Maître Petr Cech encore décisif

Par défaut

Stoke - Arsenal, 22ème journée de PL

Compte-rendu Stoke City – Arsenal, 22ème journée de Premier League

Au lendemain d’une rencontre complètement folle à Anfield où les Gunners ont laissé échapper les 3 points sur une égalisation tardive des Reds, Arsenal se déplaçait aujourd’hui sur une pelouse encore plus difficile que Liverpool : Stoke City.

Maître Petr Cech encore décisif

Dans un match que l’on savait d’avance très compliqué de remporter au Britannia Stadium de Stoke, le gardien tchèque d’Arsenal a sorti un match monstrueux permettant à Arsenal d’accrocher le point du match nul (0-0). Signant au passage son 27ème clean sheet sur ses 47 derniers matchs de Premier League, Cech a une nouvelle fois montré son immense talent et sa capacité à garder un résultat lorsque son équipe est au plus mal.

Impeccable sur ses nombreuses sorties aériennes, il s’est surtout distingué par des parades exceptionnelles à plusieurs reprises. Le point du match nul lui revient en grande partie et permet à Arsenal de ne pas sombrer dans une spirale négative.

Côté offensif, les Gunners ont balbutié, se sont précipités, incapables d’aligner plusieurs passes de suite dans les 30 derniers mètres de Stoke. Un manque de technique qui s’explique en particulier par l’absence de Mesut Özil au cœur du jeu, remplacé par Oxlade. Ce dernier n’a pas démérité aujourd’hui mais n’a clairement pas été à son aise dans cette position de meneur de jeu. Peu inspiré dans l’orientation du ballon, l’anglais a trop souvent ralenti le jeu des Gunners en revenant en arrière.

Le match nul tient aussi aux deux arrêts importants du gardien de Stoke, Butland, pour empêcher Olivier Giroud de marquer son 13ème but de la saison. En effet, sur une passe dans l’intervalle absolument magnifique de Campbell, le français tente d’ouvrir son pied pour trouver le petit filet opposé mais sa tentative est repoussée par la sortie rageuse du second de Joe Hart en équipe d’Angleterre. En seconde période, c’est sûr une tête du même Olivier Giroud que le gardien de Stoke s’est illustré de la meilleure des manières en maintenant les siens à flots.

C’est donc un 2ème nul consécutif à l’extérieur pour les Gunners qui restent leader de la Premier League grâce à une meilleure différence de buts sur Leicester. Cependant, Arsenal laisse Manchester City revenir à un seul petit point au terme de cette 22ème journée de Premier League. Le suspens est plus que jamais entier dans cette saison 2015-2016.

#Albin

 

Les notes du match :

Cech (9) : l’homme du match aujourd’hui. On lui doit le point du nul. Une performance exceptionnelle de l’un des meilleurs gardiens du monde.

Bellerin (7) : un match solide de Bellerin qui a tout de même tenté de se projeter vers l’avant dans un match difficile.

Mertesacker (6) : un match propre dans le placement et le duel. Tout à l’expérience aujourd’hui.

Koscielny (6,5) : il a été dur sur l’homme et propre en défense . Quelques relances risquées qui auraient pu coûter cher.

Monreal (6,5) il a été propre mais n’a pas pu apporter comme d’habitude. Des duels rugueux avec Walters sur son côté.

Flamini (7) : un gros match de flamini qui a fait le travail de l’ombre et fait beaucoup de bien au milieu de terrain dans la récupération.

Ramsey (6) : beaucoup d’activité mais encore trop brouillon pour pouvoir être décisif dans la dernière zone.

Oxlade (4) : ce n’est pas son poste, il ne joue pas souvent, les conditions n’étaient pas favorables pour un joueur comme lui…. D’accord, mais ca n’empêche de mettre un peu plus de volonté et de cœur à l’ouvrage.

Walcott (3,5): inutile sur son aile, hormis sur 2/3 accélérations, il serait temps de retrouver un vrai ailier gauche (Sanchez) ….

Campbell (7) : l’un des meilleurs ce soir. Beaucoup de combat, d’activité et d’envie encore. Des bonnes passés et initiatives prises qui ont failli payer. C’est bien.

