Un Arsenal aux deux visages

Par défaut
Crédits photo: DR

Giroud n’a pas réussi à s’imposer Crédits photo: DR

Compte-rendu Arsenal – Liverpool, 3ème journée de Premier League

Une première mi-temps à la limite du catastrophique où les Gunners sont repartis aux vestiaires avec un 0-0 miraculeux. Une deuxième période totalement maîtrisée que l’équipe d’Arsenal n’a pas sur convertir en buts. Arsenal reste muet pour la deuxième fois de suite à domicile.

En première période, les Gunners ont été dominés, étouffés, incapables de relancer correctement face au pressing intensif des joueurs de Liverpool. En effet, dès la 3ème minute de jeu, Benteke se retrouve dans la surface et transmet en retrait pour Coutinho qui voit sa frappe repoussée par la barre. Une sérieuse alerte qui ne va cependant pas reconcentrer les Gunners. Au cours de ce premier acte, Arsenal a commis trop d’erreurs défensives, dans les duels comme dans les relances. Alors que Koscielny et Mertesacker, habituels titulaires de la défense centrale, étaient indisponibles, c’est Chambers et Gabriel qui avaient la lourde responsabilité de garder le but de Cech inviolé.

Des attaquants trop brouillons pour faire la différence 

Le malheureux Chambers, de retour dans le onze de départ après de nombreuses semaines, a été complètement perdu durant toute la première période. Des relances dans les pieds des Reds, aucun duel aérien remporté, l’Anglais n’était clairement pas à sa place ce soir. L’une de ses pertes de balles aurait pu causer l’ouverture du score si Coquelin n’était pas intervenu proprement sur Benteke. Mais ces erreurs ont été reproduites par un Santi Cazorla totalement invisible. Sans un Coquelin de gala et un Petr Cech au sommet de son art, les Gunners seraient repartis aux vestiaires avec un score beaucoup plus lourd que le match nul. En effet, après une énième perte de balle de Chambers dans l’axe, Firminho centre instantanément pour Benteke au second poteau. C’est alors que le miracle se produit. Par un réflexe ahurissant, Petr Cech parvient à repousser le tir de Benteke en corner. Incroyable. Quelques minutes plus tard, Coutinho, encore lui, se débarrasse d’un Bellerin perdu sur l’action pour placer une frappe enroulée lumineuse. Là encore, Petr Cech intervient et effleure de sa main gauche le ballon. Une parade salvatrice qui permet aux Gunners de rester à 0-0 malgré 2 poteaux pour les Reds. On se demande encore par quel miracle cela a pu se produire et on redoute la reprise du match.
Surprise ! La seconde période est quant à elle totalement dominée par les Gunners et le match nul final ne repose que sur l’inefficacité des attaquants et du milieu d’Arsenal. Avec un Sanchez trop brouillon, un Ramsey partout et nulle part à la fois, un Özil totalement neutre et un Cazorla invisible, le mélange n’était pas assez travaillé pour pouvoir battre la défense des Reds. Les situations offensives se succèdent mais l’imagination est resté à la maison. Les attaques sont molles et trop brouillonnes pour surprendre la défense des Reds. Même si le Oxlade-Chamberlain a failli pousser Martin Skrtel à marquer contre sans camp. Au coup de sifflet final de ce choc entre les Gunners et les Reds, chaque équipe peut s’estimer heureuse de repartir avec le point du match nul mais peut aussi être déçue de ne pas avoir su faire la différence dans les moments forts.

L'arrêt du week-end. Crédits photo: DR

L’arrêt du week-end. Crédits photo: DR

Le néant Giroud

«Ils ont besoin d’un buteur de top top niveau pour gagner de nouveau le championnat. Je pense que Giroud fait du très bon boulot. Mais est-ce que tu peux gagner le titre avec lui ? Je ne pense pas. Il fait le travail, et il le fait très bien, mais tu ne peux pas gagner le titre.» En avril dernier, Thierry Henry s’est permis une saillie peu laudatrice sur son successeur en attaque. Difficile de lui donner tord au regard de la prestation de Giroud ce soir. Lent, lourd, imprécis voire carrément maladroit par manque de justesse technique, l’attaquant français était dans un jour sans. Il a sorti une partition comme il en a fait (malheureusement) trop souvent comme un top club anglais. Giroud a prouvé qu’il savait marquer. Il l’a fait contre Tottenham et l’a fait contre ce même Liverpool en avril dernier. Et cette saison, il n’a pas attendu pour ouvrir son compteur personnel contre Crystal Palace d’une fort belle volée. Mais ce soir Giroud est tombé dans ses travers. Il y a le Giroud  qui score contre les petits, et le Giroud qui galère contre les gros. On force un peu le trait mais c’est pour mieux cibler la dichotomie de l’ancien Montpelliérain. Ce soir il s’est signalé par une inefficacité chronique (au moins trois occasions de but) dans la surface, une sorte de régularité quand l’équipe doit faire face à un bloc bas et regroupé. Son jeu de remise reste un atout mais Arsenal a besoin plus que de ça pour surprendre un adversaire du standing de Liverpool, voire plus haut. Que l’attaquant se rassure, il aura d’autres matchs pour prouver sa valeur. Il peut d’ores et déjà préparer sereinement le déplacement à Newcastle. Benzema ne viendra pas le mettre sur la touche.

