Mais comment est-ce donc possible ?

Par défaut

CZgGzswWEAIMPAf

Compte-rendu Arsenal – Chelsea, 23ème journée de Premier League

Mais comment est-ce donc possible ?

Après un match complètement raté de la part de nos Gunners, le constat est simple. Arsenal n’arrive plus à battre Chelsea en Premier League, Arsenal n’arrive plus à marquer contre les Blues, que ce soit à Stamford Bridge ou à l’Emirates.

Venus pour faire un hold-up, les Blues ont concrétisé l’une des rares opportunités qu’ils se sont créées par l’intermédiaire d’un Costa toujours plus méprisable. Ce dernier, déjà auteur d’une prestation de très haut niveau en matière de respect et de fair-play (sarcasme), avait décidé de remettre ça face aux crédules Gunners. Et l’effet espéré fut une nouvelle fois au rendez-vous. Après Gabriel expulsé au match aller, c’est Mertesacker aujourd’hui qui a dû quitter ses partenaires très tôt dans la rencontre. Un tacle en tant que dernier défenseur synonyme de carton rouge immédiat et de cauchemar pour Arsenal. Mal placé sur la passe d’Oscar en profondeur, le géant allemand a la bonne idée de tourner la tête vers Laurent Koscielny et tacler Diego Costa au même moment. Un moment de génie qui lui fait perdre l’attaquant des Blues des yeux. La faute est réelle, aucun doute là-dessus. Mais en voyant le ralenti, si Costa veut vraiment jouer le face à face avec Petr Cech, il est en parfaite capacité de reprendre ses appuis. Mais non, nous parlons bien évidemment de Costa. Et Costa préfère largement tomber grotesquement et provoquer l’expulsion d’un défenseur, c’est beaucoup plus marrant.

Un rouge qui oblige Wenger a un changement tactique plutôt bizarre puisqu’il décide de sortir Olivier Giroud, excellent depuis le début de saison, et de laisser Théo Walcott sur le terrain. D’ailleurs, parlons-en de l’ami Walcott. Honoré du brassard de CAPITAINE pour ses 10 années passées au club par Wenger, l’anglais nous a gratifié encore une fois d’une performance insipide et indigne du canon qu’il porte à chaque match sur son torse. Non seulement Théo Walcott ne réussit rien, ce qui peut arriver à tout le monde, mais son attitude nonchalante doit commencer à énerver sérieusement une bonne partie des supporters des Gunners. Il serait temps que M. Walcott se remette en question sur ses performances individuelles et son implication sur le terrain. Pour en finir avec Théo, Alexis Sanchez, rentré à la 60ème, a été plus de fois vu avec le ballon que l’anglais sur les cinq derniers matchs.

Les Blues étaient venus pour faire un hold-up, opération réussie. Incapables de produire du jeu, les Gunners se sont heurtés au mur bleu ou ont été d’une maladresse inouïe. A l’image d’un Flamini se prenant pour Zlatan Ibrahimovic en tentant une reprise aérienne Kung-Fu extérieur pied droit et une madjer inappropriée, Arsenal n’a jamais su placer faire les bons choix dans les moments cruciaux.

Les Blues n’ont pas été meilleurs ou supérieurs, les Gunners ont juste donné le bâton pour se faire punir. Arsenal ne peut s’en prendre qu’à soi-même sur ce match-là. A oublier très rapidement.

#Albin

Publicités

Une victoire qui fait du bien

Par défaut

Arsenal - Sunderland, 15ème jouréne de PLCompte-rendu Arsenal – Sunderland, 15ème journée de Premier League

Après 3 matchs sans victoire en Premier League et un mois de novembre brouillon, Arsenal a renoué avec le succès en s’imposant 3-1 face à une dangereuse équipe de Sunderland.

