Eisfeld: «Mertesacker est comme un père pour moi»

Par défaut

Thomas Eisfeld est heureux à Arsenal et est déterminé à obtenir sa place dans l’équipe première d’Arsenal.

Le joueur de 20 ans, qui a marqué son premier but pour le club lors du match de Capital One Cup face à West Brom, s’est exprimé au micro du journal allemand Neue Osnabrücker Zeitung sur sa petite carrière et révélé les deux choses qui lui manquent le plus depuis qu’il a quitté l’Allemagne.

Sur son premier but en Capital One Cup:

« J’ai reçu le ballon des pieds de Nicklas Bendtner. Puis, en levant la tête je me suis aperçu que le gardien s’attendait à ce que je tire coté opposé. Alors j’ai tiré au premier poteau. C’était probablement le meilleur moment de ma carrière, surtout car je ne savais pas que j’allais jouer le jour avant. »

Sur ses chances de devenir un titulaire d’Arsenal :

«Mon but est d’être un titulaire de l’équipe première, sinon je ne serais pas là. Si vous prenez en compte mes grosses blessures au ligament et au dos, je crois que je n’ai pas été trop mal du tout. J’essayerai de saisir les chances qui me sont données et je travaillerai dur à l’entrainement. »

Sur sa signature à Arsenal:

«Alors que j’avais 16 ans, mon agent m’a demandé où j’aimerais vraiment jouer si j’avais le choix. J’ai répondu spontanément « à Arsenal et avec Arsène Wenger » sans même réfléchir. Peu de temps après mon 19ème anniversaire en janvier 2012, mon agent m’a appelé et m’a dit : ‘J’ai une surprise pour toi. Arsenal est intéressée, Arsène Wenger aimerait s’entretenir avec toi. »»

Sur sa vie à Londres:

«Ce n’est pas si spectaculaire que ça. Bien entendu, j’ai vu toutes les attractions comme Big Ben et le London Eye lors des deux premières semaines après avoir déménagé. Mais nous nous entrainons de 9h30 à 14h tous les jours. Serge [Gnabry] et moi faisons des choses plus relaxantes comme sortir au restaurant, aller au cinéma, faire un peu de shopping ou jouer aux jeux-vidéo. Nous habitons à Enfield, au nord de Londres, près du centre d’entrainement. »

Sur le manager Arsène Wenger:

«Pendant l’entrainement, il est très calme. Il ne parle pas beaucoup, mais il observe et laisse le reste à son assistant, [Steve Bould]. Mais lorsqu’il a quelque chose à dire, ça a du sens. Et c’est toujours des choses qui vous motiveront.»

Sur ce qui lui manque de l’Allemagne:

«La nourriture et ma mère ! Mais aussi mes amis qui habitent à Dortmund bien entendu, ma famille et mes amis me manquent mais c’était mon rêve de jouer pour Arsenal. Et pour ça, il fallait faire des concessions. »

Sur le contingent allemand:

«Nous sommes un petit groupe d’Allemands à Arsenal désormais. Per est notre grand « Papa ». Il nous fait garder la tête sur les épaules et nous dit comment nous devrions nous comporter. Luke [Lukas Podolski] est le rigolo de l’équipe, c’est une personne au caractère unique. Mesut est plus calme. Mon ami, Serge Gnabry également, il habite à 300 mètres de chez moi.»

BWDFIIeIcAAXU95

Sur le match Bundesliga vs Premier League:

«Je les mets à égalité, enfin surtout Dortmund et le Bayern Munich. La victoire du Bayern contre Manchester City l’a montré. Bien que je pense qu’il y a plus de compétition en Angleterre avec Chelsea, Liverpool, Arsenal et les deux Manchester. Au moins 5 équipes qui peuvent gagner le titre.»

Sur un éventuel retour en Allemagne un jour:

«Je me sens bien à Arsenal et je sais que je peux grandir ici, au top niveau. J’ai déjà fait de très bonnes expériences ici, comme notre pré-saison en Asie. Notre fan club là-bas est très grand et les gens nous traitent comme des popstars, ce qui nous a beaucoup boosté. Mon contrat se termine en été 2015 et Arsenal sera mon premier contact.»

#Alex (via Goonertalk et Neue Osnabrücker Zeitung)

Publicités

Kaylen Hinds, la nouvelle sensation

Par défaut
Hinds, 15 ans, a découvert l'UEFA Youth League, une compétition destinée... aux moins de 19 ans.

