Bis repetita pour Arsenal

Par défaut

Norwich - Arsenal, 14ème journée de PL

Compte-rendu Norwich – Arsenal, 14ème journée de Premier League

Défaits la semaine dernière sur la pelouse de West Bromwich Albion (2-1), les Gunners ont su réagir en Ligue des Champions mardi soir (3-0) pour mieux retomber dans leurs travers ce diamnche après-midi contre le 16ème de Premier League, Norwich. 1-1 score final.

Bis repetita pour Arsenal

West Brom, Norwich… Même combat pour Arsenal. Un début de match plutôt réussi avec une possession de balle importante qui permet aux Gunners de distinguer très clairement le plan de jeu de Norwich. Une défense en place qui explose en contre à la moindre récupération du ballon.

Comme toujours face à ce genre d’équipe, Arsenal balbutie son football. Un faux rythme tueur paradoxalement contredit par l’ouverture du score de Mesut Özil sur un amour de passe en profondeur d’Alexis Sanchez. L’allemand est désormais impliqué sur les 13 derniers buts d’Arsenal en championnat, 11 passes décisives et 2 buts. Une ouverture du score trompeuse car elle survient sur une erreur de relance du gardien de  Norwich, Rudy.

A la suite de ce but, même scénario que la semaine dernière, un relâchement défensif qui permet une égalisation plus qu’évitable. Une défense absolument statique qui se laisse embarquer comme des poussins par des Canaries déterminés à obtenir un résultat. C’est ainsi que Ramsey laisse ses reins sur la pelouse du Carrow Road après un passement de jambes plus que lisible avant que Gabriel nous offre un positionnement défensif méritant d’être montré à l’Academy d’Arsenal comme l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire. En effet, le brésilien se situe sur la gauche de l’attaquant qui n’a plus qu’à se retourner en contrôlant pour ajuster Cech.

La perte de Koscielny sur blessure dès les premières minutes de jeu a perturbé des Gunners en plein doute. La rentrée du brésilien n’a pas servi à rassurer cette défense amorphe. Comme la semaine dernière, la sortie sur blessure de Coquelin avait engendré une perte de concentration défensive.

Au vue de la 2ème mi-temps, les Gunners sont heureux de ressortir de ce piège avec le point du match nul. La vaillante équipe de Norwich aurait pu mériter mieux si Cech n’avait pas sorti un arrêt décisif sur une tête de son propre défenseur Gabriel. Un point qui s’avère au goût très très amer pour les Gunners après une nouvelle blessure. Cette fois-ci, c’est le chilien Alexis qui sort après ce qui semble être un problème à une cuisse.

Bref un nouveau cauchemar pour Wenger contre une équipe de plus faible niveau que les Gunners. Arsenal rate encore le coche et reste accroché à sa 4ème place au lieu de finir cette journée en compagnie de Manchester City et Leicester en haut du classement.

#Albin

Un nul logique

Par défaut
Arsenal - tottenham, 12ème journée de PL

Source : arsenal.com

Compte-rendu Arsenal – Tottenham, 12ème journée de Premier League

Brouillon, intense, parfois viril, ce North London Derby a tenu toutes ses promesses en termes de spectacle. Seul problème ? Un résultat nul 1-1 qui aurait pu tourner à la déroute pour les Gunners.

Un nul logique

On peut reprocher beaucoup de choses à cette équipe d’Arsenal après ce match nul face à l’ennemi juré, mais pas d’avoir essayé, encore et encore. Seulement les Gunners sont tombés sur une très belle équipe de Tottenham dont le plan de jeu a parfaitement été exécuté par les hommes de Mauricio Pochettino.

Ce plan de jeu était très simple. Résister les 15 premières minutes à la déferlante attendue pour ensuite profiter des moments de relâchement des Gunners pour mettre une pression énorme sur les buts de Petr Cech. Les Spurs entendaient, et l’ont réalisé, attendre qu’Arsenal soit fatigué et commette quelques erreurs technique pour appliquer un pressing très haut empêchant une relance propre et libératrice. Cette tactique mise en place aurait pu être la bonne si les Spurs avaient été plus réalistes. Mais heureusement pour Arsenal, Petr Cech était de nouveau absolument impassable.

La seule fois où le tchèque a été battu résulte d’une erreur grotesque de placement de Per Mertesacker. Déjà fautif lors de la déroute de milieu de semaine contre le Bayern, l’allemenand s’est distingué encore une fois de la plus mauvaise des manières. Sur un ballon anodin côté gauche dans les pieds de Rose, Mertesacker décide de faire un pas en avant. Résultat ? L’alignement devient bancal. Koscielny et Monréal se retrouvent donc sur la même ligne, la BONNE ligne. Rose voyant l’espace derrière Mertesacker, envoie une passe enroulée parfaite pour Kane qui crucifie Cech avec un peu de chance. En effet, le rebond permet au ballon de passer juste au-dessus de la jambe gauche du gardien d’Arsenal. Mais comme en milieu de semaine, le positionnement de Mertesacker coûte le but aux Gunners. Et en entendant les commentateurs Canal+Sport, non le fautif n’est pas Koscielny. Certes le français n’est pas parfait sur l’action mais le but est à 90% pour Mertesacker.

