2014 : une année riche en émotion !

Par défaut

Des matchs de folie, des buts sublimes, de nouvelles arrivées, des tensions internes et une coupe du Monde au milieu de tout ça. Oui,l’année 2014 a été faite de hauts et de bas, de victoires à l’arrachée, de défaites cruelles et lourdes, de blessures, encore et toujours mais cette année 2014 a surtout offert un panel d’émotions que seuls les Gunners peuvent nous offrir.

Retour sur les évènements marquants d’une année à rebondissements :

  • Une année 2014 qui commençait bien avec la victoire 2-0 des Gunners en FA Cup contre le rival Nord-londonien jusqu’à la sortie sur blessure de Théo Walcott pour une durée de 10 mois, l’obligeant ainsi à rater la Coupe du Monde.

  • Mais alors que le classement de cette saison 2013-2014 était des plus favorables pour les Gunners, 3 matchs vont anéantir tout espoir de redevenir roi d’Angleterre. Février, Mars, Avril, 3 mois, 3 défaites contre Chelsea, Liverpool et Everton. A l’arrivée, 14 buts encaissés pour un seul marqué. GAME OVER.

  • Les Gunners terminent finalement à la 4ème place du championnat, comme souvent ces dernières années.

classement arsenal 2013-2014

  • Après 9 ans d’attente et une FA Cup en 2005, Arsenal soulève enfin un trophée. Une victoire 3-2 en FA Cup contre Hull dans un match complètement fou où les Gunners étaient menés 2-0 au bout de 10 minutes de jeu. Mais grâce à un maître coup-franc de Santi Cazorla, un but rageur de Koko et une action magique terminée par Aaron Ramsey dans les prolongations, Wenger remporte la 11ème FA Cup du club.

Petit souvenir en images de ce but mémorable :
https://www.youtube.com/watch?v=ejVX0-_b4J4

  • Arrivées de Sanchez (encore merci) pour 35 millions d’Euros, ainsi que Calum Chambers, David Ospina et Matthieu Debuchy.
  • 17 : Avec un match nul 0-0 et une victoire 1-0 contre le Besiktas à l’Emirates grâce à Sanchez, Arsenal se qualifie pour sa 17ème phase finale de Ligue des Champions de suite, seul le Real Madrid fait mieux. Depuis l’arrivée de Tonton Wenger, Arsenal n’a jamais raté une seule Ligue des Champions, chapeau Monsieur.
  • 1er octobre : Tonton Wenger fête son 18ème anniversaire à la tête des Gunners fort d’un bilan plus que positif.

  • 4 jours après avoir fêté cet anniversaire, Wenger décide de montrer à Mourinho qui est le patron de la Premier League. Le boss devait certainement en avoir assez d’être rabaissé par l’irrespectueux coach des Blues. C’est l’image forte de ce début de saison en Premier League.

  • 1500 : C’est le nombre de buts inscrits par les Gunners en Premier League. Grâce à un but d’Alexis Sanchez pour une victoire 2-0 contre Sunderland, Arsenal devient le 2ème club à atteindre cette barre après Manchester United.

  • 500 : Grâce à un pénalty de Mikel Arteta contre Anderlecht, les Gunners dépassent la barre symbolique des 500 buts à l’Emirates depuis 2006.

  • Après la victoire de son équipe à l’Emirates 2-1 contre QPR, Arsène Wenger devient le 2ème manager à atteindre les 400 victoires en Premier League derrière Sir Alex.

  • Le 16 décembre, Thierry Henry annonce la fin de sa carrière après 20 ans passés sur les terrains à ridiculiser les défenseurs. Le King laisse derrière lui un palmarès grandiose, des stats monumentales et des souvenirs inoubliables pour tous les supporters des Gunners.
    Merci Titi !

Pour finir, les stats de l’année démontrent encore une fois que l’équipe mériterait mieux que la 4ème place du classement final.