Hinds, 15 ans, a découvert l’UEFA Youth League, une compétition destinée… aux moins de 19 ans.

Kaylen Hinds est une star en devenir. Cette phrase, les supporteurs d’Arsenal l’ont entendu maintes fois. L’adolescent de quinze ans est le dernier produit de l’Academy qui franchit, précocement, les étapes après avoir été remplaçant avec les U19 face à Marseille, en UEFA’s Youth League.

Ceci n’est sans rappeler le parcours de jeunes prodiges, tel que Jack Wilshere, ayant réussi à percer en équipe première.

Cependant, est-ce que la nouvelle logique de recrutement appliquée par Arsenal ne risque-t-elle pas de freiner sa progression ? Le jeune Anglais devra saisir sa chance.

A l’âge de quatorze ans, l’attaquant de Leyton Orient fut transféré pour quelques dizaines de milliers de livres à Fulham. Ses progrès furent fulgurants dans l’Est londonien.

Mais la possibilité de franchir une étape supérieure était toujours dans l’air. Hinds aurait préféré s’engager avec Manchester United, mais signer chez Arsenal lui permettait de rester chez lui. Après tout, il n’avait même pas commencé son GCSE (General Certificate of Secondary Education).

Le talentueux et rapide buteur prouva durant un tournoi avec les U15 qu’il était destiné à franchir d’autres échelons, et fut immédiatement promu avec les U18.

Il impressionna avec son rythme de travail et sa condition physique à un si jeune âge. Après avoir effectué quelques apparences en début de saison avec Arsenal, il fut récompensé avec davantage de titularisations.

Et cela ne pouvait mieux se passer. Hinds se vit appelé en sélection anglaise des U16, où nombreux sont les joueurs, passés par cette équipe, qui ont brillé quelques années plus tard. Michael Owen, Jermain Defoe et Wayne Rooney ont rayonné dans des compétitions telles que le Victoria Shield, tout comme son coéquipier à Arsenal, Jack Wilshere.

Peu de temps après, il a également inscrit son premier but sous les couleurs des Gunners, permettant l’égalisation, lors du déplacement à Sunderland, fin août.

Mieux encore, il fit partie du groupe des U19 qui s’est déplacé à Marseille dans le cadre de l’UEFA’s Youth League.

Voyager dans le même avion que certaines stars telles que Mesut Özil et Theo Walcott, restera un souvenir inoubliable pour le jeune joueur, ce que reconnut l’entraîneur des U19, Steve Gatting :

«Ce fut une expérience enrichissante pour ces jeunes d’être aux côtés de l’équipe première, notamment d’avoir voyagé dans le même avion. Nous avions trois écoliers qui auraient dû être en cours, mais ils étaient assis aux côtés des joueurs professionnels.»

Bien qu’il ne soit entré qu’au cours des cinq dernières minutes de la nette victoire 1-4 (ndlr: il a remplacé Maitland-Niles, autre prodige de 16 ans), Hinds a déjà suffisamment prouvé pour être placé prochainement sous les projecteurs.

#Alex H (via DailyMail)

Wenger: « Mon admiration pour l’équipe des NextGen »

Par défaut

 

Wenger suit de près les jeunes

Wenger suit de près les jeunes

Arsène Wenger suivra de près la performance d’Arsenal dans les NextGen Series cet après-midi et il croit que les jeunes Gunners continueront à faire leur chemin vers l’équipe première.
 Les U19 sont près du Lac de Côme pour les demi-finales de la Ligue des champions U19 après avoir éliminé le CSKA Moscou à l’Emirates Stadium lundi dernier (1-0). Une percée solitaire de Serge Gnabry a suffi, seulement 19 jours après le seul but de Nico Yennaris qui leur avait donné la victoire en 8èmes de finale face à l’Inter de Milan, tenant du titre.
 Chelsea se dresse sur la route de la finale des NextGen Series et Wenger a remarqué des qualités importantes dans la cuvée des jeunes talents du club.

