Une rivalité qui fait jaser

Par défaut
Pour les supporters, aucune victoire n’est plus importante que celle acquise contre le club ennemi. Ce ne sont pas trois points qui sont en jeu mais la fierté d’un quartier et d’un peuple tout entier. Cette notion de rivalité et de domination, les joueurs l’ont parfaitement assimilé.Voici un petit florilège des meilleurs réactions des joueurs d’Arsenal et de Tottenham à propos du plus grand derby de Londres.

«Jouer contre Tottenham est toujours un match très spécial, peu importe le contexte» – Thierry Henry«Je ne conseillerais jamais à personne de signer pour Tottenham Thierry Henry, 25 juillet 2009

«Le match de dimanche est un grand match, comme je les aime. Les fans rendent ces oppositions très spéciales. C’est le match que je cherche tout de suite [dans le calendrier] pour être honnête. Tottenham fait de très bonnes choses en ce moment mais je pense que nous sommes très forts. Pour les spectateurs neutres ça sera un très beau spectacle »Theo Walcott, août 2013

« Le nord de Londres est rouge et le sera toujours »Jack Wilshere, mai 2011

« Tottenham n’a pas suffisamment de qualités (pour se qualifier en Ligue des champions)» Wojciech Szczesny, mai 2013

« Avant un derby, tout le monde me disait : « peu importe où l’on termine au classement, gagnez ce match ». Je n’avais jamais couru aussi vite de ma vie »Garth Crooks, février 2012

« En tant que joueur de l’équipe jeune, vous vous deviez de battre Tottenham. En nous apprenez déjà l’importance de ce match alors que nous n’étions que des enfants » – Ray Parlour, février 2012

“C’est comme une finale de coupe”Gary Mabbutt à propos du North London Derby, en 2012

“Je pense que Tottenham a comblé l’écart. Ils représentent une forte opposition. »Tony Adams, août 2013

Journaliste: « Si pouviez choisir un joueur de leur équipe [Tottenham] pour votre équipe, qui choisiriez-vous ?»
«Aucun d’entre eux »
Mikel Arteta, février 2012

« Est-ce qu’Arsenal peut terminer devant nous ? Non. Aucune chance. Nous sommes meilleurs. »Rafael van der Vaart, 2011

«Je suis fier de dire que je n’ai jamais perdu contre Tottenham » – pause, grand soupir – « c’est bon de dire ça !» – Thierry Henry dans le DVD retraçant sa carrière à Arsenal.

«Je pense que maintenant nous les avons dépassés sur le terrain » Gareth Bale, 2012

« L’atmosphère était incroyable »Martin Chivers, 2013, à propos de son premier derby du nord de Londres en 1968

« Une victoire contre les Spurs est toujours spéciale – mais en terme d’excitation, Tony Adams et Dennis Bergkamp marquant deux buts absolument magnifiques dans les deux dernières minutes du premier derby d’Arsène Wenger, c’est dur à battre. »
Ian Wright à propos du derby du 22 Novembre 1996, en 2013

Un fan à l’attention d’Aaron Ramsey : «En un mot, vous pensez quoi de Tottenham ?» « Cinquième. » Aaron Ramsey lors de l’Arsenal Q&A, 2013.

« J’ai plein de souvenirs de ce match. Contre les Spurs, c’est toujours spécial. Ça a un sens particulier, et en tant que joueur, vous comprenez ça. Il est vrai que si vous avez la chance de marquer contre eux c’est très bien, car cela représente beaucoup pour les fans » – Robert Pirès, octobre 2011

« Nous savons à quel point c’est important pour les fans, le club et les joueurs de gagner ce match. L’atmosphère est juste magique et ça le sera encore plus si nous gagnons dimanche. » – Bacary Sagna, 30 Août 2013

« Le derby est toujours différent. La plupart de nos fans sont déjà bouillonnants pour le match contre Arsenal. C’est un match totalement différent [des autres]. Cela représente tellement pour le nord de Londres, pour Tottenham et Arsenal. »
André Villas-Boas, novembre 2012

« Être battu par son rival local fait toujours mal, et c’est encore pire lorsque c’est à Wembley en demi-finale de la FA Cup»
Lee Dixon à propos du derby de 1991 en FA Cup, novembre 2012

