Wenger : « Je peux impliquer tous mes numéros 10. « 

Par défaut

Bx5c1BZCUAEY07h.jpg-large

Avant le match contre la surprenante équipe d’Aston Villa, Arsène Wenger a tenu à justifier ses choix devant les journalistes et les fans du club, notamment sur le positionnement de Mesut Özil.

Le manager en a aussi profité pour revenir sur l’état de forme du meneur de jeu Allemand. Il encourage l’ensemble des fans à le soutenir durant cette période délicate.

« Les fans ne devraient pas s’inquiéter. Nous devons tous l’encourager. Je comprends bien qu’ils souhaitent voir leurs meilleurs joueurs faire la différence à chaque match mais nous traversons tous des moments difficiles dans notre vie. »

« C’est à l’ensemble du club de l’aider, d’aider les joueurs en difficultés. Un club est une union entre joueurs, fans et direction. Lors de ces moments de doutes, nous devons tous rester unis. »

« Pourquoi devrait il être le bouc émissaire du groupe ? Nous avons perdu qu’un seul match depuis le 1er Avril! Il faut aussi être conscient du fait que nous avons eu une préparation difficile, suivie de matchs déjà décisifs. »

« Les gens doivent accepter que le football est jouer par des êtres humains. Comme tout le monde, les joueurs ont des hauts et des bas. Aujourd’hui, tout le monde pense tout savoir et chaque joueur est jugé sur un seul match. »

« J’ai coaché près de deux mille matchs dans ma carrière. Je pense savoir ce qu’il faut mettre en place quand mon équipe perd le ballon. Je reçois de nombreux conseils de la part de beaucoup de personnes. Mais nous savons ce que nous faisons. »

Wenger demande de la patience aux fans. Selon lui, Özil et tous les joueurs ayant joué la coupe du monde jusqu’au bout devraient pouvoir profiter de plus de temps avant d’être juger définitivement sur leur niveau et leurs capacités.

« Les critiques sont quelques peu injustes selon moi. Mardi soir, je pense que notre qualité offensive n’était pas à son meilleure niveau, les joueurs n’ont pas pu exprimer leurs vraies qualités. Il ne faut pas oublier qu’Özil est rentré le 11 Août. Il faudra patienter avant de le revoir à son meilleur niveau, mais ça viendra. »

« De nombreux joueurs ayant joué la coupe du monde n’ont toujours pas repris la compétition. C’est quelque chose de naturel et je l’ai déjà vu par le passé. Pour moi, tout ça relève plus du mental que du physique. »

L’international Allemand a subit de nombreuses critiques depuis son arrivée a Arsenal l’an dernier. Arsène Wenger reste persuadé que Mesut Özil réussira à Arsenal, même en jouant sur le coté et non à son poste favori de numéro 10.

Özil est un des nombreux meneurs de jeu du groupe. Santi Cazorla, Tomas Rosicky, Jack Wilshere et Aaron Ramsey sont eux aussi à l’aise dans ce rôle de numéro 10. Wenger insiste sur le fait qu’il peut tous les impliquer dans la réussite du club cette saison.

« Il est évident que le joueur le plus important est celui qui a la balle aux pieds. Les autres doivent constamment lui proposer des solutions. Chaque équipe a son point fort et l’exploite au maximum. Inconsciemment, une équipe basera toujours son jeu sur ses points forts. »

« Özil est un joueur plein de confiance. Ce gars a gagné la coupe du monde avec sa sélection nationale en jouant sur un coté et personne n’a trouver ne serait ce qu’un seul mot a redire. Malgré un bon nombre de critiques durant la compétition , il a bien joué et a disputer toutes les rencontres. Vous en avez fait un débat mais êtes vous au moins sur que ce débat est justifié? »

Pour légitimer son choix de faire jouer l’ancien madrilène sur le coté, Wenger n’a pas hésité à citer un autre galactique : Zinedine Zidane, non sans exagérer le prix du transfert de la légende du football français.

« Zidane est parti au Real pour 82 millions de Livres et a joué à gauche. Pourtant il n’est pas plus rapide que vous et moi ! Il a du jouer à cette position, il n’y a jamais eu de débat. Dans l’axe, ils avaient déjà Raul et Ronaldo, il leur a fait de la place et a joué sur un côté. Quand vous avez la balle au pied, vous jouez où vous voulez, vous allez où bon vous semble. »

« C’est un débat vieux comme le monde. Regardez l’équipe nationale Brésilienne de 1970. Ils avaient Tostao, Rivelino, Pele, Jairzinho, Gerson, Clodoaldo. Ces gars là jouaient tous meneur de jeu dans leurs clubs respectif! Arrivé à la coupe du monde, ils ne savaient pas quoi faire. Ils les ont fait jouer ensemble et ils ont remporté la compétition en jouant un beau football. »

« Wilshere a joué toute sa vie numéro 10. L’un d’entre eux doit jouer sur le coté, c’est aussi simple que ça. Que ce soit Wilshere, Özil ou Ramsey, aucun n’entre eux n’a l’habitude de jouer à ce poste. Vous avez donc deux possibilités : soit vous mettez quelques uns de vos meilleurs joueurs sur le banc, soit vous les faites jouer ensemble. »

« Se comparer à l‘équipe championne du monde 1970 est ambitieux, je le sais. Mais sans ambitions, il est impossible de progresser. Nous sommes animé par le désir de jouer tous ensemble, et de manière convaincante. Nous pouvons réussir. Nous pouvons être une équipe fantastique. »

Via http://www.arsenal.com

#Henri

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s