Maître Petr Cech encore décisif

Par défaut

Stoke - Arsenal, 22ème journée de PL

Compte-rendu Stoke City – Arsenal, 22ème journée de Premier League

Au lendemain d’une rencontre complètement folle à Anfield où les Gunners ont laissé échapper les 3 points sur une égalisation tardive des Reds, Arsenal se déplaçait aujourd’hui sur une pelouse encore plus difficile que Liverpool : Stoke City.

Maître Petr Cech encore décisif

Dans un match que l’on savait d’avance très compliqué de remporter au Britannia Stadium de Stoke, le gardien tchèque d’Arsenal a sorti un match monstrueux permettant à Arsenal d’accrocher le point du match nul (0-0). Signant au passage son 27ème clean sheet sur ses 47 derniers matchs de Premier League, Cech a une nouvelle fois montré son immense talent et sa capacité à garder un résultat lorsque son équipe est au plus mal.

Impeccable sur ses nombreuses sorties aériennes, il s’est surtout distingué par des parades exceptionnelles à plusieurs reprises. Le point du match nul lui revient en grande partie et permet à Arsenal de ne pas sombrer dans une spirale négative.

Côté offensif, les Gunners ont balbutié, se sont précipités, incapables d’aligner plusieurs passes de suite dans les 30 derniers mètres de Stoke. Un manque de technique qui s’explique en particulier par l’absence de Mesut Özil au cœur du jeu, remplacé par Oxlade. Ce dernier n’a pas démérité aujourd’hui mais n’a clairement pas été à son aise dans cette position de meneur de jeu. Peu inspiré dans l’orientation du ballon, l’anglais a trop souvent ralenti le jeu des Gunners en revenant en arrière.

Le match nul tient aussi aux deux arrêts importants du gardien de Stoke, Butland, pour empêcher Olivier Giroud de marquer son 13ème but de la saison. En effet, sur une passe dans l’intervalle absolument magnifique de Campbell, le français tente d’ouvrir son pied pour trouver le petit filet opposé mais sa tentative est repoussée par la sortie rageuse du second de Joe Hart en équipe d’Angleterre. En seconde période, c’est sûr une tête du même Olivier Giroud que le gardien de Stoke s’est illustré de la meilleure des manières en maintenant les siens à flots.

C’est donc un 2ème nul consécutif à l’extérieur pour les Gunners qui restent leader de la Premier League grâce à une meilleure différence de buts sur Leicester. Cependant, Arsenal laisse Manchester City revenir à un seul petit point au terme de cette 22ème journée de Premier League. Le suspens est plus que jamais entier dans cette saison 2015-2016.

#Albin

 

Les notes du match :

Cech (9) : l’homme du match aujourd’hui. On lui doit le point du nul. Une performance exceptionnelle de l’un des meilleurs gardiens du monde.

Bellerin (7) : un match solide de Bellerin qui a tout de même tenté de se projeter vers l’avant dans un match difficile.

Mertesacker (6) : un match propre dans le placement et le duel. Tout à l’expérience aujourd’hui.

Koscielny (6,5) : il a été dur sur l’homme et propre en défense . Quelques relances risquées qui auraient pu coûter cher.

Monreal (6,5) il a été propre mais n’a pas pu apporter comme d’habitude. Des duels rugueux avec Walters sur son côté.

Flamini (7) : un gros match de flamini qui a fait le travail de l’ombre et fait beaucoup de bien au milieu de terrain dans la récupération.

Ramsey (6) : beaucoup d’activité mais encore trop brouillon pour pouvoir être décisif dans la dernière zone.

Oxlade (4) : ce n’est pas son poste, il ne joue pas souvent, les conditions n’étaient pas favorables pour un joueur comme lui…. D’accord, mais ca n’empêche de mettre un peu plus de volonté et de cœur à l’ouvrage.

Walcott (3,5): inutile sur son aile, hormis sur 2/3 accélérations, il serait temps de retrouver un vrai ailier gauche (Sanchez) ….

Campbell (7) : l’un des meilleurs ce soir. Beaucoup de combat, d’activité et d’envie encore. Des bonnes passés et initiatives prises qui ont failli payer. C’est bien.