Concernant le match, les Spurs auraient pu enfoncer le clou en début de seconde période plusieurs fois. Mais la classe de Petr Cech nous permet de rester à seulement 0-1. C’est donc fort logiquement que les Gunners ont profité à leur tour de la fatigue accumulée pour asphyxier Tottenham. Malgré les blessures, des positionnements étranges à la fin du match, les Gunners n’ont jamais renoncé et ont finalement arraché le nul sur la 10ème passe décisive d’Özil en 12 journées de Premier League. L’allemand, le génie, pas Mertesacker, devient le premier joueur de l’histoire de la Premier League à enchaîner 6 passes décisives lors de 6 matchs consécutifs. Un exploit et un record à la hauteur du niveau atteint cette saison par le magicien d’Arsenal.

En effet, sur un centre millimétré de ce dernier, Gibbs coupe la trajectoire au 2ème poteau et trompe Lloris, pas exempt de tout reproche sur ce coup, pour égaliser dans un Emirates bouillant. On retiendra de ce match que le résultat est logique compte tenu de toutes les occasions des deux camps. Ce match d’Arsenal n’était certainement pas le plus réussi techniquement et collectivement mais au final les Gunners ont montré qu’ils avaient la rage de vaincre, la rage de ne pas laisser le North London Derby revenir aux Spurs. Symboles de cette détermination : Coquelin et Giroud. Le milieu défensif confirme match après match son niveau incroyable dans son rôle habituel de récupération et d’anticipation. Quant à l’attaquant français, sa tendance à ne jamais renoncer dans un match reflète parfaitement ce derby.

Au terme de ce North London Derby, Gunners et Spurs se quittent sur un résultat nul. Arsenal ne dépasse donc pas Manchester City en tête du classement et Tottenham reste à 5 points. Place maintenant à la trêve internationale pour fatiguer un peu plus tous les joueurs..

#Albin #COYG

Les notes du match : 

Cech (8) : Un match énorme du portier des Gunners. Il a sauvé la baraque à 0-1 et le nul est en partie grâce à lui !

Debuchy (6) : Un match solide de Debuchy qui n’a perdu que peu de duels. Une bien meilleure prestation.

Mertesacker (3) : Il panique dès qu’il a le ballon. Il dézone et laisse Kane partir dans son dos .

Koko (7) : Pas parfait sur le but des Spurs, mais une excellente prestation après. Il a clairement tenu la baraque.

Monréal (6) : Comme toujours un match propre et sans erreur. Il fait du bien sur l’aile gauche et ne se retrouve pas souvent en difficulté dans les duels.

Cazorla (4) : Malade, il n’a pas pu tenir sa place plus de 45 minutes. Remplacé par Flamini (5) qui a fait ce qu’il a pu mais à court de rythme.

Coquelin (7,5) : Un match de guerrier dans le milieu de terrain. Il a été le seul à surnager aujourd’hui et s’impose comme le taulier de notre milieu.

Campbell (5,5) : Pas un mauvais match du jeune ailier, mais il manque clairement de vécu et d’expérience dans ce genre de matchs.

Ozil (9): L’homme du match. 10 passes décisives en 12 matchs, c’est monstrueux. Il a débloqué la rencontre encore une fois.

Alexis (5) : Un match où il aura une été pris au marquage et n’a pas pu se procurer d’occasions.

Giroud (7) : Un énorme match de Giroud qui n’a pas été en réussite. Il a usé les deux défenseurs centraux adverses mais n’a pas pu trouver le chemin des filets. Dommage.

#Dim

On n’arrête plus les Gunners !

Par défaut

Swansea  - Arsenal, 11ème journée de PL

Compte-rendu Swansea – Arsenal, 11ème journée de Premier League

Humiliés en début de semaine par Sheffield Wednesday (3-0), les Gunners ont réagit de la meilleure des manières grâce au retour de plusieurs titulaires indiscutables dans le onze de départ.

On n’arrête plus les Gunners !

Sur les 5 derniers matchs de Premier League d’Arsenal, les Gunners ont marqué 15 buts pour seulement 3 encaissés. Sur ces matchs Arsenal a réalisé trois fois la performance de battre l’équipe adverse sur le score de 3-0, contre Manchester United à domicile puis contre Watford et Swansea à l’extérieur.

La dernière victime en date : Swansea. Malgré un gros match de la part des Gallois, Arsenal a toujours semblé au-dessus, plaçant des accélérations brutales quand les Gunners le décidaient. Et comme souvent avec Arsenal cette saison, la différence s’est faite en 2ème mi-temps. En effet, lors du premier acte, les joueurs de Swansea n’ont pas été récompensés de leurs efforts d’ouvrir le score. Grâce à des Bellerin, Cech et Koscielny de luxe en défense, les GUnners sont parvenus à miraculeusement tenir le 0-0. Mais les hommes de Wenger ont eu aussi leurs actions dans cette 1ère mi-temps avec notamment Campbell et Giroud dans les bons coups.

Swansea ayant laissé passer sa chance, Arsenal a décidé d’accélérer le rythme pour repartir des terres galloises avec les 3 points. Sans Walcott en pointe blessé mardi dernier, Olivier Giroud avait donc la lourde responsabilité de mener l’attaque. Et on peut dire que le français a réussi sa mission en ouvrant le score sur une merveille de corner d’Özil. Le déplacement de Giroud est à montrer dans les écoles de football tellement il se rapproche de la perfection pour un attaquant.

