Repartir du bon pied

Par défaut

gun__1380109719_ground_crystal_palace

Arsène Wenger ne pouvait espérer mieux qu’un match contre l’avant-dernier du championnat pour se relancer après la désillusion vécue ce mardi face à Dortmund. Piégés par une contre-attaque fulgurante, les Gunners doivent absolument se rassurer face à Crystal Palace ce samedi avant d’entamer une dantesque série de choc s’annonçant tous aussi compliqués les uns que les autres. Bonne nouvelle pour Özil et ses compères: c’est surement le meilleur moment pour s’attaquer au nouveau promu.

Une proie facile?

“Ian a un talent exceptionnel pour diriger une équipe de football, c’est dur de le voir partir” déclarait Wenger en conférence de presse au sujet de Ian Holloway, l’ex-entraineur de Crystal Palace. En effet, l’Anglais a quitté le club qu’il dirigeait depuis l’an dernier en milieu de semaine, d’un commun accord avec sa direction. Ce dernier expliquait alors son départ par le manque d’envie flagrant de sa formation, qui venait de perdre le week-end dernier pour la cinquième fois d’affilée, face à Fulham (1-4). Il faut dire que rien ne va à Crystal Palace depuis la remonté du club en Premier League, au terme des plays-off disputés la saison dernière. Les Eagles n’ont gagné qu’un match, contre Sunderland (3-1), dernier du championnat, et ont perdu l’intégralité des autres rencontres disputées en Premier League. S’ajoute à ce pale bilan une élimination dès le premier tour en Capital One Cup contre Bristol City (2-1). Autant dire que la saison s’annonce longue pour Palace, qui devrait néanmoins accueillir un nouveau manager dans les jours qui viennent, en la personne de Tony Pullis, qui reste le favori pour prendre le poste laissé vacant cette semaine.

Néanmoins, l’orgueil des joueurs peut toujours faire basculer le match, et les Gunners ne devront pas se rendre à Selhurst Park trop surs d’eux. Chamakh et Puncheon, tous deux prêtés par Arsenal et Southampton, auront probablement à cœur de s’illustrer. Le premier pour prouver à Arsène Wenger qu’il mérite d’avoir sa chance à Arsenal et le second pour avoir un espoir de réintégrer une solide équipe de Southampton et de s’y battre pour une place de titulaire. Le reste de l’équipe aura quant à elle surement envie de donner tord à son ancien mentor, limogé cette semaine, en prouvant que l’envie y est et qu’elle leur permettra de se battre jusqu’à la dernière minute pour le maintien. Palace est peut-être l’équipe la plus mal en point de Premier League, mais un sursaut d’orgueil pourrait lancer la machine, comme l’a sagement déclaré Olivier Giroud: “Le départ d’Holloway peut agir comme un électro-choc. Parfois, on a besoin de ça quand les résultats ne sont pas bons”. Un match à ne pas prendre (trop) la légère pour les Gunners.

Flamini de retour.

Les Gunners auraient-ils obtenu meilleur résultat sans son absence mardi? Probablement, tant le rendement de Mathieu Flamini dépasse toutes les attentes du lendemain de sa signature. Pourtant réticent à accueillir une nouvelle fois celui qui fut un des piliers de la période post-Invicibles, Wenger a surement réaliser une des plus belles signatures des dernières années et retrouve enfin un véritable numéro 6. Le manager français n’en avait d’ailleurs pas eu sous le coude depuis le départ de même joueur au Milan AC, et se trouve bien heureux de voir l’ancien Marseillais sous ses couleurs. En effet, Wenger aura du bricoler pendant quelques années dans l’entre-jeu, tout d’abord avec Song, qui malgré ses bonnes capacités physiques n’a jamais eu le placement nécessaire pour être un véritable coupeur d’action, puis avec plusieurs paires de relayeurs qui tinrent la baraque grâce à leur excellent placement, comme Arteta a pu le faire pendant deux ans.

Aujourd’hui, toute l’équipe sait sur qui se reposer lorsqu’elle subit. Alors oui, c’est un travail ingrat mais le baroudeur français aime ça. Découper, pousser des gueulantes, tacler à tout-va, mais aussi et surtout guider les plus jeunes, c’est sa tasse de thé. Dès les premiers matchs, Flamini n’a pas eu peur de prendre les choses en main en s’imposant comme le vieux briscard de l’équipe. A dire vrai, personne à Arsenal n’a vu un tel patron sur le terrain depuis le départ de Fabregas, et c’était probablement un des chaînons manquant pour s’octroyer le succès actuel. Mais comme tout bon faucheur qui se respecte, le milieu défensif de 29 ans va accumuler les biscottes (4 en PL, le meilleur score de l’équipe) et les bleus. Touché dans un duel avec Tettey durant le match contre Norwich, Flamini a du assister au choc contre Dortmund dans les tribunes. Evidemment, tout le monde a ris jaune avant, mais surtout après le match, puisque le second but encaissé par Arsenal n’aura jamais du exister si le français avait été sur le terrain. Mais ne remuons pas le couteau dans la plaie, l’homme à tout faire et ses 290 passes réussies sur 312 effectuées est de retour pour notre plus grand plaisir. Mais sous la menace d’une suspension pour mardi, face à Chelsea. Attention à ne pas trop laisser traîner la jambe!

