Arsenal-Hull City : Comme on se retrouve

Par défaut

Afficher l'image d'origine

La quête pour une 3ème FA Cup consécutive continue samedi à l’Emirates (Bein2 13h45). Après avoir disposé de Burnley sans grande difficulté au dernier tour face à Burnley, Arsenal reçoit Hull, pour la 3ème saison consécutive. On se rappelle tous de la victoire complètement dingue en finale de la Cup il y a deux ans, peut être moins du match de l’an dernier au 3ème tour qui avait vu les Gunners s’imposer 2-0 à domicile. Mais ces deux succès ont tous deux mené à la victoire finale, il n’y a plus qu’à espérer que les mêmes causes aient les mêmes effets !

Tonton a dit qu’il allait faire tourner, on peut donc s’attendre à une flopée de changements. En défense d’abord, Gabriel « court dehors » selon Wenger mais ne sera pas près. On peut donc s’attendre à une charnière Chamber-Per, Koscielny étant sans doute laissé sur le banc après sa béquille contre Leicester dimanche dernier. Ospina va sans doute permettre à Cech de souffler un peu, idem pour Gibbs avec Monreal. Au milieu difficile de prédire qui va jouer (quel luxe non) mais il est probable qu’Elneny fasse sa deuxième apparition. Arsène a dit en conférence de presse qu’il s’adaptait bien à son nouvel environnement, ne reste plus qu’à l’Egyptien de confirmer son premier match prometteur face à Burnley. Après son entrée fracassante contre Leicester, Welbeck jouera sans doute titulaire pour se remettre un peu en forme. Une question demeure, que faire d’Alexis ? Le laisser souffler ou le faire jouer pour qu’il retrouve sa forme de 2015 ? On aura la réponse demain.
Dans tous les cas, attendez-vous à de la rotation, au cas ou vous auriez oublié, une certaine équipe catalane vient nous rendre visite mardi en Ligue des Champions.

Autre point intéressant à noter, nos deux joueurs prêtés à Hull, Chuba Akpom et Isaac Hayden, sont tous les deux inéligibles et ne seront pas sur la feuille de match.

Globalement c’est un match qu’on devrait remporter sans grand soucis, d’une part les joueurs sur le banc sont frais et, à l’image de Welbeck ont faim. De l’autre, Hull joue le haut de tableau en Championship (1er avec 60 pts) et une remontée immédiate en première division est sans doute plus haute sur leur liste de priorités qu’une hypothétique victoire en FA Cup.

Ne reste qu’à espérer une victoire facile, pas de blessés, ce qui serait une préparation parfaite pour le match de mardi soir !

#Alex

 

Publicités

Arsène Wenger: « J’espérais que la magie opère »

Par défaut

Afficher l'image d'origine

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après la victoire d’Arsenal 2-1 contre Leicester.

Sur ses sentiments:

Une immense joie. Ce match s’est joué sur un rythme très élevé. Nous avons fourni une intensité énorme de la première à la dernière minute. C’était également un challenge mental pour nous aujourd’hui, car se retrouver mené 1-0 à la mi-temps face à une équipe qui défend si bien, il faut être solide mentalement. Nous sommes revenus avec le couteau entre les dents en prenant un maximum de risques. Nous savions qu’un nul n’était pas suffisant. Au final, ces efforts ont payé, grâce à notre mental et le désir de l’équipe de tout faire pour gagner.

Sur sa décision d’intégrer Welbeck dans le groupe:

Je l’ai décidé hier. Lors des deux derniers jours, il a été très convaincant à l’entrainement. J’avais prévu au départ de le faire jouer la semaine prochaine. Mais lors des deux dernières sessions d’entrainement, il a été très costaud et au dernier moment, j’ai décidé de l’inclure dans l’équipe.

