Wenger – « Les stars de la NextGen peuvent jouer pour l’équipe première »

Par défaut

gun__1354617861_wenger_olyaArsène Wenger est confiant qu’un certain nombre des joueurs de l’équipe d’Arsenal NextGen Series ont le talent pour passer à l’équipe première.

Le Français a déjà permis de faire leurs débuts à Serge Gnabry, Thomas Eisfeld et Martin Angha cette saison, tandis que Jernade Meade et Damian Martinez ont aussi fait leurs premières apparitions.

Wenger croit que l’expérience NextGen a été bénéfique pour les jeunes du club, et s’attend à ce que beaucoup d’entre eux se forgent une carrière couronnée de succès.

«Nous avons un bon groupe qui arrive, et je crois que dans un ou deux ans, vous les verrez plus », a déclaré Wenger dans le magazine officiel d’Arsenal.

« Ils ont bien fait dans la NextGen Series jusqu’ici cette saison, et il ya cinq ou six joueurs là, que vous pouvez identifier, qui vont rejoindre le groupe à l’avenir. Cela pourrait faire un tas de joueurs très forts qui ont été formés avec notre philosophie et pourrait construire l’avenir à long terme pour le club.

«(La compétition) est une expérience très intéressante. Tout d’abord la qualité des matchs est très bonne. En outre, ils sont confrontés aux meilleurs jeunes joueurs de toute l’Europe, et nous pouvons comparer nos joueurs aux meilleurs des autres grands clubs, et ils peuvent les comparer aussi.

« Elle vous permet de voir qui peut jouer à ce niveau. Les matchs ont une certaine pression sur eux aussi, ce qui permet de travailler mieux avec les joueurs ont la chance de la faire. C’est très important pour nous.

«Nous avons vu des gens comme Kris Olsson, Jon Toral, Hector Bellerin cette saison – Je ne veux pas oublier qui que ce soit – Martin Angha aussi qui ont déjà joué pour l’équipe première. Il ya beaucoup de joueurs intéressants dans ce groupe. Je dirais qu’il y en a sept ou huit qui ont une réelle chance de jouer pour Arsenal. « 

Traduit par #Dimitri (via arsenal.com)

L’Europe inspire les jeunes cannoniers

Par défaut

Image

credits photo : Arsenal.com

Leur mission était simple. Pas de chichis, pas de calcul à la mord-moi le noeud, pas de retournement de cerveau. Gagner pour se qualifier. Gagner pour rester européen en 2013 et avoir ainsi l’occasion de se tester au gratin des équipes de jeunes de clubs. C’était la mission qui était confié aux pensionnaires du clan des moins de 21 ans d’Arsenal. Facile ? Pas vraiment en regardant de plus près la situation d’avant-match. Les Gunners regardaient le haut du classement de leur dernière place et accueillait des Basques, fraîchement inspiré par une manita contre l’OM (5-0) une journée plus tôt. Dans un stade de Underhill tout acquis à la cause de l’équipe londonienne (entrée gratuite) et avec le retour des « A » qui ont été convoqué pour le match de Ligues des champions (Hajrovic, Angha, Ansah, Akpom), les Gunners ont vite pris le match à leurs comptes par Toral. Une faute de Hayden sur Santamaria permit ensuite à Aqueche de remettre les siens dans le sens de la marche sur penalty. La suite du match fut très indécise tant les deux équipes pratiquèrent du beau football. Le gardien d’Arsenal Charles-Cook (18 ans) multiplié les prouesses (30e, 49e, 69e) et confirma tout le bien que l’on pense de lui. Alors que l’avenir des Youngs Guns se faisait plus sombre, Zak Ansah balaya les doutes avant que Toral (doublé) puis Hayden ne viennent ajouter leurs marques dans cette belle soirée. La réalisation d’Alvarez en fin de match ne changea rien : les Gunners ont accompli leur mission avec brio et se qualifient pour les 8èmes de finale des NextGen Series pour leur première participation de leurs histoires. Le centre de formation d’Arsenal étant reconnu dans le monde entier, on comptait beaucoup sur cette génération pour voir s’il avait le niveau pour défier les autres équipes d’autres centres de formations réputés aux-aussi dans le monde entier. Le chemin fut dur, très dur même puisque Arsenal se qualifie avec deux victoires (1ere journée et 6e journée) en six matches. Mais l’essentiel est ailleurs. Les Gunners ont prouvé qu’ils ont une génération en or.

Feuille de match 

Arsenal U21 4-2 Athletic Bilbao U21 au stade Underhill de Barnet

Buts : Toral (9e, 75e), Ansah (71e), Hayden (81e) pour Arsenal ; Aqueche (12e), Alvarez (85e) pour Bilbao.

