Welbeck : « Je vais me donner à cent pour cent à chaque match. »

Par défaut
Permalien de l'image intégrée

Deuxième partie de l’interview de Danny Welbeck.

Qu’est-ce que vous savez du club ? Que vous ont dit vos coéquipiers que vous avez connus en sélection ?

Je sais beaucoup de choses sur Arsenal. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de gens en Angleterre qui ne connaissent pas Arsenal et quel grand club c’est. Le stade est fantastique, l’équipe a un manager légendaire et de magnifiques joueurs.

Je connais presque tous les anglais du club. J’ai rencontré Calum Chambers pour la première fois ce lundi. Tout ce qu’ils m’ont dit sur le club est positif, le côté familial du club sur et en dehors du terrain. C’est quelque chose de vraiment séduisant. Je suis si heureux d’être ici.

Avec l’Angleterre, vous vous entraînez à Colney, vous connaissez donc les équipements du club…

Oui, je me suis déjà entraîné sur quelques-uns des terrains, ce n’est pas un cadre tout nouveau pour moi. Je me suis entraîné ici ces derniers jours avec l’Angleterre et je suis vraiment impatient de m’entraîner ici au quotidien et ce pour longtemps.

A quel point est-ce bénéfique pour les Three Lions d’avoir une telle base de talents dans le même club ?

Ça va être un très gros plus pour nous. Nous allons nous voir chaque jour et nous développerons évidemment une bien meilleure compréhension si l’on travaille ensemble sur une base cohérente. C’est quelque chose qui va certainement être bénéfique pour l’équipe d’Angleterre.

Avec Giroud, Walcott et Alexis entre-autres, il y a une réelle concurrence pour les places en attaque…

Oui, il y a de la concurrence et je pense qu’il y en a toujours dans un grand club. Malheureusement, il y a des blessés pour le moment, mais je pense que quand tout le monde sera sur pied, nous voudrons tous être sur le terrain pour atteindre les objectifs du club. C’est une concurrence saine.

Qu’est-ce que l’équipe peut viser cette saison ?

Vous ne pouvez pas regarder trop loin dans l’avenir. Vous devez être concentré sur le prochain match parce que c’est toujours le plus important. Je pense qu’à trop regarder loin devant, vous en payez le prix. Vous devez toujours être prêt physiquement, mentalement et tactiquement.

Avant votre signature, vous aviez déjà un lien avec Arsenal car l’un des héros de votre enfance était Thierry Henry…

J’ai adoré regarder Thierry Henry depuis tout petit. Mes deux idoles sont Ryan Giggs et Thierry Henry. Venir dans le club où il a eu beaucoup de succès est quelque chose de fantastique et qui me motive pour laisser ma propre marque au club.

Quel est votre message aux fans ?

Je veux juste qu’ils sachent que je vais me donner à cent pour cent à chaque match. Je joue avec mon cœur et je ferais toujours de mon mieux. Je vais essayer de leur donner plein de jours heureux dans le futur à venir.

#Kévin (via arsenal.com)

Publicités

Welbeck : « Je ne pourrais pas être plus heureux en ce moment. »

Par défaut

Danny Welbeck est devenu la cinquième et dernière recrue du mercato d’Arsenal ce lundi. Voici sa première interview en tant que Gunner.

Danny, qu’est-ce que ça fait d’être un joueur d’Arsenal ?

C’est très excitant. C’est génial de faire partie de ce club et c’est une équipe que j’ai toujours suivi en Premier League. J’avais déjà envisagé de jouer dans cette équipe auparavant. C’est pour cela que c’est très excitant pour moi d’être ici.

Quand vous dites que vous vous imaginiez dans l’équipe, c’est en raison de son style de jeu et que vous vous voyiez comme un attaquant qui peut prendre l’espace ?

Je pense que le style de jeu du manager me correspond. Les superbes joueurs du milieu peuvent faire la passe entre les lignes où moi je peux courir.