Une victoire qui fait du bien

Avec un bilan de 2 points en 3 matchs de Premier League lors de mois de novembre noir, les Gunners se devaient de vaincre les Black Cats de Sunderland à l’Emirates Stadium. Et comme lors des dernières rencontres, le manque de créativité offensive est criant au cours de la première mi-temps. Un seul homme est capable de créer quelque chose en ce moment : Mesut Özil. Sa forme étincelante lui permet de délivrer sa 12ème passe décisive de la saison en Premier League conclut très sereinement d’un plat du pied gauche par Joël Campbell.

Sur la centaine de ballons touchés par l’allemand dans ce match, il n’en pas perdu plus de cinq au total. Toujours le dribble juste, la passe juste, l’appel juste. Cette justesse et cette intelligence de jeu pourraient faire de lui le joueur de la saison de Premier League s’il continue sur cette lancée. Sur ce match, son association avec Flamini et Ramsey est montée en puissance. Le gallois repositionné devant la défense en l’absence de Cazorla et Coquelin a mis 45 minutes à reprendre ses marques. Son abnégation et son volume de jeu lui ont permis d’être finalement récompensé en fin de match en marquant le but du 3-1.

Mais avant tout cela, les Gunners sont retombés dans leurs travers de ces derniers matchs en encaissant un 3ème CSC cette saison sur un coup-franc anodin. C’est Olivier Giroud qui coupe la trajectoire en touchant maladroitement le ballon du pied gauche pour trouver la lucarne de Cech. Un nouveau match compliqué pour Arsenal à cause d’une équipe de Sunderland procédant en contres.

Des contres qui auraient pu coûter très cher aux Gunners si Petr Cech n’était pas aussi impassable cette saison. Mais cette équipe d’Arsenal a du mental, la preuve avec Olivier Giroud. Coupable d’un CSC plus tôt dans le match, le français se rachète d’une magnifique tête plongeante coupée au premier poteau. Mais jusqu’au bout du match, les Black Cats sont restés dangereux et auraient pu égaliser si Van Annholt avait réussi son tir du pied droit à la 90ème minute.

Au final, Arsenal remporte les 3 points après un match piège et rendu difficile par une très belle équipe de Sunderland. Le retour des blessés, malgré d’autres nouvelles blessures, que sont Ramsey, Walcott, Oxlade et Koscielny font du bien et offre une profondeur de banc intéressante au boss Arsène Wenger. Une victoire qui soulage donc et qui permet aux Gunners de s’offrir un bol de confiance avant la finale de groupe de Ligue des Champions de mercredi soir en Grèce face àl l‘OLympiakos.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (8) : Il a sauvé l’équipe et les 3 pts à plusieurs reprises aujourd’hui. Quel joueur.

Bellerin (4) : Il a pris bouillon tout le match, et n’a rien apporté en attaque. Il s’est fait manger par Kaboul sur une accélération, c’est dire.

Koscielny (6) : Un gros match qui aurait dû lui rapporter une meilleure note. Mais sa faute stupide concédée en fin de première mi-temps a coûté un but.

Mertesacker (5,5) : Un bon match de Merte mais qui ne semble jamais trop sur de lui.

Monreal (6) : Encore un bon match de Nacho aujourd’hui. Un match solide et efficace comme souvent.

Flamini (4) : C’est inefficace et lent. Chambers a plus apporté en 10 minutes de jeu.

Ramsey (6) : Bon match d’Aaron dans un rôle plus central que d’ordinaire. Il est léger défensivement mais sa qualité technique a fait du bien.

Campbell (5) : Un beau but pour ouvrir le score, mais trop de déchets et d’imprécisions.

Chamberlain (4) : Même constat que Campbell, le but en moins.

Özil (8) : Un match extra pour Mesut encore une fois. Il a livré une prestation de haut niveau.

Giroud (6): Un CSC qui aurait pu coûter cher mais un but en deuxième mi-temps sur sa seule occasion. Solide mentalement.