« Premièrement, c’est étonnant de voir qu’il n’y a aucune équipe anglaise en quarts de finale de la Ligue des Champions mais qu’il y en a trois en demi-finales des NextGen. » dit-il au Arsenal Player. 
« C’est incroyable et imprévisible. Au début de la saison, on n’aurait pas pu le prévoir. Nous avons toujours trouvé les ressources pour faire de grandes choses et c’est ce que j’aime chez cette équipe. Ils n’abandonnent pas, ils continuent et par-dessus tout, il y a deux, trois, quatre joueurs qui ont une chance de jouer pour Arsenal. Voilà le plus important. »

Traduit par #Alex (via Arsenal.com)

Bellerin: « Nous n’avons peur de personne. »

Par défaut

Hector Bellerin (à droite ndlr) explique qu’il règne une confiance fantastique dans l’équipe d’Arsenal NextGen alors qu’elle s’apprête à rentrer dans l’ultime semaine de la compétition qui se dispute au lac de Côme.

La superbe frappe de Serge Gnabry lundi soir a garanti une place en demies-finale de la compétition aux dépends des russes du CSKA Moscou. Après avoir éliminé les tenants du titre de l’Inter Milan lors des 8èmes de finale, Bellerin pense catégoriquement que son équipe, menée par Terry Burton, peut désormais aller au bout.

« Le CSKA Moscou est une très bonne équipe, nous avions visionné des DVD durant la semaine et leur pressing fut vraiment impressionnant. » dit Bellerin sur arsenal.com. « C’est une équipe qui ne parait jamais fatiguée mais nous savions comment les jouer et les entraineurs nous ont donné beaucoup de bons conseils. Désormais, on sent qu’on peut battre n’importe qui, peut importe qui est en face. Récemment, nous avons très bien défendu y compris en championnat U21 et chaque jour, on se sent de plus en plus confiant en défense. On doit juste persévérer à montrer le même état d’esprit. Nous n’avons peur de personne car après ce qu’on a montré durant les deux derniers matchs, on sait qu’on est capable de tout. »

Bellerin a su apprécier l’occasion de jouer à l’Emirates Stadium et a tenu à remercier les supporters pour avoir fait de ce match une occasion si spéciale.

« C’était incroyable, ce fut le meilleur match que l’on ai fait ici. » dit-il. « Je remercie du fond du cœur tous les gens qui sont venus car il faisait vraiment froid et ils ont fait un bel effort pour venir. J’espère qu’on les a rendu fiers et maintenant, nous ferons tout pour rejouer à nouveau à l’Emirates. »

#Max (via arsenal.com)

Akpom: « Nous sommes capables de gagner les NextGen désormais»

Par défaut

Image

Chuba Akpom dit que la victoire face à l’Inter de Milan en Next Gen Series prouve que l’équipe peut aller jusqu’au bout.

L’équipe dirigée par Terry Burton a délivré une performance prometteuse et maitrisée mercredi qui lui a permis d’écarter les tenants du titre grâce à un but de Nico Yennaris. 
Ils ont su faire face aux conditions extrêmement difficiles en Italie et Akpom estime que le niveau de confiance est au plus haut dans le groupe.

« C’est la meilleure sensation possible. Lorsque nous avons vu l’état du terrain, nous savions que ça allait être difficile dès le début mais nous nous sommes serrés les coudes et nous nous sommes battus pendant tout le match. Nous sommes tous excités maintenant» a t-il déclaré sur le site officiel du club.

« D’habitude, on nous dit de jouer un football technique à base de passes mais nous avons dû nous adapter car le terrain et la météo étaient tellement mauvais. Nous avons montré que nous avons la technique dans notre jeu mais également les caractéristiques permettant d’être durs si besoin.
 »

« Nous savons que nous pouvons gagner cette compétition. Nous avons les joueurs pour, nous avons la qualité et nous ne pouvons que progresser. Nous sommes de plus en plus forts.
 »

« Lorsque vous gagnez des matches comme celui-ci, ça ressert les liens. Nous voulons tous gagner, nous sommes tous des champions et cela nous rapproche les uns des autres. »

Traduit par #Alex (via Arsenal.com)

Jernade Meade: De la ferme de Lewsey à l’écurie d’Arsenal.

Par défaut

Boreham Wood v Arsenal XI Pre Season Friendly
Jernade Meade se souviendra toujours ou il était lorsque son téléphone sonna en ce 5 septembre 2012.

