Arsenal prend l’eau, et se noie

Par défaut

sheffield - arsenal, 4ème tour de capital one cup

Compte-rendu Sheffield Wednesday – Arsenal, 4ème tour (et dernier) de Capital One Cup

Arsenal prend l’eau, et se noie

Ce qui devait arriver, arriva. En déplacement pour ce 4ème tour de Capital One Cup à Sheffield, pensionnaire de Championship, les Gunners ont totalement déjoué pour nous offrir un spectacle à l’opposé des derniers matchs.

Une défaite très logique sur le lourd score de 3-0 après un match magnifique de la part des Owls. La tactique du turnover a finalement basculé du côté de la déroute pour les Gunners. Aucun automatisme, aucune liaison correcte, aucune hargne à la récupération et surtout, aucune créativité devant… Voici le résumé peu flatteur de la performance de l’équipe ce soir.

Cette Capital One Cup n’était clairement pas la priorité de Wenger, qui ne l’a jamais gagné d’ailleurs, mais les nombreux changements opérés n’ont pas porté leurs fruits. Les seuls cadres titularisés au début de ce match, à savoir Mertesacker, Cech, Giroud et Oxlade n’ont pas su insuffler l’élan de confiance à l’ensemble des jeunes et des remplaçants habituels. Et le résultat est sans appel, une seule grosse occasion dans le temps réglementaire, et par l’intermédiaire de Mertesacker.

L’autre mauvais nouvelle de la soirée, c’est la blessure d’Oxlade dès les premières minutes de jeu. Remplacé par Walcott aussitôt, l’anglais se blessera lui aussi quelques minutes plus tard. Enorme coup dur pour les Gunners qui perdent deux titulaires précieux après Aaron Ramsey mardi dernier contre le Bayern.

Les blessures musculaires gangrènent le football moderne. Les enchaînements de matchs sont beaucoup trop durs à encaisser pour les joueurs. Aujourd’hui, un joueur titulaire en club et en sélection fera environ 60 matchs dans l’année. Comment ne pas se blesser dans des matchs d’une telle intensité, d’un tel niveau ?  Cela est presque impossible. Et la question de supprimer des compétitions est remise en cause, avant tout pour la sécurité des joueurs. Résultat, Walcott, Ramsey, Oxlade, Ospina sont blessés. Avant d’affronter le Bayern lors du match retour, les mauvaises nouvelles s’enchaînent.

Après cette lourde défaite, Arsenal est éliminé de la Capital One Cup et va pouvoir se concentrer sur son déplacement à Swansea samedi.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (5) : Tranquillement, la petite sortie du mardi soir. Il était clairement venu faire du tourisme et n’a pas voulu se salir.

Debuchy (3) : Debuchy mérite clairement d’être titulaire, c’est vrai… Soit à Laval soit Orléans. En tout cas avec des matchs comme ça Bellerin est pénard.

Chambers (4) : Si on réussi à faire une plus value sur lui… C’est un miracle

Mertesacker (4) : Sûrement le meilleur joueur de BPL actuellement, exceptionnel dans le domaine aérien, mais ce soir ça devait être son cousin de PHB de Loir-et-Cher sur le terrain…

Gibbs (5) : Il a couru.

Flamini (3) : On l’a pas vu. Deux boites en carton en guise de pied.

Kamara (5) : Il s’est démené mais était tout seul face à 3 bûcherons.

Bennacer (6) : Un bonne patte gauche, prometteur pour 17 ans. Un des plus actif ce soir.

Iwobi (5) : Il doit progressé techniquement. Mais on sent du potentiel.

Campbell (5) : Il pouvait prouver, il a essayé mais on attend plus. Il devrait avoir plus de temps de jeu avec les blessures à son poste.

Giroud (3) : Introuvable.

#Dim

Sanchez, quel départ !

Par défaut

7ème journée de PL

Compte-rendu Leicester City – Arsenal, 7ème journée de Premier League

En déplacement sur la pelouse des Foxes de Leicester City seulement trois jours après leur victoire dans le North London Derby, les Gunners nous ont offert un beau spectacle offensif.

Un spectacle offensif, des actions collectives de qualités et un état d’esprit conquérant retrouvé, voilà les ingrédients qui ont permis à Arsenal de remporter une précieuse victoire.