Sur cette formidable décision:

C’est une bonne décision car Danny est un super joueur et dans ce métier, il est impossible de prévoir si quelqu’un d’autre aurait su marquer ou non. Mais tout le monde est heureux pour lui, car il a été absent pendant 10 mois, une éternité pour un joueur de football. Il a beaucoup travaillé pour revenir et notre corps médical également. Rappelons qu’il n’a joué que 45 minutes avec les U21 et pas une seconde avec l’équipe première!

Sur son état d’esprit lorsqu’il était blessé:

Vous savez, Danny est un type fantastique, avec une mentalité extraordinaire. Il a énormément travaillé pour revenir. C’est pour cette raison qu’il est la aujourd’hui.

Sur l’arbitre:

Honnêtement, je dirais que nous étions malchanceux de rentrer aux vestiaires menés 1-0 car il me semble qu’il y’ avait faute sur Özil à l’entrée de la surface. Et je me disais que c’était idéal pour marquer. Et une minute plus tard, nous prenons ce penalty qui pour moi, est loin d’être évident. Ce fut un coup dur pour l’équipe. Nous étions sous le choc à la mi-temps. On ne l’avait pas vu venir et à ce moment, Leicester prend 8 points d’avance. Vous avez pu constater que Leicester n’est pas à cette place par hasard. Ils ont de la qualité, ils défendent très bien et ressortent très vite. Mais je pense qu’en deuxième période, nous avions le bon niveau d’énergie et ils n’ont pas su pénétrer dans notre moitié de terrain.

Sur la course au titre après ce résultat:

Cela va booster notre confiance. Nous avons eu une série plutôt mauvaise, 3-3 contre Liverpool, 0-0 face à Stoke, défaite à Chelsea, 0-0 à domicile contre Southampton. Après, nous avons gagné 2 matchs et nous sommes toujours dans la course. Il est évident que le moral est au beau fixe.

Sur l’effet qu’une défaite aurait pu produire:

Une défaite aujourd’hui aurait été catastrophique. L’énergie négative aurait pu nous habiter, la confiance s’étiole et cela aurait été encore plus difficile. Nous n’aurions pas abdiqué mais 8 points de retard, c’est trois matchs pour revenir. Il nous aurait fallu en gagner trois et eux, en perdre trois.

Si l’ascendant est du côté des Gunners pour le titre:

Je pense que c’est ce que nous souhaitons. Mais il y a encore Man City, Tottenham et bien sur Leicester. Pour l’heure c’est très serré. Ce que nous voulons, c’est avoir une régularité afin d’avoir la chance d’y parvenir. Nous sommes conscients des obstacles à venir. Cela dépendra de notre faculté à fournir autant d’énergie qu’aujourd’hui.

Sur les changements durant la rencontre:

Cela montre, qu’a ce niveau, le banc joue un rôle primordial. Lorsque vous dominez, vous pouvez faire rentrer des joueurs comme Walcott ou Welbeck et cela change totalement les choses. C’est ce qui est arrivé. Tant que la rotation est bien réalisée et que tout le monde rentre avec cet état d’esprit, cela fait la différence.

Sur l’accueil réserve à Welbeck:

Il a eu droit à un accueil chaleureux.

Sur son sentiment avant le coup-franc d’Özil:

Pendant un instant, je me suis dit que 8 points, ça serait beaucoup trop. Nous étions revenus à 5, je me suis dit que c’était réalisable. Dans les dernières 5 minutes, ça sentait le but. A chaque fois que nous avions la balle, je n’avais pas trop le temps pour penser car quelque chose aurait pu se produire. Et ils parvenaient bien à dégager leur camp. Lorsque j’ai vu qu’il y avait coup-franc et que Mesut s’en chargeait, je me suis dit qu’il y avait une chance. Ses ballons sont d’une grande qualité et nous avions des joueurs de grandes tailles au centre, Welbeck, Chambers, Mertesacker et Giroud. J’espèrais que la magie opère.

