pour le 2-0. Absolument mérité.

Et le naufrage ne s’arrête pas là. Sur un corner, The Ox, à peine rentré en jeu, commet l’erreur de laisser filer Fonte qui propulse avec rage le ballon dans le but de Cech. Un match à oublier rapidement où rien ne semblait sourire aux Gunners. Une raclée qui se termine par un dernier but sur une énième course dans la profondeur de Long qui parachève le score à 4-0 en glissant le ballon entre les jambes du gardien tchèque.

4-0, la pilule est dure à avaler pour des Gunners complètement amorphe. Un score ultra-mérité pour des Saints piqué aux vifs par leur entraîneur la semaine dernière. En revanche, Arsenal ne peut s’en prendre qu’à soi-même, c’est une nouvelle occasion de virer en tête qui s’échappe. La peur de la première place serait-elle dans les têtes des joueurs ? Une idée à oublier rapidement pour ne pas plomber le moral des joueurs qui devront réagir lundi face au promu Bournemouth à l’Emirates.

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Cech (4) : Une sortie manquée sur un coup franc indirecte, une sortie non-faite sur corner, pas décisif… Un match sans pour le portier Tchèque.

Bellerin (5) : Il a essayé d’apporter, mais n’avait aucune présence devant lui aujourd’hui.

Mertesacker (2) : Des relances calamiteuses, un placement scandaleux, une vitesse ignoble. Un match des plus mauvais de Per.

Koscielny (4) : On a rarement vu un attaquant prendre le dessus sur Koko comme l’a fait Long ce soir. Pris dans la vitesse, l’intelligence de jeu, le physique.

Monreal (5) : Le commentaire de Bellerin lui convient parfaitement.

Flamini (3) : A clairement montré ses lacunes techniques ce soir. Incapable de créer quoi que ce soit balle au pied.

Ramsey (5,5) : L’un des rares à tenter de se projeter vers l’avant ce soir.

Ozil (3,5) : Invisible 90% du match.

Campbell (2) : Invisible tout le match.

Walcott (4) : A tenté de percuter comme il a pu, mais trop peu de prise de risque.

Giroud (2) : On l’a seulement vu pour gueule auprès de l’arbitre. Du gâteau pour la défense adverse.

#Dim

Et de 50 pour Giroud !

Par défaut

Aston Villa - Arsenal, 16ème journée de PL

Compte-rendu Aston Villa – Arsenal, 16ème journée de Premier League

En déplacement chez le dernier de Premier League, Aston Villa, les Gunners devaient s’imposer pour prendre provisoirement la tête du championnat en attendant le match de Leicester contre Chelsea demain soir.

Et de 50 en Premier League pour Giroud !

Quelques jours après une qualification inespérée pour les 8èmes de finale de la Ligue des Champions acquise grâce à un succès 0-3 en Grèce, Arsène Wenger avait décidé de titulariser le même onze pour affronter une équipe d’Aston Villa en grandes difficultés.

Après son triplé mercredi soir, Olivier Giroud était au cœur de toutes les attentions. Et le français a répondu présent en inscrivant sur pénalty son 50ème but en Premier League pour Arsenal, le tout en 113 apparitions. Seul Ian Wright (87 matchs) et Thierry Henry (83 matchs) ont fait mieux que l’ancien attaquant de Montpellier. Ultra-critiqué depuis son arrivée, le français a constamment su se remettre en cause et pour apprendre de ses erreurs. Une constante envie de progresser qui lui permet aujourd’hui d’être comparé à des légendes d’Arsenal au niveau des statistiques. Avec ce but, Olivier Giroud a désormais marqué 9 buts en Premier League.

Du côté du jeu, l’ouverture du score précoce d’Olivier Giroud sur pénalty a énormément avantagé les Gunners. Ces derniers ont ainsi pu poser leur jeu de possession pour tenter de créer le décalage. C’est donc sur un faux rythme que cette première mi-temps s’est déroulée. Peu d’actions des deux côtés avec des Gunners jouant trop tranquillement et une équipe de Villa trop imprécise pour mettre Petr Cech en danger.

