Wenger : « Nous n’étions pas assez efficaces »

Par défaut

Video Poster

Arsène Wenger a livré ses impressions après la défaite des siens face à Manchester United.

Sur la performance :

C’est un match où nous avons dominé 80% du temps et nous n’avons pas dominé un match comme ça depuis fort longtemps. Et à la fin de la journée, nous n’avons pas été assez efficaces dans le dernier tiers, défensivement, et nous avons fait une erreur derrière qui leur a profité. C’est l’histoire du match. Nous avons eu beaucoup d’occasions. Leur gardien est l’homme du match. Ça vous montre le déroulement du match.

S’il y a un blocage mental sur ces matchs à enjeux :

Non, parce que nous avons joué avec liberté et nous avons pressé très haut. Nous gagnions les deuxièmes ballons et nous avons eu beaucoup d’occasions pour plier le match. Je pense que nous avons fait une grosse erreur sur le premier but et quand vous êtes menés 1-0, vous êtes trop impatient. Nous n’étions pas assez prudent et nous avons donné le deuxième but.

Sur Wilshere et Szczesny :

Wojciech, ce n’est rien de grave. Jack, je ne sais pas à quel point il est touché parce qu’il a essayé de rester sur le terrain mais ne pouvait pas. Il pourrait avoir un problème à la cheville, je ne sais pas à quel point.

Sur les occasions ratées :

Nous avons raté quelques occasions en seconde période, même dans les vingt dernières minutes. Vous devez être efficace dans les gros matchs et nous n’étions pas assez efficaces dans nos bonnes périodes, mais il y avait beaucoup de choses positives dans le jeu aujourd’hui. Même si nous sommes très, très déçus, nous devons garder cela et corriger ce qui ne va pas. En ce moment, nous sommes un peu naïf défensivement.

Sur l’incident entre Wilshere et Fellaini :

Je ne l’ai pas vu parce que j’étais de l’autre côté et je n’ai pas assez bien vu ce qui s’est passé. Globalement, c’était un match correct, physiquement engagé mais je n’ai pas vu de mauvaises choses sur le terrain.

Sur la façon d’analyser ces matchs après les avoir dominer :

La manière d’arrêter ça est d’être plus efficace. Ce sera lié à la confiance et le fait que nous devons être un peu plus calme et patient. Pour le moment, il y a une discordance entre notre possession, nos occasions et nos résultats. C’est très difficile mais nous devons garder la foi en ce que nous faisons.

Si Arsenal aurait dû avoir un penalty :

Peut-être. Peut-être pas, je ne sais pas.

Si le deuxième but était dû à un manque de communication :

C’était juste après un corner et nous n’étions pas assez prudents. Je ne sais pas pourquoi nous n’avons plus personne du tout derrière. Vous avez pu voir tout de suite que donner un deux-contre-un dans votre propre moitié signifie que vous serez punis contre ces joueurs.

#Kévin (via arsenal.com)

Dans le camp adverse : Manchester United

Par défaut

Après avoir été retenu plusieurs semaines sur les bords du Tyne, votre espion de choc a profité de la trêve pour s’échapper et se rendre à Manchester. La petite bourgade du Nord-Ouest de l’Angleterre est surtout connue pour ses usines mais son club de football fait quand même partie des grands d’Europe. Même si depuis la fin du règne de Sir Alex Fergusson, les mancuniens sont un peu à la traîne, ils opposeront probablement une résistance farouche à nos Gunners, qui espèrent, eux, trouver leur match référence et lancer enfin une saison décevante jusqu’à présent. Pour tout savoir sur les Red Devils, c’est ici, c’est maintenant.

Un brin d’histoire

Le club de Manchester United ne s’est pas toujours appelé ainsi. Fondé en 1878 dans le quartier de Trafford, le club est d’abord nommé Newton Heath et joue en vert et or. Rien à voir avec Manchester United donc … C’est en 1902 que le club accède à la ligue et adopte finalement le nom et les couleurs qu’on lui connaît. Grâce à l’apport financier d’un brasseur mancunien, le club commence à se renforcer. Le club remporte son premier titre de champion en 1908 et sa première coupe d’Angleterre l’année suivante. Dans les décennies suivantes, le club connaît des années difficiles et tutoie même la relégation en troisième division (Pendant ce temps, le rival honni de Manchester City, se portait plutôt bien, merci d’avoir demandé).
Pendant la guerre, le stade de Manchester United est réduit en cendre. Après la guerre, le club engage Matt Busby, qui entraînait le voisin, et le succès ne se fait pas attendre. Les Red Devils remportent à nouveau la coupe d’Angleterre en 1948, le championnat en 1952 et 1958. Busby s’appuie sur une génération de joueurs locaux que l’on surnommera les Busby Babes. Le club de Manchester est la première équipe anglaise à participer à la coupe des clubs champions, signant une victoire convaincante contre le RSC Anderlecht et une quatrième place après la défaite contre le Réal Madrid en demi-finale. Après des années plus difficiles et une reconstruction difficile (voir plus bas), les Red Devils remportent leur premier titre européen aux dépens du Benfica d’Eusébio. Matt Busby prend sa retraite dans la foulée et le club connaît une nouvelle ère de vache maigre.