Giroud (6,5) : bon match d’olive, plein de duels et qui a subi beaucoup de fautes. Un match difficile pour un attaquant.

#Dim

Arsène Wenger: « Nous n’avons rien su créer ce soir »

Par défaut

15/16: Wednesday v Arsenal  - Arsene Wenger

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après la déroute 3-0 sur le terrain de Sheffield Wednesday.

Sur les blessures:

Les deux blessures subies ce soir (Chamberlain et Walcott ndlr) sont deux blessures musculaires et je ne connais pas encore l’étendue des dégâts. Il va falloir patienter 48h afin de passer les divers examens et connaitre réellement la gravité des blessures. C’était une sale soirée pour nous, nous perdons deux joueurs et nous n’avons pas été assez bons sur le terrain mais à côté de ça, il faut féliciter Sheffield Wednesday. Ils ont fait une grosse prestation, avec beaucoup de volonté et de dynamisme. Ils méritent leur victoire ce soir.

Sur son choix de titulaires:

Je dois gérer la quantité de matchs de chacun des joueurs et je pense toujours que j’ai aligné trop de joueurs d’expérience. Nous perdons deux joueurs. J’avais Gabriel et Monreal a disposition sur le banc mais je pouvais pas courir le risque de perdre davantage de joueurs.

Sur les raisons de cette défaite:

Nous avons beaucoup eu la balle mais nous n’avons tout simplement pas réussi à en faire grand chose car nous n’avons rien su créer. Nous étions un peu justes au milieu, surtout ce soir, et il s’agissait surtout de ne pas concéder de buts sur coups-francs ou sur contre-attaques et malheureusement, c’est arrivé car nous avons perdu trop de ballons à des moments ou il ne fallait pas le perdre.

S’il est inquiet concernant les blessures:

Oui je le suis car notre prochain match est un match important ce samedi, ensuite il y a le retour contre le Bayern. Niveau effectif, nous sommes justes désormais.Nous perdons 2 joueurs offensifs ce soir. C’est très contraignant.

Si les joueurs étaient trop concentrés sur la Ligue des Champions:

Dans l’idéal, j’aurais adoré gagner ce soir. Je ne veux pas m’en servir d’excuse mais nous pouvons désormais nous concentrer sur d’autres compétitions et je dois bien l’avouer, beaucoup de joueurs étrangers jouent en Premier League et donc il y a beaucoup de bons joueurs en Championship. Jouer avec des jeunes devient donc difficile. Le niveau du Championship a beaucoup évolué et si vous n’avez pas assez d’expérience pour gérer ce genre de match, il est quasi impossible de les gagner.

Sur les blessures:

Walcott est blessé au mollet et Oxlade-Chamberlain à la cuisse.

#Max (via arsenal.com)

Arsenal prend l’eau, et se noie

Par défaut

sheffield - arsenal, 4ème tour de capital one cup

Compte-rendu Sheffield Wednesday – Arsenal, 4ème tour (et dernier) de Capital One Cup

Arsenal prend l’eau, et se noie

Ce qui devait arriver, arriva. En déplacement pour ce 4ème tour de Capital One Cup à Sheffield, pensionnaire de Championship, les Gunners ont totalement déjoué pour nous offrir un spectacle à l’opposé des derniers matchs.

Une défaite très logique sur le lourd score de 3-0 après un match magnifique de la part des Owls. La tactique du turnover a finalement basculé du côté de la déroute pour les Gunners. Aucun automatisme, aucune liaison correcte, aucune hargne à la récupération et surtout, aucune créativité devant… Voici le résumé peu flatteur de la performance de l’équipe ce soir.

Cette Capital One Cup n’était clairement pas la priorité de Wenger, qui ne l’a jamais gagné d’ailleurs, mais les nombreux changements opérés n’ont pas porté leurs fruits. Les seuls cadres titularisés au début de ce match, à savoir Mertesacker, Cech, Giroud et Oxlade n’ont pas su insuffler l’élan de confiance à l’ensemble des jeunes et des remplaçants habituels. Et le résultat est sans appel, une seule grosse occasion dans le temps réglementaire, et par l’intermédiaire de Mertesacker.