#Max (via arsenal.com)

«Le Dinamo, une équipe de jeunes avec énormément de talent»

Par défaut

Damien est rédacteur Croatie pour le site spécialisé sur le football d’Europe de l’Est: Footballski. Il a accepté de répondre à nos questions sur l’actualité du Dinamo Zagreb, qu’Arsenal rencontre ce soir (20h45) dans le Stade Maksimir.

Dans ce groupe F, le Dinamo affrontera le Bayern Munich, l’Olympiacos et Arsenal. Comment ont réagi les médias après le tirage ?
Ils ont dit que le Dinamo terminera dernier du groupe. Que c’est bien trop difficile pour eux. Surtout au regard du jeu pratiqué… Tout le monde est conscient qu’il y a des grands talents dans cette équipe mais tactiquement c’est n’importe quoi. Tous les médias locaux ont dit que c’était un tirage compliqué. Ca fera des belles affiches mais pour tout le monde, le Dinamo finira 4e.


La dernière participation du club en Ligue des champions ne s’est pas bien passée (1 point pris en 6 matchs)…
Ils ont fait deux participations de suite en 2011 et 2012 et lors des deux, ils ont été ridicules. En Europa League aussi, ces deux dernières années ils ont été lamentables. Alors que le budget du club est similaire à celui du FC Bâle. Ca symbolise bien le gâchis de ce club.

Quelles sont les ambitions des joueurs ?
Ils disent que ça leur permettra de se tester contre des gros clubs. Ils sont satisfaits du tirage. Pour eux, c’est une occasion de se faire voir. Certains ont sûrement le niveau pour accéder à des grands clubs donc pour eux c’est une superbe occasion de se tester. Ils sont tous conscients de la tâche à accomplir mais ils y vont avec beaucoup d’envie. Pour eux, il n’y a rien de mieux que ces matchs-là. Par exemple, Mateo Kovacic s’est fait remarquer en jouant contre Lyon et le PSG. Il est parti en Italie (ndlr : à l’Inter Milan) et maintenant on connait la suite.


L’entraîneur Zoran Mamic et le président Zdravko, son frère, sont actuellement sous le coup d’une enquête pour corruption et fraude fiscale…
Les frères Mamic trempent dans pleins de scandale (plus de détails ici). Il faut savoir à la base que le Dinamo est financé par tous les contribuables croates. Il y a beaucoup d’argent. C’est pour ça que l’académie est une des meilleures d’Europe. Mamic signe des contrats avec pas mal de jeunes de l’académie, qui s’engagent à lui reverser 20% de leur salaire pendant toute leur carrière. C’est le cas de Luka Modric notamment (ndlr : son salaire serait évalué à 4,5 millions d’euros en 2014/2015). Le président Mamic se fait également de l’argent sur les transferts en se prenant des commissions qu’il ne déclare pas. Il y a beaucoup de magouilles là-dessous et c’est ça qui intéressent les enquêteurs. Son frère est aussi impliqué dans les magouilles. On parle de 10,6 millions d’euros détournés sans compter les taxes et impôts non payés, comme lors du transfert de Modric à Tottenham (ndlr : en 2008). C’est tout un ensemble.

Quel style d’entraîneur est Zoran Mamic ?
On va dire que dans le jeu, c’est du grand n’importe quoi depuis quelques années. Le symbole c’est l’élimination précoce en Ligue des champions contre Aalborg l’année dernière, qui avait pointé les manques de Mamic. Tactiquement il y a rien. Il met en place des systèmes de jeu vraiment bizarres. Par exemple, il ne fait pas jouer certains joueurs à leur poste. Il change souvent de tactiques. On a l’impression que c’est un peu le foutoir. Et c’est peut-être pour ça que l’équipe n’a pas de cohésion. Le club a également enregistré des renforts dont on ne sait pas quelle est leur utilité. S’il est entraîneur, c’est juste parce qu’il est le frère du président…