Comment le transfert s’est déroulé de votre point de vue ?

Il était mal engagé, mais il s’est fait sur le fil. Il est difficile de dire comment je me sentais durant les différentes étapes car un jour le transfert allait se faire puis le lendemain non. Finalement, je suis un joueur d’Arsenal et je ne pourrais pas être plus heureux en ce moment.

Sentez-vous qu’Arsenal est un club qui monte en puissance ?

Oui, sans aucun doute. Ils ont été bons au cours des dernières années. L’année dernière, nous avons eu la FA Cup. J’ai l’impression que c’est le moment où nous pourrions vraiment pousser et essayer de nous mêler à la course au titre. J’ai une médaille de champion mais je veux vraiment en gagner d’autres.

Quels sont vos points forts ? Que pouvez-vous apporter à l’équipe ?

J’aimerais apporter ma vitesse et ma puissance. A Arsenal, nous ne sommes pas avares de combinaisons. J’aime participer à celles-ci et passer derrière les défenseurs afin de chercher à tirer au but. Je veux marquer et aider l’équipe à obtenir de bons résultats.

Vous êtes encore jeune, mais vous avez déjà beaucoup d’expérience au plus haut niveau. En quoi ce transfert peut faire progresser votre carrière ?

J’étais à Manchester United depuis tout petit et j’ai eu de très bons moments là-bas. Je pense juste que venir à Arsenal est la prochaine étape de mon développement, pour montrer aux gens ce que je peux faire en tant que footballeur et avec un peu de chance, avoir la place que je veux.

Vous avez passé la majorité de votre vie à MU, cela a dû être difficile de quitter ce club…

Les choses changent dans la vie et je pense qu’il vous faut prendre la bonne décision suivant la situation dans laquelle vous êtes au moment où vous y êtes. Je crois que venir à Arsenal est la bonne décision.

#Kévin (via arsenal.com)

Ramsey : « Nous devons être plus clinique. »

Par défaut

https://i1.wp.com/cdn.images.express.co.uk/img/dynamic/67/590x/Ramsey-team-news-504702.jpg

Aaron Ramsey trouve qu’Arsenal a manqué d’un côté « impitoyable » dans le dernier tiers du match contre Leicester City (1-1) ce dimanche.

Les Gunners ont pris les devants grâce à Alexis Sanchez à la vingtième minute mais ont été rapidement rejoints quand Leonardo Ulloa marqua le but égalisateur deux minutes plus tard.

L’équipe d’Arsène Wenger s’est procurée un certain nombre d’occasions en seconde période et Ramsey s’est dit frustré de quitter le King Power Stadium avec seulement un point.

« Nous n’étions tout simplement pas assez clinique devant le but pour concrétiser nos occasions en buts. »

« Ils ont bien joué et très bien défendu, nous avons beaucoup eu la balle et eu quelques occasions de marquer, mais nous n’avons pas su les saisir. »

« Il est difficile d’aller à Leicester ou chez d’autres équipes promues. Ils voulaient au moins un point. Ils veulent prouver qu’ils sont assez bons pour être ici. C’était difficile aujourd’hui.

« Ils nous ont bien bloqués, nous nous sommes tout de même procurés des occasions. Nous avions malgré cela le petit plus qui nous aurait permis de les battre si les choses s’étaient passées différemment. »

#Kévin (via arsenal.com)

Un indigeste Arsenal.

Par défaut
BwYv1DPCEAAqjxM

Le Boss, amer après le match nul de son équipe (1-1) à Leicester cet après-midi.

Se déplaçant à Leicester, fraichement promu cette année, les Gunners auraient pu mettre un point d’orgue à leur semaine, durant laquelle ces derniers obtinrent à l’arraché une nouvelle qualification pour la Ligue des Champions face au Besiktas Istanbul. Au lieu de ça, les hommes de Wenger offrirent un bien maigre spectacle, devant uniquement leur salut et le point du nul à Alexis Sanchez, une nouvelle fois auteur d’un bon match.