Il faut attendre l’arrivée de Sir Alex Fergusson pour que les Reds Devils reviennent progressivement sur le devant de la scène. C’est l’arrivée d’Eric Cantonna, conjuguée aux éclosions de jeunes comme Ryan Giggs et Paul Scholes, qui sonne pour Manchester United le retour définitif aux affaires. En 1993, il mène les Red Devils aux lauriers nationaux pour la première fois depuis 1967 et réalise dans la foulée son premier doublé coupe-championnat. Le club est le premier club européen à remporter un triplé (coupe-championnat-titre européen) en 1998-1999. Sous l’ère Fergusson, le club reste l’une des valeurs sûres du championnat remportant plusieurs titres dans les différentes compétitions où il est engagé.

En 2013, Fergusson annonce sa retraite et le club en subit immédiatement le contrecoup. La direction opte pour David Moyes, adoubé par Sir Alex himself, mais c’est une erreur de casting. Aujourd’hui c’est Louis Van Gaal qui a repris l’équipe et consentis des efforts financiers colossaux pour reconstruire une équipe compétitive. Avec une force offensive impressionnante, les Reds Devils peuvent poser problème à une défense d’Arsenal qui n’a pas encore rassuré lors de ses précédentes sorties.

Moments difficiles

Pour un club qui a connu tant de succès dans son histoire, il est simple de trouver des grands moments, voilà pourquoi votre serviteur a décidé de se remémorer avec respect d’un des moments les plus difficiles du club. En 1958, l’avion ramenant l’équipe de Manchester d’un déplacement européen à Belgrade s’écrase au décollage à Munich. 8 joueurs de l’équipe sont tués, 15 autres sont blessés, Matt Busby lui-même passera plusieurs semaines à l’hôpital. Pour l’anecdote, malgré la rivalité sportive qui fait rage entre les deux équipes, Liverpool prêtera des joueurs aux Red Devils pour qu’ils puissent terminer la saison. Bobby Charlton, légende du club et de l’équipe nationale anglaise figurait parmi les survivants.

Un autre moment difficile du club, bien que moins tragique est l’attentat d’Eric Cantona à l’encontre d’un supporter du Selhurst Park. Lors d’un match opposant les Red Devils aux Eagles de Crystal Palace, le français qui n’en était pas à son premier coup d’éclat, a semble-t-il perdu son sang-froid et s’en est pris à un supporter. L’exclusion s’est accompagnée d’une suspension de huit mois. Petite cause, grands effets, cette saison 1997 fût la seule saison de l’ère Cantona où les mancuniens n’ont pas été champions.

Joueurs emblématiques

Tellement de grands joueurs se sont croisés dans ce grand club que le choix est cornélien. Néanmoins, le premier joueur qui vient à l’esprit lorsque l’on évoque Manchester United est Ryan Giggs. L’inusable quarantenaire a usé les reins des latéraux de toutes les équipes d’Angleterre et d’Europe. Le joueur a honoré 963 caps dans l’équipe, il est le joueur le plus capé de Manchester, et n’a accepté de raccrocher les crampons que pour prendre la place sur le banc de touche en qualité d’adjoint. Un véritable serviteur du club en somme, ce qui est rare dans le football actuel.

