Un nul logique

Par défaut
Arsenal - tottenham, 12ème journée de PL

Source : arsenal.com

Compte-rendu Arsenal – Tottenham, 12ème journée de Premier League

Brouillon, intense, parfois viril, ce North London Derby a tenu toutes ses promesses en termes de spectacle. Seul problème ? Un résultat nul 1-1 qui aurait pu tourner à la déroute pour les Gunners.

Un nul logique

On peut reprocher beaucoup de choses à cette équipe d’Arsenal après ce match nul face à l’ennemi juré, mais pas d’avoir essayé, encore et encore. Seulement les Gunners sont tombés sur une très belle équipe de Tottenham dont le plan de jeu a parfaitement été exécuté par les hommes de Mauricio Pochettino.

Ce plan de jeu était très simple. Résister les 15 premières minutes à la déferlante attendue pour ensuite profiter des moments de relâchement des Gunners pour mettre une pression énorme sur les buts de Petr Cech. Les Spurs entendaient, et l’ont réalisé, attendre qu’Arsenal soit fatigué et commette quelques erreurs technique pour appliquer un pressing très haut empêchant une relance propre et libératrice. Cette tactique mise en place aurait pu être la bonne si les Spurs avaient été plus réalistes. Mais heureusement pour Arsenal, Petr Cech était de nouveau absolument impassable.

La seule fois où le tchèque a été battu résulte d’une erreur grotesque de placement de Per Mertesacker. Déjà fautif lors de la déroute de milieu de semaine contre le Bayern, l’allemenand s’est distingué encore une fois de la plus mauvaise des manières. Sur un ballon anodin côté gauche dans les pieds de Rose, Mertesacker décide de faire un pas en avant. Résultat ? L’alignement devient bancal. Koscielny et Monréal se retrouvent donc sur la même ligne, la BONNE ligne. Rose voyant l’espace derrière Mertesacker, envoie une passe enroulée parfaite pour Kane qui crucifie Cech avec un peu de chance. En effet, le rebond permet au ballon de passer juste au-dessus de la jambe gauche du gardien d’Arsenal. Mais comme en milieu de semaine, le positionnement de Mertesacker coûte le but aux Gunners. Et en entendant les commentateurs Canal+Sport, non le fautif n’est pas Koscielny. Certes le français n’est pas parfait sur l’action mais le but est à 90% pour Mertesacker.

Concernant le match, les Spurs auraient pu enfoncer le clou en début de seconde période plusieurs fois. Mais la classe de Petr Cech nous permet de rester à seulement 0-1. C’est donc fort logiquement que les Gunners ont profité à leur tour de la fatigue accumulée pour asphyxier Tottenham. Malgré les blessures, des positionnements étranges à la fin du match, les Gunners n’ont jamais renoncé et ont finalement arraché le nul sur la 10ème passe décisive d’Özil en 12 journées de Premier League. L’allemand, le génie, pas Mertesacker, devient le premier joueur de l’histoire de la Premier League à enchaîner 6 passes décisives lors de 6 matchs consécutifs. Un exploit et un record à la hauteur du niveau atteint cette saison par le magicien d’Arsenal.

En effet, sur un centre millimétré de ce dernier, Gibbs coupe la trajectoire au 2ème poteau et trompe Lloris, pas exempt de tout reproche sur ce coup, pour égaliser dans un Emirates bouillant. On retiendra de ce match que le résultat est logique compte tenu de toutes les occasions des deux camps. Ce match d’Arsenal n’était certainement pas le plus réussi techniquement et collectivement mais au final les Gunners ont montré qu’ils avaient la rage de vaincre, la rage de ne pas laisser le North London Derby revenir aux Spurs. Symboles de cette détermination : Coquelin et Giroud. Le milieu défensif confirme match après match son niveau incroyable dans son rôle habituel de récupération et d’anticipation. Quant à l’attaquant français, sa tendance à ne jamais renoncer dans un match reflète parfaitement ce derby.

Au terme de ce North London Derby, Gunners et Spurs se quittent sur un résultat nul. Arsenal ne dépasse donc pas Manchester City en tête du classement et Tottenham reste à 5 points. Place maintenant à la trêve internationale pour fatiguer un peu plus tous les joueurs..

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Cech (8) : Un match énorme du portier des Gunners. Il a sauvé la baraque à 0-1 et le nul est en partie grâce à lui !

Debuchy (6) : Un match solide de Debuchy qui n’a perdu que peu de duels. Une bien meilleure prestation.

Mertesacker (3) : Il panique dès qu’il a le ballon. Il dézone et laisse Kane partir dans son dos .

Koko (7) : Pas parfait sur le but des Spurs, mais une excellente prestation après. Il a clairement tenu la baraque.

Monréal (6) : Comme toujours un match propre et sans erreur. Il fait du bien sur l’aile gauche et ne se retrouve pas souvent en difficulté dans les duels.

