Entres rires et larmes, cinq matchs dans la légende (récente) des Arsenal-Liverpool

Par défaut

Les noms d’Arsenal et Liverpool seront pour toujours associés à la nuit du 26 mai 1989. Mais depuis, les deux clubs ont rarement lutté pour le titre l’un contre l’autre. Liverpool en 1990, Arsenal en 2004, chacun court après son riche passé dans une époque dominée par Chelsea et les deux Manchester. Malgré tout, les rencontres entre les deux clubs ont accouché de duels qui laisseront leur marque dans l’histoire de la Premier League.  Pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Arsenal French Club a sélectionné les cinq matchs les plus marquants de ces dix dernières années (liste non exhaustive, chacun ira de sa propre appréciation). Désolé par avance si on réouvre des plaies.

Crédit photos: DR

Crédit photos: DR

Liverpool 4-4 Arsenal, 21 avril 2009
Arshavin a tiré quatre fois
Buts: Arshavin (36e, 67e, 70e, 90e) pour Arsenal ; F.Torres (49e, 72e), Benayoun (56e, 90e+3)

Dans la carrière d’un joueur, inscrire son patronyme dans l’histoire d’un club demeure un fait exceptionnel. Imaginer associer son nom à l’histoire d’un stade, le mythique Anfield qui plus est, cela relève de l’impossible. Et pourtant, c’est le luxe que s’est payé Andreï Arshavin ce 21 avril 2009, date d’un record qui fera date: le plus grand nombre de buts jamais inscrits à Anfield. Quatre pour être précis. Quatre tirs pour quatre buts. Le premier, le plus facile, une frappe à bout portant sur une remise en retrait de Fabregas. Le deuxième, un ballon chipé à Arbeloa suivi d’une frappe croisée rectiligne dans le petit filet de Reina. Le troisième: l’instinct de renard qui lui permet de récupérer un ballon seul dans la surface et le quatrième: un duel avec Reina qu’il gagne d’une frappe dans un angle fermé. Un match qui restera jamais associé à l’image d’un Arshavin hagard, montrant le chiffre 4 avec ses doigts, ne sachant comment célébrer, n’osant croire l’exploit qu’il est en train de réaliser. On peut regretter (beaucoup) qu’il n’ait pas eu la carrière qu’on attendait de lui. Mais ce soir-là, c’était le meilleur joueur du monde.
XI Arsenal: Fabianski – Sagna, Touré, Silvestre, Gibbs – Song, Denilson (Walcott, 65e), Fabregas – Nasri, Arshavin, Bendtner (Diaby, 90e+1)
XI Liverpool: Reina – Arbeloa, Carragher, Agger, F. Aurelio – Xabi Alonso, Mascherano – Benayoun, A. Riera (Babel, 74e)- F. Torres, Kuyt (El Zhar, 86e)

Crédits photo: DR

Crédits photo: DR

Arsenal 1-1 Liverpool, 17 avril 2011
Pour quelques secondes de plus
Buts: van Persie (90e+8) pour Arsenal ; Kuyt (90e+12) pour Liverpool

Si vous cherchez à expliquer à un ami ou votre copine pourquoi Arsenal n’a pas été couronné champion depuis 2004, cet Arsenal-Liverpool d’avril 2011 est un exemple parlant pour appuyer votre exposé: l’incapacité de verrouiller un résultat, le manque de vices, la fébrilité défensive, la bêtise voire la naïveté. Ce jour-là, Arsenal a sorti la panoplie du « serial looser », incapable de se mêler à la course au titre malgré des débuts prometteurs. Ce match restera pendant longtemps l’un des plus frustrants et enrageants sous la deuxième partie de carrière d’Arsène Wenger. La victoire était offerte sur un plateau. Dans un temps additionnel incroyablement long, Spearing tacle Fabregas dans la surface. Penalty transformé par van Persie. On joue la 98e minute. Les trois points sont acquis dans quelques secondes, et permettent de rester au contact de Manchester United, solide leader, trois points devant. Il suffit de jouer la défense, de rester concentré. Tout le contraire se produit. 90e+10. Liverpool assaille une défense tétanisée et paniquée. Lucas obtient un coup-franc. Suarez s’en charge, tire contre le mur. Le ballon revient sur Lucas Leiva, qui sans que l’on sache comment et pourquoi, se fait plaquer dans la surface par Eboué. 90e+12: Kuyt marque le penalty. Il restait quelques secondes à jouer. Des secondes qui coutèrent le titre.
XI Arsenal: Szczesny – Eboué, Djourou, Koscielny, Clichy – Diaby (Song, 81e), Wilshere (Arshavin, 73e), Fabregas – Nasri, Walcott (Bendtner, 73e), van Persie
XI Liverpool: Reina – Flanagan, Skrtel, Carragher (Kyrgiakos, 62e), F. Aurelio (Robinson, 22e) – Lucas, R. Meireles, Spearing – Carroll (Shelvey, 71e), Suarez, Kuyt