Giroud (6,5) : bon match d’olive, plein de duels et qui a subi beaucoup de fautes. Un match difficile pour un attaquant.

#Dim

Publicités

Un gros ouf de soulagement !

Par défaut

Arsenal - Newcastle, 20ème journée de PL

Compte-rendu Arsenal – Newcastle, 20ème journée de Premier League

Un gros ouf de soulagement !

Après une défaite 4-0 à Southampton et une victoire 2-0 contre Bournemouth, les Gunners ont vécu une fin de fêtes difficiles face aux Magpies de Newcastle.

Merci Bosscielny

Un match étrange pour cette première rencontre de l’année 2016 mais un match gagné. Dans la douleur, les Gunners ont été bougés par une équipe de Newcastle accrocheuse et déterminée. De l’autre côté, Arsenal a réussi son début de match en se procurant de très bonnes opportunités sans parvenir à concrétiser, ni même tirer. En effet, à la mi-temps, aucun tir cadré pour des Gunners brouillons devant le but. A l’image d’un Walcott ou d’un Oxlade, Arsenal a débuté très fort sa rencontre avant de s’endormir tout doucement dans un faux rythme piégeur.

Une période de somnolence qui a bien failli profiter aux Magpies sans de très bonnes interventions de Petr Cech. Une nouvelle fois, la seule recrue estivale d’Arsenal permet à l’équipe de remporter trois points ultra-importants en cette fin de période de fêtes. Une double parade et une sortie dans les pieds de Wijnaldum en première période, des sorties aériennes parfaitement négociées, des tirs hors-cadres lus à la perfection  et une sortie à 100 à l’heure en deuxième période sur un nouveau face à face avec le hollandais.

C’est donc le secteur défensif qui est à l’honneur au terme de ce succès face au 18ème de Premier League. En grandes difficultés aujourd’hui, les Gunners ont pu s’appuyer sur un Koscielny impérial. Seul à mettre un impact suffisant dans les duels, le français inscrit son 3ème but de la saison sur une nouvelle phase arrêtée. A l’instar de Gabriel contre Bournemouth, Koscielny est à la réception d’une passe de la tête d’Olivier Giroud sur une erreur de renvoi d’un corner de Mesut Özil. Au bon moment et au bon endroit, le français répond toujours présent dans le besoin.

En revanche, le secteur offensif, et particulièrement les deux ailiers de ce match, Walcott et Oxlade, doivent se remettre en question. Oxlade ne nous laisse entrevoir qu’une infime partie de son immense talent et Walcott ne daigne même pas mouiller le maillot quand il se trouve sur une aile. Une attitude déplorable que Joël Campbell et Kieran Gibbs ont rapidement effacé lors de leurs rentrées en jeu.

Les Gunners finissent donc ces fêtes en tête de la Premier League après avoir repris 4 points sur Leicester. Ce match contre Newcastle était le genre de match où rien ne va mais où il faut absolument remporter les trois points. Chose faite avec ce succès précieux 1-0 qui nous permet de penser que cette équipe a grandi.

#Albin #COYG

Les notes du match :

Cech(8): Le portier tchèque a été énorme aujourd’hui. Des interventions très importantes, surtout devant Wijnaldum en début de seconde période. Ce match reflète parfaitement l’importance d’un gardien comme ça.

Bellerin(6): Match correct de l’espagnol. Ni bon, ni mauvais, il a fait son match. Peu d’apport offensif.

Mertesacker(6): Un match correct de l’allemand, qui a fait son travail défensif même s’il y avait un grand gardien derrière pour sauver les opportunités de Newcastle.

Koscielny(8): Énorme. Un grand match du français. Il marque un but très important et ses interventions défensives sont toujours autant précieuses.

Monreal(5,5): Un peu en-dessous que d’habitude, offensivement comme défensivement.

Flamini(6): Le français a fait son travail aujourd’hui, sans être tranchant non plus

Ramsey(6,5): De la peine à se mettre en jambe mais sa présence et sa débauche d’énergie a été précieuse en fin de match. Trop brouillon parfois. Il aurait marqué un magnifique but en fin de match si sa finition avait été meilleure.

