Ils l’ont fait !

Par défaut

Olympiakos - Arsenal, 6ème journée de LDC

Compte-rendu Olympiakos – Arsenal, 6ème journée de Ligue des Champions

Au cours d’une phase de poules de Ligue des Champions rocambolesque, les Gunners ont réussi à se qualifier contre toutes attentes en gagnant 0-3 en Grèce contre l’Olympiakos.

Merci Olivier !

Pour tous les fans qui souhaitaient voir un attaquant de classe mondiale arriver à Londres au mercato estival, je crois qu’il est temps pour vous d’avouer que Monsieur Arsène Wenger avait encore raison. Le français a livré une de ses meilleures prestations sous le maillot des Gunners en inscrivant un triplé pour qualifier son équipe pour les 8èmes de finale de Ligue des Champions.

Après avoir perdu 2-3 contre les Grecs à l’Emirates, Arsenal se devait de gagner par au moins deux buts d’écart ou par le score de 3-2 pour espérer passer la phase de poules. C’est donc chose faite au terme d’un match compliqué en première mi-temps et géré en deuxième. En effet, les 20 premières minutes de jeu ont été d’une pauvreté inexplicable pour une équipe dans la situation d’Arsenal. Une défense friable à l’image d’un Bellerin complètement perdu avec un milieu endormi qui commettait trop d’erreurs techniques pour pouvoir créer des offensives cohérentes.

Et soudainement, Arsenal s’est décidé à accélérer. Les limites défensives de l’Olympiakos sont alors apparues très rapidement. Une première alerte avec la frappe contrée de Flamini qui termine sa course sur la barre après une belle percée de Campbell sur le côté droit. Quelques minutes plus tard, Özil trouve Aaron Ramsey dans le couloir gauche d’une passe délicieuse dans l’intervalle. Le Gallois centre instantanément du pied gauche pour la tête de Giroud qui marque sur une faute de main du gardien grec. 0-1 après 30 minutes de jeu, l’exploit est en chemin.

La 2ème mi-temps se déroule selon le même schéma que la 1ère. Arsenal gère et prend son temps dans la construction tandis que les Grecs sont coincés entre l’idée de rester à 11 derrière et l’envie de marquer le but de l’égalisation. Une hésitation dont Arsenal profite à la 50ème minute sur un ballon  de récupération anodin. Özil, encore lui, trouve Campbell d’une balle en cloche aux abords de la surface. Le Costa Ricien temporise, élimine un défenseur sur un râteau parfaitement exécuté et envoie une merveille de passe dans la course d’Olivier Giroud qui crucifie le gardien d’un plat du pied gauche. Quelle passe… Cinq défenseurs éliminés, rien que ça. Joël Campbell prouve match après match que son statut de remplaçant est plus que remis en cause.

0-2, Arsenal est qualifié. Le suspens et la peur d’un but grec commencent alors. Si l’Olympiakos marque, Arsenal devra planter le 3ème. C’est donc à cet instant précis que Petr Cech décide de montrer à tout le monde pourquoi il est plus qu’un simple transfert. Une parade main opposée sur frappe surpuissante des 25 mètres mais surtout des interventions d’une sérénité incroyable. Rassurant.

Et avant que le suspens ne devienne trop insupportable, l’arbitre siffle un pénalty pour Arsenal sur une main évidente. Olivier Giroud prend alors ses responsabilités et inscrit son premier triplé pour Arsenal au meilleur des moments. 0-3, le score ne bougera plus jusqu’à la qualification.

Arsenal se qualifie donc pour son 16ème huitièmes de finale de suite après s’être compliquée la tâche d’une manière dont seuls les Gunners savent le faire. 9 points en 6 matchs, sur le fil. Arsenal affrontera donc l’une des équipes suivantes : Real Madrid, FC Barcelone, Wolfsburg, Atletico Madrid ou Zenith St Petersbourg.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (7,5) : Un clean sheet ce soir qui a permis aux Gunners cette qualification. Un grand gardien dans un grand évènement, ça aide. Il a parfaitement géré ce match.

Bellerin (6) : En difficulté lors de ses derniers matchs, il a retrouvé des couleurs ce soir et a tenté d’aider offensivement. C’est bien mais on attend mieux.