Pourtant, le début de match des Gunners fut très compliqué, nous rappelant le triste match disputé à Zagreb en Ligue des Champions. En effet, durant les 15 premières minutes du match, les Gunners se sont fait étriquer par une équipe des Foxes séduisante. Après une première action chaude, Vardy récupère le ballon plein axe après une mauvaise relance. Son tir croisé du pied gauche vient s’échouer sur le poteau pour le plus grand bonheur d’Arsenal. Mais quelques minutes plus tard, le même Vardy s’échappe côté gauche et prend tout son temps pour ajuster Cech d’un plat du pied droit précis et puissant dans le petit filet opposé. Une défense prise à revers sur une contre-attaque rondement menée de la part de Leicester avec un Mertesacker qui n’est pas exempt de tout reproche sur ce but. Continuant à pousser devant les cages de Cech, Albrighton centre fort pour la tête de l’inépuisable Vardy. Celui-ci trouve une nouvelle fois la barre transversale des Gunners.

Très certainement le tournant du match puisque dans les minutes qui suivent, Cazorla nous offre un amour de passe en profondeur pour Walcott qui crucifie Schmeichel avec l’aide du poteau. Une égalisation rapide qui a permis aux Gunners de ne pas douter plus longtemps que les cinq minutes séparant les deux buts.

Dans un match très ouvert, la clé du match s’est située au niveau de la titularisation de Walcott. L’international anglais a multiplié les appels dans le dos des défenseurs de Leicester en évitant d’être pris au piège du hors-jeu. Une présence de tous les instants qui a énormément fatiguée les Foxes durant ce match et libérant d’autres espaces pour ses coéquipiers. Et sur une action collective de haute volée où l’on notera la déviation sublime de Mesut Özil, Walcott se jette au premier poteau sur le centre de Bellerin. Le ballon est contré par le défenseur de Leicester et revient avec beaucoup de chance dans les pieds d’Alexis qui ne se fait pas prier pour débloquer son compteur personnel cette saison avec les Gunners.

1-2 pour Arsenal, début show Sanchez. Au retour des vestiaires, le match est d’une toute autre teneur. Arsenal domine les débats et les hommes de Ranieri ne se procurent presque plus de situations dangereuses. Une supériorité technique, collective et mentale qui permet à Sanchez d’inscrire un doublé sur une passe d’extraterrestre d’Özil.

Une performance collective agréable à regarder et précieuse pour le moral des Gunners. A 1-3, les hommes d’Arsène Wenger ont continué de pousser et de se créer des occasions de but. Et là encore, à la 81ème minute, Alexis Sanchez fait oublier son début de saison compliqué pour inscrire son premier triplé sous les couleurs d’Arsenal. Et quel but ! Sur une touche effectuée rapidement sur le côté gauche, Sanchez se défait de son marquage d’un grand pont subtil sur son contrôle pour enchaîner par une frappe sèche et soudaine. Schmeichel est battu.

La fin de match est similaire au début de la rencontre, Leicester pousse et continue à vouloir recoller au score. Petr Cech est alors impeccable dans ses buts jusqu’au copier/coller de l’ouverture du score dans la finition. En effet, sur un centre venant de la droite, Cech effectue un arrêt miraculeux sur sa ligne. Le ballon revient dans les pieds de Vardy qui enroule parfaitement pour trouver une nouvelle le petit filet opposé. Pour clore ce magnifique match, Olivier Giroud signale son entrée par deux occasions franches. Une première où il oublie de couper le magnifique centre de Cazorla. Une deuxième où sa finition pied gauche est parfaite.

2-5 score final. Les Gunners seront fait peur en début de rencontre avant d’asseoir une domination intéressante dans un match très ouvert. Une belle performance offensive avec 5 buts à la clé, une bonne chose pour le moral des hommes de Wenger. Profitant du faux pas de Manchester City face aux Spurs, les Gunners se repositionnent à la 4ème place, à seulement trois points de leader Manchester United. Une prestation à confirmer mardi soir en Ligue des Champions à l’Emirates face aux Grecs de l’Olympiakos. Victoire impérative.