Oxlade-Chamberlain(4): De bonnes montées de balle mais des passes et centres de mauvaise qualité. On a l’impression que l’anglais est à la peine lorsqu’il est titularisé. Un match à oublier pour lui.

Walcott(4): On l’a pas vu du match.

Özil(7): Un bon match de l’allemand. Pas de passe décisive cette fois-ci, ni de buts mais un bon impact sur le jeu et de bonnes passes. Il aurait même pu délivrer une passe de but à Ramsey en fin de match.

Giroud(6,5): Une bonne combativité du français. Il a délivré une passe décisive importante où il a fait parler son excellent jeu de tête.

#Hugo

Un turnover efficace et nécessaire

Par défaut

Arsenal - Bournemouth, 19ème journée de PL

Compte-rendu Arsenal – Bournemouth, 19ème journée de Premier League

48 heures après la claque méritée à Southampton (4-0), les Gunners devaient se reprendre rapidement face au promu Bournemouth, tombeur de Manchester United et Chelsea cette saison.

Un turnover efficace et nécessaire

A peine remis de la lourde défaite face aux Saints, Arsène Wenger a tiré les leçons de cette gifle révélatrice de l’état de forme de l’équipe durant les fêtes. Le technicien français décide donc d’effectuer quatre changements dans le onze de départ. Gibbs, Gabriel, Chambers et Oxlade font leur apparition pour tenter d’apporter une fraîcheur qui a cruellement manqué contre samedi dernier.

En début de match, les stigmates du 4-0 restent présents et les Gunners peinent à développer un jeu cohérent. Les joueurs de Bournemouth, quant à eux, exercent un fort pressing sur la défense d’Arsenal, obligeant Gabriel et Mertesacker à prendre quelques risques dans les passes. Un promu dépositaire du jeu qui n’arrive cependant pas à se créer de réelles occasions dangereuses.

Le magicien Mesut Özil décide alors de sortir de sa boîte pour débuter son show. Trop souvent asphyxié par le milieu de Bournemouth, l’allemand prend les choses en main en redescendant chercher les ballons plus bas, laissant Aaron Ramsey occuper l’espace libéré. Une science du jeu qui correspond au moment où Arsenal a déroulé son collectif si magique.

Et comme par magie, sur un corner d’Özil, Gabriel vient délivrer l’Emirates d’une tête en pleine lucarne. 16ème passe décisive pour l’allemand, rien que ça ! Le défenseur brésilien profite de son temps de jeu pour marquer des points grâce à une grosse performance ce soir. Les Gunners sont ensuite tout près de faire le break sur une série de corners similaires à celui amenant l’ouverture du score. Même schéma travaillé à l’entraînement : Caviar d’Özil pour une déviation au premier poteau.

En 2ème période, le turnover effectué par Wenger fait son effet. Chambers et Oxlade sont montés en puissance tout au long du match et ont réalisé une belle performance. Encourageant pour la série de matchs à venir. Le rouleau compresseur Gunners en place, les actions et les vagues rouges n’ont cessé de mettre sous pression le but de Boruc. Et sur une contre-attaque rapide, Mesut Özil trouve Olivier Giroud à l’entrée de la surface de réparation. Le français lui remet alors en première intention d’une déviation de l’extérieur du pied gauche subtile. Le génie contrôle tranquillement du ventre pour ajuster d’un plat du pied sécurité entre les jambes du gardien de Bournemouth. 2-0, le score de la rencontre est scellé.

Le match se termine par une dernière demi-heure de possession de Bournemouth que les Gunners avaient décidé d’accepter pour mieux contrer. Une tactique qui aurait dû payer si l’attaque d’Arsenal s’était montrée plus adroite.

Un bon match des Gunners qui prennent provisoirement la tête de la Premier League en attendant le choc de demain soir entre Leicester, le leader, et Manchester City, le 3ème du championnat. Arsenal a maintenant quatre jours pour préparer la réception à l’Emirates de Newcastle.

#Albin

Les notes du match :

Cech (6) : Rien eu à faire hormis quelques arrêts sur des frappes lointaines. Record de clean sheet pour lui.

Bellerin (7) : Un excellent match pour lui. Très bon défensivement, sans doute son meilleur.

