Le bilan de la semaine

Par défaut

A partir d’aujourd’hui, nous vous offrons un petit récap de la semaine des Gunners. Pas besoin de vous faire une explication longue comme la liste des blessés de l’équipe mais vous allez vite comprendre.

Lundi rime avec Podolski

Encore une fois Lukas nous offre une bonne prestation.. sur Twitter. Un article de BBC Sport affirmait que Tottenham allait faire une offre de 10M£ pour arracher l’allemand en mal de temps de jeu à Arsenal. La réponse est belle.

poldi

« @Podolski10 : @BBCSport @Arsenal L’enfer sera givrée avant que ce transfert se fasse.. ».

Franchement, c’est beau, non ? Mais je vous avoue qu’en même temps, ça fait peur. Après avoir déclaré son amour pour la ville de Londres sur Instagram, il exprime son souhait de rester à Arsenal avec la multitude de hashtag à la gloire des Gunners. Un conseil Lukas, si tu veux rester à Londres, il y a d’autres clubs. Après si tu veux rester à Londres et jouer, tu peux essayer du côté de chez Charlton Athletic FC. Les couleurs sont les mêmes.

Mardi, c’est le point infirmerie

Ospina est out pour 3 mois. Voilà.

Mercredi : Happy Birthday Arsène.

Arsène Wenger vient de fêter ses 65 ans ce mercredi. Son cadeau, c’était la rencontre de LDC contre Anderlecht. Une victoire acquise dans la douleur mais l’important c’est les trois points comme on dit.

Jeudi : Un autre anniversaire

« Kanu Believe It ?» Cette phrase du commentateur du match Chelsea – Arsenal est désormais devenue célèbre. Ce « slogan » est intervenu après un triplé de Nwankwo Kanu pour les Gunners et non pas après avoir découvert que Kanu avait menti sur son âge de quasiment 10 ans.

Ce jeudi 23 octobre, c’était les 15 ans de ce fameux triplé. Rien de mieux qu’un petit récap vidéo.

Vendredi : Encore un anniversaire ?

Et quel malheureux anniversaire. En ce jour, il y a 9 ans, Manchester United mettait fin à l’invincibilité d’Arsenal grâce à un arbitrage très litigieux de la part de Mike Riley. L’occasion de se remémorer cette magnifique saison 2003/2004 et ces 49 matchs sans défaite :

Samedi : Et de 1500 !

Arsenal devient grâce au doublé de son attaquant chilien Alexis Sanchez, le deuxième club de l’histoire à inscrire 1 500 buts en Premier League. Deux buts d’ailleurs très anglais, avec d’abord une erreur du défenseur Wes Brown qui laisse Sanchez seul devant Mannone. C’est ensuite le même Mannone, très mal servi par son défenseur, qui va laisser le chilien à nouveau seul face au but vide. Un gardien du championnat anglais en somme.

Dimanche : Et 1

Et 2, et 3-0. En ce 26 Octobre 1996, Arsène Wenger glanait sa première victoire à la tête d’Arsenal : un 3-0 net et sans bavure face à Leicester. Aujourd’hui très contesté, il affiche un bilan qui reste presque inégalé : plus de 1000 matchs dirigés, près de 60% de victoires et une aura de classe mondiale. Reste à savoir combien de temps cette idylle continuera de résister.

#Michael et #Rodolphe

Publicités

Compte-rendu Sunderland – Arsenal, 9ème journée de Premier League.

Par défaut

Sanchez 2, Sunderland 0.

C’est sûrement la seule que l’on retiendra de ce Sunderland – Arsenal très loin de ce qu’on pourrait appeler un match de foot. Entre des Black Cats toujours sous le choc du 8-0 infligé par Southampton la semaine dernière, et des Gunners qui continuent sur leur lancée de non-match absolument immonde à regarder. Mais au final les 3 points sont là et c’est le principal pour retrouver petit à petit la confiance dont l’équipe manque en ce début de saison. Ces 3 points, Arsenal les doit à un seul homme, Alexis Sanchez. Le chilien tient l’équipe à bout de bras et enchaîne les performances efficaces et décisives. Un doublé suite à deux erreurs grossières des Black Cats. La première après une passe en retrait complètement ratée de Brown pour son gardien, le chilien jailli pour intercepter et conclure d’un petit piqué facilité par le positionnement désastreux de Mannone. Ce même Mannone est à l’origine du second but du chilien dans les dernières minutes du match suite à un dégagement, ou une passe, on ne peut pas vraiment savoir ce que l’ancien troisième gardien d’Arsenal essaie de faire. Encore une fois, Sanchez est placé au bon endroit au bon moment pour sceller le sort du match.