Mertesacker (6) : Un match solide pour Per, qui a fait ce qu’il a eu à faire, sans plus.

Koscielny (8,5) : Un match monstrueux de Kos’ qui a sauvé la baraque plusieurs fois et n’a fait aucune erreur. Un grand joueur.

Monreal (7) : Bon match de Monreal comme d’habitude. Il provoque la main du joueur grec sur le pénalty en deuxième mi-temps.

Flamini (6) : Son expérience a fait du bien au milieu de terrain. Il a fait son match.

Ramsey (6) : Peu en vue offensivement, il s’est occupé de bien défendre surtout, avant de se projeter vers l’avant.

Campbell (7,5) : Sans doute le meilleur match de Joël sous les couleurs des Gunners. Il a souvent fait les bons choix, et son travail sur le second but est magnifique. Il a marqué des points ce soir.

Walcott (6) : Discret pour son retour. Il s’est montré dangereux mais n’a joué que par à-coups.

Özil (7,5) : World-class player. Toujours dans le bon tempo, il cherche constamment le décalage. Grandiose.

Giroud (9) : L’homme du match ce soir. On dit que les grands joueurs sont présents dans les grands matchs, il l’a été ce soir. 3 occasions, 3 buts. C’est net et sans bavure.

#Dim

Publicités

Une victoire qui fait du bien

Par défaut

Arsenal - Sunderland, 15ème jouréne de PLCompte-rendu Arsenal – Sunderland, 15ème journée de Premier League

Après 3 matchs sans victoire en Premier League et un mois de novembre brouillon, Arsenal a renoué avec le succès en s’imposant 3-1 face à une dangereuse équipe de Sunderland.

Une victoire qui fait du bien

Avec un bilan de 2 points en 3 matchs de Premier League lors de mois de novembre noir, les Gunners se devaient de vaincre les Black Cats de Sunderland à l’Emirates Stadium. Et comme lors des dernières rencontres, le manque de créativité offensive est criant au cours de la première mi-temps. Un seul homme est capable de créer quelque chose en ce moment : Mesut Özil. Sa forme étincelante lui permet de délivrer sa 12ème passe décisive de la saison en Premier League conclut très sereinement d’un plat du pied gauche par Joël Campbell.

Sur la centaine de ballons touchés par l’allemand dans ce match, il n’en pas perdu plus de cinq au total. Toujours le dribble juste, la passe juste, l’appel juste. Cette justesse et cette intelligence de jeu pourraient faire de lui le joueur de la saison de Premier League s’il continue sur cette lancée. Sur ce match, son association avec Flamini et Ramsey est montée en puissance. Le gallois repositionné devant la défense en l’absence de Cazorla et Coquelin a mis 45 minutes à reprendre ses marques. Son abnégation et son volume de jeu lui ont permis d’être finalement récompensé en fin de match en marquant le but du 3-1.

Mais avant tout cela, les Gunners sont retombés dans leurs travers de ces derniers matchs en encaissant un 3ème CSC cette saison sur un coup-franc anodin. C’est Olivier Giroud qui coupe la trajectoire en touchant maladroitement le ballon du pied gauche pour trouver la lucarne de Cech. Un nouveau match compliqué pour Arsenal à cause d’une équipe de Sunderland procédant en contres.

Des contres qui auraient pu coûter très cher aux Gunners si Petr Cech n’était pas aussi impassable cette saison. Mais cette équipe d’Arsenal a du mental, la preuve avec Olivier Giroud. Coupable d’un CSC plus tôt dans le match, le français se rachète d’une magnifique tête plongeante coupée au premier poteau. Mais jusqu’au bout du match, les Black Cats sont restés dangereux et auraient pu égaliser si Van Annholt avait réussi son tir du pied droit à la 90ème minute.

Au final, Arsenal remporte les 3 points après un match piège et rendu difficile par une très belle équipe de Sunderland. Le retour des blessés, malgré d’autres nouvelles blessures, que sont Ramsey, Walcott, Oxlade et Koscielny font du bien et offre une profondeur de banc intéressante au boss Arsène Wenger. Une victoire qui soulage donc et qui permet aux Gunners de s’offrir un bol de confiance avant la finale de groupe de Ligue des Champions de mercredi soir en Grèce face àl l‘OLympiakos.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (8) : Il a sauvé l’équipe et les 3 pts à plusieurs reprises aujourd’hui. Quel joueur.