Arsenal : Charles-Cook, Bellerin, Hajrovic, Angha, Bihmoutine (Ormonde-Ottewill, 78e) –  Hayden, Olsson, Toral (Mugabo, 80e), Eisfeld – Ansah, Akpom

Non utilisés : Iliev, Fagan, Jebb, Jeffrey, Lipman

Athletic Bilbao : Arrizabalaga – Lekue, Iriondo, Alvarez, ArtabeIker – Undabarrena, Oteo, Lopez, Santamaria – Aqueche, Williams

Non utilisés :  Aguirrezabala, Remiro, Lubrano, Bengoa, Corral, Monteiro, Rahmani

Le classement du groupe d’Arsenal (via le site officiel des NextGen Series)

Image

Le dernier match opposera l’Olympiacos à l’Athletic Bilbao. Le vainqueur du match sera qualifié avec Arsenal qui dépasse Marseille au nombre de la différence de buts (+2 pour Arsenal, -6 pour l’OM) et de la différence de buts particulière (victoire 3-0 d’Arsenal à l’aller à domicile, victoire 1-0 de Marseille chez lui). Si les deux clubs font match nul, Bilbao rejoindra Arsenal.

#Yannick

U21 Arsenal : Un nul pour finir

Par défaut

tumblr_meet6l35cA1rfcg1uo1_500

Déjà assuré de disputer la phase de groupe elite, les U21 d’Arsenal ont ramené un point du Madjeski Stadium (2-2) après avoir dominé toute la rencontre. C’est le fils de l’ancien Gunner Martin Keown (1985-2004) Niall qui égalise en toute fin de match pour Reading. Un résultat frustrant en soi mais qui n’a aucune incidence sur la suite de la saison des jeunes Cannoniers qui passeront l’hiver au chaud en attendant la reprise du nouveau système de championnat de U21 Premier League. Avec le match crucial qui s’annonce en NextGen Series jeudi (coup d’envoi à 20h), Terry Burton a procédé a quelques changements, mettant le buteur Chuba Akpom sur le banc et Zak Ansah titularisé pour la première fois depuis mars et une blessure au genou. Par rapport aux match contre West Bromwich (1-2), Martinez a pris la place de Shea dans les buts, Bihmoutine a succédé à Miquel et une place de titulaire à l’inverse de Meade pour Eisfeld. Menant au score à chaque fois (Neita 1-0 puis Eisfeld 2-1), les Gunners n’ont jamais pu préserver le score même si le jeu développé a laissé entrevoir des espoirs pour le match de coupe d’Europe jeudi. 4e et derniers de leur poule (donc éliminé provisoirement), les joueurs de Burton n’ont d’autres choix que de battre l’Athletic Bilbao. Bien malin celui qui saura bien prédire le résultat du match, Arsenal n’a gagné qu’un seul match européen cette saison : le premier contre l’OM…

Focus on Jon Toral

Par défaut

Il semble être naturel de penser qu’on a enfin trouvé un joueur qui peut légitimement souffrir de la comparaison avec notre Cesc Fabregas. Vista exceptionnelle, jeu de passe réglé comme du papier à musique, ainsi qu’une intelligence de jeu combinée à un sens du placement remarquable nous font voir en lui la relève de notre numéro 4 de légende.

A l’image d’un Fabregas, Jon a signé, en compagnie d’un autre joueur issu de la Masia : Hector Bellerin, un contrat « longue durée » au cours de l’été dernier.

Il a tout de suite réagi en justifiant son choix de carrière : « J’ai vu le transfert de Cesc Fabregas à Arsenal et pour moi c’était très clair si je voulais passer un cap en tant que joueur, l’Angleterre correspondait au mieux à mes attentes. »

Il est par ailleurs extrêmement lié avec son compère catalan, Hector Bellerin, et leur complicité sur le terrain en est l’expression la plus pure. Symbole de cette osmose entre les 2 joueurs : c’est sur un centre-caviar d’Hector que Jon a inscrit son premier but avec les 18 ans contre Portsmouth (il marquera au final trois buts et fera quatre passes décisives en onze matches avec les U18).

Cependant il n’a pas encore réussi à totalement convaincre le coach de la Réserve puisque Neil Banfeild ne l’a utilisé qu’à deux reprises.

Jon possède la double nationalité hispano-anglaise (issu d’une mère anglaise mais né sur le territoire espagnol) il a cependant décidé de continuer de jouer pour la Roja.