Cependant, Arsenal va doubler la mise juste avant la pause sur une contre-attaque éclair. Sur une action de Villa, Ramsey tacle et récupère le ballon pour le glisser à Walcott. L’anglais enchaîne par une passe en profondeur parfaite pour Mesut Özil qui se retrouve seul face au gardien adverse. Expert en l’art de faire briller ses partenaires, l’allemand fixe le dernier défenseur et le gardien pour délivrer sa 13ème passe décisive de la saison à l’attention de Aaron Ramsey qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets.

La seconde période laisse apparaître quelques faiblesses défensives dues aux bonnes intentions d’Aston Villa, sans pour autant que Petr Cech s’emploie à maintes reprises. Grâce à ce nouveau clean sheet en Premier League, le tchèque égale le record de David James de 169 matchs sans prendre de but en championnat.

Au terme de ce match, les retrouvailles entre Rémi Garde, premier étranger capitaine d’Arsenal, et Arsène Wenger ont finalement tourné en faveur de l’alsacien qui s’empare de la première place provisoire de la Premier League tandis que le lyonnais reste englué dans les profondeurs du classement.

Les Gunners ont maintenant une semaine entière pour préparer le choc face à Manchester City qui se déroulera lundi prochain à l’Emirates Stadium.

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Cech (6) : Un match tranquille. Une petite frayeur sur une sortie aérienne. Il égalise désormais le record de clean sheet en BPL (169).

Bellerin (6) : Un peu à la peine ces derniers temps, il n’a pas eu beaucoup de choses à faire aujourd’hui.

Mertesacker (5.5) : Un bon placement et une bonne capacité d’anticipation. Malgré quelques erreurs, il a eu un match facile.

Koscielny (7) : Malmené en début de match dans le duel aérien, le français a su redresser la barre pour montrer une fois de plus qu’il est le patron de cette défense.

Monréal (6) : Un match plus discret que d’habitude mais présent offensivement.

Flamini (6) : Il a fait le boulot proprement. Bien pour un 3ème match en 7 jours.

Ramsey (7) : Très gros match de Aaron qui a bien défendu et s’est bien porté vers l’avant.

Ozil (7,5) : 13ème passe décisive de la saison et une prestation de haut niveau. C’est propre.

Walcott (6) : Un bon match de l’anglais qui a obtenu le peno en début de match. Il fait du bien devant.

Campbell (5,5) : Il assure bien l’intérim sur son aile et s’impose dans le jeu. Il prend confiance.

Giroud (7) : Un gros match pour Giroud encore qui marque son 50ème but avec les Gunners. Il a pesé tout le long du match sur la défense adverse.

#Dim

Ils l’ont fait !

Par défaut

Olympiakos - Arsenal, 6ème journée de LDC

Compte-rendu Olympiakos – Arsenal, 6ème journée de Ligue des Champions

Au cours d’une phase de poules de Ligue des Champions rocambolesque, les Gunners ont réussi à se qualifier contre toutes attentes en gagnant 0-3 en Grèce contre l’Olympiakos.

Merci Olivier !

Pour tous les fans qui souhaitaient voir un attaquant de classe mondiale arriver à Londres au mercato estival, je crois qu’il est temps pour vous d’avouer que Monsieur Arsène Wenger avait encore raison. Le français a livré une de ses meilleures prestations sous le maillot des Gunners en inscrivant un triplé pour qualifier son équipe pour les 8èmes de finale de Ligue des Champions.

Après avoir perdu 2-3 contre les Grecs à l’Emirates, Arsenal se devait de gagner par au moins deux buts d’écart ou par le score de 3-2 pour espérer passer la phase de poules. C’est donc chose faite au terme d’un match compliqué en première mi-temps et géré en deuxième. En effet, les 20 premières minutes de jeu ont été d’une pauvreté inexplicable pour une équipe dans la situation d’Arsenal. Une défense friable à l’image d’un Bellerin complètement perdu avec un milieu endormi qui commettait trop d’erreurs techniques pour pouvoir créer des offensives cohérentes.

