Un gros ouf de soulagement !

Par défaut

Arsenal - Newcastle, 20ème journée de PL

Compte-rendu Arsenal – Newcastle, 20ème journée de Premier League

Un gros ouf de soulagement !

Après une défaite 4-0 à Southampton et une victoire 2-0 contre Bournemouth, les Gunners ont vécu une fin de fêtes difficiles face aux Magpies de Newcastle.

Merci Bosscielny

Un match étrange pour cette première rencontre de l’année 2016 mais un match gagné. Dans la douleur, les Gunners ont été bougés par une équipe de Newcastle accrocheuse et déterminée. De l’autre côté, Arsenal a réussi son début de match en se procurant de très bonnes opportunités sans parvenir à concrétiser, ni même tirer. En effet, à la mi-temps, aucun tir cadré pour des Gunners brouillons devant le but. A l’image d’un Walcott ou d’un Oxlade, Arsenal a débuté très fort sa rencontre avant de s’endormir tout doucement dans un faux rythme piégeur.

Une période de somnolence qui a bien failli profiter aux Magpies sans de très bonnes interventions de Petr Cech. Une nouvelle fois, la seule recrue estivale d’Arsenal permet à l’équipe de remporter trois points ultra-importants en cette fin de période de fêtes. Une double parade et une sortie dans les pieds de Wijnaldum en première période, des sorties aériennes parfaitement négociées, des tirs hors-cadres lus à la perfection  et une sortie à 100 à l’heure en deuxième période sur un nouveau face à face avec le hollandais.

C’est donc le secteur défensif qui est à l’honneur au terme de ce succès face au 18ème de Premier League. En grandes difficultés aujourd’hui, les Gunners ont pu s’appuyer sur un Koscielny impérial. Seul à mettre un impact suffisant dans les duels, le français inscrit son 3ème but de la saison sur une nouvelle phase arrêtée. A l’instar de Gabriel contre Bournemouth, Koscielny est à la réception d’une passe de la tête d’Olivier Giroud sur une erreur de renvoi d’un corner de Mesut Özil. Au bon moment et au bon endroit, le français répond toujours présent dans le besoin.

En revanche, le secteur offensif, et particulièrement les deux ailiers de ce match, Walcott et Oxlade, doivent se remettre en question. Oxlade ne nous laisse entrevoir qu’une infime partie de son immense talent et Walcott ne daigne même pas mouiller le maillot quand il se trouve sur une aile. Une attitude déplorable que Joël Campbell et Kieran Gibbs ont rapidement effacé lors de leurs rentrées en jeu.

Les Gunners finissent donc ces fêtes en tête de la Premier League après avoir repris 4 points sur Leicester. Ce match contre Newcastle était le genre de match où rien ne va mais où il faut absolument remporter les trois points. Chose faite avec ce succès précieux 1-0 qui nous permet de penser que cette équipe a grandi.

#Albin #COYG

Les notes du match :

Cech(8): Le portier tchèque a été énorme aujourd’hui. Des interventions très importantes, surtout devant Wijnaldum en début de seconde période. Ce match reflète parfaitement l’importance d’un gardien comme ça.

Bellerin(6): Match correct de l’espagnol. Ni bon, ni mauvais, il a fait son match. Peu d’apport offensif.

Mertesacker(6): Un match correct de l’allemand, qui a fait son travail défensif même s’il y avait un grand gardien derrière pour sauver les opportunités de Newcastle.

Koscielny(8): Énorme. Un grand match du français. Il marque un but très important et ses interventions défensives sont toujours autant précieuses.

Monreal(5,5): Un peu en-dessous que d’habitude, offensivement comme défensivement.

Flamini(6): Le français a fait son travail aujourd’hui, sans être tranchant non plus

Ramsey(6,5): De la peine à se mettre en jambe mais sa présence et sa débauche d’énergie a été précieuse en fin de match. Trop brouillon parfois. Il aurait marqué un magnifique but en fin de match si sa finition avait été meilleure.

Oxlade-Chamberlain(4): De bonnes montées de balle mais des passes et centres de mauvaise qualité. On a l’impression que l’anglais est à la peine lorsqu’il est titularisé. Un match à oublier pour lui.

Walcott(4): On l’a pas vu du match.

Özil(7): Un bon match de l’allemand. Pas de passe décisive cette fois-ci, ni de buts mais un bon impact sur le jeu et de bonnes passes. Il aurait même pu délivrer une passe de but à Ramsey en fin de match.

