Les 5 joueurs d’Arsenal à suivre pour la saison 2012-2013

Par défaut

La saison vient de débuter et déjà l’heure est aux espoirs et croyances. Espoirs de voir Arsenal renouer avec la gloire et de faire taire les commentaires médisants sur la capacité (le manque de capacité devrait-on dire) des Gunners à faire face à la concurrence, commentaires exacerbés depuis les ventes de RVP et de Song. Croyances enfin en ce collectif et ces joueurs qui ont la capacité d’aller chercher les étoiles et de nous offrir plein de grands matches cette année. Des joueurs dont certaines individualités ont beaucoup à jouer cette saison, beaucoup à prouver mais aussi beaucoup à offrir. Pour AFC, 5 joueurs, prometteurs ou raillés il y a une saison, sont capables d’exploser cette saison et d’offrir le meilleur d’eux-mêmes pour le collectif et Arsenal. A AFC nous croyons en eux pour nous offrir une grande saison et nous vous disons pourquoi :

Gervinho (ailier, 25 ans, CIV)

Avec quatre buts et sept assists en trente-sept matches, Gervinho a effectué une saison en demi-teinte, ce à quoi ses fans made in Ligue 1 ne s’attendaient peut-être pas tant il avait été bon dans le championnat de France. Pas vraiment connu de l’autre côté de la Manche, il débarque à Londres en juillet après de longues tractations et connaitra dès son premier match les joies de la Premier League. Le récidiviste Joey Barton, frangin d’un criminel anglais, trouvera le moyen de faire expulser l’Ivoirien dès son premier match officiel contre Newcastle et lui offrira le triste privilège de se retrouver dans les tribunes pendant 3 matches. On pensait sa confiance en lui atteinte, mais à notre plus grande surprise, Gervinho fît quelques bons matches après son retour de suspension (5ème journée : 1 but contre Blackburn, 8ème journée : une assist contre Sunderland, 9ème journée : fantastique prestation soldée par 1 but et 2 assists contre Stoke, 10ème journée : une assist contre Chelsea). Il aura par la suite un parcours en dent de scie, tronqué par des passages à vides comme par de bons matches, avant de complétement sombrer au retour de la CAN. Éliminé en finale, manquant le penalty de la fatale séance de tirs au but, Gervais revient à Londres avec un rêve brisé, envolé dans le ciel africain, et ne pourra alors plus assurer sa place de titulaire déjà bancale en 2011. Wenger lui préfère parfois AOC, puis souvent Benayoun, faisant parfois rentrer l’Éléphant pour lui donner sa chance, qu’il ne saisira malheureusement jamais véritablement. Renfoncé dans les profondeurs du banc (7 fois remplaçant sur 12 matches en 2012, en comparaison avec 2011 où il n’a été remplaçant que 2 fois en 16 matches), il n’arrive plus à percer les défenses comme il le faisait avec Lille et avec Arsenal en première partie de saison et manque parfois tellement d’altruisme et de finition que ses gestes finissent par agacer ses coéquipiers et les supporters.
Et depuis ? Ses pâles copies se font vite oubliées par une fin de saison haletante pour les Gunners, et « le faux brésilien » en a profité pour s’annoncer comme un des patrons du groupe emmené par Wenger en Asie. Il est l’une des grosses satisfactions avec des joueurs comme Diaby ou Gibbs, et semble avoir retrouvé une véritable confiance sur le terrain (son super match contre Kitchee : http://www.youtube.com/watch?v=JRm193TXrxU), ce qui est vraiment très prometteur en ce début de saison. Gervais va devoir faire face à une forte concurrence, encore plus forte que celle qui lui avait porté préjudice la saison passée, et prouver à Wenger qu’il a toute ses chances au sein du onze titulaire.
Qu’à t-il à nous prouver ?
-Qu’il saura être moins prévisible : cette année, l’ivoirien a souvent bien trop répété les mêmes gestes, les mêmes mouvements et ça a eu pour effet de considérablement réduire son efficacité aux abords de la surface.
-Qu’il fera preuve d’altruisme : Gervinho a souvent cherché à aller au bout tout seul alors que de meilleures solutions s’offraient à lui. Dribblant souvent la tête dans les pieds, quelques occasions de but ont été anéanties cette année du fait qu’il ne choisisse pas la solution collective.
-Qu’il saura améliorer sa finition : Walcott et lui sont les causes de la « VP dépendance » en terme de buts marqués. Gervinho a su se procurer de bonnes occasions mais il pêchait à chaque fois dans le dernier geste, et parfois de manière exécrable. S’il maintient sa forme de pré-saison, nous pouvons attendre de lui qu’il double le nombre de ses buts pour la saison 2012/2013 (4 buts en 2011/2012).