Mertesacker (5) : Très bon défensivement mais il aurait pu marquer à la suite de la tête de Gabriel sur le poteau.

Gabriel (7,5) : Très bon match de Gabriel derrière. Sur corner il a ouvert le score, et aurait pu marquer un doublé.

Gibbs (6) : On l’a pas trop vu ce soir mais il a fait son job. Solide.

Chambers (6): Bon travail défensif, mais pas trop de projection vers l’avant. Solide.

Ramsey (6,5) : Un bon match du gallois dans cette position centrale qui lui permet d’être plus au cœur du jeu et à la construction.

Oxlade (6) : Il a beaucoup couru et tenté mais n’a que trop peu fait les bon choix dans le dernier geste. Il obtient le corner sur l’ouverture du score néanmoins.

Walcott (5) : Beaucoup d’occasions et de situations créées. Il a manqué de réussite et de justesse dans la finition.

Ozil (9) : Mesut est un génie. On ne peut rien dire d’autre, encore une grande partie de l’allemand ce soir. Un but et une passe décisive. Le moteur de l’équipe.

Giroud (6) : Peu d’occasions et de situations pour Giroud ce soir. Mais il a fait une bonne remise sur le but d’ozil.

#Dim

Ils l’ont fait !

Par défaut

Olympiakos - Arsenal, 6ème journée de LDC

Compte-rendu Olympiakos – Arsenal, 6ème journée de Ligue des Champions

Au cours d’une phase de poules de Ligue des Champions rocambolesque, les Gunners ont réussi à se qualifier contre toutes attentes en gagnant 0-3 en Grèce contre l’Olympiakos.

Merci Olivier !

Pour tous les fans qui souhaitaient voir un attaquant de classe mondiale arriver à Londres au mercato estival, je crois qu’il est temps pour vous d’avouer que Monsieur Arsène Wenger avait encore raison. Le français a livré une de ses meilleures prestations sous le maillot des Gunners en inscrivant un triplé pour qualifier son équipe pour les 8èmes de finale de Ligue des Champions.

Après avoir perdu 2-3 contre les Grecs à l’Emirates, Arsenal se devait de gagner par au moins deux buts d’écart ou par le score de 3-2 pour espérer passer la phase de poules. C’est donc chose faite au terme d’un match compliqué en première mi-temps et géré en deuxième. En effet, les 20 premières minutes de jeu ont été d’une pauvreté inexplicable pour une équipe dans la situation d’Arsenal. Une défense friable à l’image d’un Bellerin complètement perdu avec un milieu endormi qui commettait trop d’erreurs techniques pour pouvoir créer des offensives cohérentes.

Et soudainement, Arsenal s’est décidé à accélérer. Les limites défensives de l’Olympiakos sont alors apparues très rapidement. Une première alerte avec la frappe contrée de Flamini qui termine sa course sur la barre après une belle percée de Campbell sur le côté droit. Quelques minutes plus tard, Özil trouve Aaron Ramsey dans le couloir gauche d’une passe délicieuse dans l’intervalle. Le Gallois centre instantanément du pied gauche pour la tête de Giroud qui marque sur une faute de main du gardien grec. 0-1 après 30 minutes de jeu, l’exploit est en chemin.

La 2ème mi-temps se déroule selon le même schéma que la 1ère. Arsenal gère et prend son temps dans la construction tandis que les Grecs sont coincés entre l’idée de rester à 11 derrière et l’envie de marquer le but de l’égalisation. Une hésitation dont Arsenal profite à la 50ème minute sur un ballon  de récupération anodin. Özil, encore lui, trouve Campbell d’une balle en cloche aux abords de la surface. Le Costa Ricien temporise, élimine un défenseur sur un râteau parfaitement exécuté et envoie une merveille de passe dans la course d’Olivier Giroud qui crucifie le gardien d’un plat du pied gauche. Quelle passe… Cinq défenseurs éliminés, rien que ça. Joël Campbell prouve match après match que son statut de remplaçant est plus que remis en cause.