Du haut de ses 17 ans, Jon Toral ne semble pas impressionné par le fait de côtoyer les joueurs de l’équipe première au quotidien, au contraire, il avoue même : « J’ai bien joué avec les U18 ou même participé à certains matches et entraînements avec la Réserve qui a été jusqu’alors une de mes plus belles expériences, plus précisément le fait de jouer avec certains joueurs du groupe pro.»

Bientôt dans le groupe pro ?

70 %. C’est en effet la probabilité pour que Jon Toral rejoigne le groupe pro d’ici quelques années, car ce n’est certainement pas à 17 ans qu’Arsène Wenger va faire appel à ses talents.

Cependant rien ne semble arrêter le catalan qui réalisé une excellente première saison et ses prestations allant crescendo, qui sait, peut-être sera-t-il prêté d’ici 2/3 saisons et fera son apparition au bout de la quatrième ?

En tout cas il fait partie des bons joueurs en devenir de l’Académie et on lui souhaite le meilleur !

Voici un petit florilège de la saison de Jon :

 

Focus on Serge Gnabry

Par défaut


Une vélocité Walcottesque, une frappe chirurgicale, un goût immodéré pour l’humiliation de son vis-à-vis ; voici les 3 points forts sur lesquels s’appuie Serge Gnabry afin de faire céder les défenses adverses. Il forme, en compagnie d’Anthony Jeffrey et de Philip Robert le trident offensif de premier choix pour son coach : Steve Bould !

A l’été 2010, après avoir fait ses classes du côté de Stuttgart, Arsène fait signer ce jeune joueur alors surnommé « …the german wonderkid » pour la bagatelle de 100 000 £. Gnabry peut même se targuer d’avoir été élu le meilleur joueur de la Nike Premier Cup 2010 (Iniesta avait été élu en 1999).

En outre, il occupe le flanc droit de l’attaque et ne tarde pas à se comparer avec Walcott… en effet, Serge est un ancien sprinter du 100 mètres et ce dernier n’hésite pas à lancer un challenge sur-mesure au le joueur considéré comme l’un des plus rapide du monde : « Theo est très véloce, vraiment très rapide, mais nous ne tarderons pas à organiser une petite course ».

Cette saison c’est en toute simplicité que le jeune germano-ivoirien, alors âgé de 16 ans, se poste en tant que 2nd meilleur buteur des équipes de l’académie, possédant par ailleurs un bilan plus qu’honorable : 9 buts et 5 passes décisives (dont 7 buts et 2 passes décisives avec les U18).

Issu d’un père ivoirien et d’une mère allemande il avait jusqu’alors choisi de porter les couleurs de la Nationalmannschaft et plus précisément des U17 allemands avec à son actif un total de 7 capes pour 3 buts !

Après 2 saisons passées du côté de London Colney, Serge revient sur son intégration en remerciant les germanophones du club : « Les deux suisses Martin Angha et Sead Hajrovic qui parlent tous 2 l’allemand et bien évidemment Per Mertesacker qui a toujours été là quand j’avais besoin. » Il admet également que le fait que notre Alsacien préféré parle l’allemand a pu le réconforter dans son choix d’Arsenal plutôt que de Man City.

Bientôt dans le groupe pro ?

80 % de chance qu’il l’intègre d’ici 2/3 ans, en effet il lui sera compliqué de jouer sous la tutelle de Wenger avant qu’il ne soit au moins devenu majeur.

Néanmoins, il existe peu de jeunes joueurs de 16 ans au talent brut aussi perceptible ; aucun coach peut résister aux « cannes » de feu et la technique sûre que présente ce genre de joueur.

Serge Gnabry est donc un des très grands espoirs du football allemand et donc d’Arsenal, il lui est promis une très belle carrière !

Les moments forts de la saison 2011/2012 de Serge Gnabry, c’ est ici, enjoy !

Focus on Ignasi Miquel

Par défaut

Très bonne lecture de jeu adverse, joueur de tête remarquable que ce soit dans le domaine défensif et offensif, excellent relanceur, gaucher polyvalent, capitaine de la Réserve… Vous avez certainement deviné qu’il s’agit d’Ignasi Miquel, Iggy pour les intimes.

A l’hiver 2008, seulement âgé de 16 ans, l’Espagnol joue encore pour le Barca mais aucun contrat avec le club catalan n’est encore bien défini (impossible d’avoir un contrat avec le Barca avant l’âge de 17 ans). Arsène profite de ce pain bénit et s’empresse de le faire signer dès le mois de février.

