Wenger a-t-il mal géré le cas Szczesny?

Par défaut

Image
Szczesny et Wenger après l’élimination en Carling Cup face à Birmingham en 2011.

Si d’habitude, les trêves internationales sont synonymes de calme plat du côté du nord de Londres, Maciej Szczesny, le père du portier polonais d’Arsenal, en aura décidé autrement cette semaine. L’ancien international remettait en cause dans la presse en milieu de semaine les procédés employés par Wenger pour gérer le cas de son digne successeur, aussi et avant tout son fils. Pourtant réputé pour savoir sublimer ses jeunes pépites, le coach alsacien peut/doit-il se remettre en question ? Est-il la cause de la méforme actuelle de son gardien ?

Nous sommes le 13 décembre 2010 : Fabianski blessé et Almunia hors de forme, Arsène Wenger tente un pari en titularisant Wojciech Szczęsny, 19 ans, face à Manchester United. Première entrée en matière assez brutale diriez-vous, mais en retraçant le parcours du jeune polonais, nous ne pouvons que nous rendre à l’évidence : en le lançant de cette manière, Wenger a voulu polir trop vite et trop vivement son diamant, jusqu’à le rayer, l’égratigner. Pour s’en rendre compte, il faudra attendre trois ans de plus, histoire de constater que les progrès de l’international sur cette période furent beaucoup trop minimes. Wenger a lancé son nouvel espoir en pâture aux loups pendant trois saisons, en négligeant sa protection. Et Szczesny paye très cher le fait d’être le seul maître à bord depuis tout ce temps. Entouré par deux autres gardiens de niveau beaucoup trop moyen pour évoluer en tant que titulaire, et assisté par un entraineur qui lui a témoigné un surplus de confiance qui fut fatal, ce dernier n’a logiquement jamais réussi à assumer son statut et à confirmer les espoirs placés en lui.
Préoccupé avant tout par la santé de son héritier, Szczesny père a évidemment décidé de revenir sur les blessures de son fils dans les colonnes du Sun : «Wojciech a eu deux blessures importantes, une à l’épaule et à la cheville. Wenger l’a persuadé de jouer avec ces blessures l’année dernière, et depuis, mon fils en paye le prix fort avec cette méforme ». Même si le désormais actuel entraineur des gardiens du Korona Kielce fait alors un raccourci un peu rapide, il remet là en cause l’attitude incroyablement passive qu’a Wenger à l’égard du physique de ses joueurs. Le coach alsacien se retrouve obligé de bricoler en faisant jouer un Vermaelen handicapé par un genou défectueux depuis le début de la saison, comme il l’avait fait l’an passé avec son portier lorsqu’il revenait à peine de blessure, et tout cela en passant outre les cas Wilshere, poussé jusqu’à la rupture, et Diaby, qui a totalement perdu l’équilibre et la plénitude de son corps. Non seulement Wenger et son incompétent préparateur, Tony Colbert, jouent avec la santé des joueurs, mais ils privent également ces derniers d’évoluer à leur meilleur niveau, et donc de progresser.
Mais les blessures ne sont qu’un détail (déjà bien trop évident je vous l’accorde) par rapport au manque criard de concurrence dans cette équipe d’Arsenal, carence qui atteint son paroxysme niveau dégâts dans le cas Szczesny. En effet, ce dernier se retrouve meurtri par ce manque, devant supporter depuis ses 20 ans toute la pression qu’implique le fait d’être une pièce maitresse d’un des plus grands clubs d’Europe. Wilshere can, Szczesny can’t. Il ne peut pas pour deux raisons. La première provient du fait que sous sa grande carcasse et son air affirmé et parfois arrogant se cache une carence de force mentale qui lui fait défaut. Le portier Polonais est faible. Après le cinglant 2-8 à Old Trafford, ce dernier a dû voir un psychologue pendant quelques temps pour se remettre du choc, de la décharge électrique qu’a provoqué la gifle infligée par Ferguson. Encore aujourd’hui, on ne se rend pas bien compte, surtout à Arsenal visiblement, de l’impact que peut avoir le mental d’un joueur sur son jeu. Les répercussions peuvent être fatales, comme aurait dû le montrer la jurisprudence Ramsey, énormément affecté par la mort de Gary Speed plus que par sa grosse blessure dont il avait à l’époque à peu de chose près récupéré. La seconde raison est le fait que Szczesny se retrouve seul monarque, portant sur ses épaules la pression d’un poste dont sont ostracisés ses deux « concurrents », Mannone et Fabianski. Ni l’un ni l’autre n’ont la marge de progression du jeune international, et surtout aucun des deux n’a eu l’occasion de faire profiter le jeune poulain d’une quelconque expérience du haut niveau sur le long terme. Ce qu’il manque aujourd’hui à l’ex-portier Varsovien dont les énormes qualités intrinsèques sont évidentes mais pas assez sublimées, c’est un homologue expérimenté, rompu au haut niveau sans pour autant être un ancêtre qui laisserait aisément à Szczesny son trône qui lui porte tant préjudice. Un joueur avec qui le gardien Polonais partagerait sa douleur dans la défaite, un joueur qui ferait en sorte que son coéquipier ne se sente pas seul responsable, quelqu’un qui le délesterait d’une pression qui le ronge de l’intérieur. Sans oublier évidemment d’instaurer une saine concurrence, unique moyen pour pousser le natif de Varsovie à se sublimer et à s’améliorer dans certains secteurs de jeu qui lui font défaut, comme ses relances et ses sorties aériennes. Après avoir raté un Lloris résidant désormais un peu plus au nord de Big Smoke, Wenger va-t-il remédier au problème ou s’entêter à procrastiner de nouveau ? La presse évoque Reina, Valdes, ou encore Begovic. Il semblerait que l’Alsacien ait enfin compris les besoins de son poulain.

De l’enfer d’Old Trafford à l’infirmerie de Colney, en passant par les bords du Dniepr où Szczesny sabota le début de Coupe d’Europe de son équipe nationale en recevant un carton rouge, le portier Polonais a trop souffert, n’a pas assez soufflé, et doit cicatriser. Fabianski a bien débuté son rôle d’intérimaire face au Bayern et à Swansea, tant et si bien qu’il pourrait venir bousculer les idées de Wenger. L’entraineur des Gunners doit faire le bon choix en stoppant légèrement mais surement la fatale et fulgurante ascension de son protégé. Les diamants sont éternels, mais fragiles.

#Anto

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s