#Dim

Arsène Wenger: « Nous n’avons rien su créer ce soir »

Par défaut

15/16: Wednesday v Arsenal  - Arsene Wenger

Arsène Wenger s’est rendu en conférence de presse après la déroute 3-0 sur le terrain de Sheffield Wednesday.

Sur les blessures:

Les deux blessures subies ce soir (Chamberlain et Walcott ndlr) sont deux blessures musculaires et je ne connais pas encore l’étendue des dégâts. Il va falloir patienter 48h afin de passer les divers examens et connaitre réellement la gravité des blessures. C’était une sale soirée pour nous, nous perdons deux joueurs et nous n’avons pas été assez bons sur le terrain mais à côté de ça, il faut féliciter Sheffield Wednesday. Ils ont fait une grosse prestation, avec beaucoup de volonté et de dynamisme. Ils méritent leur victoire ce soir.

Sur son choix de titulaires:

Je dois gérer la quantité de matchs de chacun des joueurs et je pense toujours que j’ai aligné trop de joueurs d’expérience. Nous perdons deux joueurs. J’avais Gabriel et Monreal a disposition sur le banc mais je pouvais pas courir le risque de perdre davantage de joueurs.

Sur les raisons de cette défaite:

Nous avons beaucoup eu la balle mais nous n’avons tout simplement pas réussi à en faire grand chose car nous n’avons rien su créer. Nous étions un peu justes au milieu, surtout ce soir, et il s’agissait surtout de ne pas concéder de buts sur coups-francs ou sur contre-attaques et malheureusement, c’est arrivé car nous avons perdu trop de ballons à des moments ou il ne fallait pas le perdre.

S’il est inquiet concernant les blessures:

Oui je le suis car notre prochain match est un match important ce samedi, ensuite il y a le retour contre le Bayern. Niveau effectif, nous sommes justes désormais.Nous perdons 2 joueurs offensifs ce soir. C’est très contraignant.

Si les joueurs étaient trop concentrés sur la Ligue des Champions:

Dans l’idéal, j’aurais adoré gagner ce soir. Je ne veux pas m’en servir d’excuse mais nous pouvons désormais nous concentrer sur d’autres compétitions et je dois bien l’avouer, beaucoup de joueurs étrangers jouent en Premier League et donc il y a beaucoup de bons joueurs en Championship. Jouer avec des jeunes devient donc difficile. Le niveau du Championship a beaucoup évolué et si vous n’avez pas assez d’expérience pour gérer ce genre de match, il est quasi impossible de les gagner.

Sur les blessures:

Walcott est blessé au mollet et Oxlade-Chamberlain à la cuisse.

#Max (via arsenal.com)

Arsenal prend l’eau, et se noie

Par défaut

sheffield - arsenal, 4ème tour de capital one cup

Compte-rendu Sheffield Wednesday – Arsenal, 4ème tour (et dernier) de Capital One Cup

Arsenal prend l’eau, et se noie

Ce qui devait arriver, arriva. En déplacement pour ce 4ème tour de Capital One Cup à Sheffield, pensionnaire de Championship, les Gunners ont totalement déjoué pour nous offrir un spectacle à l’opposé des derniers matchs.

Une défaite très logique sur le lourd score de 3-0 après un match magnifique de la part des Owls. La tactique du turnover a finalement basculé du côté de la déroute pour les Gunners. Aucun automatisme, aucune liaison correcte, aucune hargne à la récupération et surtout, aucune créativité devant… Voici le résumé peu flatteur de la performance de l’équipe ce soir.

Cette Capital One Cup n’était clairement pas la priorité de Wenger, qui ne l’a jamais gagné d’ailleurs, mais les nombreux changements opérés n’ont pas porté leurs fruits. Les seuls cadres titularisés au début de ce match, à savoir Mertesacker, Cech, Giroud et Oxlade n’ont pas su insuffler l’élan de confiance à l’ensemble des jeunes et des remplaçants habituels. Et le résultat est sans appel, une seule grosse occasion dans le temps réglementaire, et par l’intermédiaire de Mertesacker.