L’autre mancunien sur lequel j’avais envie de revenir est un joueur emblématique tant pour ses raids sur l’aile gauche que pour sa descente du coude : George best, décédé en 2012. Il a été l’un des artisans des titres de Manchester United dans les années 1960 et vainqueur du ballon d’or. Il a ensuite sombré dans l’alcoolisme. Florilège de ses plus beaux aphorismes :

« En 1969 j’ai arrêté les femmes et l’alcool, ça a été les 20 minutes les plus dures de ma vie. »

« J’avais une maison au bord de la mer. Mais pour aller à la plage, il fallait passer devant un bar. Je n’ai jamais vu la mer »

« J’ai claqué beaucoup d’argent dans l’alcool, les filles et les voitures de sport – le reste, je l’ai gaspillé »

« Mon rêve, c’était d’éviter la sortie du gardien, de m’arrêter juste avant la ligne de but, de me mettre à quatre pattes et de pousser le ballon de la tête dans le but. J’ai failli le faire contre Benfica en finale de la Coupe d’Europe 1968. J’avais dribblé le gardien mais, au dernier moment, je me suis dégonflé. J’ai eu peur que l’entraîneur fasse une crise cardiaque ! »

Bobby Charlton est quant à lui le meilleur buteur du club et de sa sélection avec respectivement 249 et 49 goals.

Joueurs à surveiller

Ce soir, les joueurs d’Arsenal auront fort à faire pour contenir les assauts de ce qui ressemble à une armada. Néanmoins, la défense des Red Devils semble prenable et si Alexis Sanchez sort un match dont il a le secret, on peut être optimiste. Voici les joueurs pour lesquels Arsenal devra être attentif. Si on exclut le gardien, les joueurs que je présenterai sont nouveau au club.

David De Gea : après deux saisons plutôt moyennes, le gardien s’est enfin fait une place définitive entre les perches de Manchester United. Il s’est correctement acclimaté à l’Angleterre et pourrait concrétiser les espoirs placés en lui.

Au milieu du terrain, Ander Herrera qui vient d’arriver de l’Atletic Bilbao devra réguler le jeu et le rythme de la rencontre.

Falcao sera l’épouvantail à museler, il donnera du fil à retordre au latéral droit qu’Arsène Wenger choisira de titulariser. Callum Chambers ayant vécu une soirée difficile contre Swansea, pas sûr que tonton choisira de faire confiance en son jeune joueur pour contrer El Tigre.

Evidemment, l’équipe de Manchester étant un des candidats annoncé au titre, le talent se trouve dans tous les compartiments du jeu et j’aurais pu également citer Di Maria, Juan mata ou Wayne Rooney

En conclusion

Le match des grands mal classés est un match qu’il est nécessaire de gagner. Les deux équipes sont déjà à la traîne dans la course au titre et aucunes des deux ne veut être complétement larguée. Si je devais faire un pronostic, je pencherais volontiers vers un match nul pour ces deux équipes qui regorgent de potentiel offensif mais qui semblent encore manquer d’autorité en défense. J’espère néanmoins qu’Arsenal prendra le dessus car mon cœur est rouge et blanc en plus d’être londonien.

Victoria Concordia Crescit

Avant-Match Arsenal – Manchester United, 12ème journée de BPL

Par défaut

 

Toujours un match spécial

Alors oui la rivalité entre les deux clubs a quelque peu diminué depuis le départ le départ de Sir Alex et le classement des Gunners ces dernières saisons, ce match n’en reste pas moins un gros choc incontournable de la Premier League.

Ce match est d’autant plus important qu’une victoire à l’Emirates ce samedi pourrait conditionner la suite de la saison des Gunners. En effet, une victoire pourrait servir de match référence pour une équipe en manque de confiance et de certitude dans tous les compartiments du jeu. Qui plus est, une victoire avec la manière face au grand rival Mancunien ne pourrait que ravir tous les supporters frustrés par les récents résultats plus que médiocre. Nous avons tous en tête la défaite lors du dernier match face à Swansea alors que les Gunners avaient pourtant ouvert par l’intermédiaire de l’inévitable Alexis Sanchez, auteur de son 8ème but en 10 matchs de Premier League, avant de se faire reprendre en cinq minutes par des Gallois réalistes. Mais c’est surtout le match face aux belges d’Anderlecht qui a tendance à rester le plus amer, même trois semaines plus tard. Mener 3-0 à la 60ème pour finalement concéder le match nul, seuls les Gunners peuvent le faire.

Il faut donc faire abstraction de toutes ces mauvaises ondes pour remporter une victoire cruciale qui permettrait aux Gunners de remonter à un point de City en cas de défaite de ces derniers. Mais  le plus important est de redevenir intraitables à la maison, les Gunners ne doivent plus lâcher un seul petit point à domicile pour espérer faire quelque chose cette saison. Et cette victoire signifierait aussi la première à domicile contre Man U depuis le 5 janvier 2011 (1-0, but d’Aaron Ramsey à la 56ème). Alors oui, la stat des Gunners à domicile est impressionnante, aucune défaite sur les 18 derniers matchs, mais le contenu laisse à penser que cette statistique pourrait bien prendre fin.