#Albin #COYG

Les notes du match

 

Cech (7) : Il ne peut rien sur l’ouverture du score de Vardy. Ensuite, il a stoppé toutes les menaces de Leicester (notamment en première période), ou ses montants s’en sont chargés.

Bellerin (6) : Peu en vue offensivement, le but part de son côté, dans son dos. Hormis ça il a bien géré en seconde mi-temps.

Mertesacker (5) : Pour son retour, il n’a pas été phénoménal. Pire, il est directement impliqué sur le but encaissé puisque c’est lui qui ne suit pas Vardy… Gabriel se rapproche à grand pas.

Koscielny (8) : Excellent dans les duels, précis dans les relances, rassurant dans les moments chauds, Koscielny est clairement le patron de la défense. Comme souvent…

Monreal (7) : Encore un très bon Nacho aujourd’hui, qui a parfaitement tenu le danger numéro 1 qu’était Marhez.

Flamini (non-noté) : Sorti sur blessure à la 20e, remplacé par Arteta (6) qui a fait du bien su le plan mental notamment. Il a remis l’équipe dans le sens de la marche alors qu’elle souffrait.

Cazorla (6,5) : Un Santi un peu moins impliqué offensivement que d’habitude, mais qui a fait beaucoup d’efforts défensifs pour compenser l’absence de Coquelin. Belle passe décisive sur l’égalisation de Walcott malgré tout.

Ramsey (6) : Le joueur offensif le plus décevant aujourd’hui. Certes beaucoup d’activité et un volume de jeu intéressant, mais encore trop d’imprécisions et il n’est pas à son aise sur l’aile droite…

Ozil (8) : Mesut a fait son meilleur match de la saison. Techniquement au-dessus du lot, il a mis ses coéquipiers dans les meilleures dispositions. Un match avec de l’espace comme il les aime, son ballon pour le second but de Sanchez est un délice.

Sanche (9) : Un triplé pour Alexis qui ouvre de la meilleure des façons son compteur but cette saison. Un but en renard, une tête et une frappe lointaine, le chilien a montré l’étendue de son talent aujourd’hui.

Walcott (8,5) : Titularisé à la place de Giroud en pointe, Walcott a parfaitement profité des espaces dans la défense. Ses appels et sa vitesse ont fait la différence et il a marqué des points dans son duel avec Giroud, qui a marqué lui aussi en fin de match.

#Dim

Compte-rendu Arsenal – Monaco, 8ème de finale aller de Ligue des Champions

Par défaut

 

Ce match était donc l’occasion de retrouvailles entre Wenger et son ancien club, l’AS Monaco, pour une confrontation aller-retour en Ligue des Champions. Après, le Bayern deux fois, le Barça et l’AC Milan, les Gunners tombaient donc sur un tirage plus « favorable » cette année. Il n’en fut rien.

Une soirée cauchemardesque

Entre une équipe de Monaco qui marque ¾ de son total de buts de la phase de poule à l’extérieur et un Arsenal complètement à la rue, ou quelle que soit la définition que vous vous en faites, ce match est la définition même de la faute professionnelle. Mais tout d’abord, il est important de saluer la très belle prestation de Monaco après ce match où les hommes de Jardim ont fait déjouer ceux de Wenger.

Trêve de flatteries et passons aux choses qui fâchent. Premièrement, la défense. Mertesacker est impliqué sur les trois buts. Mention particulière sur le 2ème où l’allemand décide de partir à l’abordage sur Fabinho, laissant le champ totalement libre à Martial pour négocier un deux contre un fatal à Koscielny. Le français encore bien seul ce soir dans l’arrière-garde des Gunners. Il n’a en effet pas été très aidé par un Gibbs totalement dépassé par les événements et un Bellerin encore trop jeune pour pouvoir se reprendre dans un match comme celui-là.

Deuxièmement, le milieu. Un milieu à trois, ou plutôt deux en enlevant Özil. Coquelin a fait son match, se battant sur tous les ballons, mais dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit dans la récupération tant la prestation défensive de Cazorla a été inexistante. Face à un Kondogbia en feu et un Moutinho inspiré, le milieu de terrain des Gunners a pris l’eau très rapidement.