L’autre mauvais nouvelle de la soirée, c’est la blessure d’Oxlade dès les premières minutes de jeu. Remplacé par Walcott aussitôt, l’anglais se blessera lui aussi quelques minutes plus tard. Enorme coup dur pour les Gunners qui perdent deux titulaires précieux après Aaron Ramsey mardi dernier contre le Bayern.

Les blessures musculaires gangrènent le football moderne. Les enchaînements de matchs sont beaucoup trop durs à encaisser pour les joueurs. Aujourd’hui, un joueur titulaire en club et en sélection fera environ 60 matchs dans l’année. Comment ne pas se blesser dans des matchs d’une telle intensité, d’un tel niveau ?  Cela est presque impossible. Et la question de supprimer des compétitions est remise en cause, avant tout pour la sécurité des joueurs. Résultat, Walcott, Ramsey, Oxlade, Ospina sont blessés. Avant d’affronter le Bayern lors du match retour, les mauvaises nouvelles s’enchaînent.

Après cette lourde défaite, Arsenal est éliminé de la Capital One Cup et va pouvoir se concentrer sur son déplacement à Swansea samedi.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (5) : Tranquillement, la petite sortie du mardi soir. Il était clairement venu faire du tourisme et n’a pas voulu se salir.

Debuchy (3) : Debuchy mérite clairement d’être titulaire, c’est vrai… Soit à Laval soit Orléans. En tout cas avec des matchs comme ça Bellerin est pénard.

Chambers (4) : Si on réussi à faire une plus value sur lui… C’est un miracle

Mertesacker (4) : Sûrement le meilleur joueur de BPL actuellement, exceptionnel dans le domaine aérien, mais ce soir ça devait être son cousin de PHB de Loir-et-Cher sur le terrain…

Gibbs (5) : Il a couru.

Flamini (3) : On l’a pas vu. Deux boites en carton en guise de pied.

Kamara (5) : Il s’est démené mais était tout seul face à 3 bûcherons.

Bennacer (6) : Un bonne patte gauche, prometteur pour 17 ans. Un des plus actif ce soir.

Iwobi (5) : Il doit progressé techniquement. Mais on sent du potentiel.

Campbell (5) : Il pouvait prouver, il a essayé mais on attend plus. Il devrait avoir plus de temps de jeu avec les blessures à son poste.

Giroud (3) : Introuvable.

#Dim

Arsène Wenger: « Une semaine fantastique »

Par défaut

Arsène Wenger

Arsène Wenger s’est présenté en conférence de presse après la victoire d’Arsenal contre Everton 2-1 à l’Emirates Stadium.

Sur cette victoire:

Nous avons eu un gros match mardi et affronter Everton était un bon test pour notre équipe avec la possibilité pour les joueurs de poursuivre le travail. Je pense que nous avons joué avec la détermination nécessaire et beaucoup d’envie. Nous avons été un peu malchanceux en première période, Everton a réduit l’avantage alors qu’il ne restait qu’une minute de jeu et à 2-1, cela a été un peu déstabilisant pour l’équipe. En deuxième mi-temps, nous avons continué de dominer mais n’avons pas réussi à creuser davantage l’écart. Nous nous sommes exposés en contre-attaques une ou deux fois. Romelu Lukaku a vu sa tête échouer sur la barre et Petr Cech a réalisé un superbe arrêt sur le fil ce qui nous a permis d’enregistrer 3 points très importants.

Sur la titularisation d’Olivier Giroud:

J’ai confiance en lui. Récemment, il a su faire la différence en rentrant en jeu et aujourd’hui, il a fait la différence en étant titulaire. Je possède des options intéressantes, je dois simplement être assez malin pour les utiliser aux bons moments.

Sur sa sélection au poste d’avant-centre:

Nous devons livrer notre énergie tous ensemble pour le bien de l’équipe et celui du Club donc je ne fais pas trop état des cas individuels. Theo Walcott peut tout aussi bien démarrer ce qui rend les choses plus simples. N’oublions pas non plus qu’ils peuvent jouer ensemble.