L’autre mauvais nouvelle de la soirée, c’est la blessure d’Oxlade dès les premières minutes de jeu. Remplacé par Walcott aussitôt, l’anglais se blessera lui aussi quelques minutes plus tard. Enorme coup dur pour les Gunners qui perdent deux titulaires précieux après Aaron Ramsey mardi dernier contre le Bayern.

Les blessures musculaires gangrènent le football moderne. Les enchaînements de matchs sont beaucoup trop durs à encaisser pour les joueurs. Aujourd’hui, un joueur titulaire en club et en sélection fera environ 60 matchs dans l’année. Comment ne pas se blesser dans des matchs d’une telle intensité, d’un tel niveau ?  Cela est presque impossible. Et la question de supprimer des compétitions est remise en cause, avant tout pour la sécurité des joueurs. Résultat, Walcott, Ramsey, Oxlade, Ospina sont blessés. Avant d’affronter le Bayern lors du match retour, les mauvaises nouvelles s’enchaînent.

Après cette lourde défaite, Arsenal est éliminé de la Capital One Cup et va pouvoir se concentrer sur son déplacement à Swansea samedi.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (5) : Tranquillement, la petite sortie du mardi soir. Il était clairement venu faire du tourisme et n’a pas voulu se salir.

Debuchy (3) : Debuchy mérite clairement d’être titulaire, c’est vrai… Soit à Laval soit Orléans. En tout cas avec des matchs comme ça Bellerin est pénard.

Chambers (4) : Si on réussi à faire une plus value sur lui… C’est un miracle

Mertesacker (4) : Sûrement le meilleur joueur de BPL actuellement, exceptionnel dans le domaine aérien, mais ce soir ça devait être son cousin de PHB de Loir-et-Cher sur le terrain…

Gibbs (5) : Il a couru.

Flamini (3) : On l’a pas vu. Deux boites en carton en guise de pied.

Kamara (5) : Il s’est démené mais était tout seul face à 3 bûcherons.

Bennacer (6) : Un bonne patte gauche, prometteur pour 17 ans. Un des plus actif ce soir.

Iwobi (5) : Il doit progressé techniquement. Mais on sent du potentiel.

Campbell (5) : Il pouvait prouver, il a essayé mais on attend plus. Il devrait avoir plus de temps de jeu avec les blessures à son poste.

Giroud (3) : Introuvable.

#Dim

Wenger sur la défaite, Ospina et Koscielny

Par défaut

Arsène Wenger est revenu sur la défaite d’Arsenal 3-2 face à l’Olympiakos en Ligue des Champions dans la soirée de mardi.

Etait-ce sa pire nuit en Europe ?

Essayez d’être sur la touche lors d’une finale européenne et je vous reposerai la question.

gun__1443054711_24915-AW-711

Etait-ce ainsi qu’il pensait que le match allait se dérouler ?

Certains aspects de notre jeu étaient plutôt bons, mais je pense que nous avons manqué de concentration en défense, et l’Olympiakos qui a bien défendu. Je pense que nous avons été un peu malchanceux car ils ont marqué trois buts en cadrant quatre tirs, ce qui arrive une fois sur 100 matchs de Ligue des Champions. Le tournant du match a été à 2-2. Nous leur avons donné un but et ce fut le tournant du match. Nous nous sommes beaucoup investi et nous avons eu 65% de possession. Nous nous sentons coupables car nous leur avons offert des buts.

Sur la décision d’Ospina…

C’est simple. David Ospina a joué 19 matchs la saison passée et a gardé sa cage inviolée à 14 reprises, et il a fait une superbe prestation la semaine passée. Aucun gardien n’est à l’abri d’une erreur, et cela aurait pu arriver à Petr Cech également.

Sur l’état de forme de Cech…

Son état était un peu inquiétant avant le match face à Leicester et je ne voulais pas prendre le moindre risque en le faisant jouer aujourd’hui. Mais ce n’est pas à cause de cela que nous avons perdu.

Les fans seront-ils frustrés de ne pas avoir vu jouer Cech ?

Je choisis qui joue et qui ne joue pas et j’en suis entièrement responsable. J’agis en fonction de critères que je connais et que vous ignorez. On ne peut pas choisir son équipe titulaire en faisant un sondage et en prenant les opinions de chacun.