Troisièmement, l’attaque. Entre Olivier Giroud incapable de cadrer un seul tir du match, pourtant seul face aux buts une ou deux fois, un Sanchez plein de bonne volonté mais trop juste dans la finition et un Welbeck ne sachant pas quoi faire du ballon dans les 30 derniers mètres adverses. A partir de là, la probabilité qu’Arsenal marque était très faible, trop faible.

Pour revenir sur le match, Arsenal avait pourtant bien débuté le match en étouffant Monaco les dix premières minutes, sans parvenir à se créer une occasion franche. Ensuite, l’AS Monaco a installé un faux rythme dévastateur pour une équipe d’Arsenal incapable de réussir quelque chose. En point d’orgue la frappe lointaine de Kondogbia contrée par Mertesacker et qui prend Ospina à contre-pied. Bis repetita en début de 2ème période, une pression des Gunners sur le but de Monaco, un contre éclair des Monégasques à la récupération et but. Les Gunners sont punis. 2-0 pour Monaco à l’Emirates. On pouvait alors penser que les hommes de Wenger seraient piqués au vif dans leur orgueil, mais pas du tout. Un jeu offensif trop neutre et des errements défensifs trop évidents pour un niveau de Ligue des Champions. The Ox a cru redonner espoir aux londoniens à la 90ème sur une merveille de frappe enroulée mais l’espoir fut de courte durée. Un dernier contre assassin de Carrasco pour achever une soirée cauchemardesque. 1-3, score final.

Les Gunners auront donc une montagne à surmonter dans trois semaines à Louis II pour arracher une qualification miraculeuse. Dos au mur, Arsenal est capable de tout, espérons que les joueurs sauront se remettre en question pour oublier cette soirée et se surpasser pour tous les supporters d’Arsenal.

#Albin #COYG

Avant-match Liverpool – Arsenal, 17ème journée de BPL

Par défaut

Une revanche à prendre

5-1. Oui, 5-1. Voilà le score du dernier  Liverpool – Arsenal disputé à Anfield en championnat. 4 buts en 20 minutes et une équipe d’Arsenal qui confirmait son incapacité à gagner un match contre un gros de Premier League. Un cauchemar pour tous les supporters des Gunners …

Mais cette année, l’équipe de Liverpool est orpheline de son duo d’attaque aux 53 buts en championnat. Suarez parti au Barça et Sturridge toujours blessé, les Reds pointent seulement à une pénible 11ème place, 5 points derrière les Gunners. Ce match s’annonce donc pour les joueurs de Wenger comme un match important qui pourrait mettre l’équipe dans une très bonne dynamique avant d’entamer la période des fêtes si particulière et si magique en Angleterre. 5 matchs à jouer, 15 points à gagner. Voilà le challenge des Gunners durant cette période avec un calendrier compliqué. En effet, les Gunners recevront QPR avant de se déplacer au Saint Mary’s Stadium ainsi qu’à Upton Park pour y affronter deux outsiders de ce championnat.

Une victoire face aux Reds est donc impérative, d’autant plus que Man U vient de faire match nul à Villa. Ainsi, les Gunners reviendraient à 3 points du rival mancunien. Mais cette victoire est impérative pour le moral des joueurs qui auront à cœur de se racheter du Titanic vécu la saison dernière. Il faut donc que les Gunners continuent sur la lancée des deux derniers matchs pour ramener trois points cruciaux d’Anfield. Les circonstances actuelles jouent en faveur des Gunners avec des Reds en plein doute, un Brendan Rodgers sur la sellette, des attaquants incapables de marquer, une défense pointée du doigt et un milieu débordé de toutes parts. De l’autre côté, les Gunners arrivent avec, certes quelques doutes vu le début de saison, mais de réelles certitudes dans le jeu qu’ils sont capables de produire. Il faudra donc que l’équipe rentre fort dans le match pour désorienter totalement les Reds et les assommer comme eux avaient su le faire la saison dernière. Les matchs contre Dortmund ou plus récemment face aux Magpies doivent servir d’exemple dans le jeu, dans l’explosivité offensive mais surtout dans la solidité défensive, réel talon d’Achille des Gunners depuis la saison dernière. Mais il est impératif pour Wenger d’insister sur l’attitude des joueurs sur le terrain car si l’attitude est là pendant 90 minutes, le Reds ne pourront pas développer leur jeu.