Giroud(6,5): Une bonne combativité du français. Il a délivré une passe décisive importante où il a fait parler son excellent jeu de tête.

#Hugo

Une peur de la 1ère place ?

Par défaut

southampton - arsenal, 18ème journée de PL

Compte-rendu Southampton – Arsenal, 18ème journée de Premier League

Une peur de la 1ère place ?

Après la défaite du leader Leicester face aux Reds de Liverpool en début de journée, les Gunners avaient l’occasion de prendre la tête de la Premier League en déplacement à Southampton pour ce Boxing Day du 26 décembre 2015.

Un match lamentable..

Comme souvent lorsque les Gunners perdent, le début de rencontre n’était pas d’une intensité excessive. Un manque d’agressivité dans les duels, des imperfections techniques inhabituelles et un cruel manque de coordination collective ont permis aux Saints de mettre Arsenal en doute pour développer un jeu de contre ultra-rapide. Résultat de tous ces manques, les Gunners se font punir dès la 20ème minute de jeu sur un but somptueux du latéral droit des Saints, Martina. Après un ballon renvoyé dans l’axe par Mertesacker, le défenseur décoche une demi-volée instantanée aux 30 mètres de l’extérieur du droit. Sa frappe parfaite contourne Koscielny et Ramsey pour finir sa trajectoire dans le petit filet de Cech, bouche bée. Un chef d’œuvre qui reflète de la meilleure des manières les défaillances défensives des Gunners.

Une première erreur avec le duo Bellerin – Campbell qui n’attaque pas Ryan Bertrand et qui le laisse centrer tranquillement. La seconde provient d’un Mertesacker hyper-inspiré qui relance en plein dans l’axe pour enchaîner sur la troisième et l’absence de pressing sur Martina, ce qui lui permet d’ajuster son extérieur dans la plus grande des sérénités.

Et des erreurs, les Gunners n’ont pas manqué d’en réaliser au cours de ce match. L’arrière-garde d’Arsenal, pourtant meilleure défense de Premier League avant ce match, n’a cessé de multiplier les relances approximatives, empêchant la fluidité habituelle du milieu de terrain de se projeter plus rapidement vers l’avant. Un manque technique qui conduira à un déséquilibrage de la balance entre l’attaque et la défense sur le second but. C’est en effet sur une récupération des Saints à 40 mètres de leur but que le milieu des Gunners est transpercé par une seule passe. La suite est un une-deux de toute beauté entre Long et Mané pour le 2-0. Absolument mérité.

Et le naufrage ne s’arrête pas là. Sur un corner, The Ox, à peine rentré en jeu, commet l’erreur de laisser filer Fonte qui propulse avec rage le ballon dans le but de Cech. Un match à oublier rapidement où rien ne semblait sourire aux Gunners. Une raclée qui se termine par un dernier but sur une énième course dans la profondeur de Long qui parachève le score à 4-0 en glissant le ballon entre les jambes du gardien tchèque.

4-0, la pilule est dure à avaler pour des Gunners complètement amorphe. Un score ultra-mérité pour des Saints piqué aux vifs par leur entraîneur la semaine dernière. En revanche, Arsenal ne peut s’en prendre qu’à soi-même, c’est une nouvelle occasion de virer en tête qui s’échappe. La peur de la première place serait-elle dans les têtes des joueurs ? Une idée à oublier rapidement pour ne pas plomber le moral des joueurs qui devront réagir lundi face au promu Bournemouth à l’Emirates.

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Cech (4) : Une sortie manquée sur un coup franc indirecte, une sortie non-faite sur corner, pas décisif… Un match sans pour le portier Tchèque.

Bellerin (5) : Il a essayé d’apporter, mais n’avait aucune présence devant lui aujourd’hui.

Mertesacker (2) : Des relances calamiteuses, un placement scandaleux, une vitesse ignoble. Un match des plus mauvais de Per.

Koscielny (4) : On a rarement vu un attaquant prendre le dessus sur Koko comme l’a fait Long ce soir. Pris dans la vitesse, l’intelligence de jeu, le physique.

Monreal (5) : Le commentaire de Bellerin lui convient parfaitement.

Flamini (3) : A clairement montré ses lacunes techniques ce soir. Incapable de créer quoi que ce soit balle au pied.