Francis Coquelin (milieu, 21 ans, FRA)

Jeune Français d’origine réunionnaise, Francis Coquelin s’est révélé cette saison comme un joueur toquant à la porte de l’équipe première. Prêté en 2011/2012 à Lorient où il participa à 25 rencontres, « Le Coq » a montré de très belles choses cette saison et s’est même montré très important dans l’effectif suite aux blessures de Bacary Sagna. Profitant d’un Jenkinson encore beaucoup trop tendre pour la PL, ce fougueux Lavallois a laissé de côté son poste préférentiel, à savoir milieu défensif, pour venir s’installer en tant que latéral droit dans le dispositif d’Arsène Wenger. Faisant sa première apparition de la saison lors de la déroute des Gunners à Old Trafford où il sera d’ailleurs l’une des seules satisfactions, Coquelin a été l’auteur tout le long de la saison d’une rigueur défensive très intéressante, comme en témoigne ses nombreux tacles plein de justesse (contre Tottenham sur Adebayor, et contre Norwich City lors des dernières journées sur Bardley Johnson). Grâce à son assurance dans le jeu et sa vivacité, il prouve à Wenger qu’il est digne de confiance, et fait parler de lui sur d’autres continents, comme au Brésil où un magazine sportif fait de lui un des grands espoirs du football mondial aux côtés de Mario Gotze, Lucas Moura et bien d’autres.

Le jeune français de 21 ans a déclaré il y a quelques jours qu’il allait tout faire cette saison pour s’imposer au sein du onze titulaire des Gunners et apporter tout son football à l’équipe. Ce dernier pourrait donc profiter de la blessure de Bacary Sagna pour quelques semaines, surtout si on prend en compte la fébrilité que Jenkinson a montré lors de la 1ère journée contre Sunderland, mais aussi le départ d’Alex Song, qui fait de lui le seul milieu défensif de l’effectif avec Frimpong. Ayant disputé 17 rencontres la saison passée et ayant fait toutes ses preuves tant défensivement qu’offensivement (une assist pour VP lors du match contre Blackburn), il ne tient qu’au petit lutin de s’imposer à Arsenal et de, pourquoi pas, obtenir ses premières capes en équipe de France. Il en a le potentiel, indéniablement.Qu’à t-il à nous prouver ?

-Qu’il sera capable de canaliser sa fougue parfois excessive : Le Coq montre toujours énormément d’activité, et ça pendant 90minutes, mais il semble parfois vouloir être partout à la fois, et cela peut troubler la mise en place tactique lors des phases défensives.
-Qu’il peut être aussi bon en milieu défensif qu’en latéral : effectivement, si sa préférence est d’être la sentinelle devant la défense, à peu près tous les fans d’Arsenal sont unanimes à ce sujet : le Français est meilleur en latéral droit, du moins il est la meilleure alternative à Sagna à ce poste. Pourtant bon dans les duels physiques malgré sa taille, il se retrouve souvent en difficulté dans l’axe quand il se retrouve face à plusieurs joueurs. Il est d’ailleurs probable que Wenger lui fasse confiance en tant que latéral droit pour ce début de saison.

Theo Walcott (attaquant/ailier, 23 ans, ANG)

Auteur de sa meilleure saison sous le maillot cannonier statistiquement parlant (46 matches, 11 buts, 12 assists), Theo Walcott n’a encore une fois pas réussi à se détacher de son statut de joueur irrégulier. Un jour capable d’actions fulgurantes, le lendemain auteur du pire, l’Anglais est horripilant pour n’importe quel supporter d’Arsenal, tant son potentiel est sous-exploité. Surement l’un des joueurs, voire le joueur le plus rapide d’Europe au chronomètre, Walcott fait face depuis des années à un déficit technique qui gâche bon nombre de ses matches. Auteur de contrôles approximatifs, souvent incapable d’utiliser sa vitesse à bon escient, il perd la plupart de ses face-à-faces sur son côté droit. En 2011/2012, Walcott a perpétué la tradition, passant de joueur fantôme à véritable génie d’une semaine sur l’autre et inquiétant un peu plus une partie de la communauté gunner. A 23 ans, Walcott a évidemment progressé sous le tutorat de Wenger, mais n’a pas su répondre aux nombreux espoirs qu’on plaçait en lui. Le jeune Anglais est cependant dispensé du statut d’éternel espoir car sa trentaine de sélections avec les Three Lions vernit son CV, tout comme la confiance sans faille que semble lui vouer Wenger depuis maintenant 6 ans. Il ne serait titulaire indiscutable dans quasiment aucun autre grand club européen, et c’est peut-être pour cette raison que sa prolongation est en si bonne voie. Mais cette saison, Walcott va devoir faire face à une concurrence particulièrement forte. Gervinho pourrait retrouver le côté droit avec l’arrivée de Podolski, AOC peut également lui piquer sa place dès cette année, et enfin Cazorla pourrait se retrouver sur une aile après le retour de Wilshere. L’ancien Saints sera sous pression, cela ne fait aucun doute, et il faut espérer que ceci lui permettra de donner le meilleur de lui-même pour ce nouvel exercice.Qu’a-t-il à nous prouver ?