Retrouver la confiance.

Arsenal enchaîne enfin deux victoires consécutives en ce début de saison compliqué sur lesquelles il faudra s’appuyer pour continuer à gagner, même si la manière n’est pas là. Il faut en effet que l’équipe retrouve la confiance pour produire à nouveau le beau jeu dont elle est capable et la confiance se gagne avec les victoires. L’équipe n’a pas non plus pris de but même s’il faut relativiser vu la performance offensive proche du néant de Sunderland. Mais la présence de Monréal en défense central est très bonne et après Anderlecht où l’espagnol s’était montré à son aise à ce poste, il réalise encore un très bon match aujourd’hui. Le retour d’Arteta a lui aussi permis de recadrer la liaison entre la défense et le milieu de terrain en régulant le tempo de jeu d’Arsenal du mieux qu’il a pu. Le problème d’Arsenal en ce moment se situe plus au niveau de l’animation offensive qui reste encore une fois très stérile. Welbeck était clairement en dessous physiquement, Sanchez trop seul à tenter, Oxlade beaucoup trop maladroit et Cazorla accuse le coup depuis quelques matchs après un début de saison très bon. La victoire finale est la seule chose à retenir de ce déplacement au Stadium of Light.

Les notes du match :

Szczesny (5) : Le gardien Polonais de l’équipe n’a rien eu à faire ou presque. Un arrêt sur une tête molle, une sortie moyenne de la tête… Pas de quoi le juger aujourd’hui.

Gibbs (5) : Peu d’apport offensif, pas grand chose à faire derrière, Gibbs a fait un match plutôt discret aujourd’hui.

Mertesacker (6) : Solide dans les duels (aériens notamment), Merte a rassuré ses coéquipiers derrière, chose qu’on lui demande. Un bon match, mais il n’avait pas de grands dangers en face.

Monreal (7) : Sûrement l’un des meilleurs aujourd’hui, Nacho monte en puissance dans l’axe de la défense. Propre, serein, il est une bonne alternative pour compenser les absences à ce poste.

Chambers (5) : Les commentaires pour Gibbs sont valables pour lui aussi. Même si il a eu plus de boulot défensif, et qu’il l’a bien fait.

Arteta (5) : De retour aujourd’hui, il a tenté de réguler le tempo. Chose assez bien faite mais il manque de rythme et de tranchant dans ses interventions.

Flamini (5) : Moyen techniquement, il a su compenser par son expérience et son agressivité aujourd’hui pour apporter à l’équipe. On sent malgré tout que contre un adversaire plus important il devrait être limite.

Oxlade (5,5) : AOC a tenté sur son côté. Peu soutenu par Chambers, il a essayé de faire la différence balle au pied mais n’a pu que trop rarement être efficace et apporter le danger.

Cazorla (5) ; Une nouvelle fois décevant sur son côté gauche quand on sait de quoi il est capable. Un peu tendre physiquement, il a tenté quelques frappes mais pas assez inquiétantes voire nonchalantes.

Sanchez (7) : Auteur d’un doublé aujourd’hui grâce à 2 cadeaux des joueurs adverses, Sanchez a une nouvelle fois porté l’équipe sur son dos. Souvent en position de meneur de jeu, il a su convertir les 2 occasions qu’il a eu aujourd’hui.

Welbeck (5) : On le sentait fatigué aujourd’hui, notamment dans ses courses qui n’auront pas été aussi tranchantes que d’habitude. Il aurait tout de même pu se voir créditer de 2 passes décisives si Cazorla avait été efficace.