En effet, Arsenal a un pourcentage de 55.26% de victoires en BPL sur l’année 2014 avec 1.71 buts marqués par match. Mais avec 1.11 buts encaissés par match, l’équipe ne peut pas viser plus haut et c’est essentiellement pour cette raison que la couronne d’Angleterre lui échappe encore et toujours depuis les Invincibles.

Pour le plaisir, voici un petit récapitulatif de toutes les stats de l’équipe à la mi-saison :

Allez, il est temps pour nous de vous souhaiter à tous une bonne fin d’année et rendez-vous pour le Boxing Day dès demain !

#Albin #Ben

Arsène Wenger: « Nous méritions la victoire. »

Par défaut

Arsene Wenger

En conférence de presse, Arsène Wenger est revenu sur la victoire d’Arsenal 2-1 contre West Ham United.

Sur cette victoire:

Nous méritions de remporter ce match. Ce fut un match typique, avec du jeu direct et de l’engagement. Nous étions solides dans les airs et avons su prendre l’avantage à la mi-temps. Malheureusement, lorsqu’ils sont revenus à 2-1, nous avons eu 5 ou 6 occasions sur des contres mais nous n’avons pas su les convertir. Mais globalement, tout le monde a fait le boulot aujourd’hui, du gardien aux attaquants.

Sur Koscielny:

On savait qu’il fallait stabiliser notre défense. Lorsqu’il nous manque des joueurs majeurs en défense, c’est toujours difficile d’avoir une bonne assise.

Sur la possibilité de finir dans le Top 4:

C’est toujours une volonté mais c’est loin d’être fait. Nous voulons simplement gagner le prochain match et de rester réguliers dans nos prestations. Liverpool est revenu au score sur le fil et nous avons gagné à l’extérieur aujourd’hui. Si vous regardez nos résultats récents, nous semblons beaucoup plus stables. Un grand match se profile contre Southampton. Et ce, sans retour de blessure. Les joueurs qui ont joué aujourd’hui ont tout donné et maintenant, il nous faut nous reposer et bien préparer le match à venir.

Sur Cazorla, tireur de penalty attitré:

C’est lui qui doit s’en charger et Sanchez le savait. Tout le monde peut rater un penalty.

S’il y avait des doutes sur le penalty sifflé:

Je pense qu’il y avait bien penalty, en effet.

Sur Coquelin:

Il a très bien joué, surtout en première période. Il a été très influent, et en seconde période, il était un peu fatigué dans les 20 dernières minutes. Il a fait un très bon match et pas seulement sur le plan défensif, il a très bien joué dans les intervalles, en jouant rapidement et proprement. Il a fait une très belle prestation.

S’il a hésité à le titulariser:

C’était un petit pari mais je pensais qu’il nous fallait protéger notre défense car ils allaient jouer long sur Carroll. Il nous fallait une bonne couverture. Je pense que Francis était le bon choix pour ce rôle.

Sur la créativité d’Arsenal:

Nous avons fait un match différent aujourd’hui mais nous sommes toujours parus dangereux. Nous n’avons pas su tuer le match. Leur gardien a été très bon. Nous avons raté des occasions et parfois aussi il y avait sans doute mieux à faire mais nous nous sommes procurés beaucoup d’occasions. Lorsque vous regardez les résultats de la journée, il n’y a pas eu beaucoup de buts. Tout le monde a joué 48 plus tôt et forcément, cela a un petit impact.

Sur le style du match:

Ce fut davantage un combat qu’un match tecnhique mais c’est le style de match anglais, surtout lorsque vous avez joué 2 jours avant à 10 pendant 40 minutes. Après le match contre QPR, j’étais inquiet car nous avions du batailler ferme sur le plan physique. Nous savions avant le début du match qu’il fallait essayer de prendre le large rapidement car nous étions fatigués mais nous avons réussi à tenir.

S’il est important de finir dans le Top 4:

Pour nous, c’est vital.

