Dans le camp adverse : Manchester United

Par défaut

Après avoir été retenu plusieurs semaines sur les bords du Tyne, votre espion de choc a profité de la trêve pour s’échapper et se rendre à Manchester. La petite bourgade du Nord-Ouest de l’Angleterre est surtout connue pour ses usines mais son club de football fait quand même partie des grands d’Europe. Même si depuis la fin du règne de Sir Alex Fergusson, les mancuniens sont un peu à la traîne, ils opposeront probablement une résistance farouche à nos Gunners, qui espèrent, eux, trouver leur match référence et lancer enfin une saison décevante jusqu’à présent. Pour tout savoir sur les Red Devils, c’est ici, c’est maintenant.

Un brin d’histoire

Le club de Manchester United ne s’est pas toujours appelé ainsi. Fondé en 1878 dans le quartier de Trafford, le club est d’abord nommé Newton Heath et joue en vert et or. Rien à voir avec Manchester United donc … C’est en 1902 que le club accède à la ligue et adopte finalement le nom et les couleurs qu’on lui connaît. Grâce à l’apport financier d’un brasseur mancunien, le club commence à se renforcer. Le club remporte son premier titre de champion en 1908 et sa première coupe d’Angleterre l’année suivante. Dans les décennies suivantes, le club connaît des années difficiles et tutoie même la relégation en troisième division (Pendant ce temps, le rival honni de Manchester City, se portait plutôt bien, merci d’avoir demandé).
Pendant la guerre, le stade de Manchester United est réduit en cendre. Après la guerre, le club engage Matt Busby, qui entraînait le voisin, et le succès ne se fait pas attendre. Les Red Devils remportent à nouveau la coupe d’Angleterre en 1948, le championnat en 1952 et 1958. Busby s’appuie sur une génération de joueurs locaux que l’on surnommera les Busby Babes. Le club de Manchester est la première équipe anglaise à participer à la coupe des clubs champions, signant une victoire convaincante contre le RSC Anderlecht et une quatrième place après la défaite contre le Réal Madrid en demi-finale. Après des années plus difficiles et une reconstruction difficile (voir plus bas), les Red Devils remportent leur premier titre européen aux dépens du Benfica d’Eusébio. Matt Busby prend sa retraite dans la foulée et le club connaît une nouvelle ère de vache maigre.

Il faut attendre l’arrivée de Sir Alex Fergusson pour que les Reds Devils reviennent progressivement sur le devant de la scène. C’est l’arrivée d’Eric Cantonna, conjuguée aux éclosions de jeunes comme Ryan Giggs et Paul Scholes, qui sonne pour Manchester United le retour définitif aux affaires. En 1993, il mène les Red Devils aux lauriers nationaux pour la première fois depuis 1967 et réalise dans la foulée son premier doublé coupe-championnat. Le club est le premier club européen à remporter un triplé (coupe-championnat-titre européen) en 1998-1999. Sous l’ère Fergusson, le club reste l’une des valeurs sûres du championnat remportant plusieurs titres dans les différentes compétitions où il est engagé.

En 2013, Fergusson annonce sa retraite et le club en subit immédiatement le contrecoup. La direction opte pour David Moyes, adoubé par Sir Alex himself, mais c’est une erreur de casting. Aujourd’hui c’est Louis Van Gaal qui a repris l’équipe et consentis des efforts financiers colossaux pour reconstruire une équipe compétitive. Avec une force offensive impressionnante, les Reds Devils peuvent poser problème à une défense d’Arsenal qui n’a pas encore rassuré lors de ses précédentes sorties.

Moments difficiles

Pour un club qui a connu tant de succès dans son histoire, il est simple de trouver des grands moments, voilà pourquoi votre serviteur a décidé de se remémorer avec respect d’un des moments les plus difficiles du club. En 1958, l’avion ramenant l’équipe de Manchester d’un déplacement européen à Belgrade s’écrase au décollage à Munich. 8 joueurs de l’équipe sont tués, 15 autres sont blessés, Matt Busby lui-même passera plusieurs semaines à l’hôpital. Pour l’anecdote, malgré la rivalité sportive qui fait rage entre les deux équipes, Liverpool prêtera des joueurs aux Red Devils pour qu’ils puissent terminer la saison. Bobby Charlton, légende du club et de l’équipe nationale anglaise figurait parmi les survivants.