Fiche du match

Arsenal – Liverpool (Affluence: 60 000 personnes)
 3 ème journée de la Barclay’s Premier League
Avertissements: Gabriel (64e) pour Arsenal ; Skrtel (60e), E. Can (65e), Gomez (78e), Mignolet (84e) pour Liverpool

Arsenal XI: Cech – Bellerin, Gabriel, Chambers, Monreal – Coquelin (Oxlade-Chamberlain, 82e), Cazorla, Özil – Ramsey, Alexis, Giroud (Walcott, 72e)

Non utilisés: Ospina, Gibbs, Debuchy, Arteta, Flamini

Liverpool XI: Mignolet – Clyne, Skrtel, Lovren, Gomez – E. Can, Lucas (Rossiter, 75e), Coutinho (A. Moreno, 87e)- Firmino (Ibe, 63e), Milner, Benteke
Non utilisés: Bogdan, Sakho, Origi, Ings

Chiffre du match

Possession: Arsenal 59% – 41% Liverpool
Tirs (cadrés): Arsenal 22 (8) – Liverpool 8 (2)
Arrêts: Arsenal 7 – 4 Liverpool
Corners: Arsenal 4 – 4 Liverpool
Fautes: Arsenal 5 – 7 Liverpool
Hors-jeu: Arsenal 1 – 1 Liverpool
Tacles: Arsenal 17 – 16 Liverpool
% de passes réussies: Arsenal 91% – 84% Fulham
% de duels aériens remportés: Arsenal 62 % -38%

Les notes de la rédaction

Cech (8): un sans-faute pour le gardien tchèque, qui a littéralement sauvé son équipe en première période notamment grâce à deux parades exceptionnelles devant Benteke (39e), puis devant Coutinho (45e). Très propre par la suite sur tous les ballons.

Bellerin (5): Souvent, le latéral espagnol comble ses errements défensifs par son activité sur l’aile et par ses dédoublements. Mais aujourd’hui, Bellerin a été totalement amorphe offensivement, et s’est fait martyriser par un Coutinho intenable. Match à oublier.

Chambers (2): Un prestation en défense centrale digne des pires matches de Sébastien Squillaci. L’Anglais n’a pas glané un seul ballon de la tête, s’est fait balader par Benteke malgré un pressing agressif sur ce dernier, et a été l’auteur de cinq ou six relances suicidaires. Un match qui vient un peu plus obscurcir l’avenir de Chambers dans la charnière centrale.

Gabriel (5): Quelques difficultés dans la relance en première mi-temps, puis le Brésilien s’est rassuré en se montrant davantage agressif sur le porteur du ballon.

Monreal (7): match très propre du défenseur Espagnol, même si Roberto Firmino ne lui a pas vraiment donné de fil à retordre. Mais Monreal s’est montré très précieux dans les 20 derniers mètres adverses, avec de bons dédoublements.

Coquelin (8): Très gros match du Français, qui a amené beaucoup de sérénité au milieu en apportant de la horizontalité au jeu. Il est encore une fois l’auteur d’interventions très propres et de nombreuses interceptions suite aux bourdes de la charnière centrale. Remplacé par Chamberlain, qui aurait du débuter le match. Une accélération, deux frappes cadrées, et un côté droit retrouvé. Incompréhensible de le voir de nouveau sur le banc.

Cazorla (5): Méconnaissable. En première mi-temps, l’Espagnol a peiné à trouver de la verticalité et à garder le ballon proprement. Malgré une passe lumineuse sur le but refusé de Ramsey en début de match, Cazorla est passé à côté de son match et a été l’auteur de plusieurs relances très risquées.

Özil (3): Nonchalant, brouillon, englué dans ses crochets. Mesut n’a probablement pas levé la tête une seule fois de tout le match, et n’a strictement rien apporté au jeu comme un 10 de son envergure devrait le faire.

Sanchez (5): Brouillon en première mi-temps, Sanchez a élevé son niveau en seconde période, sans pour autant trouver la faille. Quelques belles sorties de balles, des dribbles intéressants mais rien, ou quasiment rien dans les 16 derniers mètres.

Ramsey (6): Match correct pour le Gallois, qui aurait du être récompensé par un but en début de match. Ramsey propose énormément de solutions à ses coéquipiers, et se bat sur tous les ballons, mais pour cela il dézone énormément et laisse le côté droit, et de ce fait Bellerin, totalement inactifs.

Giroud (4): Match à oublier pour le Français. Il n’a su gratter aucun ballon de la tête, et à trop peu toucher le cuir dans les derniers mètres. Malgré une bonne déviation pour Sanchez, il rate l’immanquable face à Mignolet à bout portant. Remplacé par Walcott, logiquement invisible face à une défense basse et très mobile.

#Anto, #Albin, #Yannick et #Max

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s