0-2, Arsenal est qualifié. Le suspens et la peur d’un but grec commencent alors. Si l’Olympiakos marque, Arsenal devra planter le 3ème. C’est donc à cet instant précis que Petr Cech décide de montrer à tout le monde pourquoi il est plus qu’un simple transfert. Une parade main opposée sur frappe surpuissante des 25 mètres mais surtout des interventions d’une sérénité incroyable. Rassurant.

Et avant que le suspens ne devienne trop insupportable, l’arbitre siffle un pénalty pour Arsenal sur une main évidente. Olivier Giroud prend alors ses responsabilités et inscrit son premier triplé pour Arsenal au meilleur des moments. 0-3, le score ne bougera plus jusqu’à la qualification.

Arsenal se qualifie donc pour son 16ème huitièmes de finale de suite après s’être compliquée la tâche d’une manière dont seuls les Gunners savent le faire. 9 points en 6 matchs, sur le fil. Arsenal affrontera donc l’une des équipes suivantes : Real Madrid, FC Barcelone, Wolfsburg, Atletico Madrid ou Zenith St Petersbourg.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (7,5) : Un clean sheet ce soir qui a permis aux Gunners cette qualification. Un grand gardien dans un grand évènement, ça aide. Il a parfaitement géré ce match.

Bellerin (6) : En difficulté lors de ses derniers matchs, il a retrouvé des couleurs ce soir et a tenté d’aider offensivement. C’est bien mais on attend mieux.

Mertesacker (6) : Un match solide pour Per, qui a fait ce qu’il a eu à faire, sans plus.

Koscielny (8,5) : Un match monstrueux de Kos’ qui a sauvé la baraque plusieurs fois et n’a fait aucune erreur. Un grand joueur.

Monreal (7) : Bon match de Monreal comme d’habitude. Il provoque la main du joueur grec sur le pénalty en deuxième mi-temps.

Flamini (6) : Son expérience a fait du bien au milieu de terrain. Il a fait son match.

Ramsey (6) : Peu en vue offensivement, il s’est occupé de bien défendre surtout, avant de se projeter vers l’avant.

Campbell (7,5) : Sans doute le meilleur match de Joël sous les couleurs des Gunners. Il a souvent fait les bons choix, et son travail sur le second but est magnifique. Il a marqué des points ce soir.

Walcott (6) : Discret pour son retour. Il s’est montré dangereux mais n’a joué que par à-coups.

Özil (7,5) : World-class player. Toujours dans le bon tempo, il cherche constamment le décalage. Grandiose.

Giroud (9) : L’homme du match ce soir. On dit que les grands joueurs sont présents dans les grands matchs, il l’a été ce soir. 3 occasions, 3 buts. C’est net et sans bavure.

#Dim

Arsenal prend l’eau, et se noie

Par défaut

sheffield - arsenal, 4ème tour de capital one cup

Compte-rendu Sheffield Wednesday – Arsenal, 4ème tour (et dernier) de Capital One Cup

Arsenal prend l’eau, et se noie

Ce qui devait arriver, arriva. En déplacement pour ce 4ème tour de Capital One Cup à Sheffield, pensionnaire de Championship, les Gunners ont totalement déjoué pour nous offrir un spectacle à l’opposé des derniers matchs.

Une défaite très logique sur le lourd score de 3-0 après un match magnifique de la part des Owls. La tactique du turnover a finalement basculé du côté de la déroute pour les Gunners. Aucun automatisme, aucune liaison correcte, aucune hargne à la récupération et surtout, aucune créativité devant… Voici le résumé peu flatteur de la performance de l’équipe ce soir.

Cette Capital One Cup n’était clairement pas la priorité de Wenger, qui ne l’a jamais gagné d’ailleurs, mais les nombreux changements opérés n’ont pas porté leurs fruits. Les seuls cadres titularisés au début de ce match, à savoir Mertesacker, Cech, Giroud et Oxlade n’ont pas su insuffler l’élan de confiance à l’ensemble des jeunes et des remplaçants habituels. Et le résultat est sans appel, une seule grosse occasion dans le temps réglementaire, et par l’intermédiaire de Mertesacker.

L’autre mauvais nouvelle de la soirée, c’est la blessure d’Oxlade dès les premières minutes de jeu. Remplacé par Walcott aussitôt, l’anglais se blessera lui aussi quelques minutes plus tard. Enorme coup dur pour les Gunners qui perdent deux titulaires précieux après Aaron Ramsey mardi dernier contre le Bayern.