Ramsey (5,5) : L’un des rares à tenter de se projeter vers l’avant ce soir.

Ozil (3,5) : Invisible 90% du match.

Campbell (2) : Invisible tout le match.

Walcott (4) : A tenté de percuter comme il a pu, mais trop peu de prise de risque.

Giroud (2) : On l’a seulement vu pour gueule auprès de l’arbitre. Du gâteau pour la défense adverse.

#Dim

Ils l’ont fait !

Par défaut

Olympiakos - Arsenal, 6ème journée de LDC

Compte-rendu Olympiakos – Arsenal, 6ème journée de Ligue des Champions

Au cours d’une phase de poules de Ligue des Champions rocambolesque, les Gunners ont réussi à se qualifier contre toutes attentes en gagnant 0-3 en Grèce contre l’Olympiakos.

Merci Olivier !

Pour tous les fans qui souhaitaient voir un attaquant de classe mondiale arriver à Londres au mercato estival, je crois qu’il est temps pour vous d’avouer que Monsieur Arsène Wenger avait encore raison. Le français a livré une de ses meilleures prestations sous le maillot des Gunners en inscrivant un triplé pour qualifier son équipe pour les 8èmes de finale de Ligue des Champions.

Après avoir perdu 2-3 contre les Grecs à l’Emirates, Arsenal se devait de gagner par au moins deux buts d’écart ou par le score de 3-2 pour espérer passer la phase de poules. C’est donc chose faite au terme d’un match compliqué en première mi-temps et géré en deuxième. En effet, les 20 premières minutes de jeu ont été d’une pauvreté inexplicable pour une équipe dans la situation d’Arsenal. Une défense friable à l’image d’un Bellerin complètement perdu avec un milieu endormi qui commettait trop d’erreurs techniques pour pouvoir créer des offensives cohérentes.

Et soudainement, Arsenal s’est décidé à accélérer. Les limites défensives de l’Olympiakos sont alors apparues très rapidement. Une première alerte avec la frappe contrée de Flamini qui termine sa course sur la barre après une belle percée de Campbell sur le côté droit. Quelques minutes plus tard, Özil trouve Aaron Ramsey dans le couloir gauche d’une passe délicieuse dans l’intervalle. Le Gallois centre instantanément du pied gauche pour la tête de Giroud qui marque sur une faute de main du gardien grec. 0-1 après 30 minutes de jeu, l’exploit est en chemin.

La 2ème mi-temps se déroule selon le même schéma que la 1ère. Arsenal gère et prend son temps dans la construction tandis que les Grecs sont coincés entre l’idée de rester à 11 derrière et l’envie de marquer le but de l’égalisation. Une hésitation dont Arsenal profite à la 50ème minute sur un ballon  de récupération anodin. Özil, encore lui, trouve Campbell d’une balle en cloche aux abords de la surface. Le Costa Ricien temporise, élimine un défenseur sur un râteau parfaitement exécuté et envoie une merveille de passe dans la course d’Olivier Giroud qui crucifie le gardien d’un plat du pied gauche. Quelle passe… Cinq défenseurs éliminés, rien que ça. Joël Campbell prouve match après match que son statut de remplaçant est plus que remis en cause.

0-2, Arsenal est qualifié. Le suspens et la peur d’un but grec commencent alors. Si l’Olympiakos marque, Arsenal devra planter le 3ème. C’est donc à cet instant précis que Petr Cech décide de montrer à tout le monde pourquoi il est plus qu’un simple transfert. Une parade main opposée sur frappe surpuissante des 25 mètres mais surtout des interventions d’une sérénité incroyable. Rassurant.

Et avant que le suspens ne devienne trop insupportable, l’arbitre siffle un pénalty pour Arsenal sur une main évidente. Olivier Giroud prend alors ses responsabilités et inscrit son premier triplé pour Arsenal au meilleur des moments. 0-3, le score ne bougera plus jusqu’à la qualification.

Arsenal se qualifie donc pour son 16ème huitièmes de finale de suite après s’être compliquée la tâche d’une manière dont seuls les Gunners savent le faire. 9 points en 6 matchs, sur le fil. Arsenal affrontera donc l’une des équipes suivantes : Real Madrid, FC Barcelone, Wolfsburg, Atletico Madrid ou Zenith St Petersbourg.