Le joueur d’Arsenal était dans sa chambre du bâtiment principal de la ferme de Lewsey qu’il partage avec sa mère et son jeune frère Kahmal, en train de faire sa sieste habituelle après une intense session d’entrainement à London Colney, le centre d’entrainement des Gunners.

Le nom qui clignotait sur téléphone était celui de Dwight, le cousin de Delaney Brown. Il téléphonait pour annoncer une nouvelle tragique; Brown avait été percuté par une BMW sur Vincent Road, et avait succombé à ses blessures. Le monde de Meade s’écroula.

« J’avais beaucoup d’appels manqués lorsque je me suis réveillé. » dit Meade. « Dwight disait, « Tu es au courant de ce qui est arrivé à Delaney? », je ne pouvais pas y croire. « Le mois qui suivit, je n’y croyais toujours pas. Je sais maintenant qu’il nous a quittés mais ce fut tellement surréaliste. Je le connaissais depuis pas mal de temps. Il avait un sacré tempérament et du talent aussi. Il était doué pour la musique et il aurait pu percer. »

Meade assista aux funérailles et posa un maillot d’Arsenal signé par l’équipe première dans le cercueil. « C’était bien emballé. » dit Meade. « Les gens étaient à l’extérieur et personne ne pouvait entrer. »

Un mois plus tard, Meade fit sa première apparition pour Arsenal, puisqu’il rentra en cours de match durant l’incroyable rencontre de 12 buts contre Reading en Capital One Cup. Meade écoutait la musique de Brown pour préparer le match mais également lors de préparation de sa première titularisation en Ligue des Champions contre l’Olympiakos en décembre.

Même s’il fut nerveux, il tentait de réprimer tout signe de frustration ou d’émotion et intériorisa toute émotion lors de ce match, preuve étant son crochet exquis « à la Cruyff » sur sa première touche de balle au Karaiskakis Stadium.

« Cela m’est venu comme ça. » dit Meade. « Je n’ai pas trop pensé à ça en fait. Ma confiance frisait les sommets après ça. »

Meade dit que le bruit émanant de la citadelle grecque fut assourdissante.

« Il était impossible d’entendre ses propres partenaires. » dit-il. Il essayait quand bien même d’écouter les quelques conseils pleins de sagesse de Tomas Rosicky, l’international tchèque d’Arsenal.

« Il est venu vers moi et m’a simplement dit de ne pas être nerveux et de conserver le ballon. » dit Meade. « Dès que le coup d’envoi à été donné, mes tensions se sont envolées et j’ai pu jouer mon jeu sereinement. »

Wenger n’a eu aucun scrupule à aligner le jeune homme de 20 ans dans l’enfer grec et fut ravi de la prestation de Meade contre les champions de Grèce.

« Il s’est très bien débrouillé. » explique Wenger sur Arsenal Player. « Je suis satisfait de son attitude et du fait qu’il n’ait pas été prostré par l’enjeu. Je me souviens de son premier ballon, il a coupé par l’intérieur alors qu’il était presque enfermé et a joué le ballon. La, vous vous dites qu’il y a un petit quelque chose. »

Il est fort dommage que Meade soit sur le flanc à cause d’une blessure à la cheville car il aurait sans nul doute pu relever le défi de prendre le poste du récent blessé Kieran Gibbs. Au lieu de cela, Wenger fut contraint de faire signer Nacho Monreal.

Meade est avant tout un joueur de football professionnel du club et doit prouver sa place en tant qu’arrière-gauche, et bien qu’il doit encore tout faire pour être à la bonne place au bon moment, le plus important reste les sacrifices effectués par sa mère Andrea. En l’absence de son père, « Je ne lui parle pas. » dit Meade, sa vie fut une véritable lutte. Sa mère pouvait uniquement se permettre de le conduire à l’entrainement 2 fois par semaine au lieu des 3 nécessaires et de plus, il a presque du annuler un voyage à Butlins in Bognor Regis afin de jouer pour St Martins, une équipe de jeune de Luton, car sa famille ne pouvait pas payer les £50 requis.