Cazorla (4) : Malade, il n’a pas pu tenir sa place plus de 45 minutes. Remplacé par Flamini (5) qui a fait ce qu’il a pu mais à court de rythme.

Coquelin (7,5) : Un match de guerrier dans le milieu de terrain. Il a été le seul à surnager aujourd’hui et s’impose comme le taulier de notre milieu.

Campbell (5,5) : Pas un mauvais match du jeune ailier, mais il manque clairement de vécu et d’expérience dans ce genre de matchs.

Ozil (9): L’homme du match. 10 passes décisives en 12 matchs, c’est monstrueux. Il a débloqué la rencontre encore une fois.

Alexis (5) : Un match où il aura une été pris au marquage et n’a pas pu se procurer d’occasions.

Giroud (7) : Un énorme match de Giroud qui n’a pas été en réussite. Il a usé les deux défenseurs centraux adverses mais n’a pas pu trouver le chemin des filets. Dommage.

#Dim

Sanchez, quel départ !

Par défaut

7ème journée de PL

Compte-rendu Leicester City – Arsenal, 7ème journée de Premier League

En déplacement sur la pelouse des Foxes de Leicester City seulement trois jours après leur victoire dans le North London Derby, les Gunners nous ont offert un beau spectacle offensif.

Un spectacle offensif, des actions collectives de qualités et un état d’esprit conquérant retrouvé, voilà les ingrédients qui ont permis à Arsenal de remporter une précieuse victoire.

Pourtant, le début de match des Gunners fut très compliqué, nous rappelant le triste match disputé à Zagreb en Ligue des Champions. En effet, durant les 15 premières minutes du match, les Gunners se sont fait étriquer par une équipe des Foxes séduisante. Après une première action chaude, Vardy récupère le ballon plein axe après une mauvaise relance. Son tir croisé du pied gauche vient s’échouer sur le poteau pour le plus grand bonheur d’Arsenal. Mais quelques minutes plus tard, le même Vardy s’échappe côté gauche et prend tout son temps pour ajuster Cech d’un plat du pied droit précis et puissant dans le petit filet opposé. Une défense prise à revers sur une contre-attaque rondement menée de la part de Leicester avec un Mertesacker qui n’est pas exempt de tout reproche sur ce but. Continuant à pousser devant les cages de Cech, Albrighton centre fort pour la tête de l’inépuisable Vardy. Celui-ci trouve une nouvelle fois la barre transversale des Gunners.

Très certainement le tournant du match puisque dans les minutes qui suivent, Cazorla nous offre un amour de passe en profondeur pour Walcott qui crucifie Schmeichel avec l’aide du poteau. Une égalisation rapide qui a permis aux Gunners de ne pas douter plus longtemps que les cinq minutes séparant les deux buts.

Dans un match très ouvert, la clé du match s’est située au niveau de la titularisation de Walcott. L’international anglais a multiplié les appels dans le dos des défenseurs de Leicester en évitant d’être pris au piège du hors-jeu. Une présence de tous les instants qui a énormément fatiguée les Foxes durant ce match et libérant d’autres espaces pour ses coéquipiers. Et sur une action collective de haute volée où l’on notera la déviation sublime de Mesut Özil, Walcott se jette au premier poteau sur le centre de Bellerin. Le ballon est contré par le défenseur de Leicester et revient avec beaucoup de chance dans les pieds d’Alexis qui ne se fait pas prier pour débloquer son compteur personnel cette saison avec les Gunners.

1-2 pour Arsenal, début show Sanchez. Au retour des vestiaires, le match est d’une toute autre teneur. Arsenal domine les débats et les hommes de Ranieri ne se procurent presque plus de situations dangereuses. Une supériorité technique, collective et mentale qui permet à Sanchez d’inscrire un doublé sur une passe d’extraterrestre d’Özil.

Une performance collective agréable à regarder et précieuse pour le moral des Gunners. A 1-3, les hommes d’Arsène Wenger ont continué de pousser et de se créer des occasions de but. Et là encore, à la 81ème minute, Alexis Sanchez fait oublier son début de saison compliqué pour inscrire son premier triplé sous les couleurs d’Arsenal. Et quel but ! Sur une touche effectuée rapidement sur le côté gauche, Sanchez se défait de son marquage d’un grand pont subtil sur son contrôle pour enchaîner par une frappe sèche et soudaine. Schmeichel est battu.

La fin de match est similaire au début de la rencontre, Leicester pousse et continue à vouloir recoller au score. Petr Cech est alors impeccable dans ses buts jusqu’au copier/coller de l’ouverture du score dans la finition. En effet, sur un centre venant de la droite, Cech effectue un arrêt miraculeux sur sa ligne. Le ballon revient dans les pieds de Vardy qui enroule parfaitement pour trouver une nouvelle le petit filet opposé. Pour clore ce magnifique match, Olivier Giroud signale son entrée par deux occasions franches. Une première où il oublie de couper le magnifique centre de Cazorla. Une deuxième où sa finition pied gauche est parfaite.