Ce premier but est le début du show Özil. L’allemand, peu en vue en 1ère mi-temps, nous a offert un récital en 2ème. Impossible de lui prendre le ballon, le génie est dans sa meilleure forme depuis son arrivée à Arsenal. Sur le second but, son centre dévié permet à Koscielny de gêner la sortie de Fabianski pour inscrire son 2ème but de la saison après celui de la semaine dernière face à Everton. L’allemand continue ensuite par une dernière passe décisive pour Joël Campbell, auteur de son premier but avec les Gunners, pour parachever son œuvre. Sur une magnifique combinaison avec Alexis Sanchez, le génial Mesut centre fort aux 6 mètres. Personne ne coupe la trajectoire et Campbell se retrouve seul au 2ème poteau. Il réussit à enchaîner contrôle et frappe dans le petit filet opposé pour venir sceller la victoire des Gunners par un sublime 3-0 à l’extérieur contre une redoutable équipe de Swansea.

Avec la victoire de Manchester City contre Norwich, Arsenal est toujours 2ème à la différence de buts derrière les Citizens. Il est toujours bon de noter le nul de Manchester United contre Palace et la nouvelle défaite de Chelsea, qui pointe à la 15ème place, contre le nouveau Liverpool de Klopp.

#Albin #COYG

Cech (7) : Que c’est bon et rassurant d’avoir un gardien de ce niveau et de cette sérénité. Une réelle plus-value par rapport à l’an passé. Comme en témoigne le nombre de clean sheet cette saison.

Bellerin (7,5) : Il progresse de jour en jour et franchi les étapes. Il est sans aucun doute le futur d’Arsenal à ce poste. En difficulté en début de match, il a su élever son niveau de jeu pour étouffer Montero petit à petit.

Mertesacker (6) : Un match où l’allemand a été bon par son placement. En revanche, dés qu’il y a des duels, il est vite dépassé. Heureusement que Koko est là.

Koscielny (7) : Quel match et quel joueur. Sans conteste l’un des meilleurs à son poste. Tant dans le duel que dans l’anticipation il est irréprochable, match après match.

Monreal (6) : Un gros match pour Nacho qui continue ses bonnes prestations match après match. Pour le définir en un mot : régularité.

Coquelin (6) : Un peu en deçà aujourd’hui par rapport à d’habitude, il a quand même ratissé pas mal de ballon. Nul doute que si il se blesse ça laisserait un grand trou au milieu.

Cazorla (6,5) : Le complément parfait de Coquelin au milieu de terrain. Sa technique et vivacité permettent de repartir de façon propre sur chaque relance.

Campbell (7,5) : Très bon match pour sa première titularisation, justement récompensé par un but. Il aura l’occasion de montrer ce qu’il vaut durant les matchs à venir avec les nombreuses blessures.

Ozil (7,5) : Encore une passe décisive pour Ozil, sur le but de Campbell. Il est en confiance et ça se ressent sur son jeu`. Juste, précis et rapide, il déstabilise par ses passes et changement de rythme.

Alexis (6) : Un peu plus brouillon et effacé aujourd’hui, il n’a pas jouer à son meilleur niveau. Très bien pris par son défenseur, ce qui n’a pas laissé beaucoup d’espaces pour le chilien.

Giroud (7) : Il a ouvert le score sur coup de pied arrêté, et cela a libéré l’équipe. Solide dos au but, ça va faire du bien si il joue à ce niveau en attendant le retour des blessés.

#Dim

Quelle démonstration !

Par défaut

8ème journée de PL

Compte-rendu Arsenal – Manchester United, 8ème journée de Premier League

20 minutes auront suffit

Pour ce choc de la 8ème journée de Premier League entre les Gunners et les Red Devils, la pression était forte sur les épaules des hommes d’Arsène Wenger. Après visionnage de ce match une chose est sûre, les Gunners réagissent plutôt bien à la pression.

Un football d’une qualité premium, des combinaisons fluides orchestrées à la perfection, une hargne défensive de tous les instants, les Gunners nous ont offert une leçon de football aujourd’hui. Et 20 minutes auront suffit à Sanchez & Co pour achever un United fébrile. Le premier ballon touché par un Mancunien dans la moitié de terrain d’Arsenal a été enregistré à la 8ème minute. Huit minutes, c’est le temps qu’il aura fallu aux Gunners pour planter deux buts somptueux tant collectivement qu’individuellement. Le premier intervient dès la 6ème minute avec un dédoublement de Bellerin sur le côté droit. Le latéral espagnol transmet à Özil dans l’axe pour un une-deux dont les Gunners ont le secret avec Ramsey. En bout de course, l’international allemand centre pied droit pour la finition magique d’une Madjer d’Alexis. Moins d’une minute plus tard, Cazorla récupère avec l’aide de Coquelin dans sa moitié de terrain, le lutin espagnol se met dans le sens du jeu et trouve Alexis dans l’intervalle. Nouvelle madjer du chilien pour trouver Özil en une touche de balle qui trouve ensuite Walcott lancé dans la profondeur. L’anglais repique intérieur et temporise pour glisser le ballon à son compère d’attaque allemand qui ouvre son pied gauche pour crucifier De Gea. Arsenal 2, Manchester United 0.