« Lors de mon premier derby, j’étais à Highbury depuis seulement neuf mois mais j’ai été surpris lorsque dans le vestiaire, les locaux – Tony Adams, Paul Davis, David Rocastle et Michael Thomas – m’ont presque bloqué contre le mur en me disant : « Maintenant écoute, étranger de Stoke. Ce soir tu vas voir ce que c’est que d’être un joueur d’Arsenal… » »Lee Dixon à propos de son premier derby en 1988, novembre 2012

«Arsenal est toujours devant nous en Premier League, mais nous nous rapprochons – bientôt nous serons devant en championnat»Peter Crouch, en 2010#Rodolphe

Publicités

Election du joueur du mois d’août

Par défaut

Voici la sélection d’AFC pour l’élection du joueur du mois d’août :

Olivier Giroud (26 ans, Français, attaquant) : L’attaquant français a débuté sa seconde saison avec les Gunners de la meilleure des manières. Après deux journées de championnat, Giroud a déjà inscrit deux buts, sur ses deux seuls tirs cadrés. Une efficacité qui rassure par rapport à la saison passée où il a beaucoup vendangé. Fort d’une préparation estivale pleine (8 buts inscrit), il semble bien partit pour confirmer sa première saison encourageante. Lors du barrage de Ligue des Champions, il a aussi inscrit un but lors du déplacement à Fenerbaçhe.

Laurent Koscielny (27 ans, Français, défenseur central) : Indispensable en défense. Il la porte à lui tout seul, ou presque. Ses interventions aériennes, ses interceptions et ses tacles sont toujours précieux. Certes, il a été expulsé (injustement) et blessé face à Fenerbahçe, il reste le pilier de cette défense centrale.

Aaron Ramsey (22 ans, Gallois, milieu) : L’homme en forme d’Arsenal. Il a prouvé qu’il pouvait prendre les rennes de l’équipe. Sa forme est telle, qu’il a pris confiance en lui et qu’il arrive désormais à se montrer décisif. Ses deux buts au match retour face à Fenerbaçhe en sont la preuve. Il a beaucoup à prouver cette année et du temps à rattraper. Cette saison sera la sienne.

Per Mertesacker (28 ans, Allemand, défenseur central) : Le seul défenseur central épargné par les blessures/suspension. Le géant allemand a profité des absences de Vermaelen et Arteta pour revêtir le brassard de capitaine. Malgré les changements de partenaires, il a rassuré.

Tomas Rosicky (32 ans, Tchèque, milieu offensif) : Le Tchèque a été épargné par les blessures et a pu participer à toute la préparation. La précision de ses passes, sa vista extraordinaire et son jeu très vertical apportent un vrai plus à Arsenal. Un joueur magnifique à regarder quand il est en pleine possession de ses moyens.

Bacary Sagna ((30 ans, Français, latéral droit / défenseur) : Utilisé comme défenseur central en raison des blessures et suspension, le Français a impressionné à ce poste qui n’est pas le sien. Une polyvalence précieuse dans une équipe ravagée par les blessures.

Conférence d’avant-match d’Arsène Wenger.

Par défaut

 

Concernant le tirage au sort de la Ligue des Champions:

Arsène Wenger pense que le tirage du groupe F est difficile mais reste une opportunité excitante pour son équipe.

Les Gunners ont été tirés au sort dans le même groupe que Marseille, le vice-champion d’Europe le Borussia Dortmund et le Napoli de Rafa Benitez. Le groupe a déjà été affublé de « groupe de la mort » par certains observateurs mais Wenger est impatient de débuter la campagne européenne.

« C’est un groupe relevé mais qui fait également saliver. » dit le manager. « Nous avons joué contre Dortmund il y a deux ans. On a bien joué contre eux et le Napoli a bien marché l’an passé. Nous avons joué contre l’OM il y a deux ans également. C’est un groupe similaire a ce que l’on a connu il y a deux ans. Chaque match aura une importance capitale car la qualification peut se jouer à un point ou à la différence de buts. »

Au sujet de Nicklas Bendtner:

Arsène Wenger se dit prêt à utiliser Nicklas Bendtner cette saison s’il reste à Arsenal et s’il se prépare convenablement.