Crédits photo: Press Associated

Crédits photo: Press Associated

Liverpool 5-1 Arsenal, 8 février 2014
Une piètre performance, un triste spectacle
Buts: Skrtel (1ere, 10e), Sterling (17e, 52e), Sturridge (20e) pour Liverpool ; Arteta (69e sp) pour Arsenal

20 minutes. C’est le temps qu’il a fallu à Liverpool pour maltraiter un leader de la Premier League en un vulgaire club de seconde zone. A l’heure du déjeune, Arsenal a servi de repas de résistance à des Reds affamés. Skrtel par deux fois, Sterling et Sturridge prennent à la gorge une équipe d’Arsenal apathique et sans idées devant l’agressivité des Scousers. Les minutes qui suivent ne sont qu’une longue litanie d’occasions pour les locaux. Szczesny est en constante alerte, le milieu dépassé et Özil joue l’un des pires matchs de sa carrière. L’humiliation est telle qu’Arsène Wenger tente un triple changement à l’heure de jeu. Ca ne fera qu’illusion. La réduction du score d’Arteta sur penalty ne changera rien. Liverpool remporte son plus large succès depuis 2000. Avec 22 tirs tentés et 12 cadrés, le score sur le tableau d’affichage aurait été encore plus élevé. Arsenal sera réellement distancé de la course au titre quelques journées plus tard. Mais ce 8 février 2014, les supporters comprirent qu’il ne faudra pas compter avec Arsenal pour le titre. Une fois de plus.
XI Liverpool: Mignolet – Flanagan, Skrtel, Touré, Cissokho – Gerrard (Ibe, 76e), Henderson, Coutinho – Suarez (Aspas, 86e), Sterling, Sturridge (Allen, 66e)
XI Arsenal: Szczesny – Sagna, Mertesacker, Koscielny, Monreal (Gibbs, 61e) – Arteta, Wilshere, Özil (Rosicky, 61e)- Cazorla, Oxlade-Chamberlain, Giroud (Podolski, 61e)

Crédits photo: DR

Crédits photo: DR

Liverpool 0-2 Arsenal, 2 septembre 2012
Des recrues déjà efficaces
Buts: Podolski (38e), Cazorla (61e) pour Arsenal

Depuis 2010, le calendrier de la Premier League aime les duels entre Gunners et Scousers en début de saison. Ce Liverpool-Arsenal ne fait pas exception à la règle. La rencontre fait la part belle aux recrues. Nuri Sahin, Allen, Borini, Cazorla, Podolski et Giroud sont alignés au coup d’envoi. Ce sont les derniers cités qui remportent le duel. Podolski, puis Cazorla inscriront leur premier but en Angleterre. Ce match reste une référence pour la maîtrise affichée par les Gunners et surtout parce qu’il reste à ce jour la dernière prestation de haut vol d’Abou Diaby. Le milieu français s’est rappelé aux grandes (mais courtes) heures de sa carrière en marchant littéralement sur le milieu de Liverpool. Et pour ça, ce match gardera une place particulière dans le coeur des Gooners.
XI Arsenal: Mannone – Jenkinson, Koscielny (Vermaelen, 90e+1), Mertesacker, Gibbs – Arteta, Diaby, Cazorla – Podolski (André Santos, 82e), Giroud, Oxlade-Chamberlain (Ramsey, 73e)
XI Liverpool: Reina – Johnson, Skrtel, Agger, J.Enriqué – Sahin (Shelvey, 68e), Allen, Gerrard – Sterling, Borini (Downing, 54e), Suarez

Crédits photo: DR

Crédits photo: DR

Arsenal 4-1 Liverpool, 4 avril 2015
Quatre bijoux et une victoire
Buts: Bellerin (37e), Özil (40e), Sanchez (45e), Giroud (90e+1) pour Arsenal ; Henderson (76e) pour Liverpool

Qu’on se déplace au stade ou qu’on regarde le match à la télé, impossible de se projeter sur le match de ce soir sans avoir une douce pensée sur le dernier match entre les deux équipes. Comme Liverpool l’a fait en février 2014, Arsenal tua le suspense en l’espace de 8 minutes. Trois buts tous plus beaux les uns que les autres, dans une atmosphère de dingue. D’abord Bellerin avec un enchaînement délicieux dans la surface, Özil d’un maître coup-franc et que dire de cette frappe surpuissante  sous la barre de Mignolet d’Alexis Sanchez, dans la forme de sa vie. Henderson sauva l’honneur des siens avant qu’Emre Can ne soit expulsé et que Giroud ne conclu d’une frappe en pleine lucarne l’un des matchs les plus aboutis de la saison 2014/2015.
XI Arsenal: Ospina – Bellerin, Mertesacker, Koscielny (Gabriel, 49e), Monreal – Coquelin, Cazorla, Ramsey – Sanchez, Özil (Welbeck, 73e), Giroud
XI Liverpool: Mignolet – Can, Touré, Sakho – Henderson, Allen, Lucas, Moreno – Coutinho, Markovic (Sturridge, 46e), Sterling

#Yannick

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s