2-5 score final. Les Gunners seront fait peur en début de rencontre avant d’asseoir une domination intéressante dans un match très ouvert. Une belle performance offensive avec 5 buts à la clé, une bonne chose pour le moral des hommes de Wenger. Profitant du faux pas de Manchester City face aux Spurs, les Gunners se repositionnent à la 4ème place, à seulement trois points de leader Manchester United. Une prestation à confirmer mardi soir en Ligue des Champions à l’Emirates face aux Grecs de l’Olympiakos. Victoire impérative.

#Albin #COYG

Les notes du match

 

Cech (7) : Il ne peut rien sur l’ouverture du score de Vardy. Ensuite, il a stoppé toutes les menaces de Leicester (notamment en première période), ou ses montants s’en sont chargés.

Bellerin (6) : Peu en vue offensivement, le but part de son côté, dans son dos. Hormis ça il a bien géré en seconde mi-temps.

Mertesacker (5) : Pour son retour, il n’a pas été phénoménal. Pire, il est directement impliqué sur le but encaissé puisque c’est lui qui ne suit pas Vardy… Gabriel se rapproche à grand pas.

Koscielny (8) : Excellent dans les duels, précis dans les relances, rassurant dans les moments chauds, Koscielny est clairement le patron de la défense. Comme souvent…

Monreal (7) : Encore un très bon Nacho aujourd’hui, qui a parfaitement tenu le danger numéro 1 qu’était Marhez.

Flamini (non-noté) : Sorti sur blessure à la 20e, remplacé par Arteta (6) qui a fait du bien su le plan mental notamment. Il a remis l’équipe dans le sens de la marche alors qu’elle souffrait.

Cazorla (6,5) : Un Santi un peu moins impliqué offensivement que d’habitude, mais qui a fait beaucoup d’efforts défensifs pour compenser l’absence de Coquelin. Belle passe décisive sur l’égalisation de Walcott malgré tout.

Ramsey (6) : Le joueur offensif le plus décevant aujourd’hui. Certes beaucoup d’activité et un volume de jeu intéressant, mais encore trop d’imprécisions et il n’est pas à son aise sur l’aile droite…

Ozil (8) : Mesut a fait son meilleur match de la saison. Techniquement au-dessus du lot, il a mis ses coéquipiers dans les meilleures dispositions. Un match avec de l’espace comme il les aime, son ballon pour le second but de Sanchez est un délice.

Sanche (9) : Un triplé pour Alexis qui ouvre de la meilleure des façons son compteur but cette saison. Un but en renard, une tête et une frappe lointaine, le chilien a montré l’étendue de son talent aujourd’hui.

Walcott (8,5) : Titularisé à la place de Giroud en pointe, Walcott a parfaitement profité des espaces dans la défense. Ses appels et sa vitesse ont fait la différence et il a marqué des points dans son duel avec Giroud, qui a marqué lui aussi en fin de match.

#Dim

Eisfeld: «Mertesacker est comme un père pour moi»

Par défaut

Thomas Eisfeld est heureux à Arsenal et est déterminé à obtenir sa place dans l’équipe première d’Arsenal.

Le joueur de 20 ans, qui a marqué son premier but pour le club lors du match de Capital One Cup face à West Brom, s’est exprimé au micro du journal allemand Neue Osnabrücker Zeitung sur sa petite carrière et révélé les deux choses qui lui manquent le plus depuis qu’il a quitté l’Allemagne.

Sur son premier but en Capital One Cup:

« J’ai reçu le ballon des pieds de Nicklas Bendtner. Puis, en levant la tête je me suis aperçu que le gardien s’attendait à ce que je tire coté opposé. Alors j’ai tiré au premier poteau. C’était probablement le meilleur moment de ma carrière, surtout car je ne savais pas que j’allais jouer le jour avant. »

Sur ses chances de devenir un titulaire d’Arsenal :

«Mon but est d’être un titulaire de l’équipe première, sinon je ne serais pas là. Si vous prenez en compte mes grosses blessures au ligament et au dos, je crois que je n’ai pas été trop mal du tout. J’essayerai de saisir les chances qui me sont données et je travaillerai dur à l’entrainement. »

Sur sa signature à Arsenal:

«Alors que j’avais 16 ans, mon agent m’a demandé où j’aimerais vraiment jouer si j’avais le choix. J’ai répondu spontanément « à Arsenal et avec Arsène Wenger » sans même réfléchir. Peu de temps après mon 19ème anniversaire en janvier 2012, mon agent m’a appelé et m’a dit : ‘J’ai une surprise pour toi. Arsenal est intéressée, Arsène Wenger aimerait s’entretenir avec toi. »»

Sur sa vie à Londres:

«Ce n’est pas si spectaculaire que ça. Bien entendu, j’ai vu toutes les attractions comme Big Ben et le London Eye lors des deux premières semaines après avoir déménagé. Mais nous nous entrainons de 9h30 à 14h tous les jours. Serge [Gnabry] et moi faisons des choses plus relaxantes comme sortir au restaurant, aller au cinéma, faire un peu de shopping ou jouer aux jeux-vidéo. Nous habitons à Enfield, au nord de Londres, près du centre d’entrainement. »

Sur le manager Arsène Wenger:

«Pendant l’entrainement, il est très calme. Il ne parle pas beaucoup, mais il observe et laisse le reste à son assistant, [Steve Bould]. Mais lorsqu’il a quelque chose à dire, ça a du sens. Et c’est toujours des choses qui vous motiveront.»