L’international Danois n’a pas joué pour le Club depuis le 20 aout 2011 lors de la victoire 2-0 de Liverpool à l’Emirates Stadium. Depuis, Bendtner a été prêté à Sunderland et à la Juventus. Il semblait sur le départ et négociait avec de nombreux clubs mais vendredi, Wenger a révélé que le départ du Danois n’était plus d’actualité pour l’instant.

« Les chances de le voir quitter le Club sont minces désormais. » dit-il. « S’il ne part pas et qu’il se prépare bien, qu’il possède une bonne condition physique, je compterais sur lui. Il ne s’entraine pas avec l’équipe première en ce moment car il revient de blessure et qu’il n’est pas prêt de reprendre les sessions d’entrainements. »

Concernant Mathieu Flamini:

Arsène Wenger a révélé qu’il ne pensait pas recruter Mathieu Flamini cet été mais que l’attitude et la bonne forme du joueur l’ont fait changer d’avis.

Le milieu de terrain Français a signé un nouveau contrat à Arsenal jeudi après avoir passé 3 semaines à s’entrainer à London Colney après son départ du Milan AC. Wenger a été très impressionné par le joueur de 29 ans et attend de lui qu’il démarre sur les chapeaux de roue durant son second passage à Arsenal.

« Au début, je ne voulais pas le recruter, je le dis le plus sincèrement possible. » dit le manager. « Je n’envisageais pas cette possibilité. Les circonstances et l’attitude du joueur m’ont convaincu de le faire. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit dans cet état d’esprit et dans une aussi bonne condition physique. Notre travail est un vecteur d’humilité. Il faut toujours être en mesure de changer d’avis et c’est ce que j’ai fait. Son ambition est présente et il est très affuté. Il est venu ici s’entrainer et nous l’avons soumis à beaucoup de tests qu’il a passé avec succès. Il a travaillé très dur et il connait notre façon de jouer. Il est plutôt polyvalent. Il peut évoluer à divers postes et lorsque j’ai vu son envie et sa condition physique, je n’ai pas hésité. »

Sur le North London Derby:

Arsène Wenger a rappelé à ses joueurs l’importance d’avoir une bonne attitude durant 90 minutes dimanche afin d’éviter tout carton rouge contre Tottenham.

Laurent Koscielny fut expulsé durant l’ouverture de la Premier League contre Aston Villa tandis qu’Emmanuel Adebayor fut expulsé lors du derby l’an dernier ce qui contribua à la victoire des Gunners 5-2.

« Un match dure 90 minutes et les joueurs doivent être concentrés et bien se comporter durant tout ce temps. » dit Wenger. « C’est très difficile de prévoir ce qui se serait passé si Adebayor n’avait pas été exclu. Les expulsions font partie du jeu. Nous avons joué contre Aston Villa à 10, Koscielny ne méritait pas d’être exclu et personne ne s’en est préoccupé, personne ne s’est demandé ce qui serait advenu si Laurent était resté sur la pelouse. Nous n’aurions probablement pas perdu le match. L’arbitre a décidé du cours du match. »

Le North London Derby a lieu un jour avant la fin du mercato et Wenger reste confiant quant à sa capacité à renforcer son équipe.

« Oui, je reste actif sur le marché. » dit-il. « Je suis confiant mais je ne sais pas quand les choses auront lieu. Nous n’agirons pas sous la panique, c’est une certitude. Croyez-moi, ce n’est pas dans ma nature de paniquer. »

Tottenham a été pour l’heure très actif sur le marché mais Wenger se concentre uniquement sur son Club.

« Je dois l’admettre, je ne m’inquiète pas vraiment de ce qu’ils font. » dit-il. « Je pense que les matchs se gagnent lorsque vous êtes concentrés sur vous-mêmes et sur votre qualité de jeu. Il n’y a qu’une chose qui compte dans le football, c’est ce qui se passe sur le terrain. Je peux comprendre que cela demeure très intéressant pour les gens de lire les journaux et de savoir ce qu’il en est au sujet des mouvements éventuels. Lorsque l’on voit notre équipe évoluer, le plus important est ce qui se passe sur le terrain. Nous avons un style de jeu, de bons joueurs donc concentrons-nous la dessus. »

Concerant Szczesny:

Arsène Wenger pense que Wojciech Szczesny a retrouvé son meilleur niveau.