Pour cela, Wenger devrait reproduire le schéma de jeu entrevu contre Galatasaray et Newcastle :

équipe 4-2-3-1

Avec du jeu, une attitude irréprochable et un réalisme froid, les Gunners ne feront qu’une bouchée des Reds. COYG !

#Albin

Avant-Match Arsenal – Manchester United, 12ème journée de BPL

Par défaut

 

Toujours un match spécial

Alors oui la rivalité entre les deux clubs a quelque peu diminué depuis le départ le départ de Sir Alex et le classement des Gunners ces dernières saisons, ce match n’en reste pas moins un gros choc incontournable de la Premier League.

Ce match est d’autant plus important qu’une victoire à l’Emirates ce samedi pourrait conditionner la suite de la saison des Gunners. En effet, une victoire pourrait servir de match référence pour une équipe en manque de confiance et de certitude dans tous les compartiments du jeu. Qui plus est, une victoire avec la manière face au grand rival Mancunien ne pourrait que ravir tous les supporters frustrés par les récents résultats plus que médiocre. Nous avons tous en tête la défaite lors du dernier match face à Swansea alors que les Gunners avaient pourtant ouvert par l’intermédiaire de l’inévitable Alexis Sanchez, auteur de son 8ème but en 10 matchs de Premier League, avant de se faire reprendre en cinq minutes par des Gallois réalistes. Mais c’est surtout le match face aux belges d’Anderlecht qui a tendance à rester le plus amer, même trois semaines plus tard. Mener 3-0 à la 60ème pour finalement concéder le match nul, seuls les Gunners peuvent le faire.

Il faut donc faire abstraction de toutes ces mauvaises ondes pour remporter une victoire cruciale qui permettrait aux Gunners de remonter à un point de City en cas de défaite de ces derniers. Mais  le plus important est de redevenir intraitables à la maison, les Gunners ne doivent plus lâcher un seul petit point à domicile pour espérer faire quelque chose cette saison. Et cette victoire signifierait aussi la première à domicile contre Man U depuis le 5 janvier 2011 (1-0, but d’Aaron Ramsey à la 56ème). Alors oui, la stat des Gunners à domicile est impressionnante, aucune défaite sur les 18 derniers matchs, mais le contenu laisse à penser que cette statistique pourrait bien prendre fin.

Les Gunners peuvent toutefois compter sur un Alexis Sanchez de feu, le chilien est tout bonnement incapable de s’arrêter de scorer, que ce soit en Ligue des Champions ou en championnat. Ajouter à cela, les grandes formes de Danny Welbeck et Jack Wilshere avec l’équipe d’Angleterre, lors des éliminatoires pour l’Euro 2016, arrivent au bon moment pour permettre aux Gunners de retrouver un jeu agréable à regarder et surtout efficace. Mais ce match sera aussi un moment particulier pour Danny Welbeck qui retrouve son club de formation pour la première fois depuis son arrivée à Arsenal. The Ox s’est lui aussi illustré lors de ces éliminatoires avec un but sur une délicieuse passe de Jack Wilshere.

C’est un ancien Gunner qui pourrait s’illustrer encore une fois. En effet, RVP a la fâcheuse tendance de marquer contre Arsenal depuis son départ, 3 buts sur les 4 matchs joués contre les Gunners. Et avec un Rooney lui aussi dans une très grande forme internationale, le duo Mancunien pourrait s’avérer très dangereux pour la défense d’Arsenal.

A noter le retour d’Olivier Giroud dans le groupe et qui selon Wenger serait « apte à jouer » au début du mois de janvier et la grosse blessure de Daley Blind, absent pour 6 mois, côté United.

#Albin

Compte-rendu Sunderland – Arsenal, 9ème journée de Premier League.

Par défaut

Sanchez 2, Sunderland 0.