Et soudainement, Arsenal s’est décidé à accélérer. Les limites défensives de l’Olympiakos sont alors apparues très rapidement. Une première alerte avec la frappe contrée de Flamini qui termine sa course sur la barre après une belle percée de Campbell sur le côté droit. Quelques minutes plus tard, Özil trouve Aaron Ramsey dans le couloir gauche d’une passe délicieuse dans l’intervalle. Le Gallois centre instantanément du pied gauche pour la tête de Giroud qui marque sur une faute de main du gardien grec. 0-1 après 30 minutes de jeu, l’exploit est en chemin.

La 2ème mi-temps se déroule selon le même schéma que la 1ère. Arsenal gère et prend son temps dans la construction tandis que les Grecs sont coincés entre l’idée de rester à 11 derrière et l’envie de marquer le but de l’égalisation. Une hésitation dont Arsenal profite à la 50ème minute sur un ballon  de récupération anodin. Özil, encore lui, trouve Campbell d’une balle en cloche aux abords de la surface. Le Costa Ricien temporise, élimine un défenseur sur un râteau parfaitement exécuté et envoie une merveille de passe dans la course d’Olivier Giroud qui crucifie le gardien d’un plat du pied gauche. Quelle passe… Cinq défenseurs éliminés, rien que ça. Joël Campbell prouve match après match que son statut de remplaçant est plus que remis en cause.

0-2, Arsenal est qualifié. Le suspens et la peur d’un but grec commencent alors. Si l’Olympiakos marque, Arsenal devra planter le 3ème. C’est donc à cet instant précis que Petr Cech décide de montrer à tout le monde pourquoi il est plus qu’un simple transfert. Une parade main opposée sur frappe surpuissante des 25 mètres mais surtout des interventions d’une sérénité incroyable. Rassurant.

Et avant que le suspens ne devienne trop insupportable, l’arbitre siffle un pénalty pour Arsenal sur une main évidente. Olivier Giroud prend alors ses responsabilités et inscrit son premier triplé pour Arsenal au meilleur des moments. 0-3, le score ne bougera plus jusqu’à la qualification.

Arsenal se qualifie donc pour son 16ème huitièmes de finale de suite après s’être compliquée la tâche d’une manière dont seuls les Gunners savent le faire. 9 points en 6 matchs, sur le fil. Arsenal affrontera donc l’une des équipes suivantes : Real Madrid, FC Barcelone, Wolfsburg, Atletico Madrid ou Zenith St Petersbourg.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (7,5) : Un clean sheet ce soir qui a permis aux Gunners cette qualification. Un grand gardien dans un grand évènement, ça aide. Il a parfaitement géré ce match.

Bellerin (6) : En difficulté lors de ses derniers matchs, il a retrouvé des couleurs ce soir et a tenté d’aider offensivement. C’est bien mais on attend mieux.

Mertesacker (6) : Un match solide pour Per, qui a fait ce qu’il a eu à faire, sans plus.

Koscielny (8,5) : Un match monstrueux de Kos’ qui a sauvé la baraque plusieurs fois et n’a fait aucune erreur. Un grand joueur.

Monreal (7) : Bon match de Monreal comme d’habitude. Il provoque la main du joueur grec sur le pénalty en deuxième mi-temps.

Flamini (6) : Son expérience a fait du bien au milieu de terrain. Il a fait son match.

Ramsey (6) : Peu en vue offensivement, il s’est occupé de bien défendre surtout, avant de se projeter vers l’avant.

Campbell (7,5) : Sans doute le meilleur match de Joël sous les couleurs des Gunners. Il a souvent fait les bons choix, et son travail sur le second but est magnifique. Il a marqué des points ce soir.

Walcott (6) : Discret pour son retour. Il s’est montré dangereux mais n’a joué que par à-coups.

Özil (7,5) : World-class player. Toujours dans le bon tempo, il cherche constamment le décalage. Grandiose.

Giroud (9) : L’homme du match ce soir. On dit que les grands joueurs sont présents dans les grands matchs, il l’a été ce soir. 3 occasions, 3 buts. C’est net et sans bavure.

#Dim