#Albin

Les notes du match : 

Cech (7,5) : Un clean sheet ce soir qui a permis aux Gunners cette qualification. Un grand gardien dans un grand évènement, ça aide. Il a parfaitement géré ce match.

Bellerin (6) : En difficulté lors de ses derniers matchs, il a retrouvé des couleurs ce soir et a tenté d’aider offensivement. C’est bien mais on attend mieux.

Mertesacker (6) : Un match solide pour Per, qui a fait ce qu’il a eu à faire, sans plus.

Koscielny (8,5) : Un match monstrueux de Kos’ qui a sauvé la baraque plusieurs fois et n’a fait aucune erreur. Un grand joueur.

Monreal (7) : Bon match de Monreal comme d’habitude. Il provoque la main du joueur grec sur le pénalty en deuxième mi-temps.

Flamini (6) : Son expérience a fait du bien au milieu de terrain. Il a fait son match.

Ramsey (6) : Peu en vue offensivement, il s’est occupé de bien défendre surtout, avant de se projeter vers l’avant.

Campbell (7,5) : Sans doute le meilleur match de Joël sous les couleurs des Gunners. Il a souvent fait les bons choix, et son travail sur le second but est magnifique. Il a marqué des points ce soir.

Walcott (6) : Discret pour son retour. Il s’est montré dangereux mais n’a joué que par à-coups.

Özil (7,5) : World-class player. Toujours dans le bon tempo, il cherche constamment le décalage. Grandiose.

Giroud (9) : L’homme du match ce soir. On dit que les grands joueurs sont présents dans les grands matchs, il l’a été ce soir. 3 occasions, 3 buts. C’est net et sans bavure.

#Dim

Bis repetita pour Arsenal

Par défaut

Norwich - Arsenal, 14ème journée de PL

Compte-rendu Norwich – Arsenal, 14ème journée de Premier League

Défaits la semaine dernière sur la pelouse de West Bromwich Albion (2-1), les Gunners ont su réagir en Ligue des Champions mardi soir (3-0) pour mieux retomber dans leurs travers ce diamnche après-midi contre le 16ème de Premier League, Norwich. 1-1 score final.

Bis repetita pour Arsenal

West Brom, Norwich… Même combat pour Arsenal. Un début de match plutôt réussi avec une possession de balle importante qui permet aux Gunners de distinguer très clairement le plan de jeu de Norwich. Une défense en place qui explose en contre à la moindre récupération du ballon.

Comme toujours face à ce genre d’équipe, Arsenal balbutie son football. Un faux rythme tueur paradoxalement contredit par l’ouverture du score de Mesut Özil sur un amour de passe en profondeur d’Alexis Sanchez. L’allemand est désormais impliqué sur les 13 derniers buts d’Arsenal en championnat, 11 passes décisives et 2 buts. Une ouverture du score trompeuse car elle survient sur une erreur de relance du gardien de  Norwich, Rudy.

A la suite de ce but, même scénario que la semaine dernière, un relâchement défensif qui permet une égalisation plus qu’évitable. Une défense absolument statique qui se laisse embarquer comme des poussins par des Canaries déterminés à obtenir un résultat. C’est ainsi que Ramsey laisse ses reins sur la pelouse du Carrow Road après un passement de jambes plus que lisible avant que Gabriel nous offre un positionnement défensif méritant d’être montré à l’Academy d’Arsenal comme l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire. En effet, le brésilien se situe sur la gauche de l’attaquant qui n’a plus qu’à se retourner en contrôlant pour ajuster Cech.

La perte de Koscielny sur blessure dès les premières minutes de jeu a perturbé des Gunners en plein doute. La rentrée du brésilien n’a pas servi à rassurer cette défense amorphe. Comme la semaine dernière, la sortie sur blessure de Coquelin avait engendré une perte de concentration défensive.

Au vue de la 2ème mi-temps, les Gunners sont heureux de ressortir de ce piège avec le point du match nul. La vaillante équipe de Norwich aurait pu mériter mieux si Cech n’avait pas sorti un arrêt décisif sur une tête de son propre défenseur Gabriel. Un point qui s’avère au goût très très amer pour les Gunners après une nouvelle blessure. Cette fois-ci, c’est le chilien Alexis qui sort après ce qui semble être un problème à une cuisse.