Est-ce qu’il y a une marque Dinamo comme il existe une marque Barcelone ou Arsenal?
La marque, s’il y en a une, ce sont les grands talents qui sortent de l’académie sinon il n’y a pas de marque de jeu. Il n’y a aucune idée de jeu, aucune vue à long terme à ce club. C’est limite si le club n’est pas fait pour faire que du profit…

Quels sont les joueurs clés de cette équipe ?
Le joueur numéro un est Marko Pjaka qui est né en 1995. C’est un joueur très rapide, capable de faire la différence avec sa qualité de dribbles. Il peut jouer sur l’aile gauche ou droite mais il joue plutôt à gauche. L’année dernière il a marqué 11 buts et fait 5 passes décisives. Il a aussi été élu joueur de l’année. C’est vraiment un super espoir croate. Il a failli partir cet été mais le Dinamo demandait une somme exorbitante que personne n’était disposé à mettre. Ensuite il y a Hilal El Soudani, le pendant de Pjaka à droite. International algérien puissant, bon finisseur et qui marque souvent. Je citerais aussi le Chilien Angelo Henriquez qui est entré en jeu lors de la victoire en finale en Copa America. Il a marqué une trentaine de buts. Très bon finisseur. Cette année il a pas fait grand chose en qualifications pour la Ligue des champions mais il a eu une préparation tronquée avec la Copa. J’émets des réserves sur lui car son début de saison n’est pas génial mais son niveau intrinsèque est bon. Je cite aussi Marko Rog, né en 1995, acheté 4 millions d’euros. Pour l’anecdote c’est le plus gros transfert entre club croate. Il s’est fait remarquer par ses rushs tout en dribbles, son sang froid devant le but. C’est un milieu offensif, peut jouer derrière l’attaquant. C’est le créateur de l’équipe. Le jeune attaquant Armin Hodzic est à suivre aussi (ndlr : 20 ans, passé par Liverpool).

Vous dépeignez une équipe relativement jeune. Est-ce une force ou une faiblesse ?
C’est une force car il y a énormément de talent. Je préfère qu’il y ait des jeunes joueurs talentueux dans une équipe plutôt que des vieux briscards qui sont moyens. Après ils sont aussi sujets à des fautes de concentration. Contre les Norvégiens de Molde, ils menaient 3-0 au retour et ils se font rejoindre à 3-3 avec deux penaltys manqués par les Norvégiens. C’est le défaut de la jeunesse. Ils peuvent vite paniquer et craquer. Cela s’est vu sur d’autres matchs d’éliminations de Ligue des champions. Il y a du talent, c’est beau, ça régale mais quand ça ne va pas dans leur sens ils peuvent vite faire n’importe quoi.

Le Dinamo a la réputation de sortir des bons joueurs comme Modric, Kovacic ou Halilovic. Celui qu’on annonce désormais dans les plus grands clubs européens, c’est Ante Coric. Pouvez-vous nous le présenter ?
C’est un milieu offensif droitier. Il a un super toucher de balle, c’est très dur de lui prendre le ballon. Il n’est pas en reste pour faire briller ses partenaires car il est très créatif dans la conduite de ses actions. Il a été formé en Autriche. Il a atterri au Dinamo l’année précédente. Il a donné 8 passes décisives la saison dernière en ayant joué la moitié des matchs. Mais on a vu que sur certains matchs de Ligue des champions il s’est effacé. J’ai des réserves sur lui, comparé à Pjaka qui régale à chaque match. Cet été, peu de clubs lui ont fait d’offres au contraire de Pjaka, pisté par la moitié des grands clubs européens. C’est un grand talent mais il faut qu’il progresse physiquement. Coric, oui mais… On attend de lui qu’il soit plus décisif dans les matchs importants. Mamic demande 10-15 millions mais il ne montre pas qu’il a cette valeur-là.