Le Gardien Polonais a gardé ses cages inviolées 2 matchs de suite sur ses 3 derniers et a réalisé des arrêts d’une grande importance lors de la victoire d’Arsenal contre Fenerbahce mardi soir. Sczczesny s’est retrouvé sur le banc durant une période l’an dernier mais Wenger est satisfait du comportement et de la réponse apportés par son gardien.

« Il a dépassé ses problèmes de la saison dernière. » dit le Boss. « Il a eu du mal à un moment mais a su revenir en fin de saison en terminant sur une bonne série et de mon point de vue, il est revenu à son meilleur niveau. On oublie souvent que ce garçon n’en est qu’à sa troisième saison en Premier League. Il a seulement 23 ans, ce qui reste très jeune pour un gardien. Il était troisième puis quatrième de Premier League l’an passé, ce qui est, pour un gardien aussi jeune, un bel accomplissement. Je suis certain qu’il fera une belle saison, et j’ai également beaucoup d’estime pour Fabianski donc je pense que nous avons deux très bons gardiens. »

Vito Mannone a rejoint Sunderland cet été et Wenger n’écarte pas l’idée d’ajouter un gardien supplémentaire avant la fin du mercato.

« Lorsque Mannone est parti, nous étions prêts à recruter un troisième gardien car en terme numérique c’était assez court. » ajoute Wenger. « Emi Martinez est numéro 3 mais il n’a aucune expérience de la Premier League c’est la raison pour laquelle nous gardons un oeil ouvert sur le marché. Rien n’est définitif pour l’instant. »

#Max (via arsenal.com)

Flamini: « J’ai un travail inachevé ici »

Par défaut

gun__1377773283_flamini_2013_3

Mathieu Flamini explique qu’il a un « travail inachevé » à Arsenal à la suite de son retour au club cet été.

L’international français (4 sélections) a passé quatre saisons avec les Gunners entre 2004 et 2008, pendant lesquelles l’équipe a atteint la finale de la Ligue des champions (2006) et est passée tout près de remporter un quatorzième titre de Champion (2007/2008).
Le polyvalent milieu est déterminé à avoir un impact pendant son deuxième séjour au nord de Londres, qui pourra commencer dès dimanche dans le derby face à Tottenham.

« C’est bon de se sentir de retour à la maison» explique Flamini au Arsenal Player. « J’ai un travail inachevé avec Arsenal donc c’est bon d’être de retour. Une fois Gunner, Gunner pour toujours. »
« J’ai le sentiment de travail inachevé car nous avons eu l’occasion de gagner des trophées lorsque j’étais là et ce ne fût pas le cas. Je pense à la finale de la Ligue des Champions, la saison 2007-2008 où nous étions dans la course pour la première place mais nous n’avons pas terminé le travail. »
« Je me sens bien, je m’entraîne depuis trois semaines avec le préparateur physique, Tony Colbert. Donc je me sens prêt à me battre pour Arsenal, plus précisément dimanche. Ce sera un gros match.

« C’est un derby, tout le monde en connait l’importance. Nous devons le gagner et nous devons être préparés. »

#Alex (via Arsenal.com)

5 joueurs d’Arsenal à suivre en 2013-2014

Par défaut

Wojciech Szczesny 

tumblr_mrdcupU8eM1s1da2oo1_1280

Wojciech Szczesny, gardien titulaire (mais pas indiscutable avec 24 buts encaissés en 25 matchs de Premier League et 10 clean sheets) de la deuxième défense de Premier League la saison passée, n’en a pas pour autant brillé. En effet, malgré les bonnes performances générales de la défense, le Polonais fait débat. Doit-on lui faire confiance ou doit-on recruter un autre gardien plus expérimenté ? La réponse penche vers la deuxième solution. Sa blessure à l’épaule (héritée de la saison précédente) au début de la saison 2012-2013 ne l’a pas aidé à avoir confiance. D’autant plus qu’Arsenal ne possède pas de remplaçant digne de ce nom. Aussitôt remis de sa blessure, il fut renvoyé dans le grand bain. Malgré un saison 2011-2012 prometteuse, il n’a pas confirmé. Au contraire. Tout au long de la saison, il n’a pas réussis à passer ce cap, à se montrer décisif dans les moments clés ou à répondre présent quand ses défenseurs faisaient défaut. En bref, quand il fallait rassurer, il n’a pas su le faire. Par manque d’expérience, assurément mais aussi par nonchalance, principal défaut de l’intéressé. Ses mauvaises performances printanières l’ont amené sur le banc des remplaçants. 4 matchs durant lesquels Fabianski assura l’intérim avant de se blesser à nouveau et de voir son compatriote reprendre son poste. Cette brève mise à l’écart du XI titulaire remotiva le Polonais qui fit une fin de saison plus encourageante.