Bref un nouveau cauchemar pour Wenger contre une équipe de plus faible niveau que les Gunners. Arsenal rate encore le coche et reste accroché à sa 4ème place au lieu de finir cette journée en compagnie de Manchester City et Leicester en haut du classement.

#Albin

Un nul logique

Par défaut
Arsenal - tottenham, 12ème journée de PL

Source : arsenal.com

Compte-rendu Arsenal – Tottenham, 12ème journée de Premier League

Brouillon, intense, parfois viril, ce North London Derby a tenu toutes ses promesses en termes de spectacle. Seul problème ? Un résultat nul 1-1 qui aurait pu tourner à la déroute pour les Gunners.

Un nul logique

On peut reprocher beaucoup de choses à cette équipe d’Arsenal après ce match nul face à l’ennemi juré, mais pas d’avoir essayé, encore et encore. Seulement les Gunners sont tombés sur une très belle équipe de Tottenham dont le plan de jeu a parfaitement été exécuté par les hommes de Mauricio Pochettino.

Ce plan de jeu était très simple. Résister les 15 premières minutes à la déferlante attendue pour ensuite profiter des moments de relâchement des Gunners pour mettre une pression énorme sur les buts de Petr Cech. Les Spurs entendaient, et l’ont réalisé, attendre qu’Arsenal soit fatigué et commette quelques erreurs technique pour appliquer un pressing très haut empêchant une relance propre et libératrice. Cette tactique mise en place aurait pu être la bonne si les Spurs avaient été plus réalistes. Mais heureusement pour Arsenal, Petr Cech était de nouveau absolument impassable.

La seule fois où le tchèque a été battu résulte d’une erreur grotesque de placement de Per Mertesacker. Déjà fautif lors de la déroute de milieu de semaine contre le Bayern, l’allemenand s’est distingué encore une fois de la plus mauvaise des manières. Sur un ballon anodin côté gauche dans les pieds de Rose, Mertesacker décide de faire un pas en avant. Résultat ? L’alignement devient bancal. Koscielny et Monréal se retrouvent donc sur la même ligne, la BONNE ligne. Rose voyant l’espace derrière Mertesacker, envoie une passe enroulée parfaite pour Kane qui crucifie Cech avec un peu de chance. En effet, le rebond permet au ballon de passer juste au-dessus de la jambe gauche du gardien d’Arsenal. Mais comme en milieu de semaine, le positionnement de Mertesacker coûte le but aux Gunners. Et en entendant les commentateurs Canal+Sport, non le fautif n’est pas Koscielny. Certes le français n’est pas parfait sur l’action mais le but est à 90% pour Mertesacker.

Concernant le match, les Spurs auraient pu enfoncer le clou en début de seconde période plusieurs fois. Mais la classe de Petr Cech nous permet de rester à seulement 0-1. C’est donc fort logiquement que les Gunners ont profité à leur tour de la fatigue accumulée pour asphyxier Tottenham. Malgré les blessures, des positionnements étranges à la fin du match, les Gunners n’ont jamais renoncé et ont finalement arraché le nul sur la 10ème passe décisive d’Özil en 12 journées de Premier League. L’allemand, le génie, pas Mertesacker, devient le premier joueur de l’histoire de la Premier League à enchaîner 6 passes décisives lors de 6 matchs consécutifs. Un exploit et un record à la hauteur du niveau atteint cette saison par le magicien d’Arsenal.

En effet, sur un centre millimétré de ce dernier, Gibbs coupe la trajectoire au 2ème poteau et trompe Lloris, pas exempt de tout reproche sur ce coup, pour égaliser dans un Emirates bouillant. On retiendra de ce match que le résultat est logique compte tenu de toutes les occasions des deux camps. Ce match d’Arsenal n’était certainement pas le plus réussi techniquement et collectivement mais au final les Gunners ont montré qu’ils avaient la rage de vaincre, la rage de ne pas laisser le North London Derby revenir aux Spurs. Symboles de cette détermination : Coquelin et Giroud. Le milieu défensif confirme match après match son niveau incroyable dans son rôle habituel de récupération et d’anticipation. Quant à l’attaquant français, sa tendance à ne jamais renoncer dans un match reflète parfaitement ce derby.

Au terme de ce North London Derby, Gunners et Spurs se quittent sur un résultat nul. Arsenal ne dépasse donc pas Manchester City en tête du classement et Tottenham reste à 5 points. Place maintenant à la trêve internationale pour fatiguer un peu plus tous les joueurs..