Arsène Wenger n’enregistra malheureusement pas d’autre retour, puisque Walcott, AOC, Podolski et Diaby resteront encore quelques semaines (voire quelques mois pour certains) à l’infirmerie. Le manager français pourrait également décider de reposer Jack Wilshere, qui a pris un coup à la cheville mardi et qui devra passer un test tardif pour voir si, oui ou non, il pourra prendre part au match contre Palace. Ramsey pourrait ainsi prendre l’aile droite, et laisser la paire Arteta-Flamini opérer dans l’entre-jeu, alors que Cazorla, Özil et Giroud compléteraient le quatuor offensif. Pour finir, en défense, Thomas Vermaelen et Nacho Monreal pourraient obtenir du temps de jeu en faisant souffler Mertesacker et Gibbs.

Forme des équipes (Premier League):

Crystal Palace:

Infirmerie: Jack Hunt, Patrick McCarthy, Glenn Murray, Jonathan Williams.
Incertain: /
Suspendu: /
Forme (PL): DDDDD
Casier disciplinaire: 9 jaunes, 1 rouge
Meilleurs buteurs: Gayle (2), Chamakh, Gabbidon (1)
Meilleurs passeurs: Delaney, Campana (1)
Passeur le plus précis (hors défense centrale): Stuart O’Keefe (90,8% de passes réussies)

Arsenal:

Infirmerie: Abou Diaby (genou), Lukas Podolski (ischios-jambiers), Theo Walcott (abdominaux), AOC (genou)
Incertain: Jack Wilshere (cheville).
Suspendu: /
Forme (PL): VNVVV
Casier disciplinaire: 14 jaunes, 1 rouge
Meilleurs buteurs: Ramsey (5), Giroud (4), Podolski (2)
Meilleurs passeurs: Giroud (4), Özil, Ramsey (3)
Passeur le plus précis (hors défense centrale): Mikel Arteta (94,6% de passes réussies)

Compositions probables:

Les chiffres du match

974515_10201948208094122_969021636_n

Face-à-face

  • Le promu n’a gagné qu’une seule des huit dernières rencontres opposant les deux rangs (2 nuls, 5 défaites). Mais les deux nuls enregistrés l’ont été lors des deux dernières réceptions des Gunners en 1997 et 2004.
  • Les Rouge et Blanc sont sortis vainqueurs du dernier match entre les deux équipes en Premier League. Une victoire sur le score de 5 buts à 1 mais cette rencontre reste surtout marquée par la décision d’Arsenal de n’aligner aucun joueur britannique sur la feuille de match (16 joueurs).
  • Palace n’a plus battu Arsenal à domicile (toutes compétitions confondues) depuis une victoire 1-0 en novembre 1979. C’était il y a 34 ans.


Crystal Palace

  • Palace et Sunderland n’ont encore jamais réussi à garder leur but inviolé cette saison.
  • Les Aigles sont sur une série de 5 défaites. Il faut remonter à mars 2001 pour les voir enchaîner une série de 6 défaites.
  • Malgré ses difficultés, Palace a ouvert le score dans trois des huit matchs disputés cette saison en championnat.
  • Les coups de pied arrêtés la clé du match ? Les Eagles sont l’équipe qui en ont concédé le plus cette saison (9).
  • Le très pauvre bilan des Eagles dans les derbys londoniens: 40 points (sur 132 possibles) en 44 matchs, soit une moyenne de 1,1 point par match.

Arsenal

  • Arsenal a marqué trois fois plus de buts que Palace en Premier League depuis le début de la saison: 18 contre 6.
  • L’attaque d’Arsenal n’a jamais connu de panne en 13 matchs de Premier League. Personne ne fait mieux dans l’élite.
  • La défaite en milieu de semaine contre le Borussia Dortmund a mis fin à une série d’invincibilité de douze matchs (10 victoires, 2 nuls).
  • Les Gunners ont toujours pris au moins un but cette saison en déplacement dans les terres anglaises (PL).
  • Aaron Ramsey a inscrit plus de buts pour Arsenal que toute l’équipe de Crystal Palace réunie (9 buts contre 7).
  • En plus de marquer des buts (4 buts), Olivier Giroud s’avère être un très passeur. Il est le meilleur passeur de Premier League avec 4 assists.

#Ben et #Anto.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s