Bellerin (4) : Il a pris bouillon tout le match, et n’a rien apporté en attaque. Il s’est fait manger par Kaboul sur une accélération, c’est dire.

Koscielny (6) : Un gros match qui aurait dû lui rapporter une meilleure note. Mais sa faute stupide concédée en fin de première mi-temps a coûté un but.

Mertesacker (5,5) : Un bon match de Merte mais qui ne semble jamais trop sur de lui.

Monreal (6) : Encore un bon match de Nacho aujourd’hui. Un match solide et efficace comme souvent.

Flamini (4) : C’est inefficace et lent. Chambers a plus apporté en 10 minutes de jeu.

Ramsey (6) : Bon match d’Aaron dans un rôle plus central que d’ordinaire. Il est léger défensivement mais sa qualité technique a fait du bien.

Campbell (5) : Un beau but pour ouvrir le score, mais trop de déchets et d’imprécisions.

Chamberlain (4) : Même constat que Campbell, le but en moins.

Özil (8) : Un match extra pour Mesut encore une fois. Il a livré une prestation de haut niveau.

Giroud (6): Un CSC qui aurait pu coûter cher mais un but en deuxième mi-temps sur sa seule occasion. Solide mentalement.

#Dim

Un match spécial

Par défaut

arsenal - tottenham, 12ème journée de PL

Avant-match Arsenal – Tottenham, 12ème journée de Premier League

Au lendemain de sa plus grosse défaite à l’extérieur en Ligue des Champions (5-1) sur la pelouse du Bayern Munich, les Gunners reçoivent l’ennemi juré du Nord de Londres pour un derby toujours très chaud.

Un match spécial

C’est donc dans un contexte étrange que les Gunners ont préparé ce North London Derby. En effet, après la contre-performance de mercredi soir, Arsenal est quasiment éliminé de la plus grande des compétitions européennes sans avoir dépassé le stade des poules.

Les joueurs auront à cœur de se racheter de la claque prise à Munich en milieu de semaine. De plus, les derbys sont toujours des matchs spéciaux pour tout le monde, la motivation sera donc deux fois plus importante qu’en temps normal.

Du côté d’Arsenal, les blessures ne permettent pas à Wenger d’aligner son équipe type et on retrouvera donc Debuchy et Campbell sur le côté droit. Giroud animera la pointe de l’attaque tandis que Gabriel et Mertesacker devraient sécuriser les cages de Petr Cech en attendant le retour de Laurent Koscielny la semaine prochaine. Les Gunners bénéficient tout de même d’un large avantage psychologique sur les Spurs à l’Emirates. En effet, Arsenal reste invaincu à domicile contre Tottenham sur 19 des 20 dernières rencontres entre les deux équipes.

Du côté de Tottenham, le début de saison est plutôt réussi pour les hommes de Pochettino avec une 6ème place plaçant les Spurs en embuscade. A seulement 5 points des Gunners, les Spurs restent sur une série de 10 matchs sans défaite en Premier League.

Ce sont donc deux équipes en formes qui s’affronteront ce dimanche à l’Emirates pour le compte de la 12ème journée de Premier League. Le North London Derby étant toujours un match spécial, les deux équipes devraient nous offrir un spectacle intense et de qualité.

#Albin #COYG

Une confirmation attendue

Par défaut

Arsenal - Everton, 10ème journée de PL

Avant-match Arsenal – Everton, 10ème journée de Premier League

Au lendemain d’un exploit de très haute facture avec la victoire 2-0 à l’Emirates contre le monstre appelé Bayern Munich, les Gunners doivent maintenant confirmer cette forme étincelante par une victoire face aux Toffees d’Everton.

Une confirmation attendue

Sur les trois derniers matchs toutes compétitions confondues d’Arsenal, c’est 8 buts marqués pour 0 encaissé. Des statistiques qui montrent la très bonne forme des Gunners. Si l’on rajoute le fait que les hommes de Wenger ont défait Manchester United, le rival historique, Watford, alors meilleure défense de Premier League, et le Bayern Munich, meilleure équipe d’Europe, la performance est encore plus impressionnante.