Une entame de match incroyable de la part d’Arsenal et que ça fait du bien de voir ce que cette équipe est capable de faire. Cela faisait très longtemps que les Gunners n’avaient pas autant dominé de la tête et des épaules un aussi gros choc de Premier League, qui plus est face au rival historique Red Devils. Suite à ces deux actions consécutives, l’intensité est quelque peu retombée sur l’Emirates et les Mancuniens ont commencé à avoir le ballon de manière stérile. Une intensité aussitôt revenue en flèche pour le 3-0. En effet, après s’être bien battu sur le côté droit du terrain, Aaron Ramsey décale Walcott dans l’axe. L’avant-centre des Gunners se retourne instantanément pour trouver Sanchez seul. Le chilien crochète intérieur avec l’aide d’un contre favorable avant d’envoyer un missile dans la lucarne de De Gea. Trois buts absolument magiques de technique, de coordination, de puissance et de confiance. Cette équipe d’Arsenal à ce niveau est injouable, elle respire tout ce qu’il y a de plus beau dans le football.

En fin de première mi-temps, les Gunners auraient pu aggraver le score à 4-0 si Aaron Ramsey n’avait pas manqué le cadre sur une reprise de volée seul au deuxième poteau. Mais ils auraient aussi voir les Red Devils revenir à 3-1 si Cech n’avait pas sorti une parade de très grande classe face à Anthony Martial. Le scénario de la 2ème mi-temps se réduit à des Mancuniens essayant désespérément de trouver la faille dans une défense compacte et très bien organisée d’Arsenal.

Ce compte-rendu est l’occasion de rendre hommage à toute l’équipe aujourd’hui. D’un Cech impeccable, d’un Gabriel patron dans les airs à des latéraux solides défensivement et présents offensivement en passant par un milieu grandiose et une attaque de feu. Lorsque l’équipe joue de cette manière, on se rend compte que rien ne lui résisterait si la constance était là à tous les matchs. Quand on voit Théo Walcott se précipiter sur tous les ballons au pressing, délivrant au passage deux passes décisives, un Özil juste et magique, un Sanchez sur une autre planète, un milieu Cazorla – Coquelin d’une complémentarité irréprochable et une défense implacable. Oui, les défaites en Ligue des Champions sont du gaspillage de talent qu’une équipe telle que celle-là n’a pas le droit de perdre.

Une victoire si prestigieuse face au rival Mancunien devrait donner des idées au joueurs en vue de la double confrontation face à un Bayern Munich complètement inarrêtable en ce moment. Les hommes de Guardiola viennent d’infliger une correction au BVB Dortmund (5-1) alors que ces derniers étaient dans une forme étincelante. C’est donc une tâche presque impossible qui attend les Gunners dans les semaines à venir s’ils veulent décrocher une place en phase final de Ligue des Champions. Cette victoire doit servir de déclic.

#Albin

Les notes du match :

Cech (8,5) : Un match sans faute pour le portier tchèque. Un magnifique arrêt face à Martial avant la pause et 2 bonnes interventions face à Rooney et Schweinsteiger. Le tchèque est le gardien qu’il faut.

Bellerin (6,5) : Un match plus que correct pour le latéral espagnol, bon sur les plans défensifs et offensifs.

Mertesacker (7) : Un match de patron de la part de Per, très bon dans toutes ses interventions.

Gabriel (6,5) : À l’image de son coéquipier en défense centrale, le brésilien a réalisé un bon match dans l’ensemble.

Monreal (7,5): Bon match de notre latéral gauche. Quelques bonnes montées et interventions.

Coquelin (7,5) : Également un bon match de la révélation d’Arsenal en 2015. Toujours excellent à la récupération, il l’a prouvé sur le 1er but des Gunners.

Cazorla (7) : Très bon match du lutin espagnol. Il a été précieux dans l’entre jeu londonien aujourd’hui, en adressant notamment des passes de qualité.

Özil (8,5) : Que dire ? 1 passe décisive et 1 but. Excellent match de l’allemand, qui prouve qu’il est un joueur de classe mondiale. C’est enfin le Özil que tout le monde attendait lors des grands matchs.

Ramsey (6,5) : À l’origine du 1er but, le gallois a donné tout ce qu’il a pu dans ce match en montrant quelques choses intéressantes.

Sanchez (9) : L’homme du match. 2 beaux buts, une activité énorme, le chilien aura régalé beaucoup de monde ce dimanche.

Walcott (8,5) : 2 passes décisives et une très bonne activité, l’attaquant a réalisé un grand match. Il est en train de gentiment prendre l’ascendant sur Giroud.

#Hugo

Sanchez, quel départ !

Par défaut

7ème journée de PL

Compte-rendu Leicester City – Arsenal, 7ème journée de Premier League

En déplacement sur la pelouse des Foxes de Leicester City seulement trois jours après leur victoire dans le North London Derby, les Gunners nous ont offert un beau spectacle offensif.

Un spectacle offensif, des actions collectives de qualités et un état d’esprit conquérant retrouvé, voilà les ingrédients qui ont permis à Arsenal de remporter une précieuse victoire.