Sur ce qui lui manque de l’Allemagne:

«La nourriture et ma mère ! Mais aussi mes amis qui habitent à Dortmund bien entendu, ma famille et mes amis me manquent mais c’était mon rêve de jouer pour Arsenal. Et pour ça, il fallait faire des concessions. »

Sur le contingent allemand:

«Nous sommes un petit groupe d’Allemands à Arsenal désormais. Per est notre grand « Papa ». Il nous fait garder la tête sur les épaules et nous dit comment nous devrions nous comporter. Luke [Lukas Podolski] est le rigolo de l’équipe, c’est une personne au caractère unique. Mesut est plus calme. Mon ami, Serge Gnabry également, il habite à 300 mètres de chez moi.»

BWDFIIeIcAAXU95

Sur le match Bundesliga vs Premier League:

«Je les mets à égalité, enfin surtout Dortmund et le Bayern Munich. La victoire du Bayern contre Manchester City l’a montré. Bien que je pense qu’il y a plus de compétition en Angleterre avec Chelsea, Liverpool, Arsenal et les deux Manchester. Au moins 5 équipes qui peuvent gagner le titre.»

Sur un éventuel retour en Allemagne un jour:

«Je me sens bien à Arsenal et je sais que je peux grandir ici, au top niveau. J’ai déjà fait de très bonnes expériences ici, comme notre pré-saison en Asie. Notre fan club là-bas est très grand et les gens nous traitent comme des popstars, ce qui nous a beaucoup boosté. Mon contrat se termine en été 2015 et Arsenal sera mon premier contact.»

#Alex (via Goonertalk et Neue Osnabrücker Zeitung)

Özil – « Mon but est un ‘’merci’’ aux fans »

Par défaut

Mesut Özil a déclaré que marquer son premier but pour Arsenal lors de la victoire 2-0 contre Naples était son « remerciement aux fans »

Le meneur de jeu allemand a ouvert son compteur pour le club quand il a superbement repris une passe d’Aaron Ramsey afin de tromper Pepe Reina de l’entrée de la surface, après seulement 8 minutes de jeu.

La vision d’Özil et son astuce ont été des composants majeurs de l’extraordinaire première mi-temps des Gunners. L’allemand de 24 ans a combiné de manière incisive avec Ramsey et Olivier Giroud et il était fier de la performance de l’équipe.

« C’est un sentiment très sympathique – surtout de marquer à la maison » a dit Özil à l’Arsenal Player. « Vous pouviez voir que les fans nous ont vraiment supporté jusqu’à la dernière minute. »

« Ce qui était important, c’était de gagner le match. Bien sûr que je suis content d’avoir marqué, surtout à domicile. C’était ma manière de remercier les fans. »

« Notre but c’est de jouer du football attractif mais aussi qui nous fait gagner. Nous avons fait cela cette nuit et pris une autre dimension. Nous savions que ça serait une victoire difficile mais nous avons mérité cette victoire et nous aurons pu marquer plus. Je suis très fier de l’équipe. »

Selon Opta, Özil a fait plus de passes décisives en Ligue des Champions que n’importe quel autre joueur ces trois dernières années. Il a d’ailleurs assisté Giroud sur son but, et veut remercier ses coéquipiers qui lui ont permis de s’adapter très vite à Arsenal.

« Tous les joueurs veulent marquer des buts mais  tout le monde sait que j’aime aussi faire des passes décisives » a dit Özil. « Ce qui est important pour nous c’est de monter encore notre niveau de jeu en tant qu’équipe. Nous voulons continuer de nous développer. »

« Vous pouvez voir à l’entraînement comme l’équipe est bonne techniquement et ça c’est aussi vu le terrain ce soir. L’équipe me supporte tellement bien. Nous avons de bons joueurs dans nos rangs. Nous avons montré ce soir à quel point nous sommes bons avec le ballon. Ils me rendent la vie plus facile sur le terrain et je les en remercie. »

#Rodolphe (via arsenal.com)

Sagna – « Je vois mon futur en tant que défenseur central »

Par défaut

Bacary Sagna croit que son futur peut se dessiner à la position de défenseur central.

L’une des meilleures performances de Sagna dans le maillot d’Arsenal était la saison dernière, contre les adversaires de ce Samedi, Suderland, au Stadium of Light en Février dernier. Il remplaçait alors Laurent Koscielny au poste de défenseur central, ce dernier s’étant blessé à l’échauffement.

