Trois points dans la douleur

Par défaut

Image
Toute la rage d’Olivier Giroud après son but libérateur.

Au terme d’un match fermé, Arsenal arrache finalement la victoire face à Crystal Palace à l’occasion de l’ouverture de cette 9ème journée. Alors que le déplacement ne s’annonçait pas des plus durs sur le papier, les Gunners ont peiné à se créer des occasions de buts, malgré une possession de balle très largement à leur avantage. Il aura fallu compter sur un penalty d’Arteta et une contre attaque conclue par Olivier Giroud pour que les hommes d’Arsène Wenger s’extirpent de cette épineuse situation.

Une première mi-temps délicate.

Comme on pouvait s’y attendre, Crystal Palace avait d’entrée prévu de subir le jeu des Gunners tout en bétonnant pour ne laisser passer aucun ballon. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’a pas raté! Le quatuor offensif de ce samedi, composé d’Özil, Giroud, Cazorla et Ramsey, a peiné à trouver des solutions dans les derniers mètres devant les deux lignes de quatre mises en place par Keith Millen, l’entraineur intérimaire de cette équipe après le départ de Ian Holloway en milieu de semaine. Très resserrées, ces deux lignes ont bloqué à merveille les transmissions vers Giroud, qui n’a pas vécu un match facile, et ont empêché les Gunners de se créer des occasions franches. Alors que la rencontre ne s’annonçait pas des plus reposantes pour les hommes de Wenger, Flamini du céder sa place à la 7ème minute, se plaignant des adducteurs. Désorganisée sans son chien de garde et avec le replacement de Ramsey dans l’entre-jeu, la formation londonienne va subir les contres des Eagles durant plusieurs minutes. Ainsi, Bannan propulsera le cuir de la tête au dessus des buts de Szczesny (14′), puis Chamakh (28′) et Guedioura (30′) mettront à contribution le portier polonais suite à deux belles frappes cadrées. Les Gunners vont réussir à se montrer dangereux peu de temps avant le retour aux vestiaires, avec une reprise de Giroud (44′), qui, trop molle, n’inquiétera pas Speroni, et quitteront le terrain avec une possession de balle jusqu’ici stérile.

Un petit jeune libère son équipe.

La seconde période va démarrer sur des chapeaux de roue puisqu’Arsenal va obtenir sa meilleure occasion d’ouvrir le score dès la 46ème minute, grâce à Gnabry très remuant dans la surface, et qui, fauché par Guedioura, obtient le sésame. Sésame transformé de justesse par Arteta, qui frappe le cuir en force au ras du poteau gauche. Ouf, le plus dur est fait! Le jeune allemand est d’ailleurs tout proche de doubler la mise quelques minutes plus tard suite à une très belle déviation de Giroud dans la surface (50′). A peine cinq minutes plus tard, le français va rater l’immanquable suite à un excellent centre de Sagna, qui dépose le cuir sur la tête de son compère qui ne cadre pas.

Mais à l’heure de jeu, l’entrée de Bolasie va poser quelques problèmes aux Gunners, qui peinent à contenir le remuant Congolais. Et alors que les Eagles retrouvaient des couleurs, Mikel Arteta déséquilibre Chamakh qui partait seul en contre. Considéré comme dernier défenseur, le capitaine des Gunners écope d’un rouge et doit laisser ses coéquipiers à dix pendant une grosse demi-heure.

Les changements de Wenger n’y changeront rien, et ni Wilshere ni Monreal ne pourront empêcher leurs adversaires d’y croire de nouveau, et d’être portés par une fougue nouvelle. C’est d’abord la transversale, sur laquelle s’écrasera le missile de Ward (74′), qui va sauver les Gunners, puis leur portier, élu homme du match aujourd’hui, qui claquera une seconde frappe de Jedinak (75′) au dessus de la barre. Mais les hommes de Millen, emportés par leur nouvelle élan, se dissipent défensivement et permettent aux Gunners de lancer leurs dernières forces dans la bataille. Ainsi, Monreal provoque à plusieurs reprises sur le côté gauche sans trouver à qui parler dans l’axe, avant qu’Olivier Giroud ne délivre finalement tout le peuple rouge et blanc d’une tête à bout portant, sur une louche de Ramsey, meneur d’un contre assassin (87′).

Au final, les Gunners conservent tant bien que mal leur avance sur leurs poursuivants, et regagnent la confiance nécessaire avant le choc contre Liverpool le week-end prochain, à l’occasion duquel il faudra considérablement élever le niveau de jeu présenté aujourd’hui.

Image
Mikel Arteta, contraint de laisser son équipe réduite à dix.

Les notes d’AFC:

Szczesny (7) : Pas toujours très académique, le Polonais a fait le boulot quand il le fallait. Il a sauvé Arsenal en seconde période grâce à une superbe claquette dont il a le secret.

Sagna (7) : Imprenable en défense et dans les airs, il a parfaitement fermé son aile droite. Offensivement, il confirme ses progrès récents en matière de centres.

Mertesacker (6) : Comme d’habitude, notre BFG a fait son taff. Bien qu’un peu inquiétant parfois, il a parfaitement anticipé certaines actions. Très peu de perte de balle dans ses relances comme d’habitude.

Koscielny (6,5) : Impérial en défense. Impeccable dans ses relances avec un 100% de passes réussies en première mi-temps. Sa qualité de passe est clairement sous estimée.

Gibbs (5,5) : Un peu plus en vue que sur le dernier match, il a cependant laissé des boulevards dans son couloir.

Flamini (non noté) : Il a été remplacé par Gnabry dès la 8ème minute. L’allemand fût très remuant et obtint le penalty pour son équipe après avoir enrhumé Guedioura dans la surface.

Gnabry (7). L’Allemand a fait une très bonne entrée. Percutant, il a déstabilisé la défense adverse par ses appels. Il a provoqué la faute amenant le penalty. Il mérite plus de temps de jeu ! Remplacé par Wilshere à la 68ème minute après l’expulsion d’Arteta.

Arteta (5) : Un match discret de sa part. Il a parfaitement donné l’avantage aux Gunners sur pénalty. Mais il s’est surtout distingué par son expulsion sur une faute sur Chamakh en position de dernier défenseur.

Cazorla (5,5) : Pas le meilleur match de notre lutin espagnol. Auteur de quelques combinaisons en première période, il a un peu disparu au fil du match. Remplacé par Monreal à la 72e. Le défenseur espagnol a fait une très bonne rentrée. Ce serait bien de le voir plus souvent lui aussi.

Özil (5,5) : Ses débuts tonitruants nous ont habitués à mieux. Il a perdu de nombreux ballons et raté certaines passes qu’il ne rate pas en général. Un match un peu en deçà de ce qu’on peut attendre de lui.

Ramsey (6) : Il est redescendu d’un cran avec la sortie de Flamini. Il a paru hésitant, montant de plus en plus au fil de match, laissant des trous béants dans son dos. Il a aussi construit le contre à l’origine du but de Giroud en offrant au Français une merveille de passe.

Giroud (7) : Combattant, il s’est arraché jusqu’au bout. Il a été récompensé de ses efforts par un but à la 88ème. Son apport dos au but est indéniable mais il a été difficile à trouver au milieu du bus installé par Crystal Palace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s