Pourtant, le début de match des Gunners fut très compliqué, nous rappelant le triste match disputé à Zagreb en Ligue des Champions. En effet, durant les 15 premières minutes du match, les Gunners se sont fait étriquer par une équipe des Foxes séduisante. Après une première action chaude, Vardy récupère le ballon plein axe après une mauvaise relance. Son tir croisé du pied gauche vient s’échouer sur le poteau pour le plus grand bonheur d’Arsenal. Mais quelques minutes plus tard, le même Vardy s’échappe côté gauche et prend tout son temps pour ajuster Cech d’un plat du pied droit précis et puissant dans le petit filet opposé. Une défense prise à revers sur une contre-attaque rondement menée de la part de Leicester avec un Mertesacker qui n’est pas exempt de tout reproche sur ce but. Continuant à pousser devant les cages de Cech, Albrighton centre fort pour la tête de l’inépuisable Vardy. Celui-ci trouve une nouvelle fois la barre transversale des Gunners.

Très certainement le tournant du match puisque dans les minutes qui suivent, Cazorla nous offre un amour de passe en profondeur pour Walcott qui crucifie Schmeichel avec l’aide du poteau. Une égalisation rapide qui a permis aux Gunners de ne pas douter plus longtemps que les cinq minutes séparant les deux buts.

Dans un match très ouvert, la clé du match s’est située au niveau de la titularisation de Walcott. L’international anglais a multiplié les appels dans le dos des défenseurs de Leicester en évitant d’être pris au piège du hors-jeu. Une présence de tous les instants qui a énormément fatiguée les Foxes durant ce match et libérant d’autres espaces pour ses coéquipiers. Et sur une action collective de haute volée où l’on notera la déviation sublime de Mesut Özil, Walcott se jette au premier poteau sur le centre de Bellerin. Le ballon est contré par le défenseur de Leicester et revient avec beaucoup de chance dans les pieds d’Alexis qui ne se fait pas prier pour débloquer son compteur personnel cette saison avec les Gunners.

1-2 pour Arsenal, début show Sanchez. Au retour des vestiaires, le match est d’une toute autre teneur. Arsenal domine les débats et les hommes de Ranieri ne se procurent presque plus de situations dangereuses. Une supériorité technique, collective et mentale qui permet à Sanchez d’inscrire un doublé sur une passe d’extraterrestre d’Özil.

Une performance collective agréable à regarder et précieuse pour le moral des Gunners. A 1-3, les hommes d’Arsène Wenger ont continué de pousser et de se créer des occasions de but. Et là encore, à la 81ème minute, Alexis Sanchez fait oublier son début de saison compliqué pour inscrire son premier triplé sous les couleurs d’Arsenal. Et quel but ! Sur une touche effectuée rapidement sur le côté gauche, Sanchez se défait de son marquage d’un grand pont subtil sur son contrôle pour enchaîner par une frappe sèche et soudaine. Schmeichel est battu.

La fin de match est similaire au début de la rencontre, Leicester pousse et continue à vouloir recoller au score. Petr Cech est alors impeccable dans ses buts jusqu’au copier/coller de l’ouverture du score dans la finition. En effet, sur un centre venant de la droite, Cech effectue un arrêt miraculeux sur sa ligne. Le ballon revient dans les pieds de Vardy qui enroule parfaitement pour trouver une nouvelle le petit filet opposé. Pour clore ce magnifique match, Olivier Giroud signale son entrée par deux occasions franches. Une première où il oublie de couper le magnifique centre de Cazorla. Une deuxième où sa finition pied gauche est parfaite.

2-5 score final. Les Gunners seront fait peur en début de rencontre avant d’asseoir une domination intéressante dans un match très ouvert. Une belle performance offensive avec 5 buts à la clé, une bonne chose pour le moral des hommes de Wenger. Profitant du faux pas de Manchester City face aux Spurs, les Gunners se repositionnent à la 4ème place, à seulement trois points de leader Manchester United. Une prestation à confirmer mardi soir en Ligue des Champions à l’Emirates face aux Grecs de l’Olympiakos. Victoire impérative.

#Albin #COYG

Les notes du match

 

Cech (7) : Il ne peut rien sur l’ouverture du score de Vardy. Ensuite, il a stoppé toutes les menaces de Leicester (notamment en première période), ou ses montants s’en sont chargés.

Bellerin (6) : Peu en vue offensivement, le but part de son côté, dans son dos. Hormis ça il a bien géré en seconde mi-temps.

Mertesacker (5) : Pour son retour, il n’a pas été phénoménal. Pire, il est directement impliqué sur le but encaissé puisque c’est lui qui ne suit pas Vardy… Gabriel se rapproche à grand pas.

Koscielny (8) : Excellent dans les duels, précis dans les relances, rassurant dans les moments chauds, Koscielny est clairement le patron de la défense. Comme souvent…

Monreal (7) : Encore un très bon Nacho aujourd’hui, qui a parfaitement tenu le danger numéro 1 qu’était Marhez.

Flamini (non-noté) : Sorti sur blessure à la 20e, remplacé par Arteta (6) qui a fait du bien su le plan mental notamment. Il a remis l’équipe dans le sens de la marche alors qu’elle souffrait.

Cazorla (6,5) : Un Santi un peu moins impliqué offensivement que d’habitude, mais qui a fait beaucoup d’efforts défensifs pour compenser l’absence de Coquelin. Belle passe décisive sur l’égalisation de Walcott malgré tout.