#Albin #Dim

Avant-match : SAFC – Arsenal

Par défaut

Sunderland c. Arsenal – Avant-match

La CITATION

« Je considère que tous les matchs de Premier League sont abordables et qu’il est possible de les gagner. Mais chaque match constitue également un danger. C’est en produisant les meilleures performances possibles qu’on peut enchaîner les victoires, et c’est ce que nous devons faire. Je crois que l’année dernière nous avons été très réguliers contre les équipes comme Sunderland, il faut nous inspirer de cela. » – Arsène Wenger

La SITUATION

‘One-nil down, two-one up’, dans les travées du stade d’Arsenal, ce fameux chant résonnait jadis régulièrement, inspiré d’une victoire à l’arrachée contre Liverpool en finale d’une coupe de la league.

Trente ans après, l’équipe d’Arsenal s’est retrouvé dans la même situation, et cette rencontre pleine de suspense pourrait bien enfin lancer la saison des Gunners, comme l’espère de tout cœur Arsène Wenger.

Si Kieran Gibbs et Lukas Podolski n’avaient pas arraché la victoire à Bruxelles grâce à leurs goals de la 90 et 91e minutes, l’équipe serait rentré à Londres la mine défaite et sous pression. Au contraire, ce retournement de situation pourrait s’avérer un positif avant de se déplacer à Sunderland ce samedi.

Avant le match contre Anderlecht, Arsène Wenger et Jack Wilshere argumentait que la moisson en point d’Arsenal n’était pas significative par rapport à leurs prestations. La soirée de mercredi en est le parfait contre-exemple.

« Ça a été une rencontre difficile et après l’avoir analysé, je peux dire que nous avons consentis beaucoup d’efforts, » a déclaré Wenger. « Bien sûr, au final, toute le monde peut dire que nous avons eu de la chance de prendre les trois points, mais je crois que ce n’est pas une coïncidence. Nous n’avons jamais baissé les bras et nous avons montré le même esprit que lors des matchs précédents de ce début de saison, et cette fois ça a payé.

« Ce retournement de situation nous met dans une situation favorable pour nous qualifier et c’est le point positif de cette soirée. Nous devons profiter de cette victoire pour continuer sur la lancée et Premier League. Je pense que ça peut nous permettre d’améliorer notre confiance et d’être plus compétitifs en Premier League. »

ARSENAL

Wenger doit decider s’il desire rafraîchir son équipe type pour ce deuxième déplacement et trois jours, et il sera oblige de procéder à un ajustement dans sa ligne médiane pour pallier l’absence de Jack Wilshere, suspend pour abus de cartes jaunes.

Theo Walcott rentrera en ligne de compte pour l’équipe première, mais Wenger a laissé entendre lors de sa conference de presse que l’international anglais pourrait ne faire son retour que lors de la réception de Burnley le week-end prochain.

La porte pourrait dès lors s’entrouvrir pour Podolski, qui ronge son frein sur le banc depuis le début de la saison mais qui s’est illustré grâce à sa finition de renard à Bruxelles.

« C’est un grand joueur, » explique Wenger. « Quand on a autant de grands joueurs dans son équipe, il faut se rappeller que seuls 11 d’entre eux peuvent être alignés.

« C’est une épine dans mon pied au moment de composer mon équipe, mais je pense que quand les joueurs ont la bonne attitude et le bon esprit, comme Lukas, ils sont parfaitement capable d’avoir un impact sur le cours du jeu ou de faire la différence à leur entrée au jeu. »

Les joueurs d’Arsenal ont beaucoup de difficultés à garder leurs filets inviolés cette saison. Avec un seul match sans encaisser au compteur pour huit joués, la défense est au centre des interrogations étant donné que les velléités au titre de la saison passée se basaient essentiellement sur une défense rigoureuse.

Ce samedi, Wenger pourra compter sur Callum Chambers, le jeune homme de 19 ans a purge sa suspension la semaine dernière et le français semble avoir décidé où le polyvalent britannique jouerait à l’avenir.