Si Arsenal peut le faire:

Nous l’avons fait pendant 17 ans donc nous sommes convaincus de le faire de nouveau. C’est essentiel surtout que tout le monde livre une bataille pour ces 4 places. Southampton, Tottenham, Manchester United…Il y a beaucoup d’équipes qui se battent pour ces places.

Sur Rosicky:

Je lui ai simplement donné une journée de repos complet. Lorsque je l’ai sorti à 10 minutes de la fin contre QPR, il avait des crampes dans les jambes donc je ne voulais pas prendre le risque de le faire jouer aujourd’hui.

Sur Podolski:

Il n’y a rien à dire de particulier.

S’il pense que Podolski va rester:

Pour l’heure, personne ne partira. Özil va revenir début janvier, donc bien entendu, il y a une grosse concurrence.

#Max (via arsenal.com)

Compte-rendu West Ham – Arsenal, 19ème journée de BPL

Par défaut

 

Le paradoxe Arsenal

Dominés et impuissants durant les 40 premières minutes de ce match face à une solide équipe de West Ham, les Gunners ont fait preuve d’un réalisme froid et chirurgical pour marquer deux fois en 3 minutes. Tout d’abord à la 40ème sur un pénalty provoqué et réussi par Santi Cazorla et ensuite sur une magnifique action collective partie d’une touche et finie par Welbeck. Repositionné dans l’axe suite au stupide carton rouge de Giroud face aux Rangers, l’anglais s’est montré beaucoup plus à son aise que ces derniers matchs, multipliant les courses tranchantes en plein milieu de la défense des Hammers. Il aurait même pu s’offrir un but d’anthologie sur une action qu’il s’est construit tout seul. Récupération sur la ligne médiane, accélération le long de la ligne de touche et frappe croisée du gauche détournée par Adrian. Ce Danny Welbeck n’est vraiment pas le même que sur un côté. Quoi qu’il en soit, les Gunners mènent 2-0 à la pause contre le cours du jeu.

Et c’est logiquement qu’à la 50ème, Kouyaté devance Debuchy de la tête pour tromper le gardien polonais. Un but qui reflète beaucoup de problèmes dans la défense d’Arsenal. Une faute de marquage sur un renvoi de corner puis une faute de marquage sur le centre avec Debuchy au duel face à Kouyaté qui lui rend une vingtaine de centimètres. Mais les Gunners ne se laissent pas abattre par ce but et repartent à l’attaque dans une deuxième période beaucoup plus maîtrisée. Enfin jusqu’à la 80ème. Oui, le paradoxe d’Arsenal cette saison est là. Un réalisme froid et redoutable sur deux actions et une incapacité à marquer et surtout à tuer ce match par la suite. Avec une efficacité semblable à la première période, le score n’aurait sûrement pas été de 2-1 et les Gunners se seraient évités vingt dernières minutes pénibles, très pénibles. Alors oui, les flèches Welbeck – Ox – Sanchez ont fait un gros match avec Cazorla à la baguette mais à un moment, il faut marquer.

Malgré cette fin de match à couteaux tirés, le résultat est là. Et c’est le principal. Avec cette victoire face à un concurrent direct, les Gunners dépassent leur adversaire du jour et reviennent à hauteur du prochain, à savoir Southampton. La période des fêtes profite généralement bien aux Gunners qui le démontrent encore une fois avec 7 points pris sur 9 possibles. Mais le prochain rendez-vous lors du Boxing Day au Saint Mary’s Stadium ne sera pas une partie de plaisir. En effet, les Saints viennent de tenir en échec des Blues de Chelsea ultra-dominateurs. Il faudra donc que les Gunners soient présents dans l’attitude offensive pour contourner le bloc des Saints et solides défensivement pour éviter de se faire surprendre en contre. A noter l’absence de Morgan Schneiderlin exclu pour un deuxième jaune contre Chelsea.

#Albin