Si Arsenal est vraiment à prendre au sérieux cette année:

Je pense que nous allons conserver notre solidarité, ce désir de bien faire. Nous sommes unis pour agir du mieux possible et tous ensemble, chose sur laquelle nous avons progressé. Nous avons gagné 3-0 contre Watford, avons battu le Bayern 2-0 et aujourd’hui Everton 2-1 en une semaine. Ce fut une semaine formidable. Ce n’est jamais simple.

Sur Mesut Özil:

C’est un joueur de grande classe, en tout honnêteté. Je pense qu’au lieu de parler de lui, je voudrais plutôt le voir jouer encore. Si vous aimez regarder du football, vous aimez voir Özil.

sur les raisons qui font d’Özil un joueur si spécial:

C’est une combinaison de toucher de balle, d’intelligence et d’attitude vis a vis de ses coéquipiers. C’est un véritable joueur d’équipe, je l’avais dit hier en conférence de presse. Il met son talent au service de l’équipe et il veut toujours aider l’équipe du mieux possible. C’est ce qui le rend efficace.

Sur cette première place:

Pour 24h encore peut-être mais nous ne savons toujours pas. Après le premier match contre West Ham, personne n’aurait pu le prédire. Cela démontre notre attitude, notre solidarité et notre désir de bien faire. Après 10 matchs, nous sommes premiers, ce qui prouve que nous avons fait de gros efforts. Gardons notre solidarité et battons nous pour les matchs à venir, c’est tout ce dont nous avons à faire. Il est encore tôt dans la saison mais nous sommes heureux d’être la ou nous sommes.

S’il pensait qu’Arsenal pouvait être leader:

Après 10 matchs, franchement, non. Je pensais que cela aurait pris plus de temps car Manchester City a débuté avec 5 victoires donc il était difficile d’envisager que nous reviendrions aussi vite mais nous n’avions pas le choix. L’an passé, après 10 matchs, il y avait une grande différence entre les équipes de tête et nous, aujourd’hui ce n’est pas le cas. Poursuivons notre travail et continuons à nous améliorer. Il y a encore beaucoup d’aspects de notre jeu qui peuvent être améliorés, c’est pourquoi il ne sert à rien de se focaliser sur cette place et essayons simplement de devenir une meilleure équipe.

Sur cette semaine parfaite:

C’était une semaine parfaite et cela n’est jamais facile à réaliser. Le seul point négatif, c’est que nous avons perdu des joueurs sur blessures, certains sont fatigués et je vais faire tourner contre Sheffield mardi soir. Je pense que pour certains, cela serait de trop.

Sur ce qu’il faut pour rester en tête:

Solidarité, concentration, humilité. Essayons également de jouer un meilleur football encore match après match. Nous allons travailler cela à l’entrainement.

Sur l’importance de Giroud et Walcott:

Nous parlons toujours d’Özil et Cazorla. Ce qui nous rend efficaces, ce que nous jouons comme une vraie équipe. Lorsque vous nous voyez jouer, vous voyez une équipe qui joue au football et qui ne dépend pas seulement d’un seul joueur. Nos résultats actuels dépendent d’un travail d’équipe plutôt que de faits individuels.

Sur le but de Koscielny:

Nous savons que pour lutter en Premier League, il faut savoir marquer sur coups de pieds arrêtés, entre 8 et 12 si vous luttez pour le titre. Sur ce point, nous sommes un peu en deçà et marquer aujourd’hui de cette façon nous donne l’impression que nous pouvons en marquer davantage.

#Max (via arsenal.com)

Une soirée complètement folle

Par défaut

Coquelin rage Bayern

Compte-rendu Arsenal – Bayern Munich, 3ème journée de Ligue des Champions

Après deux défaites consécutives en Ligue des Champions pour les deux premiers matchs de la compétition, les Gunners affrontaient le Bayern Munich dans l’antre de l’Emirates Stadium et comme toujours, le spectacle fut au rendez-vous.