« Si je devait parier aujourd’hui, je pencherais pour défenseur central. », soutient Wenger. « Je n’exclus pas qu’il évolue comme milieu axial et je n’oublie pas qu’il est capable de jouer à l’arrière droit.

« Plus jeune, il jouait au milieu et on l’a ensuite placé à l’arrière droit, il aime donc participer au jeu. Néanmoins, il a plus le physique d’un joueur axial que d’un latéral.

« Calum possède une bonne vision du jeu, une bonne technique et un potential physique excellent. J’ai été très satisfait de notre premier goal contre Anderlecht car c’est notre arrière droit qui a centré pour l’arrière gauche. Il a une qualité offensive, Callum n’a que 19 ans, mais il apprend son travail rapidement et remarquablement. »

L’ADVESAIRE

Sunderland a passé la semaine à panser les plaies de son humiliante défaite contre Southampton – la plus large défaite depuis 32 ans.

« C’était une de ces journées où rien ne semble fonctionner, la confiance périclite au fil de la rencontre, » explique Wenger. « A 4-0 que peut-on encore espérer ? Nous avons pu le constater en League Cup, l’équipe de Southampton est une équipe pleine de qualités et ils peuvent être la bonne surprise de la saison.

Les chances de profiter des largesses de l’équipe de Gus Poyet une deuxième semaine d’affilée sont minces et Arsenal doit se préparer à une rencontre où l’adversaire reviendra aux fondamentaux : remettre la priorité à la défense.

La question de savoir si Vito Mannone sera de retour dans les goals des Black Cats reste à éclaircir, après la gifle encaissée à Southampton. Mais l’ancien joueur d’Arsenal s’est attiré plus de compliments que de critiques depuis son arrivée au Stadium of Lights.

« Il a gagné sa place et c’est un gardien talentueux, » dit de lui Wenger. « A Arsenal, il n’était que troisième gardien, la place qu’occupe Emi Martinez

« J’avais à ma dispositions trois excellents gardiens et Vito n’a pas reçu le temps de jeu qu’il méritait. Il a donc décidé de partir pour Sunderland et je suis heureux qu’il ait fait ce choix. Il avait beaucoup de concurrence là-bas aussi mais il joue maintenant régulièrement et je pense qu’il joue très bien. Ça ne me surprend absolument pas. »

CONCLUSION

La victoire de mercredi doit être un tremplin. Une victoire à l’arrachée dans des circonstances surprenantes doit être un coup de fouet positif et avoir des répercussions positives immédiat et, avec un peu de chance, à long terme.

L’élan acquis à Bruxelles conjugué au petit coup au moral des Black Cats après leur dramatique prestation dans le sud du pays, doit inciter les Gunners à attaquer dès le coup d’envoi.

Dans ce cas, dans ce début de saison, où les matchs nuls s’enchaînent dangereusement, Gunners pourraient obtenir une victoire bienvenue. Wenger croit son équipe capable de trouver la bonne formule – à condition de combler ses lacunes défensives.

« L’année dernière, nous avons réussi à ne pas encaisser lors de 17 matchs avec la même defense et cette année, nous n’en sommes plus capables, » a-t-il déclaré. « Nous nous efforçons d’être plus efficaces, mais nous offrons trop d’occasions par rapport à d’autres équipes qui en concèdent moins. Jusqu’à présent, nos adversaires ont profité au maximum de ce que nous leur avons offert.

« Nous n’avons pas encore assez gagné et c’est la difference entre les équipes en confiance et les équipes qui veulent gagner. Je ne pense pas qu’il y ait énormément de différence entre les deux et c’est vers cela que nous devons aller.

« Nous nous améliorons tous les jours. Nous devons garder le même esprit et l’attitude qui nous ont permis d’être réguliers depuis le début de cette saison. Nous devons maintenant transformer nos qualités en efficacité et c’est lié à la confiance.

« Mis à part ça, nous dominons souvent les matchs et n’avons pas été assez payé pour les prestations fournies. Nous devons continuer à dominer nos matchs et la récompense arrivera ensuite. »

Une quatrième victoire consécutive dans cette confrontation au Stadium of Light pourrait être la consécration d’une semaine qui aurait pu être terne sans cette fin de match de folie en Belgique.