Le défenseur français a été une option viable à ce poste pour Arsène Wenger et beaucoup de comparaisons sont apparues avec l’ancien international Français Lilian Thuram, qui a fait le même changement, passant de défenseur droit à défenseur central.

« [Nous faisons que ça marche] à cause de notre caractère. Je pense que nous sommes des combattants » a déclaré Sagna à l’Arsenal Player. « Techniquement nous ne sommes pas meilleurs que n’importe qui d’autre mais mentalement nous sommes très forts et nous savons ce que nous voulons, et apprendre en fait partie. Même si j’ai 30 ans j’ai encore le temps d’apprendre un autre poste et je n’attends que ça. »

 « Pourquoi ne pas jouer là dans le futur ! Je deviens vieux et sur le côté droit vous devez fournir beaucoup plus d’efforts. Je ne sais pas combien de temps je peux faire ça à mon maximum donc peut-être qu’un jour je serais capable de jouer défenseur central. »

« Sunderland était un match compliqué la saison dernière, je pense que Laurent s’était blessé donc j’avais dû jouer défenseur central car nous n’en avions pas sur le banc, je m’y suis donc collé et j’ai essayé de communiquer autant que possible avec Per car il m’a donné beaucoup de conseils. »

« J’essayais aussi de communiquer beaucoup avec Carl Jenkinson car il jouait côté droit. »

« Nous avons eu un joueur exclu après une heure de jeu, et c’était très compliqué car il continuait de pousser mais nous avons montré beaucoup de caractère et avons réussi à gagner à l’extérieur. »

 Sagna croit que son excellente forme de début de saison est due à la préparation de cet été.

 « J’ai eu une pré-saison cette saison que je n’avais pas eue l’an dernier. » a-t-il dit. «C’était plutôt difficile car j’étais encore en train de souffrir de ma cheville et vous savez, quand vous ne jouez pas pendant un an, votre corps ne se sent pas pareil. »

 « J’ai dû travailler dur et j’ai réussi à jouer avec mes coéquipiers pour la présaison, ce qui fait la différence maintenant. » 

#Rodolphe (via Arsenal.com)

Les Allemands d’Arsenal

Par défaut

 Mesut Özil est Gunner, c’est désormais officiel. Le joyau de la Mannschaft rejoindra ses nouveaux coéquipiers après les matchs internationaux. L’international Allemand va donc bientôt découvrir la Premier League et ne devrait pas trop avoir de difficultés à s’adapter vu le contingent d’Allemands au sein de l’effectif. Per Mertesacker a sans doute joué un rôle important dans la décision du néo-Gunner, les deux  joueurs ayant été partenaires au Werder de Brême. Les Allemands seront donc désormais au nombre de 6 à vivre dans la peau d’un Gunner. En effet, en plus d’Özil, Mertesacker et Podolski, il faut rajouter les présences de Serge Gnabry, Thomas Eisfeld, Gedion Zelalem et Leander Siemann. Cependant, les trois derniers joueurs ne sont pas apparus en Premier League et Gnabry ne compte pour l’heure qu’une apparition en championnat l’an passé contre Norwich. Mais à travers l’histoire du Club, ces 6 joueurs ne sont pas les seuls à avoir porté le maillot rouge et blanc. 4 autres joueurs Allemands ont également représenté le club londonien sur les pelouses anglaises.

Les anciens joueurs Allemands du Club :

Jens Lehmann:

Carrière à Arsenal: 2003-2011

Apparitions: 202 (201 titularisations, 1 remplacement)

Comment oublier Jens? Peu de joueurs peuvent se targuer d’avoir fait partie de la fameuse équipe des Invincibles. Le gardien Allemand au caractère bien trempé aura joué un rôle prépondérant durant cette période. Arrivé du Borussia Dortmund en juillet 2003 avec qui il a remporté la Bundesliga en 2002, son transfert avait fait jaser à l’époque. Jens était un joueur avec un fort caractère, très agressif, un gardien fantasque qui n’hésitait pas à hurler à tout va. Son échec au Milan AC l’avait quelque peu traumatisé lui qui déclarait à l’époque: « Je ne peux plus le supporter. Je ne suis pas prêt à vivoter en remplacement de Rossi « . Son départ pour Dortmund fut salvateur pour sa carrière. Son duel avec Olivier Kahn pour savoir lequel des deux devait tenir le but en sélection reste mythique, les deux hommes ne pouvant se supporter. Son transfert à Arsenal en 2003 lui fera passer une dimension et une reconnaissance supplémentaires. Sans compter la formidable saison 2003-2004, Jens connaitra également l’unique finale de Ligue des Champions du Club. En demi-finale contre le Villarreal de Riquelme, il offre à son Club une place en finale en arrêtant le penalty tiré par l’Argentin. Malheureusement, il se fera expulsé en finale dès la 19ème minute et Arsenal échouera aux portes de l’extase. Jens Lehmann reste un homme de record. Outre le fait d’avoir remporté la Premier League avec l’équipe des Invincibles, il est également le premier gardien de l’histoire de la Bundesliga à marquer un but dans le jeu (Avec Schalke contre….Dortmund!), remporta le titre de meilleur gardien de Premier League en 2003-2004, nommé meilleur gardien de la saison 2005-2006 par l’UEFA et deviendra également le joueur étranger le plus âgé à évoluer en championnat d’Angleterre mais également pour Arsenal lors de la pige effectuée en 2011. Jens aura marqué de son empreinte l’histoire du Club, chose difficile pour un étranger prenant la suite de la légende David Seaman.