Oui Arsenal a eu beaucoup de difficultés en ce début de saison. Oui Arsenal n’est pas tiré d’affaire en Ligue des Champions dans la course à la qualification pour les huitièmes de final. Oui, tout ça est vrai. Mais il semblerait que ces difficultés chroniques soient passées et que l’équipe ait décidé de travailler ensemble pour nous proposer du beau jeu et de belles victoires.

Ces victoires se basent tout d’abord sur une assise défensive très solide malgré les rotations. L’association de Petr Cech au trio défensif central Mertesacker – Koscielny – Gabriel semble avoir trouvé un équilibre intéressant. Sur les côtés, les présences de Bellerin et Monréal sont plus que jamais indiscutables après le match contre le Bayern Munich. Nacho Monréal est avec Koscielny notre meilleur défenseur depuis 2 ans. Son attitude est irréprochable, sur et hors du terrain, un modèle de professionnalisme. Quant au très jeune espagnol, il a été mis énormément en difficultés face au génie de Douglas Costa pendant près d’une heure. Après l’ouverture du score d’Olivier Giroud, Hector s’est fait justice en redressant totalement la barre pour délivrer une sublime passe décisive après un sprint monumental depuis sa propre moitié de terrain, le tout à la 93ème minute de jeu.

Devant lui Coquelin et Cazorla se répartissent subtilement le travail. Le français laissant le lutin espagnol faire parler sa technique à la relance quand sa rage et sa passion lui permettent de récupérer un nombre incalculable de ballons. Ajoutez à cela des ailiers exemplaires dans le replacement défensif et vous obtenez une attaque du Bayern muette. Avec la blessure d’Aaron Ramsey contre les allemands, Alex Oxlade-Chamberlain se retrouvera titulaire pour les prochaines rencontres. Beaucoup pensent que le choix de le mettre sur le banc est une erreur de la part de Wenger. Certes, mais Wenger n’est-il pas le mieux placé pour connaître son équipe à la perfection ? Et s’il ne titularise pas The Ox, c’est qu’il doit y avoir une explication. Et la raison est simple : le travail défensif. Oxlade est un énorme atout offensif mais ses relances et sa concentration défensive ont parfois tendance à baisser de niveau au fil d’un match. C’est pourquoi Ramsey est souvent préféré à l’anglais. Son implication offensive et défensive est de tous les instants et même s’il n’est pas le meilleur dans les 30 derniers mètres adverses, ses efforts permettent de compenser les absences passagères d’un Özil ou les montées régulières d’un Bellerin.

Côté Everton, les Toffees vivent une saison avec des hauts et des bas. Une victoire contre Chelsea en point d’orgue et une défaite la semaine dernière contre Manchester United sur le score de 3-0 à domicile pour venir ternir une belle 9ème place.

C’est donc avec une confiance au plus haut et des statistiques plus que convenables que les Gunners auront à cœur d’accrocher la victoire pour remporter les trois points. De plus, le derby de Manchester de ce week-end laisse entrevoir la perspective d’une première place au terme de cette journée en cas de victoire.

#Albin #COYG

Continuer sur la lancée

Par défaut

watford - arsenal, 9ème journée de PL

Avant-match Watford – Arsenal, 9ème journée de Premier League

Après un break international plutôt réussi pour les Gunners au sein de leurs sélections respectives, la Premier League revient ce week-end avec le déplacement d’Arsenal sur la pelouse du promu Watford.

Continuer sur la lancée

On avait laissé les Gunners sur un succès retentissant contre le rival historique Mancunien à l’Emirates. Un 3-0 en 20 minutes pour une démonstration de force collective et individuelle rarement aussi achevée du début à la fin du match ces dernières années du côté du Nord de Londres. Et il semblerait que ce regain de confiance ait permis aux hommes de Wenger de briller avec leurs pays.

INternational break Arsenal octobre 2015

Source : Eurosport UK

Alexis est absolument injouable depuis son triplé à Leicester, Özil n’en finit plus de délivrer des caviars, Cazorla et Ramsey qui retrouvent le chemin des filets, des attaquants décisifs… Bref, un break international parfait pour une confiance en nette augmentation.