La tension était à son paroxysme cette dernière semaine du côté de l’Emirates Stadium, malgré une énième qualification en C1 mercredi soir. En effet, entre l’annonce de l’indisponibilité d’Olivier Giroud, sur la touche jusqu’à fin 2014, et les réticences irritantes d’Arsène Wenger a vouloir se renforcer comme le club le devrait, la fronde avait de quoi gronder. Les Gunners avaient donc la possibilité de respirer une bonne fois pour toute ce dimanche avant la trêve internationale et la réception de City le 13 septembre.
Comme depuis le début de saison, Arsène Wenger reconduit son 4-1-4-1 avec cette fois-ci Wilshere sur le banc et Alexis Sanchez repositionné sur le côté gauche, Yaya Sanogo occupant donc la pointe de l’attaque. Très rapidement, les Gunners se trouvent bien grâce à la présence des quatre milieux et aux montées généreuses des latéraux. Cazorla et Ramsey combinent bien, tentent leurs chances (5’ et 11’) mais face à un bloc bien en place, Arsenal reste stérile.
Ce début de match frustrant le devient encore plus lorsque Laurent Koscielny se retrouve contraint de sortir se faire soigner hors du terrain après un violent choc à la tête lors d’un duel (12’). Les hommes de Wenger, jouant à dix pendant quelques minutes, et laissant ainsi planer le doute quant à un éventuel changement, peinent à trouver de la verticalité et devront finalement s’en remettre à l’homme en forme du moment, Alexis Sanchez, pour reprendre une frappe repoussé de Yaya Sanogo et donc ouvrir le score au King Power Stadium (20’). Alors que le plus dur semble être fait, Arsenal va très rapidement payer le retour de Koscielny sur le terrain quelques minutes plus tôt au terme d’un contre rondement mené par les Renards. Le défenseur central jauge très mal la course d’Ulloa dans son dos et ce dernier vient crucifier Szczesny d’une tête à bout portant (22’).
Piqués au vif, Sanchez et ses coéquipiers commencent alors à mettre un peu plus de rythme et enchainent les combinaisons. Mais ces derniers se heurtent toujours aux mêmes problèmes, ne mettant que très rarement Sanogo dans une bonne position, et s’exposant très facilement à des contres en raison de la nouvelle tactique de Wenger qui laisse un gouffre entre la ligne de quatre et Flamini lors des phases offensives. Devant, l’ancien auxerrois manque de lucidité, s’évertuant à frapper au but dès lors qu’il se retrouve dans les seize mètres, provocant ainsi les « sign a fucking stricker » dans les tribunes à la fin du match.

Özil invisible.

Utilisé sur une aile avec la Maanschaft lors de la Coupe du Monde, le milieu allemand, une nouvelle fois positionné à gauche par Wenger, est totalement passé au travers de son match. Pas vraiment une surprise quand on connait les qualité du meneur de jeu. Ce dernier ratait ses passes, ne prenait pas les espaces, et surtout ne pouvait s’offrir la visibilité totale du front de l’attaque. Très loin de Sanchez, seul joueur capable de prendre les espaces, Ôzil s’est retrouvé comme englué sur l’aile, subissant le bricolage de son entraineur. Malgré le fait que Cazorla soit très séduisant dans ce nouveau rôle de meneur, y retrouver l’ancien madrilène aurait été d’autant plus intéressant que les mouvements et l’activité de Ramsey autour de lui aurait pu lui laisser encore plus de liberté. Logiquement, il n’est dans aucun des bons coups, et pénalise l’équipe lors des phases défensives, au court desquelles il peinent énormément.
Au retour des vestiaires, ce n’est pas beaucoup mieux qu’en première période, les Gunners vendangeant leurs grosses occasions, à l’image de la frappe de Cazorla dans le petit filet (49’), et de l’opportunité qu’a eu Ramsey de remiser pour Sanogo seul devant le but suite à une belle louche du même Cazorla (55’). Défensivement, les hommes de Wenger montrent de nouveau leurs limites. Flamini court dans tous les sens sans jamais être un bon endroit, Mertesacker ne pouvant compenser de par sa lenteur, et Chambers, rentré à la place de Koscielny en première période, se jetant à droite et à gauche sans retenue, et offrant ainsi l’occasion à Ulloa de doubler la mise, si ce dernier n’avait pas échoué seul face à Szczesny (51’). Au fur et à mesure que vont défiler les minutes, Arsenal va lever le pied, comme résigné, ou fatigué, ou voire même les deux à la fois après cette dure semaine. Les changements tardifs n’y changeront rien, Chamberlain ne trouvant aucune solution malgré sa bonne volonté, et Lukas Podolski visiblement effrayé à l’idée de mettre ne serait-ce qu’un orteil dans la surface de réparation des Renards.