 

Moritz Volz:

Carrière à Arsenal: 1999-2004

Apparitions: 2 matchs de League Cup (1 titularisation, 1 remplacement)

« Volzy » ou « Mr 220 Volz » n’aura pas su exploiter son potentiel au sein des Gunners. Promis à un bel avenir, l’Allemand n’aura participé qu’à 2 rencontres de League Cup.  Recruté en 1999 par Arsenal à Schalke 04 et barré par Lee Dixon et Lauren dans la hiérarchie des arrières-droits, il fut prêté à Wimbledon en 2003, puis à Fulham l’année suivante. Le club londonien le recruta définitivement en janvier 2004. Après 4 années à Craven Cottage, il retourna en Bundesliga au sein de l’effectif du St. Pauli. Il joue depuis 2012 pour le TSV 1860 München. Moritz n’aura pas laissé un grand souvenir à Arsenal mais reste un personnage attachant et drôle, lui qui avoua un jour réaliser des mélanges culinaires douteux entre la gastronomie anglaise et celle de sa mère patrie.

 

Alberto Mendez:

Carrière à Arsenal: 1997-2002

Apparitions: 11 (6 titularisations, 5 remplacements)

Buts: 2

Oui , oui, cet homme est bien Allemand! Né à Nuremberg en 1974, cet ancien milieu de terrain aux descendants Espagnols sera repéré par Arsène Wenger au SC Feucht. Recruté à l’été 97, il débutera en League Cup contre Birmingham en Octobre, inscrivant même le dernier but de la victoire d’Arsenal 4-1 à domicile. Disputant 11 matchs en 5 ans dont 4 de championnat et rencontrant des difficultés pour faire sa place dans l’équipe, il fut prêté dans divers clubs comme l’AEK Athènes, Unterhaching,  Le Racing Ferrol et Terrassa en Espagne. Il retourne définitivement en Allemagne en 2004 pour jouer dans des divisions inférieures. En 2011, il embrassa la carrière de coach au FC Amberg avant d’être démis de ses fonctions en avril 2013 malgré de bons résultats.

 

Stefan Malz:

Carrière à Arsenal: 1999-2001

Apparitions: 14 (6 titularisations, 8 remplacements)

Buts: 2

Malz fut recruté par Arsenal en 1999 au 1860 München. Ce milieu de terrain ne sera resté que deux ans au Club avant de repartir en Allemagne à Kaiserslautern. Il n’a jamais été considéré comme un membre important des Gunners à l’époque, se retrouvant le plus souvent remplaçant. Le milieu de terrain aura marqué pour sa première apparition en League Cup en 1999 contre Preston North End et fut remplaçant durant la finale de Coupe de L’UEFA en 2000 perdue par Arsenal contre les Turcs du Galatasaray. Il arrêta sa carrière en 2008 au FSV Oggersheim.

Les joueurs Allemands actuellement présents au Club :

Per Mertesacker (Arsenal)

Per Mertesacker :

Carrière à Arsenal : 2011- ?

Apparitions : 76 (75 titularisations, 1 remplacement)

Buts : 3

La tour de contrôle Allemande a rejoint les Gunners le 31 août 2011 en provenance du Werder de Brême. Per aura mis du temps à s’adapter à la Premier League. Une première saison difficile ou il lui aura fallu prendre ses marques et mettre ses qualités au service du collectif. Per est grand, très grand et sa vitesse n’est pas une qualité sur laquelle il peut évidemment se reposer. Il souffrit beaucoup de l’intensité et de la rapidité du jeu pratiqué en Grande-Bretagne et sa première saison fut ternie par une blessure aux ligaments de la cheville contractée contre Sunderland en février 2012 et il du tirer un trait sur le reste de la saison. Il a cependant réussi à soigner sa blessure avant le début de L’Euro mais n’a pas été utilisé durant la compétition. La saison 2012-2013 fut celle de la transformation pour « Merte ». Il parut transfiguré. Terminé les erreurs de placement et les errements défensifs. La charnière Mertesacker-Koscielny s’imposa d’elle-même en cours de saison dans le 11 d’Arsène Wenger. Grâce à ce tandem très complémentaire, Arsenal finit sur les chapeaux de roue la saison, ne perdant qu’un seul match lors des 3 derniers mois. Son jeu de tête fut une arme précieuse et son intelligence lui permis de corriger les erreurs de la saison précédente. Per reste un membre essentiel de la Nationalmannschaft depuis 2004 même s’il n’est plus un titulaire indiscutable désormais. Il comptabilise 91 sélections pour son pays pour 2 buts. Cette saison est celle de la confirmation. En cette année de Coupe du Monde, Per doit franchir un palier supplémentaire s’il veut participer à la fête Brésilien l’été prochain. Arsène Wenger le sait et en l’absence de Vermaelen et Arteta, tous deux blessés, Per a été nommé capitaine depuis le début de la saison. Il doit prendre davantage de poids au sein des Gunners et poursuivre le travail mené depuis la saison dernière, surtout que Thomas Vermaelen va bientôt faire son retour dans le groupe.

