Jernade Meade: De la ferme de Lewsey à l’écurie d’Arsenal.

Par défaut

Boreham Wood v Arsenal XI Pre Season Friendly
Jernade Meade se souviendra toujours ou il était lorsque son téléphone sonna en ce 5 septembre 2012.

Le joueur d’Arsenal était dans sa chambre du bâtiment principal de la ferme de Lewsey qu’il partage avec sa mère et son jeune frère Kahmal, en train de faire sa sieste habituelle après une intense session d’entrainement à London Colney, le centre d’entrainement des Gunners.

Le nom qui clignotait sur téléphone était celui de Dwight, le cousin de Delaney Brown. Il téléphonait pour annoncer une nouvelle tragique; Brown avait été percuté par une BMW sur Vincent Road, et avait succombé à ses blessures. Le monde de Meade s’écroula.

« J’avais beaucoup d’appels manqués lorsque je me suis réveillé. » dit Meade. « Dwight disait, « Tu es au courant de ce qui est arrivé à Delaney? », je ne pouvais pas y croire. « Le mois qui suivit, je n’y croyais toujours pas. Je sais maintenant qu’il nous a quittés mais ce fut tellement surréaliste. Je le connaissais depuis pas mal de temps. Il avait un sacré tempérament et du talent aussi. Il était doué pour la musique et il aurait pu percer. »

Meade assista aux funérailles et posa un maillot d’Arsenal signé par l’équipe première dans le cercueil. « C’était bien emballé. » dit Meade. « Les gens étaient à l’extérieur et personne ne pouvait entrer. »

Un mois plus tard, Meade fit sa première apparition pour Arsenal, puisqu’il rentra en cours de match durant l’incroyable rencontre de 12 buts contre Reading en Capital One Cup. Meade écoutait la musique de Brown pour préparer le match mais également lors de préparation de sa première titularisation en Ligue des Champions contre l’Olympiakos en décembre.

Même s’il fut nerveux, il tentait de réprimer tout signe de frustration ou d’émotion et intériorisa toute émotion lors de ce match, preuve étant son crochet exquis « à la Cruyff » sur sa première touche de balle au Karaiskakis Stadium.

« Cela m’est venu comme ça. » dit Meade. « Je n’ai pas trop pensé à ça en fait. Ma confiance frisait les sommets après ça. »

Meade dit que le bruit émanant de la citadelle grecque fut assourdissante.

« Il était impossible d’entendre ses propres partenaires. » dit-il. Il essayait quand bien même d’écouter les quelques conseils pleins de sagesse de Tomas Rosicky, l’international tchèque d’Arsenal.

« Il est venu vers moi et m’a simplement dit de ne pas être nerveux et de conserver le ballon. » dit Meade. « Dès que le coup d’envoi à été donné, mes tensions se sont envolées et j’ai pu jouer mon jeu sereinement. »

Wenger n’a eu aucun scrupule à aligner le jeune homme de 20 ans dans l’enfer grec et fut ravi de la prestation de Meade contre les champions de Grèce.

« Il s’est très bien débrouillé. » explique Wenger sur Arsenal Player. « Je suis satisfait de son attitude et du fait qu’il n’ait pas été prostré par l’enjeu. Je me souviens de son premier ballon, il a coupé par l’intérieur alors qu’il était presque enfermé et a joué le ballon. La, vous vous dites qu’il y a un petit quelque chose. »

Il est fort dommage que Meade soit sur le flanc à cause d’une blessure à la cheville car il aurait sans nul doute pu relever le défi de prendre le poste du récent blessé Kieran Gibbs. Au lieu de cela, Wenger fut contraint de faire signer Nacho Monreal.

Meade est avant tout un joueur de football professionnel du club et doit prouver sa place en tant qu’arrière-gauche, et bien qu’il doit encore tout faire pour être à la bonne place au bon moment, le plus important reste les sacrifices effectués par sa mère Andrea. En l’absence de son père, « Je ne lui parle pas. » dit Meade, sa vie fut une véritable lutte. Sa mère pouvait uniquement se permettre de le conduire à l’entrainement 2 fois par semaine au lieu des 3 nécessaires et de plus, il a presque du annuler un voyage à Butlins in Bognor Regis afin de jouer pour St Martins, une équipe de jeune de Luton, car sa famille ne pouvait pas payer les £50 requis.