Est-ce que la Ligue des champions peut aider à attirer du monde au stade ?
Absolument pas. On a vu lors des deux dernières Ligue des champions disputées qu’il n’y avait personne au stade. C’était le cas contre le PSG. Ce n’est pas une question de gros matchs. Plus personne ne supporte la gestion du club. Il faut savoir que le président Mamic a une liste noire. Des gens qui sont interdits de stade pour s’être levé pendant un match ou avoir chanté. Mamic bannit très facilement… Ligue des champions ou pas c’est boycott. En revanche il y a eu du changement avec la garde-à-vue des Mamic cet été. Les gens ont commencé à venir au stade. Lors du derby contre l’Hajduk Split, quand Mamic était en prison, le stade était à guichets fermés. Certains joueurs n’ont jamais connu le stade Maksimir rempli et ça leur a fait plaisir. La garde-à-vue de Mamic a été une vraie délivrance pour les supporters, qui attendant ça depuis une dizaine d’années.

Dinamo est un adversaire prenable ou Arsenal doit s’en méfier un peu ?
Arsenal doit se méfier des talents offensif des Croates mais vu la défense du Dinamo, Arsenal peut aussi s’amuser devant. Arsenal a des joueurs qui peuvent inquiéter les Croates. La défense c’est très faible sur les côtés et les ailiers d’Arsenal devraient s’en donner à coeur joie. Mais il va falloir que les défenseurs d’Arsenal se méfient car devant c’est très vif, c’est technique, habiles. Ils sont capables de complètement rater ce match ou de le réussir. S’ils sont en forme, Arsenal devra faire attention. Mais je pense qu’Arsenal devrait s’en tirer facilement.

Votre pronostique ?
Je dirais victoire d’Arsenal 3-1.

#Propos recueillis par Yannick

Robert Pirès «croit en Arsenal»

Par défaut

Après Thierry Henry et Nicolas Anelka, un autre ancien Frenchie a donné son point de vue sur le cas Olivier Giroud: Robert Pirès. Auteur de 19 buts (36 matchs) la saison passée, le buteur français n’arrive toujours pas à changer son image auprès des supporters, qui le considère comme un joueur correct mais pas comme le grand attaquant qui portera Arsenal à son premier titre de champion depuis 2004. Sifflé copieusement par les supporters français lors de sa sortie lors du match amical contre la Serbie à Bordeaux en début de semaine, Olivier Giroud traverse une crise de confiance.
Décrié depuis des mois, notamment par Thierry Henry en fin de saison dernière, il peut compter sur le soutien de Robert Pirès, qui avait pris sa défense dans un premier temps sur BeinSports.
«Lorsque l’on voit Thierry Henry dire qu’Arsenal doit recruter un autre joueur en attaque, par exemple, ce n’est pas forcément une critique pour Olivier qui est un bon attaquant, a déclaré Bobby Pirès à Goal.com. C’est plus pour l’aider. Et ça les gens ne le comprennent pas forcément. Lorsque moi j’étais à Arsenal, à mon époque, Thierry était épaulé par qui en attaque ? Dennis Bergkamp.»

Pour l’ancien milieu gauche du club, deux médailles de champion d’Angleterre, le manque d’activité sur le marché des transferts n’est pas forcément synonyme d’échec. Pirès, le joueur aux pieds en canard, toujours adulé dans le Nord de Londres, croit qu’Arsenal peut être ambitieux cette saison.
«Je pense qu’Arsenal peut franchir un cap cette année. En Angleterre, il y a eu beaucoup de critiques sur le recrutement, et notamment le fait que le club n’ait pas recruté un autre attaquant, poursuit-il. Je crois en Arsenal, même si la lutte en haut de tableau sera encore très serrée.»