Lukas Podolski :

Carrière à Arsenal : 2012- ?

Apparitions : 46 (35 titularisations, 11 remplacements)

Buts : 18

Prinz Poldi a débarqué à Arsenal au tout début du mois de juillet 2012. L’international Allemand, bien que né en Pologne à Gliwice, a toujours été un attaquant prolifique.  En 210 matchs de Bundesliga, il comptabilise tout de même 70 buts et 40 passes décisives, dont 51 buts en 85 avec son club formateur, le FC Cologne.  Il signe au Bayern Munich en 2006 mais fit la connaissance d’une notion inconnue pour lui jusqu’alors, la concurrence au sein d’un grand d’Europe.  En 2009, il retourne « à la maison » à Cologne. Lukas est surtout réputé pour ses prouesses et ses statistiques incroyables au sein de la sélection Allemande. Une centième sélection a tout juste 26 ans, il est le plus jeune joueur Européen à atteindre ce total. Il compte à ce jour 111 sélections pour 46 buts. Malgré tout, Lukas peine à s’imposer au sein des Gunners. Principalement utilisé dans un rôle d’ailier gauche, il se contente surtout et bien malgré lui d’être remplaçant depuis la fin de saison dernière. Podolski est un joueur rapide, puissant, avec un pied gauche et une frappe de balle redoutable et redoutée par les gardiens adverses. Ses coéquipiers sont unanimes, Lukas possède la plus grosse frappe de balle de l’effectif. Malheureusement pour lui, cette saison va être difficile pour lui. En effet, sa blessure à la cuisse contractée lors du match retour des barrages de la Ligue des Champions contre Fenerbahce est plus grave que prévue et l’année 2013 semble être terminée pour lui. Un coup dur pour son Club qui voit ses options offensives réduites.  Lukas possède cependant la qualité de relativiser les choses et d’être toujours positif. On l’a encore vu durant la tournée en Asie cet été, Lukas est un ambianceur, très sociable et bourré d’humour.  Très apprécié de ses coéquipiers et par tout le staff, espérons qu’il revienne au plus vite pour faire parler la poudre.

 

Serge Gnabry :

Carrière à Arsenal : 2011- ?

Apparitions : 4 (1 titularisation en Capital One Cup, 3 remplacements en COC, LDC et PL)

Une pépite. Serge, qui possède un père Ivoirien et une mère Allemande, est né à Stuttgart et rejoint Arsenal en 2011 en provenance du VfB Stuttgart.  Il intègre les – de 18 ans du Club mais est rapidement propulsé en Reserves, marquant 2 buts en 6 matchs. Il signe son premier contrat professionnel à l’été 2012 et prend part à une rencontre amical avec l’équipe première quelques jours après. La suite s’enchaine très vite, fin septembre, Gnabry remplace Oxlade-Chamberlain durant un match de League Cup contre Coventry. Puis, le 20 octobre, le jeune Allemand effectue sa première apparition en Premier League contre Norwich, devenant le troisième plus jeune joueur de l’effectif d’Arsenal a participer à une rencontre de Premier League derrière Jack Wilshere et Cesc Fabregas.  Moins d’une semaine après, il fait sa première apparition en Ligue des Champions, entrant en fin de match contre Schalke 04. Le 30 octobre 2012, il est titulaire lors du match fou contre Reading en Capital One Cup remporté 7-5 par Arsenal. Serge est un milieu offensif/ailier rapide, véloce et technique. Cet été, il est définitivement intégré à l’effectif sénior d’Arsenal et portera le numéro 44. Il va falloir commencer à retenir son nom. Tout le staff lui promet un bel avenir et il va falloir cette année qu’il prouve ses indéniables qualités.

Thomas Eisfeld :

Carrière à Arsenal : 2012- ?