Sur la position d’Arsenal dans le groupe…

Cette défaite nous place en mauvaise position, mais rien n’est perdu. Nous devons être convaincu de pouvoir gagner face à Zagreb et l’Olympiakos, et nous devrons aller chercher des points lors de notre déplacement à Munich.

Sur Koscielny…

Il s’est blessé aux ischio-jambiers. C’est pourquoi je fais beaucoup tourner mon effectif. Les autres équipes le font aussi. En regardant les bancs des autres équipes en Europe vous verrez qu’elles font également tourner leur effectif. On ne peut pas jouer tous les trois jours sans faire souffler ses joueurs. C’est un fait et il faut l’accepter.

Sur la réaction dans le vestiaire…

Nous avions joué quatre matchs à l’extérieur avant ce soir. Nous avons joué le Dinamo Zagreb, Chelsea, Tottenham puis Leicester. Ce soir était notre premier match à domicile. Nous sommes déçus, cela vous surprend-t-il ? La déception est suffisante.

Qu’est-ce qui n’est pas allé ce soir ?

Nous avons joué avec Santi Cazorla, Mesut Özil et Francis Coquelin au milieu. Ils ont joué ensemble pendant six mois. Sur la droite j’ai titularisé Alex Oxlade-Chamberlain, sur la gauche Alexis et Theo Walcott en pointe. C’est une équipe qui est habituée à jouer. Nous avons été vulnérables car nous avons voulu jouer haut et nous sommes allés de l’avant.

Flamini, ce héros ! (Non non, vous ne rêvez pas)

Par défaut

12032873_10207128589000407_5336869067393254995_o

Compte-rendu Tottenham – Arsenal, 3ème Tour de Capital One Cup

Pour ce premier North London Derby de la saison, Arsenal se déplaçait à White Hart Lane seulement trois jours après le simulacre de derby contre les Blues de Chelsea.

C’est donc au cœur d’une actualité tumultueuse avec la suspension de trois matchs pour Diego Costa, la relaxe pour Gabriel et l’indisponibilité de Coquelin, que les Gunners devaient gérer une rencontre dans l’antre de l’ennemi juré : Tottenham.

Comme chaque année, la Capital One Cup est prétexte à une rotation de l’effectif. C’est donc sans surprise que Gibbs, Debuchy, Ospina, Arteta, Flamini, Chambers ou encore Campbell ont débuté ce match. Défensivement, Gibbs et Flamini ont assuré le travail tandis que Debuchy, Arteta et Chambers ont eu un peu plus de mal. C’est d’ailleurs Debuchy qui porte le plus de responsabilités dans ce match. Le français ne comprend pas sa situation de concurrence avec Bellerin mais en le voyant jouer de la sorte, le choix de Wenger est plus que compréhensible. L’international tricolore est, depuis quelques matchs, à côté de la plaque. Mal placé défensivement, en retard sur ses interventions, à contretemps dans ses montées offensives, la confiance l’a clairement délaissée cet été avec les titularisations successives de son coéquipier espagnol. C’est d’ailleurs sur une erreur de sa part que les Spurs ont réussi à égaliser. En effet, sur un centre venant de la droite, Debuchy se situe quelques mètres devant Chambers dans l’axe et ne peut donc pas intervenir. Il se fait ensuite déborder par Chadli dont le centre fort est dévié par le même Chambers dans ses propres filets avant qu’Ospina n’ait pu s’emparer du ballon.

