Avant match Arsenal v Tottenham à l’Emirates Stadium (12e journée de Premier League)

Par défaut

Un air de déjà-vu ?

26 février 2012 : après un mois de janvier plus que médiocre, une élimination en Cup face à Sunderland et une gifle infligée par le Milan AC, Arsenal accueille les Spurs, les éternels rivaux, à l’Emirates. Comme un symbole, le soleil brille de mille feux au-dessus de la capitale anglaise ce jour-là, et c’est grâce à Sagna, Van Persie, Rosicky et Walcott par deux fois que les Gunners l’emportent sur Tottenham, regagnant une confiance sans nom (ils gagneront leurs quatre prochains matches de championnat et rendrons la pareille, ou presque, au Milan AC) et font de ce derby un des classiques parmi les 166 qui ont été joués depuis 1909.

Bis repetita dès demain ? Arsenal en aurait bien besoin. Les Gunners restent sur trois défaites, un nul et deux victoires sur leurs six derniers matches, ce qui constitue en partie le plus mauvais début de saison du club sous l’ère Wenger. Ajoutons à ça une défense qui déjoue complètement depuis quelques semaines, deux grosses désillusions en C1 face aux Allemands de Schalke 04 et une ribambelle de blessés et on retrouve un Arsenal mal en point, qui ne sait plus comment se soigner. Plus au nord de Big Smoke, cela ne va pas très fort non plus du côté de White Hart Lane. Les Spurs restent sur trois défaites et deux victoires sur leurs cinq derniers matches et c’est donc logiquement que ces derniers caracolent avec les hommes d’Arsène Wenger au classement. AVB doit lui aussi faire face à plusieurs blessures de ses cadres et sera loin de se déplacer en terre conquise demain. Les Spurs sont en plus la deuxième plus mauvaise défense de la première partie de tableau, juste derrière Fulham, avec 16 buts encaissés, et leurs filets ont tremblé en moyenne deux fois par match sur leurs quatre derniers matches en championnat. Mais tout comme leurs voisins, les Gunners sont en perdition au niveau de la défense sur ces derniers matches, et encaissent beaucoup de buts aussi.

Une victoire demain serait donc une excellente opération sur le plan comptable en plus d’y gagner en fierté et en confiance puisque West Ham (6ème) qui accueille Stoke City et West Bromwich (5ème) qui se déplace à Chelsea auront surement du mal à remporte les trois points, ce qui laisseraient les gunners se rapprocher de ces deux équipes en plus de doubler leurs éternels rivaux au classement.

Si l’avantage historique reste encore et toujours du côté des résidents de l’Emirates (61 victoires des Gunners contre 48 des Spurs en PL), les hommes d’Arsène Wenger réussiront-il à avoir ce sursaut d’orgueil que le public attend encore lors de la rencontre la plus attendu de l’année du côté du nord de la Tamise ?

Joueurs clés

Arsenal : Jack Wilshere (2 matches, 135 mn de jeu).

L’Anglais, qui a été expulsé contre United, n’a pas joué depuis deux semaines hormis une petite demi-heure lors de la gifle reçue par les Three Lions face à la Suède. Et alors que la fatigue, la blessure ou la méforme frappe le groupe de Wenger, Wilshere est là, bel et bien de retour après un an et demi d’absence et surprend les observateurs du fait qu’il ait eu très peu de mal avant de retrouver un bon niveau. L’enfant du club pourrait frapper un grand coup demain tant il a été surprenant de le voir dans une telle forme lors des derniers matches. On attend beaucoup de lui du côté du nord de Londres, et son entente avec Cazorla pourrait être la clé de la bataille au milieu de terrain, surtout que Scott Parker sera parmi les abonnés absents de demain.

Tottenham : Jermaine Defoe (11 matches, 5 buts, 3 assists, 816mn de jeu).

Longuement incertain, l’Anglais devrait finalement avoir sa place demain dans le groupe qui se déplacera à l’Emirates. Et c’est une bien mauvaise nouvelle car l’attaquant de 30 ans a quasiment mis Adebayor (0 but, 0 assist) sur le banc grâce à ses récentes performances qui ont tapé dans l’oeil du journaliste français Philippe Auclair qui n’hésite pas à qualifier la forme de l’attaquant de « forme de sa vie. »Véritable renard au profil très vif et rapide, Defoe réalise son meilleur début de saison depuis l’exercice 2008/2009. Accompagné par des ailiers comme Lennon ou Bale, le Spurs pourra faire la différence à n’importe quel moment demain, et restera le danger numéro 1 devant les buts de la 1ère à la 90ème minute.