C’est sûrement la seule que l’on retiendra de ce Sunderland – Arsenal très loin de ce qu’on pourrait appeler un match de foot. Entre des Black Cats toujours sous le choc du 8-0 infligé par Southampton la semaine dernière, et des Gunners qui continuent sur leur lancée de non-match absolument immonde à regarder. Mais au final les 3 points sont là et c’est le principal pour retrouver petit à petit la confiance dont l’équipe manque en ce début de saison. Ces 3 points, Arsenal les doit à un seul homme, Alexis Sanchez. Le chilien tient l’équipe à bout de bras et enchaîne les performances efficaces et décisives. Un doublé suite à deux erreurs grossières des Black Cats. La première après une passe en retrait complètement ratée de Brown pour son gardien, le chilien jailli pour intercepter et conclure d’un petit piqué facilité par le positionnement désastreux de Mannone. Ce même Mannone est à l’origine du second but du chilien dans les dernières minutes du match suite à un dégagement, ou une passe, on ne peut pas vraiment savoir ce que l’ancien troisième gardien d’Arsenal essaie de faire. Encore une fois, Sanchez est placé au bon endroit au bon moment pour sceller le sort du match.

Retrouver la confiance.

Arsenal enchaîne enfin deux victoires consécutives en ce début de saison compliqué sur lesquelles il faudra s’appuyer pour continuer à gagner, même si la manière n’est pas là. Il faut en effet que l’équipe retrouve la confiance pour produire à nouveau le beau jeu dont elle est capable et la confiance se gagne avec les victoires. L’équipe n’a pas non plus pris de but même s’il faut relativiser vu la performance offensive proche du néant de Sunderland. Mais la présence de Monréal en défense central est très bonne et après Anderlecht où l’espagnol s’était montré à son aise à ce poste, il réalise encore un très bon match aujourd’hui. Le retour d’Arteta a lui aussi permis de recadrer la liaison entre la défense et le milieu de terrain en régulant le tempo de jeu d’Arsenal du mieux qu’il a pu. Le problème d’Arsenal en ce moment se situe plus au niveau de l’animation offensive qui reste encore une fois très stérile. Welbeck était clairement en dessous physiquement, Sanchez trop seul à tenter, Oxlade beaucoup trop maladroit et Cazorla accuse le coup depuis quelques matchs après un début de saison très bon. La victoire finale est la seule chose à retenir de ce déplacement au Stadium of Light.

Les notes du match :

Szczesny (5) : Le gardien Polonais de l’équipe n’a rien eu à faire ou presque. Un arrêt sur une tête molle, une sortie moyenne de la tête… Pas de quoi le juger aujourd’hui.

Gibbs (5) : Peu d’apport offensif, pas grand chose à faire derrière, Gibbs a fait un match plutôt discret aujourd’hui.

Mertesacker (6) : Solide dans les duels (aériens notamment), Merte a rassuré ses coéquipiers derrière, chose qu’on lui demande. Un bon match, mais il n’avait pas de grands dangers en face.

Monreal (7) : Sûrement l’un des meilleurs aujourd’hui, Nacho monte en puissance dans l’axe de la défense. Propre, serein, il est une bonne alternative pour compenser les absences à ce poste.

Chambers (5) : Les commentaires pour Gibbs sont valables pour lui aussi. Même si il a eu plus de boulot défensif, et qu’il l’a bien fait.

Arteta (5) : De retour aujourd’hui, il a tenté de réguler le tempo. Chose assez bien faite mais il manque de rythme et de tranchant dans ses interventions.

Flamini (5) : Moyen techniquement, il a su compenser par son expérience et son agressivité aujourd’hui pour apporter à l’équipe. On sent malgré tout que contre un adversaire plus important il devrait être limite.

Oxlade (5,5) : AOC a tenté sur son côté. Peu soutenu par Chambers, il a essayé de faire la différence balle au pied mais n’a pu que trop rarement être efficace et apporter le danger.

Cazorla (5) ; Une nouvelle fois décevant sur son côté gauche quand on sait de quoi il est capable. Un peu tendre physiquement, il a tenté quelques frappes mais pas assez inquiétantes voire nonchalantes.

Sanchez (7) : Auteur d’un doublé aujourd’hui grâce à 2 cadeaux des joueurs adverses, Sanchez a une nouvelle fois porté l’équipe sur son dos. Souvent en position de meneur de jeu, il a su convertir les 2 occasions qu’il a eu aujourd’hui.

Welbeck (5) : On le sentait fatigué aujourd’hui, notamment dans ses courses qui n’auront pas été aussi tranchantes que d’habitude. Il aurait tout de même pu se voir créditer de 2 passes décisives si Cazorla avait été efficace.

