Les trois points sans la manière.

Par défaut

Les Gunners restant sur une série de neuf victoires consécutives à l’extérieur toutes compétitions confondues pouvaient atteindre un record du club en atteignant les dix victoires consécutives. Et ils l’ont fait.

Le Stade Vélodrome, en pleines rénovations, a accueilli les 22 acteurs de cette rencontre du groupe F de la Champions League dans une ambiance assez spéciale. En effet l’ambiance était à la fois brulante avec le très fameux public marseillais et à la fois bizarre avec ce stade en travaux surplombé d’une immense grue.

Le début du match a vu l’essentiel des occasions les plus dangereuses pour les deux équipes. En effet Gignac (1ère) puis Valbuena ont testé Szczesny par des tentatives difficiles. Puis les hommes d’Arsène Wenger se sont remis dans le sens de la marche avec notamment deux tentatives de Walcott (3ème et 7ème) qui n’ont pas vraiment posé de problèmes à la défense marseillaise. Puis après, rien. Les Gunners n’ont quasiment rien fait, il n’ont pas mis de tempo dans le jeu et ont subi le faux rythme imposé par les hôtes. Même s’ils ont très peu inquiété Szczesny, qui a quasiment été impeccable, ils ont inquiété le milieu de terrain des Gunners et ils ont annihilé l’attaque. Sur cette première mi-temps, les joueurs d’Arsenal ont donné une impression de fatigue générale et de manque de rythme comme si les Londoniens subissaient les retombées de la trêve internationale et de l’euphorie causée par l’arrivée d’Özil. Les Gunners ont été heureux de voir arriver la mi-temps tellement ils ont été mis en difficulté dans le jeu.

Dès le retour de vestiaires Rod Fanni a bien failli ouvrir le score mais sa frappe de volée est passée de peu à côté de la cage de Szczesny (47ème). Cette période a été globalement été plus équilibrée avec les Gunners qui se sont crées des occasions notamment grâce à un éclair de génie d’Özil, quasiment le seul du match, qui grâce à une talonnade a servi Gibbs dans la surface, mais le jeune anglais a buté sur Mandanda (54ème). Payet a ensuite mis en évidence Szczesny avec une frappe puissante de l’extérieur de la surface, bien capté par le portier polonais. Puis les Gunners se sont remis en évidence grâce à un bon centre de Sagna pour Wilshere, seul au second poteau marseillais, qui d’une reprise de volée aurait bien pu tromper Mandanda, mais le gardien français était bien attentif (58ème). Les Gunners sont retombés dans leur travers à la 60ème minute avec une erreur de Mertesacker, qui par son geste a lobé son gardien, par chance Gibbs est intervenu devant Gignac et devant la ligne pour éviter à ses partenaires une situation difficile à l’extérieur. Ce moment du match a été clairement le plus intense avec le plus d’occasions et une opposition équilibrée.

Mais à la 64ème minute, à la suite d’un centre de Gibbs et à la suite d’une grossière erreur de Morel, Walcott a repris le ballon de volée et a transpercé Mandanda. Le numéro 14 des Gunners a soulagé toute une équipe et tous les supporters d’Arsenal. Un peu contre le cours du jeu certes mais les visiteurs se sont montrés efficaces d’autant plus que Ramsey, tout simplement en feu depuis le début de la saison, a percé la défense de l’OM pour doubler la mise (83ème). Les Marseillais, KO, se sont quand même procuré un pénalty (très discutable après visionnage du ralenti) sur une faute de Ramsey ; Jordan Ayew l’a transformé. Malgré ce but les Gunners se sont imposés grâce à leur efficacité et grâce à un Szczesny très concentré (à part sur la mésentente avec Mertesacker) avec notamment 6 arrêts pour le Polonais ; peut être l’homme du match ?
A part cela, Arsenal a fait preuve d’une qualité technique très faible avec seulement 85% de passes réussies contre 88 pour les Marseillais.

La surprise du match a été du côté de Marseille avec un très bon Giannelli Imbula (21 ans) ; le milieu marseillais a effectué son premier match de Champions League de sa jeune carrière et a semblé dominer le milieu de terrain en remportant énormément de duels.

Même si Arsenal a rendu une pâle copie, seul le résultat compte. Grâce au réalisme des Gunners les trois points de ce match reviennent à Arsenal. Dans ce groupe de la mort, chaque point semble être capital.
De l’autre côté, ce sont les Italiens du Napoli qui ont dominé le finaliste de la compétition de la saison dernière, le Borussia Dortmund, 2-1. Arsenal et le Napoli prennent donc la tête du groupe F et débutent parfaitement leurs campagnes européennes.

Fiche du match

Olympique de Marseille 1 – 2 Arsenal (32 000 spectateurs)

Match de poules de la Ligue des Champions.

Buts: Jordan Ayew (pén., 90e) pour Marseille et Theo Walcott ( 64e), Aaron Ramsey (84e) pour Arsenal.