Du côté des habituels titulaires, Ramsey, Oxlade, Giroud et Mertesacker étaient présents. Le travail défensif de ce dernier a été impeccable ce soir. Son expérience est encore plus visible lorsqu’il est associé à un jeune comme Chambers. Malgré son CSC, le jeune anglais a livré une partition plutôt solide et encourageante. Je n’aurai malheureusement pas l’occasion de parler d’Olivier Giroud, invisible sur le front de l’attaque. En revanche, le repositionnement de Ramsey au milieu de terrain a semblé le ravir. Si quelques personnes avaient encore des doutes sur sa véritable nature, sa prestation d’aujourd’hui vous prouve qu’il n’est pas un ailier.  Alors certes son jeu manque de rapidité et de clairvoyance à certains moments mais bon sang, que dire de son activité dans l’entrejeu. Dans cette position, ses rôles d’harceleur en phases défensives et de box-to-box en phases offensives sont impressionnants. Mais le joueur le plus frustrant reste Alex Oxlade-Chamberlain … Quelle rapidité balle aux pieds, quelle vitesse d’exécution, quelle technique dans ses dribbles mais quelle inconstance ! L’anglais pourrait être le meilleur ailier de Premier League, bien au-dessus d’Hazard ou Sanchez, s’il était capable d’enchaîner deux matchs corrects à la suite, voir même deux bonnes actions à la suite dans un même match. Le meilleur exemple est cet enchaînement magnifique en première mi-temps où il allie vitesse, technique, dribbles, éliminations de 3 défenseurs pour ensuite manquer une transversale assez simple. Tout un symbole. Ses problèmes de finition et de gestion de la dernière passe le pénalisent aux yeux de Wenger qui ne le titularise que rarement. Il est grand temps de remédier à cela chez lui s’il veut prétendre à une place indiscutable dans le onze de départ.

Ce compte-rendu ne s’achèvera pas sans parler du héros de ce North London Derby : Mathieu Flamini. Jamais titularisé, jamais appelé à rentrer en cours de match, le français est exemplaire dans son attitude depuis qu’il est revenu à Arsenal. Pour son premier match de la saison, il nous offre un doublé, rien que ça. Non content de se trouver en position de renard des surfaces sur le premier but où il reprend une frappe d’Oxlade mal repoussée par Vorm, le français nous gratifie d’une volée parfaite plein axe à l’entrée de la surface de réparation. Quel but ! Technique parfaite, mouvement maîtrisé, spontanéité à 100%, passion à 300%, une volée sublime qui vient offrir la victoire aux Gunners à la 77ème minute.

Une prestation de nos Gunners dans l’ensemble assez convaincante récompensée par une précieuse victoire sur l’ennemi juré. Espérons que ce match redonne de la confiance à un groupe dans le doute. Une chose est sûre, Mathieu Flamini a montré la voie ce soir et beaucoup de joueurs devraient s’en inspirer pour porter avec fierté les couleurs du Arsenal Football Club.

#Albin #LondonIsRed

La stupidité l’emporte

Par défaut

Compte-rendu Chelsea – Arsenal, 6ème journée de Premier League

Pour la première fois, et exceptionnellement, je m’exprimerai à la première personne du singulier pour débriefer un choc de Premier League qui a tourné à la blague totale.

En tant que fan de football avant d’être un fan d’Arsenal, ce match est scandaleux pour la Premier League et le monde du football.

L’origine de ce scandale n’est autre que l’insupportable Diego Costa. L’international espagnol a encore une fois endossé son costume de provocateur et de bagarreur pour tenter de déstabiliser les Gunners. A chaque match de Chelsea que je regarde, Diego Costa insulte, Diego Costa simule, Diego Costa laisse traîner les coudes. Ce joueur est une vraie plaie pour le football. Chaque match, l’espagnol se retrouve mêlé à un contact suspect et à chaque fois, il s’en tire sans un carton rouge. Une fois n’est pas coutume, son cinéma à l’encontre de Koscielny a fonctionné. Certes Gabriel « n’aurait pas dû y répondre du tout », ajoute Wenger en interview d’après-match, mais l’attitude de Diego Costa est difficilement supportable. Selon le manager français, les Gunners « savaient avant le match qu’il n’était là que pour ça ». Cela n’aura pas suffit à éviter que Gabriel soit expulsé suite à un écart de conduite minimal par rapport à Costa.

Mais ce qui me scandalise le plus dans cette situation, c’est l’attitude de Mike Dean. A aucun moment il n’a pensé que Diego Costa pouvait être à l’origine de cette échauffourée. A aucun moment. Pourtant, et c’est assez étonnant, l’espagnol sévit sur les terrains de Premier League depuis maintenant deux ans. A l’heure de la vidéo, les arbitres savent et connaissent le comportement de Diego Costa. Apparemment, Mike Dean n’était pas au courant. Après deux gifles, une griffure dans le cou, et un coup de tête à l’encontre de Koscielny, Mike a préféré expulser Gabriel pour sa réaction. Il faut me dire où est la logique dans tout ça.