Une soirée complètement folle

Comme souvent avec Arsenal, les émotions sont similaires aux montagnes russes : du très haut et du très bas. Cette saison est pour l’instant l’exemple parfait de ce fait constaté depuis de nombreuses années. Deux défaites catastrophiques en Ligue des Champions contre des équipes censées être inférieures, une performance monstrueuse pour écraser United et ce soir une prestation collective tant défensive qu’offensive digne de ce club magique qu’est ARSENAL.

Mais longtemps ce match aura été d’une indécision totale due en grande partie aux arrêts de classe mondiale des deux gardiens du soir : Cech et Neuer. Il semblerait que Wenger ait acheté le tchèque pour faire la différence dans les gros matchs, le résultat est là. Un sans faute. Clean sheet. En première mi-temps, le géant Petr Cech multiplie les parades cruciales et propres pour maintenir à flot Arsenal. C’est alors le gardien allemand qui prend le relai en sortant une parade totalement incroyable sur une tête à bout portant de Théo Walcott. Sur un centre de Monréal sur la gauche, l’anglais appuie sa tête pour ce qui semble être l’ouverture du score. Mais c’est sans compter sur « le meilleur gardien du monde » pour claquer ce ballon de sa main gauche et laisser tout un stade dans la stupeur la plus totale. Petr Cech finira son œuvre par deux arrêts de grande classe contre l’ombre de Lewandowski avant que Manuel Neuer perde son duel face au tchèque sur une énorme boulette. Sur un coup-franc de Cazorla joué au point de pénalty, le gardien allemand sort les deux poings en avant. Gêné légèrement par Koscielny, Neuver passe au travers et ira chercher le ballon au fond de ses filets. En effet, dépassant le gardien adverse, le ballon termine sa course sur la tête, ou le bras, d’un Olivier Giroud tout juste rentré en jeu. Le Super Sub des Gunners a encore frappé.

Au-delà de son but, la rentrée du français a fait un bien fou à l’équipe et a totalement changé le cours du match. Son apport physique et sa tenue de balle dos au but a permis à tous ses coéquipiers de souffler dans les dernières minutes du match. Une rentrée à l’image de la performance collective produite par des Gunners absolument incroyables de discipline et de concentration.

possession arsenal - bayern

Face à un Bayern ultra-dominateur, les Gunners ont joué la tactique du contre. Un plan de jeu simple mais efficace que l’on est habitué à voir contre Arsenal justement. Ce match de ce soir rappelle clairement la performance réalisée l’année passée sur le terrain de Manchester City. Les hommes d’Arsène Wenger avait laissé venir leurs adversaires pour mieux les contrer grâce à la rapidité, la vivacité et la qualité technique de ses joueurs offensifs.

Mais le plus impressionnant dans cette rencontre se situe sur le plan défensif. Résister de la sorte pendant 90 minutes face à une équipe en pleine forme, seul Arsenal a réussi à le faire cette saison. Un véritable exploit qui tient plus à une concentration maximale et un placement collectif de TRES TRES haut niveau. Comme quoi, quand cette équipe veut, elle peut. Maintenant les Gunners n’ont plus aucune excuse. Symboles de cet exploit défensif, la French Touch Koscielny – Coquelin. A l’instar des belles années 2000, Arsenal peut compter sur ses Frenchies pour tenir la maison. L’ancien lorientais a été intraitable avec Lewandowski, l’obligeant à se muter sur un côté à de multiples reprises. L’autre ancien lorientais a encore démontré toute sa rage de vaincre ce soir. Le français est le vrai patron de cette équipe, son appel aux supporters en début de deuxième période en ait la preuve.

