La notion de « supporter »

Par défaut

Supporter :
nom masculin
Sens : Partisan d’une équipe ou d’une personne à qui il apporte son soutien exclusif.

Chacun possède sa propre définition du mot « Supporter ». Chacun se l’approprie, la modèle à sa façon selon son caractère mais également son ego  Mais il serait bon d’en revenir aux bases, à l’essence-même du principe. Ce terme est valable pour beaucoup de choses mais concentrons-nous sur Arsenal, puisque c’est cela qui semble nous rassembler.

Bien entendu, ma vision est propre à ma personne et à mon vécu. Elle sera partagée ou critiquée. Il n’est absolument pas question de tenter d’en faire une vérité propre à chacun, seulement d’essayer d’atténuer certains comportements qui sont, pour ma part, inutiles et absolument pas fédérateurs.

Lorsque je lis certains commentaires, mon sang ne fait qu’un tour parfois. Je ne peux comprendre la réflexion qui se cache derrière, ni même trouver un certain crédit. Il est naturel chez l’être humain de se plaindre, de s’énerver lorsque il est déçu. Mais je pense qu’il est bon de savoir prendre du recul et de se poser les bonnes questions avant de laisser notre impulsivité s’exprimer. On dit souvent que la colère est mauvaise conseillère.

Il est important de considérer plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte et qui forme une entité. Arsenal Football Club est un club de football, certes. Qui se doit de faire de bons résultats et de montrer sa qualité de jeu devenue une marque de fabrique depuis quelques années. Nous sommes tous d’accord sur le fait que le palmarès récent n’est pas au rendez-vous. Et nous en sommes tous frustrés. Mais pour ma part, je ne supporte pas ce club simplement quand il réalise de bons résultats sportifs. Je suis littéralement tombé amoureux de ce club il y a de cela une quinzaine d’années. Peu de temps après l’arrivée d’Arsène Wenger. J’ai pu suivre la transformation de ce club, le voir prendre une identité qui lui est propre. J’ai pu vivre les plus grandes périodes de ce club et les bonheurs qui en ont découlés.

Depuis, de grands investisseurs étrangers sont arrivés pour s’acheter des clubs rivaux. Arsenal a perdu peu à peu de sa superbe et de son pouvoir d’attraction du fait de l’émergence de clubs qui végétaient depuis des années ou de clubs avec une renommée « bankable ». Je pense à City et à Liverpool par exemple. Tout ce qu’avait mis en place depuis tant d’années Arsenal a été ébranlé par l’inflation générée par ces clubs aux ressources presque sans limites. Il a fallu lutter avec nos armes. Certes, le club appartient désormais, en majorité, à un homme d’affaires américain qui possède de multiples franchises de sport et j’avoue avoir été inquiet par cette prise de fonction, car nous étions à ce moment-là, un des seuls clubs de Premier League à ne pas être entre les mains d’un oligarque étranger.

Il est bon de rappeler également qu’Arsenal F.C est une entreprise à part entière, qui possède des salariés qui s’investissent totalement dans ce club. Et il demeure important de ne pas oublier ces gens-là, qui font partie d’un rouage essentiel. Si le président de Manchester City, Al Mubarak, décide de s’en aller, que va t’il rester ? Certes quelques titres achetés à grands coups de chéquiers mais qu’en est-il pour les salariés de son club ? Qu’en est-il de l’identité de son club ? Qu’en est-il du travail effectué depuis des années par des personnes qui ont mis tout leur cœur dans cette institution ? Peut-être est-ce un comportement actuel et pas uniquement dans le football, «on veut tout et tout de suite, peu importe de quoi l’avenir sera fait. »

Ce n’est pas ce que je souhaite pour le club que je supporte. Les choses sont dans l’ensemble, bien gérées. La construction du stade a fait beaucoup de mal aux finances mais c’était un passage obligé. Les choses ne se feront pas en quelques années. Nous sommes sur une voie différente des autres gros clubs anglais. Tout vient à point a qui sait attendre…Je suis sûr que dans les années à venir, nous serons en mesure de rivaliser avec les plus gros clubs, seulement, cela aura été fait de manière intelligente et réfléchie. Tout a été façonné depuis l’arrivé d’Arsène Wenger lentement mais surement. On lui reprochait de n’avoir que des étrangers dans son équipe. Qu’en est-il aujourd’hui ? Combien y ‘a-t-il de joueurs d’Arsenal en équipe d’Angleterre ? Ne mérite-t-il pas également de la reconnaissance et du crédit pour avoir réussi à maintenir le club à flot avec l’effectif qu’il dispose depuis quelques années ? Sans la présence de cet homme, combien de personnes supporteraient ce club ? Combien de personnes louerai la qualité de jeu, devenue une référence dans le football ? Assez peu, il faut bien le dire.

Je suis sûr que les personnes qui critiquent à val volo seront les premières à s’extasier lorsque le club sera à nouveau compétitif sur tous les fronts. Et c’est ce qui me désole le plus, car lorsqu’on est supporter, ce n’est pas uniquement pour les trophées et les bonnes passades.

#Max

Publicités

2 réflexions sur “La notion de « supporter »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s