Cette semaine, Nicolas Anelka (passé au club entre 1997 et 1999) a pris la défense de l’ancien attaquant de Montpellier dans des propos accordés à The National.
«Il (ndlr: Wenger) croit en Giroud parce qu’il estime qu’il marquera beaucoup de buts, ce qu’il a déjà fait (ndlr: Giroud est le 4e meilleur buteur du club après 100 matchs joués). Si vous regardez les statistiques, il n’est pas si mauvais que ça.»

«Arsène avait fait la même chose pour moi. Il n’avait recruté personne, et m’a laissé faire le boulot devant. Il a eu confiance en moi et, au final, j’ai joué de façon régulière et m’en suis bien sorti. C’est le choix qu’il fait aussi pour Giroud. Arsène croit en son équipe, c’est pour ça qu’il n’a pas dépensé son argent.»

Le cas Giroud n’a pas fini de faire parler.

#Yannick

Coquelin rêve d’Equipe de France (et de l’Euro 2016)

Par défaut

Le suspense n’a pas duré au siège de la Fédération française de football, boulevard de Grenelle à Paris ce jeudi 27 août. Face aux journalistes, le sélectionneur Didier Deschamps enchaîne les noms qui composent sa liste pour les matchs amicaux contre le Portugal et la Serbie. Espéré, le nom de Francis Coquelin n’apparaît pas dans la liste des milieux. Pourtant, les attentes concernant sa sélection n’ont jamais été aussi vives, au regard des performances du joueur depuis des mois. Beaucoup de supporters aimeraient qu’on lui donne sa chance en Equipe de France.
Interrogé sur le site officiel du club, «Le Coq’» ne part pourtant pas défaitiste pour l’Euro 2016. «Tous les joueurs rêvent de jouer pour leur pays et disputer une compétition comme l’Euro en France est quelque chose de fantastique pour les joueurs français qui seront sélectionnés. Faire partie de l’équipe serait surprenant, mais il y a des tas de choses à faire avant et la chose la plus importante c’est Arsenal»

De nombreuses sélections en équipes de jeunes, d’U17 à U21
Le milieu de 24 ans a représenté la France à tous les échelons en équipes de jeunes depuis sa convocation en U17. Il a remporté le Championnat d’Europe des U19 mais n’a plus été sélectionné depuis sa dernière apparition en U21 en 2012 lors d’un match amical contre le Chili (4-0). Lors de la Coupe du Monde des U21 en 2011, il est l’un des Français, avec Gueida Fofana et le gardien Jonathan Ligali, a joué la totalité des 7 matchs de la France dans la compétition. Ne manque plus que l’ultime étape: être sélectionné en A. Une sélection qui passera par une saison complète avec Arsenal.
«Si je joue bien à Arsenal, peut-être que j’aurais ma chance en Equipe de France, mais Arsenal reste ma priorité. Comme n’importe quel joueur français, je rêve de jouer de représenter mon pays et j’espère que ça sera arrivera un jour, confie le joueur. Ce serait incroyable. J’ai remporté l’Euro des U19 (ndlr: en 2010 en France), et c’était déjà quelque chose d’incroyable. Gagner l’Euro avec l’équipe nationale serait encore plus fou. Si je suis performant ici, peut-être que j’aurais une chance de jouer pour la France. Mais je pense que le plus important est de rester concentré sur Arsenal.»

#Yannick

Szczesny «l’ange descendu du ciel» de la Roma

Par défaut

Le joueur clé du week-end
Prêté par Arsenal à l’AS Roma après la signature de Petr Cech, Wojciech Szczesny ne regrette pas d’avoir rejoint l’Italie. Où il est déjà adulé par les Ultras de la Curva Sud. Contre la Juventus, pour le choc de la 2e journée de Serie A, il n’a effectué qu’un arrêt, mais quel arrêt ! Une parade réflexe sur une tête de Bonucci qui empêché les champions en titre de revenir à égalité à la 93e minute. Quelques minutes plus tôt, le numéro 25 n’a rien pu faire sur la frappe avec rebond de Paulo Dybala. Le portier a reçu la note de 7 par la Gazetta dello sport qui l’a qualifié «d’ange descendu du ciel». L’AS Roma a empoché sa première victoire de la saison et peut remercier l’international polonais pour ça. A lui de rester constant sur la durée. En tout cas, les Italiens ont appris à écrire son nom !