Les Gunners peuvent toutefois compter sur un Alexis Sanchez de feu, le chilien est tout bonnement incapable de s’arrêter de scorer, que ce soit en Ligue des Champions ou en championnat. Ajouter à cela, les grandes formes de Danny Welbeck et Jack Wilshere avec l’équipe d’Angleterre, lors des éliminatoires pour l’Euro 2016, arrivent au bon moment pour permettre aux Gunners de retrouver un jeu agréable à regarder et surtout efficace. Mais ce match sera aussi un moment particulier pour Danny Welbeck qui retrouve son club de formation pour la première fois depuis son arrivée à Arsenal. The Ox s’est lui aussi illustré lors de ces éliminatoires avec un but sur une délicieuse passe de Jack Wilshere.

C’est un ancien Gunner qui pourrait s’illustrer encore une fois. En effet, RVP a la fâcheuse tendance de marquer contre Arsenal depuis son départ, 3 buts sur les 4 matchs joués contre les Gunners. Et avec un Rooney lui aussi dans une très grande forme internationale, le duo Mancunien pourrait s’avérer très dangereux pour la défense d’Arsenal.

A noter le retour d’Olivier Giroud dans le groupe et qui selon Wenger serait « apte à jouer » au début du mois de janvier et la grosse blessure de Daley Blind, absent pour 6 mois, côté United.

#Albin

Debuchy : « J’espère pouvoir être de retour le mois prochain. »

Par défaut

B2gfUXSCYAA6hre

Mathieu Debuchy espère pouvoir retrouver ses partenaires à l’entrainement dès le mois prochain. Il semble déterminé à rattraper le temps perdu après avoir été coupé dans son élan.

La nouvelle recrue a été mis de coté après avoir contracté une blessure à la cheville lors du match nul d’Arsenal contre Manchester City en Septembre. Il récupère petit a petit avant de pouvoir retrouver l’entrainement.

« Je vais beaucoup mieux. Je travaille dur chaque jour avec le physio. Je veux être de retour sur le terrain en Décembre. Je suis impatient. »

« Signer pour Arsenal a été une vraie fierté. Ca a été vraiment très frustrant de me blesser aussi rapidement, mon objectif est de revenir plus fort. Je suis optimiste sur ce point. L’entraînement ici est très exigeant. J’ai bientôt 30 ans mais je continue a m’améliorer en fréquentant des joueurs de grande qualité, il y en a beaucoup à Arsenal. »

« C’est toujours plus frustrant de regarder les matchs depuis les tribunes que d’être sur le terrain. Nos deux derniers matchs ont été plutôt positifs et j’espère que nous serrons au top pour affronter Manchester United. »

L’international français s’est également exprimé sur l’avenir de l’équipe de France. Selon lui, la nouvelle génération française, pleine de talent, peut leur donner une réelle chance de remporter l’euro à domicile.
Après avoir tout connu, le sacre en coupe du monde, à l’Euro ou des moments plus difficiles comme en 2010 à Knysna, l’équipe de France s’est reconstruite sous Didier Deschamps et elle n’a plus connu la défaite depuis le quart de finale de la coupe du monde en Juin dernier. Une défaite 1 à 0 contre l’Allemagne, futur lauréat du trophée.
Pour Debuchy, les jours noirs de l’EDF sont désormais derrière elle.

« Le passé est le passé, désormais lorsque nous jouons au Stade de France, il y a un réel lien entre les joueurs et les fans qui sont derrières nous. C’est une nouvelle ère pour l’équipe de France.
Je suis très confiant pour notre futur. Nous aurions pu mieux faire au Brésil. Notre tournoi reste positif. »

« Nous sommes tous très excités a l’idée d’accueillir l’Euro en 2016. Tout est en place pour que nous réussissions ce tournoi. Nous avons une vraie chance de remporter le trophée. »

« Nous avons de supers jeunes joueurs comme Paul Pogba. Il est très bon et c’est vraiment une bonne personne. Il va certainement devenir l’un des meilleurs joueurs du monde. »

#Henri Via Arsenal.com

Récap de la semaine 10-16 novembre.

Par défaut

B2U177dIMAA3atkAvec un léger retard, voici un petit résumé des faits importants, drôles de nos joueurs préférés.