Ramsey (6) : Le joueur offensif le plus décevant aujourd’hui. Certes beaucoup d’activité et un volume de jeu intéressant, mais encore trop d’imprécisions et il n’est pas à son aise sur l’aile droite…

Ozil (8) : Mesut a fait son meilleur match de la saison. Techniquement au-dessus du lot, il a mis ses coéquipiers dans les meilleures dispositions. Un match avec de l’espace comme il les aime, son ballon pour le second but de Sanchez est un délice.

Sanche (9) : Un triplé pour Alexis qui ouvre de la meilleure des façons son compteur but cette saison. Un but en renard, une tête et une frappe lointaine, le chilien a montré l’étendue de son talent aujourd’hui.

Walcott (8,5) : Titularisé à la place de Giroud en pointe, Walcott a parfaitement profité des espaces dans la défense. Ses appels et sa vitesse ont fait la différence et il a marqué des points dans son duel avec Giroud, qui a marqué lui aussi en fin de match.

#Dim

La stupidité l’emporte

Par défaut

Compte-rendu Chelsea – Arsenal, 6ème journée de Premier League

Pour la première fois, et exceptionnellement, je m’exprimerai à la première personne du singulier pour débriefer un choc de Premier League qui a tourné à la blague totale.

En tant que fan de football avant d’être un fan d’Arsenal, ce match est scandaleux pour la Premier League et le monde du football.

L’origine de ce scandale n’est autre que l’insupportable Diego Costa. L’international espagnol a encore une fois endossé son costume de provocateur et de bagarreur pour tenter de déstabiliser les Gunners. A chaque match de Chelsea que je regarde, Diego Costa insulte, Diego Costa simule, Diego Costa laisse traîner les coudes. Ce joueur est une vraie plaie pour le football. Chaque match, l’espagnol se retrouve mêlé à un contact suspect et à chaque fois, il s’en tire sans un carton rouge. Une fois n’est pas coutume, son cinéma à l’encontre de Koscielny a fonctionné. Certes Gabriel « n’aurait pas dû y répondre du tout », ajoute Wenger en interview d’après-match, mais l’attitude de Diego Costa est difficilement supportable. Selon le manager français, les Gunners « savaient avant le match qu’il n’était là que pour ça ». Cela n’aura pas suffit à éviter que Gabriel soit expulsé suite à un écart de conduite minimal par rapport à Costa.

Mais ce qui me scandalise le plus dans cette situation, c’est l’attitude de Mike Dean. A aucun moment il n’a pensé que Diego Costa pouvait être à l’origine de cette échauffourée. A aucun moment. Pourtant, et c’est assez étonnant, l’espagnol sévit sur les terrains de Premier League depuis maintenant deux ans. A l’heure de la vidéo, les arbitres savent et connaissent le comportement de Diego Costa. Apparemment, Mike Dean n’était pas au courant. Après deux gifles, une griffure dans le cou, et un coup de tête à l’encontre de Koscielny, Mike a préféré expulser Gabriel pour sa réaction. Il faut me dire où est la logique dans tout ça.

L’attitude de Diego Costa est une honte pour le football mondial et pour le Chelsea Football Club. Je suis sûr et certain, enfin j’espère, que beaucoup de fans de Chelsea désapprouvent ce comportement mais il faut m’expliquer comment un stade entier peut aduler un tel joueur. En interview d’après-match, Mourinho a expliqué que « Diego Costa avait réalisé une performance fantastique » et avait joué « le match de la manière dont le match devait être joué ». Comment peut-on être entraîneur de football et encourager un comportement pareil. Un choc de Premier League tel qu’un Chelsea – Arsenal est regardé par très grand nombre de personnes à travers le monde. Imaginez un peu l’influence d’une telle situation et de la réaction de l’arbitre sur de jeunes footballeurs. Je suis outré.

Le football est un jeu tellement beau et fair-play lorsqu’il est respecté. Pourquoi faut-il que certaines personnes viennent le massacrer… Non content d’avoir exclu Gabriel, Diego Costa a continué son show par une simulation et un combo coup d’épaule – coup de pied sur Oxlade alors que le ballon était parti depuis longtemps.

Pour cela, je tiens à féliciter les joueurs d’Arsenal pour leur attitude tout au long du match. Céder place à la colère et à la frustration après l’injustice de voir Gabriel quitter la pelouse et non Diego Costa, cela aurait pu arriver. Au lieu de ça, les Gunners ont continué de jouer, ont essayé en tout cas. N’étant pas dans une forme ahurissante en ce début de saison, Arsenal n’a pas montré grand-chose dans ce match. Si Chelsea avait gagné de manière fair-play, personne ne parlerait des décisions arbitrales. Malheureusement certains joueurs ne sont sur les terrains de football que pour provoquer ce genre de scandale.

