Ca rassure !

Par défaut

Les Gunners ont parfaitement rempli leur mission en s’imposant en Turquie contre une faible équipe du Fenerbahçe. L’avenir s’éclaircit.

De l’Angleterre à la Turquie. Il suffit parfois,d’un voyage pour endormir ses incertitudes et calmer des maux qui sont finalement plus passagers que profonds. C’est avec le coeur léger et le regard reflétant le devoir accompli que la délégation anglaise va pouvoir reprendre sa route à Londres, où l’attend la suite de sa saison que certains hypothéquaient déjà. Les doutes et les inquiétudes demeurent toujours, mais ce soir, elles se feront discrètes. Elles reviendront. C’est sûr. C’est certain. Mais pour l’heure, c’est le soulagement qui fait le show.

Car en battant Fenerbahçe par une différence de trois buts à rien (on peut même pas parler d’exploit tant la différence de jeu fut flagrante), Arsenal a déjà commencé à préparer ses retrouvailles avec sa fiancée européenne, pour la seizième année de suite. Il reste certes le match retour, qu’il faudra jouer avec sérieux, mais l’équipe de ce soir a montré pourquoi son entraîneur a autant une confiance aveugle en elle. La gifle de samedi a été retenue et cela s’est vu dès l’allumage du chronomètre. Mieux discipliné, bien en place tactiquement, volontaire sur les duels, créative en attaque (Cazorla…), la troupe londonienne a joué sa musique devant des spectateurs stambouliotes, moins agités que d’habitude lorsque l’Europe s’invite à domicile. Fenerbahçe a tout simplement manqué son match.

Une victoire et le mercato repart ? 

Les Gunners ont déroulé et c’est à la 51e minute qu’ils se sont décidés à prendre le match par le col quand Gibbs balança dans les filets un centre « de la mort » de Walcott, lui-même servi par une merveille de passe provenant de Ramsey. Ce même Ramsey, qui a grandi en un été quand d’autres grandissent en quatre, doubla la mise un quart d’heure après d’une frappe lointaine bien placée (2e but pour lui en C1 contre le Fenerbahçe). Olivier Giroud se chargea d’emballer l’affaire en transformant de belle manière un penalty à la 77e.

Si sur le plan de la confiance, cette victoire permet de bien préparer un délicat (mais court) déplacement à Craven Cottage pour y affronter Fulham, elle est aussi bénéfique pour la suite de l’été d’Arsenal, qui trouvera peut-être plus facile d’acheter des joueurs maintenant que l’assurance Ligue des champions a été souscrite. La très probable fracture de Koscielny, sorti en première période, fait un peu tâche dans ce bilan.

Les notes des joueurs

Homme du match:
Ramsey (8,5) : Dans sa lancée de sa pré-saison, Ramsey a livré une partie géniale. C’est celui qui a touché le plus de ballon (99, dont 79 furent des passes) et fut à l’origine du premier but en délivrant une passe, derrière la défense, pour Walcott (51e). Cela ne lui suffisant pas, il ira même marquer son propre but (64e). Cinq ans après avoir marqué sur le même terrain pour la même rencontre, le destin surement. Voilà le Ramsey que l’on souhaite voir pour cette nouvelle saison.

Szczesny (6) : Après un début de match assez reposant pour notre portier, il s’est illustré un peu plus en deuxième mi-temps faisant clairement le travail. L’arrêt principal du match est effectué sur une demi-volée de Kadlec (82e) que Wojciech sortira magnifiquement bien d’une main ferme. Une prestation a l’opposé du match contre Aston Villa qui fait plaisir à voir.

Sagna (6.5) : Sagna fut auteur d’un match propre. Après la blessure de Koscielny (31e), il fut replacé dans l’axe, une image qu’on devrait souvent voir cette saison. Malgré ce changement, rien ne semblait le déranger et le travail fut effectué de belle manière.

Mertesacker (6) : Voir Mertesacker en bonne forme fait plaisir. Impérial de la tête (100% de réussite sur les ballons aériens) il est à l’image de notre défense ce soir, appliqué face au jeu des turcs. Un clean sheet en partie due donc au travail de cette défense.