 
La performance des autres
Peu de Gunners se sont mis en évidence ce week-end. Wellington Silva a joué 79 minutes contre Blackburn (0-0) mais a été averti à la 35e. Ainsley Maitland-Niles a également été dans le viseur de l’arbitre (12e) et a été remplacé à la mi-temps. Ipswich a perdu 3-2 sur son terrain contre Brighton, le leader de Championship. Trois points derrière, Hull City suit le rythme avec Chuba Akpom et Isaac Hayden (victoire 2-0 contre Preston). L’attaquant a joué 82 minutes et s’est fait avertir à la 51e minute. Il a laissé sa place à… Hayden. Jon Toral a joué 54 minutes dans la victoire de Birmingham sur MK Dons (2-0) et Dan Crowley est entré en seconde période. L’élimination de la Capital One Cup en prolongation contre Everton a laissé des traces. Défaite de Barnsley 3-0 contre Rochdale. Passeur en Coupe de la Ligue, Zelalem a récidivé pour ses débuts en deuxième division écossaise. Il a grandement participé à la lourde victoire des Rangers sur Queen of the South (5-1). Il a joué l’intégralité du match mais s’est surtout confronté à la rudesse du jeu écossais.

 

Jenkinson (suspendu), Sanogo, Martinez et Gnabry (sur le banc) n’ont pas joué

Joueurs

Clubs

M

T

B

PD

CJ

CR

TJ

BE

CS

Chuba Akpom

Hull City

5

5

1

0

1

/

391 min

Isaac Hayden

Hull City

5

2

/

/

1

/

198 min

Ainsley Maitland-Niles

Ipswich

5

4

/

1

1

/

311 min

Wellington Silva

Bolton

2

2

/

/

/

/

163 min

Dan Crowley

Barsnley

5

3

0

0

1

0

325 min

Yaya Sanogo

Ajax Amsterdam

2

/

/

/

1

/

40 min

Carl Jenkinson

West Ham

2

2

/

/

1

1

75 min

/

1

Emiliano Martinez

Wolverhampton

2

2

/

/

/

/

180 min

4

/

Wojciech Szczesny

AS Roma

2

2

/

/

/

/

180 min

2

Jon Toral

Birmingham

4

4

2

/

/

/

267 min

Serge Gnabry

WBA

1

/

/

/

/

/

12 min

Gedion Zelalem

Glasgow Rangers

1

1

/

1

/

/

90 min

Tableau mis à jour le 31 août 2015

#Yannick

Les enseignements de St James Park

Par défaut

Walcott n’est (définitivement) pas un 9
Si en titularisant Walcott en pointe, Arsène Wenger voulait montrer qu’il avait des ressources à ce poste, il s’est trompé. L’attaquant anglais, dont on connaît l’affection pour cette position, n’a pas montré grand chose contre Newcastle. Le joueur a rarement satisfait les rares fois où il a été aligné à ce poste et ce match a peut-être enterré les espoirs des derniers qui croyaient en lui. Samedi il a loupé deux occasions franches contre Krul. La première (9e) par manque de spontanéité et de flair, la deuxième pour une absence totale de réalisme (32e), la première qualité qui fait un attaquant. Des occasions qui auraient pu rapidement mettre Arsenal à l’abri. Aucune recrue n’étant inscrite au planning, les supporters redoutent de passer la saison avec une attaque Giroud, Walcott, Welbeck et Campbell. Crainte confirmée à la fermeture du mercato ?