Avertissements: Nicolas N’Koulou (41e) pour Marseille et Aaron Ramsey (54e) pour Arsenal

XI de départ:

– Marseille XI: Mandanda, Morel, Mendes, N’Koulou, Fanni, Imbula (Thauvin, 80e), Romao, Ayew, Valbuena (Khalifa, 90e) Payet (Ayew, 73e) et Gignac.
Remplaçants non-utilisés: Mendy, Cheyrou, Samba et Lemina.

– Arsenal XI: Szczesny, Sagna, Mertesacker, Koscielny, Gibbs, Flamini (Myaichi, 90e), Ramsey, Walcott (Monreal, 78e) , Ozil, Wilshere, Giroud.
Remplaçants non-utilisés: Jenkinson, Akpom, Hayden, Fabianski, Vermaelen.

Chiffres du match

Possession: Marseille 49% – 51% Arsenal
Tirs (cadrés): Marseille 17 – 9 Arsenal
Arrêts: Marseille 2 – 2 Arsenal
Corners: Marseille 7 – 4 Arsenal
Fautes: Marseille 9 -9 Arsenal
Hors-jeu: Marseille 4 – 2 Arsenal
Tacles: Marseille 16 – 21 Arsenal
% de passes réussies: Marseille 88% – 85% Arsenal
% de duels aériens remportés: Marseille 52 % – 48%

Notes des joueurs

Homme du match: 

Ramsey (7,5) : L’homme de ce début de saison. Certains supporteurs marseillais ne le connaissaient pas, d’autres se moquaient de lui, certains l’ignoraient. Ce soir, ils devront reconnaître son activité incessante sur tous les plans. Devant, derrière, il est partout. La preuve, il marque un but et concède un penalty « généreux » en voulant défendre. Sans gravité heureusement.  Le Gallois est en forme et en pleine confiance, tant mieux pour nous.

Szczesny (7,5) : Un but sur encaissé sur pénalty à part ça, Woj’ a pleinement fait son boulot et a su gérer la pression comme il fallait. Sur les nombreuses frappes de loin et centre dangereux il a toujours pris les bonnes décisions. De plus, son leadership a réveillé les troupes quand c’était compliqué.  Il aurait mérité une clean-sheet ce soir.

Sagna (5,5) : Comme à son habitude, il a été généreux dans l’effort tant sur le plan défensif et offensif mais encore une fois une très faible qualité de centre. C’est dommageable à ce niveau et on sent qu’il ferait mieux d’être en DC.

Mertesacker (6,5) : Per s’est avéré très utile et efficace sur tous les coups de pieds arrêtés. De plus, ses grands compas ont permis de stopper bon nombre d’actions. Enfin, son entente avec Koko se fait ressentir match après match.

Koscielny (6) : Peu en vue sur le plan offensif, Koko s’est concentré sur ses tâches défensives. Il a su tenir Gignac tout au long de la rencontre en s’alignant parfaitement de nombreuses fois pour le mettre hors-jeu. Ce n’était pas un match évident pour lui et il s’en est assez bien tiré.

Gibbs (7) : L’un des meilleurs Gunners ce soir. Une excellente prestation défensive devant Payet qui n’a jamais pu trouver une bonne position de frappe et surtout Fanni constamment en train de prendre le couloir. Il a été très incisif dans les montées également et aurait même pu ouvrir le score suite à un génial une-deux avec Özil.

Flamini (5,5) : Plus à la peine que lors de ses 2 premiers matchs de la saison, Flamini a malgré tout pesé sur le plan défensif en assurant l’équilibre de l’équipe. L’absence d’Arteta se fait malgré tout sentir dans ce secteur du jeu et on sent que le français est malgré tout un ton en-dessous de ses coéquipiers sur le plan technique. Il devra compenser avec son envie.

Özil (5,5) : Pour son premier match européen sous les couleurs d’Arsenal, le génie allemand n’a pas pu faire grand chose. Pris dans l’étau marseillais, il n’a pu briller que par intermittence, notamment lors de cette talonade pour Gibbs dans la surface qui aurait mérité un meilleur sort. Soyons malgré tout indulgent avec lui, ce n’est que son deuxième match avec Arsenal. Attendons de le voir à l’Emirates.

Walcott (6) : Il est possible de comparer le match de Theo de ce soir à un des nombreux matchs de Podolski la saison passée. En effet, quasi invisible dans le jeu, peu de ballons touchés (en tout cas dans les zones importantes), il a malgré tout inscrit un but plus qu’important, synonyme d’ouverture du score dans un contexte très délicat. Sa performance reste médiocre dans l’ensemble.

Wilshere (6,5) : Dans un rôle qui n’est à l’origine pas le sien, il a fait de son mieux. Jacky Boy a été l’un des plus motivés et conquérant au milieu de terrain. Il a eu tendance à laisser son couloir à Gibbs pour retourner vers l’axe du terrain. Vivement les retours des joueurs de couloir pour avoir un meilleur équilibre et plus de percussion sur le côté (Poldi, AOC, Santi…)

Giroud (5,5) : Difficile de juger la prestation de Giroud ce soir. Il n’a quasiment eu aucune bonne situation à se mettre sous la dent. Il a servi de point d’appui malgré tout remportant quelques duels aériens et apportant son aide plusieurs fois sur les coups de pieds arrêtés défensifs.

#Yvann #Mat #Dimitri

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s