Arsène Wenger et ses joueurs repartent donc du King Power Stadium avec un nouveau point au terme de quatre-vingt-dix minutes pénibles. Comme face à Everton le week-end dernier, ces derniers peuvent s’estimer heureux du résultat au vu de leur prestation. Si l’entraineur français semblait jusqu’à maintenant rester sourd aux besoins quantitatif et qualitatif de l’effectif, la rendement de ses hommes aujourd’hui sera, espérons le, un déclic à trente heures de la fin du mercato, et à treize jours d’un choc crucial contre City à l’Emirates.

Statistiques du match:

10656415_10204221459243980_2096892327_n

 

Les notes de la rédaction:

Szczesny (5) : Woj a pris un pion sur la première occasion. Mais il n’y a pas pu grand chose. Il a sauvé l’équipe d’une situation délicate en fin de match d’une belle horizontale.

Debuchy (5) : Debuchy a été mis en difficulté sur le but. Hormis ça, il a tenté de bien apporter dans son couloir et géré les offensives adverses. Il n’est pas encore au top physiquement.

Chambers (5) : Remplaçant au pied levé d’un Koscielny blessé à la demi-heure de jeu, Chambers a été un peu naïf sur quelques actions. Il s’est montré plus rassurant au fil du match.

Mertesacker (5,5) : Merte a été l’un des seuls à faire preuve d’assurance en défense, en enlevant quelques situations chaudes. Son association avec Chambers est moins rassurante que celle avec koko malgré tout.

Monreal (6) : Nacho a fait son match. Il a parfaitement géré son couloir et a apporté offensivement quand il le pouvait. Son association avec Sanchez sur l’aile gauche a bien fonctionné.

Flamini (5) : Agressif, Flamini a une nouvelle fois découpé du petit bois dans le rond central. On le sent néanmoins limité techniquement ce qui ne l’encourage pas à participer au jeu.

Ramsey (5) : Un match difficile pour le joueur de la saison dernière. Aaron n’a pas été aussi percutant ni inspiré que d’habitudes. Des passes simples ont été ratées, ce qui n’est pas son habitude.

Özil (4) : Nonchalant, pas prêt physiquement, pas à son poste. Voici le constat que l’on peut faire sur Mezut aujourd’hui. Il aurait sans doute été plus intéressant de mettre plus de percussion sur l’aile (Oxlade ou Campbell par exemple).

Cazorla (6,5) : Constamment à la recherche de mettre son coéquipier dans la meilleur situation, Santi a pris le jeu à son compte. Ses merveilles de passes lobées auraient du permettre de marquer plus d’un but.

Sanchez (6,5) : Très actif sur son côté gauche, on le sent monter en puissance. Il a par ailleurs été très bon dans le repli défensif. Il peut être le grand joueur que l’on attend cette saison.

Sanogo (4) : Contrôler la balle et la conserver, c’est bien, en faire quelque chose d’intéressant c’est mieux. Sanogo a manqué de justesse dans ses occasions, et il serait nécessaire de recruter un remplaçant à Giroud, car ce serait très léger de ne jouer qu’avec Sanogo en pointe..