Dans le camp adverse : Sunderland AFC

Par défaut

Pour ce deuxième volet des aventures de notre espion, votre serviteur s’est déplacé à Sunderland où nos Gunners se déplacent et espèrent surfer sur la vague de ce succès laborieux contre le RSC Anderlecht. Si on en croit les statistiques de ces trois dernières saisons, on est en droit d’être optimistes mais la qualité du jeu d’Arsenal peut faire douter même le plus enthousiaste des Gooners. Si les Gunners auront à cœur de lécher leur jeu pour obtenir les trois points et ne pas se laisser distancer. Les Black Cats, eux, chercheront à obtenir la totalité de l’enjeu afin de s’éloigner de la zone rouge – surtout après la gifle infligée par Southampton. Une rencontre à couteaux tirés donc.

Un brin d’histoire

Le Sunderland AFC a été fondé en 1879 par James Allan, un enseignant, sous le nom de « Sunderland and District Teachers’s AFC ». A l’origine, l’équipe n’accueillait que des enseignants mais bien vite, devant le succès populaire du football dans cette ville du Nord-Est, le club fût ouvert à tous et changea de nom pour devenir le Sunderland Association Football. Le club adopte un statut professionnel et attire de nombreux joueurs écossais. Le fondateur du club, vexé sans doute d’avoir perdu sa place sur le terrain, quitte le club pour fonder le Sunderland Albion Football Club, mais celui-ci ne survivra pas.

Le club accède à la League professionnelle en 1890 et Sunderland s’impose presque directement comme un des cadors de la nouvelle compétition. En effet, entre 1890 et 1895, le club remporte 3 fois les lauriers et échouera à réaliser le quadruplé à cause de leur saison 1893-1894 où ils finissent dauphins derrière Aston Villa. Par la suite, le club de Sunderland remporta 3 autres championnats d’Angleterre mais finit par péricliter, gravement touché par la guerre et des scandales financiers. Après 68 ans de présence dans la plus haute division, le club est relégué pour la première fois. Entre-temps, le club végète dans les divisions inférieures et remonte parfois dans la division supérieure mais ils se contentent de jouer le rôle de trouble-fête. En 2006, remonté Premier League depuis plusieurs années, le club est racheté par un consortium irlandais et dévoile ses ambitions : se mesurer aux meilleures équipes du championnat d’Angleterre. Depuis, et malgré un recrutement à la hauteur de leurs ambitions, Sunderland ne parvient pas à relever le défi et flirte dangereusement avec la relégation.

Grand moment

Le plus grand moment de Sunderland restera probablement sa dernière victoire en FA cup, que le club aura remporté 2 fois. En 1973, le club, pourtant en seconde division se hisse en finale et la remporte face à Leeds sur le score de 1-0 (but de Ian Porterfield, pour le résumé, cliquez ici).

Joueurs du passé

Le meilleur buteur du club est Jimmy Morrisson avec 627 buts durant sa carrière au SAFC, le joueur le plus capé est Bobby Gurney avec 228 matchs disputés sous les couleurs des Black Cats. Sont passés par le stade Roker puis le Stadium of Light des joueurs comme John O’shea, Dwight Yorke, et Boudewijn Zenden, mais ces joueurs ne sont pas connus grâce à leur passage par le club du Nord-Est.

Malgré tout, j’ai décidé de faire un focus sur un joueur qui a joué dans les deux clubs et qui prête toujours ses services au club d’Arsenal : Mart Poom. Le gardien estonien a disputé 68 rencontres pour les Blacks cats … et marqué un goal. Après 3 saisons dans la peau d’un titulaire intermittent, le portier est transféré à Arsenal, où il est recruté pour jouer les utilités. Aujourd’hui, Mart Poom entraîne les gardiens à Arsenal.