Ce que l’on attend de lui:

– Qu’il rassure et soulage sa défense par ses sorties (dans les pieds ou dans les airs)

– Qu’il améliore sa communication avec ses défenseurs et qu’il s’impose dans sa surface.

– Qu’il grandisse en maturité. La nonchalance à ce poste est fatale.

Olivier Giroud

AwTh3vnCQAEOp5M.jpg large

Recruté avec Lukas Podolski pour palier le départ de Robin van Persie à Manchester United, le Français a peiné à s’imposer sur le front de l’attaque des Gunners. Il fallut attendre un déplacement à Upton Park, un soir d’octobre, pour le voir enfin marquer avec Arsenal en Premier League. Doucement, il s’imposa en pointe de l’attaque mais son style de jeu différent de celui pratiqué par Arsenal retarda son intégration. Utilisé par Arsène Wenger comme point d’appui en pointe, l’attaquant français fut en première ligne pour affronter le jeu rugueux de la Premier League. Il peina à prendre le dessus sur les défenseurs adverses. Il ressentit très certainement la différence de niveau entre la Premier League et la Ligue 1. Un petit coup de mou au début de l’hiver donna à Walcott la chance d’évoluer en pointe mais dès le mois de février, il récupéra sa place en pointe. Bien plus fringuant, il pesa beaucoup plus sur les défenses adverses par ses remises et sa protection de balle. Il termina sa première saison avec un bilan honorable de 17 buts et 12 passes décisives.

Apportant un style différent à la palette offensive des Gunners, le Français est le complément idéal de cette attaque, permettant d’ouvrir des espaces par sa présence et ses appels. Cette saison, il sera attendu au tournant et devra prouver qu’il est capable d’inscrire plus de 20 buts en championnat et qu’il a l’étoffe d’un titulaire à Arsenal.

Ce que l’on attend de lui:

– Qu’il soit efficace devant les buts. Il a beaucoup croqué la saison dernière, il devra se montrer décisif.

– Que son pressing soit plus efficace. Il a eu tendance à se décourager dans son pressing la saison dernière.

Aaron Ramsey

Aaron Ramsey

La saison 2012-2013 a été très difficile pour le Gallois. Du moins, pour la première partie de la saison. Hué par les fans voire même haï par certains à chaque match où il apparaissait, le Gallois a fait preuve d’une grands force de caractère pour surpasser cela et enfin prendre son envol en fin de saison. Nombre de fans ont oubliés qu’un jeune joueur ne se remet pas du jour au lendemain d’une telle blessure (une fracture de la jambe). Aaron Ramsey en est la preuve. Quand on ajoute cela à la perte d’un de ses proches amis (Gary Speed, sélectionneur gallois qui lui avait donné le brassard de capitaine), il aurait pu craquer, mais il ne l’a jamais fait. Il s’est accroché, il a donné le meilleur de lui même à chaque rentrée, et peu important le poste auquel il était utilisé. Si Ramsey est un milieu de terrain, il a été  souvent utilisé sur l’aile droite (ou gauche) en début de saison, avant de se sacrifier pour l’équipe en fin de saison en occupant les postes de latéral droit et gauche. D’ailleurs, lors du match face à Aston Villa en ouverture de la saison 2013-2014, il a terminé le match aux côtés de Mertesacker dans l’axe central. Avant sa blessure, tous les spécialistes étaient d’accord pour dire que Ramsey avait plus de potentiel que Wilshere. Aujourd’hui, les fans les plus réticents commencent à retourner leur veste et à accepter ce fait. Ses performances de fin de saisons, associées à celles de la pré-saison ainsi que celle du barrage (face au Fenerbahçe) où il a été absolument remarquable, laissent à penser que cette saison sera la saison de l’épanouissement pour le Gallois.

Ce que l’on attend de lui:

– Qu’il soit plus décisif et tente sa chance plus souvent. Son but face à Fenerbahçe en est la preuve. De l’audace Aaron !