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Cech (8) : Un match énorme du portier des Gunners. Il a sauvé la baraque à 0-1 et le nul est en partie grâce à lui !

Debuchy (6) : Un match solide de Debuchy qui n’a perdu que peu de duels. Une bien meilleure prestation.

Mertesacker (3) : Il panique dès qu’il a le ballon. Il dézone et laisse Kane partir dans son dos .

Koko (7) : Pas parfait sur le but des Spurs, mais une excellente prestation après. Il a clairement tenu la baraque.

Monréal (6) : Comme toujours un match propre et sans erreur. Il fait du bien sur l’aile gauche et ne se retrouve pas souvent en difficulté dans les duels.

Cazorla (4) : Malade, il n’a pas pu tenir sa place plus de 45 minutes. Remplacé par Flamini (5) qui a fait ce qu’il a pu mais à court de rythme.

Coquelin (7,5) : Un match de guerrier dans le milieu de terrain. Il a été le seul à surnager aujourd’hui et s’impose comme le taulier de notre milieu.

Campbell (5,5) : Pas un mauvais match du jeune ailier, mais il manque clairement de vécu et d’expérience dans ce genre de matchs.

Ozil (9): L’homme du match. 10 passes décisives en 12 matchs, c’est monstrueux. Il a débloqué la rencontre encore une fois.

Alexis (5) : Un match où il aura une été pris au marquage et n’a pas pu se procurer d’occasions.

Giroud (7) : Un énorme match de Giroud qui n’a pas été en réussite. Il a usé les deux défenseurs centraux adverses mais n’a pas pu trouver le chemin des filets. Dommage.

#Dim

Un match spécial

Par défaut

arsenal - tottenham, 12ème journée de PL

Avant-match Arsenal – Tottenham, 12ème journée de Premier League

Au lendemain de sa plus grosse défaite à l’extérieur en Ligue des Champions (5-1) sur la pelouse du Bayern Munich, les Gunners reçoivent l’ennemi juré du Nord de Londres pour un derby toujours très chaud.

Un match spécial

C’est donc dans un contexte étrange que les Gunners ont préparé ce North London Derby. En effet, après la contre-performance de mercredi soir, Arsenal est quasiment éliminé de la plus grande des compétitions européennes sans avoir dépassé le stade des poules.

Les joueurs auront à cœur de se racheter de la claque prise à Munich en milieu de semaine. De plus, les derbys sont toujours des matchs spéciaux pour tout le monde, la motivation sera donc deux fois plus importante qu’en temps normal.

Du côté d’Arsenal, les blessures ne permettent pas à Wenger d’aligner son équipe type et on retrouvera donc Debuchy et Campbell sur le côté droit. Giroud animera la pointe de l’attaque tandis que Gabriel et Mertesacker devraient sécuriser les cages de Petr Cech en attendant le retour de Laurent Koscielny la semaine prochaine. Les Gunners bénéficient tout de même d’un large avantage psychologique sur les Spurs à l’Emirates. En effet, Arsenal reste invaincu à domicile contre Tottenham sur 19 des 20 dernières rencontres entre les deux équipes.

Du côté de Tottenham, le début de saison est plutôt réussi pour les hommes de Pochettino avec une 6ème place plaçant les Spurs en embuscade. A seulement 5 points des Gunners, les Spurs restent sur une série de 10 matchs sans défaite en Premier League.

Ce sont donc deux équipes en formes qui s’affronteront ce dimanche à l’Emirates pour le compte de la 12ème journée de Premier League. Le North London Derby étant toujours un match spécial, les deux équipes devraient nous offrir un spectacle intense et de qualité.

#Albin #COYG

Le Bayern beaucoup trop fort

Par défaut

Bayern - Arsenal, 4ème journée de LDC

Compte-rendu Bayern Munich – Arsenal, 4ème journée de Ligue des Champions

Après la belle victoire au match aller il y a deux semaine à l’Emirates, les Bavarois avaient à cœur de prendre leur revanche contre les Gunners. Résultat : pire défaite de l’histoire d’Arsenal à l’extérieur dans la compétition.

Le Bayern beaucoup trop fort

Dès les premiers instants du match, le scénario était écrit. Un Bayern métamorphosé, agressif à la récupération, rapide et précis dans les 30 derniers mètres face à une défense des Gunners recomposée qui a perdu beaucoup trop de ballons pour se permettre de ressortir tranquillement.