#Albin #Dim

Avant-match Anderlecht – Arsenal, 3ème journée de Ligue des Champions.

Par défaut

Rebondir après le championnat.

En mal de points en championnat, les Gunners devront rebondir ce soir contre les Belges d’Anderlecht dans un match piège. En effet, les belges vont vouloir réagir après la déroute du dernier match perdu 3-0 contre les allemands du Borussia Dortmund. Attention donc pour Arsenal à cette équipe habituée de la Ligue des Champions qui se présentera ce soir sans aucune peur de perdre. Avec un seul point sur les deux premiers matchs, les belges vont être obligés de prendre des points s’ils veulent passer la phase de poule. En cas de victoire ce soir, les belges doublerait Arsenal à la 2ème place. Les Gunners devront donc s’attendre à une confrontation difficile.

D’autant plus que l’équipe belge affiche la moyenne d’âge la plus basse de la Ligue des Champions ce qui présente un avantage pour Arsenal mais aussi un inconvénient. L’avantage sera celui de l’expérience, indubitablement en faveur des Gunners, présents depuis 17 campagnes européennes de suite. Ce manque d’expérience des Belges pourra leur être défavorable en cas de match serré car les Gunners sauront être présents dans les moments chauds où l’expérience prime. Mais cette moyenne d’âge basse sera aussi le point fort de cette équipe d’Anderlecht avec une envie de jouer et une fougue qui peuvent mettre en danger la défense fébrile des Gunners.

 

Comment gagner ?

Ce qui aurait du être une formalité au début de la saison est aujourd’hui devenu beaucoup plus que cela. L’équipe n’est pas dans sa plus grande forme, les blessures se répètent encore et encore, l’effectif semble affaibli et surtout le jeu n’a jamais été aussi compliqué à mettre en place. Dans ce contexte tendu, les joueurs devront faire face à une équipe d’Anderlecht joueuse qu’il faudra savoir gérer si Arsenal ne veut pas sombrer dans le doute et la crise. Mais les londoniens sont capables de match pleins, comme lors du dernier match de Ligue des Champions gagné 4-1 face aux turcs de Galatasaray. Les londoniens sont capables et doivent remporter ce match pour ne pas être distancé si Dortmund gagne dans le même temps en Turquie.

La clé du match se trouve dans le jeu d’Arsenal. Si les Gunners jouent leur jeu, Anderlecht ne pourra que constater l’ampleur des dégâts. Mais si jamais la performance médiocre de samedi se répète, les belges ne se feront pas prier pour gagner ce match. Il faudra cependant combler les blessures qui s’accumulent, Jack Wilshere s’ajoute à la liste depuis samedi. Il va donc falloir que Wenger fasse des choix tactiques et sportifs pour nous donner la meilleure composition d’équipe possible.

Ce match face à Anderlecht est déjà capital dans la saison de Ligue des Champions car en cas de défaite, les belges passeraient devant au classement et Arsenal pourrait se retrouver dernier du groupe si jamais Galatasaray venait à gagner. Dans ce cas, la suite de la compétition pourrait devenir compliquée pour une équipe en mal de confiance et qui se cherche car n’oublions pas que depuis 2 ans de suite, Arsenal finit 2ème de son groupe et se retrouve à jouer le Bayern en huitièmes. L’histoire pourrait se répéter cette année si jamais l’équipe continue à faire des non-matchs et personne n’ose imaginer quelle équipe nous affronterons en cas de 2ème place cette année.

Compo probable pour ce soir :

Gardien : Martinez.

Défenseurs : Gibbs, Monréal, Mertesacker, Chambers.

Milieux : Arteta, Ramsey, Cazorla

Ailiers : Sanchez, Ox.

Attaquant : Welbeck.

En 4-2-3-1 avec Cazorla en 10 et Arteta/Ramsey en récupérateurs, Sanchez à gauche et Ox à droite.

Les Gunners devront faire face à une équipe jeune mais inexpérimentée d’Anderlecht pour ce 3ème match de poule de Ligue des Champions et auront à cœur de fêter les 65 ans du boss par une victoire probante.

#Albin