– Qu’il progresse tactiquement et dans son placement. Son pressing est excellent mais il gagnerait en efficacité défensive avec un bon placement.

Jack Wilshere

Tottenham Hotspur v Arsenal - Premier League

Que son absence s’était fait ressentir! Après de longs mois en tribune, le jeune prodige a refoulé la pelouse un après-midi d’octobre, contre QPR, faisant grincer des dents les travées de l’Emirates à chaque coup qu’il recevait, comme si le joyau était d’autant plus fragile depuis ses récentes opérations. Au début bien loin du niveau qui était le sien il y a deux ans, Jack Wilshere a retrouvé son football au fur et à mesure que ses cheveux repoussaient, pour finalement prendre une toute nouvelle dimension en seconde partie de saison. Mais Jacky Boy, en tant que grand espoir du football Anglais dont il pourrait être le futur leader, doit savoir qu’il n’est pas au bout de ses peines. Cette année surement plus que jamais, il sera attendu au tournant.

Arsène Wenger l’a assuré, il compte sur Jack mais il ne veut prendre aucun risque quant à la santé de son joyau.  La cheville du natif de Stevenage n’est pas encore totalement libérée des traumatismes liés à l’opération subie. En cette année de Coupe du Monde, il va falloir trouver le bon équilibre pour le mettre en lumière sans le brûler.  Cependant, Arsenal a besoin de son numéro 10. Il représente a lui-seul les valeurs du Club et a toujours assumé son amour pour Arsenal. On la vu à plusieurs reprises, ce garçon possède un caractère bien trempé et n’a pas peur des responsabilités. Dans le jeu, il demeure un élément indispensable d’Arsenal. Il est fait du même métal que ses aînés, les Scholes ou Gerrard. Dernièrement, il est monté au créneau pour défendre son entraineur, fustigé à tort selon lui. Il a récemment fêté sa centième apparition sous le maillot frappé du canon contre Fulham, déclarant par la suite qu’il espérait en ajouter 600 de plus… Cet amour inconditionnel devient rare dans le football moderne.

On ne peut que se réjouir de posséder un tel joueur dans l’effectif. Jack Wilshere représente l’avenir de ce Club mais également de tout un peuple. Les récents éloges de Steven Gerrard, qui voit en lui le futur capitaine de la sélection, ne font que renforcer l’engouement qui entoure le Gunner.  Cette année doit être la sienne. Cependant, Wilshere a encore besoin d’être couvé et protégé afin qu’il déploie ses ailes pour atteindre les sommets qui lui sont promis.

Ce que l’on attend de lui:

– Qu’il soit plus décisif devant le but. Il a les qualités nécessaire pour y parvenir.

– Qu’il se contrôle un peu plus. C’est sa hargne qui le caractérise mais il doit la contrôler, arrêter de pousser son corps au delà de la limite au risque d’accumuler les blessures et de voir sa carrières tronquées par ces dernières.

– Tout comme Aaron Ramsey, qu’il se discipline tactiquement afin d’être encore plus efficace sur le terrain.

Lukas Podolski

tumblr_mrckh3QnrZ1qbpdiyo1_1280

L’exercice 2012-2013 de Lukas Podolski reste une énigme. Absent dans le jeu mais toujours décisif. Ses statistiques (16 buts et 12 passes décisives) démontrent qu’il s’est parfaitement intégré à la Premier League et dans l’effectif des Gunners. Pourtant, cela n’était pas gagné. En effet, arrivé en provenance de Cologne (relégué en D2) et habitué à jouer comme électron libre dans un 4-4-2, la sauce aurait pu ne pas prendre. A Arsenal, il a été  relégué à un rôle d’ailier gauche, qu’il connait très bien puisqu’il l’occupe depuis plus de 100 sélections avec la Nationalmanschaft. Si statistiquement parlant, son intégration est une réussite, c’est dans le jeu que cela pêche. Son influence dans le jeu est quasi-nulle. Pourtant, son début de saison et son entente avec Gibbs et Cazorla laissaient présager de bonnes choses. Recherchant une place de titulaire en pointe de l’attaque, Podolski a toujours eu cette tendance à repiquer au centre au lieu d’occuper son aile afin d’étirer la défense et y créer des brèches. A sa décharge, il a joué un grande partie de la saison avec une blessure qui l’a souvent gêné. Cette saison sera donc la saison où Podolski sera attendu au tournant et où il devra prouvé qu’il n’est pas seulement un bon joueur à Cologne ou avec l’Allemagne.