Les blessures musculaires gangrènent le football moderne. Les enchaînements de matchs sont beaucoup trop durs à encaisser pour les joueurs. Aujourd’hui, un joueur titulaire en club et en sélection fera environ 60 matchs dans l’année. Comment ne pas se blesser dans des matchs d’une telle intensité, d’un tel niveau ?  Cela est presque impossible. Et la question de supprimer des compétitions est remise en cause, avant tout pour la sécurité des joueurs. Résultat, Walcott, Ramsey, Oxlade, Ospina sont blessés. Avant d’affronter le Bayern lors du match retour, les mauvaises nouvelles s’enchaînent.

Après cette lourde défaite, Arsenal est éliminé de la Capital One Cup et va pouvoir se concentrer sur son déplacement à Swansea samedi.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (5) : Tranquillement, la petite sortie du mardi soir. Il était clairement venu faire du tourisme et n’a pas voulu se salir.

Debuchy (3) : Debuchy mérite clairement d’être titulaire, c’est vrai… Soit à Laval soit Orléans. En tout cas avec des matchs comme ça Bellerin est pénard.

Chambers (4) : Si on réussi à faire une plus value sur lui… C’est un miracle

Mertesacker (4) : Sûrement le meilleur joueur de BPL actuellement, exceptionnel dans le domaine aérien, mais ce soir ça devait être son cousin de PHB de Loir-et-Cher sur le terrain…

Gibbs (5) : Il a couru.

Flamini (3) : On l’a pas vu. Deux boites en carton en guise de pied.

Kamara (5) : Il s’est démené mais était tout seul face à 3 bûcherons.

Bennacer (6) : Un bonne patte gauche, prometteur pour 17 ans. Un des plus actif ce soir.

Iwobi (5) : Il doit progressé techniquement. Mais on sent du potentiel.

Campbell (5) : Il pouvait prouver, il a essayé mais on attend plus. Il devrait avoir plus de temps de jeu avec les blessures à son poste.

Giroud (3) : Introuvable.

#Dim

Une confirmation attendue

Par défaut

Arsenal - Everton, 10ème journée de PL

Avant-match Arsenal – Everton, 10ème journée de Premier League

Au lendemain d’un exploit de très haute facture avec la victoire 2-0 à l’Emirates contre le monstre appelé Bayern Munich, les Gunners doivent maintenant confirmer cette forme étincelante par une victoire face aux Toffees d’Everton.

Une confirmation attendue

Sur les trois derniers matchs toutes compétitions confondues d’Arsenal, c’est 8 buts marqués pour 0 encaissé. Des statistiques qui montrent la très bonne forme des Gunners. Si l’on rajoute le fait que les hommes de Wenger ont défait Manchester United, le rival historique, Watford, alors meilleure défense de Premier League, et le Bayern Munich, meilleure équipe d’Europe, la performance est encore plus impressionnante.

Oui Arsenal a eu beaucoup de difficultés en ce début de saison. Oui Arsenal n’est pas tiré d’affaire en Ligue des Champions dans la course à la qualification pour les huitièmes de final. Oui, tout ça est vrai. Mais il semblerait que ces difficultés chroniques soient passées et que l’équipe ait décidé de travailler ensemble pour nous proposer du beau jeu et de belles victoires.

Ces victoires se basent tout d’abord sur une assise défensive très solide malgré les rotations. L’association de Petr Cech au trio défensif central Mertesacker – Koscielny – Gabriel semble avoir trouvé un équilibre intéressant. Sur les côtés, les présences de Bellerin et Monréal sont plus que jamais indiscutables après le match contre le Bayern Munich. Nacho Monréal est avec Koscielny notre meilleur défenseur depuis 2 ans. Son attitude est irréprochable, sur et hors du terrain, un modèle de professionnalisme. Quant au très jeune espagnol, il a été mis énormément en difficultés face au génie de Douglas Costa pendant près d’une heure. Après l’ouverture du score d’Olivier Giroud, Hector s’est fait justice en redressant totalement la barre pour délivrer une sublime passe décisive après un sprint monumental depuis sa propre moitié de terrain, le tout à la 93ème minute de jeu.

