Arsenal, l’art du comeback

Image
La "Frenchy Touch" de retour

La « Frenchy Touch » de retour

Un an d’abstinence. Il fallait bien fêter ça. Pour son retour dans le calendrier, l’Emirates Cup, le tournoi estival organisé par Arsenal, s’est donnée des airs de joutes européennes. Avec Galatasaray (quart de finaliste de la dernière C1), Porto (1/8e de finale) et Naples (dauphin de la Juve en Serie A), c’est une petite réunion fort sympathique qui se tient durant tout le week-end. C’est surtout un test grandeur nature pour chacune des équipes, enclines à constater leur avancée dans leur pré-saison dans des confrontations relevées. Les Turcs de Galatasaray contre les Portugais Porto, tel était le premier match offert à l’Emirates Stadium, baigné d’un magnifique soleil, qui s’est terminé par une victoire des coéquipiers d’Eboué grâce à un penalty de Felipe Melo, obtenu par l’Ivoirien himself. Quoi de mieux pour fêter son retour devant ses anciens fans (qui le sont toujours) ? Porto a été moins habile dans l’exercice avec deux penaltys manqués.

Ce fut ensuite au tour d’Arsenal et de Naples de prendre place sur le pré. Avec notamment un prometteur trio Ramsey – Wilshere – Rosicky au milieu, Arsène Wenger aligna une équipe proche de celle qui débutera les cours de Premier League le 17 août. Mais si l’armada parait armée sur le papier, celle de Naples offre aussi de sérieuses garanties. Fini le 3-5-2 cher à Walter Mazzari, c’est avec un 4-2-3-1 que les nouveaux hommes de Benitez ont avancé leurs pions à Londres. Une formation équilibrée avec la présence de trois des recrues (Reina, Armero, Callejon) qui ont coûté la bagatelle de 80 millions d’euros aux Italiens. En face, le Prof fait mieux: pas de Sanogo, seule recrue pour l’instant, présent sur la feuille de match.

Face à un adversaire largement plus costaud que les Asiatiques, les Gunners font le jeu mais butent sur une défense bien organisée. Et c’est comme sous le coup d’une piqûre de rappel, pointant son aiguille sur les défaillances défensives de la saison passée (Arsenal a notamment encaissé le plus grand nombre de buts à cause d’erreurs individuelles) que Naples s’en remet aux défenseurs adverses pour marquer le premier. D’abord, Insigne profite d’un dégagement raté de Jenkinson (7e) puis c’est au tour de Fabianski de se trouer complètement sur une sortie pour intercepter Pandev (28e). On a même cru pendant un instant que Almunia a mis le masque du Polonais pour blaguer. Déjà, les supporters commencent à voir pointer au loin l’ombre d’un potentiel recrutement foireux et d’une neuvième saison fade.

Les Français jouent les secouristes

Mais comme souvent depuis deux saisons, les idées noires sont vite chassées. Car les Gunners ont des ressources inépuisables. Piqués au vif, les Londoniens retroussent les manches de leur lumineux maillot jaune pour hausser leur niveau de jeu en deuxième période. Les attaques se multiplient et les rentrées de Sagna et d’Arteta permettent à Arsenal de gagner en pression. Les Londoniens sont finalement récompensés de leurs efforts par un premier but inscrit par Giroud, son septième de l’été, d’une remarquable volée (bien aidée par la déviation du dos de Sagna) à la retombée d’un corner de Walcott. La libération vient, on commence à s’y habituer, en fin de match. D’un coup de patte, Arteta trouve une tête puissante de Mertesacker. Reina repousse avec classe mais Koscielny a suivi derrière et marque le but de l’égalisation. Quasiment un symbole tant le défenseur français s’est montré une nouvelle fois impérial en défense. L’entrée de l’ancien futur Gunner Higuain à la pause n’a pas eu la donne escomptée pour Benitez, qui valide, une fois de plus, ses bonnes stats contre Wenger. Les fans présents à l’Emirates peuvent souffler, Arsenal attendra avant de connaître une première défaite en amical mais il faudra penser un jour à agir plutôt que réagir. N’est-ce pas ?

Arsenal 2-2 Napoli (à Emirates Stadium)
Buts : Giroud (72e) et Koscielny (86e) pour Arsenal ; Insigne (7e) et Pandev (28e) pour Naples
Avertissements : Dossena (80e) pour Naples

XI Arsenal : Fabianski – Jenkinson (Sagna 55′), Koscielny, Mertesacker, Gibbs – Ramsey (Oxlade-Chamberlain 65′), Wilshere (Arteta 65′), Rosicky – Gnabry (Walcott 55′), Podolski (Akpom 88′), Giroud.
Remplaçants non utilisés : Martinez, Miquel, Zelalem.

XI Naples : Reina – Mesto, Cannavaro, Britos (Albiol 63′), Armero – Behrami (Dzmaili 85′), Inler – Callejon (Maggio 46′), Hamsik (Mertens 63′), Insigne (Dossena 76′) – Pandev (Higuain 46′).
Remplaçants non utilisés. : Rafael, Zuniga, Fernandez, Radosevic, Calaio.

Classement Emirates Cup 2013
1er: Galatasaray – 4 pts
2e: Arsenal – 3 pts
3e: Naples – 3 pts
4e: FC Porto – 0 pt

(règles: 3 points pour une victoire, un point pour un nul et zéro pour une défaite. Chaque but marqué ramène un point supplémentaire)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s