« Un ami de mon père a dit qu’il avait besoin d’un joueur pour un tournoi et ils ont fait appel à moi. [à son club, Bramingham FC]. » dit Meade. « J’ai dit que je devais demander à ma mère mais l’argent était à l’époque un réel problème. Mais Giorgio, le père de mon ami Fabio, a dit « Ne te soucie pas de l’argent. » Il a dit qu’il s’en occuperait. »

Meade fit une bonne impression durant le tournoi, marquant plusieurs buts en tant qu’attaquant surclassé. Il fut remarqué par les recruteurs d’Arsenal et la suite, comme on dit, vous la connaissez. 8 ans chez les Gunners avec en prime, la joie de signer une année en professionnel l’été dernier. La joie de sa mère a résonnée dans toute la propriété de la ferme de Lewsey.

« Ma mère hurlait de joie. » dit Meade. « Elle n’y croyait pas. Je veux y parvenir pour pouvoir prendre soin des miens. Ma mère a toujours fait de son mieux mais ce fut vraiment difficile. Il y a pas mal de distractions la ou j’habite mais mes amis savent ce que je possède et ne m’ont jamais laissé m’éparpiller. »

L’éducation de Meade explique pourquoi la première chose qui vous frappe quand vous le voyez mis a part sa stature- « Je suis plus grand que Santi [Cazorla]. » blague-t-il.- est sont humilité, son naturel et à quel point il a les pieds sur terre.

Il explique qu’il a quitté l’école avec plusieurs GCSE [certificat général de l’enseignement secondaire] et admet facilement que son frère Kyle, qui étudie la littérature à l’université avec pour but de devenir acteur, est le plus intelligent de la fratrie composée de 3 enfants qui sont tous nés le 25 du mois.

Il n’y a aucune trace d’arrogance ou de suffisance pourtant souvent associées aux jeunes joueurs professionnels. En effet, il conduit toujours une simple Ford Focus et il épargne afin de déménager sa famille et d’acheter une Mercedes.

C’est l’ancien joueur d’Arsenal, une Rolls Royce des attaquants, Robin van Persie, qui a fait la plus grosse impression à Meade lorsqu’il fut appelé à s’entrainer avec l’équipe première.

« C’est un joueur malicieux. » dit Meade. « Je me souviens lorsqu’il m’a mis un petit pont une fois. Il a sprinté et était sur le point de centrer et d’un coup, il a fait passé le ballon entre mes jambes. Je ne sais toujours pas comment il a réussi. »

Les supporters d’Arsenal sont toujours déçus d’avoir vu partir le Hollandais pour Manchester United mais, d’un certain côté et avec respect, Meade est surement un peu soulagé. Laissez-moi vous expliquer pourquoi. Meade a fait le voyage avec l’équipe première lors de la victoire contre Bolton en Carling Cup l’an dernier et ce fut sa première expérience dans l’équipe, Il devait se lever et chanter une chanson après le repas d’avant-match de l’équipe, fait habituel lors de l’initiation d’un nouveau.

Il a en quelque sorte évité cette tradition un peu stressante et s’est également débrouiller pour se défiler de cette épreuve lors de sa deuxième convocation à Reading, arguant qu’il avait déjà chanté l’an dernier à Bolton. Comme van Persie et bien d’autres étaient partis, il n’y a personne pour remettre en cause son alibi.

« J’ai eu de la chance que personne ne s’en souvienne. » dit Meade. « J’étais tellement inquiet de savoir quelle chanson j’allais chanter. Je pense que j’aurais chanté « I believe i can fly. » Chucks Aneke pense qu’il sait chanter mais il est complètement nul. »

Vous pourrez avoir les impressions des joueurs sur les capacités vocales de Meade lors de ses prochaines sorties avec l’équipe première.

#Max (via luton-dunstable.co.uk)

Bilan sur la première partie de saison des jeunes d’Arsenal

Par défaut

Equipe U18 – PREMIER ACADEMY LEAGUE : Bilan mitigé

Les jeunes Gunners de Pat Holland (remplacé par Kwame Ampadu en cours de saison) ont déçu dans cette première partie de saison. Engagés dans la Premier Academy League, qui se déroule en deux étapes (première partie de saison : groupes sous forme de saison régulière ; deuxième partie de saison : promotion/relégation), ils ont terminé l’année 2012 à l’avant-dernière place de leur groupe.

Le groupe 1 des U18 comportait huit équipes : Reading, Bolton, Everton, West Bromwich Albion, West Ham United, Blackburn Rovers, Norwich, et donc Arsenal. Il y avait ainsi quatorze matchs à disputer. Le bilan est mitigé, voire même mauvais : sept défaites, quatre victoires, trois nuls.