 

Dim, Ben, et Anto

Wenger : « Almunia était un grand gardien. »

Par défaut

https://i1.wp.com/e0.365dm.com/09/08/496x259/manuel-almunia-arsenal_2346276.jpg

Arsène Wenger a rendu hommage à l’ancien Gunner Manuel Almunia, qui vient d’annoncer sa retraite.

L’espagnol de 37 ans a passé huit années dans le Nord de Londres entre 2004 et 2012, mais il a été forcé de mettre un terme à sa carrière en raison d’une anomalie cardiaque révélée lors de la visite médicale précédant sa signature à Cagliari.

Almunia est apparu à 175 reprises avec Arsenal et Wenger espère qu’il va complètement se rétablir.

« C’est très triste qu’il souffre d’une anomalie cardiaque »

« Je pense qu’il est à l’âge où l’on peut accepter qu’il prenne sa retraite, mais j’espère qu’il n’y a rien de mauvais pour son avenir et sa santé. »

« Je lui ai donné [plus de crédit que les autres] parce que je l’ai fait jouer. Je pense qu’il était un grand gardien. »

#Kévin (via arsenal.com)

Wenger : « Nous avons produit le match que nous voulions. »

Par défaut

https://i1.wp.com/i3.irishmirror.ie/incoming/article4077566.ece/alternates/s615/Besiktas-JK-v-Arsenal-FC-UEFA-Champions-League-Qualifying-Play-Offs-Round-First-Leg.jpg

Arsène Wenger s’est exprimé après la victoire 1-0 face au Besiktas, victoire qui qualifie le Club pour une 17ème année consécutive en Ligue des Champions.

Si Alexis a justifié son indemnité de transfert avec son but :

Non, je ne le vois pas comme ça. Il a fait un bon match, non seulement techniquement mais aussi sur le côté combatif. Il était mobile, dangereux et a montré un grand esprit combatif, des qualités qui seront très importantes pour la Premier League. Mais dans l’ensemble, je pense que nous avons produit le match que nous voulions sur le plan technique, tactique et mental. Nous étions au niveau ce soir contre une bonne équipe, nous ne pouvions pas être éliminés. Bien sûr, nous avons souffert dans les dix dernières minutes quand nous étions réduits à dix.

Sur le penalty dont aurait pu bénéficier le Besiktas :

Je ne l’ai pas vu. Peut-être avons-nous eu de la chance sur cette occasion, mais c’est très difficile de juger. Je pense que Jack prend le ballon.

Sur le carton rouge :

Nous avons fini les deux matchs à dix. Je pense que la première expulsion était très dure. Ce soir, elle l’était aussi, parce que Debuchy y va pour jouer le ballon et il a joué le ballon. Il n’y avait pas intention de faire mal ou de stopper la contre-attaque. Peut-être que l’arbitre était de l’autre côté du joueur et qu’il pensait qu’il y avait faute. C’était difficile à juger, mais nous avons parlé avec lui et dans les dix dernières minutes, il était très nerveux.

Sur le fait de ne pas avoir tué le match :

J’aurais aimé le faire parce que tout aurait été plus facile, mais nous cherchions à nous qualifier et nous l’avons fait contre une excellente équipe. Vous devez donner du crédit à Besiktas. Quand vous regardez leurs résultats en pré-saison, vous comprenez pourquoi ils ont battus toutes les équipes qu’ils ont rencontrées jusqu’à maintenant. Ils forment une vraie équipe, bien organisée, très forte physiquement et très bonne techniquement. Nous avons contenu Ba, même s’il a eu une occasion sur une tête en fin de match qui nous aurait tuée. Mais à part ça, je pense que nous l’avons bien muselé.

Sur la blessure de Giroud :

Giroud a été opéré aujourd’hui d’une fracture du tibia. Il sera éloigné des terrains trois à quatre mois. Cela signifie qu’il sera certainement capable de jouer à nouveau en Premier League à la fin Décembre puisqu’il sera absent deux mois. Le temps qu’il revienne, cela fera trois à quatre mois. Qui nous allons acheter ? Je vous donne la réponse tout de suite : pour le moment, personne.