Contre Newcastle, Walcott a touché le ballon 5 fois dans la surface

Capture écran Squawka

Capture écran Squawka

Koscielny – Gabriel, une charnière qui a de la gueule
Alignés ensemble pour la 4e fois, Koscielny et Gabriel ont rendu une copie propre. Bien aidé par une équipe de Newcastle qui s’est rapidement résolue à jouer en contre, les deux joueurs ont montré une entente naturelle, se contentant de contrôler et se répartir les tâches entre couverture et jaillissement dans les pieds de l’attaquant. Gabriel a notamment soulagé Koscielny là ou Mertesacker pêche par son manque de vitesse. De là à affirmer que le Brésilien remplacera l’Allemand, il n’y a qu’un pas qu’on ne franchira pas. L’Allemand, vice-capitaine, reste aux yeux de Wenger le partenaire particulier de Kos. Mais on lui rappellera que Kos et Gabriel ensemble, c’est 100% de victoires.

Arsenal à l’aise à l’extérieur
C’est le paradoxe de ce début de saison anglaise. Arsenal a remporté ses deux premières victoires… à l’extérieur. On peut même y rajouter le succès en Community Shield à Wembley. Une surprise quand on connaît la facilité des Gunners dans leur arène londonienne, où ils perdent rarement. Mais cette saison, ils ont été incapables de marquer lors des deux matchs (0-2 et 0-0), portant leur série d’inefficacité à 5 matchs lors de leurs 6 derniers à l’Emirates. En revanche, les Gunners n’ont plus perdu à l’extérieur depuis le 7 février et une défaite 2-1 contre Tottenham. Cette série montre bien que les Gunners sont capables d’enchaîner les bons matchs à l’extérieur, ce qui leur a souvent fait défaut les années précédentes. Sur les 6 défaites de la saison dernière, les Canonniers sont rentrés bredouilles de voyage à quatre reprises. Il faut maintenant entamer la même série à l’Emirates Stadium. De victoires hein. Dès le 12 septembre contre Stoke City.

Arsenal va marquer
22, v’la les tirs. Comme les deux occasions franches de Walcott, les joueurs se sont procurés de nombreuses situations devant le but de Krul. Alexis Sanchez a été le plus actif avec 7 tirs. Sa frappe lointaine en première période aurait pu être décisif sans la maladresse de Walcott. Son enchaînement contrôle-frappe supersonique (58e) a fait briller le gardien néerlandais, en très bonne forme de son match avec ses neuf arrêts. Préparation de l’attaque, redoublement de passes, décalage, les Gunners ont sorti la panoplie de série pour perturber la défense adverse. Avec un peu de réussite, le résultat aurait été plus lourd. Les Gunners sont ceux qui tirent le plus au but depuis le début de la saison (83 tirs dont 55 dans la surface, autre performance dans le championnat) pour 49% de tirs cadrés et 3 buts marqués en 4 matchs. Suffit de régler la mire et ça va canonner cette saison.

Contre Newcastle, les Gunners ont tiré à quatorze reprises dans la surface

Capture écran Fourfourtwo

Capture écran Fourfourtwo

Coquelin est monstrueux
Sa non-sélection en Equipe de France ne l’a pas perturbé. Coquelin sait que c’est en alignant les prestations de haut-niveau qu’il se fera repérer. A St James Park, il a confirmé son très bon début de saison. 73 passes tentées (94% de passes réussies), dont 24 vers l’avant (91% de réussite). Le milieu français a bien contrôlé sa zone et apporté son aide dans la moitié de terrain des Magpies. Les sceptiques (et ils sont beaucoup à son sujet) diront que c’est facile de réussir des passes quand le bloc défensif adverse est contraint de jouer dans ses 20 derniers mètres. En tout cas Coquelin a fait le job. Une fois de plus.

Coquelin a réussi 22 passes sur 24 vers l’avant contre Newcastle. La majorité dans la moitié de terrain adverse.

Capture écran Fourfourtwo

Capture écran Fourfourtwo

#Yannick