L’année 2012 s’est très mal terminée pour les Baby Gunners : quatre défaites lors des cinq derniers matchs. Les jeunes Gunners sont donc dans le deuxième groupe de qualification pour le Championnat de promotion/relégation.

Journées : 14, Points : 15, Victoires : 4, Défaites : 7, Nuls : 3, Buts marqués : 23, Buts encaissés : 39, Différence : -9

Certains se sont néanmoins distingués en cette première partie de saison. C’est le cas de Toral, Lipman ou encore Alex Iwobi.

Buteurs : Toral (5), Lipman (4), Dawkins et Iwobi (3), Ormonde-Ottewill (2), Hayden/Jebb/Brown/Maitland-Niles/Bellerin/Uade (1).

A donc commencé la deuxième partie de saison. Le championnat en première partie de saison était composé de trois groupes, avec huit équipes dispatchées aléatoirement. Les meilleurs de chaque groupe sont donc tombés dans l’Elite Group, où les trois premiers se maintiennent. Viennent ensuite deux groupes de « qualification », seul le premier de ces groupes se maintient.

Le « Qualification Group 2 » d’Arsenal est composé de sept équipes : Newcastle, Aston Villa, Norwich, Blackburn, Manchester City et Middlesbrough. Après une seule journée, les Gunners pointent à la troisième place grâce à un nul 0-0 contre Norwich. Pas forcément de bonne augure. A noter que Blackburn n’a pas encore joué de match.

Les U18 et U21 d’Arsenal ont également disputé communément fin novembre un tour de F.A Youth Cup, qu’ils ont remporté sans appel 3-0 face à Newcastle. Les buteurs sont Jeffrey, Akpom et Bellerin.

Equipe U21 – Barclays U21 Premier League / Next Gen Series : Un bilan plus que satisfaisant

Les hommes de Terry Burton peuvent se féliciter de leur première partie de saison. Engagés en U21 Barclays Premier League, ils sont arrivés deuxième de leur groupe, qui était composé de huit équipes : West Ham United, West Bromwich Albion, Everton, Blackburn, Norwich, Reading, et enfin Bolton. Ils ne pointent d’ailleurs à la fin de l’année 2012 qu’à quatre points du leader, West Ham.

Avec sept victoires, trois nuls et quatre défaites, les jeunes Gunners ont séduit.

Journées : 14, Points : 24Victoires : 7, Défaites : 4, Nuls : 3, Buts marqués : 25, Buts encaissés : 17, Différence : +8

Lors de cette première partie de saison, se sont distingués deux joueurs par leur rendement : Eisfeld et Watt.

Buteurs : Eisfeld (8), Watt (4), Henderson et Akpom (3), Ebecilio/Gnabry/Olsson (2), Neita (1).

Le principe est le même que pour les U18, la seconde moitié de la saison se déroule sous forme de promotion/relégation. Arsenal valide grâce à sa place de dauphin, son ticket pour le prestigieux Elite Group qui comporte trois places pour le maintien.

L’Elite Group comporte huit équipes : Tottenham Hotspurs, Liverpool, West Bromwich Albion, Manchester United, West Ham, Southampton, Wolverhampton. Après une journée, les Gunners pointent à la troisième place, n’ayant pu faire mieux qu’un nul 1-1 face à West Bromwich. Le buteur était André Santos (9 janvier 2013). Attention néanmoins, puisque MU et West Ham n’ont pas encore disputé de match.

Concernant les Next Gen Series, le travail a été effectué, mais pas forcément avec la manière. Dans leur groupe qui comportait l’Olympiacos, Marseille et l’Athletic Bilbao, les jeunes de Terry Burton ne doivent leur qualification qu’à la différence de buts. Ils terminent deuxième, à un point du leader, l’Olympiacos, avec deux victoires, deux nuls et deux défaites. Cela donne un total de huit points. Le même bilan que Marseille, troisième. Néanmoins, Arsenal a marqué sept buts et n’en a encaissé que cinq, soit une différence de 2 contre -6 pour son adversaire Olympien.

Le meilleur buteur dans la compétition pour Arsenal se nomme Akpom, avec deux réalisations. Viennent ensuite Yennaris, Hajrovic, Ansah, Toral et Hayden avec chacun un but. Les U21 connaitront leur futur adversaire fin janvier.

#Théo