Apparitions : 1 (1 remplacement en Capital One Cup)

Le milieu offensif Allemand a été repéré au Borussia Dortmund par les scouts d’Arsenal. Thomas est un pur produit de l’académie du BVB possédant de très belles statistiques en équipes de jeunes. Capitaine de la sélection U15 Allemande, marquant 6 buts et réalisant 6 passes décisives en 12 matchs d’U19 en 2011, le club Allemand n’a pas offert sa chance en équipe première au jeune Allemand, notamment à cause de sérieuses blessures. Arsène Wenger n’a pas laissé passer l’occasion de récupérer un joueur de la même trempe que ses illustres ainés du BVB comme Gotze ou GroBkreutz. Arsenal lui a cependant fait passer une batterie de tests médicaux avant de le recruter gratuitement (hors coûts de formation). Dans le même style qu’un Rosicky, lui aussi ancien joueur de Dortmund, il peut évoluer à tous les postes au milieu de terrain mais reste un meneur de jeu très technique. Il n’a pour l’instant fait qu’une apparition en Capital One Cup contre Reading, entrant à la 62ème minute de l’épique victoire des Gunners 7-5. Arsenal espère pouvoir compter sur lui pour l’avenir et il va avoir beaucoup de travail pour grappiller des minutes cette saison. N’ayant pas été enregistré dans l’équipe A du Club, il évoluera sans doute en Reserves mais il peut tirer son épingle du jeu pour être propulsé en équipe première et ainsi démontrer tout son talent.

Gedion Zelalem :

Carrière à Arsenal : 2013- ?

Apparitions : 0.

Ce milieu axial est arrivé au Club en janvier 2013. D’origine Ethiopienne, Gedion a été repéré par l’ancien joueur d’Arsenal devenu recruteur, l’Américain Daniel Karbassiyoon durant la Dallas Cup aux Etats-Unis. Pré-formé au Hertha Berlin, Zelalem intègre directement les U21 d’Arsenal en fin de saison dernière. La suite ira très vite. Gedion est du voyage lors de tournée en Asie cet été, disputant les 4 matchs.  Il offre même une passe décisive à Walcott contre le Nagoya Grampus, éclaboussant le match par sa vision de jeu aiguisé et son imagination balle au pied. Il est également apparu durant l’Emirates Cup contre Galatasaray. Cerise sur le gâteau, il a récemment été propulsé et inscrit dans l’effectif de l’équipe première et portera le numéro 58. Arsène Wenger pourrait, avec ce joueur, nous refaire un coup « à la Fabregas ».

Leander Siemann :

Carrière à Arsenal : 2012- ?

Apparitions : 0

Leander a rejoint Arsenal l’an dernier en provenance du Hertha Berlin après un essai fructueux au sein du Club. Capable de jouer en défense central ou en latéral droit, il a débuté plusieurs rencontres des U18 au poste de défenseur central, disputant également une rencontre d’U21. Une blessure l’empêcha de disputer la majorité de la deuxième moitié de saison. Il est désormais sous contrat professionnel et tentera cette année de devenir un titulaire à part entière des U18 d’Arsenal.

#Max

« Wenger obtiendra le meilleur de Mesut »

Par défaut

Le père de Mesut Özil, Mustafa, a donné une interview à SkySportsNews après que son fils a signé pour Arsenal. Voici un extrait de l’interview.

Pourquoi Mesut a-t-il décidé de rejoindre Arsenal ?

Arsenal est un très grand club. Le club a fortement essayé de signer Mesut et il avait de belles perspectives là-bas. Mesut veut aider le club à remporter des trophées. Nous apprécions l’intérêt d’un aussi grand coach qu’Arsène Wenger.

Les fans vont attendre beaucoup de Mesut.

Il peut montrer ses qualités et aider le club à remporter la Premier League ou même un titre international.

Est-il content de ce nouveau challenge ?

Il est fier de jouer pour Arsenal et nous sommes très pressés d’être à Londres. Arsenal est son nouveau club.

Quel rôle a eu Arsène Wenger dans la décision de Mesut ?

Il a été l’un des éléments clés pour nous convaincre. C’est aussi très pratique qu’il parle très bien allemand. Mais ce n’est pas tout.  Il nous a aussi parlé de ses plans avec l’équipe et spécialement avec Mesut. Il veut qu’il joue un gros rôle au milieu de terrain.

 Arsène Wenger est connu pour développer des talents. Est-ce que vous pensez que Mesut pourra s’améliorer sous ses ordres ?

Bien sûr, je le pense. Mesut n’est pas encore à son meilleur niveau. Je pense qu’il reste encore 15 à 20% à sortir de lui et Mr Wenger va l’aider à le faire.

 Mesut va maintenant jouer en Premier League – qui est très physique. Comment est-il préparé à cela ?

 Vous avez raison mais je ne vois pas cela plus dur qu’en Espagne. Les équipes de Liga ne jouent pas avec moins de joueurs et jouent aussi deux fois par semaine. Il est physiquement prêt pour cela.

 Arsenal a déjà deux internationaux allemands dans ses rangs. Est-il content de jouer avec Lukas Podolski et Per Mertesacker ?

 Il est très heureux de jouer avec eux. Mais il est aussi très content du reste de l’équipe. Le transfert vers Arsenal est la meilleure chose qu’il puisse faire. 

#Rodolphe (via Arsenal.com)