Lundi, l’incompréhension :

Après la défaite de Dimanche contre Swansea, la semaine commence assez mal. Le manque de mental de nos joueurs fait peur et ne pas savoir tenir un match que l’on mène c’est assez dramatique. Une défaite qui fait mal.
Patrick Vieira disait très justement dans le documentaire « Vieira vs Keane » qu’Arsenal n’avait plus le même mental et la force de gagner ces matchs quand l’équipe joue mal. Franchement, le beau jeu c’est sympa, Arsenal nous a régalé depuis des années avec des actions de folie (Wilshere vs Norwich par exemple) mais il va falloir être un peu plus tranchant dans le futur si on ne veut pas se satisfaire de la 4ème place pour les 30 prochaines années. Peut-être que la seule blessure qu’il faut vraiment soigner à Arsenal, c’est le mental.

Mardi, un hommage (principalement anglais) :

Alors que les joueurs sont en sélection nationale, certains ont tout de même souhaité faire parvenir un message de mémoire pour le 11 novembre. Ainsi, nous avons pu remarquer que les anglais sont plus enclins à faire cet effort que les autres. The Ox, Walcott et Wilshere sont ainsi les joueurs qui ont posté une photo ou un tweet en mémoire des soldats tombés pendant la 1ere guerre mondiale.

Mercredi, la solution Ospina :

Dans une interview donnée au site d’Arsenal, Ospina nous fait une déclaration sur comment il est arrivé à devenir gardien de but :

« I started out as a striker scoring goals. But as fate would have it, we were missing our goalkeeper for one match and I asked the coach to be in goal. »

Et en français :

« J’ai commencé comme attaquant en marquant des buts. Mais le destin en a voulu autrement, notre gardien était absent pour un match et j’ai demandé au coach d’aller dans les buts. »

Voilà, notre salut viendra d’Ospina en position de buteur.

Jeudi, un petit point blessure :

Giroud est de retour à l’entrainement. Et ça, c’est une excellente nouvelle.

Vendredi, des nouvelles de Jenkinson.

Prêté à West Ham cette saison, Carl Jenkinson s’est fait remarquer en marquant avec les U21 durant la victoire des Anglais contre le Portugal, 3 – 1.
https://www.youtube.com/watch?v=Qk–vtoIwRI

Samedi, c’est double ration :

On arrête plus Welbeck. Du moins, en équipe d’Angleterre. Dat Guy a marqué un doublé contre la Slovénie ce samedi. Véritable atout pour son équipe nationale, nous attendons désormais qu’il répète ce genre de performance avec Arsenal.
https://www.youtube.com/watch?v=TRRmQo_i_fg

Dimanche, Arsène sur BeIn :

Contrat à peine terminé avec TF1, Arséne Wenger fut l’invité d’Alexandre Ruiz dans le club sur Bein Sports. Les deux infos à retenir sont qu’il est assez bon en tennis-ballon mais aussi qu’il a un point commun avec Jack Wilshere.

#Michael

Bilan de la semaine (3-9 Novembre 2014)

Par défaut

B1dtsKBCYAEj03R

Comme chaque semaine maintenant, petit récapitulatif de l’actualité du club, jour après jour.

Lundi, une doudoune pour Tonton :

Le service communication de Puma sait vraiment comment s’y prendre pour mélanger Arsenal et la sortie d’un nouveau produit. Cette semaine, nous avons eu droit à une petite vidéo assez drôle sur la doudoune d’Arsène qui cause tant de souci depuis des années.

Alors, vous en pensez quoi ?

Mardi, une journée gâchée :

L’info que je souhaite retenir c’est le début des négociations avec Walcott pour une prolongation de contrat. Le gunners qui revient tout juste de blessure serait donc en discussion pour prolonger son aventure à Londres ou il ne lui reste plus qu’un an et demi de contrat. On espère sincèrement qu’il va signer ce contrat et ne pas nous faire trop attendre comme il a l’habitude de faire à chaque négociation. L’opération #SignDaTing est en route sur Twitter.

L’autre nouvelle de cette journée, c’est le 3 – 3 face à Anderlecht. Mais, j’ai pas envie de m’énerver.