Après l’ouverture du score d’Olivier Giroud, le Bayern a tout essayé pour venir trouver la faille dans une défense hermétique, sans succès. Et sur une récupération de balle haute, Bellerin nous offre un sprint monstrueux pour offrir un centre parfait pour le 2-0 inscrit par … un allemand ! Mesut Özil parachève le succès des Gunners après un match épique pour la Red Army.

Cette victoire relance totalement la course aux huitièmes de final et les Gunners devront rééditer cet exploit lors du prochain match contre le Bayern à l’Allianz Arena. Une tâche qui s’annonce déjà extrêmement difficile mais qui sait, avec cette équipe, tout est envisageable.

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Petr Cech : 8,5

Quel plaisir d’avoir un gardien aussi rassurant et efficace ! A multiplié les arrêts en première période (11′, 19′, 28′). Il annihile également deux belles tentatives de Lewandowski en seconde (54′ et 74′). Une performance splendide de la part de l’ancien Rennais.

Hector Bellerin : 7,5

Face à Douglas Costa, il avait affaire à un sacré client. Il est bien rentré dans son match mais à souffert contre le Brésilien dans les duels. Ce dernier permutant en seconde, l’Espagnol à élevé son niveau de jeu, laissant sa vitesse parler d’elle même. Il offre à Mesut Özil une passe décisive magnifique après un sprint sensationnel.

Per Mertesacker : 7

Solide, sobre, propre, BFG à bien fait le travail ce soir. Auteur de belles interventions comme à la 18′ pour dégager son camp. Per à su se servir de son intelligence et de son placement pour produire une belle prestation.

Laurent Koscielny : 7,5

Le Français à, de nouveau, été très solide ce soir. Il est monté en régime au fil du match, s’imposant comme un véritable patron. Une intervention cruciale en fin de match pour gêner Lewandowski. Il est aussi impliqué dans le premier but puisque c’est lui qui vient gêner Neuer.

Nacho Monreal : 7

Nacho à été efficace ce soir, propre en défense comme utile sur ses percées offensives. Auteur du centre pour la tête de Theo Walcott à la 33′.

Francis Coquelin : 7

Peu visible en première mi-temps, l’homme de l’ombre à pris le milieu de terrain à son compte en seconde. Ses tacles et ses interventions ont été, comme toujours, essentiels. C’est lui également qui a poussé le 12ème homme à se réveiller. Le Coq’ reste toujours un pion essentiel du 11.

Santi Cazorla : 6,5

Assez discret en première mi-temps, Santi n’a pas eu le rayonnement habituel. Cependant, le duo qu’il compose avec Coquelin est parfaitement complémentaire et sa capacité de relance à été plutôt utile. A bien su garder le ballon et temporiser quand il le fallait.

Aaron Ramsey : 6

Encore positionné sur le côté droit du milieu, Aaron n’a pas montré grand chose ce soir. Il a eu beaucoup tendance à repiquer dans l’axe et n’a pas semblé savoir où se positionner réellement. De plus, il sort sur blessure à la 56′ à la suite d’un mauvais appui. Ça sent la déchirure musculaire pour le Gallois. Remplacé par Alex Oxlade-Chamberlain qui n’a pas montré grand chose.

Mesut Özil : 6

L’ Allemand est passé à côté de son match ce soir, malgré son but à la 94′. Tantôt invisible, tantôt faisant les mauvais choix, l’ancien madrilène à encore été auteur de passes sublimes mais bien trop insuffisant pour prendre le jeu à son compte. Auteur d’une passe dans l’axe de notre défense qui aurait pu nous faire très mal à la 42′.

Alexis Sanchez : 7

Le Chilien à été, comme toujours, très remuant. Il a parfois trop conservé le ballon mais sa vivacité reste un atout majeur. Fatigué par son voyage en sélection, il a cédé sa place à Kieran Gibbs à la 82′.