S’il devait élire l’Homme du match :

Peut-être Alexis pour son but, mais je dirais que toute l’équipe était l’Homme du match. Nous nous sommes battus de la première à la dernière minute et tout le monde a travaillé très dur.

S’il y a des contacts avec Nikola Zigic :

Zigic ? Non.

Sur la possibilité d’acheter des joueurs supplémentaires :

Si vous voulez rendre tout le monde heureux, vous n’avez qu’à acheter toujours de nouveaux joueurs. Mais ce qui est important, c’est la performance sur le terrain et la solidarité que nous avons montré ce soir. Cela dit, si vous regardez les joueurs que nous avons sur le banc et ceux qui sont blessés, nous avons les joueurs qu’il nous faut. On ne peut pas acheter à chaque fois qu’un joueur est blessé.

Si un défenseur ou un milieu est une priorité :

Nous sommes ouverts pour tous les postes tant que nous pensons que le joueur peut renforcer l’équipe. Acheter pour acheter, je ne vois pas le but. Si nous trouvons les joueurs que nous sentons capable de donner quelque chose en plus à l’équipe, nous les ferons signer, qu’importe le poste. Nous sommes ouverts, mais ça ne suffit pas pour acheter. Cela doit avoir du sens.

Si Danny Welbeck va signer :

Non.

Si Alexis peut jouer en pointe durant trois ou quatre mois :

Pendant trois ou quatre mois ? Il peut y jouer toute sa vie. Je l’ai acheté comme attaquant, pas pour jouer uniquement sur les ailes.

Sur la performance de Wilshere :

Je sens qu’il grandit de match en match. Il a reçu quelques critiques récemment et la meilleure réponse est de montrer sur le terrain qu’il va de mieux en mieux. Je crois qu’il a eu une petite salve d’applaudissements, chose qu’il n’a pas eu pendant un certain temps. Sur les deux ou trois derniers matchs, vous le voyez revenir doucement.

Sur un éventuel retour d’Alexandre Song :

Alex Song ne reviendra pas.

Si Falcao est dans ses prix :

Non.

Sur le joueur du Besiktas qui l’a le plus impressionné :

J’ai été impressionné par Atiba Hutchinson.

#Kévin (via arsenal.com)

Wilshere : « Nous n’abandonnons jamais. »

Par défaut

https://i2.wp.com/i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/02997/WilsherePA_2997242b.jpg

Jack Wilshere pense qu’Arsenal entrera de plain-pied dans le match face à Besiktas ce mercredi après le match nul 2-2 à Everton.

Les Gunners ont remonté un handicap de deux buts à Goodison Park ce samedi pour arracher un match nul en fin de rencontre, grâce à des buts d’Aaron Ramsey et Olivier Giroud.

Désormais à venir, le match retour des barrages de la Ligue des Champions contre le club turc. Wilshere est optimiste et pense qu’Arsenal va s’imposer.

« Il est facile pour moi de dire que nous avons beaucoup de caractère, mais si nous rééditons ce genre de performance semaine après semaine, nous pouvons le prouver à tout le monde. »

« Nous avons beaucoup de caractère, une grande convivialité et des meneurs qui nous montrent où aller. Nous avons aussi de grands joueurs. »

« Nous n’abandonnons jamais et à ce niveau, c’est quelque chose d’énorme. Nous avons toujours montré au cours des années que nous nous battons comme des fous jusqu’à la fin. »

« Il y a eu quelques matchs où nous avons été menés jusqu’au bout, mais nous avons continué à nous battre. »

« C’est un point fantastique (NDLR : le point obtenu à Everton) et maintenant nous avons un gros match mercredi et cela va nous donner une grande confiance pour réussir. »

#Kévin (via arsenal.com)