-Qu’il saura progresser techniquement : C’est maintenant inespéré après 6 ans sans nette progression mais pour un ailier aussi vif que lui, il doit savoir faire des contrôles corrects et savoir éliminer son vis-à-vis intelligemment. Ce dernier court souvent plus vite que le ballon et se fait logiquement reprendre par les défenses de PL.
-Qu’il pourra utiliser sa vitesse à bon escient : L’international anglais court souvent la tête dans les jambes, sans vraiment regarder autour de lui. De plus, il donne parfois l’impression de ne pas avoir confiance en sa vitesse, et hésite trop à se lancer et tenter des grands ponts qui pourraient être fatals en contre.
-Qu’il ne pêchera plus autant dans la finition : Comme Gervinho, il doit cesser de vendanger devant les buts. Si Walcott avait eu une qualité de finition régulière tout au long de la saison, son nombre de but aurait pu doubler.

Kieran Gibbs (latéral, 22 ans, ANG)

Tout comme Van Persie avant lui, Kieran Gibbs semble en avoir fini avec ses blessures à répétition, et parait prêt pour être sous le feu des projecteurs. Auteur d’une très bonne saison après des débuts timides sous la tunique rouge et blanche, l’Anglais de 22 ans doit confirmer cette année pour ne pas subir la concurrence de Santos et pour essayer de s’installer en sélection et devenir la doublure d’un Ashley Cole qui ne sera pas éternel. Gibbs est rentré dans une nouvelle dimension en 2011/2012 grâce à une phénoménale prise de confiance, ce qui se ressent dans son jeu défensif (auteurs de très bons tacles comme ce dernier qui sauve toute une saison : http://www.youtube.com/watch?v=oCHDUA3TpZQ) mais surtout lorsque il participe aux phases offensives (il a marqué son premier but en Premier League contre Aston Villa). On retrouve un peu de Clichy en lui, en plus prometteur, notamment grâce à sa capacité à s’infiltrer dans la surface et à très bien se débrouiller dans les petits périmètres. Jouissant d’une reconversion d’ailier à latéral, Gibbs est très à l’aise techniquement et a très souvent apporté le danger sur son côté gauche.

Le défenseur anglais pourrait également bénéficier cette saison de l’expérience de Lukas Podolski, qui s’est révélé être un excellent ailier dans les phases défensives, et pourrait construire une belle entente avec l’Allemand.Qu’a-t-il à nous prouver ?

-Qu’il arrivera à réaliser sa première saison pleine : d’abord légèrement barré par Santos en 2011/2012, Gibbs s’est peu à peu imposé mais n’a toujours pas réalisé de véritable saison pleine (22 matches toutes compétitions confondues) et ce dernier doit nous prouver qu’il peut tenir ce rythme pendant neuf mois.
-Qu’il saura améliorer son placement : c’est surement la seule chose qu’on peut lui reprocher. Souvent trop penché vers l’attaque, il a parfois du mal dans son replacement défensif et prend le risque d’exposer l’équipe à des contres.

Alex Oxlade-Chamberlain (milieu/attaquant, 19 ans, ANG)

Arrivé l’été dernier en provenance de Southampton, Alex Oxlade-Chamberlain est la nouvelle pépite du football anglais. En raison de son jeune âge (19 ans), Wenger souhaite le préserver, surtout suite à la blessure de fatigue de Jack Wilshere, et ne fait jouer à son poulain que des bribes de match, sauf en C1 et en Cup où le jeune Anglais ne cesse d’épater les observateurs. Capable de percussions extraordinaires, AOC montre une insouciance et une aisance technique qui font très vite de lui le chouchou de l’Emirates. Disputant 26 matches toutes compétitions confondues (dont 13 où il fût titulaire), AOC n’a que très rarement déçu, s’est souvent amusé (contre Blackburn et Milan, au retour) et a parfois impressionné de par son audace (contre Manchester United, lors de la défaite 2-1). Chambo a montré qu’il avait tout pour être un joueur de classe mondial dans quelques années : une qualité de frappe somptueuse, d’excellentes capacités techniques et physiques, une polyvalence rodée à n’importe quel poste du milieu de terrain et enfin une pointe de vitesse qui égale celle de l’ancien Saint Theo Walcott.

Quasi inconnu l’an passé (il évoluait en troisième division), The Ox (littéralement le boeuf) a connu une ascension fulgurante, ponctuant sa stratosphérique saison par ses premières capes avec les Three Lions lors de l’Euro 2012. A tout juste 19 ans, ce dernier garde la tête sur les épaules, et malgré son statut de star précoce, l’adolescent fait passer les priorités de l’équipe avant tout. Blessé en ce début de saison, il a néanmoins montré de belles choses en Asie, et cette année doit être celle de la confirmation. Tout comme Gibbs, il doit s’imposer au sein du onze titulaire d’Arsenal et prendre sa place en sélection pour engranger de l’expérience. En compagnie de son compère latéral et de Jack Wilshere, Chamberlain peut mener la toute jeune génération anglaise vers les sommets, tout comme Arsenal, qui peut attendre beaucoup de son poulain pour les années à venir.Qu’à t-il à nous prouver ?

-Qu’il pourra améliorer sa vista : malgré le fait qu’il lise parfaitement bien le jeu, AOC cherche parfois à aller au bout tout seul alors qu’un meilleur choix se propose à lui. C’est surement la seule chose qui lui manque pour être un joueur complet.

#Anto et #Yannick

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s