Avant-match de Fulham – Arsenal (34ème journée de Premier League).

Par défaut

Image

Un gros coup à jouer.

Stoppé net dans sa course aux places qualificatives pour la Ligue des Champions en milieu de semaine, Arsenal doit se remettre en selle et courir derrière des points bêtement perdus. Alors que la fin de la saison arrive à une vitesse fulgurante, les Gunners auront de nouveau l’occasion ce week-end de distancer Tottenham et de, pourquoi pas, retrouver cette troisième place durement acquise la semaine dernière.

Fulham en bon dixième.

Alternant le bon et le moins bon depuis le début de saison, Fulham se retrouve logiquement en dixième position, dans le ventre mou du championnat. Même si la formation de Martin Jol n’a plus grand-chose à jouer désormais, cette dernière doit tout de même batailler jusqu’au bout pour espérer ne pas trop dégringoler au classement de cet exercice 2012/2013 excessivement serré. Car si la zone rouge semble bien loin de Craven Cottage, seul six petits points séparent les Whites de la 17ème place, et ces derniers ont une fin de saison chargée (déplacement à Everton et à Swansea, et réception de Liverpool entres autres). Le peu d’écart au classement épice un peu cette saison, car si le titre est joué, il n’en est rien de la course à l’Europe et à la lutte du milieu de tableau. Grand habitué du ventre mou depuis plusieurs saisons, Fulham stagne mais pose des problèmes, surtout aux Gunners, qui, depuis quelques saisons, n’arrivent pas à se défaire des Cottagers. En effet, il faut remonter en 2010 pour assister à la dernière victoire des hommes de Wenger face à leurs homologues londoniens. Cette malheureuse tradition s’accentue encore plus lorsque ces derniers sont en déplacements. Depuis 2006, Arsenal n’a gagné que deux fois à Craven Cottage, pour trois défaites et un nul. A l’aller, les canonniers avaient failli l’emporter, mais un penalty manqué à la 90ème minute avait tout fait capoter dans ce match où Dimitar Berbatov et Olivier Giroud avaient tous deux claqué un doublé.

Pire défense de la première partie de tableau, le vent pourrait bien tourner en cette fin de saison. En effet, Fulham semble plus mal à l’aise que l’an passé dans son antre, comme en témoigne ces six défaites à Craven Cottage, soit le troisième plus mauvais total du championnat et plus mauvais chiffre parmi les dix premiers de Premier League. Pourtant attendu grâce à son bon recrutement (Richardson, Riether, Emmanuelson, Berbatov et Frimpong) et à la confirmation de ses cadres (Riise, Schwarzer et Ruiz), la saison de la formation de Jol est quelque peu décevante. « Normalement, nous sommes sauvés de la relégation. Mais il serait très important de prendre encore huit ou neuf points sur le restant des matches » disait le Néerlandais en conférence de presse. L’entraineur expérimenté qu’il est sait à quel point tous les points sont importants en fin de saison, et aura surement les mots pour faire comprendre que rien ne sera terminé avant le 19 mai.

De l’orgueil à revendre?