Présentation des équipes

Arsenal (8e, 16 pts, 18 buts pour/11 buts contre)

Incertains : Arteta (hanche), Chamberlain (hanche), Giroud (claquage) Sagna (test physique), Szczesny (cheville), Walcott (fessiers)

Infirmerie : Gervinho (cheville), Gibbs (cuisse), Diaby (cuisse), Rosicky (talon d’Achille), Fabianski (cheville)

Suspendu : aucun

Derniers résultats : NDVDV

Casier disciplinaire : 11 cartons jaunes, 1 carton rouge

Meilleurs buteurs : Cazorla, Gervinho, Giroud, Podolski (3)

Tottenham (7e, 17 pts, 18 buts pour/16 buts contre)

Incertains : Defoe (claquage), Lennon (claquage), Walker (claquage)

Iinfirmerie : Assou-Ekotto (genou), Dembélé (hanche), Parker (talon d’Achille), Kaboul (genou)

Suspendu : aucun

Derniers résultats : DDVDV

Casier disciplinaire : 15 cartons jaunes, 1 carton rougeY15 R1

Meilleur buteur : Defoe (5)

Les chiffres du match

Face-à-face

  •    Tottenham n’a perdu qu’un seul de ses cinq derniers derbys contre Arsenal : leur défaite 2-5 à l’Emirates Stadium en février.
  •    It is almost two years to the day (20 November) since Tottenham’s last win at the Emirates – a memorable 3-2 victory having trailed 2-0 at half-time.
  •    Les six dernières bataille pour le nord de Londres en Premier League ont hérité de 29 buts à l’Emirates Stadium, soit une moyenne de pratiquement 5 buts par match ! (4.8/match.)
  •    100 buts ont été marqué en 32 derbys opposant les deux rivaux londniens depuis que Arsene Wenger a pris la direction d’Arsenal (61 buts pour les Gunners et 29 pour les Spurs.)
  •    Les Arsenal v Tottenham sont les rencontres qui ont produit le plus d’égalité dans l’histoire de la Premier League (17 nuls)
  •    Il y a eu cinq penaltys accordés lors des cinq derniers matches, toutes compétitions confondues entre Arsenal et Tottenham, avec les Spurs qui ont marqué à trois reprises du point de penalty dans les quatre derniers matches de championnat.
  • A l’Emirates, dans les deux matches précédents qui s’y sont joués, les deux équipes ont chacune leur tour menée 2-0 avant de perdre le match. Tottenham gagna 3-2 en 2010/2011 après être mené 2-0 à la pause, puis c’est Arsenal qui réussit à se rattraper en gagnant 5-2, 2-2 à la pause, en 2011/2012)
  •   Les Gunners n’ont gagné que deux derby en huit matches de Premier League contre Tottenham (2V, 3N, 3D)

 Arsenal

  •    Arsenal connaît le départ de saison le plus catastrophique depuis la saison 1982/1983 quand ils avaient pris 14 points après 11 matches. Ils en ont récolté 16 avant le match de samedi en autant de journées.
  •    Arsenal a gagné seulement deux matches à domicile cette saison en championnat : l’explosion de Southampton 6-1 et la difficile victoire 1-0 sur QPR.
  •    Arsenal a encaissé six buts lors des neuf premiers matches mais en a laissé rentré seize autres lors des huit derniers matches.
  • Olivier Giroud est le premier joueur à marquer de la tête pour les Gunners cette saison. C’était contre Fulham, la semaine dernière (3-3)
  •    Arsenal est sorti vainqueur à deux reprises lors des huits derniers matches qu’ils ont joué à l’Emirates en PL, empochant 10 points sur 24 potentiels.

 Tottenham

  •    La défaite à Manchester City (1-2) a mis un terme à une série de trois victoires consécutives en déplacement pour les Spurs.
  •    Les troupe d’André Villas-Boas ont réussi à garder leur but intact qu’à une seule reprise en onze matches de championnat cette saison. Victoire 2-0 sur Aston Villa en octobre.
  •    William Gallas et Emmanuel Adebayor sont deux des quatre joueurs qui ont joué pour les deux clubs dans un North London Derby en championnat. On compte également David Bentley et Sol Campbell.
  •   Adebayor, qui a marqué sept buts en Premier League lors de ce derby, est l’un des deux joueurs qui a marqué pour les deux équipes dans cette guerre pour le titre de roi du nord de Londres. Jimmy Robertson (joueur de Tottenham entre 1963/69 et Arsenal entre 1968/70) fut le premier à réaliser pareil exploit.

 Affrontements en 2011/2012

7e journée : Tottenham 2-1 Arsenal (van der Vaart 40e, Walker 73e ; Ramsey 51e)

26e journée : Arsenal 5-2 Tottenham (Sagna 40e, van Persie 43e, Rosicky 51e, Walcott 65e, 68e ; Saha 3e, Adebayor 34e sp)

#Anto et #Yannick

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s