Joueurs à surveiller

Après le cinglant 8-0 infligé par Southampton samedi dernier, les Blacks cats auront à cœur de se rattraper et de profiter de la relative mauvaise forme du club de Wenger. Gustavo Poyet profitera certainement de ce match pour changer la composition d’une équipe qui s’est littéralement fait rouler dessus. L’Uruguayen pourra compter sur ces joueurs pour jouer un mauvais tour aux Gunners :

En défense, les Blacks cats pourront toujours compter sur leur capitaine, John O’shea. Son expérience des grosses sera sans doute essentielle pour assurer un bon résultat face aux londoniens. Sans doute associé à Sébastian Coates dans l’axe de la défense, l’uruguayen aura lui à cœur d’enfin concrétiser les espoirs de Liverpool.

Au centre du terrain, Jack Rodwell voudra probablement se montrer enfin sous ses meilleures couleurs après avoir ciré le banc de Manchester City. Eternel espoir du football anglais, le jeune homme de 23 ans a débarqué à Sunderland cet été bien décidé à enfin jouer au football régulièrement. Mais débutera-t-il ce samedi ?

Sur le front de l’attaque, les Gunners devront surveiller de près Steven Fletcher, l’international écossais est expérimenté et malin, et a marqué 2 buts en 6 rencontres cette saison, ce qui est honorable pour une équipe qui marque peu (8 goals en 8 rencontres).

 

Anecdotes

Les Wanderers de Bolton ne sont pas les seuls à avoir changé de stades comme d’entraîneurs. Sur les 7 stades qui ont accueilli Sunderland, les deux plus récents sont le Roker Stadium et le plus récent Stadium of Lights qui peut accueillir 49.000 supporters. L’équipe de Sunderland était autrefois surnommée The Rokers avant d’adopter définitivement celui des Black Cats.

Les Blacks Cats nourrissent une rivalité avec les Magpies de Newcastle. Le Derby qui les oppose est l’une des confrontations les plus disputées d’Angleterre et est surnommé le Tyne Wear Derby ou Derby du nord-est.

Conclusion

Sunderland est une équipe qui a connu une belle vie avant de connaître le même sort que nombres d’autres équipes actuelles. A l’instar d’Aston Villa (leur plus grand rival sportif de l’époque), Sunderland a bien essayé de redorer son lustre d’antan, sans succès. Aujourd’hui, l’équipe de Sunderland est perçue comme une équipe difficile à battre mais pas impossible. Dans des conditions de forme et de confiance optimales, Arsenal est tout à fait capable d’obtenir un bon résultat. Mais nous savons bien que la situation est loin d’être idéale avant ce déplacement qui peut déjà s’avérer crucial.

Podolski : « Ce match peut nous donner de l’élan »

Par défaut

Lukas Podolski croit que la victoire, même dans un mauvais jour va faire du bien à la confiance aux joueurs d’Arsenal. Et leur permettre de mettre la machine en route pour les semaines à venir.

Les Gunners étaient menés au score par Anderlecht ce mercredi soir en Ligue des Champions. Mais dans les dernières minutes de ce match, deux goals de Kieran Gibbs et de Lukas Podolski ont permis aux hommes de Wenger d’arracher la vistoire.

Arsenal n’a gagné que 4 matches depuis le début de cette saison mais l’allemand soutient que la victoire laborieuse leur permettra d’améliorer cette statistique.

“C’était un match plein de suspense pour les supporters et pour nous aussi, mais au final, on a obtenu les trois points.”, raconte Podolski au micro de l’Arsenal Player.

« Si nous avions perdu ce soir, ça aurait été compliqué. C’était essentiel de gagner et de revenir à Londres avec les trois points

« J’espère que nous pouvons continuer sur la lancée de ce match. Nous avons cadré 25 frappes contre Hull et n’avons pu qu’égaliser. Nous n’avons pas joué notre meilleur match ce soir mais c’était essentiel que nous obtenions l’intégralité de l’enjeu.et c’est ce que nous avons fait.

« Parfois, il arrive d’être un peu chanceux et ça a été le cas ce soir. Quand la balle arrive sur mon pied gauche, je marque 99 sur cent. C’était un moment formidable pour moi, mais aussi pour les supporters car ils me soutiennent en toutes circonstances.