Et sur l’une des premières occasions du Bayern, Gabriel commet une grossière erreur de placement qui permet à Lewandowski de glisser une tête astucieuse dans les filets d’un Cech désabusé. Dans la foulée, le scénario aurait pu prendre une toute autre tournure. Sur une magnifique action collective, Monréal centre sur Özil qui réussit à marquer. Enfin c’est ce que l’on a tous pensé avant de se rendre compte que l’arbitre de surface avait décidé d’annuler le but pour une main de l’allemand. Alors main ou pas ? Le débat est lancé. Oui le ballon touche le bras d’Özil mais le problème c’est que celui-ci est collé au corps et qu’aucun mouvement n’est perceptible. Quoi qu’il en soit, une égalisation aurait permis aux Gunners de se remettre dans le droit chemin.

Au lieu de ça, le siège du but de Cech a commencé. Sans de nombreux arrêts du gardien d’Arsenal, le score aurait été encore plus lourd en première mi-temps. En revanche, le tchèque n’a rien pu faire sur la frappe contrée de Müller ou sur le coup de canon d’Alaba juste avant la mi-temps. Un 3-0 avant le retour des vestiaires assez logique au regard de la domination totale des Bavarois.

En seconde période, même scénario. Le Bayern domine et Arsenal subit. Robben, rentré en jeu 30 secondes plus tôt, profite de l’apathie de la défense d’Arsenal pour enfoncer le clou et porter le score à 4-0. C’est à ce moment-là que les Bavarois se sont relâchés et que les Gunners ont pu avoir plus d’espaces pour s’exprimer. Une pression moins forte tout de suite concrétisée par un but magnifique d’Olivier Giroud. Sur un centre d’Alexis, le français contrôle de la poitrine avant d’enchaîner par un ciseau pied gauche imparable pour Neuer.

Seulement, ce but fut l’unique bonne chose proposée par Arsenal ce soir. Les Gunners finiront par perdre ce match 5-1 sur un dernier contre assassin conclut chirurgicalement par Thomas Müller.

Dans le même temps, l’Olympiakos a battu le Dinamo Zagreb ce qui signifie que les Gunners devront compter sur le Bayern pour gagner les deux prochains matchs. De plus, Arsenal devra battre le Dinamo à l’Emirates et devra aller réussir un match de folie en Grèce pour espérer se qualifier. Rendez-vous ce week-end pour un North London Derby qui s’annonce déjà intense à l’Emirates.

#Albin #COYG

Les notes du match :

Petr Cech (6): Sans lui, on prend un ou deux buts supplémentaires. Auteur de belles parades, ne peut pas faire grand chose sur les buts… Totalement abandonné par sa défense.

Mathieu Debuchy (3,5): Au moins, il est régulier. Dans la médiocrité. Rien à dire de plus.

Per Mertesacker (4,5): Rudy Gobert avait pris sa place ce soir ? Sans Laurent, Per est perdu. C’était Per perdu… Ou du pain perdu. (Désolé pour ce combo)

Gabriel (4,5): Le premier but est pour lui, il tarde trop à tenter de mettre Lewandowski hors jeu. Une ou deux remontées de balles mais inutiles. Aux fraises.

Nacho Monreal (5,5): le meilleur de la ligne arrière. Ou le moins mauvais plutôt. Auteur du centre pour le but refusé d’Özil. A fait ce qu’il a pu.

Francis Coquelin (5): Le coq’ s’est fait deplumer ce soir.

Santi Cazorla (4): Il m’a fait pensé à un enfant qui tente de sortir de l’eau mais qui n’y parvient pas à cause des vagues. Cette phrase ne veut rien dire ? Au moins je reste dans le ton de la soirée. Remplacé par Calum Chambers à la 87eme.

Mesut Özil (4): Un but de la main (refusé) un jaune et une alerte enlèvement pour disparition.

Joël Campbell (3): Désolé Joël mais tu n’as clairement pas le niveau LDC. Remplacé par Gibbs à la 59eme.

Alexis Sanchez (5): Auteur de la passe D pour Olivier. Sinon ben, rien.

Olivier Giroud (5): Son abnégation habituelle lui permet de marquer un joli but à la 70′. Pour le reste, c’était trop dur pour nos milieux de le trouver. Remplacé à la 85′ par Iwobi.

#Max