Cruelle semaine pour les hommes de Wenger. Remontés sur le podium à la surprise générale ce week-end, les Gunners sont redescendus de ce dernier en milieu de semaine après leur coup d’arrêt face à Everton. Désormais à un point de Chelsea, et à la merci de Tottenham, qui compte un match en retard, les résidents de l’Emirates vont devoir mettre un dernier coup d’accélérateur dans cette ultime ligne droite. Et une victoire ce samedi serait un immense soulagement pour Arsène Wenger, étant donné que ses deux rivaux et concurrents rencontreront respectivement Liverpool et City le lendemain. Une victoire pourrait instaurer une marge de sécurité suffisante entre les Gunners et les Spurs. Du côté de l’Emirates, on se veut prudent malgré le fait indéniable que la succession de bons résultats ne serait pas étranger à une éventuelle victoire demain. « Chaque match est compliqué en Angleterre. Fulham a de bons joueurs, mais nous ne sommes pas dans la même situation que lors du match aller. Nous sommes meilleurs. » disait Laurent Koscielny au micro du site officiel aujourd’hui. La prudence est de mise, mais inéluctablement, un air frais souffle dans les bronches de cette équipe depuis l’extraordinaire match retour à l’Allianz Arena. Et les forces en présences ne sont pas non plus les mêmes qu’en novembre dernier, match pour lequel Rosicky, Diaby, Fabianski, Gervinho et Wilshere avaient dû déclarer forfait pour blessures et suspension. « C’est toujours un supplice de devoir choisir entre Gibbs et Monreal » déclarait Wenger en conférence de presse. En effet, la résultante de cette infirmerie qui se vide est la constitution d’un banc compétitif. Le coach alsacien a plusieurs cartes en main, et ces options sont ô combien importantes lorsque l’effectif doit jouer trois matches en l’espace de sept jours. Contrairement à Fulham qui devra faire avec les absences de Frimpong, Diarra, peut-être celle de Riether et surtout celle de Damien Duff, Arsenal peut s’injecter la fraicheur nécessaire pour triompher dans ce match décisif.

Image
D
éception des joueurs après le penalty manqué par Arteta à l’aller.

Informations équipes :

Fulham :

Infirmerie : Dejagah, Duff, Diarra.
Incertain : Riether.
Autre indisponibilité : Frimpong (inéligible).
Forme : DNDVV
Casier disciplinaire : 41 jaunes, 2 rouges
Meilleurs buteurs : Berbatov (13), Petric (5), Sidwell (4)
Meilleurs passeurs : Duff (7), Ruiz (6), Berbatov (3)

Arsenal :

Infirmerie : Diaby, Fabianski.
Incertain : Rosicky.
Forme : NVVVV
Casier disciplinaire : 34 jaunes, 4 rouges.
Meilleurs buteurs : Cazorla (12), Walcott, Giroud (11)
Meilleurs passeurs : Walcott (10), Podolski (9), Cazorla (7)

Les clés du match:

Face-à-face:

  • Fulham est invaincu contre Arsenal depuis 4 matches. Les Gunners n’ont plus gagné contre son voisin londonien depuis décembre 2010 (2-1 à domcile).
  • La dernière victoire des Gunners à Craven Cottage remonte à septembre 2009. Robin van Persie fut l’unique buteur du match.
  • Arsenal a gagné 15 des 23 rencontres de Championnat entre les deux clubs. Fulham a été vainqueur à 3 reprises.
  • Les Gunners sont repartis victorieux de Craven Cottage à une reprise lors des 4 dernières visites (1 nul et 2 défaites). La saison dernière, ils ont perdu 1-2 avec 2 buts de Fulham en fin de match.

Fulham:

  • Fulham n’a pris qu’un point lors des 3 derniers matches. Les Cottagers restaient sur une série d’invincibilité de 5 matches.
  • Les Cottagers ont récolté 11 points contre les autres équipes londoniennes. Leur meilleur total dans les derbies est 13 points récoltés en 2002-2003.
  • L’équipe de Martin Jol a pu bénéficier de 5 csc en sa faveur, un record qu’elle partage avec Manchester United. Fulham n’a toujours pas encaissé de csc.
  • Dimitar Berbatov a été buteur à 5 reprises dans les 7 derniers matches. 10 de ses 13 buts ont été marqués en première période.

Arsenal:

  • Les joueurs d’Arsène Wenger ont gagné 7 de leurs 9 derniers matches de PL (1 nul, 1 défaite).
  • Les Londoniens du Nord-Est ont marqué 18 buts dans les 15 dernières minutes cette saison
  • 10 des 11 buts d’Olivier Giroud ont été marqués à l’Emirates Stadium.
  • Mikel Arteta a réussi ses 5 derniers penaltys depuis son raté contre Fulham en novembre dernier (3-3).
  • London is red ? A l’Emirates Stadium et au regard du palmarès très certainement. Depuis 2010, Arsenal n’a remporté que 3 des 13 derbys dans les stades ennemis en Premier League, faisant match nul 2 fois et perdant 8 fois !

#Yannick et #Anto

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s