Devant lui Coquelin et Cazorla se répartissent subtilement le travail. Le français laissant le lutin espagnol faire parler sa technique à la relance quand sa rage et sa passion lui permettent de récupérer un nombre incalculable de ballons. Ajoutez à cela des ailiers exemplaires dans le replacement défensif et vous obtenez une attaque du Bayern muette. Avec la blessure d’Aaron Ramsey contre les allemands, Alex Oxlade-Chamberlain se retrouvera titulaire pour les prochaines rencontres. Beaucoup pensent que le choix de le mettre sur le banc est une erreur de la part de Wenger. Certes, mais Wenger n’est-il pas le mieux placé pour connaître son équipe à la perfection ? Et s’il ne titularise pas The Ox, c’est qu’il doit y avoir une explication. Et la raison est simple : le travail défensif. Oxlade est un énorme atout offensif mais ses relances et sa concentration défensive ont parfois tendance à baisser de niveau au fil d’un match. C’est pourquoi Ramsey est souvent préféré à l’anglais. Son implication offensive et défensive est de tous les instants et même s’il n’est pas le meilleur dans les 30 derniers mètres adverses, ses efforts permettent de compenser les absences passagères d’un Özil ou les montées régulières d’un Bellerin.

Côté Everton, les Toffees vivent une saison avec des hauts et des bas. Une victoire contre Chelsea en point d’orgue et une défaite la semaine dernière contre Manchester United sur le score de 3-0 à domicile pour venir ternir une belle 9ème place.

C’est donc avec une confiance au plus haut et des statistiques plus que convenables que les Gunners auront à cœur d’accrocher la victoire pour remporter les trois points. De plus, le derby de Manchester de ce week-end laisse entrevoir la perspective d’une première place au terme de cette journée en cas de victoire.

#Albin #COYG

Quelle démonstration !

Par défaut

8ème journée de PL

Compte-rendu Arsenal – Manchester United, 8ème journée de Premier League

20 minutes auront suffit

Pour ce choc de la 8ème journée de Premier League entre les Gunners et les Red Devils, la pression était forte sur les épaules des hommes d’Arsène Wenger. Après visionnage de ce match une chose est sûre, les Gunners réagissent plutôt bien à la pression.

Un football d’une qualité premium, des combinaisons fluides orchestrées à la perfection, une hargne défensive de tous les instants, les Gunners nous ont offert une leçon de football aujourd’hui. Et 20 minutes auront suffit à Sanchez & Co pour achever un United fébrile. Le premier ballon touché par un Mancunien dans la moitié de terrain d’Arsenal a été enregistré à la 8ème minute. Huit minutes, c’est le temps qu’il aura fallu aux Gunners pour planter deux buts somptueux tant collectivement qu’individuellement. Le premier intervient dès la 6ème minute avec un dédoublement de Bellerin sur le côté droit. Le latéral espagnol transmet à Özil dans l’axe pour un une-deux dont les Gunners ont le secret avec Ramsey. En bout de course, l’international allemand centre pied droit pour la finition magique d’une Madjer d’Alexis. Moins d’une minute plus tard, Cazorla récupère avec l’aide de Coquelin dans sa moitié de terrain, le lutin espagnol se met dans le sens du jeu et trouve Alexis dans l’intervalle. Nouvelle madjer du chilien pour trouver Özil en une touche de balle qui trouve ensuite Walcott lancé dans la profondeur. L’anglais repique intérieur et temporise pour glisser le ballon à son compère d’attaque allemand qui ouvre son pied gauche pour crucifier De Gea. Arsenal 2, Manchester United 0.