Ce que l’on attend de lui:

– Une présence plus importante sur son côté gauche par des appels ou un pressing en phase défensive.

– Qu’il conserve son efficacité devant le but, surtout.

Wenger: « Physiquement, Flamini est dans une forme parfaite. »

Par défaut

Arsenal a enregistré l’arrivée de Mathieu Flamini ce jeudi. Arsène Wenger nous explique les raisons qui l’ont poussé à faire revenir au Club le Français.

 

Pourquoi avoir décidé de faire revenir Flamini:

Il connait notre façon de jouer. Il connait le Club. Il avait un réel désir de faire son retour ici. Il était libre car il était en fin de contrat et c’est un joueur de qualité avec une grande détermination. Toutes ces raisons ont fait que j’ai pris la décision de le signer.

Si sa polyvalence a pesé dans la décision:

Oui bien sur. C’est un apport important dans l’équipe car il peut occuper plusieurs postes. Il peut évoluer avec n’importe qui au milieu de terrain et connait parfaitement le jeu pratiqué ici. Il possède un esprit aiguisé sur le plan tactique et à soif de victoire. C’est pourquoi la décision n’a pas été compliquée à prendre.

S’il est le même qu’en 2008:

Il est un peu plus vieux mais il a tout juste 29 ans. Ses meilleurs années sont devant lui. Il est au top physiquement. Il a subi des tests, s’est bien préparé et reste dans une forme étincelante.

Flamini ne possède que 3 sélections en Equipe de France:

Je crois que lorsqu’il nous a quitté, il s’est un peu perdu car il a subi une blessure à son arrivée à Milan. Lorsque c’est le cas, vous êtes rapidement éjectés du champ visuel et d’autres joueurs prennent la place. Il pourrait probablement prétendre à quelque chose en Equipe de France maintenant qu’il nous a rejoint.

S’il pense recruter d’autres joueurs:

Oui evidemment. Quand vous voyez que nous avons perdu 3 joueurs du calibre d’Arteta, d’Oxlade-Chamberlain et Podolski pour 3 mois avant que la saison ne commence vraiment, c’est un sacré coup dur et nous sommes dans une position ou nous souhaitons engager d’autres joueurs.

#Max (via arsenal.com)

Le Club confirme la signature de Mathieu Flamini.

Par défaut

Mathieu Flamini

Arsenal est en mesure de confirmer que Mathieu Flamini a signé à nouveau pour le Club.

Le Français de 29 ans, qui a fait 153 apparitions pour Arsenal entre 2004 et 2008, rejoint le Club après cinq années passées en Série A sous les couleurs de l’AC Milan.

Milieu combattif et tenace, Flamini faisait partie intégrante de l’équipe d’Arsenal qui a atteint la finale de la Ligue des Champions en 2006 et a aussi aidé le Club a gagner la FA Cup en 2005.

Pendant le parcours qui a mené jusque la Finale à Paris en 2006, Flamini a montré son coté versatile en jouant arrière-gauche pendant une bonne partie de la campagne, faisant alors partie intégrante de la défense d’Arsenal qui aligna une série de 10 clean-sheets consécutives en Ligue des Champions.

Au Milan AC, Flamini a comptabilisé 122 apparitions au total pour les Rossoneri, gagnant au passage un titre de Serie A et la Supercoppa Italiana en 2011. La saison dernière, il a joué 22 fois toutes compétitions confondues.

Etant en fin de contrat avec l’AC Milan à la fin de la saison passée, Flamini avait continué à  s’entrainer à London Colney pendant tout l’été pour maintenir son niveau physique.

« Nous sommes contents que Mathieu ait accepté de nous re-joindre, » dit Arsène Wenger. « C’est un joueur de grande qualité, avec un ratio de travail fantastique et une bonne mentalité. Comme nous le savons, Mathieu est un milieu costaud, mais il peut également jouer en défense également. C’est une très bonne adition pour l’équipe. »

Le numéro de Mathieu sera révélé sur le compte Twitter official du Club, @Arsenal.

Tout le monde à Arsenal souhaite un bon retour au club à Mathieu.

#ALEX (via arsenal.com)