Et cette confiance il faudra la conserver avant la double confrontation décisive en Champion’s League contre le Bayern Munich. C’est donc par une victoire ce samedi contre Watford que les Gunners garderont toute la confiance acquise ces dernières semaines.

Bien positionnés en championnat, cette rencontre ne doit pas être laissée de côté au regard du choc face à l’ogre bavarois mardi prochain. Cependant, Laurent Koscielny et Alexis Sanchez devraient rester sur le banc pour ce match. Le défenseur français revient tout juste de blessure tandis que le chilien vient d’enchaîner un nombre important de match en peu de temps. Le manager alsacien les laissera donc au repos par pure précaution.

De plus, en 5 confrontations contre Watford, Arsenal a toujours gagné en marquant au moins deux buts à chaque match. Des statistiques rassurantes qu’il faudra confirmer demain soir pour continuer à engrenger des points et de la confiance.

#Albin #COYG

Sanchez, quel départ !

Par défaut

7ème journée de PL

Compte-rendu Leicester City – Arsenal, 7ème journée de Premier League

En déplacement sur la pelouse des Foxes de Leicester City seulement trois jours après leur victoire dans le North London Derby, les Gunners nous ont offert un beau spectacle offensif.

Un spectacle offensif, des actions collectives de qualités et un état d’esprit conquérant retrouvé, voilà les ingrédients qui ont permis à Arsenal de remporter une précieuse victoire.

Pourtant, le début de match des Gunners fut très compliqué, nous rappelant le triste match disputé à Zagreb en Ligue des Champions. En effet, durant les 15 premières minutes du match, les Gunners se sont fait étriquer par une équipe des Foxes séduisante. Après une première action chaude, Vardy récupère le ballon plein axe après une mauvaise relance. Son tir croisé du pied gauche vient s’échouer sur le poteau pour le plus grand bonheur d’Arsenal. Mais quelques minutes plus tard, le même Vardy s’échappe côté gauche et prend tout son temps pour ajuster Cech d’un plat du pied droit précis et puissant dans le petit filet opposé. Une défense prise à revers sur une contre-attaque rondement menée de la part de Leicester avec un Mertesacker qui n’est pas exempt de tout reproche sur ce but. Continuant à pousser devant les cages de Cech, Albrighton centre fort pour la tête de l’inépuisable Vardy. Celui-ci trouve une nouvelle fois la barre transversale des Gunners.

Très certainement le tournant du match puisque dans les minutes qui suivent, Cazorla nous offre un amour de passe en profondeur pour Walcott qui crucifie Schmeichel avec l’aide du poteau. Une égalisation rapide qui a permis aux Gunners de ne pas douter plus longtemps que les cinq minutes séparant les deux buts.

Dans un match très ouvert, la clé du match s’est située au niveau de la titularisation de Walcott. L’international anglais a multiplié les appels dans le dos des défenseurs de Leicester en évitant d’être pris au piège du hors-jeu. Une présence de tous les instants qui a énormément fatiguée les Foxes durant ce match et libérant d’autres espaces pour ses coéquipiers. Et sur une action collective de haute volée où l’on notera la déviation sublime de Mesut Özil, Walcott se jette au premier poteau sur le centre de Bellerin. Le ballon est contré par le défenseur de Leicester et revient avec beaucoup de chance dans les pieds d’Alexis qui ne se fait pas prier pour débloquer son compteur personnel cette saison avec les Gunners.

1-2 pour Arsenal, début show Sanchez. Au retour des vestiaires, le match est d’une toute autre teneur. Arsenal domine les débats et les hommes de Ranieri ne se procurent presque plus de situations dangereuses. Une supériorité technique, collective et mentale qui permet à Sanchez d’inscrire un doublé sur une passe d’extraterrestre d’Özil.

Une performance collective agréable à regarder et précieuse pour le moral des Gunners. A 1-3, les hommes d’Arsène Wenger ont continué de pousser et de se créer des occasions de but. Et là encore, à la 81ème minute, Alexis Sanchez fait oublier son début de saison compliqué pour inscrire son premier triplé sous les couleurs d’Arsenal. Et quel but ! Sur une touche effectuée rapidement sur le côté gauche, Sanchez se défait de son marquage d’un grand pont subtil sur son contrôle pour enchaîner par une frappe sèche et soudaine. Schmeichel est battu.