Mercredi pépite :

Mercredi, c’est le jour des enfants (en gros, on parle d’un jeune joueur mais comme il n’est pas encore un joueur confirmé on va dire que c’est un enfant. Mais ce n’est pas péjoratif hein, enfin vous m’avez compris)
Jon Toral, vous connaissez ? Ce jeune joueur, formé à Barcelone et maintenant dans l’académie d’Arsenal, est actuellement prêté à Brentford. Il s’est fait remarquer lors de son match, ce mercredi, en ouvrant le score sur la victoire 3 – 1 de son club sur le terrain de Nottingham Forest. Un homme à suivre.

Jeudi, parlons infirmerie :

Nos camarades du site hat-trick ont sorti un dossier vraiment complet sur Arsenal et ses blessés. Cet article décortique vraiment l’infirmerie d’Arsenal avec les infos sur chaque joueur mais aussi propose de belle manière une comparaison avec d’autres clubs de Premier League mais aussi du football européen. Un conseil, n’hésitez pas à le lire.

Le lien : http://www.hat-trick.fr/arsenal-balle-au-pied-le-pied-dans-le-platre/

Vendredi, une parenthèse inattendue :

Cet événement a eu lieu Jeudi pour être exact. Mais, j’étais obligé de l’évoquer. En Europa League avec son club de Wolfsburg, Niklas « The Lord » Bendtner a marqué un doublé. Vous n’êtes pas surpris, c’est normal. Pour vous faire plaisir, voici l’un des deux chef d’œuvre (bon d’accord, j’arrête de m’emballer !)

Samedi, Hummels :

Selon quelques journaux, Mats Hummels serait prêt à rejoindre les Gunners cet hiver. Alors vous y croyez ? ou bien s’agit-il simplement d’une rumeur comme il y en a des dizaines chaque semaine ?

Dimanche, Arsenal coule à Swansea :

Un petit résumé de ce début de saison par Funny Football. Vous êtes d’accord ?

#Michael

Réactions de Mertesacker après la défaite à Swansea

Par défaut

Per Mertesacker

Per – Nous devons rester sérieux pendant 90 minutes

Pour Per Mertesacker, la défaite d’Arsenal ce dimanche est due à un manque de sérieux sur l’ensemble de la rencontre.

Le 12e goal d’Alexis Sanchez cette saison a donné l’avantage aux visiteurs avant que Gylfi Sigurdsson and Bafetimbi Gomis ne viennent retourner complètement la situation en trois minutes.

La défense d’Arsenal, bien organisée, a tenu bon pendant la majeure partie de la rencontre, mais Mertesacker avoue que celle-ci s’est laissée aller après avoir pris l’avantage au score.

« Nous avions le match en main, et particulièrement pendant la deuxième mi-temps, quand nous sommes parvenus à ouvrir la marque », déclare-t-il. « Nous nous sommes ensuite à jouer sérieusement mais nous nous sommes fait avoir sur un contre, ce qui est totalement incroyable dans notre situation. »

« Nous devions jouer plus simple, même à 0-1, à plus forte raison encore… Nous voulions jouer dans l’axe, mais nous devions conserver le ballon et rester patient. Nous l’avons bien fait jusqu’à la 60e minute et nous avions le match en main complètement. C’est ce dont je parle quand je parle de sérieux.

« Quand on obtient ce genre de résultat [Comme celui contre Anderlecht], on revient normalement rapidement et après un coup comme celui-là, il y a une réaction directe. Ce n’était pas notre matche dimanche et la trêve doit être une occasion pour nous de travailler sérieusement sur nos lacunes. »

Mertesacker reste persuadé qu’Arsenal est capable de résoudre ses problèmes s’ils apprennent rapidement de leurs leçons.

« Nous avons le potentiel et nous devons apprendre à étirer nos 60 minutes de performance en çà minutes, ce n’est pas un gros problème.

« Nous avons bien joué pendant 60 minutes, nous avons été patients. Ils n’ont pas eu beaucoup d’occasions franches. Puis nous avons marqué et nous étions alors convaincus que nous ne devions plus garder le ballon… ensuite, nous avons patiné. C’est notre faute, autant que ça l’a été mercredi. Il faut nous pencher là-dessus rapidement.

« Nous avons de bonnes idées sur la manière de le réaliser. Rester performant pendant 90 minutes et pas seulement 60 est nécessaire pour les prochaines semaines. Nous avons quelques difficultés en ce moment mais nous avons beaucoup de potentiel et ça se voit.

« Nous avons maintenant quelques jours de répit pour évaluer les  choses qui causent problèmes car nous avons commis des erreurs dans des zones où nous aurions du les éviter. »

%d blogueurs aiment cette page :