L’attitude de Diego Costa est une honte pour le football mondial et pour le Chelsea Football Club. Je suis sûr et certain, enfin j’espère, que beaucoup de fans de Chelsea désapprouvent ce comportement mais il faut m’expliquer comment un stade entier peut aduler un tel joueur. En interview d’après-match, Mourinho a expliqué que « Diego Costa avait réalisé une performance fantastique » et avait joué « le match de la manière dont le match devait être joué ». Comment peut-on être entraîneur de football et encourager un comportement pareil. Un choc de Premier League tel qu’un Chelsea – Arsenal est regardé par très grand nombre de personnes à travers le monde. Imaginez un peu l’influence d’une telle situation et de la réaction de l’arbitre sur de jeunes footballeurs. Je suis outré.

Le football est un jeu tellement beau et fair-play lorsqu’il est respecté. Pourquoi faut-il que certaines personnes viennent le massacrer… Non content d’avoir exclu Gabriel, Diego Costa a continué son show par une simulation et un combo coup d’épaule – coup de pied sur Oxlade alors que le ballon était parti depuis longtemps.

Pour cela, je tiens à féliciter les joueurs d’Arsenal pour leur attitude tout au long du match. Céder place à la colère et à la frustration après l’injustice de voir Gabriel quitter la pelouse et non Diego Costa, cela aurait pu arriver. Au lieu de ça, les Gunners ont continué de jouer, ont essayé en tout cas. N’étant pas dans une forme ahurissante en ce début de saison, Arsenal n’a pas montré grand-chose dans ce match. Si Chelsea avait gagné de manière fair-play, personne ne parlerait des décisions arbitrales. Malheureusement certains joueurs ne sont sur les terrains de football que pour provoquer ce genre de scandale.

Arsenal a finalement terminé la rencontre à 9 contre 11 après l’expulsion de Santi Cazorla à un moment critique du match. En effet, en infériorité numérique et menés 1-0, les Gunners avaient commencé à prendre le contrôle de la fin du match. Mais sur un tacle en retard de Santi, Mike Dean l’expulse pour un deuxième jaune. Ce carton rouge est justifié, il n’y a rien à dire sur les deux fautes. Mais dans le contexte du match, le deuxième jaune était-il mérité ? Selon Wenger, « ce deuxième carton rouge a tué » les espoirs de match nul. Là encore, les arbitres connaissent maintenant Cazorla depuis quelques années en Premier League, ils savent donc que le lutin espagnol est un des joueurs les plus fair-play du championnat. Son expulsion était donc plus compréhensible que celle de Diego Costa pour Mike Dean. Intéressant cheminement de pensée. De plus, ce carton rouge est le premier de la carrière de Santi Cazorla. Le PREMIER. De l’autre côté, le dernier carton rouge de Diego Costa en championnat remonte à 2010 lorsqu’il évoluait à Vallodolid en Espagne, et son plus récent à 2012 en Europa League avec l’Atletico Madrid. Il faut donc croire que Diego Costa est un saint.

Le sentiment d’injustice est tel que je me devais d’écrire sur l’attitude insupportable de ce joueur, de l’encouragement de son entraîneur et sur l’incompétence chronique de Mike Dean. J’ai écrit ce compte-rendu comme un fan de football avant tout, mais ce scandale ne pouvait pas rester muet cette fois. Je suis désolé si je n’ai pas parlé du match en lui-même mais je n’avais pas le cœur à ça.

#Albin #COYG

Les Notes du match :

Cech (7) : Un bon match avec beaucoup d’arrêts. Il ne peut malheureusement rien sur les deux buts qu’il prend.

Bellerin (4) : Il a joué avec beaucoup trop de retenu (de peur?) aujourd’hui, et s’est fait passé trop de fois car trop peu tranchant. Debuchy serait sans doute meilleur dans des matchs de cette intensité.

Gabriel (non-noté) : Un bon match jusqu’à son rouge pris bêtement. Difficile de lui attribuer une quelconque note.

Koscielny (7,5) : Un match énorme de Koko aujourd’hui, qui aurait du faire expulser Costa. Il a tenu tout le match en remportant beaucoup de duels. Seul.

Monreal (5): En souffrance comme toute l’équipe après le rouge, il a fait ce qu’il a pu.