La fin de match est similaire au début de la rencontre, Leicester pousse et continue à vouloir recoller au score. Petr Cech est alors impeccable dans ses buts jusqu’au copier/coller de l’ouverture du score dans la finition. En effet, sur un centre venant de la droite, Cech effectue un arrêt miraculeux sur sa ligne. Le ballon revient dans les pieds de Vardy qui enroule parfaitement pour trouver une nouvelle le petit filet opposé. Pour clore ce magnifique match, Olivier Giroud signale son entrée par deux occasions franches. Une première où il oublie de couper le magnifique centre de Cazorla. Une deuxième où sa finition pied gauche est parfaite.

2-5 score final. Les Gunners seront fait peur en début de rencontre avant d’asseoir une domination intéressante dans un match très ouvert. Une belle performance offensive avec 5 buts à la clé, une bonne chose pour le moral des hommes de Wenger. Profitant du faux pas de Manchester City face aux Spurs, les Gunners se repositionnent à la 4ème place, à seulement trois points de leader Manchester United. Une prestation à confirmer mardi soir en Ligue des Champions à l’Emirates face aux Grecs de l’Olympiakos. Victoire impérative.

#Albin #COYG

Les notes du match

 

Cech (7) : Il ne peut rien sur l’ouverture du score de Vardy. Ensuite, il a stoppé toutes les menaces de Leicester (notamment en première période), ou ses montants s’en sont chargés.

Bellerin (6) : Peu en vue offensivement, le but part de son côté, dans son dos. Hormis ça il a bien géré en seconde mi-temps.

Mertesacker (5) : Pour son retour, il n’a pas été phénoménal. Pire, il est directement impliqué sur le but encaissé puisque c’est lui qui ne suit pas Vardy… Gabriel se rapproche à grand pas.

Koscielny (8) : Excellent dans les duels, précis dans les relances, rassurant dans les moments chauds, Koscielny est clairement le patron de la défense. Comme souvent…

Monreal (7) : Encore un très bon Nacho aujourd’hui, qui a parfaitement tenu le danger numéro 1 qu’était Marhez.

Flamini (non-noté) : Sorti sur blessure à la 20e, remplacé par Arteta (6) qui a fait du bien su le plan mental notamment. Il a remis l’équipe dans le sens de la marche alors qu’elle souffrait.

Cazorla (6,5) : Un Santi un peu moins impliqué offensivement que d’habitude, mais qui a fait beaucoup d’efforts défensifs pour compenser l’absence de Coquelin. Belle passe décisive sur l’égalisation de Walcott malgré tout.

Ramsey (6) : Le joueur offensif le plus décevant aujourd’hui. Certes beaucoup d’activité et un volume de jeu intéressant, mais encore trop d’imprécisions et il n’est pas à son aise sur l’aile droite…

Ozil (8) : Mesut a fait son meilleur match de la saison. Techniquement au-dessus du lot, il a mis ses coéquipiers dans les meilleures dispositions. Un match avec de l’espace comme il les aime, son ballon pour le second but de Sanchez est un délice.

Sanche (9) : Un triplé pour Alexis qui ouvre de la meilleure des façons son compteur but cette saison. Un but en renard, une tête et une frappe lointaine, le chilien a montré l’étendue de son talent aujourd’hui.

Walcott (8,5) : Titularisé à la place de Giroud en pointe, Walcott a parfaitement profité des espaces dans la défense. Ses appels et sa vitesse ont fait la différence et il a marqué des points dans son duel avec Giroud, qui a marqué lui aussi en fin de match.

#Dim

Flamini, ce héros ! (Non non, vous ne rêvez pas)

Par défaut

12032873_10207128589000407_5336869067393254995_o

Compte-rendu Tottenham – Arsenal, 3ème Tour de Capital One Cup

Pour ce premier North London Derby de la saison, Arsenal se déplaçait à White Hart Lane seulement trois jours après le simulacre de derby contre les Blues de Chelsea.

C’est donc au cœur d’une actualité tumultueuse avec la suspension de trois matchs pour Diego Costa, la relaxe pour Gabriel et l’indisponibilité de Coquelin, que les Gunners devaient gérer une rencontre dans l’antre de l’ennemi juré : Tottenham.