Arsenal a finalement terminé la rencontre à 9 contre 11 après l’expulsion de Santi Cazorla à un moment critique du match. En effet, en infériorité numérique et menés 1-0, les Gunners avaient commencé à prendre le contrôle de la fin du match. Mais sur un tacle en retard de Santi, Mike Dean l’expulse pour un deuxième jaune. Ce carton rouge est justifié, il n’y a rien à dire sur les deux fautes. Mais dans le contexte du match, le deuxième jaune était-il mérité ? Selon Wenger, « ce deuxième carton rouge a tué » les espoirs de match nul. Là encore, les arbitres connaissent maintenant Cazorla depuis quelques années en Premier League, ils savent donc que le lutin espagnol est un des joueurs les plus fair-play du championnat. Son expulsion était donc plus compréhensible que celle de Diego Costa pour Mike Dean. Intéressant cheminement de pensée. De plus, ce carton rouge est le premier de la carrière de Santi Cazorla. Le PREMIER. De l’autre côté, le dernier carton rouge de Diego Costa en championnat remonte à 2010 lorsqu’il évoluait à Vallodolid en Espagne, et son plus récent à 2012 en Europa League avec l’Atletico Madrid. Il faut donc croire que Diego Costa est un saint.

Le sentiment d’injustice est tel que je me devais d’écrire sur l’attitude insupportable de ce joueur, de l’encouragement de son entraîneur et sur l’incompétence chronique de Mike Dean. J’ai écrit ce compte-rendu comme un fan de football avant tout, mais ce scandale ne pouvait pas rester muet cette fois. Je suis désolé si je n’ai pas parlé du match en lui-même mais je n’avais pas le cœur à ça.

#Albin #COYG

Les Notes du match :

Cech (7) : Un bon match avec beaucoup d’arrêts. Il ne peut malheureusement rien sur les deux buts qu’il prend.

Bellerin (4) : Il a joué avec beaucoup trop de retenu (de peur?) aujourd’hui, et s’est fait passé trop de fois car trop peu tranchant. Debuchy serait sans doute meilleur dans des matchs de cette intensité.

Gabriel (non-noté) : Un bon match jusqu’à son rouge pris bêtement. Difficile de lui attribuer une quelconque note.

Koscielny (7,5) : Un match énorme de Koko aujourd’hui, qui aurait du faire expulser Costa. Il a tenu tout le match en remportant beaucoup de duels. Seul.

Monreal (5): En souffrance comme toute l’équipe après le rouge, il a fait ce qu’il a pu.

Coquelin (6,5) : Un bon match plein d’engagement. Il a du céder sa place à la pause, sans doute légèrement touché.

Cazorla (4) : Un bon match où il avait beaucoup de travail, jusqu’à son expulsion en fin de match.

Ramsey (5) : Encore sur son aile droite, il a tenté d’apporter mais n’a que rarement pesé sur la rencontre.

Alexis (5): Une grosse activité mais encore trop individualiste et pas en réussite aujourd’hui. 33 tirs, 0 but depuis le début de saison.

Ozil (5) : Peu à son avantage aujourd’hui, il a tout de même réalisé de beaux mouvements.

Walcott (6,5): Le seul à se montrer dangereux aujourd’hui. Une grosse activité mais peu d’occases à se mettre sous la dent

#Dim

Qui a dit qu’Arsenal avait besoin d’un attaquant ?

Par défaut

Compte-rendu Arsenal – Stoke City, 5ème journée de Premier League

Revenus de la trêve internationale, les Gunners étaient dans l’obligation de se réveiller pour enfin remporter un premier succès à l’Emirates cette saison. Après un match intense et riche en occasions, c’est maintenant chose faite avec une victoire 2-0 contre les Potters.

Besoin d’un attaquant ?

En quête d’une première explosion de joie au coup de sifflet final dans l’antre magique de l’Emirates, Arsenal recevait une équipe de Stoke terriblement mal en point en championnat et dernière du classement.

Dès les premières minutes de jeu, la différence de niveau s’est ressentie sur le terrain comme dans les tribunes. En 10 minutes de jeu, Arsenal s’était déjà crée 4 ou 5 occasions franches qui auraient dû aboutir sur un but. Malheureusement, et comme trop souvent dans l’histoire récente du club, le réalisme n’était pas au rendez-vous. Le premier mis en cause n’est autre que Théo Walcott. En effet, après une merveille de passe en rupture de Santi Cazorla, Alexis voit sa tête piquée déviée miraculeusement sur le poteau par les gants de Butland. L’international anglais se retrouve alors dans une position favorable pour ouvrir le score. Mais manquant d’agilité et de coordination dans son mouvement, Walcott nous gratifie d’un raté incompréhensible. Quelques minutes plus tard, Alexis se met de nouveau en valeur par une magnifique frappe sèche qui termine sa course sur le poteau.

A ce moment précis, tout supporter d’Arsenal se dit que le match va finir en hold-up pour Stoke après une possession de 70% et une vingtaine de tirs pour les Gunners. Mais finalement, après une période de jeu plus calme entre les deux équipes, Arsenal trouve enfin la faille par une action assez inhabituelle. Au milieu de terrain, Coquelin, encore énorme aujourd’hui, renvoie le ballon sur Özil d’un tacle glissé dont il a le secret. La suite est d’une pure beauté : un contrôle tête levée, une transversale de 30 mètres parfaitement dosée dans l’espace pour Walcott, une finition chirurgicale pour le 1-0.