Koscielny (Non noté) : Bon début de match pour Bosscielny, malheureusement stoppé par un coup de pied survenu à la 31ème minute en pleine tête. Blessure qui le contraint à sortir, saignant abondamment du visage. Remplacé par Jenkinson qui a fait une bonne rentrée comme l’atteste ses 90% de passes réussies)

Gibbs (5.5) : Quelques percées sur son coté ont permis à Arsenal d’être dangereux sans pour autant concrétiser. Son coup d’éclat dans ce match est évidemment son but (51e) sur une passe caviar de Walcott. Un seul tir pour un but, c’est ce qu’on appelle de l’efficacité.

Wilshere (6) : L’Anglais fut l’auteur d’un bon match en général. Quelques actions de grande classe comme son entrée dans le camp turc (62e) qu’il finira avec une frappe cadrée mais peu inquiétante. Il est l’auteur d’une passe décisive sur le deuxième but des Gunners.

Rosicky (5) : Présent dans les bonnes actions en triangle de la première période, il fut un peu plus transparent lors de la deuxième délaissant la création des attaques à Cazorla.

Walcott (7) : Un match complet, aussi à l’opposé du match contre Villa ou il fut quasi-inexistant. Auteur de 6 frappes (pour 2 cadrés), il effectue la passe décisive sur le premier but de Gibbs (51e). Il est à l’origine du penalty après une incursion dans la surface turc et une faute dans le dos de Kadlec. Il ne lui manque juste un but pour faire le match quasi-parfait. Remplacé à la 86e par Monreal qui fêtait son grand retour.

Cazorla (7.5) : Quand on voit les difficultés du club à faire signer des recrues, on ne peut que se féliciter d’avoir dans nos rangs un talent brut que celui de l’Espagnol. Avec pas loin de 90% de passes réussies, Santi fut le véritable maître d’orchestre de cette partie distillant d’excellent ballon envers Ramsey et Walcott. Un organisateur parfait pour une rencontre importante.

Giroud (5) : Peu d’actions importantes pour notre buteur en titre dans cette rencontre. Il fut même carrément invisible en deuxième période. Son but sur penalty permet néanmoins à Arsenal de valider pratiquement sa qualification en C1. Deux buts en deux matchs officiels pour Olivier. Le début d’une longue série, on espère. Remplacé à la 81e par Podolski.

La fiche du match: 
Fenerbahçe 0-3 Arsenal à Sukru Saracoglu Stadium (affluence: 50,500)

Phase aller de barrage d’accession à la Ligue des champions

Arbitre: Gianluca Rocchi (ITA)

Buts: Gibbs (51e), Ramsey (64e), Giroud (77e, sp)

Avertissements: Webó (30e), Alves (65e), Kadlec (76e) pour Fenerbahçe ; Szczesny (75e) pour Arsenal

Equipes de départ
Fenerbahçe: Demiret – Irtegün (Gönül, 46e), Yobo Alves, Kadlec – Meireles (Potuk, 82e), Topal, Emere – Kuyt, Webó (Emenike, 64e), Sow. Entr: E.Yanal
Non utilisés: Günok, Erkin, Cristian, Korkmaz,

Arsenal: Szczesny – Sagna, Mertesacker (cap.), Koscielny (Jenkinson, 33e), Gibbs – Ramsey, Wilshere, Rosicky – Walcott (Monreal, 87e), Giroud (Podolski, 82e), Cazorla. Entr: A.Wenger.
Non utilisés: Fabianski, Frimpong, Gnabry, Sanogo

Chiffres du match
Possession: Fenerbahçe 44% – 56% Arsenal
Tirs (dont cadrés): Fenerbahçe 9 (2) – 16 (7) Arsenal
Corners: Fenerbahçe 3 – 5 Arsenal
Fautes: Fenerbahçe 9 – 8 Arsenal
Pourcentage de passes réussies: Fenerbahçe 82% – 85% Arsenal
Duels aériens remportés: Fenerbahçe 44% – 58% Arsenal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s