« Un ami de mon père a dit qu’il avait besoin d’un joueur pour un tournoi et ils ont fait appel à moi. [à son club, Bramingham FC]. » dit Meade. « J’ai dit que je devais demander à ma mère mais l’argent était à l’époque un réel problème. Mais Giorgio, le père de mon ami Fabio, a dit « Ne te soucie pas de l’argent. » Il a dit qu’il s’en occuperait. »

Meade fit une bonne impression durant le tournoi, marquant plusieurs buts en tant qu’attaquant surclassé. Il fut remarqué par les recruteurs d’Arsenal et la suite, comme on dit, vous la connaissez. 8 ans chez les Gunners avec en prime, la joie de signer une année en professionnel l’été dernier. La joie de sa mère a résonnée dans toute la propriété de la ferme de Lewsey.

« Ma mère hurlait de joie. » dit Meade. « Elle n’y croyait pas. Je veux y parvenir pour pouvoir prendre soin des miens. Ma mère a toujours fait de son mieux mais ce fut vraiment difficile. Il y a pas mal de distractions la ou j’habite mais mes amis savent ce que je possède et ne m’ont jamais laissé m’éparpiller. »

L’éducation de Meade explique pourquoi la première chose qui vous frappe quand vous le voyez mis a part sa stature- « Je suis plus grand que Santi [Cazorla]. » blague-t-il.- est sont humilité, son naturel et à quel point il a les pieds sur terre.

Il explique qu’il a quitté l’école avec plusieurs GCSE [certificat général de l’enseignement secondaire] et admet facilement que son frère Kyle, qui étudie la littérature à l’université avec pour but de devenir acteur, est le plus intelligent de la fratrie composée de 3 enfants qui sont tous nés le 25 du mois.

Il n’y a aucune trace d’arrogance ou de suffisance pourtant souvent associées aux jeunes joueurs professionnels. En effet, il conduit toujours une simple Ford Focus et il épargne afin de déménager sa famille et d’acheter une Mercedes.

C’est l’ancien joueur d’Arsenal, une Rolls Royce des attaquants, Robin van Persie, qui a fait la plus grosse impression à Meade lorsqu’il fut appelé à s’entrainer avec l’équipe première.

« C’est un joueur malicieux. » dit Meade. « Je me souviens lorsqu’il m’a mis un petit pont une fois. Il a sprinté et était sur le point de centrer et d’un coup, il a fait passé le ballon entre mes jambes. Je ne sais toujours pas comment il a réussi. »

Les supporters d’Arsenal sont toujours déçus d’avoir vu partir le Hollandais pour Manchester United mais, d’un certain côté et avec respect, Meade est surement un peu soulagé. Laissez-moi vous expliquer pourquoi. Meade a fait le voyage avec l’équipe première lors de la victoire contre Bolton en Carling Cup l’an dernier et ce fut sa première expérience dans l’équipe, Il devait se lever et chanter une chanson après le repas d’avant-match de l’équipe, fait habituel lors de l’initiation d’un nouveau.

Il a en quelque sorte évité cette tradition un peu stressante et s’est également débrouiller pour se défiler de cette épreuve lors de sa deuxième convocation à Reading, arguant qu’il avait déjà chanté l’an dernier à Bolton. Comme van Persie et bien d’autres étaient partis, il n’y a personne pour remettre en cause son alibi.

« J’ai eu de la chance que personne ne s’en souvienne. » dit Meade. « J’étais tellement inquiet de savoir quelle chanson j’allais chanter. Je pense que j’aurais chanté « I believe i can fly. » Chucks Aneke pense qu’il sait chanter mais il est complètement nul. »

Vous pourrez avoir les impressions des joueurs sur les capacités vocales de Meade lors de ses prochaines sorties avec l’équipe première.

#Max (via luton-dunstable.co.uk)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s