Theo Walcott : 7

S’est procuré quelques occasions en première mi-temps dont cette tête à la 33′ qui oblige Manuel Neuer à réalisé un arrêt de grande classe sur sa ligne. Sa vitesse lui offre beaucoup d’opportunités mais son déchet technique et ses mauvais choix ne font pas de lui le buteur redoutable qu’il fallait être ce soir. Remplacé par Olivier Giroud à la 74′ qui a totalement transformé l’équipe, offrant du poids, venant défendre et surtout, marquant un but crucial pour la survie de l’équipe dans cette ligue des Champions.

#Max

Le Bayern sur une autre planète ?

Par défaut

Diffusion-chaine-TV-Arsenal-Bayern-Munich

Avant-match Arsenal – Bayern Munich, 3ème journée de Ligue des Champions

Après la confirmation de la bonne forme des Gunners ce week-end avec la victoire en Premier League (0-3) contre Watford, les hommes de Wenger s’attaque maintenant à l’ogre bavarois dans l’espoir de décrocher une qualification en huitièmes de final au terme de cette phase de poule.

Le Bayern sur une autre planète ?

Une question qui peut sembler rhétorique aux premiers abords tant les chiffres sont surréalistes. Depuis le début de la saison, le Bayern a enchaîné 11 victoires en 11 matchs toutes compétitions confondues. Une série impressionnante symbolisée en grande partie par un trio d’attaque de folie. Douglas Costa, Thomas Müller et Robert Lewandowski sont le cauchemar des défenses de Bundesliga et d’Europe en ce début de saison. Après un départ canon de Müller, c’est maintenant l’attaquant polonais du Bayern qui est l’auteur de performances extraterrestres. En atteste le quintuplé le plus rapide de l’histoire de la Bundesliga contre Wolfsburg alors même que Lewandowski ne figurait pas parmi le onze de départ. Ce jour-là, il ne lui aura fallu que 9 minutes pour rentrer dans l’histoire. Espérons qu’il ne répète pas cet exploit demain soir contre nos Gunners.

Du côté d’Arsenal, la tendance est plutôt positive depuis la victoire contre Manchester United à l’Emirates. Une impressionnante démonstration de force venant répondre à une débâcle surprise en … Ligue des Champions. La défaite contre l’Olympiakos a en effet pu désinhiber une équipe d’Arsenal balbutiant son football dans la plus grande compétition européenne. Depuis ce match, les Gunners ont enchaîné deux très belles victoires sur le même score de 3-0. Si la spécialité de Lewandowski est de marquer dans un court laps de temps ses buts, la spécialité d’Arsenal ces derniers temps y ressemble beaucoup. Contre Manchester United, 20 minutes auront suffit. Contre Watford, les Gunners n’ont eu besoin que de 12 minutes pour inscrire les trois buts victorieux.

Quand on regarde le jeu d’Arsenal ces dernières années, cette tendance à faire exploser les défenses adverses en très peu de temps est encore plus flagrante avec des joueurs comme Alexis ou Özil. Quand Arsenal ouvre le score dans un match, les vagues rouges défilent pour enfoncer le clou. Une tactique qui permet à toute l’équipe de se simplifier la vie pour les fins de match.

Du côté des joueurs, Arsène Wenger peut compter sur le retour de Gabriel en défense. En revanche, Ospina, toujours blessé à l’épaule, cédera sa place à Cech dans les cages. Une titularisation qui permettra au gardien tchèque de bénéficier de son avantage psychologique face aux bavarois. Sans lui, les Blues de Chelsea n’auraient jamais pu gagner la Ligue des Champions 2012 à l’Allianz Arena. En attaque, Théo Walcott devrait débuter pour laisser sa place en pointe vers la 65ème à Olivier Giroud. Le français est devenu le « super sub » d’Arsenal et ce rôle lui réussit plutôt bien jusqu’à présent.

Après deux défaites lors des deux premières journées de Ligue des Champions, les Gunners n’ont plus le droit à l’erreur, il faut gagner cette première rencontre contre le Bayern Munich à domicile. Si le résultat venait à être négatif, la qualification pour les huitièmes de final serait ultra-compromise.

#Albin #COYG