La suite de la rencontre est une succession de vagues Gunners déferlantes sur le but de Stoke. Défensivement, Arsenal n’a jamais été mis en danger grâce à une grosse performance collective. Malgré la pression offensive d’Arsenal, il aura fallu attendre la 85ème minute pour voir un 2ème but synonyme de victoire. Après une première occasion de but totalement manquée dès son premier ballon, Olivier Giroud s’est bien rattrapé en inscrivant son 2ème but de la saison en Premier League sur un coup-franc tendu de Santi Cazorla.

Le choix de Wenger

 Après un mercato raté selon beaucoup de fans et de journalistes, le match d’aujourd’hui est un début de réponse aux critiques visant Arsène Wenger. En effet, le boss a décidé de ne rien dépenser pour renforcer son attaque du fait du peu de choix pertinent mis à disposition cet été. Arsenal n’ayant pas encore les moyens de faire plier le Real Madrid, et donc de faire venir Benzema, Tonton a préféré faire confiance à son effectif plutôt que de laisser 20-30 millions partir pour un attaquant du même calibre que Giroud et Walcott. On constate qu’aujourd’hui, Walcott est titulaire : il marque. Giroud rentre entre jeu à la 83ème : il marque deux minutes plus tard. Oui le choix de Wenger est peut-être incompréhensible, mais pourquoi investir sur un attaquant de seconde zone quand on ne peut pas se permettre de mettre 80 millions sur la table et que l’on a déjà deux joueurs (trois avec Welbeck) pour remplir ce rôle. Wenger est un visionnaire, s’il n’a rien fait ce mercato, c’est qu’il n’y avait rien à faire d’intéressant.

Ce match contre Stoke City est donc la première victoire des Gunners à l’Emirates cette saison et replace Arsenal directement à la 2ème place de la Premier League.

Les notes du match : 

Cech (6) : Peu de choses à faire. Rassurant dans ses sorties, précis dans ses relances, Cech monte en régime. 3e clean sheet consécutif.

Bellerin (6) : Plus discret offensivement que d’ordinaire, il n’avait pas un client trop important dans son couloir. Un match propre, mais sans folies.

Koscielny (7) : Solide, tranchant, et précis dans ses passes, excellent match de koko, comme il sait le faire, plein de sérieux et de simplicité.

Gabriel (7) : A l’image de Koko, il est apparu serein, tranquille et confiant. Le fait d’être aligné avec le Français l’a sans doute rassuré.

Monreal (6) : De bonnes montées et encore un bon match derrière. Monreal a un volume de jeu intéressant et offre souvent des solutions sur l’aile quand Sanchez rentre dans l’axe.

Coquelin (7,5) : Bon match sur le plan défensif, assez discret en phase offensive. Il a manqué quelques passes et doit encore progresser sur son apport quand l’équipe a le ballon.

Cazorla (7) : De bonnes passes vers l’avant, mais toujours pas en réussite dans ses tentatives. Encore une fois, le gardien s’est imposé et il n’a pas été décisif. Un bon match malgré tout

Ozil (7) : Assez discret au début, puis une ouverture géniale pour le but de Walcott. Il est capable du meilleur comme du pire. Aujourd’hui il était plutôt dans un bon jour.

Ramsey (4,5) : Ailier n’est pas son poste. Il ne percute pas, rentre constamment et porte trop sa balle. C’est dommage car les qualités techniques et physiques sont là. Il faudrait parfois jouer plus simple et plus vite.

Sanchez (6,5) : 2 poteaux, une activité constante, des décalages. Il n’a manqué que de la réussite pour que le chilien claque un ou deux buts et fasse le break.

Walcott (5) : Il a manqué une belle occasion en début de match, mais s’est bien repris en remportant son face à face au gardien pour ouvrir le score. Il pèse tout de même moins qu’un Giroud seul devant, mais s’est rassuré avec son but aujourd’hui.

Feuille de match

Arsenal 2–0 Stoke City à Emirates Stadium (affluence: 59,963)
5ème journée de la Barclay’s Premier League

But: Walcott (30e) et Giroud (84e) pour Arsenal
Avertissements: Özil (37e) pour Arsenal ; Bardsley (80e) pour Stoke City

Arsenal XI: Cech – Bellerin, Gabriel, Koscielny, Monreal – Coquelin, Cazorla, Özil (Oxlade-Chamberlain, 83e) – Alexis (Arteta, 83e), Ramsey , Walcott (Giroud, 74e)
Non utilisés: Ospina, Debuchy, Gibbs, Campbell
Entraîneur: A. Wenger

Stoke City XI: Butland – Bardsley, Cameron, Muniesa, Pieters – van Ginkel, Whelan – Shaqiri, Diouf (Bojan 74e), Arnautovic – Joselu (Ireland, 56e)
Non utilisés: Given, Wollscheid, Sidwell, Crouch, Wilson
Entraîneur: M. Hughes

Chiffres du match
Possession: Arsenal 66% – 34% Stoke City
Tirs (dont cadrés): Arsenal 29 (20) – 9 (4) Stoke City
Arrêts: Arsenal 5 – 10 Stoke City
Corners: Arsenal 13 – 1 Stoke City
Fautes: Arsenal 6 – 13 Stoke City
Hors-jeu: Arsenal 3 – 3 Stoke City
Tacles: Arsenal 15 – 17 Stoke City
% de passes réussies: Arsenal 87% – 76% Stoke City
% de duels aériens remportés: Arsenal 62 % -38% Stoke City

#Albin #Yannick et #Dim