« Il nous reste trois matchs à jouer dans cette competition, et rien n’est encore acquis. Le match contre Anderlecht à la maison sera capital et si nous gagnons, nous aurons une chance de nous qualifier. « 

 Jonas

Jack Wilshere : « Ce n’était pas notre meilleure performance. »

Par défaut

149365_10152584612112713_7641350927367459592_n

Jack admet que la performance du club contre Anderlecht n’était pas la plus aboutie. Il insiste cependant sur le fait que le gain des trois points est ce qui importe le plus.

La qualification d’Arsenal pour les matchs à élimination directe était effectivement en danger hier soir puisque que les gunners étaient encore menés 1-0 à la fin du temps réglementaire.
Mais la succession des deux buts de Kieran Gibbs et de Lukas Podolski a permis au groupe d’arracher une victoire qui apportera un nouveau souffle à l’équipe comme l’espère l’international anglais.

« Nous avons l’impression de nous donner à fond sur le terrain sans que les résultats suivent. Nous n’avons peut être pas réalisé une belle performance ce soir mais nous repartons avec une victoire. C’est toujours mieux dans ce sens là. »

« Durant tout le match nous savions que rien n’était fait. Tant que le score était de 1-0, tout pouvait arriver. Nous avons continuer à pousser et nous avons dominer le match, même si ils ont eu quelques occasions. »

« Nous devions trouver un moyen de marquer ce premier but et après l’égalisation, ils ont quelque peu baissé les bras. Nous avons continué de pousser pour marquer ce second but synonyme de victoire.
En remportant ce match, nous avons encore une fois fait preuve de beaucoup de caractère. »

« Ce n’était pas notre meilleur match, mais nous devions gagner et nous l’avons fait. C’est ce qui est important. Nous sommes arrivé ici dans une situation compliquée car nous n’avons pas gagné beaucoup de matchs récemment. Le principal était donc de repartir avec les 3 points. »

Wilshere a dédié cette victoire aux supporters londoniens, qui ont continué à encourager les joueurs jusque aux derniers instants du match, malgré le pauvre niveau de jeu des joueurs.

« Gagner à la dernière minute, il n’y a rien de mieux. Nous sentions la frustration des supporters sur le terrain. Tout au long du match, nous avons joué vers l’avant mais la dernière passe n’aboutissais jamais. 
Ils ont fait un sacre voyage pour nous voir remporter ce match. Au moins nous avons pu leur offrir une victoire. »

#Henri via arsenal.com

Martinez : « Mon prêt m’a donné la confiance dont j’avais besoin. »

Par défaut

Emiliano Martinez had a sublime goal in for Arsenal - in only his third appearance for the club

Damián Emiliano Martínez a rendu hommage aux entraîneurs des gardiens Gerry Peyton et Tony Roberts après avoir fait ses débuts en Ligue des Champions ce mercredi soir.

Le gardien argentin a réalisé un bon match lors de la victoire des Gunners contre Anderlecht, et a fait un arrêt important en fin de match face à Steven Defour.

Le joueur de 22 ans est satisfait de sa performance et dit que la victoire à l’arrachée à Bruxelles est dû à l’esprit combatif d’Arsenal.

« C’est incroyable. Nous avons contrôlé le match en première période et nous avons concédé un but venu de nulle part. Ils ne méritaient pas de marquer, mais c’est le football. Nous avons continué à nous battre jusqu’à la fin et nous avons été récompensés. »

« Je suis si heureux d’avoir fait mes débuts [en Ligue des Champions] et je dois dire merci au manager, à Gerry Peyton et à Tony Roberts, qui m’ont donné de la confiance pour ce match. J’espère que nous gagnerons à la maison maintenant et que nous passerons. »

« C’était génial. C’était agréable et calme. Je pense que j’ai fait deux bons arrêts, j’étais solide et je me sentais en confiance. C’est ce dont j’avais besoin. Si vous n’êtes pas confiant, vous n’obtiendrez rien. »

« J’ai travaillé pendant des années et mon prêt à Sheffield Wednesday [la saison dernière] m’a donné la confiance dont j’avais besoin. »

#Kévin (via arsenal.com)