Coquelin (6,5) : Un bon match plein d’engagement. Il a du céder sa place à la pause, sans doute légèrement touché.

Cazorla (4) : Un bon match où il avait beaucoup de travail, jusqu’à son expulsion en fin de match.

Ramsey (5) : Encore sur son aile droite, il a tenté d’apporter mais n’a que rarement pesé sur la rencontre.

Alexis (5): Une grosse activité mais encore trop individualiste et pas en réussite aujourd’hui. 33 tirs, 0 but depuis le début de saison.

Ozil (5) : Peu à son avantage aujourd’hui, il a tout de même réalisé de beaux mouvements.

Walcott (6,5): Le seul à se montrer dangereux aujourd’hui. Une grosse activité mais peu d’occases à se mettre sous la dent

#Dim

Arsenal débute par une défaite

Par défaut

Compte-rendu Dinamo Zagreb – Arsenal, 1ère journée de Ligue des Champions.

Auteurs d’une prestation à la limite du professionnalisme, les Gunners ont été vaincus par une très bonne équipe du Dinamo qui a su exploiter à merveille toutes les faiblesses affichées par Arsenal.

Les croates ont joué avec leurs tripes, se sont battus sur tous les ballons et avaient une envie incommensurable de gagner. Arsenal n’a jamais eu la moindre de ces qualités durant le match. Comment peut-on prétendre être un grand européen avec ce genre de prestation ? La réponse est simple : On ne peut pas. L’impression de revoir le même match que l’année dernière contre Monaco est telle que cette contre-performance pointe un énorme problème existant depuis plusieurs années maintenant. Arsenal est une équipe qui n’apprend pas de ses erreurs. C’est en apprenant de ses erreurs que l’on grandit. Voici la raison pour laquelle Arsenal n’arrive plus à grandir sur la scène européenne.

Concernant le match, Wenger avait effectué trois changements dans son onze de départ (en dehors de ceux effectués pour cause de blessures) : Arteta, Gibbs et Ospina à la place de Coquelin, Monréal et Cech. Le gardien colombien a réalisé un match plein et ne pouvait rien faire sur les deux buts. En revanche, force est de constater que la dépendance au milieu français est évidente. La performance de Gibbs contraste elle aussi grandement aux habituelles solides prestations de l’espagnol.

Comme un symbole

Les Gunners avaient pourtant bien commencé le match avec de belles occasions, notamment Giroud par deux fois. Mais le gardien du Dinamo et le poteau ont fait obstacle à l’ouverture du score d’Arsenal. Une fois ces deux actions passées, le néant est total. Un vide offensif d’autant plus incompréhensible que les Gunners restaient sur une performance de haut vol samedi dernier contre Stoke.

Ce relâchement a permis aux Croates de marquer un but chanceux sur lequel Oxlade voit le ballon lui rebondir sur la cuisse et finir sa course au fond des filets. Mais le symbole fort de ce match catastrophique reste le deuxième but du Dinamo. Au premier poteau, et les images parlent d’elles-mêmes, Gibbs et Arteta se rentrent dedans et se regardent. Sans ce manque de concentration indigne d’un match de Ligue des Champions, le ballon n’aurait jamais terminé sa course sur la tête de Fernandez.

A noter le carton rouge assez stupide de Giroud qui a payé son attitude envers l’arbitre et la bonne rentrée de l’autre côté de Théo Walcott, auteur d’un but qui aurait pu nous redonner espoir. Remarquez la ressemblance avec le premier but inscrit contre Stoke. Récupération de Coquelin dans la moitié de terrain d’Arsenal, Sanchez/Özil en deux touches pour Walcott dans la profondeur et l’anglais fait parler son sang-froid. Malheureusement ce réveil tardif n’a pas suffit à arracher un nul non mérité.

Arsenal débute de la pire des manières sa campagne européenne et avant d’affronter Chelsea ce samedi, le moral de l’équipe risque d’être au plus bas cette semaine. Mais rassurez-vous, ce n’était qu’un seul match. Les Gunners se qualifieront pour les huitièmes de la Ligue des Champions en enchaînant les bonnes performances à domicile comme à l’extérieur. Cette rencontre DOIT servir de leçon pour la suite de la saison.

#Albin #COYG