4 ans plus tard, Ignasi Miquel est en voie de réaliser sa saison référence avec 11 apparitions sous le maillot de l’équipe première (4 en Premier League, 1 en Champions League, 3 en FA Cup, 3 en League Cup). Même total du côté de la Réserve: 11 matchs…

Autant de matchs joués en équipe Réserve qu’avec l’équipe d’Arsène Wenger: comme dirait l’autre: « Miquel a le cul entre deux chaises ». Pour résumer sa situation Neil Banfeild, son coach à mi-temps, a su trouver les mots justes: “Iggy vient d’entamer la courte marche de 20 mètres qui séparent le vestiaire de la Réserve et celui de l’équipe une ».

Quand il n’est pas réquisitionné dans le groupe d’Arsène Wenger, Neil Banfeild ravi de voir Miquel de retour parmi les siens, lui confie de nouveau les responsabilités du capitanat. Cette rétrogradation ne se fait pas sans amertume pour le joueur et ce dernier avoue même: « […] Je veux m’y installer un jour [en équipe première] . Cela me pousse à travailler encore et encore.”

Titulaire indiscutable avec la Roja, 9 sélections pour 1 but, il a mené les U19 espagnols jusqu’au sacre de champion d’Europe 2011 en ayant participé à l’intégralité de la compétition ! (Victoire 3 buts à 2 face à la République Tchèque).

Bientôt dans le groupe pro ?

90 % de chance pour qu’il s’y installe plus durablement d’ici la saison prochaine. Avec le supposé départ de Squilacci il va peut-être gagner une place et ainsi devenir le défenseur central numéro 4 dans l’esprit de Wenger.

Seul une recrue de l’acabit d’un Vertonghen ou M’Biwa pourrait le contraindre à ne jouer que les matchs de Carling Cup, ce qui resterait tout de même respectable pour un joueur de 20 ans dans un club aussi prestigieux que le nôtre.

En définitive, Miquel a un énorme potentiel qu’il veut continuer à améliorer sans cesse. De bon augure pour les années à venir.

Focus on Damian Martinez

Par défaut

Il est le seul argentin en activité à Arsenal, il mesure 1 mètre 93 pour 85 kg, et il représente, en vue de la saison prochaine, le candidat le plus crédible à la succession au poste de gardien n°2.

En effet, à 2 mois du terme de leurs contrats respectifs, Manuel Alumnia et Lukasz Fabianski n’ ayant toujours pas prolongé, Damian pourrait bien profiter de cette opportunité pour être propulsé dans le groupe pro et ainsi devenir le substitut de Wojciech Szczesny.

A l’ occasion d’ une période d’essai, il débarque à Londres au début de l’ année 2009 en provenance du club argentin de Independiente afin de convaincre les dirigeants d’ Arsenal. Faute de détention d’ un permis de travail, il est renvoyé dans son club formateur et ce ne sera que quelques mois plus tard qu’il pourra revenir en Angleterre et enfin être opérationnel.

Doté de mains sûres, des bonnes sorties aériennes, d’ une présence rassurante dans les buts : c’ est l’ ensemble cette palette technique qui a convaincu Arsène Wenger de débourser 1,3 million de livres pour s’ attacher les services du « Blanc et Ciel ».

A 19 ans il se positionne en tant que gardien référent de la Réserve, auteur notamment de 6 clean sheet (match sans encaisser de but) en l’ espace de 11 matchs. L’ entraîneur des gardiens, Garry Peyton clame haut et fort le fait que Damian possède une foulée d’avance dans la course à l’équipe une par rapport à ses homologues de la Réserve ; Sean McDermott et James Shea.

A ce sujet le joueur a même déclaré : « Je suis prêt à franchir le cap » et ce dernier se dit prêt à rendre service à Arsène Wenger en cas de besoin.

Damian Martinez prend régulièrement l’ exemple de Szczesny lorsqu’on lui demande d’ évoquer son avenir. De ce fait il pense qu’un prêt dans un des championnats secondaires anglais lui permettrait d’ être totalement apte à endosser la tunique de gardien n°2 ou n°3.

La scène internationales lui permet également de faire éclater son potentiel aux yeux de tous ; actuel portier titulaire des U20 argentins il a mené les siens jusqu’en quart de finale de la coupe du monde des moins de 20 ans en Colombie.

Bientôt dans le groupe pro ?

75 % de chance pour qu’il l’ intègre dès la saison prochaine, comme nous l’ avons dit plus haut, Alumnia et Fabianski en fin de contrat, Mannone peut convaincant, c’ est LE moment pour faire son trou au sein de l’ effectif d’ Arsène Wenger.

Détail à ne pas négliger, depuis peu Arsène s’ est également montré intéressé quant au recrutement d’ une doublure de Szczesny, et ainsi réservé la place de n°3 à Martinez.