Un autre moment difficile du club, bien que moins tragique est l’attentat d’Eric Cantona à l’encontre d’un supporter du Selhurst Park. Lors d’un match opposant les Red Devils aux Eagles de Crystal Palace, le français qui n’en était pas à son premier coup d’éclat, a semble-t-il perdu son sang-froid et s’en est pris à un supporter. L’exclusion s’est accompagnée d’une suspension de huit mois. Petite cause, grands effets, cette saison 1997 fût la seule saison de l’ère Cantona où les mancuniens n’ont pas été champions.

Joueurs emblématiques

Tellement de grands joueurs se sont croisés dans ce grand club que le choix est cornélien. Néanmoins, le premier joueur qui vient à l’esprit lorsque l’on évoque Manchester United est Ryan Giggs. L’inusable quarantenaire a usé les reins des latéraux de toutes les équipes d’Angleterre et d’Europe. Le joueur a honoré 963 caps dans l’équipe, il est le joueur le plus capé de Manchester, et n’a accepté de raccrocher les crampons que pour prendre la place sur le banc de touche en qualité d’adjoint. Un véritable serviteur du club en somme, ce qui est rare dans le football actuel.

L’autre mancunien sur lequel j’avais envie de revenir est un joueur emblématique tant pour ses raids sur l’aile gauche que pour sa descente du coude : George best, décédé en 2012. Il a été l’un des artisans des titres de Manchester United dans les années 1960 et vainqueur du ballon d’or. Il a ensuite sombré dans l’alcoolisme. Florilège de ses plus beaux aphorismes :

« En 1969 j’ai arrêté les femmes et l’alcool, ça a été les 20 minutes les plus dures de ma vie. »

« J’avais une maison au bord de la mer. Mais pour aller à la plage, il fallait passer devant un bar. Je n’ai jamais vu la mer »

« J’ai claqué beaucoup d’argent dans l’alcool, les filles et les voitures de sport – le reste, je l’ai gaspillé »

« Mon rêve, c’était d’éviter la sortie du gardien, de m’arrêter juste avant la ligne de but, de me mettre à quatre pattes et de pousser le ballon de la tête dans le but. J’ai failli le faire contre Benfica en finale de la Coupe d’Europe 1968. J’avais dribblé le gardien mais, au dernier moment, je me suis dégonflé. J’ai eu peur que l’entraîneur fasse une crise cardiaque ! »

Bobby Charlton est quant à lui le meilleur buteur du club et de sa sélection avec respectivement 249 et 49 goals.

Joueurs à surveiller

Ce soir, les joueurs d’Arsenal auront fort à faire pour contenir les assauts de ce qui ressemble à une armada. Néanmoins, la défense des Red Devils semble prenable et si Alexis Sanchez sort un match dont il a le secret, on peut être optimiste. Voici les joueurs pour lesquels Arsenal devra être attentif. Si on exclut le gardien, les joueurs que je présenterai sont nouveau au club.

David De Gea : après deux saisons plutôt moyennes, le gardien s’est enfin fait une place définitive entre les perches de Manchester United. Il s’est correctement acclimaté à l’Angleterre et pourrait concrétiser les espoirs placés en lui.

Au milieu du terrain, Ander Herrera qui vient d’arriver de l’Atletic Bilbao devra réguler le jeu et le rythme de la rencontre.

Falcao sera l’épouvantail à museler, il donnera du fil à retordre au latéral droit qu’Arsène Wenger choisira de titulariser. Callum Chambers ayant vécu une soirée difficile contre Swansea, pas sûr que tonton choisira de faire confiance en son jeune joueur pour contrer El Tigre.

Evidemment, l’équipe de Manchester étant un des candidats annoncé au titre, le talent se trouve dans tous les compartiments du jeu et j’aurais pu également citer Di Maria, Juan mata ou Wayne Rooney

En conclusion

Le match des grands mal classés est un match qu’il est nécessaire de gagner. Les deux équipes sont déjà à la traîne dans la course au titre et aucunes des deux ne veut être complétement larguée. Si je devais faire un pronostic, je pencherais volontiers vers un match nul pour ces deux équipes qui regorgent de potentiel offensif mais qui semblent encore manquer d’autorité en défense. J’espère néanmoins qu’Arsenal prendra le dessus car mon cœur est rouge et blanc en plus d’être londonien.

Victoria Concordia Crescit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s