Comme chaque année, la Capital One Cup est prétexte à une rotation de l’effectif. C’est donc sans surprise que Gibbs, Debuchy, Ospina, Arteta, Flamini, Chambers ou encore Campbell ont débuté ce match. Défensivement, Gibbs et Flamini ont assuré le travail tandis que Debuchy, Arteta et Chambers ont eu un peu plus de mal. C’est d’ailleurs Debuchy qui porte le plus de responsabilités dans ce match. Le français ne comprend pas sa situation de concurrence avec Bellerin mais en le voyant jouer de la sorte, le choix de Wenger est plus que compréhensible. L’international tricolore est, depuis quelques matchs, à côté de la plaque. Mal placé défensivement, en retard sur ses interventions, à contretemps dans ses montées offensives, la confiance l’a clairement délaissée cet été avec les titularisations successives de son coéquipier espagnol. C’est d’ailleurs sur une erreur de sa part que les Spurs ont réussi à égaliser. En effet, sur un centre venant de la droite, Debuchy se situe quelques mètres devant Chambers dans l’axe et ne peut donc pas intervenir. Il se fait ensuite déborder par Chadli dont le centre fort est dévié par le même Chambers dans ses propres filets avant qu’Ospina n’ait pu s’emparer du ballon.

Du côté des habituels titulaires, Ramsey, Oxlade, Giroud et Mertesacker étaient présents. Le travail défensif de ce dernier a été impeccable ce soir. Son expérience est encore plus visible lorsqu’il est associé à un jeune comme Chambers. Malgré son CSC, le jeune anglais a livré une partition plutôt solide et encourageante. Je n’aurai malheureusement pas l’occasion de parler d’Olivier Giroud, invisible sur le front de l’attaque. En revanche, le repositionnement de Ramsey au milieu de terrain a semblé le ravir. Si quelques personnes avaient encore des doutes sur sa véritable nature, sa prestation d’aujourd’hui vous prouve qu’il n’est pas un ailier.  Alors certes son jeu manque de rapidité et de clairvoyance à certains moments mais bon sang, que dire de son activité dans l’entrejeu. Dans cette position, ses rôles d’harceleur en phases défensives et de box-to-box en phases offensives sont impressionnants. Mais le joueur le plus frustrant reste Alex Oxlade-Chamberlain … Quelle rapidité balle aux pieds, quelle vitesse d’exécution, quelle technique dans ses dribbles mais quelle inconstance ! L’anglais pourrait être le meilleur ailier de Premier League, bien au-dessus d’Hazard ou Sanchez, s’il était capable d’enchaîner deux matchs corrects à la suite, voir même deux bonnes actions à la suite dans un même match. Le meilleur exemple est cet enchaînement magnifique en première mi-temps où il allie vitesse, technique, dribbles, éliminations de 3 défenseurs pour ensuite manquer une transversale assez simple. Tout un symbole. Ses problèmes de finition et de gestion de la dernière passe le pénalisent aux yeux de Wenger qui ne le titularise que rarement. Il est grand temps de remédier à cela chez lui s’il veut prétendre à une place indiscutable dans le onze de départ.

Ce compte-rendu ne s’achèvera pas sans parler du héros de ce North London Derby : Mathieu Flamini. Jamais titularisé, jamais appelé à rentrer en cours de match, le français est exemplaire dans son attitude depuis qu’il est revenu à Arsenal. Pour son premier match de la saison, il nous offre un doublé, rien que ça. Non content de se trouver en position de renard des surfaces sur le premier but où il reprend une frappe d’Oxlade mal repoussée par Vorm, le français nous gratifie d’une volée parfaite plein axe à l’entrée de la surface de réparation. Quel but ! Technique parfaite, mouvement maîtrisé, spontanéité à 100%, passion à 300%, une volée sublime qui vient offrir la victoire aux Gunners à la 77ème minute.

Une prestation de nos Gunners dans l’ensemble assez convaincante récompensée par une précieuse victoire sur l’ennemi juré. Espérons que ce match redonne de la confiance à un groupe dans le doute. Une chose est sûre, Mathieu Flamini a montré la voie ce soir et beaucoup de joueurs devraient s’en inspirer pour porter avec fierté les couleurs du Arsenal Football Club.

#Albin #LondonIsRed