Une entame de match incroyable de la part d’Arsenal et que ça fait du bien de voir ce que cette équipe est capable de faire. Cela faisait très longtemps que les Gunners n’avaient pas autant dominé de la tête et des épaules un aussi gros choc de Premier League, qui plus est face au rival historique Red Devils. Suite à ces deux actions consécutives, l’intensité est quelque peu retombée sur l’Emirates et les Mancuniens ont commencé à avoir le ballon de manière stérile. Une intensité aussitôt revenue en flèche pour le 3-0. En effet, après s’être bien battu sur le côté droit du terrain, Aaron Ramsey décale Walcott dans l’axe. L’avant-centre des Gunners se retourne instantanément pour trouver Sanchez seul. Le chilien crochète intérieur avec l’aide d’un contre favorable avant d’envoyer un missile dans la lucarne de De Gea. Trois buts absolument magiques de technique, de coordination, de puissance et de confiance. Cette équipe d’Arsenal à ce niveau est injouable, elle respire tout ce qu’il y a de plus beau dans le football.

En fin de première mi-temps, les Gunners auraient pu aggraver le score à 4-0 si Aaron Ramsey n’avait pas manqué le cadre sur une reprise de volée seul au deuxième poteau. Mais ils auraient aussi voir les Red Devils revenir à 3-1 si Cech n’avait pas sorti une parade de très grande classe face à Anthony Martial. Le scénario de la 2ème mi-temps se réduit à des Mancuniens essayant désespérément de trouver la faille dans une défense compacte et très bien organisée d’Arsenal.

Ce compte-rendu est l’occasion de rendre hommage à toute l’équipe aujourd’hui. D’un Cech impeccable, d’un Gabriel patron dans les airs à des latéraux solides défensivement et présents offensivement en passant par un milieu grandiose et une attaque de feu. Lorsque l’équipe joue de cette manière, on se rend compte que rien ne lui résisterait si la constance était là à tous les matchs. Quand on voit Théo Walcott se précipiter sur tous les ballons au pressing, délivrant au passage deux passes décisives, un Özil juste et magique, un Sanchez sur une autre planète, un milieu Cazorla – Coquelin d’une complémentarité irréprochable et une défense implacable. Oui, les défaites en Ligue des Champions sont du gaspillage de talent qu’une équipe telle que celle-là n’a pas le droit de perdre.

Une victoire si prestigieuse face au rival Mancunien devrait donner des idées au joueurs en vue de la double confrontation face à un Bayern Munich complètement inarrêtable en ce moment. Les hommes de Guardiola viennent d’infliger une correction au BVB Dortmund (5-1) alors que ces derniers étaient dans une forme étincelante. C’est donc une tâche presque impossible qui attend les Gunners dans les semaines à venir s’ils veulent décrocher une place en phase final de Ligue des Champions. Cette victoire doit servir de déclic.

#Albin

Les notes du match :

Cech (8,5) : Un match sans faute pour le portier tchèque. Un magnifique arrêt face à Martial avant la pause et 2 bonnes interventions face à Rooney et Schweinsteiger. Le tchèque est le gardien qu’il faut.

Bellerin (6,5) : Un match plus que correct pour le latéral espagnol, bon sur les plans défensifs et offensifs.

Mertesacker (7) : Un match de patron de la part de Per, très bon dans toutes ses interventions.

Gabriel (6,5) : À l’image de son coéquipier en défense centrale, le brésilien a réalisé un bon match dans l’ensemble.

Monreal (7,5): Bon match de notre latéral gauche. Quelques bonnes montées et interventions.

Coquelin (7,5) : Également un bon match de la révélation d’Arsenal en 2015. Toujours excellent à la récupération, il l’a prouvé sur le 1er but des Gunners.

Cazorla (7) : Très bon match du lutin espagnol. Il a été précieux dans l’entre jeu londonien aujourd’hui, en adressant notamment des passes de qualité.

Özil (8,5) : Que dire ? 1 passe décisive et 1 but. Excellent match de l’allemand, qui prouve qu’il est un joueur de classe mondiale. C’est enfin le Özil que tout le monde attendait lors des grands matchs.

Ramsey (6,5) : À l’origine du 1er but, le gallois a donné tout ce qu’il a pu dans ce match en montrant quelques choses intéressantes.

Sanchez (9) : L’homme du match. 2 beaux buts, une activité énorme, le chilien aura régalé beaucoup de monde ce dimanche.

Walcott (8,5) : 2 passes décisives et une très bonne activité, l’attaquant a réalisé un grand match. Il est en train de gentiment prendre l’ascendant sur Giroud.

#Hugo